Ligne haricot vert pour un cornichon

imageLe 30 juillet , c’ est fête pour la Salicorne, plante halophile, c’ est à dire qui pousse sur un sol riche en sel.

On l’ appelle aussi haricot de la mer, cornichon de la mer, passe pierre, criste  marine.

La Salicorne se consomme comme garniture ou condiment selon sa préparation après avoir été cueillie de mai à juillet, quand elle est tendre.image

« La salicorne est diurétique, dépurative et résolutive, elle est riche en iode, phosphore, calcium, silice, zinc, manganèse, ainsi qu’en vitamines A, C et D. Peu calorique elle peut accompagner un régime minceur sans problème. »

La soude obtenue de cette plante permet la fabrication de savon.

Publicités

40 réflexions sur “Ligne haricot vert pour un cornichon

  1. Matin ensoleillé et frais, la salicorne excellente en condiment, accompagne les poissons en papillotes, cultivée dans la Baie de Somme mais on trouve de ces petits bocaux du terroir un peu partout en Picardie :

    « La Salicorne a été découverte par Linné, botaniste suédois. Aucune date n’a été enregistrée pour cette découverte, mais de nombreuses anecdotes la concernent. En effet, au XIVème siècle, les verriers suivaient les «mouvements » des lieux de production en Salicorne car ils recouraient à la soude qu’elle produisait.
    Au XIXème siècle, lors de leurs voyages, les marins conservaient la Salicorne dans le sel. En effet, en raison de sa richesse en vitamine C, ils la consommaient afin de lutter contre le scorbut. La Salicorne est donc utilisée en alimentation humaine depuis des siècles.
    Pour autant, la Salicorne n’a pas toujours été réservée uniquement à l’usage alimentaire.
    Grâce à ses composants, elle a servi à une production de savons, aujourd’hui tombée en désuétude en Picardie.
    Dans l’antiquité, on brulait les Salicornes pour obtenir des cendres entrant dans la composition de la soude végétale (carbonate de sodium), utilisée lors du séchage des savons.
    Le plus célèbre des savons contenant de la Salicorne est le savon d’Alep. Celui-ci a été élaboré vers le VIIIème siècle dans la ville d’Alep, située au nord-ouest de la Syrie.
    « En Picardie, le renouveau de la production de Salicorne, pour un usage alimentaire, a commencé il y a environ 30 ans. Face à une diminution des coques, les pêcheurs à pied ont complété le ramassage des fruits de mer par celui de la Salicorne, afin d’améliorer leur revenu.
    * La Salicorne se récolte en moyenne du 15 mai au 31 août.
    Elle nécessite uniquement de l’eau douce, pour sa germination, et de l’eau salée pour sa croissance et sa turgescence, c’est-à-dire une eau saumâtre. Elle se récolte artisanalement à la main ou à la faucille. La culture intensive de la Salicorne en baie de Somme n’est pas encore vraiment mise en place.
    * Depuis 2008, afin de préserver la ressource, l‘Association des Ramasseurs de Salicornes en baie de Somme (créée en 2001) s’est vu concéder un domaine public maritime de 300 hectares.
    Elle a fixé une date d’ouverture de la saison de ramassage de la Salicorne sur l’estran. Cette date est définie avec attention en mai. Jusqu’à septembre, les pêcheurs à pied pourront en ramasser sur les 38 hectares que totalisent les trois concessions aujourd’hui en activité, situées entre le Crotoy et le Hourdel.
    La vente de Salicorne correspond à environ 35% des revenus des pêcheurs à pied. En général les activités des pêcheurs varient selon la période de l’année : de mars à mai ils récoltent le chou de mer, de mai à août la Salicorne et durant l’automne et l’hiver les coques.
    La tradition du ramassage de la Salicorne remonte à des décennies : elle fait partie intégrante de l’activité des pêcheurs à pied.
    Les cueilleurs sont actuellement au nombre de 120 licenciés, et n’ont pas de quotas de ramassage. Les pécheurs sont tous diplômés en culture maritime après avoir reçu 280 heures de formation au lycée Maritime du Portel, près de Boulogne-sur-Mer.
    * Après ramassage, pour une meilleure conservation, la Salicorne n’est pas lavée. Elle est entreposée dans des caissettes puis stockée en chambre froide à des températures allant de 5 à 7°C.
    * Par arrêté préfectoral, la pêche à la Salicorne est autorisée aux particuliers à raison de 500 g par personne, à certaines périodes de l’année définies par les Affaires Maritimes de Boulogne-sur-Mer. Elle doit obligatoirement se faire au couteau afin de ne pas abîmer la plante. »

    Aujourd’hui, nous fêtons dans le village les 80 printemps d’une amie, que la fête commence, et comme elle a été professeur de français dans un lycée espagnol, nous essaierons de parler espagnol et elle nous corrigera et en plus elle chante comme un ruisenior (je n’ai pas le n tilde)… à plus !

    • Merci Monique , j´ajouterais ( vous avez pourtant tout dit sur la salicorne ! ) , qu´on le jette dans l´eau bouillante ( comme les haricots verts ) pour les cuire . Et je me souviens qu´il n´y a pas de préparation au préalable , si on les mange sitôt la cueillette . Ah oui , une peu de beurre , à peine du sel ( elles sont salées ) , et c´est toute la mer dans l´assiette , surtout s´il y a un poisson à côté . C´est délicieux , en salade aussi . Buena fiesta !

  2. Bonjour frisketto..,Cette salicorne,.salicorneum, est composée de sal, sel et de corneum, en forme de corne; à mon avis, la corne s’est « déroulée »! sal < ἅλς,( hals) mer , sel, cf grec moderne : άλας αλάτι ; d'où halophile..C'est un mets succulent.
    J' ai cueilli des salicornes dans un blog d'une Corse, Angèle Paoli, qui parle de Kallistè, et plus exactement de la Marina di Ghjottani. Commune de Barrettali (Haute-Corse)
    http://terresdefemmes.blogs.com/mon_weblog/2005/02/bain_matinal_au.html,
    "… Elle s’immerge à nouveau dans le rayon vivifiant et rend grâce au soleil. Dans une immobilité qu’elle prolonge. Elle absorbe par tous les pores de sa peau cette caresse qu’elle accueille dans sa plénitude. Ici, dans cette épaisseur de l’eau qui l’enveloppe, elle retrouve un semblant de paix intérieure et de bonheur. Fugaces, l’un et l’autre, car ce bien-être illusoire ne dure pas. Il lui faudra y renoncer à nouveau. Elle ferme les yeux et s’absorbe en elle-même. Les odeurs des griffes de sorcières et des salicornes lui chatouillent les narines. Tout Salaghja remonte instantanément en elle. Ses rochers plats et coupants, aveuglants de blancheur sous la lumière de midi. Les premiers bains matinaux. Ceux qu’elle préfère, avec les bains du soir, au moment où le soleil se perd à l’horizon. La canicule et le repli dans les abris rares de rochers. Salaghja, la féminine, mais rude et dure. Impitoyable et essentielle. De l’autre côté du Merchjone. Salaghja et sa cabane de pêcheurs, blessée, puis arrachée par la dernière tempête. Engloutie dans les eaux.(…)"

    • Ca ne vaut pas de vraies frites, votre salicorne, vous savez ?
      Quant à Salaghja, oui, la cabane a bien été engloutie sous les eaux,
      mais il y a de ça quelques années, on y campait la nuit, avant de s’ y
      jeter à l’ eau pour aller en chasse sous marine de nuit et du poisson,
      en ses fonds il y avait encore …

  3. Bon anniversariu à cette copine, 80 ans, elle est jeune encore …
    A vrai dire on l’ est, tant que le Siècle on a pas passé, enfin de
    ces critères sont les miens et comme chacun sait, j’ ai toujours
    raison, tant qu’ il ne s’ agit pas d’ Informatique, pas vrai ?
    Bon, va falloir que je trouve le pigeaon pour m’ offrir le second
    café de la matinée et tenez vous bien, j’ ai des canistrelli pour
    aller avec, je ne suis pas rat … moi !

  4. Le retour en Ile de France, cela rend un peu aigri, pas vrai les zigomars ?
    Prochain départ, Décembre, mais d’ ici là essayez d’ être sages, sinon je
    vous laisse garder le Home, pigé ???

  5. Que vous êtes matinaux … Grattis ! qui signifie  » félicitations  » en suédois ; et « gratis  » veut dire
    « gratuitement  » . J´ai mis du temps à prononcer les 2 mots correctement : )
    Dans la baie du Mont Saint-Michel , si on sait marcher longtemps , on peut ramener un petit panier de salicornes pour accompagner le poisson . Mais il parait que maintenant , c´est règlementé , car priorité aux gens de la région qui vivent de la salicorne , etpour que celle-ci ne disparaisse pas des herbus . Une petite poignée au fil de la balade , c´est possible , les promeneurs n´étant pas légion . Lègion ! hello Klaus !
    Telefon… 1h30 … mon pauvre coude … Je dois faire des étirements et « les marionnettes  » toutes les 10mn … Je vais lire vous maintenant …. ouf ! et bonjour à tout le monde .

    • Hello la Suède, coucou Darie.
      Il y a une course au Touquet qui s’ appelle la Salicorne, on court de sainte-Cécile en passant par Etaples, en traversant l’ embouchure de la Canche.
      Sable, vase, dunes, c’ est assez dur.

  6. Allons bon ! La salicorne est le légumes d´accompagnement pour les figatelli-frites , naturlich .
    J´ai lu , grâce au lien de Mareria , qu´il y avait des cyclamens sauvages en Corse ! J´ai vu les photos en tapant corse cyclamen , on dirait des petits papillons blancs et mauves sur le sol .
    C´est ravissant . J´imagine qu´il est interdit de les déplanter .

    • Euuuuhhhhh … le figatelli ne se mange pas avec des frites, Darie, non non non …
      Soit dans du pain tout simplement au sortir de la cheminée, soit dans des lentilles
      ou des gros haricots soissons, mais là où il est le meilleur selon moi, c’ est crû
      et pas autrement .

      • CRUE !? jamais de la vie , je ne pourrais manger de la viande crue . Il y a des inuits qui font comme vous . Ils mangent le foie du phoque cru , quand le phoque est encore chaud .
        Auriez-vous été un inuit dans une vie antérieure , m´sieur Yannick ? Il me semble d´ailleurs que la figatellu est une saucisse de foie …
        Mais pour moi , des saucisses avec des lentilles , ça me plait beaucoup .

  7. wiki-a-dit :  » Le figatellu (pluriel figatelli)1 est une spécialité corse : il s’agit d’une saucisse fraîche composée principalement de viande et de foie de porc.  »
    Si ce n´est pas une saucisse , qu´est-ce que c´est ? Je trouve , si je peux me permettre de vous donner un conseil m´sieur Yannick-le-corsu , qu´il est dangereux de manger de la viande crue . S´il y a des parasites dans la viande , vous pouvez l´attraper , comme la trichinose du porc , ou bien le taenia , les ascaris . Bouh… cela doit chatouiller , hi-hi-hi-hi-hi-hi…..

    • Vous l’ avez dis Darie, une saucisse, maaaiiiiissssss fraîche
      et c’ est là qu’ est la p’ tite nuance, donc crûe et non cuite et
      de celle ci les corses s’ en régalent depuis toujours à la
      période de fin d’ année, sans le moindre risque d’ attraper
      quoi que ce soit, cela se saurait .
      Et de sa bonne qualité, il est facile mais pour un insulaire,
      de s’ en assurer, de manger celle d’ ailleurs, il s’ y récuse,
      pas fou !

      • Yannicku-le-topu , je voyais bien que le figatellu avait une forme de saucisse . Et il faut les griller au BBQ . Si ma mémoire est bonne , on les mange avec des galettes de châtaigne , qui
        s´appellent des migliacci , oui-oui , j´ai beaucoup appris sur la Corse … Dès qu´on parle de la Corse , je lève les soucils et tend l´oreille : ))

      • les migliacci, ce sont des un peu des galettes, certes,
        mais attention, de fromage blanc et non de châtaignes,,
        Darie, encore un truc qui lorsqu’ il est fait dans les règles
        de l’ art, avec les bons ingrédients et le four en pierre
        jouxtant la maison, s’ avère fameux !

      • Le Figatelli se fait cuire dans la cheminée le plus souvent,
        rarement au barbecue, en d’ autres temps pas si lointains,
        elle se nommait u fucone et trônait au milieu même de
        la pièce principale, elle servait à cuisiner, certes, mais
        aussi à sécher charcuterie et châtaignes situés au plafond,
        sur une clayette de laquelle pendait a catena, la chaine
        permettant d’ y accrocher u paghjolu, le chaudron principal
        et autres ustensiles .

  8. Hello, nous avons dégusté un délicieux framboisier avec une coupe de champagne ! la fête était gentille, on a chanté en français, c’est plus sûr, et on a bien ri car la bougie unique ne voulait pas s’éteindre et que notre amie est un peu asthmatique… bref, on a écrasé la flamme à coup de pelle (à gâteau)… on s’est promis de se retrouver au même endroit, même heure, dans dix ans, comme dans la chanson mais je ne sais pas si nous tiendrons cette parole….bref, deux gamins du centre aéré sont venus faire une bise, c’était chouette, surtout qu’ils ont mangé aussi du gâteau.
    Pendant que j’étais partie, le chef a taillé la haie qui est très haute, il monte sur un échafaudage pour l’atteindre, il y avait des branches, des ronces, du sureau en fleur, de l’aubépine, du noisetier, bref une folie de faire cela tout seul, sans surveillance ! il y avait des kg de mûres sauvages vertes, si on avait attendu septembre on faisait des confitures….. il a récupéré un nid vide pour une leçon de chose à la rentrée, il a trouvé un gros oeuf blanc à suspense, sans doute un ramier (déclaré nuisible cette année) et puis j’ai foncé pour revoir mes deux bébés hérissons qui gambadaient ce matin en espérant qu’ils ne vont pas mourir comme celui d’hier…. mais que fait la mère ? les pauvres ne trouvent rien à manger à cause de la sécheresse, pas l’ombre d’une limace ni d’un escargot, alors j’ai suivi les conseils d’un site, mettre une gamelle d’eau sur leur passage et ils aiment les pâtées pour chat, demain je vais au ravitaillement et je vais en acheter, en espérant que les matous du coin ne viendront pas leur piquer la pitance, je ne vais tout de même pas monter la garde ! bonne fin de soirée à tous.

      • Dominique, il faut dire que nous n’avions que la pelle sous la main et nous sommes d’une délicatesse extrême ! rire ! on a bien pensé l’éteindre entre nos doigts, comme dans les westerns, mais voilà ça brûle !!! c’est alors que je leur ai raconté l’histoire de Fernand Reynaud (introuvable !) « bon anniversaire », quelle rigolade…. vous vous souvenez ? c’était certainement une bougie spéciale bec de lèvre !

    • Monique , la mère hérisson a peut-être été écrasée par une voiture : (( Ils ont cette fâcheuse habitude de se mettre en boule devant le danger , au lieu de fuir . Leur méthode de défense ne
      s´est pas adaptée à la modernité . Bonne chance à vos petits protégés . Bonne soirée , tous .

      • Darie, j’ai vu la mère (ou le père) un hérisson énorme, il était encore là il y a deux semaines. En principe, un hérisson ne sort que la nuit, il parait qu’un hérisson qui sort le jour est malade, alors je m’interroge ! il ne manquerait plus que la mère soit morte. Je vais les nourrir moi-même le problème ce sont les chats pourtant hyper nourris ! tous les jours je retrouve des plumes de petits oiseaux tués par les chats ! c’est la loi de la nature mais pas touche à mes hérissons. Bonne soirée.

      • Coucou Yannick, ce qu’ils sont mignons ces petits hérissons, de gros patauds mais je suis étonnée de voir qu’en fait ils sont très rapides. Pour le ratounet rose, celui du jardin est gris avec les petites oreilles roses, il est chez lui même s’il mange les bulbes des fritillaires ! ah, quel tracas j’ai avec tous ces protégés.

  9. C’est la pleine lune, oui et demain 31 juillet ce sera la » Lune bleue », rare, seulement tous les deux à trois ans… à ne pas manquer ! « A ce titre, les anglophones ont pour habitude d’utiliser l’expression « once in a blue moon », littéralement « une fois toutes les lunes bleues », pour désigner un événement qui ne se produit que très rarement. Une manière de dire « tous les 36 du mois ».
    La pleine lune m’empêche de dormir, c’est pire que d’habitude, s’il faisait moins froid j’irais veiller dans le jardin pour voir le gros hérisson et aussi rencontrer la chouette qui était tombée dans la cheminée du voisin… il a dû grillager sa cheminée après avoir récupéré la chouette affolée à côté des chenets de sa salle à manger. Bonne nuit sous la lune.

    • Dites, la vie à la campagne est hasardeuse, c’ est plutôt rock’ n roll, les chouettes dégringolent chez les gens, on rencontre des hérissons qui regarde la lune dans le bleu , c’ est quand même spécial.
      Bisous.

      • A la campagne, c’est la vie sauvage, tout est possible le meilleur comme le pire, c’est comme le mariage ! rire !!! côté insectes, je vois le pire, j’ai encore occis deux guêpes et je cherche encore d’où elles sortent. Par contre, les renards et les blaireaux on ne les rencontre que morts dans un fossé, quel dommage. Bises.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s