Le Sureau

  

« Il plait à tous :

Au jardinier par sa facilité, sa rusticité et sa rapidité de culture.
A l’écolo qui s’en sert pour fabriquer un purin insecticide ou répulsif et activer le compost.

Au gourmand car le sureau noir produit des fleurs ou des baies permettant de confectionner des recettes surprenantes et savoureuses.

Au collectionneur avide de plantes peu courantes.

A l’enfant qui va s’en amuser.

Aux insectes butineurs, aux papillons, aux oiseaux…

Stimule les sens :

La vue évidemment avec son feuillage, sa floraison et sa fructification remarquables.

Le toucher, comme il est agréable de caresser ses corymbes vaporeux ou ses feuilles évoquant dentelles légères ou plumes aériennes.

L’odorat avec son doux parfum de miel.

Le goût avec ses fleurs et ses baies cuisinées.

L’ouïe si on joue avec ses tiges creuses. »

(Gerbeaud.com) 

  

LE SENTIER 

Il est un sentier creux dans la vallée étroite,

Qui ne sait trop s’il marche à gauche ou à droite.

C’est plaisir d’y passer, lorsque mai sur ses bords,

Comme un jeune prodigue égrène  ses trésors.

L’aubépine fleurit; les frêles pâquerettes

Pour fêter le printemps, ont mis leurs collerettes.

La pâle violette, en son réduit obscur;

Timide essaie au jour son doux regard d’azur;

Et le gai bouton d’or, lumineuse parcelle,

Pique le gazon vert de sa jaune étincelle.

Le muguet, tout joyeux agite ses grelots

Et les sureaux sont blancs de bouquets

Frais éclos;

Les fossés ont des fleurs à remplir vingts corbeilles.

A rendre riche en miel tout un peuple d’abeilles.
Sous la haie embaumée un mince filet d’eau

Jase et fait frissonner le verdoyant rideau

Du cresson. Ce sentier, tel qu’il est, moi je l’aime

Plus que tous les sentiers où se trouvent de même

Une source, une haie et des fleurs ; car c’est lui,

Qui, lorsque au ciel laiteux la lune pâle a lui,

À la brèche du mur, rendez-vous solitaire

Où l’amour s’embellit des charmes du mystère,

Sous les grands châtaigniers aux bercements plaintifs,

Sans les tromper jamais, conduit mes pas furtifs.

THEOPHILE GAUTIER

Publicités

22 réflexions sur “Le Sureau

  1. Bonjour , le sureau , ou  » flädder  » , je connais bien cet arbuste , car on peut acheter en Suède , du jus de fleurs de sureau . Il est mélangé à du citron vert et à du sucre de canne . C´est bon .
    Le coulis de sureau , on doit le faire soi-même . Aux premiers bouillons ( recette d´une cousine très écolo ) , on coupe les gaz . C´est délicieux sur des glaces , des tartes , dans le yaourt .
    Merci pour le poème , Dominique , j´ai l´impression de me promener avec ma petite copine à quatre pattes . Il manque l´aubépine , mais j´ai vu des pervenches à la place .
    En le lisant , on se rend compte , par les inversions , que la grammaire doit être parfaitement respectée , pour bien le comprendre .
    Vite , je dois superviser le départ . Pas celui vers Bastia-Poretta , mais celui de ma grande fille vers Göteborg . Le train est déjà parti 2 fois sous son nez , mais c´est plus fort qu´elle , elle calcule à 30 secondes près !… et cela me met les nerfs à vif . D´ailleurs , les problèmes cardiaques arrivent souvent autour des gares ( info du mois dernier ) , et cela ne m´étonne pas du tout …. Je suis très concernée : ) Bonne journée , l´été nous arrive de plein fouet !

  2. Bonjour! et au revoir Signor de la Kallistè..Je ne connais pas les sirops de sureau, ni les coulis: cela doit être bon, En réalité je n’arrive pas à me débarrasser de deux sureaux qui se sont installés de manière sauvage à côté d’un rosier et d’une clématite..Joli sentier de T. Gautier. j’avais oublié la poétesse égyptienne Joyce Mansour: voici « ENTRE LES ORTIES ET LE SUREAU » ( 1963)
    « Ô bonheur
    L’air fluide et tendre cède plus mollement que l’eau
    La grenouille confie ses clameurs aux rochers lisses du
    maquis
    À l’appétissante bouillie au bassin vert miroitant
    Zone marécageuse entre le souffle et les roseaux
    Le silence respire et j’expire immobile et sanguine comme
    le drapé du rêve
    Je retiens mon souffle et c’est le calme
    Calme la vague émue
    Calme le sable le ciel et l’introuvable tortue
    Calme le cri qui ne s’élèvera plus
    Sois heureuse car la nuit repose dans le courant qui tire
    vers le large
    Et l’éléphant blanc ouvre la porte qui donne sur la baie
    Et blêmit car ici même le vent sait attendre  »
    Je file avant que chaleur ne grimpe top.

    • Bonjour Mareria et tous !
      Fait hot hot hot et nous allons nous désaltérer
      d’ un grand verre de sirop de sureau à l’ eau fraîche.
      Ici à London, le « elder flower  » est populaire en bouteille, goût léger, peu sucré, glaces au parfum délicat ; on en trouve volontiers qui bordent les sentiers. Il n’ y a qu’ à cueillir.
      Et bises.

  3. bonjour a vous sous un soleil pesant …

    les baies de sureau donnent un moral d’acier elles sont riches en fer et vitamines , une matinée qui chante avec une joie qui évente les moments merveilleux , sous ce ciel bleu d’artifice de feu les gamins devenus vieux cherches la fraicheur comme un cadeau et non un fardeau pour que nos songes naviguent sur le radeau de la plaine a pleins poumons , j’écoute sonner la cloche du cuisinier qui dit que le casse-croûte est prêt , direction la terrasse aux milles promesses sans confesse ou l’allégresse et sans cesse , je suis mal placé pour donner des leçons sur le régime et la dite sobriété , je navigue pas dans l’océan rocailleux du mont-de-piété , c’est pas l’ancien sur le chemin d’un festin divin qui va dire accompagner d’un sourire narquois non merci sans façon je fais pas mes pas pour virer aux déboire j’arrête de boire , j’arrête de manger , j’arrête de fumer , je vous fait remarquer que j’ai pas l’esprit du marin pour m’échouer dans le large comptoir au regard du désespoir a remplir dans un verre des mémoires de promesses que c’est la dernière , chaque nuit donne une nouvelle journée l’ancien fait de son mieux simplement pour que la nouvelle arrivante soit plus prestigieuse que l’ancienne ..

    a plus la faim me tenaille …a tantôt..GO!GO!

  4. J´ai trouvé un proverbe énigmatique sur le sureau ….
     » Devant le sureau,
    Ôte ton chapeau;
    Mais pour le genévrier,
    Quitte l’étrier  » .
    Je fais une tentative d´explication de texte . Il faut ôter son chapeau car le sureau tâche les vêtements . Et devant le genévrier , on descend de son cheval ( de son vélo éventuellement ) ,
    et on cueille les baies , très bonnes dans les ragoûts , légumes braisés , la choucroute .
    Et un second proverbe sur le sureau .
     » En avril, le sureau doit fleurir,
    – Sinon, le paysan va souffrir  » .
    Explication … Si le sureau ne fleurit pas , c´est probablement parce qu´il va geler . Sinon ,
    pourquoi le paysan s´inquièterait-il ?
    Dominique , je ne connaissais pas le mot  » corymbe  » . C´est une page très complète . il y en a pour chaque corps enseignant ! Le français , la poésie , la botanique , la cuisine , l´éveil sensoriel , l´horticulture , l´écologie : ))

      • Tout à fait hors sujet , j´ai vu ce matin un programme wallon sur TV5 monde , sur un artiste qui rachète des vieux tableaux représentant des portraits d´ancêtres , Thierry Poncelet .
        Ses œuvres s´appellent  » Les aristochiens  » . J´ai pensé aux deux lapins et à Irvin . Je verrais bien ce dernier en Roi d´Angleterre : )) et les deux lapins en Fous du Roi !
        http://www.noblesseetroyautes.com/2011/04/les-aristochiens-de-thierry-poncelet/
        J´ai déjà parlé de mes 2 gravures , de Cassius Marcellus Coolidge . Elles sont au fils 2 .
        « Poker sympathy  » , et  » His station and four aces  » . On peut les voir sur google .
        Elles sont superbes !

      • Darie, j’ai regardé les photos des reproductions des deux: elles sont tordantes, et pleines de réalisme; j’ai un petit faible pour T. Poncelet.

      • Elles représentent l´atmosphère glauque des bouges de Chicago , au temps de la Prohibition : )
        Le fils les a laissées dans sa chambre de la maison , alors je les savoure encore .
        Je les ai achetées bradées pour 50KR pièce ( 5€ ) .
        Vous pensez si j´étais ravie de les avoir trouvées !

  5. il fait une chaleur pesante a esperer en regard a la nature un cadeau de fin de journée un tintement de pluie sans fin de gouttes épaisses pleine de fraîcheur , l’été donne en,vie de sassoir a l’ombre de l’olivier a siroté une pétillante limonade au sirop de sureau , malheureusement je ne suis pas le premier des sept sages de la fraîche forêt de bambous du royaume de wei de la période des trois royaumes en chine du nord , je vie dans le sud loin de la muraille au milieu des senteurs provençales , depuis mon retour je ne reçois aucunes caresse du vent qui exil d’une montagne environante , les rayons bercés dans le bleu du ciel ne garde aucun nuage solitaire le zeus doit être sectaire il me suit dans la plaine ici ou la il se repose sur mes épaules et dore mon visage , mon regard devient lointain dans cet azur sans fin étouffé par le trouble ensoleillé , je me sent légèrement postré dans ce présent en attente du jour arrivant que la montagne s’écarte un peu ou fend son ventre pour laisser passer un petit vent du nord gouttelé a souhait , négatif dit la grenouille météorologiste en haut de son bocal qui m’explique les phénomènes .de météorologie., zeus ne fait pas la pluie et le beau temps il a d’autres moutons a garder c’est les petits lutins qui lavent leurs diamants a la source de jouvence sur une branche de l’étoile du berger en compagnie de cinquante et un farfadet alcoolisé , c’est les chaleurs d’été et c’est pas moi qui peut refroidir la région mais je peux aller a l’ombre sur la terrasse pour un prelasse avec une tasse de glace parfumée au citron vert , je file a la douche et je me prend un peu de glace citronée pour refroidir mon palais avant le souper …bises a demain ……GO!GO!

      • Dominiquie bien sur en début de semaine je l’ai dit sur un commentaire , comme j’avais écrit le vendredi que je partais dimanche matin ( en matinée ) 12 jours c’est long et court , j’aurais bien voulu rester une dizaine d’années mais il parait que je suis trop vieux , le plus vieux des légionnaires actif ( un caporal au 1 REC a plus de 62 ans ) et fait comme les jeunes , au rep négatif ( ce sont les jeunes et les meilleurs des sélections ) moi j’ai 38 a l’envers hi!hi! , donc négatif l’ancien au repos ..javais biren signaler mon retour de cela j’en suis sur de sur comme je l’ai écris plus haut …bon je file manger ma glace au citron ( fait maison ) …

      • De la glace au citron , Klaus , c´est encore mieux avec une goulée de vodka dessus . Cela
        s´appelle  » Un colonel  » . Douze jours en Corse , moi non plus je ne savais pas bien où vous
        étiez . J´ai que dix doigts . Pour compter cela ne suffit pas . Je taquine , c´est vendredi . hi-hi .
        Boudin aux petits oignons et aux raisins . Et la purée . C´est extra . Bonne soirée .

  6. demain matin repos comme lundi ou mardi matin , les plannings seront affichés dimanche soir , nous néttoyons des pierres sèches pour construire un muret qui devait se tenir debout autant des rois et des pauvres gens , remarquez il n’y a plus de roi et de reine et autant de pauvres , je gratte et brosse les pierres c’est pas moi qui va faire le muret je suis pas un poseur de pierre surtout sans ciment ou chaux , une pose a l’ancienne , il y a un borie écrouler aussi , les bories sont faits de pierres plates, sans chaux , je sais qu’il faut faire une grosse bute de terre et construire quand les clés sur le dessus sont mises par l’entrée il faut retirer la terre ( je craint pas le danger mais je vais pas enlever la terre ) pas assez fou hi!hi! , ce mur me fait pensé a un mur de pierre qui a était refait dans le vaucluse au dessus de fontaine du vaucluse le mur de la peste c’est un rempart édifié dans les monts de vaucluse qui fait plus de 27 kilomètres comme protection pour le comtat venaissin de la peste qui a toucher marseille et une partie de la rrovence en l’an 1720-1722., un mur fait de pierre sèche avec des guérites en pierre sèche pour des gardes pour la surveillance , a lagnes ( petit village a coté de fontaine de vaucluse il y a un chateau , a l’intérieure une grande salle a raisonnance ou les lépreux entrèes pour leurs doléances aux nobles , rien a voir avec notre mur mais certains d’entre vous ne savent pas que dans les années 1720 la peste remonter de marseille et a travers toute la provence et voici la raison du mur de la peste ( regarder sur le net ) , moi non besoin j’ai de la mémoire et connais la région , tout cela pour dire en jeux de mots que je peste pour notre mur hi!hi! , allez je file a l’apéro ( pastis et réglis ) a demain matin ………GO!GO!

      • Et moi , Dominique , qui me demandais souvent comment on montait des bories en pierres sèches , j´ai enfin compris . L´astuce , c´est de faire un mont de terre et de petites roches , on pose dessus les pierres plates , qui se chevauchent avec art et régularité . On pose la clef de voûte , et on enlève la terre et les petites roches . Cela devrait tenir … euh….oui , ça tient … : )

  7. Darie ..j’ai eu trop chaud au soleil a néttoyer les pierres , je suis déja tout bronzer comme un africain , l’alcool le soir sous la lune il fait moins chaud avec le café a regarder les étoiles … lit mon commentaire sur la provence et le mur contre la peste qui est debout en ces jours , des assiaciations bénévoles ont refait ce mur de 27 kilomètres ou il était tombés ( le dimanche c’est une belle marche a faire du calvaire de lagnes comme départ ( on le fait en été nous ) , il y a souvent une famille de belge ( ils ont un âne et une ânesse ) pour le transport de la tente et nourriture des vrais marcheutrs une famille a trois avec l’enfant , j’ai déja toucher ces ânes hi!hi! salut frère hi!hi! , des beaux a poils longs et des gourmands ..je raconte un peu d’histoire de france cela fait marcher la mémoire ….bon je file vite bises a toutes ..

  8. Hello mes chers tous, une journée d’enfer avec ma belle sœur, nous sommes partis sous 32°, une chape de plomb, s’il y avait eu du bitume, sûr il fondait ! on part légèrement vêtus, en nage avant d’arriver au resto et là, le miracle, une climatisation ! à la sortie, 36°, la masse, à tomber par terre, un temps lourd, orageux, dans la voiture 38°, on frisait les faubourgs de l’enfer c’est alors qu’on a vu un nuage noir rouler comme une furie. Sur le chemin, un grand coup de tonnerre (ça tonne toujours !) et là des hallebardes, on n’y voyait plus rien, les essuie-glaces ne fournissaient plus… arrivés à la maison, de la grêle, des cordes et du tonnerre ! on avait laissé les parasols ouverts et les transats étalés dans le jardin en vue d’une sieste, tout est trempé ! dans la maison, une fournaise, et impossible d’ouvrir les fenêtres, des trombes d’eau rentraient et là, PAF, j’entends un sifflement, le frigo sur l’alarme, plus de courant. C’était l’apocalypse (sans now)… quelle aventure …. mais ce soir, la récompense, oui, pas besoin d’arroser le jardin, c’est le bonheur absolu…. nous sommes en état d’alerte rouge pour cette nuit.
    Je vais lire les commentaires….. j’adore ces aristochiens, un régal et quelle prestance (bien mieux que nos hommes politiques !!!) je voterais pour eux….. c’est une page attrayante sur le sureau, j’aime les bonbons au sureau, les confitures de sureau, les fleurs de sureau et les baies si prisées par les oiseaux !!! le sureau est très rustique, ici il pousse dans l’anarchie totale, surtout dans les haies. Les amis, oui c’est du vrac mais le cœur y est. Je vais essayer de faire descendre cette étuve, au garde à vous devant les fenêtres car il pleut toujours. Vive l’eau du ciel quand on est au sec ! ah, les amis, je crois que je ne vous ai jamais dit que je déteste la chaleur ??? si, si !!!

    • Bonsoir Monique . Vous aimez les bonbons , les confitures , les fleurs , tout cela au sureau ,
      mais nos poèmes et nos proverbes , rien , ? C´est pas de chance : )))
      Demain est un autre jour , ce sera certainement moins pire qu´aujourd´hui .
      Bonne soirée malgré les frayeurs . ( A la lampe à pétrole ?… )

      • Bonsoir Darie, je viens de prendre connaissance des commentaires tout en jetant un œil sur l’actualité. je ne connaissais pas ces proverbes que vous donnez, comment savoir s’ils sont véridiques !!!!!! et tout a été dit sur cette jolie page, il y a même de la géographie vue du côté de chez Klaus ! je suis comme Mareria, envahie par les sureaux, ici considérés comme parasites, ils étouffent les autres arbustes mais ils repoussent car difficiles à déraciner. J’ai regardé ces aristochiens voilà qui ferait ce beaux avatars !
        En fait, pour ce pauvre sureau, je ne m’autorise que les bonbons « ricola » que l’on trouve à toutes les caisses des supermarchés… mais je vais essayer de donner une petite participation ce soir :

        « Auguste Lacaussade (1815-1897) dans ce poème intitulé « Litanie » trouve un refuge à ses peines d’amour dans les ombelles des sureaux en fleur au mois de juin.

        Litaniefleurs-de-sureau

        Paix des soirs dans les bois sauvages,
        Bleu silence des nuits sous les cieux étendu,
        Charme apaisant des mers mourant sur les rivages,
        Rendez-moi le repos que mon âme a perdu !

        Parfums des brises matinales,
        Du jour au flanc des monts ineffables blancheurs,
        Rosée, urnes des lys aux perles virginales,
        Sur ma tempe embrasée épandez vos fraîcheurs !

        Murmures des gorges profondes,
        Souffles mystérieux des bois où l’aube a lui,
        Ondoiements des moissons, balancements des ondes,
        Bercez d’un cœur navré, bercez l’intense ennui !

        D’où vient le trouble qui m’assiège ?
        Pourquoi ce vide morne, ô Dieu ! cette langueur ?
        Les beaux jours sont-ils morts ? et l’âge, de sa neige,
        A-t-il blanchi ma tête ? a-t-il glacé mon cœur ?

        Non ! de ses plus riches corbeilles
        Mon radieux été me verse le trésor :
        Dans les sureaux en fleur bourdonnent les abeilles,
        Au ciel l’astre de juin roule son disque d’or.

        Et pourtant ma vie est troublée !
        D’un indicible ennui je me sens consumer.
        Brises des eaux, senteurs des bois, voûte étoilée,
        Guérissez-moi ! mon âme est malade d’aimer »……

        Bonne fin de soirée à tous.

  9. On peut vous faire confiance , Monique , pour un poème au pied levé ! Il n´est pas léger , mais
    l´emphase était courante à cette l´époque . sourire .
    Mon programme sur Jean Ferrat vient de se terminer . Je suis une grande fan de Jean Ferrat , et je ne comprenais pas qu´on l´entendait si peu sur les ondes . Je me rends compte maintenant qu´il était écarté , même censuré , alors qu´il plaisait tant ! C´est curieux quand même que quelques personnes tiennent à ce point les rênes des médias , au point de barrer la route à un artiste , surtout à un homme pourvu d´un tel talent . Il nous reste à écouter ses chansons , et à les fredonner aussi . Un vrai plaisir . Bonne soirée , tous .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s