Jasmin Jasmine

Le Jasmin 

 » Reine des fleurs pour les parfumeurs, avec la rose, le jasmin est aujourd’hui encore cultivé à Grasse, considérée comme la ville du parfum, mais également et surtout en Egypte et en Inde. En France, cette fleur blanche très fragile, qui nécessite des heures de cueillettes manuelles, est récoltée au mois d’août à Grasse  avant même le lever du soleil. Un travail minutieux et long qui fait du jasmin une plante réservée à la parfumerie de luxe. 

 Nombreuses sont les grandes fragrances à compter parmi leurs ingrédients le jasmin. Le N°5 de Chanel, crée en 1921, s’articule autour du jasmin. 

La maison Guerlain a elle aussi recours au jasmin, ingrédient phare d’un grand nombre de ses parfums. C’est notamment le cas de « Shalimar ». Si le jasmin n’est pas une des notes clés de l’essence, qui repose essentiellement sur la bergamote, l’iris, et la vanille, le jasmin fait partie du coeur de Shalimar, tout comme la rose. »

Et aussi le fameux « Joy » de Patou lancé en 1930. 

 « Le printemps-été 2015 se fera sur une note de jasmin, tendance de la saison en parfumerie. Cultivée en Inde, en Egypte, en France, en Calabre ou au Maroc, la plante sera au centre d’un grand nombre de fragrances estivales. »

(d’ après LADEPECHE.fr du 12/04/2015)

La Jasmine

Le Jasmin est symbole de l’ Amour et du charme féminin irrésistible.

Dans les récits des Mille et Une Nuit, voici donc la princesse Jasmine, fille de sultan. 

 Elle doit se marier à 16 ans, le jour approche et Jasmine, intelligente, têtue, qui ne prend pas de grands airs mais qui sait ce qu’ elle veut et surtout ce qu’ elle ne veut pas, c’ est à dire épouser qui on lui dit, fuit la demeure paternelle et …

Bref, sur la place du marché, elle tombe amoureuse d’ Aladdin, un peu voleur mais très joli garçon et tout cela finira bien.

Et voilà. 

 

Publicités

32 réflexions sur “Jasmin Jasmine

  1. Bonjour la communauté du jasmin, une fleur qui ne paie pas de mine mais au parfum incomparable. Je ne suis pas Jasmine mais je reste Shalimar à travers plus d’un demi siècle… parfum entêtant et suave, une aventure d’Orient où l’on croit voir les odalisques de Loti… et que dire de l’iris magique apprécié des créateurs de parfums, justement j’aime Infusion d’iris de Prada, c’est léger et discret (comme moi !)
    Le jasmin, c’est aussi la fleur d’une révolution, là je pense qu’elle s’est vite fanée, n’étant pas dans le contexte de sa pureté et de sa blancheur.
    Voici le long poème de Sabine Sicaud, l’enfant poète trop tôt disparu mais admiré par Anna de Noailles, une grande référence.

    Le jasmin

    Un nom de fleur… Pour vous, ce n’est peut-être
    Qu’un nom charmant, sans plus. Il en est tant!
    Pour d’autres, c’est peut-être, à la fin du printemps,
    Dans l’air tendre, un parfum qu’ils pensent reconnaître.

    La fleur même… ils l’ont vue un jour; ils savent bien
    Qu’elle est blanche et petite et rit aux heures chaudes
    En la fraîcheur de retombantes palmes d’émeraude.
    Mais, pour moi… de tout ce qu’elle est pour moi, nul ne sait rien.

    Nul, s’il n’a, comme moi, contre sa joue,
    Senti les fins petits doigts caressants
    D’un arbuste penché dans le soir qui descend,
    Et senti comment des étoiles se dénouent

    Quand le vent joue avec des branches – nul, ailleurs,
    Ou sous un ciel pareil, s’il n’a, pour une branche,
    Pour une branche d’où glisse un bouquet d’étoiles blanches,
    Connu la grâce d’un jardin sauvage et sa douceur,

    Nul ne sait… Ô bijoux vivants, pétales
    Faits de neige et de lait, de jeune émail,
    De nacre ou d’ivoire si blanc, de blanc corail,
    D’une chair de jacinthe ou d’ixaura si pâle,

    Blancheur qu’à sa mantille, entre un œillet de sang
    Et le jaune pompon d’une rose, l’Espagne,
    La brune Espagne, veut comme au front blanc de ses montagnes –
    Blancheur qui semble un talisman, blancheur en qui l’on sent

    Quelque chose du cygne, des colombes,
    De l’hermine – et qui vient, comme l’encens,
    D’un sol qui brûle sous des cieux éblouissants.
    Mon jasmin d’Orient! mon jasmin qui retombe

    Du vieux mur que je sais dans un jardin gascon,
    N’êtes-vous pas vraiment tout ce que j’imagine?
    L’âme des citronniers, des lauriers-roses, des glycines,
    Je la respire en vous comme sur un balcon

    Tourné vers les pays des caravanes…
    Je suis à la terrasse où des fleurs se défont
    Comme des glands de perles sur vos fronts,
    Graves petites filles musulmanes!

    J’en tresse comme vous des colliers à sept rangs –
    Et c’est un vieux marchand couleur de datte sèche
    Qui me vendit hier ses flacons odorants
    Pour asperger d’ardentes gouttes la nuit fraîche…

    Et vous pouvez être là-bas, mon doux jasmin,
    Rose comme la rose ou blond comme l’abeille.
    – Le mimosa d’Égypte a des touffes pareilles,
    Les roses d’Ispahan ont ces tons de carmin –

    Mais vous restez pour moi du blanc des coquillages,
    Minuscules cornets d’albâtre, cire en pleurs,
    Miettes de clair de lune aux trous noirs du feuillage,
    Fleurs de mon beau jasmin sauvage, dont le cœur

    Semble caché dans l’étui blanc d’une veilleuse.

    C’est blanc que vous voyait, le long de nos chemins,
    Dans l’ensorcellement d’une journée heureuse,
    Le grand poète de chez nous, qui, brin par brin,
    Vous cueillait, rameaux de Gascogne, pour sa Muse!

    Tout blanc, vous vous tendez aux papillons qui musent
    Autour de l’Ermitage , entre les espaliers.
    Au chapeau du vieux puits vous mettez une aigrette;
    Vous couronnez le toit penchant de Françonnette
    Et, pour l’Aveugle, parfumez Castelculier

    C’est pourquoi, le Poète et vous, portez sans doute
    Le même nom qu’une fée a choisi.
    C’est pourquoi l’on vous veut, parant la route
    De ceux qui vont, chantant les fleurs de leur pays.

    Jasmin, jasmin d’argent, n’êtes-vous pas l’image
    De l’étoile que les bergers suivaient avec les Mages?
    La nuit a pris sa cape grise… Conduisez
    À travers les jardins le long pèlerinage!
    Qui donc verra jamais votre petit visage,
    Si menu, si menu, sous les rameaux entrecroisés,
    Tel que, moi, je le vois, sans même ouvrir la porte,
    Sans même avoir besoin de regarder dehors,
    Si c’est le temps du premier scarabée aux ailes d’or?

    Vous êtes là… si c’est l’hiver, qu’importe!
    Puisque, à mes yeux, vous ne vous fanez pas,
    Mystérieux jasmin qui me parlez tout bas,
    Puisque vous ne pouvez avoir pour moi de feuilles mortes. »

    A plus et bises.

  2. Bonjour parfumé à l’entêtante senteur du jasmin ( le « vrai », pas celui d’hiver); Dominique, vous êtes un vrai « nez »! J’ai souvent parlé de mon jasmin qui prospère dans le jardin, assez à l’abri, et pendant 2 mois l’an passé les fleurs se sont succédé, embaumant tout le voisinage; las, cette année, un Attila me l’a ratiboisé (il avait des centaines de boutons), car il était entremêlé à la glycine. Je me console avec ceux qui ont été plantés autour d’arceaux en bois, sur un parking,et je vais humer ses fleurs , dont le parfum est un peu altéré par les autos…
    Voici une petite » mise en nez » avec cet extrait de  » Ischia » Lamartine:
     » A la molle clarté de la voûte sereine
    Nous chanterons ensemble assis sous le jasmin,
    Jusqu’à l’heure où la lune, en glissant vers Misène,
    Se perd en pâlissant dans les feux du matin.  »
    Et quelques strophes d’un long poème d’Apollinaire « Les Collines »:
    « …Bien souvent j’ai plané si haut
    Si haut qu’adieu toutes les choses
    Les étrangetés les fantômes
    Et je ne veux plus admirer
    Ce garçon qui mine l’effroi

    Jeunesse adieu jasmin du temps
    J’ai respiré ton frais parfum
    A Rome sur des chars fleuris
    Chargés de masques de guirlandes
    Et des grelots du carnaval

    Adieu jeunesse blanc Noël
    Quand la vie n’était qu’une étoile
    Dont je contemplais le reflet
    Dans la mer Méditerranée
    Plus nacrée que les météores

    Duvetée comme un nid d’archanges
    Ou la guirlande des nuages
    Et plus lustrée que les halos
    Émanations et splendeurs
    Unique douceur harmonies

    Je m’arrête pour regarder
    Sur la pelouse incandescente
    Un serpent erre c’est moi-même
    Qui suis la flûte dont je joue
    Et le fouet qui châtie les autres

    Il vient un temps pour la souffrance
    Il vient un temps pour la bonté
    Jeunesse adieu voici le temps
    Où l’on connaîtra l’avenir
    Sans mourir de sa connaissance

    C’est le temps de la grâce ardente
    La volonté seule agira
    Sept ans d’incroyables épreuves
    L’homme se divinisera
    Plus pur plus vif et plus savant » (..)

      • Bonjour Dominique, une lettre s’était rajoutée à mon adresse. J’ose avouer que je n’ai jamais vu le film de Disney…j’irai l’emprunter en DVD au rayon enfants de la médiathèque…
        Ici: 14 ° grrr brrr. Ma première vraie rencontre avec le jasmin, cela a été à Syracuse; d’énormes buissons en fleurs l’entouraient. Et juste pour la nostalgie, la chanson de Salvador, ici chantée par Montand, avec de belles photos https://www.youtube.com/watch?v=0ZNnJvVJNmU

      • Donc mon hypothèse s’ est révélée juste !
        Vous aurez rectifié de vous-même, à propos d’ une lettre en plus, j’ ai écrit « …the ColourS » bien sûr,
        il n’ y a pas de S .

    • Mareria, je n’ avais pas vu votre questionnement hier sur « Trooping the Colours ».
      C’ est une cérémonie annuelle pour célébrer
      l’ anniversaire officiel de la Reine et le prétexte pour les régiments de défiler en grande pompe.
      C’ est le salut aux drapeaux issu du ralliement des différents régiments à leur étendard sur les champs de bataille.
      Le deuxième samedi de juin est la date retenue et le spectacle est absolument parfait.

      • Dominique , je suis allée regarder les images sur google . C´est encore plus spectaculaire
        qu´un défilé du 14 juillet ! J´ai appris récemment que les bonnets des « guards  » sont en vraie fourrure d´ours . S´ils était synthétiques ( pour ménager la population d´ours ) , ces bonnets
        ( ou chapeaux ?) seraient importables sous le soleil . C´est british jusqu´à la pointe des baïonnettes ! Ils sont très grands , ( plus le haut bonnet ) , et j´ai vu une photo hilarante de
         » leur  » président ( I , myself ), marchant dans une haie d´honneur de guards géants .
        L´emplumé aux plumes de cacatoès derrière ne cachait pas son plaisir .
        Quoique lui …. l´emplumé , il m´a fait rire aussi : ))

      • C’ est un spectacle unique Darie, incomparable, saisissant.
        J’ ai eu l’ honneur une année d’ être dans la tribune,
        Une expérience épatante.
        Oui de vrais poils d’ ours et la légende dit qu’ ils continuent de pousser …

      • Bonjour l’amie Dominique, je viens de regarder Trooping the Colours en image, quelle parade, quel faste c’est quand même mieux que la Carmagnole de la république quand les sans dents chantaient « ah, ça ira, ça ira, les aristocrates à la lanterne… » notez que maintenant c’est la république qui crèche à la lanterne même s’ils ne sont pas très éclairés !!!! nos prochaines grandes pompes, c’est la fête nationale et ce jour là, je suis vissée devant le défilé, je hisse le drapeau national à la fenêtre et je décore la table avec les trois fleurs champêtres bleu blanc rouge…. tout en reconnaissant que la fleur de lys d’argent sur fond bleu c’était autrement plus joli.

      • Oui, heureusement qu’il reste le 14 juillet, côté avenue; car du côté de la tribune gouvernementale,on a l’impression d’être avec des personnages de Labiche, comme tous les jours, et où que soient ces personnages de guignol …

  3. salade et légumes euh! pardon .. salamalikoum je voulais dire mes nobles amies , ce n’est pas mathilde qui est revenue mais Monique …

    ce dimanche blancheur jasmin , dans un thé dans une tasse chinoise bordée de dragon qui enfume le paysage , les jasmins , les bars a chicha qui grise de fumée les esprits , au domaine l’air et pure a l’aube je me suis mis deboutau pas de la porte en criant pocahontas en voyant arriver le prince des voleurs des babouches aladin acheter sur le net , je n’ai pas sentit le doux parfum de jasmine ni vue le grand vizir d’agrabahperroquet et jafar a cheval sur le perroquet rouge et doué de parole la bavard lago , du matin au long du chemin cela serait curieux de voir venir un marchand ambulant d’un pays au desert infini sans carte de séjour en migrant touriste nourrit pas des associations avec les deniers de l’état . le soleil se lève a l’ouest sous les ponts de gare ou de caserne désafectée ou flânent et rêvent des marchand de tapis pour venir ramasser nos quelques sesterces et aureus que nous épargons dans un filet de voleur pour leurs pèches miraculeuse sur du sable d’or , les tapis volant envoûtes ces parvenus dans nos rues a crier misère voila que le vent souffle de l’est ce n’est pas cela la magie des nuits d’orient c’est la prestigieuse caisse allocation familliale de la france a recevoir une musette de grailles est une pile pour le portable et un ticket de métro par manque de VTC et UberPop pour aller maniféster devant la cour nationale du droit d’asile , une rencontre fortuite dans les couloirs du métro devenus cirque deux tigresses pécresse et NKM au slogan NTM cheveux aux vents chantant misère , misère c’est toujours sur les pauvres gens qu’ont s’acharnes obstinément , misère , misère , ça sera donc toujours nous les salauds qui vous bouff’ront le caviar sur votre dos , misère , misère …c’est pas pour demain la suite de la révolution 1789 des sans-dents par milles et cents …..il y a un épais brouillard triste depuis le 18 brumaire napoléon ….il reste juste a faire la roue comme le paon a lire un livre de valérie ou recevoir une baffe au fin fond d’un bar pour un trait d’humou plus ou moins glamour …..c’est beau l’amour …..

    • Bonjour tout le monde, ainsi d’ après l’ article que je vous ai donné à consulter , il semblerait que le Jasmin soit la fragrance à la mode du printemps -été 2015 ; nous sommes donc absolument dans le rythme !!!
      Quant à Aladdin, j’ ai rarement ri autant et tout haut au cinéma qu ‘ à la projection de ce film grâce au personnage du Génie génial, hilarious dans ses répliques et ses transformations à vue qui les accompagnaient.
      C’ était dans une des grandes salles de Leicester square au cœur de London.
      Bises les potes.

    • Bonjour l’ami Klaus, ah, ah, je vois que Jasmine t’inspire, j’entends déjà la musique « Sur un marché persan » de Ketelbey et je m’envole sur un tapis percé ! qu’il était beau l’Aladdin de mes rêves. Petite ce que j’ai dansé sur cet musique là et le tout pointé en en culotte bouffante !! aujourd’hui cette musique fait « bastringue » ….ah, la nostalgie n’est vraiment plus ce qu’elle était !!! un beau dessin animé , petits, les enfants disaient « un dessin abimé » bon dimanche au soleil et pour 1789, si tu veux rempiler, je suis ton homme ! je vais chercher la sulfateuse.. aïe !!

  4. Je tourne la page , nous voici au jardin des Milles et une Nuits … J´ai un souvenir ému de notre jasmin à la Réunion . La copine et moi , nous le reniflions dès la tombée du jour . Pas question de faire dans le romantisme à nous deux : ) , mais nous aimions notre jasmin , discret le jour , mais exubérant la nuit . Les parfums entêtants par contre , même s´ils coûtent cher , ne me disent rien . Dans le souk du Caire , nous avions acheté de l´essence pure de parfum ,
    mais oh-la-la … sur une bandelette de papier , c´était possible , mais en flacon , c´était ….
    suffocant ! Une vraie arnaque … Mais dans le souk , c´est le jeu …
    Les 40 voleurs , je les connais ! Bonne journée , le soleil est là et bien là . Youpeee …

  5. Et voici un ghazel persan (  » forme poétique arabe qui connut son apogée aux XIIIe-XIVe siècles dans la poésie persane avec Sa’adi et Hâfiz », dit aladinpedia),
    CLAIR DE LUNE
    « La lune bleuit le jardin et, dans l’ombre, Zeineh rêve. Elle est accroupie tout au bord du ruisseau limpide, un jasmin aux lèvres, l’âme resplendissante d’amour. Chaque battement de son cœur scande le nom du bien-aimé et la chanson de l’eau le lui répète. Zeineh sourit ; la fleur de jasmin palpite.
    L’heure s’écoule. Le jardin bleuit davantage. La lune a quitté le palmier dentelé et glisse derrière la colline ; un rossignol prélude ; ses notes énamourées s’égrènent une à une dans la nuit écouteuse.
    Zeineh lève le visage et rit.
    Mais la fleur de jasmin s’est échappée de ses lèvres. Elle est recueillie par le ruisseau où ne se mire plus la lune.
    Zeineh tressaille. Son regard cherche les pétales tombés au fil du courant. Mais le courant a emporté la fleur de jasmin et, là-bas, la grenouille mélancolique semble pleurer une joie évanouie.
    La fleur de jasmin est loin ; elle parfume l’eau fuyante.
    Dans le cœur de Zeineh plus rien, que le souvenir du parfum. »
    on en trouve plusieurs sur le site http://www.larevuedesressources.org/ghazels-poemes-persans,2608.html

  6. La dernière fois que j’ai vu Syracuse et ce n’est pas très éloigné, nous étions très loin de la chanson de Jean Sablon le créateur de « Syracuse » nous avions été prévenus qu’il nous fallait faire très attention aux nombreux pickpockets, d’ailleurs nous sommes tous partis sans un sou, je m’en souviendrai longtemps mais c’est une ville superbe.

  7. -ODEUR DE JASMIN-
    Ardent et désolé
    Rien ne m´aura comblé
    Que l´ardeur elle-même
    Et , parfois , un poème .

    Et l´odeur de jasmin
    Des nuits sans lendemain .

    L´odeur que je respire
    Lorsque j´aime , l´odeur
    Qui me ferait sourire
    Un poignard dans le cœur .
    de Robert Houdelot ,
    extrait de  » Le laurier noir  » .
    Jasmine , Marguerite , Rose , Anémone , Iris , Hortense , Violette , et Lily ( c´était moi ) .
    Lily convalj , c´est le muguet en suédois . Mais Lily in the valley , c´est le lys . Je ne sais donc
    pas ce que veut dire « Lily » exactement , mais Lily , c´était moi . Jusqu´à 10 ans : )

  8. Chère Lily, si je peux peux me permettre, apparemment ce Lily in the valley serait le muguet? mais pourquoi, Dominique? ce n’est quand même pas pour une raison balzacienne?

    • Oui Mareria , il me souvient que le Lily of the valley est le english muguet . J´ai fait un raccourci inconscient avec Le Lys dans la Valley : ))
      J´ai trouvé le lien de la chanson de la mariée d´hier pour son mari , Karl Philip Bernadotte de son vrai nom . C´est une famille originaire de Pau , et Viktoria est déjà allée sur les pas de ses
      aïeux . Je ne sais pas s´il y a encore des Bernadotte à Pau .-http://www.aftonbladet.se/nyheter/article20963061.ab
      Elle a écrit les paroles seulement . Elles sont sans prétention , c´est l´intention qui compte : ) Mais le mur de fleurs que l´on aperçoit vaut le coup d´œil !

      • Ces fleurs sont un enchantement….je peux dire que je n’ai pas vraiment compris les paroles…J’ai vu que sur SVT est toujours disponible une vidéo qui dure 9h 51 sur le Prinsbröllopet (cela me fait penser à la Vasalopet); cela signifie-t-il le mariage du prince ??; hier soir j’avais pu voir et entendre sans comprendre les explications de chefs cuisiniers sur les plats, et sur le dessert ( très fourni en pistaches):le suédois me semble difficile , et surtout je ne « reconnais » aucun mot, sauf prince…!!

      • Non , Mareria , sourire .
         » Lopp  » signifie  » course  » ;  » Vasa  » , est le nom du roi Gusta 1ier Vasa , qui a fait le trajet de 90km environ , en ski de fond , pour organiser la rébellion contre le Danemark , en 1521 .
        C´est une course difficile et célèbre chez les sportifs . Elle est bien organisée , à cause du nombre important de participants et sa longueur . Beaucoup abandonnent , parfois , mais c´est rare , quelqu´un décède . Mon mari l´a courue deux fois .
        Tiens-tiens , cela sonne … C´est Pussel , que vous connaissez maintenant : )

  9. Et pour l’étymologie de jasmin, le CNRTL est le plus complet; l’arabe yāsamīn, jasmin l’a emprunté au persan yāsamīn, yāsaman, yāsam; on retrouve le grec ancien ἰάσμη, attesté chez Dioscoride, comme désignant un arbrisseau de Perse…

  10. Séance de jardinage, et j’ai trouvé les 1ères framboises, et, oui- da, deux « bouquets » de jasmin, cachés derrière des feuilles de l’arbuste, dont je dois dire que la taille sévère l’a fait déjà repousser vigoureusement.
    Darie,j’aime bien le poème de Robert Houdelot , poète que je ne connais que par vous, et qui est souvent assez sombre. Et en cherchant des détails sur lui, j’ai trouvé ceci:
    Soledad
    L’Espagne, au loin, la mer
    Dormante sous la lune

    La haute croix de fer
    Au sommet de la dune,

    Ce calme, cette nuit
    De jasmins embaumée

    Tout ce royaume où luit
    L’étoile bien-aimée,

    Dans quelle élection,
    Mon coeur, plus belle au monde,

    Ta désolation
    Fut-elle plus profonde? Robert Houdelot (1912-1997). Poèmes (1926).

    • C´est vrai , Mareria , il a écrit des poèmes sur 14-18 , Poèmes de guerre , dans mon recueil .
      Mais il devait aimer l´Espagne , car Odeur de jasmin et Soledad sont réunis dans un chapitre
      « espagnol » . Mon petit livre comprend 106 poèmes ( quelques textes en prose ) , et il a écrit des poèmes sur l´Amour et les femmes très passionnés , avec même un peu d´érotisme , discret .

  11. Par définition, tous les parfums devraient « sentir » bon mais évidemment on peut en aimer certains et en détester d’autres. Un parfum qui ne sentirait pas bon ne peut être qu’une odeur ! c’est la différence aussi entre le pif et le nez !!!!!! avec Anna de Noailles, partons à la rencontre des parfums qui enchantent ou flattent les sens :

    « Les parfums

    Mon coeur est un palais plein de parfums flottants
    Qui s’endorment parfois aux plis de ma mémoire,
    Et le brusque réveil de leurs bouquets latents
    – Sachets glissés au coin de la profonde armoire –
    Soulève le linceul de mes plaisirs défunts
    Et délie en pleurant leurs tristes bandelettes…
    Puissance exquise, dieux évocateurs, parfums,
    Laissez fumer vers moi vos riches cassolettes !
    Parfum des fleurs d’avril, senteur des fenaisons,
    Odeur du premier feu dans les chambres humides,
    Arômes épandus dans les vieilles maisons
    Et pâmés au velours des tentures rigides ;
    Apaisante saveur qui s’échappe du four,
    Parfum qui s’alanguit aux sombres reliures,
    Souvenir effacé de notre jeune amour
    Qui s’éveille et soupire au goût des chevelures ;
    Fumet du vin qui pousse au blasphème brutal,
    Douceur du grain d’encens qui fait qu’on s’humilie,
    Arome jubilant de l’azur matinal,
    Parfums exaspérés de la terre amollie ;
    Souffle des mers chargés de varech et de sel,
    Tiède enveloppement de la grange bondée,
    Torpeur claustrale éparse aux pages du missel,
    Acre ferment du sol qui fume après l’ondée ;
    Odeur des bois à l’aube et des chauds espaliers,
    Enivrante fraîcheur qui coule des lessives,
    Baumes vivifiants aux parfums familiers,
    Vapeur du thé qui chante en montant aux solives !
    – J’ai dans mon coeur un parc où s’égarent mes maux,
    Des vases transparents où le lilas se fane,
    Un scapulaire où dort le buis des saints rameaux,
    Des flacons de poison et d’essence profane.
    Des fruits trop tôt cueillis mûrissent lentement
    En un coin retiré sur des nattes de paille,
    Et l’arome subtil de leur avortement
    Se dégage au travers d’une invisible entaille…
    – Et mon fixe regard qui veille dans la nuit
    Sait un caveau secret que la myrrhe parfume,
    Où mon passé plaintif, pâlissant et réduit,
    Est un amas de cendre encor chaude qui fume.
    – Je vais buvant l’haleine et les fluidités
    Des odorants frissons que le vent éparpille,
    Et j’ai fait de mon coeur, aux pieds des voluptés,
    Un vase d’Orient où brûle une pastille.

    (Anna de Noailles, Le coeur innombrable)

    • Monique , les fleurs nous charment le nez , mais je me dis que le parfum des fleurs ne nous est sans doute pas destiné ! C´est seulement pour les insectes et les papillons . C´est quand vous avez parlé des parfums qui sont plutôt des « odeurs » que j´y ai pensé .
      Et quand on dit  » odör  » en suédois , c´est très négatif . Cela ne sent jamais bon : ))
      Le  » arum titan  » de Sumatra sent la viande avariée , pour attirer les mouches .
      Mais le poème de Anna de Noailles est pour nous plaire , c´est certain , merci !

  12. Darie, vous avez la fibre poétique ! pour l’abeille et le papillon, les fleurs sont une nourriture, comme nous le pain, mais ils ne peuvent être touchés émotionnellement par les parfums qu’elles dégagent comme nous savons, nous, apprécier la bonne odeur des variétés de pain qui nous font saliver. Seuls les animaux sont attirés par une odeur, nous seulement par un parfum puisque nous nous en parons comme on endosse une toilette . J’ai déjà entendu des jeunes femmes se conseiller mutuellement sur une eau de toilette, l’une disait à l’autre, ce parfum ne te va pas, on l’associe donc à une personnalité Oui, c’est vrai que le mot « odeur » est populaire et signifie souvent mauvaise odeur mais nous avons aussi le mot « relent » qui, lui, ne peut pas faire office de parfum. La nature est bien faite quand même…..mais dommage que les limaces détectent le parfum des fraisiers… rire !!!! je ne connais pas le « arun titan » mais je vais m’instruire, merci et bonne fin de soirée.

    • Il y a aussi les effluves qui viennent souvent des buanderies , je crois , ou des marigots : )
      Nous étions dans dans les parfums d´Orient , le jasmin des soirées d´été , et nous arrivons au
       » arum titan  » et les limaces . Rire . Il y a un exemplaire de cette  » fleur  » dans un jardin botanique en Belgique , mais je ne sais plus lequel ( je regarde parfois le JT de Belgique sur TV5 monde , Ma chaine ! : ) Bonne soirée , à tous .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s