Le Tilleul

 

copyright

 Ce bel arbre aux feuilles en forme de cœur et qui symbolise volontiers l’ amour (Philémon et Baucis) est le héros du 7 juin du calendrier républicain.

Wilhelm Müller a écrit un poème titré « Le tilleul  » en 1822 qui fut mis en musique par Schubert.

Il trouve sa place dans un cycle de lieder « Le voyage d’ hiver  » qui raconte l’ errance d’ un jeune homme à la suite d’ un chagrin d’ amour.       

 » Devenu aussi célèbre qu’un chant populaire, ce lied a contribué à faire du tilleul l’arbre romantique par excellence. »
.

       DER LINDENBAUM

Am Brunnen vor dem Tore,
Da steht ein Lindenbaum,

Ich träumt’ in seinem Schatten

So manchen süßen Traum.

Ich schnitt in seine Rinde

So manches liebe Wort,

Es zog in Freud’ und Leide

Zu ihm mich immer fort
Ich mußt’ auch heute wandern

Vorbei in tiefer Nacht

Da hab’ ich noch im Dunkel

Die Augen zugemacht.

Und seine Zweige rauschten,

Als riefen sie mir zu:

« Komm her zu mir, Geselle

Hier find’st du deine Ruh’! »
Die kalten Winde bliesen

Mir grad’ ins Angesicht,

Der Hut flog mir vom Kopfe,

Ich wendete mich nicht.

Nun bin ich manche Stunde

Entfernt von diesem Ort,

Und immer hör’ ich’s rauschen:

« Du fändest Ruhe dort! » 
.

LE TILLEUL

Près de la fontaine, à la porte de la ville,

S’élève un tilleul ;

Dans son ombre,

J’ai fait tant de doux rêves.

Dans son écorce,

J’ai gravé tant de mots d’amour ;

La joie comme la peine

Toujours vers lui m’ont attiré.
Mais aujourd’hui encore j’ai dû partir 

Dans la nuit profonde;

Alors dans l’obscurité,

J’ai à nouveau fermé les yeux.

Et ses rameaux bruissaient

Comme pour m’appeler :

« Viens donc à moi, compagnon

Ici, tu peux trouver le repos ! »
Les vents froids

M’ont fouetté le visage,

Mon chapeau s’est envolé,

Mais je ne me suis point retourné.

Aujourd’hui, je me trouve 

Bien loin de cet endroit,

Mais je continue à entendre ce bruissement:

« Là-bas, tu trouverais le repos ! »

(Traduction de Charlotte Ronsiek)

Publicités

34 réflexions sur “Le Tilleul

  1. Bonjour à tous les amis, le tilleul un arbre légendaire par sa longévité, il peut atteindre jusqu’à 800 ans, alors toi le promeneur solitaire qui passe sous cet arbre, tu verras peut être le chevalier près de sa dame lui récitant quelque poème comme celui-là :

    Le tilleul
    « Illustre hôte ! Si dans mon ombre

    Tu fuis d’une chaude journée d’été les rayons,

    Si, un luth sur les genoux et une cruche dans l’eau froide,

    Tu es reconnaissant d’être assis dans ma fraîcheur :

    Ne me verse pour cela ni vin ni huile,

    Les arbres vigoureux vivent de la pluie céleste ;

    Consacre-moi plutôt une rime flatteuse

    Qui rende jaloux les arbres stériles

    Ou féconds ; et ne dis pas : « Que fait ce tilleul

    Dans un poème ? » — Les forêts dansent quand Orphée chante.
    (Jan Kochanowsky (1530-1584) , traduit du polonais par Alice Catherine Carls)

    Na lipę

    Uczony gościu ! Jesli sprawą mego cienia

    Uchodzisz gorącego letnich dni promienia,

    Jeślić lutnia na łonie i dzban w zimmej wodzie

    Tym wdzięczniejszy, że siedzisz i sam przy nim w chłodzie :

    Ani mię za to winem, ani pój oliwą,

    Bujne drzewa nalepiej dżdżem niebieskim żywą ;

    Ale mię raczej daruj rymem pochwalonym,

    Co by zazdrość uczynić mogł nie tylko płonym,

    Ale i płodnym drzewom ; a nie mów : « Co lipie

    Do wirszów ? » — skaczą lasy, gdy Orfeus skrzypie.

    Merci Dominique d’évoquer aussi la musique c’est un double bonheur, paroles et musique !! le tilleul serait symbole d’amitié, de tendresse et de fidélité. Les Scandinaves et les Germains le vénèrent. Suprême bonheur, après une ondée bienfaisante, par un beau jour d’été, s’asseoir sur un banc sous un tilleul et fermer les yeux. Ici soleil et bises.

      • Bonjour l’amie, une très jolie page culturelle, je dois dire, comme d’habitude.

        Mareria nous emmène au concert, c’est parti ! bises

      • Merci Monique et tous pour vos amabilités au sujet des pages du jour.
        Le but premier était de créer des espaces pour nos échanges et petit à petit, on se pique au jeu et loin de rédiger une page domipedia, il s’ agit de trouver un éclairage particulier pour mettre le sujet du jour en lumière.
        Et vous tous y participez à fond par vos poèmes, savoir et expériences, c’ est tranquille et riche de bonne humeur.

  2. bonjour ce dimanche matin nous voila infusé par Franz Schubert , Ein österreichischer Komponist der weißen Stadt der Walzer von Wien ( un compositeur autrichien de la ville blanche des valses de Vienne ) , le tilleul pour les grands-mère et pour les abeilles qui aime ce nectar parfumé , en infusions apaisantes ou miel odorant c’est toujours fort plaisant et bienfaisant , les indiens iroquois les saulteux les nippissing les anikouets les ottawas aiment le tilleul des feuilles a l’écorce sans scalpes d’hommes blancs , ils regardent les immenses forêt et disent par le grand manitou y a du tilleul partout…..

    • Bonjour Klaus, voilà un langage poétique que tu connais bien…. oui, l’infusion de tilleul était pour les grands-mères je ne sais pas si les temps ont changé car, c’est une mode, on revient aux remèdes par les plantes. En route pour une page culturelle , voici un autre auteur que tu dois connaitre aussi :

      L’allée des tilleuls

      Un porche, une arche de plein cintre,

      Prés et collines, avoine, bois,

      Un beau manoir, et, dans l’enceinte,

      L’ombre d’un parc obscur et froid.

      Là, se dissimulant leurs faîtes

      Dans la pénombre de l’allée,

      Des tilleuls gigantesques fêtent

      Leur deux centième jubilé.

      Leur voûte refermée domine

      Une pelouse et des massifs

      Que quelques sentiers rectilignes

      Vont traversant en raccourci.

      Pas une tache de lumière

      Sur le sable sous les tilleuls.

      Seule au loin la sortie s’éclaire

      Comme la bouche d’un tunnel.

      Mais un jour les tilleuls fleurissent

      Et dans le parc alors s’épand,

      Avec leur ombre, le délice

      De leur arôme conquérant.

      Les flâneurs en chapeau de paille

      S’arrêtent tous en respirant

      Cette senteur inconcevable

      Et que l’abeille seule entend,

      Qui vous prend au cœur et figure

      Alors l’objet et la teneur

      Du livre enclos sous la reliure

      Du parc et du massif de fleurs.

      Sur le vieil arbre centenaire,

      Rideau tombant sur le logis,

      Brûlent sous les gouttes de cire

      Les fleurs allumées par la pluie.

      (Boris Pasternak)

      Bonne journée.

  3. Bonjour ! C´est vrai Monique , que le tilleul sent bon , et de loin . Et la teinte un peu argentée des feuilles , et du petit pédoncule plus clair des graines , en font un bel arbre . C´était un arbre
    à cabanes chez mes grands-parents , (concurrent du cèdre )et on profitait de l´escalade pour essayer d´attraper les graines . Ma grand-mère nous donnait une tasse le soir , en vacances , pour être sûre que nous dormions . Jusqu´au jour où j´ai trouvé un vermisseau qui flottait !
    Hop , en douce dans les pots de fleur …. une époque où on ne discutait pas : ))
    Mais il faut éviter de garer sa voiture la nuit sous un tilleul . Il suinte une sorte d´exsudat collant . Quand nous passions par l´Allemagne , nous faisions attention , ils aiment bien les tilleuls
    là-bas . On en voit souvent .
    Encore une belle page , Dominique , merci et bonne journée , à tous .

    • Bonjour Darie, j’ ai lu que le tilleul avec son tronc parfois évidé a souvent servi de cachette pour échapper aux poursuivants.
      C’ est aussi une sorte d’ arbre à palabres et planté volontiers sur les places publiques, il participe à la concorde.

      • L´arbre à palabres , Dominique , a été remplacé chez nous par le bistrot . Rire .
        Il y en a ( arbres à palabres ) qui sont même aménagés avec un banc circulaire de briques .
        J´ai vu cela en Inde , et tant qu´il y a de la place , les villageois s´installent , les enfants aussi bien sûr , racontent le conte . Un copain néo-zélandais disait plutôt ,  » We tell some lies  » …
        Cela me fait toujours rire quand j´y pense . Car le jeu est de séparer le vrai du faux : ))

  4. Bonjour ensoleillé: le tilleul est l’arbre romantique par excellence,grâce à Herr W. Müller..Mais la légende de Philémon et Baucis, le poème de Jan Kochanowsky prouvent qu’il est bien présent partout dans la réalité et l’imaginaire.
    Je viens de passer deux soirées aux  » Fougère Musicales » ( n’ayant pu assister aux trois premiers concerts): festival de musique classique, qui s’implante solidement, avec des musiciens du Quatuor Thymos, et beaucoup de l’Orchestre de Paris, qui sillonnent le monde: tous excellents, et d’une chaleur et d’une simplicité incroyables; l’association se démène pour les accueillir chez l’habitant; ces concerts se déroulent dans la belle église St Sulpice: Schubert, Beethoven, Vivaldi, Mozart, Mendelssohn..m’ont emmenée chez les anges.. La programmation pour l’an prochain est déjà faite; quelle chance d’avoir ce festival dans une petite ville!
    C’est grâce à lui que j’avais découvert « Sirban Octet » l’an passé.
    Voici un court poème de Victor Hugo  » écrit au pays basque: San Sebastian 30 juillet 1843
    « Et l’antique tilleul, sur cette antique église,
    comme pour l’embrasser, au souffle de la brise,
    penchait ses longs rameaux dorés par le ciel bleu,
    et j’avais le coeur plein de toutes les ivresses,
    car j’assistais, pensif, aux augustes caresses
    que la nature fait à Dieu. »

  5. bonjour Dominique , Monique , Darie …

    osobiście wolę zimne piwo, a nie gorącej herbaty ( personnellement je préfère une bière fraîche plutôt qu’une tisane chaude ) , la bière mousse mon sourire l’eau est des feuilles noient mes plaisirs et mes rires , j’ai demandais au polak jurek ce qui pense d’une tisane de tilleul avant de dormir, il m’a répondu pourquoi pas avec un litre de vodka , il aime les fruits ce polak comme la cerise la fraise le citron mais dans de l’eau distillée déminéralisée mélangé a l’éthanol et pourquoi pas une vodka fait avec du piment histoire d’avoir de la voix , je suis pas encore assez vieux pour la tisane le soir ou la nuit si je me lève a cause d’une soif je m’envoi une leffe une bière belge de l’abbaye de leffe merci mon dieu , c’est sant-soir ou c’est sainte-nuit je suis bien chaussée comme un moine pour ne pas glisser sur les pavés du sol , je préfère naviguer dans l’écume de la bière que me lever dans la longue nuit pour que les toilettes deviennent un port d’attache ………

      • Dominique je bois de tout sauf de l’eau et le champagne ( j’aime pas ) pour les fètes je bois du champomy comme les enfants …la meme couleur et les bulles …..

      • Klaus , quoi vous n´aimez pas le champagne !? En voilà un caprice . Ah , vous préférez le ratafia de champagne ? Vous avez raison , c´est encore mieux .
        On va vous préparez un ratafia de tilleul pour dormir .
        A partager avec Monique qui ne dort pas bien .

  6. lundi matin direction l’ardèche dans la ville de vals-les-bains non pour jouer au casino non plus pour boire un guodet de flotte des 145 sources d’eaux minérales différentes , cette ville est une station thermale dans le traitement du diabète et les affections du foie et de l’estomac et des intestins et les problèmes d’obésité , je suis pas gros hi!hi! et j’aime pas l’eau , cette ville est bordée par la belle ardèche et la besorgues et dans son coeur coule le voltour et la volane on ne peut y mourrir de soif , je connais très bien cette ville nous y allons voir un camarade et chercher de l’eau beurk!! , il y a un immense parc fait d’ombre et de bonnes fraîcheur , a l’entrée face au gra nd hotel il y a une source intermittente qu’y jaillit naturellement toutes les six heures a plusieurs mètres de hauteur c’est un vrai spectacle quand l’eau sort des pierres on se mouille vite le dop a la guimauve , je sais c’est écrit a l’entrée du parc que les eaux de vals ont été découvertes en 1602 par un ramasseur de poisson pierre brun un blon ardèchois a l’haleine d’anchois et de baleine , il a consommé une barrique de cette flotte et fut guéri mais rouillé de la maladie de la pierre ceci cela a fait la longévité aux eaux de vals pour ces bienfaits , pour ceux qui connaissent pas la maladie de la pierre c’est une maladie ( fibrodysplasie ossifiante progressive ) c’est une salle maladie héréditaire qui arrive vers l’âge de 2 a 5 ans, cette dite maladie enferme le corps humain dans un second squelette , tout les muscles et les tissus se transforment en plaques osseuses, il devient impossible de bouger les articulations cessent de fonctionner , a vals notre camarade est un ancien de la deuxième guerre mondiale et d’indochine et d’algérie c’est un compatriote a moi qui est devenus ardéchois et chante a l’armonica que la montagne est belle dans le parc est chante la valse dans le souffle de son vieux accordéon , on se cotise tous ainsi que des jeunes de nimes d’ardoise et ont glisse cela dans une enveloppe , a chaque fois il mouille par des larmes les ongles de ces sandales , c’est un ancien voila tout un camarade un frere un père c’est un homme c’est juste un homme qui garde dans ces yeux les souvenirs du fanion …..

    • Klaus , j´ai vu il y a longtemps , un reportage sur un enfant atteint de cette maladie ( dite rare ) . C´est terrible , et il faut des gens très disponibles et attentionnés autour d´eux .
      C´est génétique . Je ne crois même pas qu´il y ait de traitement .
      Comme dit Dominique , heureusement quand l´entourage aide , car tout devient impossible .

  7. voila je vous souhaites un beau dimanche je file a l’apéro a l’ombre il fait déja une chaleur intenable au soleil , on mange du frais en ce moment et des griades , la salade et tomates sont reines comme les andouillettes , sans oublier les glaces fait par notre patissier ( des bonnes glaces maison ) , nous avons eu peur il a eu mal au dos hier , menfin a coup de pieds pour aller en cuisine hi!hi! c’est pas un patissier caporal chef qui va faire le malade en été on est malade en hiver non mais des fois faut une justice quand meme …a lundi en fin de journée ..bises a tous …..GO!GO!

  8. Farniente non pas sous le tilleul, mais sous le marronnier…. une escale avec un poète oublié Jean Aubert (1921-2011) « Flammes vives, 1996 »

    Que chantes-tu dans le tilleul
    Pareil à l’oiseau dans les feuilles,
    Reprends-tu ses mots quand tu cueilles
    Les fleurs muettes du tilleul ?
    Ou dans le soir et ses promesses,
    Quand la nuit vient, est-il le seul,
    Ivre de toutes ses prouesses
    À vibrer du chant du tilleul,
    Plus beau que toutes nos richesses ?
    Que chantes-tu dans le tilleul ?

    Bon après midi, entre nuages et soleil.

  9. Rimbaud aussi a évoqué les tilleuls dans un poème .
    Il reconnait que 17 ans est l´âge de tous les dangers , mais le repos sous les tilleuls
    l´assagissaient le temps d´une sieste … I et II / IV .
    -I-
    On n’est pas sérieux, quand on a dix-sept ans.
    – Un beau soir, foin des bocks et de la limonade,
    Des cafés tapageurs aux lustres éclatants !
    – On va sous les tilleuls verts de la promenade.

    Les tilleuls sentent bon dans les bons soirs de juin !
    L’air est parfois si doux, qu’on ferme la paupière ;
    Le vent chargé de bruits – la ville n’est pas loin –
    A des parfums de vigne et des parfums de bière…
    -II-
    – Voilà qu’on aperçoit un tout petit chiffon
    D’azur sombre, encadré d’une petite branche,
    Piqué d’une mauvaise étoile, qui se fond
    Avec de doux frissons, petite et toute blanche…

    Nuit de juin ! Dix-sept ans ! – On se laisse griser.
    La sève est du champagne et vous monte à la tête…
    On divague ; on se sent aux lèvres un baiser
    Qui palpite là, comme une petite bête…

    C´était une âme tourmentée , et il écrivait si bien , avec ses tripes , comme on dit .

  10. Voilà les deux prochaines strophes , Dominique , c´était dommage de ne pas les mettre aussi .
    Et puis ils se terminent dans une balade sous les tilleuls …
    Le coeur fou Robinsonne à travers les romans,
    Lorsque, dans la clarté d’un pâle réverbère,
    Passe une demoiselle aux petits airs charmants,
    Sous l’ombre du faux col effrayant de son père…

    Et, comme elle vous trouve immensément naïf,
    Tout en faisant trotter ses petites bottines,
    Elle se tourne, alerte et d’un mouvement vif…
    – Sur vos lèvres alors meurent les cavatines…
    -IV-
    Vous êtes amoureux. Loué jusqu’au mois d’août.
    Vous êtes amoureux. – Vos sonnets La font rire.
    Tous vos amis s’en vont, vous êtes mauvais goût.
    – Puis l’adorée, un soir, a daigné vous écrire… !

    – Ce soir là,… – vous rentrez aux cafés éclatants,
    Vous demandez des bocks ou de la limonade…
    – On n’est pas sérieux, quand on a dix-sept ans
    Et qu’on a des tilleuls verts sur la promenade .
    de Arthur Rimbaud .

  11. Darie, on peut dire que l’homme aux semelles de vent a écrit une œuvre fulgurante car ses poésies tiennent dans peu de pages, « Le bateau ivre » est un chef d’œuvre et je crois que toutes les générations ont appris au moins « Ophélie » et « Le dormeur du val », ce dernier poème a servi de tremplin à quelques grands de la chanson comme Reggiani. Rimbaud a cessé d’écrire à l’âge de 19 ans, le reste de sa vie, soit 18 années qu’il s’est appliqué à brûler avec la même virtuosité qu’il avait mise dans ses poèmes. Bonne fin de soirée.

    • Monique , à 19ans ? je ne savais pas . C´est curieux qu´il ait perdu si tôt , soit l´inspiration , soit
      l´envie , il avait une verve inouïe pour cet âge . Les mauvais génies ont eu raison de lui . C´est dommage . Bonne soirée , à vous , à tous .

      • Bonsoir les amies, merci Darie pour la suite du poème.
        Il y a des inspirations adolescentes qui disparaissent avec la croissance vers l’ âge adulte.
        Et nous, nous nous bonifions -:)))
        Bon dodo copines.

  12. J’ai une pensée pour l’ami rose qui doit jubiler dans son maquis et ses criques à moins qu’il ne soit transformé en tailleur de pierre, il se moque donc du lundi qui était pour lui le jour le plus pénible…. et ce sera la St-Médard, les paysans y croient ferme mais personne n’a jamais prouvé le dicton des quarante jours de pluie. J’ai jeté un œil sur la météo, demain beau temps ! les moustiques attaquent, je vais devoir éteindre l’ordi et me réfugier chez Akira Ifukube, compositeur japonais, et son églogue symphonique pour koto à vingt cordes et orchestre, de quoi devenir zen. Bonne fin de soirée à tous.

    http://www.youtube.com/watch?v=bQzyMxlxK64

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s