1er juillet

IL FAIT TROP BEAU POUR TRAVAILLER

(Tous leurs droits réservés)

Publicités

Arti chaud chaud chaud

  Le calendrier républicain n’ avait pas envisagé que ce jour de l’ artichaut, le 30 juin, serait cette année, caniculaire.

L’ Artichaut est un chardon, domestiqué. 

 J’ espère n’ artichoker personne (d’ artichoke, artichaut en anglais) en décrétant ce jour présentement la « Saint-Artie Shaw ».

Artie Shaw (1910-2004) était un musicien clarinettiste, bandleader c’ est à dire qu’  il a dirigé des orchestres Swing et Jazzy,  et autres activités artistiques. C’ était un homme sans préjugés raciaux et cela lui valu quelques soucis à une époque où c’ était chaud…

Regardez-le diriger « Begin The Beguine » du grand excellent Cole Porter et ENJOY !

La Coriandre

Le 29 juin, jour de la Coriandre dans le calendrier républicain.

  
(Copyright)

Plante dans laquelle tout est consommable, feuilles, fruits (séchés) et racines. 

Avec toutefois un bémol, la Coriandre contient de la vitamine K qui participe au processus de coagulation et donc prudence à observer pour les personnes sous traitement anticoagulant.

La fée verte

Le 27 juin on célèbre l’ Absinthe dans le calendrier républicain.

Cela peut désigner la plante mais aussi le spiritueux surnommé « fée verte » allusion à sa teinte et à ses effets.  « The absinthe drinker » being visited by the green fairy. (Le buveur d’ absinthe visité par la fée verte) By Czech painter Viktor Oliva, 1901.

  
La plante vivace, herbacée, Grande Absinthe ou Artemisia absinthium, peut mesurer jusqu’ à un mètre. Elle fleurit en juillet jusqu’ en septembre, de petites fleurs jaunes qui ressemblent à celles de la Camomille.

  
(Copyright)

La boisson obtenue par distillation de l’ Absinthe avec anis et fenouil porte aussi le nom d’ Absinthe.
Ce fut le produit qui au début du XIX ème siècle fit la fortune de Pernod.

Mais mal distillée, bientôt coûtant moins cher que le vin, l’ absinthe fut consommée à outrance causant des ravages.

Elle fut interdite en France en 1915 et Pernod lança alors sa boisson à l’ Anis et n’ y perdit pas au change.

Des ligues anti-alcooliques mêlées aux viticulteurs, défilaient contre l’ absinthe aux cris de  » Tous pour le vin, contre l’ absinthe ».

En 1988 l’ absinthe fut de nouveau autorisée avec toutefois contrôle du taux de tuyone, la molécule supposément responsable de la « folie » provoquée par cette boisson.

  

  • Le petit marseillais 1902

L’ Echalion

Le 27 juin l’ Échalote est à l’ honneur dans le calendrier républicain.

En ce qui me concerne, aucune surenchère de savoir à ce sujet, ce n’ est vraiment pas la course à l’ échalote, c’ est pourquoi je vous propose un article des « Jardiniers d’ Anjou et du Poitou » :

  
L’ ECHALION ET L’ ÉCHALOTE 

« L’Échalion, est une variété d’oignon allongé ressemblant à l’échalote et souvent confondue avec cette dernière.
À la différence de l’échalote, l’Échalion n’a qu’un seul bulbe, de forme allongée, et se reproduit par semis.
L’utilisation en cuisine est très voisine.
Pour ce qui est des spécificités de l’Échalion, il possède de nombreux atouts.
– Une saveur fine, plus subtile et plus douce que l’oignon. Il reste un excellent compromis entre l’oignon et l’échalote. (plus l’Échalion est gros plus il se rapproche de l’oignon et plus il est petit plus il se rapproche de l’échalote)
– Un aspect et une forme élégante.
– Il a une meilleure conservation que l’échalote au printemps et en fin de saison car à cette période de l’année l’échalote germe plus facilement que l’Échalion.
– Très apprécié des restaurateurs car facile à peler, quand on travaille 1 Échalion 30/50 il faut travailler à peu près 2 échalotes = gain de temps, calibre 30/50 relativement constant en poids donc plus facile de faire un coût de revient pour les collectivités.
Tous ces atouts font de l’Échalion le « quatrième condiment » dont les volumes commercialisés ne cessent d’augmenter d’années en années. »

Le moine Concombre-Amer

Le 25 juin est le jour du Concombre dans le calendrier républicain.

L’ artiste peintre Shitao, est appelé aussi le moine Concombre-amer (1642-1708).
  

(Conversation au bord du vide)

« Mais l’univers a-t-il jamais vieilli ?

Verte est la montagne par-delà le ciel. »

Shitao 

le Romarin 

Gloire au Romarin le 24 juin, dans le calendrier républicain. 

 (Copyright) 

Voici quelques citations :

Erri De Luca

« Nous apprenons les alphabets et nous ne savons pas lire les arbres. Les chênes sont des romans, les pins des grammaires, les vignes sont des psaumes, les plantes grimpantes des proverbes, les sapins sont des plaidoiries, les cyprès des accusations, le romarin est une chanson, le laurier une prophétie. »

(Trois chevaux, trad. Danièle Valin, p.43, Folio 3678)

****************

Marcel Pagnol (Aubagne, 1905 – Paris, 1974)

 » Ce ravin était, comme l’autre, hérissé de broussailles, mais le cade et le romarin y dominaient. Ces plantes paraissaient beaucoup plus vieilles que celles que j’avais vues jusqu’ici ; je pus admirer un cade si large et si haut qu’il avait l’air d’une petite chapelle gothique, et des romarins bien plus grands que moi.  » 

(La Gloire de mon Père – chapitre 27.)

****************

Frédéric Mistral (Maillane, 1830 – Maillane, 1914)

 » Le vieux couvent était bâti sur le plateau étroit d’un passage de montagne qui devait, autrefois, avoir un mauvais renom, parce qu’il est remarquable que, partout où se trouvent des chapelles consacrées à l’archange Michel, ce sont des endroits solitaires qui avaient dû impressionner.

Les mamelons d’alentour étaient couverts de thym, de romarin, d’asphodèle, de buis, et de lavande. Quelques coins de vigne, qui produisaient, du reste, un cru en renom : le vin de Frigolet ; quelques lopins d’oliviers plantés dans les bas-fonds ; quelques allées d’amandiers, tordus, noirauds et rabougris, dans la pierraille ; puis, aux fentes des rochers, quelques figuiers sauvages. C’était là, clairsemée, toute la végétation de ce massif de collines. Le reste n’était que friche et roche concassée, mais qui sentait si bon ! L’odeur de la montagne, dès qu’il faisait soleil, nous rendait ivres.  » 

(Mémoires et récits, 1906 – chapitre V – À Saint-Michel de Frigolet.)

******************

Guy de Maupassant (Château de Miromesnil – région de Fécamp, 1850 – Paris, 1893)

 » C’était le maquis, l’impénétrable maquis, formé de chênes verts, de genévriers, d’arbousiers, de lentisques, d’alaternes, de bruyères, de lauriers-tins, de myrtes et de buis que reliaient entre eux, les mêlant comme des chevelures, des clématites enlaçantes, des fougères monstrueuses, des chèvrefeuilles, des cystes, des romarins, des lavandes, des ronces, jetant sur le dos des monts une inextricable toison. » 

(Une vie,1883.)