Dur ou tendre, c’ est une bonne pâte

imageLe 17 juillet est le glorieux jour du Blé dans le calendrier républicain.

Publicités

103 réflexions sur “Dur ou tendre, c’ est une bonne pâte

  1. salut a toutes ..

    avec peu de blé on pet s’acheter de la baguette au pain de campagne attavhé dans un papier glacée par une ficelle , le blé c’est l’or des campagnes depuis la nuit des temps , avec moins d’oseille s’acheter du blé noir ce sarrasin de magasin , dépourvu de gluten ce froment noir , c’est un vrai blé de barbarie bucal ce carabin pseudo-céréale , je préfère regarder l’or du soleil , qui sait une descendance d’un homme du peuple mésoamérique qui maya bien pour mon domaine de l’art a contempler les épis d’or qui brilles sous le soleil suspendus dans le bleu du ciel ………

  2. pardonnez moi c’est dur dur d’écrire et je fais des fautes de frappes , avec une moitié de pain et trois tranches de jambon cru accompagner de leurs cousins cornichons , je fait encore plus de fautes j’écrit de la main gauche car la droite guide ce délices vers sa fin dans le néant de mon estomac …..

  3. Bon appétit, Klaus! Bonjour la compagnie, et honneur à Joachim Du Bellay:
    D’un vanneur de blé aux vents

    A vous, troupe légère,
    Qui d’aile passagère
    Par le monde volez,
    Et d’un sifflant murmure
    L’ombrageuse verdure
    Doucement ébranlez,

    J’offre ces violettes,
    Ces lis et ces fleurettes,
    Et ces roses ici,
    Ces vermeillettes roses,
    Tout fraîchement écloses,
    Et ces oeillets aussi.

    De votre douce haleine
    Éventez cette plaine,
    Éventez ce séjour,
    Cependant que j’ahanne
    A mon blé que je vanne
    A la chaleur du jour.

  4. Et la finale de Joachim ne se prononce pas traditionnellement dans notre pays, -im ( en entendant le i et le m), mais on fait comme avec le -in..Un de mes fils porte ce prénom, et dès le début, il a fallu entendre la prononciation étrangère…( et c’est de pire en pire); quand il était bébé, nous séjournions près de la Brière dont Saint-Joachim est un des principaux villages: je suis donc allée au bureau de poste vérifier la prononciation, et on m’a confirmé que j’avais raison; d’ailleurs on ne prononçait pas autrement le nom du poète!

    • Bonjour Mareria , autrefois je prononçais Joachim comme il faut , mais arrivée en Suède , j´ai dû changer . On me dit sur wiki , qu´il signifie  » Yahvé met debout  » , mais est-ce exact ?

      • Bonjour Darie, c’est normal que vous ayez adopté la prononciation locale. Il est sûr que c’est un prénom issu de l’ hébreu; je vois aussi le sens de « Yahvé a établi »; il est fêté en même temps que Ste Anne, son épouse ( ils furent, selon les textes, parents de Marie).

      • Bonjour mareria, Darie, Klaus et tous.
        C’ est un beau prénom Joachim ; et quand j’ ai vu mareria « D’ un vanneur de blé au vent » c’ était comme retrouver la formule magique, la phrase qui me fait me voir sur les bancs , enfant en leçon de poésie.
        Je ne voulais pas comprendre le sens de cette phrase, elle me charmait comme une musique.

    • Du coup, une petite vérification sur le net, où les débats existent toujours, mais où il est confirmé qu’en Anjou aussi, et ailleurs , c’était bien /ʒoaʃɛ̃ dy bɛlɛ/…

  5. Bonjour , d´un matin très ensoleillé , ( canicule nulle , température tempérée ) . On ne fera pas un pays tropical d´un pays nordique : )
    Avant de de récolter , il faut semer , donc semons .
    -LE SEMEUR-
    C’est le moment crépusculaire ;
    J’admire, assis sous un portail,
    Ce reste de jour dont s’éclaire
    La dernière heure de travail.
    Dans les terres de nuit baignées,
    Je contemple, ému, les haillons
    D’un vieillard qui jette à poignées
    La moisson future aux sillons.
    Sa haute silhouette noire
    Domine les profonds labours.
    On sent à quel point il doit croire
    A la fuite utile des jours.
    Il marche dans la plaine immense,
    Va, vient, lance la graine au loin,
    Rouvre sa main et recommence;
    Et je médite, obscur témoin,
    Pendant que, déployant ses voiles,
    L’ombre, où se mêle une rumeur,
    Semble élargir jusqu’aux étoiles
    Le geste auguste du semeur.
    de Victor Hugo ( 1802-1885 ) .
    Mareria , le vanneur , le semeur , ce sont des métiers mécanisés maintenant , ils étaient difficiles , mais les gestes étaient élégants , et on les retrouve dans les poèmes . Quant à la dégustation ( bonjour Klaus ! ) , c´est intemporel . Bon petit-déj tutti …

    • Chère Darie, certains vers demeurent comme paroles d’ évangiles et « tout le reste est littérature » rappelé récemment par mareria ou « le geste auguste du semeur » dont vous vous faites l’ échos aujourd’ hui, en sont deux superbes exemples.

  6. coucou mareria et Darie je ne suis pas un homme ordinnaire non plus un poète , juste des souvenirs restent ensevelis dans le profond de ma mémoire , n’oubliez pas non plus que je suis un grand bavard , je devais avoir dix-huit ans j’étais caporal , ma compagnie se trouver dans un camp perdus en milieu de brousse de la coloniale et de beret rouge , un souvenir sur la farine de blè et lentilles que je vous ais surement déja raconter , nous étions partis depuis une douzaine de jours en promrnade dans la jungle poue attraper des papillons avec des filets pour ne pas froisser leurs ailes , a notre retour dans ce camp nous avions égarés plusieurs de nos camarades qui n’ont jamais retrouvés leurs chemins , le camp savait par radio notre retour les hommes nous attendez et il fallait pas que l’on se prenne dans leurs filets , quand nous sommes arrivez fatiguer épuisés mort de faim , nous allons vers la cantine un adjudant-chef d’une compagnie ( pas de chez nous ) nous dis le repas et sur la table , je rentre dans les premiers car j’avais pas mangés depuis plusieurs jours , je remarque sur la table un gros sac de lentilles et un autre gros sac de farine de blé , je demande c’est quoi cela , il répond il faut faire cuire les lentilles et faire du pain avec la farine et il sort , un camarade m’a pris ma rosalie quand j’ai changer de couleur , j’ai pris de l’élan et je suis tomber sur cet homme , si on m’aurait pas assomer avec un coup de crosse de fusil je l’aurait renvoyer chez lui dans une boite en bois , comme moi vous savez que la dite farine est un résultat de mouture de la graine du blé tendre , chaque farine est différentes par leurs taux de blutage ( taux de cendres ) , c’est un calcul de masse par les cendres qui restent après une calcination , cela sert a savoir la teneur de minérale des farines , plus le taux des cendres et faible plus la farine et tendre et blanche pour faire du bon pain , sur la dite lentille non pour la vue la comestible fort riches en protéines.viennent de fruit qui sont des gousses avec dans leurs coeurs des graines rondes et plates , j’aime les explications , tout ces mots pour vous dires que j’ai pas cuit de lentilles ni fait du pain avec la farine j’ai été a la cabane quarnot ( prison en bambou ) et perdus mon galon , ce jour la le blé n’était pas or , mais rouge de sang ……..

    • Bonjour les amis, voilà clairement expliqué ce qu’ est un taux de blutage, merci.
      Klaus, le récit de ton retour au camp est cru.
      Il y a quelque chose de biblique et cela rappelle Cain qui perd son droit d’ aînesse pour un plat de lentilles quand il revient de la chasse, affamé.
      Mais ton récit n’ est pas métaphorique.
      Quelle injustice d’ y laisser à 18 ans, ses galons, mais quelle leçon…

      • J´avais toujours confondu Caïn qui perd son droit d´ainesse pour un plat de lentilles , et Joseph vendu par ses frères . ( je croyais qu´il avait été échangé pour ledit plat de lentilles ). Les années de catéchisme sont lointains . je n´écoutais pas beaucoup , je murmurais des histoires avec ma voisine … J´avais été très agacée avec les histoires de péchés « mortels » et de péchés « véniels » . Je trouvais cela ridicule . Mais le  » buisson ardent  » qui brulait de lui-même , l´Arche de Noé , la Mer rouge s´ouvrant devant le peuple hébreu , les marchands chassés du Temple , etc. , cela avait des parfums de vécu historique , et me plaisait beaucoup : ))

      • Je ne sais plus ce que nous nous racontions , mais pour prendre des mines innocentes ,
         » le masque inexpressif  » , nous savions y faire . Et pour revenir aux péchés mortels et véniels , c´est là que j´ai compris qu´on nous racontait beaucoup de bobards … J´ai pris de moi-même ,
        très jeune , puisque c´était la préparation à la première Communion , un peu de distance avec les histoires qu´on voulait nous faire croire . L´exemple de ma mère ( longtemps après ! )
        a été plus probant et plus convaincant …

      • Darie, vous étiez déjà libre esprit dans le sens de critique, et vous n’ avez pas changé ! Compliments
        Expression à la mode pour le visage impassible
        « Poker face »

      • Oui mareria, il y a de la cruauté mais on apprend aux hommes à surmonter leurs émotions et instincts, question de vie et de mort.
        Klaus a morflé pendant des années, fallait- il qu’ il ait de la fortitude pour être l’ homme qu’ il est,
        « Renaissance Man ».

      • Je pense aussi que dans des endroits comme le  » champ de bataille  » , self-control hors et avant tout . Mais quand on a faim à ce point-là , on ne pense pas avec raison . Car finalement , les lentilles prennent relativement peu de temps à cuire . Le temps de trouver quelques suppléments , de prendre une douche rafraichissante , et les lentilles auraient été cuites dans un délai raisonnable .
         » La faim ne justifie pas les moyens  » , c´est un proverbe que je viens de trouver : )
        Klaus , dans 18 minutes , c´est le casse-croûte de 11h . Vous pouvez patienter ? sourire …

  7. Bonjour la compagnie de l’or jaune, à vos faulx, après les aulx c’était automatique ! le blé, c’est l’argent on en avait parlé lors de l’oseille, il met du beurre dans les épinards, le blé c’est le pain quotidien, mais certains poètes l’ont vu différemment, il n’y a pas que ces petits grains fluides en pluie dans nos mains, il y a ceux qui peinent, voici un pessimiste du blé et j’ai le sentiment qu’il est sincère !!!! je pense qu’il faut toujours une juste balance en toute chose :

    Alphonse BEAUREGARD (1881-1924)

    Le blé despotique

    Sur l’immensité noire une lumière brille
    Et se dirige à la rencontre du steamer
    Qui stoppe avec des bruits de vapeur et de fer.
    Dans la nuit un sifflet perce comme une vrille.

    Attente. Dans un mât s’éteint le signal vert.
    La lumière approchant décèle une coquille,
    Une barque dansante et qui montre sa quille ;
    Elle s’en vient chercher du froment pour l’hiver.

    La mer fuyante claque ainsi qu’un pas de charge,
    Les marins du hameau saisissent leur butin,
    Larguent l’amarre, puis vont jeter l’ancre au large.

    Ils y demeureront jusqu’au flux du matin
    Le steamer a repris sa vie ambulatoire
    Une lumière meurt sur l’immensité noire.

    A l’ancre, lourdement, une barque ballotte
    Rythmique dans son heurt contre les flots. Le poids
    De l’océan troublé sonne comme une voix
    Qui du fond de la nuit insondable sanglote.

    Les trois marins autour du fanal qui tremblote,
    Effleurés par le gouffre évocateur d’effroi,
    Se laissent pénétrer du néant de leur moi ;
    Et, de plus en plus morne, un long silence flotte.

    L’heure du flux retarde, il semble, méchamment
    Et les hommes, que le froid gagne incessamment
    Portent vers leur foyer leur pensée engourdie.

    D’un oeil fixe où la haine est près d’étinceler.
    Ils regardent les sacs mais n’osent pas parler,
    Sentant qu’il faut souffrir pour son droit à la vie ».

    Et puis il y a le blé « mystique » avec Verlaine :

    C’est la fête du blé, c’est la fête du pain
    Aux chers lieux d’autrefois revus après ces choses !
    Tout bruit, la nature et l’homme, dans un bain
    De lumière si blanc que les ombres sont roses.

    L’or des pailles s’effondre au vol siffleur des faux
    Dont l’éclair plonge, et va luire, et se réverbère.
    La plaine, tout au loin couverte de travaux,
    Change de face à chaque instant, gaie et sévère.

    Tout halète, tout n’est qu’effort et mouvement
    Sous le soleil, tranquille auteur des moissons mûres,
    Et qui travaille encore imperturbablement
    À gonfler, à sucrer là-bas les grappes sures.

    Travaille, vieux soleil, pour le pain et le vin,
    Nourris l’homme du lait de la terre, et lui donne
    L’honnête verre où rit un peu d’oubli divin.
    Moissonneurs, – vendangeurs là-bas ! – votre heure est bonne !

    Car sur la fleur des pains et sur la fleur des vins,
    Fruit de la force humaine en tous lieux répartie,
    Dieu moissonne, et vendange, et dispose à ses fins
    La Chair et le Sang pour le calice et l’hostie ! « 

  8. Mareria, très beau prénom que Joachim que je prononce Joaquim et du Bellay appelé méchamment du Bellâtre quand nous étions des scolaires, reste le plus grand poète de son temps… peut être on en oublie les autres et surtout les femmes de cette même époque pour qui les travaux de broderies, l’amour et la dolence étaient les plus grandes inspirations de l’écriture…… Pas un mot du blé en herbe ? un beau roman de Colette mais aussi un joli film de 1954, avec Edwige Feuillère !

    Il y a aussi la chanson rétro de Botrel « Les blés noirs »

    Sur les bords de la Rance, où j’ons vu le jour
    J’ons la douce espérance d’être aimé d’amour
    Dans une métairie comme aide-berger
    Pour mieux voir ma jolie, je me suis gagé

    Refrain:
    Ah ! Nulle bretonne n’est plus mignonne à voir
    Que la belle que l’on appelle Fleur de Blé Noir
    Non, non ! Nulle bretonne n’est si mignonne
    A voir, que ma Fleur de Blé Noir

    Lorsque je l’ons croisée un soir dans le blé
    Si blanche et si rosée, j’en fus aveuglé
    Et ma lèvre ravie murmura  » bonsoir  »
    Salut à Vous Marie, la Fleur de blé noir

    C’est dans les blés de même, par un soir doré
    Que je lui dis  » je t’aime, toujours t’aimerai ! »
    C’est dans les blés encore qu’au doigt je lui mis
    Un quinze août dès l’aurore, l’anneau des promis

    Allons gars et fillettes faucher les moissons
    Car les récoltes faites, nous nous épouserons
    Et puis dans la nuit claire, où tous rassemblés
    Nous danserons sur l’aire où l’on bat les blés

    Vivant la vie heureuse que Dieu nous fera
    Attendons la faucheuse qui nous fauchera.
    Quand vous verrez que tombe notre dernier soir
    Semez sur notre tombe des fleurs de blé noir.  »

    Quel heureux temps que celui-là,  » Les semailles et moissons » (une superbe suite romanesque d’Henri Troyat à relire avec bonheur et quelle écriture !!!) étaient des fêtes et aujourd’hui c’est le tracteur qui fait tout. Je file avec un peu de blé dans mon porte monnaie pour faire le plein de la pharmacie ordinaire et familiale ! à plus tard, amis des viennoiseries !

    • Il y a aussi un beau roman ,  » Le pain noir  » , de Georges-Emmanuel Clancier , sur la vie des paysans limousins , que j´ai chez moi . Je n´ai pas la suite , mais peut-être que je pourrais aussi lire la suite en ligne . Tout devient possible ( sauf mon TV5 , mais c´est une autre histoire … )

  9. Troyat était aussi un biographe passionnant…Pour en revenir aux moissons, je garde un souvenir extraordinaire de celles auxquelles j’ai « participé » dans mon jeune âge, à l’ancienne; pas de moissonneuse, mais une batteuse; les gerbes bien disposées dans les champs ( coupées à la faucille), puis chargées sur la charrette à cheval, et au final les belles meules; quelle atmosphère joyeuse: on portait les pichets de cidre et la collation aux moissonneurs, avant les grandes tablées du soir…

  10. Et le poème choisi par Darie m’a aussitôt renvoyée aux magnifiques buvards Larousse, dont la devise était « Je sème à tout vent »; chaque lettre de l’alphabet avait le sien, illustré par des dessins (mots commençant par ladite lettre); je viens d’en revoir sur le net; ils étaent si beaux que je ne m’en servais pas…i

  11. avant de repartir pour la pitance sur le prénom joaquim qui vient de joachim, et un prénom assez courant en espagne dans les années 50 et plus , joaquim ou joachim pour jaqui ou jacky , sauf en espagnol ( valencia ) le j se prononce en r donc on dit roachim , c’est comme roine se dit roinito mais on écrit joinito mais cela se prononce roinito ou coinito , c’est fort simple c’est jeune ont dit roinito ou coinito avec l’age , c’est pour cela que certain restaurant en andalousie c’est écrit casa joinito , c’est pas comme josephe ou josepha , enfant ont dit pépito pour le garcon et pépita pour la fille grand on dit pépé pour l’homme et pépiqua pour la dame car le j devient un p en andalousie ( celon l’age ) , on trouve des camping dans la région du sud de l’espagne camping pépé ( en vérité c’est st joseph ) car devant il y a une petite croix devant pépé , je le sais j’ai été labs et j’ai un camarade de cet endroit ( je parle le valencia ) c’est la première langue que j’ai appris par un camarade en 52 , qui m’a appris le francais en 55 , je parler un peu le viet le valencia l’allemand ( normal ) un peu beaucoup le russe , une moitié d’italien..la dernière et la plus difficile le francais …. ( je vais manger ) a plus ………

  12. J´ai raté l´heure de mon petit quatrain , mais ce n´est point grave .
    Chacun voit midi à sa porte …
    -MIDI-
    Je regarde midi .
    Quand je cligne des yeux ,
    De grands épis de blé
    Descendent du soleil .
    de Eugène Guillevic .

  13. Encore un beau poème breton, Darie. Pour en revenir à Toni Cucugno, il est devenu très célèbre avec la chanson L’Italiano (Lasciatemi Cantare): https://www.youtube.com/watch?v=haX4s1B1p74 et il a remporté l’Eurovision avec » Insieme  » en 90. Je vois qu’il a écrit aussi beaucoup de grands succès français, tout seul ou en collaboration, dont L’Eté indien…:

  14. Les blés sont souvent associés aux guerres, les soldats s’endormaient dans les sillons en regardant le ciel. La chanson des années 1870 relate ces fiers soldats inconnus au milieu des blés et des coquelicots, ainsi celle de Gaston Villemer chantée par Amiati, (elle s’entourait d’un drapeau tricolore pour chanter « vous n’aurez pas l’Alsace t la Lorraine ».)..: on était très patriotique dans ce temps là.

    « Un jour de grand soleil courant dans les épis
    Deux fauvettes causaient auprès d’une croix noire
    L’une disait : voix-tu, c’est là pour leur Pays
    Que dix braves sont morts, j’en veux conter l’histoire
    J’étais bien jeune alors, à l’ombre des buissons
    Qui bordent le chemin, sous l’aile d’une mère
    Je regardais passer ces hommes, ces canons,
    Dont les clairons sonnaient l’hymne de la frontière.

    Refrain
    Dans un jour de revers, heureux celui qui tombe
    Et pour toujours s’endort couché dans un sillon
    Lorsque tu voleras autour de cette tombe
    Fauvette, chante-lui ta plus belle chanson…
    ………..
    C’est là qu’ils sont couchés, sous ce tertre désert
    Où nul ne vient prier pour ces martyrs superbes
    Mais quand avril renaît, parmi le gazon vert
    Il jette sa couronne en radieuses gerbes.
    La blanche marguerite et les coquelicots
    Viennent dans les bleuets chaque printemps éclore
    Et mêlant leurs couleurs au-dessus des héros
    Font pousser sur leur tombe un linceul tricolore ».

    La chaleur est revenue, je vais lézarder à l’ombre et au frais.

  15. voici voila ma journée est terminée , comme dit teddy a chaque fois ( my day is done ) , une térrible journée sous un soleil qui avec aucunes tenues alourdis nos nuques , une chaleur mortifère a faire garder la chaise a deux ou trois chameaux a l’ombre d’une térrasse a s’abreuver de verre lait de chamelle glacée , savez vous que le lait de chamelle a des vertus thérapeutiques , riche en vitamine C et en calcium il lutte contre le diabète , en afrique les chamansqui est un zhomme humain qui se dit la balence qui prend la mesure entre un être humain du peuple de la terre et les esprits de la nature , pour l’ancien des gnomes a l’esprit tordus bon en sacrifice et bave de crapaud , ils servent aux gens malades du lait de chamelle mélanger avec de l’urine de chameau pour les guérrirs cela est aussi bon pour les malades que le bain de siège contre le cancer de rika zaraï …un olivier à cent mille branches
    des deux côtés de la route blanche , voila ce que je vois , lorsque la plaine est devant moi,
    une forêt que le soleil prend dans ses bras ..patati patata …je vais prendre le frais en cavacombe sur mon transat ….mais comme le disait mon père toi la santé faut pas t’en faire …………..a plus les amies ………sans rancune et sans regret hé hé hé hé , pour les beaux jours ou les mauvais hé hé hé hé , moi je prends la vie comme elle vient hein hein hein hein ………casatchok , casatchok, casatchok sans chemise sans pantalon comme le shadok…………et les shadoks pompèrent…pompèrent , pompèrent …il vaut mieux mobiliser son intelligence sur des conneries que mobiliser sa connerie sur des choses intelligentes ( parole de shadok ) …..GO!GO!

    • Klaus, je ne sais si ce lait est le koumis, « lait fermenté d’Asie centrale, un peu mousseux, fabriqué à partir de lait de jument, d’ânesse, ou parfois de chamelle ou de vache »: Tolstoï allait sur place en faire des cures fréquentes, en Bachkirie, à l’est de la Russie ; c’était très pratiqué par les écrivains russes etc

  16. A propos d’oliviers et de chaleur, les incendies qui font rage à Athènes sur le Mont Hymette, et en Laconie, près de Monemvassia ( villages évacués) ont fait l’objet d’un flash dans le F, et d’aricles plus fouillés ailleurs . Voici une très courte vidéo, qui montre la situation dans la capitale, avec un rapide bilan,: on entend en arrière-fond le chant des cigales.http://www.lemonde.fr/europe/video/2015/07/17/des-incendies-font-rage-en-grece_4687386_3214.html

    • Et comme Athènes est dans une cuvette entourée de collines , la fumée doit stagner sur la ville .
      Cela va devenir pénible pour respirer . Il faudrait de bonnes averses pour rafraichir l´air , et surtout éteindre les feux . Malheureusement, ce n´est pas la saison …

      • Mais les habitations sont déjà menacées; et en Laconie, à Néapolis ( le port où l’on embarque pour Cythère, qui dépend de Monemvassia), les maisons brûlent, les flammes vont jusqu’à la mer.
        Ce qui m’intrigue beaucoup, c’est le nombre de foyers: plusieurs en Attique, dont en Eubée, plusieurs dans le Péloponnèse, vraiment éloignés les uns des autres

      • Bella mareria, je me souviens d’ un voyage en Sicile pendant une période de canicule forte, les bas-côtés des routes prenaient feu spontanément
        et l’ on roulait entre les « buissons ardents » et cela sur des dizaines de kilomètres.

      • Oui, carissima, les feux peuvent être spontanés, comme aujourd’hui le long de la ligne vers lle S-O; mais je me méfie toujours….

      • Donc , le Buisson Ardent , qui est la révélation de Dieu à Moïse , était un feu spontané ?
        En tous cas , Jésus-Christ marchant sur l´eau sur le lac de Tibériade , j´ai compris le  » miracle » .
        Il y a beaucoup de pierres à fleur d´eau . Je l´ai vu immédiatement : ) Mais comme son niveau baisse, parait-il , les pierres doivent être visibles , il n´y a donc plus de  » miracle  » …

  17. mareria…..

    sur les incendies qui font rage à Athènes sur le Mont Hymette, et en Laconie, près de Monemvassia ( villages évacués…..) la grèce le sud de l’italie et le sud de l’espagne c’est toujours pareil …je vais te raconter une petite histoire … dans le sud de l’espagne a oliva ( dans la comarque de la safor ) en province de valence dans la communauté valencienne , ou j’allais en vacances dans la maison en bord de plage de famille de mon camarade , il y avait le feu dans la montagne hostile , juste un vieux casteille en ruine , on m’a expliquez chaque année en aout sa brule pendant une semaine , c’est des promoteurs étrangers qui font mettre le feux , une année j’arrive plus de feu mais des chalettes ( villas avec piscine qui avait pousser comme des champignons ) des promoteurs allemands et anglais , ces villas de luxe sont habités par des anglais et allemands , un jour les habitants de oliva et de pégo et village d’a coté ont manifester et sa barder ( ils ont coupés les pipelines qui emmener l’eau potable de la ville pour remplir les centaines de piscines ) , en ville et les villages il y avait restriction d’eau potable et eux ils se baignait en piscines , de nos jours cela fait 25 ans c’est toujours au tribunal , les anglais et les allemands n’ont pas le droit de remplir leurs piscines , il y a dix ans un de ces chalettes se vendait 8 millions d’euros mini , de nos jours mon camarade m’a dit que sa soeur en a acheter trois pour 1 millions d’euros , les habitants d’oliva rachète tout les chalettes et chasse ces étrangers qui ont voulus laisser sans eau les habitants ( les gens de cette ville et d’a coté sont riches ( mon camarade sa famille ont 300 hectares d’oranger ( les oranges se vendes en fleurs non en fruits ) cela vous le saviez pas moi oui ( 300 hectares a la vente par an ( 12 millions d’euros ) je sais tout car lui il a droit a sa part qui fait don au domaine il a 5 chalettes a oliva et 120 hectares d’oranger et des centaines d’hectares de légumes de l’oignon aux poivrons ail patates et cacahuètes ) , je sais tout sur cette région et ville ..je v ais y retourner un jour car mon camarade a 89 ans et il veut revoir avant de dormir sur le dos des oies sauvages …voila sur les feux …je sais je suis bavard hi!hi!

  18. négatif Dominique ( les oranges dans le sud de l’espagne se vendes en fleurs ) les marchands achètent les fleurs , après c’est les fruits qui vendent c’est ainsi , les marchands gagnent le double a la revente aux kilos ( je sais que dans les supermarchés il y a des oranges de oliva ) , une partie part pour le sirop et les autres en barquettes celle que tu manges , il y a les oranges d’hiver ( ceux qu’on voit en juillet et aouit et ceux d’été se vende après ( mais les orages n’est pas comme la pomme et les cerises ) la vente se fait par arbres quand les fruits ne sont que de jolies fleurs , cela m’a étonner aussi , j’ai travailler dans ces hectares en vacances , c’est facile un coup de téléphone , les gens qui commandes les puits envoie l’eau qui arrive ; il suffit d’ouvrir et de fermer des trappes un peu comme des écluses et sa arrose les parcelles qui sont dans le sable , l’eau vient par des truc en béton le long des routes et un garde vient ouvrir un truc vers les orangers et surveille les autres qui n’ont pas téléphonner et qui profiterais de l’eau ( c’est sérieux ) et sa coute cher l’arrosage en aout une fois par mois l’eau , l’eau vient de grand puits et ont peut venir en acheter avec des énormes bonbonnes recouvert d’osier de l’eau fraiche , je connais tout hi!hi! …regarde sur internet oliva .. tu vérras une église très belle celle près de la maison de retraite une grabnde maison juste avant qui touche l’église mon camarade et née dans cette maison , je peux meme t’indiquer le nom de la rue camine elle bassette en bord de mer ont vois sur map la villas a 20 mettres de la mer de mon camarade ou j’allais en vacances …

    • Je découvre tout sur cette vente « en fleurs »…Je vois qu’Oliva est non loin de Denia, et donc de Moraira, où nous avons passé des vacances très reposantes, dans la villa d’amis: baignades, et visites…D’Alicante, je connais surtout le consulat , après le vol des papiers etc ( gentils, les voleurs m’ont laissé ma CI, tachée de leur sang lorsqu’ils ont forcé la lourde portière..)

  19. je sais tout cela car mon camarade ( quitter l’espagne car le franco et lui pas du meme bord ) , de 1950 a 53 avec moi , aprèqs il a était dans une autre compagnie du meme régiment je l’ai retrouver en 54 dans ma compagnie et depuis ont c’est plus jamais quitter , il va avoir 90 ans en septembre quand je sais pas , il regarde du moins je lui montre par satélite une fois par semaines sa maison sa ville sa mer , il a vue par internet que sa cabane a bourricot c’est écrouler , c’est sur la route d’alicant ( a 4 kilometres d’oliva a coté du camping riomar ( qui veut dire rivière et mer ) la première route a droite dans le sens oliva dans le camine el basseth je sais pas l’écrire c’est la dernière belle maison en face de mer avec les murs en rose a droite a trois pas de la grande bleue .. il connait rien en informatique mais une fois par semaine il retoyurne chez lui avec moi par mon pc …et il rajeunit de 2 ans a chaque fois et perd une larme de ces yeux ….

  20. Et puis c´est précis . 4 kms…. première route à droite … la bicoque aux biques ….la maison aux murs roses … Les problèmes d´eau deviennent cruciaux partout , en Espagne , et en France aussi . Chez nous , dans le nord du nord , il n´en manque jamais , elle sert même pour nous donner de l´électricité , mais il manque de soleil et de chaleur !

  21. oui Dominique tu devrais le faire tu retournerais qui sait dans ton enfance ( tu arrette de regarder quand tu remarque que tu porte une jupette courte et des nattes hi!hi! ) sur maps , j’écris le nom de la ville et je clik sur maps , cela arrive sur plan echelle tu cherche bien ou tu veux aller ( rue et tout et tu clique en bas a droite sur satélite voiila l’image , le must a droite en bas tu as un petit pieton jaune tu cliques dessus et tu le positionne devant ta maison te voila en grandeur nature devant chez toi comme si tu étais , tu peux aller en arrière en avant gauche a droite ( tu clique sur la flèche et tu avances pas a pas comme si tu marches dans la rue , je le fais avec lui , il vois meme les fleurs des fenètres et les voitures de ses soeurs et familles , c’est ma petite voisine qui m’a appris a faire cela ( c’est super ) je le fais pour berlin et j’ai vues des choses au fil des années , nous avons un cites nous plus mieux que maps mais c’est payant ( c’est le dit jour de connexion pas le lendemain ou le mois dernier ) , cela sert d’avoir des copines qui jouent aux jeux vidéo et qui passe leurs journées sur le net a 16 ans ils savent tous et elle me dit tu est betes papy tu connais rien tu as un train de retard cela fait rien je te garde hi!hi! .. et un bisous hi!hi! ..je file a l’apéro a demain matin après la pitance j’ai une partie de dames a faire ……bises a tous .GO!GO!

    • En confidence cher Klaus, je ne souhaite pas retourner dans mon enfance, ce fut plutôt pénible, à dire vrai pas d’ enfance…passons…
      Mais en revanche, merci beaucoup pour tes explications parce qu’ il y a des lieux que je serai contente de revoir.
      Demain tu joues aux dames avec des messieurs ?
      Bises.

      • tinkiete je me doute sur ton enfance ( origine ) , non ce soir avec un camarade sous l’olivier ont a mis une table et trois chaises …pourquoi trois chaises …et la glacière et les bières hi!hi! ..allez c’est la pitance ont manges du froit bises Dominique …a demain matin …GO!GO!

  22. DARIE LA SUEDOISE DE SUEDE EN LAPONIE …..

    je bois l’apéro moa .. je suis pas un zieuteur de piaf qu’il fasse chaud ou froid je prend l’apéritif , je suis pas viking je chante pas la carmagnole avec tyrois canons hi!hi! ..Darie la carmagnole c’est une chanson fait en 1792 par un révolutionnaire inconnus pendant la chute de la monarchie ..en france ont ce met pas a genoux devant un roi …..on nourrit des fénéants de poilitique et non roi reine prince princesse cousine cousin petit cousin petit petit cousin oncle tante camping car et belle-soeur beau-frère et leurs famillers ainsi de suite c’est bien cela dit moi le salaire des enfants du roi de suède ( 300 000 euros par mois ou plus cela fait des couronnes a la pelle ) en angleterre c’est dévulguer leurs salaires princier a la téloche en france ils peuvent s’acheter une rolls par mois avec cet argent donner par l’état avec chauffeur et celui qui gonfle les pneus hi!hi! ..en 2016 je me fait francais , en 2017 je deviens président de la république , après je me fait curé dans 5 ans je serais pape …en mercedes blanc …qui sait en 2020 dieu ..bises …GO!GO!

    • Klaus , j´habite sous le lac Vänern , à 10kms , c´est pas la Laponie . Non-non-non !
      Je ne veux pas voir la neige toute l´année . J´aime pas la neige , ouin-ouin… j´aime pas la chaleur non plus … ouin-ouin… j´aime pas les pluies froides de l´automne …ouin-ouin….
      Euh… je plaisante , j´aime bien le printemps , c´est gai , les températures sont douces , il pleut une heure ou deux pour arroser le jardin et les cultures , les journées rallongent , les fruits et les légumes varient . L´été , du beau temps pour mettre des robes et des jupes , et manger et lire sous mon arbre . L´automne , cueillette des champignons ( je n´y vais plus . Mais j´y suis allée , souvent ! ) Le chef de famille y va seul maintenant , et moi je trie ( labeur très fastidieux , car il ne faut pas se tromper ) Et l´hiver , j´hiberne comme tout le pays . On se réveille le 1 avril : ))

  23. Nous avons semé , fauché , récolté , vanné , moulu le blé au moulin , bluté la farine .
    Maintenant , c´est la cuisson du pain .
    -CUISSON DU PAIN-
    Les servantes faisaient le pain pour les dimanches,
    Avec le meilleur lait, avec le meilleur grain,
    Le front courbé, le coude en pointe hors des manches,
    La sueur les mouillant et coulant au pétrin.

    Leurs mains, leurs doigts, leur corps entier fumait de hâte,
    Leur gorge remuait dans les corsages pleins.
    Leurs deux poings monstrueux pataugeaient dans la pâte
    Et la moulaient en ronds comme la chair des seins.

    Le bois brûlé se fendillait en braises rouges
    Et deux par deux, du bout d’une planche, les gouges
    Dans le ventre des fours engouffraient les pains mous.

    Et les flammes, par les gueules s’ouvrant passage,
    Comme une meute énorme et chaude de chiens roux,
    Sautaient en rugissant leur mordre le visage.
    de Emile Verhaeren ( 1855-1916 )
    Quelqu´un/e se souvient-elle/il de cette affreuse chanson pour enfants ( !! ) ,  » Perrine était servante , Perrine était servante , chez monsieur le curé , digue don da dondaine … ) , et le bon ami de Perrine se cache dans la huche à pain …. pendant des semaines , oublié par cette péronnelle de Perrine ! Il termine , le malheureux , en bénitier et chandeliers pour
    m´sieur l´curé … Je ne comprends pas qu´on m´ait appris cette chanson de malheur ( la sœur de mon père , encore elle : ))

      • Cette chanson me faisait très peur , Mareria . Il y avait aussi Le bon saint Nicolas , avec les trois petits enfants dans le saloir : (( Quant à la pauvre alouette plumée vivante , j´aime mieux ne pas en parler … Comment pouvait-on inventer des chansons pareilles : )

    • Hello Darie, oui Perrine était servante est une vieille comptine et on chantait cela sans même faire attention, en fait on se tordait de rire avec deux ou trois phrases glanées (évidemment) au hasard. Je crois que tout ce que nous avons chanté ou lu, petits, serait pratiquement censuré aujourd’hui. Nous avons encore Annie Cordy et sa « bonne du curé » et certains pourraient la juger anticléricale …. mais avec la religion catho on est cool du moment que l’on n’attaque personne d’autre ! je pense que notre époque touche le fond, la liberté c’était hier !
      J’apprends qu’un champ a pris feu par la chaleur au moment ou le tracteur passait, ce n’est pas de l’écobuage, la sécheresse va décimer la faune qui ne trouve plus de quoi se nourrir.
      Demain réveil en fanfare, c’est le mot qui convient ! je trouve que le mois de juillet s’étire un peu trop lentement, vivement septembre car c’est en septembre…suivons la chanson de Bécaud.

      • Monique , j´ai entendu au JT que ce sont les silex entrechoqués , qui provoquent des étincelles au passage des tracteurs . C´est épouvantable pour le fermier , qui risque de brûler dans la cabine , ou bien il peut être encerclé par les flammes dans le champ .

  24. Qui a lu « La porteuse de pain », un roman de Xavier de Montépin, un affreux mélo dont on a tiré une série télévisée et des films qui ont réuni des noms prestigieux ? finalement le pain est un thème à pleurer, et nous avons remis une couche avec l’expression populaire « faire passer le goût du pain », l’équivalent du coup du père François. Le pain insolite, c’est avec Francis Ponge :

    « Le pain

    La surface du pain est merveilleuse d’abord à cause de cette impression quasi panoramique qu’elle donne : comme si l’on avait à sa disposition sous la main les Alpes, le Taurus ou la Cordillère des Andes. Ainsi donc une masse amorphe en train d’éructer fut glissée pour nous dans le four stellaire, où durcissant elle s’est façonnée en vallées, crêtes, ondulations, crevasses… Et tous ces plans dès lors si nettement articulés, ces dalles minces où la lumière avec application couche ses feux, – sans un regard pour la mollesse ignoble sous-jacente. Ce lâche et froid sous-sol que l’on nomme la mie a son tissu pareil à celui des éponges : feuilles ou fleurs y sont comme des sœurs siamoises soudées par tous les coudes à la fois. Lorsque le pain rassit ces fleurs fanent et se rétrécissent : elles se détachent alors les unes des autres, et la masse en devient friable… Mais brisons-la : car le pain doit être dans notre bouche moins objet de respect que de consommation.

    Francis Ponge – Le parti pris des choses (1942)

    J’ai fait le tour du pain, il y a encore un autre affreux mélo avec « Les maîtres du pain », série télévisée.

  25. Nous avons fait le tour du pain , mais il reste encore une expression , pour celui mangé par le
    souteneur , le pain de f… . Pas très élégante , mais ce n´est pas moi qui l´ai inventée … rire .

    • Darie, mais qu’est-ce qu’on chiale ce soir avec le pain, c’est du pain noir ! pour le pain du souteneur je ne le connais pas, mais j’ai des textes sur les mauvais garçons et les fleurs de pavé… RIRE ! tout de même, rappelons-nous de la série des films « Pain amour et fantaisie », ah, voilà de la légèreté de la gaieté, c’était notre pain blanc. Misère, j’ai un coup de blues, demain brioche pour tout le monde.

  26. Bravo Dominique, un jour sans pain, ça me connait avec l’optimisme que vous connaissez, au fil des ans, simple dirait ma grand mère « mais ma pauvre petite fille, tu ferais pleurer tout un régiment ». A vos mouchoirs, la page sera noire mais attention, elle restera élégante !

    • Un petit avant goût, un des plus beaux poèmes de Musset :

      Nuit de décembre  »

      « Du temps que j’étais écolier,
      Je restais un soir à veiller
      Dans notre salle solitaire.
      Devant ma table vint s’asseoir
      Un pauvre enfant vêtu de noir,
      Qui me ressemblait comme un frère. »

      Et le Petit Poucet, c’est pas cruel ?  » la petite marchande d’allumettes » qui m’a fait tant sangloter ! et Barbe bleue qui nous terrifiait dans les placards ! sans compter le Croquemitaine, quoi est-ce raisonnable on n’avait pas quatre ans ! bourreaux d’enfants !!!!!!!!!!!!!! le jour du plomb, apprêtez-vous à les péter !

  27. Darie, ici, il y a de très gros silex dans les champs, souvent les lames des machines se cassent et c’est cher à remplacer, on n’imagine pas. Je me demande si la guerre du feu n’a pas commencé en Picardie !

      • Darie, la belle Gina est toujours parmi nous, elle a 88 ans, c’était un canon de beauté avec Sophia Loren (81 ans !!) ! le cinéma de papa, il n’y a pas la relève. Bien sûr c’était léger, il n’y avait pas grand chose à comprendre… comme les premiers films avec Gérard Philipe « Fanfan la tulipe », pas de violence mais de la répartie et de l’humour .

  28. Dominique, quand je serai à court de munition, je sortirai l’artillerie lourde, le canon et les boulets avec le grand Victor :

    « C’est à coups de canon qu’on rend le peuple heureux.
    Nous sommes revenus de tous ces grands mots creux :
    – Progrès, fraternité, mission de la France,
    Droits de l’homme, raison, liberté, tolérance. –
    Socrate est fou ; lisez Lélut qui le confond ;
    Christ, fort socialiste et démagogue au fond,
    Est une renommée en somme très surfaite. » etc

  29. Les blés, vous aviez dit les blés ? on a évité de justesse les chevelures mais je ne vous ai pas donné « la chanson des blés d’or », elle est très jolie et allait comme un gant à nos grands mères !

    « Mignonne, quand le soir descendra sur la terre,
    Et que le rossignol viendra chanter encore,
    Quand le vent soufflera sur la verte bruyère,
    Nous irons écouter la chanson des blés d’or !
    Nous irons écouter la chanson des blés d’or !

    As-tu parfois sous la ramure,
    A l’heure où chantent les épis,
    Ecouté leur joyeux murmure
    Au bord des vallons assoupis ?
    Connais-tu cette voix profonde,
    Qui revient, au déclin du jour,
    Chanter parmi la moisson blonde
    Des refrains palpitants d’amour ?… »

    Bonne nuit sur ces jolies moissons et à demain.

  30. JMM rentre bientôt….noir c’est noir, chante le p’tit Johnny, je n’ai rien inventé !! le rouge n’a plus la cote, on verse dans le désespoir, ça fait vendre !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s