Le Grand Défi du 12 juillet

Aujourd’ hui le calendrier républicain célèbre une plante, l’ Orcanette des teinturiers.
image

Votre mission, si vous l’ acceptez, aligner un poème avec le mot du jour.*

*pour aider, se dit « Schminkwurz » en allemand.-:)))

~~~~~~~~~~~~~
Amis lecteurs, le défi à été relevé par mareria qui remporte lesvuesdelesprit d’ or
pour le poème suivant :

L’Orcanette (de Giorgos Azulejos 1924-2002).
« J’ai cueilli cette orcanette
Bleu d’Alexandrie, bleu céruléen,
Bleu de lapis lazuli
De ses racines fis
Grande alchimie
Garance d’Italie
Rouge de cinabre
Rouge de sang-dragon
Rouge d’Andrinople
Phyllanthion d’Occident,
Coccus de Paros,
Pourpre, carmin, vermillon
Orcanette de Laodicée,
Tu es ma préférée »
Je lis, ajoute mareria, que cela a été mis en musique par Démokritos Dioscoridès.

Publicités

65 réflexions sur “Le Grand Défi du 12 juillet

  1. Bonjour les teinturiers à vos bains (de vapeur) vous pouvez chercher longtemps et vous y avez même passé la nuit, orcanette n’est pas un mot connu de la poésie ! Orcanette de France ; Arquenet ; Ourcanette jaune ; Henné de Narbonne ; Bugle teinturière voilà un supplément de teinture où l’on pourrait espérer trouver….
    « Cette plante est un succédané du henné (lawsonia) que l’on appelle parfois Orcanette du Levant ou O. de Constantinople.
    Les racines violettes, séchées et broyées, sont brûlées comme encens pour la purification d’un local… »…. mais nous avons une poétesse très connue Vénus Khoury-Ghata : « Vénus Khoury-Ghata aime l’Orient et l’Occident, le désert et les fleurs, les chats et les humains, la prose et la poésie. Et les femmes au destin en zigzag, telle Yudah, petite fille de la tribu juive des nomades Qurayzas héroïne de son nouveau roman, » La fiancée était à dos d’âne » (2013), qui assaisonne avec bonheur la grande Histoire…
    Son épopée s’achèvera sur les barricades de 1848, au milieu des quelques grains de sable déposés par la délicate romancière franco-libanaise »….. à vos bibliothèques ! le résumé est alléchant :
    « Deux jours à dos d’âne pour trouver la fiancée idéale. Jambes et bras épilés, mains teintes au henné, une fille à marier doit ressembler à un miroir. Chacune espère être l’élue et partir vivre en ville. Le désert est fait pour les hommes, leur regard croit voir des oasis avec des palmiers lourds de fruits quand les femmes ne voient que du sable sur du sable. Un regard circulaire a suffi au rabbin pour trouver l’élue. Il choisit Yudah pour son nom, une contraction de Yahuda, et pour ses yeux baissés lorsqu’il l’a regardée. Toute femme est belle pour le rabbin du moment qu’elle n’est ni manchote ni borgne.

    Yudah est une jeune fille juive du désert algérien. Le jour où le rabbin Haïm la choisit pour être la nouvelle épouse de l’Émir Abdelkader, sa vie bascule. Yudah rêvait de palais mais se retrouve dans un campement de tentes balayé par le vent. Occupé sur d’autres fronts, l’Émir, lui, demeure invisible. Bientôt Abdelkader rend les armes : il est débarqué avec ses généraux à Toulon pendant que le reste de ses fidèles est envoyé sur l’île Sainte-Marguerite. Yudah est de ce voyage. C’est donc en France qu’elle poursuivra sa quête, inlassablement, à la recherche d’un époux qu’elle n’a toujours pas vu… Le destin merveilleux de la jeune fille du désert se réalisera-t-il ?  »

    A partir de cela nous avons mille possibilités mais cette petite fleur bleue est émouvante et fragile et à plus tard.

  2. bonjour par ce dimanche matin radieux …

    l’orcanette moi pas connaître , je n’ai pas regarder sur internet juste une fichette de nos jardinier du domaine , entre les plantes et fleurs de la terre et l’ancien c’est la terre et la lune du croissant a la boule de feu et du gros ballon lumineux qui gravite dans le ciel les nuits de pleine lune , sur les affichettes de jardinerie des maîtres experts des anciens qui travailles des gazons eux parcs c’est indiquer que la jolie orcanette est une plante méditerranéenne , elle sert de colorant du rose au poupre en passant par le beau violet , j’ai pas de navire qui tape sa quille sur le rebord d’une bassine avec a sa poupre un drapeau mauve aux couleurs de lavande de la provence en plein milieu de mon carré gazon , non que je déteste la marine et les marins d’eau de source mais je me vois pas faire un repos sur mon transat sous l’olivier et voir arriver une compagnie de petits canards en file indienne les uns dérrière les autres et prendre position sur mon vert gazon en position de combat romain la tortue , je suis pas indifférent a tout loin de moi de me sentir un ermite gravataire suivant l’écrit d’apollinaire ….., cité j’ai ri de tes palais tels que des truffes, blanches , au sol fouillé de clairières bleues , or mes désirs s’en vont tous à la queue leu-leu , ma migraine pieuse a coiffé sa cucuphe , j’ai fait pratiquement le tour de monde vue des endroits que vous ne verrez jamais mais j’ai juste voyager sans vraiment poser un regard sur la beauté du monde pour cause que mon métier prenez toute place , j’ai déja vue un défilé de petits canards en chantant …a la queue leu leu a la queue leu leu a la queue leu leu a la queue leu leu A… A… A… A… tout le monde s’éclate a la queue leu leu tout le monde se marre dans ma bassine bleu océan comme si elle était mare forestière semi-fermée en plein milieu d’un domaine ouvert sous ce ciel serein …

  3. Bonjour ! Le 12 juillet , date mémorable , avant-veille du 14 juillet . Et puisque l´orcanette a plus inspiré les teinturiers que les poètes , il va falloir écrire les poèmes nous-mêmes …
    Justement , je vois des echium vulgare qui lui ressemblent étrangement , cela va ( peut-être ) me donner des idées . J´ai cru que c´était la même plante , mais grâce au nom latin , j´ai pu voir que c´étaient deux plantes différentes .
    Bon … je vais chercher ma plume d´oie , et je regarde Pussel , ( ma muse : ))
    J´oublie … quel joli bleu que celui de l´orcanette ! Ce qui est curieux , c´est que l´isatis au fleurs jaunes donnent un joli bleu pastel , alors que l´orcanette aux fleurs bleus pastel donne un ton violet … Bonne journée !

  4. Bonjour tous. Finement joué, Dominique….Cette fleur me plaît beaucoup, et fait penser au lithodorum, qui n’a pas ses vertus tinctoriales.Il faut se casser la nénétte pour cette orcanette, et j’ai dû parcourir x pages pour enfin trouver quelque chose:
    L’Orcanette (de Giorgos Azulejos 1924-2002).
    « J’ai cueilli cette orcanette
    Bleu d’Alexandrie, bleu céruléen,
    Bleu de lapis lazuli
    De ses racines fis
    Grande alchimie
    Garance d’Italie
    Rouge de cinabre
    Rouge de sang-dragon
    Rouge d’Andrinople
    Phyllanthion d’Occident,
    Coccus de Paros,
    Pourpre, carmin, vermillon
    Orcanette de Laodicée,
    Tu es ma préférée  »
    Je lis que cela a été mis en musique par Démokritos Dioscoridès.

    • Mareria, j’ le crois pas !!!!!!!!!!
      Alors là, chui baba
      BRAVO
      ET en plus le poème est beau.
      Vous recevez la statuette des vuesdelesprit d’ or !
      Les amis STANDING OVATION pour mareria
      Bises.

      • Très drôles les coccyx de Paros.. Bon, en fait j’ai pas mal puisé dans « QUESTIONS NATURELLES ET MYSTÉRIEUSES  » de Démocrite, en ligne sur http://remacle.org/bloodwolf/alchimie/alchimieII.htm, et on a cette recette.de teinture: le mot coccus, grec κόκκος, désignait une sorte de cochenille. ou le kermès, parasite du chêne qui servait à teindre en rouge … » Prenez de l’orcanette, broyez; mettez quatre livres d’oseille et faites bouillir avec de l’urine, jusqu’à ce que l’oseille soit délayée; ayant filtré l’eau, mettez l’orcanette, faites cuire jusqu’à épaississement et, ayant filtré à nouveau l’orcanette, mettez la laine. Ensuite lavez avec l’urine, et après cela avec de l’eau. Faites sécher de même à l’ombre, Exposez aux vapeurs des algues marines la laine trempée dans l’urine, pendant 2 jours..
        Voici ce qui entre dans la composition de la pourpre: l’algue qu’on appelle fausse pourpre, le coccus, la couleur marine, l’orcanette de Laodicée, le cremnos, la garance d’Italie, le phyllanthion d’Occident, le ver à pourpre , le rose d’Italie. Ces couleurs ont été estimées entre toutes par nos prédécesseurs. Celles qui ne donnent pas de teinture fixe sont de nulle valeur. Telles sont la cochenille de Galatie, la couleur d’Achaïe, qu’on appelle laccha, celle de Syrie qu’on appelle rhizion, le coquillage et le double coquillage de Libye, la coquille d’Égypte de la région maritime qu’on appelle pinna, la plante appelée isatis, et la couleur de la Syrie supérieure que l’on appelle murex. Ces couleurs ne sont pas solides, ni estimées parmi nous, excepté celle de l’isatis. »
        J’ai ajouté Paros pour faire plaisir à Darie!

  5. j’ai pas l’âme poètique d’écrivain qui écrives des mots fins , je suis pas un beaudelaire ni un hugo une main dans le dos a déssiner de jolies mots sur un papier blanc de virginitée ..je vais éssayer car un légionnaire n’abandonne jamais sa parole fait foi …..

  6. Mareria , Bravissimo . Une petite chanson pour vous , sur le bleu de vos yeux ( peut-être … )
    -Le bleu de tes yeux-
    Lorsque je lève les yeux,
    Je rencontre le ciel
    Et je me dis : « Mon Dieu,
    Mais c’est sensationnel,
    Tant de bleu. »
    Lorsque je lève les yeux,
    Je rencontre tes yeux
    Et je me dis : « Mon Dieu,
    C’est vraiment merveilleux,
    Tant de bleu. »
    début de la chanson d´Édith Piaf .

  7. Die Schminkwurz qui color la vie du légionnaire ..
    de par les champs par travers de la forêt engloutit par le dommaine maquiller par le wurz bleu et mauve de la belle provencale orcanette qui donne de l’or a ce merveilleux paysage , l’ancien homme de troupe de combat marche et défile pour l’ultime devoir , ces yeux brillent d’un bleu azur noyés sous un ciel bleu ou résonne au son de tambour l’argent et l’or accrocher a l’emprise de l’honneur et fidélité , sa vie fut un combat sans peur et sans pleurs devant ces tombres sans nom creusées par ses mains de camarades partits au lointain portés par les oies sauvages au destin poupre du trépas , il sait qu’il ne les vérras plus il n’a pas de chagrain il a toujours su que c’était des repos sans fleurs ni couronnes , il n’avait pas le devoir de mettre une orcanette dans une canette d’un reste vide d’une nuit d’ivresse , il n’a pas mouiller de larmes perdues de ces yeux une ou deux pétales de mauves orcanettes un seul regard a suffit a milles mots qui se perdent dans le néant , parfois la nuit ou en fin de soirée retentit un mot un rire un cris qui arrive de nulle part pour se perdre dans l’infinit , la vie et ces souvenirs appartient aux destins des anciens légionnaires qui ont embrassé sous le vert et rouge la douleur de donner le départ a ceux qui ne reviennent jamais , c’est pour cette seule raison que a chacun sa garde légionnaire tu t’éloignes de ces morceaux de bois en croix la main sur le coeur ….

  8. j’ai servit honnête et fidèle anonyme sous le képi blanc ennoblit sous le vert et rouge de légion, j’ai dut fouler dans le vert des prairies les pétales bleu et mauves des orcanettes a coup de baïonnette , j’ai couper des têtes de fleurs qui se penche face au levant comme l’ultime adieu , j’ai gravi des points précieux sous les cieux le nez dans l’air pure des montagnes gravissant la dure rocaille sous la voyance d’un blanc pure edelweiss , le blanc et le mauve les couleurs vierges de l’espoir qui rend parfois fiers et joyeux la grâce du courage , une fois upar une nuit de couche une belle inconnue aux corps de déesse ma main poser sur ces seins elle a regarder le bleu de mes yeux sous la lumière de lune et dit ces mots qui me reste en souvenirs , je vois légionnaire dans tes yeux plus d’étoiles qu’il y en a dans le ciel , j’ai rien dit c’était un mariage d’une nuit que vite on oublie , je n’ai jamais su son nom ni même son prénom , un grand amour de passage le temps d’un regard , au petit matin sans fleurs ni chocolat en main je lui est dit adieu ma petite reine tu m’a rendu roi le temps d’une nuit qui marquera ta vie car tu as croisé pour un temps définit le pas d’un grand légionnaire qui te dit juste merci …

    c’est un passage de ma vie que j’ai pas oublier certaines phrases parmis des milliers d’autres ….klaus ……..

  9. je vais vous dires au revoir car la canette la bière m’attend et il faut pas faire de vagues avec la mousse , qui sait si un camarade aux mains pleine de tendresse met sur la table d’apéro un bouquet d’orcanettes a la place de cacahuètes , j’avais une chose a vous dires sur la bretagne que j’ai appris hier par un pilote de gros bourdon qui a attérit hier pour nous amener du matériel , je vous le dirais demain car je fut fort étonner par ma conversation avec ce pilote d’hélicoptere qui en venant a déchirer le ciel …a demain bises a toutes …GO!GO!

  10. A propos du murex , un crustacé utilisé par les phéniciens pour colorer de façon unique les
    toges des empereurs . Personne d´autre n´y avait droit . On lit cela dans un très beau livre ,
     » Pourpre impériale  » , de Gilian Bradshaw . J´ai perdu mon livre malheureusement .
    C´était une époque où il fallait reconnaitre les empereurs des imposteurs , et les attributs avaient beaucoup d´importance , la couleur de la toge en faisait partie .
    Je ne sais s´il reste des murex en Méditerranée , en Corse peut-être , ce sont les pêcheurs de
    là-bas qui pourraient nous le dire ( après la pêche du repas de midi : )) Une chose à la fois …

  11. Un grand merci, que je place ici, Monique, pour cette présentation du livre de Vénus Khoury-Ghata « La fiancée était à dos d’âne »; il existe maintenant en Folio, (avec une jolie couverture); Pierre Assouline a écrit une belle page intitulée « Un éclat de prose poétique pour la fiancée de l’Emir » dans  » République des livres »; et voici un bon moment que je navigue à la découverte de cette grande poétesse ( Prix Goncourt de la poésie) et romancière…Beaucoup d’articles où elle s’exprime ( une vidéo où elle présente son roman « Le facteur des Abruzzes »).
    Par exemple, elle explique que son premier choc de lecture a été Khalil Gibran, que vous citez souvent, découvert à l’âge de 8 ans, et le second « Le Petit Prince », reçu comme prix d’excellence en français:  » Je me souviens encore d’avoir fondu en larmes en recevant le prix car je croyais que c’était un livre pour enfants et que l’on me l’avait donné pour m’humilier. Plus tard, quand je l’ai lu, ce fut le plus grand émerveillement de ma vie ». Son livre de chevet est la poésie de Claude Estéban.
    Quelle chance, on peut lire en ligne nombre de ses poèmes, même récents; en voici un :
    Comment écrire un poème
    « Invite un oiseau sur ta page
    fais-le suivre de son ombre
    d’un arbre
    et de quelques feuilles mortes

    Demande au vent assis dans la marge
    de souffler entre les lignes
    de droite à gauche
    de gauche à droite
    qu’il entraîne dans une folle sarabande
    voyelles et consonnes
    virgules et points d’exclamation

    Attends la fin de la tempête
    pour relier l’oiseau à l’écriture
    l’écriture à l’ombre
    l’ombre à l’arbre
    que tu secoueras très fort
    ton poème tombera comme un fruit à tes pieds » La voix des arbres. Le cherche-midi éditeur, 2001

  12. Dans la bibliothèque de ma ville , il y a  » Sept pierres pour la femme adultère  » de cet auteur , qui est arrivé récemment ( un don probablement ) . Quand j´aurais terminé  » Trois hommes sur un bateau  » , je l´emprunterai . C´est le seul de cet écrivain .

    • Bonsoir Darie, j’ai une affection pour Khalil Gibran, son parcours, l’homme qu’il était, il y a six petits livres de lui que l’on trouve chez la grande diffusion, à petits prix : « Le prophète » en livre de poche 2,75euros, « Esprits rebelles » éditions mille-et-une-nuits n° 330, à 3euros, « La voix de l’éternelle sagesse, Librio à 2 euros, « Le sable et l’écume » (livre d’aphorismes) éditions mille et une nuits, n° 315 ; 3 euros, « L’errant » éditions mille et une nuits n° 246 à 3 eurols, et enfin « Lorsque l’amour vous fait signe… suivez-le » préface de Malek Chebel, avec calligraphies, chez Jean-Claude Lattès, 12 euros.
      Le livre en question de Vénus Khoury Ghata écrit en 2009, résonne toujours dans notre actualité, ses poèmes ne sont pas d’une approche facile comme « Les ombres et leurs cris » ou « Fables pour un peuple d’argile ». Bonne fin de soirée.

  13. Hello, YEP, c’est moi, une occasion imprévue de voir la mascotte, une heure de route aller et retour ce n’est rien surtout quand la circulation est fluide ce qui est rarissime ! nous avons parlé baptême c’est en septembre, et nous avons assisté à l’opération « pot » (ne pas dire popot comme dans le temps !) en forme canard qu’elle a tendance à promener comme une poupée… nous avons pris des chemins de traverse à travers des banlieues mortes, et le GPS qui nous disait « faites demi tour » presque tout le long du chemin…… petite averse, temps gris mais le soleil était ailleurs !
    Bravo à Mareria qui remporte la palme de « l’os du jour », finement ciselé par Dominique et corsé à trouver, car c’en était un (un os), pensez que même ggle en est resté pantois ! le poème est bien plus joli que la fleur comme quoi, tout peut être sublimé en ce bas monde !! demain aussi il y a un os, mais là je vous en ferai la surprise, bien entendu dans le sens humoristique.. si toutefois le calendrier est respecté car ici, il y a toujours des allées et des contre-allées, c’est ce qui fait le charme de ce blog.
    Je ne suis pas allée aux nouvelles, j’ai juste suivi à la radio de bord je vais survoler les titres, rien que le titre et on est courant de tout !!!!!

      • Bonsoir Mareria, bravo pour votre culture qui n’était plus à démontrer et le défi était difficile !! la mascotte a un tonton de presque 16 ans, fou d’elle évidemment, il joue même à la dinette comme quoi on peut aimer le golf et faire la vaisselle ! un baptême c’est toujours émouvant, les parents sont croyants mais les grands parents très pratiquants… je ne suis que la 4e génération qui précède (rire !!) déjà nous avons un problème dans la famille, certains ne veulent pas entrer dans une église et moi je suis trop fatiguée pour entrer dans ce genre de discussion…je reste pensive quant à leur attitude dans le cas d’ un enterrement !

      • Bonsoir chère Dominique, Ambre est revenue couleur pain d’épices et sans coup de soleil, elle est facile et de bonne humeur, mais elle ne fait pas la différence entre un jouet et un pot, elle a donc entrepris de faire manger le canard à la cuillère. Tout cela va s’arranger !! vous avez vu, tous les jours moins deux minutes de soleil, bientôt sous lampe !!

  14. J´y ai renoncé … Je pensais pouvoir sortir un dernier haïku à la gloire de l´orcanette , mais ma fille m´a fait courir , Pussel m´a fait marcher , et mon livre en ligne m´a captivée ( c´est moins difficile que je ne le croyais ). Nous disons  » orkan  » pour ouragan , j´ai donc essayé de jouer sur les mots , mais l´air placide et modeste de cette petite fleur ne fait pas penser à la furie d´un ouragan . C´était une belle page pour une belle petite fleur : ) La petite Ambre grandit avec grâce , et les galipettes au grand air de la mer les fait grandir , je me souviens de cela . Elle a
    d´ailleurs l´âge de devenir grande sœur ! Sourire … Bonne soirée , tutti .

      • Dominique, il me semble que la basse cour a une grande notoriété dans le calendrier républicain, « ouvriers et paysans » (c’est aussi une ouverture de Franz von Suppé) le travail et la nourriture, nous avons fait aussi les outils, on sent que le calendrier ne prisait pas les éventails ! Bises et bonne nuit.

      • OUAH, super, inattendu, insolite, pertinent, un haïku de Yannick, ça vaut de l’or évidemment pas sans mousse ! je note au passage la petite canette qui remplace avantageusement la petite caille tellement commune, surtout par ces temps de sécheresse.

      • Très chouette , Yannicku-corsu , et on sait ce qu´il vous en coûte , d´écrire un haïku , et un double ! ( 31 pieds ! ) C´est même un quatrain et demi .
        Il commence par -canette et finit aussi par canette ! C´était le rire du matin ! : ))

  15. Darie, à chaque fois que je lis ou entends le mot ouragan, je pouffe de rire, cela me rappelle immédiatement une certaine princesse de Monaco qui chantait « Comme un ouragan » elle était arrivée sur scène dans un fourreau de sirène, du cousu peau ! et un certain (vieux) présentateur toujours en piste le dimanche nous avait présenté cela comme une découverte, un talent, un nom qu’on allait retenir…. quelle carrière effectivement mais pas dans ce sens !
    Vous voilà douée pour les haïkus, comme quoi cette petite fleur aura fait parler d’elle….. finalement cette orcanette se décline en savon, je n’avais jamais entendu ce nom auparavant. Bonne fin de soirée à tous.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s