Herbe de Saint-Fiacre ou…

…Herbe de Saint-Fiacre ?

Nous avions déjà évoqué l’ herbe de Saint-Fiacre, le jour de l’ Héliotrope et bien, le 20 juillet nous retrouvons ce nom vernaculaire pour le Bouillon blanc, plante appartenant au genre Verbascum, regroupant les molènes.

Saint-Fiacre, le patron des jardiniers a le cœur grand.
image
Le Bouillon blanc est une plante qui pousse aisément à l’ état sauvage et ses vertus médicinales sont connues depuis des millénaires.

Elle est présente dans la tisane des 4 fleurs. 
Sa haute tige qui porte les fleurs jaunes lui vaut aussi le nom de grand chandelier, de cierge de Notre-Dame, et l’ on dit qu’ on enduisait son extrêmité de poix pour en faire un flambeau.

Son nom de bouillon n’ a rien de commun avec le « bouillon d’ onze heures », il vient d’ un mot gaulois qui signifie mou, allusion à la consistance de ses feuilles en corolle au pied de la tige à fleurs.

Publicités

52 réflexions sur “Herbe de Saint-Fiacre ou…

  1. Bonjour, bonjour; oui, aujourd’hui pas de vin romain, mais du bouillon-blanc, le bouillon de 10heures, à c’t’heure…:Grande molène, Herbe de Saint-Fiacre, Queue de loup, Cierge de Notre Dame, Parapluie, Herbe à Bonhomme, Oreille de Saint Cloud, Fleur de grand chandelier, Herba luminaria., « Le bouillon-blanc est l’une des plantes médicinales les plus recommandées pour lutter contre la toux et certaines affections respiratoires, telles que les bronchites, les trachéites ou les laryngites. Parfois appelée molène, elle présente, également, des propriétés apaisantes et anti-inflammatoires qui agissent sur les maux de gorge et les maux de ventre. En application externe, le bouillon-blanc calme les irritations cutanées et buccales, ainsi que la douleur et l’inconfort liés aux hémorroïdes. » Il y a de quoi faire! De plus,  » ce serait une plante protectrice que l’on enflamme à la Saint-Jean pour repousser les esprits malfaisants. Pendant les cérémonies occultes, les sorciers s’éclairaient à la lueur magique d’un chandelier de Bouillon blanc, favorable aux rituels et aux incantations. » Personnellement je n »ai pas essayé.
    Voici ma récolte: cité par Robert Sabatier, qui précise que ses poèmes sont mauvais, mais que sa prose se rapproche parfois du poème : il s’agit de Louis Veuillot, le pamphlétaire :
     » Là vous trouverez le houx et la noble-épine, qui fleurissent en leur temps. Le chèvrefeuille, le lierre et la vigne sauvage pendent en festons joyeux.
    Comptez ces fleurs depuis l’humble touffe de véronique jusqu’à cette haute et fière grappe de bouillon- blanc, qui s’épanouit sur sa tige de velours:
    Pervenche, liseron, glaïeul, bouton d’or, et la graminée élégante, et l’églantine blanche et rose, et, le matin, les diamants de la rosée;
    Et les insectes d’émeraude et les papillons volants, et les lézards fuyants, et les oiseaux chantants, quelle boutique d’orfèvre est aussi riche qu’une de nos haies? »

    • bravo mareria, il fallait le trouver !
      Les feuilles du bouillon blanc sont couvertes de petits poils blancs qui veloutent la plante et lui donnent un reflet blanc.
      J’ ai lu que la tige peut atteindre 2 m, alors
      oui l’ amie Darie, elle est plus grande que vous qui pourtant n’ êtes pas petite !-:)))

    • Bonjour Mareria, en forme de si bon matin…. attention à Louis Veuillot , c’était un catholique limite intégriste, c’était un antisémite convaincu, « les juifs étant des parasites légaux… » je vous passerai le reste de ses propos qui relève de la haine raciale et de l’insulte…. je pense qu’aujourd’hui il serait traîné devant les tribunaux. Je file préparer la bouillon de midi !!!!

      • Monique, merci de ces précisions ( pour moi, c’est un nom lointain des cours d’histoire); j’ai plutôt été attirée par le choix de R Sabatier pour son Anthologie; et j’ai « recopié » ce passage, la petite main empêchant le copié-collé..

      • Dominique, je ne sais pas bien; je vois que Molly est un « prénom anglais et irlandais utilisé comme petit nom pour Mary, bien qu’il soit aussi donné comme prénom à part entière ». En tout cas , mieux vaut parler de la Reine Mary que de la reine Molly…^^

  2. Bonjour à tous, il vaut mieux un bouillon de tisanes plutôt qu’un bouillon de onze heures, le bouillon-blanc n’est donc pas un bouillon de légumes, ni de poule mais d’herbe. Rien à voir avec les oreilles de lapin, très envahissantes dans le jardin…
    Le bouillon blanc ou Molène (qui voit Molène voit ses peines) se rencontre dans la nature sur les bords des routes et dans les jardins oubliés. Elle forme une rosette aux feuilles simples feutrées de blanc. C’est au printemps de la deuxième année qu » une ou plusieurs grandes tiges dressées jusqu’à 2 mètres de hauteur émergent du coeur des rosettes. Elles portent des épis formés de nombreuses fleurs serrées. Ces fleurs sont jaunes alors que celles de sa famille sont plutôt pourpre, rouges ou blanches selon les variétés. Le bouillon blanc fleurit de juin à septembre. Les fleurs sont éphémères et hermaphrodites et se renouvellent en permanence. »
    Mythologie : D’après Homère, c’est grâce au Bouillon blanc qu’Ulysse aurait échappé aux sortilèges de Circé et ne fut pas changé en pourceau.

    Légende :
    Croyance : Jetez des graines dans la rivière vous attraperez les poissons à la main, ces graines peuvent enivrer les poissons.
    Ces même graines chasseraient les rats et souris.

    Remède-miracle :
    Saint-Jean : On allumait les feux de la saint-jean avec des torche de molène.
    En Poitou on agitait au dessus du feu de la Saint-Jean un bouquet de bouillon blanc et de feuilles de noyer et celui-ci était accroché à la porte de l’étable pour en écarter les maladies.
    Dans la Vienne on passe dessus le feu de la Saint-Jean un petit bouquet de bouillon blanc et de noyer que l’on accroche le lendemain avant l’aurore, à la principale étable.

    Druide :
    Sorcellerie : Une feuille de bouillon blanc portée en talisman protège des loups.
    Une pièce d’argent enroulée dans une feuille de bouillon blanc et mise en poche protège du loup-garou.
    Langage : Nonchalance  »

    Pas de poème avec le bouillon-blanc, il y a un livre « MisCellanées Poèmes du Bouillon Blanc » Ce recueil est disponible en version francophone et en version bilingue franco-anglais (traduction de Rosemary Lloyd, avec une couverture originale de Pascale Labelle) disponible, ajouter au panier !!!!!! RIRE !
    Il existe aussi une salle de concert « la salle du bouillon-blanc » ne vous busculez pas, c’est au Luxembourg…. au cas où je ramasserais, par pur hasard, quelque chose sur ce bouillon, je me précipiterai ! vous aurez compris que je ne connais rien du bouillon-blanc, je ne connais que le chevalier blanc, mais heureusement qu’il y a internet. bonne matinée, je profite de la petite fraîcheur pour travailler dans le jardin.

    • Bonjour Monique:j’ai déjà rencontré pas mal de plantes, dont nous avons parlé ici, dont l’ail, qui auraient empêché Ulysse d’être transformé en pourceau comme ses compagnons par Circé; cette plante s’appelle le moly, μῶλυ , décrite ainsi dans l’Odyssée: » le dieu aux rayons clairs tire du sol une herbe, qu’il m’apprit à connaître avant de la donner : la racine en est noire, et la fleur, blanc de lait ; « molu » disent les dieux ; ce n’est pas sans effort que les mortels l’arrachent ; mais les dieux peuvent tout. » (X, 302-307 ; trad. Victor Bérard). Il ne s’agit, pas plus du bouillon-blanc que de l’ail; mais les dernières conclusions « érudites » penchent pour le perce-neige!! « La transformation en pourceau est une image pour une intoxication anticholinergique, dont les symptômes incluent des pertes de mémoire et des hallucinations…. Selon un article publié dans la revue Clinical Neuropharmacology en 19838, la description du moly correspond à celle du perce-neige, fleur qui produit des métabolites secondaires qui contrecarrent les anticholinergiques. Ils proposent donc d’identifier le moly au perce-neige, Galanthus nivalis, dont le principe actif, la galanthamine, contrecarre aussi l’action de l’atropine, principe actif de la stramoine ».
      A part cela, il paraît que le moly se rencontre dans la saga Harry Potter.et que ce mot a donné le prénom Molly…

      • Chère Mareria, je suis une fan de « Harry Potter », à mes yeux pour différentes raisons, je pense que
        c’ est un chef d’ œuvre.
        Je chercherai « moly ».
        Pour le reste, ce que vous relatez est passionnant et compte tenu de ce que l’ on imagine du climat, on ne pense pas de suite au perce-neige !?

      • Il faudra que je me plonge dans cette histoire, qu’a déjà lue ma petite-fille!
        Sacrée Circé, πολυφάρμακος / poluphármakos, c’est-à-dire « particulièrement experte en de multiples drogues ou poisons » ( le mot grec φαρμαϰόν = 1. poison 2; médicament), qui a réussi à séduire Ulysse, oublieux de Pénélope…
        Pour le climat et les perce-neige, « l’île  » de Circé, qui n’en est peut-être pas une, est l’endroit des séjours d’Ulysse qui suscite le plus d’hypothèses ( les autres sont assez sûrs); le grand Victor Bérard  » identifie l’île au Monte Circeo en Italie »,au bord de la mer Tyrrhénienne au sud du Latium, en Italie. » Il fait partie du parc national du Circé. Donc, possibilité de ces fleurs…
        cf Wk sur  » Circé »: « Sous sa forme homérique, l’épisode de Circé laisse deviner en filigrane des réalités culturelles particulières. On peut accorder crédit aux informations données dans l’Odyssée à cette occasion : elles sont en effet puisées chez les navigateurs et commerçants grecs venus d’Eubée qui fondèrent des colonies sur la côte de Campanie. L’histoire étrange et mouvementée de la rencontre entre Circé, déesse ensorceleuse, et un héros menacé d’un péril inédit touchant à son être même, mais finalement séduit par elle, célèbre, sur le mode épique et poétique, les aventures et les prouesses des gens de mer au contact d’une culture étrangère. Le texte d’Homère, examiné avec soin, livre assez d’informations pour laisser entrevoir cette culture. »
        Je dois avouer que l’importance de l’implantation des Grecs en Italie, pour notre culture, reste un de mes dadas ( et pas de Troie!!).

      • Riiiire, Mareria aucune modestie dans mes propos, je ne suis ni modeste ni immodeste, je suis consciente (aware dirait Jean-Luc Vandamme -:))) )
        et j’ aime beaucoup apprendre ( dans les deux sens) comme Klaus, me semble-t-il du reste.

      • Mareria voilà une lacune que je dois combler, je n’ai lu aucun Harry Potter et je n’ai vu aucun film, si si !! je ne sais si j’aurai un jour le temps de lire au moins un exemplaire mais pour le film, je ne suis pas du tout réceptive ! bon, munis de tous ces renseignements précieux, et si on ouvrait tous une herboristerie ? Je me souviens d’un vieux droguiste qui n’était pas drogué, en blouse grise, il nous pesait les feuilles médicinales dans des sacs en papier et méticuleusement y collait une étiquette avec le nom de la tisane et ses vertus thérapeutiques ! il avait des protège manches comme dans ces messieurs les ronds de cuir ! quels arômes quand il ouvrait les petits tiroirs qui habillaient les murs, il avait une de ces vieilles balances à plateaux juste au gramme près. Tout cela me fascinait et m’intimidait car il avait la science infuse mais dans ce qu’il y a de plus noble !

  3. Bonjour Dominique; cette belle plante a l’air très répandue, et j’ai l’impression de la découvrir!
    Si elle atteint 2mètres, et même plus basse, elle dépasse Yannick..ach!

  4. vue que je suis pas fortiche en herbe a bouillon , de l’herbe de saint-fiacre a l’ortie et luserne a lapin chez moi c’est peau de chagrin , comme je suis gras en histoire je vais vous parler du commissaire maigret et l’affaire saint-fiacre de simenon avec jean richard , je connais le coin pas vous donc je vais vous en parler , cela se passe dans l’allier , de moulins souvigny , saint-menoux , bourbon l’archambault et gipcy et saint-hilaire , la satue de saint-fiacre éxiste vraiment comme le château de la contesse de montesquieux et du conte de debreuil des grands marchands de bètes , ce château se trouve dans la forêt de gros bois a quatre kilomètres du village de gipcy sur une route qui donne direction de saint -aubin-le-monia! a autry-issards au carrefour si vous allez tout droit en pleine forêt cela est la direction de bourbon l’archambault et la ville d’ygrande , les deux autres contes de debreuil réside chacun dans un château dans le petit village de meillers ( a coté de gicy ) , une contesse soeur montesquieux réside dans le château d’ygrande et l’autre soeur réside au château de gipcy sur la route de noyant d’allier , leurs cousines les contesses et contes de lambilly , cette famille ( duc de bourbon ) réside au château a souvigny dans la forêt de moladier sur la route de besson , la famille de lambilly déscende d’une famille allemande kaisenborg -müller , au moyen age la famille kaisenborg-müller et shumaker- feuerbach était les propriètaire de la verrerie cristallerie de souvigny du château a souvigny le prieuré et du château les matray a besson ( c’est dans cette ville ou se trouve le dernier château des bourbon …un peu d’histoire que j’ai appris petit et un peu de géographie … tout cela pour de l’herbe ..

    • Et voici Yab, ce que j’ ai glané hier en faisant un peu de compilation pour la page de ce jour :
      – Saint-Fiacre était vraisemblablement un chorévêque, évêque de campagne sans évêché, épiscopal ayant le sens de surveillance.
      Il appartenait à ces religieux gyrovagues, sans domicile fixe.
      – « L’hôtel de Saint Fiacre de la rue Saint-Martin à Paris, louait des voitures attelées, bientôt connues sous le nom de voitures fiacres, puis abrégées en ‘fiacres’. Saint Fiacre est ainsi devenu le saint patron des chauffeurs de taxi. »

  5. Comme vous êtes diserts sur le bouillon-blanc ! Même Jean-Claude Vandamme est
    mentionné : ))))
    Le fiacre , tiré de Saint-Fiacre ,ça , je le raconterai à ma mère quand j´y retournerai . Elle jouait au piano la ritournelle , et nous chantions avec elle :  » Un fiacre allait trottinant …  » , et cela se terminait par le mari écrabouillé et la dame  » Ciel , c´était mon mari  » . Je trouvais ma mère un peu … légère de nous apprendre cette immorale chanson ! Rire . J´avais plus le sens du Bien et du Mal peut-être … Je vais à l´approvisionnement , on ne se nourrit pas d´un brouet clair !
    Le telefon m´a pris deux heures … Je réanime mon coude !

      • Le haut-parleur peut être très pratique , mais… bonjour les indiscrétions et les impairs ! Rire .
        Mes parents m´en ont raconté un ( impair ) ce matin . Une tante qui dénigre un monsieur , qui était justement en visite chez mes parents . Heureusement , il est sympa et a de l´humour .
        La tante va se faire remonter les bretelles , au prochain goûter du dimanche …
        Quant à la batterie , je ne le savais pas , et je vais leur dire !

    • HelloDarie, Jean-Claude Van Damme est quand même un cas, au début on l’a perçu « simpliste » pensant uniquement avec ses biceps, mais si vous lisez ses citations, c’est du travaillé main dans l’insolite : « Je crois au moment. S’il n’y a pas le moment, à ce moment-là, il faut arriver à ce moment-là, au moment qu’on veut « ….. « Nous les humains, on a inventé le temps. Mais le temps n’existe pas, car il y a une matter, une puissance de compression, qui n’est pas la même pour chaque species on earth. »…. »« Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien. »…. »T’as pas besoin d’un flash quand tu photographies un lapin qui a déjà les yeux rouges. »…. » Moi, Adam et Eve, j’y crois plus tu vois, parce que je suis pas un idiot : la pomme, ça peut pas être mauvais, c’est plein de pectine.. »….

      Vous, je ne sais pas mais moi je me tords de rire ! un jour il a fait un discours sur un plateau de TV pendant vingt minutes, nous n’avons pas compris un traitre mot de ce qu’il voulait dire mais tout le monde était plié de rire !

  6. Savez-vous d’où vient l’expression « le bouillon de 11 heures ? et pourquoi pas de 23 heures !
    « Empoisonner quelqu’un, avec beaucoup de discrétion…
    Chacun comprend, à cause de cette heure tardive, que l’on glisse subrepticement du poison dans une tisane, le soir, au coucher de la personne. Le bouillon de onze heures a un parfum de crime parfait, perpétré sur la personne d’un vieillard, ou d’un malade, sous le couvert d’un médicament à administrer ; une simple infusion somnifère, mais qui, là, provoque le dernier sommeil.
    La locution n’a pas varié de sens depuis sa création, laquelle remonte, selon toute apparence, vers le milieu du XVIIIe siècle. Elle est attestée en 1808, selon Wartburg, sous la forme élidée bouillon d’onze heures, et le dictionnaire de Napoléon Landais la définit ainsi en 1836 : « Figuré et familier, bouillon d’onze heures, potion empoisonnée. »
    Le mystère, ici − mais il en faut toujours dans un assassinat ! − réside en ce onze heures, si étrangement précis… Car en réalité, la locution ne fait que continuer une tournure plus ancienne : donner le bouillon.
    « On donne encore des médecines dans des bouillons. On dit aussi qu’on a donné le bouillon à quelqu’un pour dire qu’on l’a empoisonné », écrit Furetière (1690). Cette remarque est reprise mot pour mot par le Dictionnaire de Trévoux dans toutes les éditions jusqu’en 1771 : « n’est par conséquent qu’une variante de l’expression existante, un renforcement obscur, pour ainsi dire une queue stylistique ajoutée au bouillon. »
    Les bouillons honnêtes étaient d’ailleurs presque tous déterminés : un bouillon d’eau, un bouillon de viande, un bouillon aux herbes, etc.
    On distinguait même dans la pharmacopée de l’époque le bouillon pointu, autrement dit le fameux clystère − pointu par plaisanterie, à cause de la forme de la seringue qui servait à l’administrer.
    Pourquoi donc précisément onze heures ? Sans doute s’agit-il là d’une fausse précision, destinée à obscurcir l’expression, à estomper ce que donner le bouillon avait probablement acquis de funeste.
    Cette heure nocturne − on ne pense pas une seconde à onze heures du matin ! − a une résonance propice aux actions louches, dans les familles cuites de vieilles haines, ou dans de silencieuses auberges écartées. Minuit, heure du crime… Ces motivations secondaires ont assurément fait le succès de cette locution énigmatique, mais elles ne l’expliquent pas.
    Selon Claude Duneton, la clé du mystère réside dans un simple jeu de mots : sur onze heures et la dernière heure. Faute de pouvoir étayer cette hypothèse sur des documents décisifs, Duneton l’appuie sur les remarques suivantes :

    1/ la forme première, bouillon d’onze heures, reprise tout au long du XIXème siècle, indique que l’expression s’est créée à un moment où l’élision devant onze était encore l’usage normal, c’est-à-dire vers le milieu du XVIIIe siècle, ou un peu avant.

    En 1771, le Trévoux enregistre une évolution en cours vers la forme moderne de onze : « Quoique ce mot commence par une voyelle, il arrive pourtant quelques fois, surtout lorsqu’il est question de dates, qu’on prononce et qu’on écrit l’article sans élision. De onze enfants qu’ils étaient, il en est morts dix. De vingt, il n’en reste que onze. »

    2/ La première moitié du XVIIIe siècle est précisément une époque où les questions de l’heure étaient à l’ordre du jour dans les conversations, cela à cause de la propagation nouvelle des pendules, des montres à secondes (d’invention récente, comme la seconde minute elle-même). Cela sous l’impulsion des découvertes astronomiques et d’une recherche générale de précision dans la mesure du temps. On parlait en heures d’horloge, par opposition aux traditionnelles heures du soleil (et du cadran solaire, sur lequel elles variaient de longueur tout au long de l’année). L’habitude de découper les 24 heures officielles en deux fois 12, de minuit à midi, et de midi à minuit selon deux tours complets du cadran, passait enfin dans la vie quotidienne.

    La dernière heure du jour officiel, dans cette perspective, devenait onze heures du soir − et non plus celle qui précède la nuit. Le jour mourait à 12 heures, minuit étant considéré comme la première heure du jour suivant. « Dans l’usage ordinaire, il commence à minuit, c’est le jour naturel, civil, et ecclésiastique » (Trévoux).

    En l’absence de textes décisifs à cet égard, Duneton demeure donc convaincu que parmi les lazzi, rébus, et autres devinettes dont nos aïeux étaient friands, un bouillon d’onze heures est né du calembour : onze heures, la dernière heure.

    Donner un bouillon d’onze heures, c’est donner un bouillon de la dernière heure − c’est-à-dire que la dernière heure arrivée pour l’infortuné qui le prend, quel que soit le moment du jour où il l’absorbe cette potion funeste. »

      • Dominique, c’est qu’avec mariseulette il faut se méfier ! l’expression est amusante, si j’ose dire, car le bouillon peut être servi à toute heure de la journée et ça fait froid dans le dos ! avez-vous lu l’affaire Marie Besnard, la bonne dame de Loudun ?

    • Mais il conviendrait de préciser s’il s’agit de onze heures à l’heure du soleil, comme dans les campagnes autrefois, ou à l’heure atomique locale…

  7. L’affaire Marie Besnard, avec Muriel Robin, je crois, bien joué, et si bien, qu’on croit presque à l’innocence de la dame…
    Ces empoisonnements sont souvent utilisés par Agatha Christie, et on rediffuse régulièrement les films avec David Suchet, que je regarde avec plaisir, pour le personnage lui-même, l’atmosphère, les costumes, les lieux etc.

    • Cela me fait penser , Mareria , à un livre de H. Troyat ,  » L´affaire Crémonière  » , sur un crime commis dont le premier suspect (le mari) se défend avec véhémence et quasi bonne foi …

    • Oui, Mareria, mais c’est Muriel Robin qui est innocente car Marie Besnard ne l’était pas selon moi ! son procès est consigné dans un des livres de Frédéric Pottecher (qui se souvient de lui ?) il a écrit aussi sur l’affaire Dominici, entre autres !! tout cela me rappelle un vieux film « Arsenic et vieilles dentelles » . Si seulement nous avions eu l’ADN à cette époque !

  8. Eh bien moi , je n´ai plus grand chose à dire sur le bouillon , le bouillon-blanc non plus , mais je m´amuse avec vous ! Par contre , quand on dit que l´on a  » bu le bouillon  » , c´est que les affaires vont mal , et même pire , c´est la banqueroute !… En ce moment , la France entière
    n´est pas à ce régime , mais beaucoup d´entrepreneurs , et maintenant , les cultivateurs .

  9. Oui, Darie, et cela commence vraiment à « barder »; l’accès au Mont-Saint-Michel est bloqué par les agriculteurs; avez-vous vu le tweet dans le Direct?  » S LF répond comme Marie-Antoinette : « plus de pain ? Qu’ils mangent de la brioche »…

  10. Je ne sais pas si vous mangez français ce soir , mais chez nous , nous mangeons français .
    Mieux ! Nous mangeons breizh . Parfaitement , d´énormes et dodus ( ou grospépères comme disaient Dominique et aussi Mareria : ))) artichauts bretons . Pour une fois , ils sont dignes du pays de Léon . Je vous laisse , cela prend du temps … Monsieur Le Fool vous demande d´en faire autant . Et d´ailleurs , c´est toujours ce que je fais . Entre une jonagold de Hollande et une pomme estampillée  » de France  » , je prends la pomme d´Api !

  11. -MOLÈNE-
    J’ai beau m’en défendre
    Je ne ris pas souvent
    Bien que je sois tendre
    Le vin me rend méchant
    C’est la faute du vent
    Il est des histoires
    Que l’on dit aux enfants
    J’ai dans la mémoire
    Trop de mats naufrageant
    Par la faute du vent
    Qui nous vient d’Ouessant .
    Refrain:
    Qui a vu Molène
    A vu sa peine
    Mais qui voit Ouessant
    Voit son sang
    Quand on est breton, m’a dit ma mère
    On a du chagrin pour deux milles ans .
    refrain
    Trop de joie m’inquiète
    Notre ciel est changeant
    Les plus belles fêtes
    Me laissent un peu tremblant
    C’est la faute du vent
    Je viens de la grève
    Si mon pas est pesant
    Accusez les rêves .
    Le cri des goélands
    Et le vent d’Ouessant
    Qu’on respire en naissant .
    Refrain…
    Je crois aux légendes
    Qui parlent de Tristan
    Dans Paris la grande
    Yseult je vous attend
    C’est la faute du vent
    Je n’ai plus de peine
    Je vis pour d’autres temps
    Quand je vois la Seine
    Que j’aime l’océan
    Oui quand je vois la Seine
    Que j’aime Ouessant
    Mon plus bel amour
    Vient de Molène
    Mon plus bel enfant
    Vient d’Ouessant
    Quand on est breton, m’a dit ma mère
    On a du bon temps pour deux milles ans .
    chanson bretonne de Maxime Piolot ( avec une dédicace de Eugène Guillevic sur le disque !…)
    Le bouillon-blanc est une molène , pirouette , cacahuète … sourire …

  12. Scène de la vie de jardin, ce soir, maman hérisson flanquée de ses deux petits (un nettement tout petit !) a fait une descente dans les fraisiers et s’est attardée dans les framboisiers. Le chef a dit : « on ne mange plus rien, c’est pour eux, si on veut des fraises il y a le marchand »…il aime aussi les hérissons ! je me suis cachée en espérant qu’ils viendraient se baigner dans la gamelle d’eau mais depuis que chaque jour perd deux de ses minutes, la nuit tombe comme du plomb. Darie, pour les pommes, connaissez-vous la chantecler ? (non ce n’est pas un poulet !) à découvrir, croquante, tendre, juteuse et sucrée ! …….. vous avez lu le sapin qui se casse le bras près d’une pompe à essence ? j’ai dit « un coup de pompe, sans doute ? » et bien refusé… j’ai récidivé puisque ça marche bien en France, la récidive, et là j’ai dit « l’essentiel c’est que M. sapin puisse encore travailler même que d’un bras ! » hurlement de rire, au bout de 11 minutes, toujours en pôle position, maud fait la pause café ! bonne fin de soirée à tous.

  13. Il a glissé sur une peau de banane ? Il y a eu aussi un élu qui s´était tiré une balle dans le pied !
    C´était comique : ) On ne sait pas si c´est le droit ou le gauche . C´est crucial pour signer !
    Ne rions pas du malheur des autres …euh… ce n´est parfois pas facile … euphémisme .
    Ce n´est pas non plus gravissime … C´est que l´expression  » bras cassé  » va maintenant resté collé à son CV ! Bonne soirée , sur le continent et sur la  » plus belle île  » : )

  14. Un dernier clin d’œil et un encouragement pour celui qui revient en IDF : Je « n’imagine pas un instant cette île séparée du continent (Jean-Louis Debré à propos de la Corse), nos hommes politiques ont beaucoup d’esprit !… et sur la pollution, nous avons des spécialistes : « La moitié du nuage d’ozone qui sévit dans la région parisienne est d’importation anglaise et allemande (Roselyne Bachelot)…..et puis chez nous, pas d’entêtement inutile : « J’étais partisan du non, mais face à la montée du non, je vote oui (Manuel Valls)…..et puis il y a ceuix qui ont le chic pour se présenter : « Je suis un des rares ministres chiraco-sarko-villepino compatible (François Baroin, ministre de l’Outre-mer)….il y a aussi le politique résolument moderne : « Docteur Sarko et Doc Gynéco, c’est la com’ et la came (Philippe de Villiers, concernant le soutien du rappeur à la candidature de Nicolas Sarkozy)… et puis il y a Jeanne d’Arc, la femme qui sauve : « Je ne parlerai ni des attentats ni des incendies, je ne parlerai que de la Corse qui travaille (Ségolène Royal en visite en Corse)… nous avons aussi les pasionaria : « La France, c’est la Tour Eiffel et Jacques Chirac (Michèle Alliot-Marie),…. il y a aussi la façon de le dire, comment se présenter : « J’ai été longtemps un jeune conformiste, et sans doute formiste était-il de trop (François Bayrou) »;…. et puis il y a celui qui veut vraiment parler pour dire quelque chose : « Quand on va m’entendre et que l’on va me voir, ça va se voir et ça va s’entendre. (Philippe de Villiers)
    Ce sont les petites phrases de nos politiques sur « Le prix de l’humour politique » c’est un régal ! à lire pour rire et se dire, qu’au fond, tant qu’ils seront là on ne sera pas complètement fichus; ……bonne nuit

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s