Vert blanc rouge

Le drapeau italien, c’ est aussi le vert comme basilic, le blanc comme mozzarella et le rouge comme tomate.

  
C’ est un goût de vacances romaines à Vespa, de vue sur l’ Arno, d’ amants de Vérone, du Christ qui s’ est arrêté à Eboli.

Voilà pour le jour du Basilic au calendrier républicain au 14 de thermidor, le 1er août.

A bientôt mes délicieux amis !

Publicités

59 réflexions sur “Vert blanc rouge

  1. Bonjour à tous, premier août splendide, matin de rêve, oui, je suis entourée d’une nuée d’hirondelles (arrivage ou départ je ne sais) elles sont des centaines dans le ciel et sur les fils, elles font leur toilette dans le ciel bleu. Le bonheur !
    Le basilic, la mozzarella et la tomate avec l’œuf dur qui n’est pas facultatif, le tout sur du pain bien frais avec un filet d’huile d’olive, voilà qui pourrait être ma nourriture quotidienne sans que je ne m’en lasse !

    Il y a quelques temps, j’avais donné le texte de George Vildrac sur le pied de basilic qu’un pope lui avait donné et qui a fleuri dans son jardin picard… au jardin le basilic éloigne les fourmis mais moi je peux vous assurer que j’ai vu mes fourmis manger les pieds de persil, de cerfeuil et de basilic ! des pâtes fraîches au basilic et aux fruits de mer, un régal !

    Je tombe sur le basilic « serpent » ;  » Le basilic est une bête légendaire, souvent présenté comme un reptile, mentionné dès l’antiquité gréco-romaine comme étant un petit serpent au venin et au regard mortel. Durant le Moyen Âge, il fut plus souvent décrit comme un mélange de coq et de serpent et fut l’objet d’importantes superstitions, tant sur ses origines que sur ses pouvoirs d’empoisonnement et de pétrification. Le basilic apparut dans de nombreux bestiaires et des encyclopédies avant de devenir, à l’époque moderne, une créature du bestiaire de nombreux jeux de rôle………………… les amis, je file !

  2. Bongiorno ( bonjour à l´italienne ) , en France , on a tous plus ou moins des ancêtres italiens , et c´est comme une plume à notre chapeau .
    Journée de la bruscetta , que je préfère à la pizza devenue trop commune , et du basilic . Je l´ai pris en grippe , car j´ai perdu surement 10 pieds de basilic , mais cela ne m´arrivera plus , promis . C´est même pas bon … ( dépit … )
    Et de la mozzarelle , dont je ne suis pas friande , et je passe directement à la tomate , dont je
    ne peux pas me passer dans la cuisine . Sans oignons ni tomates , je ne peux rien faire .
    Hymne à la cuisine italienne !
    -Quand la tomate en pleurs…-
    Très tôt, dans le matin emperlé de rosée
    Je me rends au jardin et remplis mon panier
    De ces bons végétaux qui croissent sans souci:
    Tomates, céleri, courgettes et persil…

    Ces légumes bien frais sont pour moi un poème.
    J’admire leur beauté, leur plénitude, même
    Et je les remercie d’être là, pour combler
    Nos goûts, nos appétits toujours renouvelés.

    Quand la tomate en pleurs verse larmes de sang
    Mon estomac se serre, aussitôt, je ressens
    Pour cette chair meurtrie une immense tendresse
    Et je donne à sa peau une ultime caresse.

    Mais il faut bien manger: ah, que la chair est bonne
    De ce légume rond qui à nous s’abandonne
    Sous un doux filet d’huile issu de l’olivier,
    Relevée d’un peu d’ail qui va la parfumer.

    Un brin de basilic va lui flatter le teint
    La ciboulette, aussi, cueillie au frais matin
    Apporte son piquant à la chair si sucrée
    Qu’on croit, en la goûtant, savourer un baiser!
    de Michèle Corti .
    Le soleil a refait son apparition , le coq ( un seul ?! ) fait des vocalises , les filles paressent sur la terrasse en parlant chiffons … tout est dans l´ordre des choses …

      • Mareria , Rires : )) Comme dit le dicton populaire :  » L´herbe est toujours plus verte dans le prévu voisin  » . Les tomates sont donc aussi plus rouges ?

      • Bonjour mes amies, aimez-vous la page
        d’ aujourd’hui ?
        Je pourrais me nourrir de tomates, concombres, mozzarella (fêta) huile d’ olive et du bon pain !
        Et brochettes comme en Grèce.
        Nous avons atteint les 200 articles, grâce au calendrier républicain et si l’ on veut faire un bilan, je ne sais ce que vous en pensez mais notre blog est prospère !
        Bises.

      • Mâme Darie, je ne cultive rien que des fleurs, et toutes les sortes de mauvaises herbes qu’on a pu rencontrer dans le calendrier..j’exagère, car il y a surtout pissenlit, trèfle, boutons d’or, etc dans le « gazon »; ah si j’ai planté de la rucola: extra sur la bruschetta et j’ai des fruits rouges,..Je rentre du marché, avec un plateau de figues. .Donc, confitures en vue!

  3. Buongiorno! Le basilic, plante des rois (dérivé de βασιλεὐς / basileús (« roi »); mais chaque maison , chaque tente dans les campings dans les régions et pays du sud a son pot de basilic, mais chez nous aussi, c’est de plus en plus fréquent!
    Votre phrase « italienne », Dominique, m’emmène vers des films que j’aime beaucoup…quel voyage en si peu de mots!
    Et si on remplace la mozzarelle di bufala, par la feta, nous voici en Grèce; on avait parlé de  » Marina » d’Elytis:
    « Apporte-moi verveine, menthe/et basilic, pour les sentir/Que je t’embrasse et que je sente/
    monter en moi les souvenirs « ;
    Il y a aussi une chanson très connue, composée par Théodorakis; je donne que la traduction du refrain ( celle de la chanson entière sur un site ad hoc est truffée de fautes); un lien vers une interprétation, mais impossible de trouver celle de Théodorakis..
    Βάρκα στο γιαλό – 1963 Bateau dans la mer
    « Bateau dans la mer, le bateau dans la mer
    Pot de jacinthes et de basilic
    Βάρκα στο γιαλό, βάρκα στο γιαλό
    γλάστρα με ζουμπούλι και βασιλικό. »

    • Quel festival de couleurs , Mareria ! Le prénom  » Basile  » signifie alors  » roi  » ?
      Il y a un petit cousin Basile dans la famille . Je trouve ce prénom très mignon , il revient à la mode . Je me demandais hier , si le nom de la ville « Albuquerque » aux USA avait un rapport avec  » albercoc  » , croyez-vous que les 2 mots aient la même origine ?

      • Darie, pour Albuquerque, je n’ai trouvé qu’un site anglais: < albus, blanc + quercus, le chêne;city in New Mexico, U.S., founded 1706 and named for Spanish administrator and viceroy of Mexico Francisco Fernández de la Cueva, Duque de Alburquerque (1617-1676); name altered by association with Portuguese soldier Alfonso de Albuquerque (1453-1515), both named from Alburquerque, a town in Spain close to the Portuguese border, meaning "white oak;" ultimately from Latin albus "white" and quercus "oak."
        Et pour Basile, oui, c'est le roi! de même que Vassili. Et la province de Basilicate, basilique etc viennent de ce mot royal….

      • Merci Mareria , je n´avais pas pensé à  » querque  » . C´est vrai , le Quercy , le pays des chênes .
        Je préfère aussi la fêta à la mozzarelle , que je trouve un peu fade . Pour griller sur le pain , je mets parfois du halloumi , c´est meilleur , mais 2 ou 3 fois plus cher …

  4. Oh là là … voilà que je parle  » comme une vache espagnole »: ne soyez pas offensés si vous avez des ancêtres de ce côté; mais c’est une expression que j’ai toujours entendue chez moi: erreur  » je NE donne que »

    • J´ai aussi des ancêtres de ce côté ( j´en ai un peu de tous les coins , au nord et au sud : ))
      C´est que le nord de la France a été envahi par les espagnols !
      J´ai lu justement que la ville de Lille a été désignée capitale du Nord-Picardie , au détriment
      d´Amiens , mais je ne sais pas quels étaient les critères du choix , la proximité avec la GB et la Belgique sans doute .

      • Darie, Lille à la place d’Amiens, c’est un non sens, ceci est un cadeau à cette bonne dame de Lille qui fait des apparitions spontanées pour aboyer de vagues paroles dont on sait qu’elles n’auront aucune portée, je pense que les 35 heures ont suffi pour givrer la France durablement.

  5. Dominique, je vous salue, et vous réponds ici; cette page me plaît à cause du thème aux couleurs de l’Italie, et du raccourci extraordinaire, dont j’ai déjà parlé qui nous plonge dans 4 films italiens et me met en joie »C’ est un goût de vacances romaines à Vespa, de vue sur l’ Arno, d’ amants de Vérone, du Christ qui s’ est arrêté à Eboli »; cela en suggère d’autres et tant de paysages.
    Merci donc pour ce blog qui a déjà bien cheminé, et BISES!

      • Hello Dominique, j’adore aussi les figues fraîches noires, mais les vertes bien mûres sont très bonnes aussi, j’en achète peu à la fois car je les mangerais avant même de rentrer à la maison, comme les cerises !

      • ´ jour Monique, ne pensez pas que je fasse mon intéressante, mais les meilleures figues vertes dégustées, ce fut à Rome, en 2009, il y avait un marché à Campo de ´ Fiori, célèbre place où se tient une haute et étrange statut du père Bruno.
        Avec des amis, vers 11 h, nous avons ressenti un petit creux, j’ ai acheté de grosses figues vertes très mûres, dans un sac brun , et jamais nous ne nous étions autant régalées, elles étaient uniques et ont les a liquidées en deux minutes.
        On s’ est ensuite installé à une terrasse
        à l’ ombre , une chaleur terrible de juillet,
        et on s’ est délecté de grands verres d’ eau fraîche !

      • Ah, Dio mio: Campo dei fiori, mais quelle nostalgie! j’y ai un souvenir d’un fou rire monstre avec une amie en février ( la famille était au ski), 4j à Rome, 3 à Florence…nous avions acheté des gravures , bref, quelque chose qui ne devait pas être abimé: et on s’est retrouvées à faire la fin du marché de cette place pour récupérer des cartons ( propres), à les découper avec un opinel, pliées en deux de rire,sous les yeux un peu étonnés des marchands, à qui nous avons aussi demandé des ficelles…J’y suis retournée en été avec ma fille.
        C’est, en effet sur cette place que Giordano Bruno a été brûlé vif en 1600.

  6. Une page à croquer délicieusement fraîche ! erratum, le texte que j’évoquais plus haut n’est pas de Vildrac mais de Robert MALLET extrait de « Silex éclaté » alors tant pis pour moi, le voici :

    « Le basilic que m’a offert en Bulgarie ce pope jardinier, je sais qu’il fleurira demain dans mon jardin picard. » (monastère de Batchkovo)
    « Le pope, un regard d’astre, une tête christique
    souvent je l’avais salué sur les icônes.
    Au soleil couchant, dans la tiédeur du jardin
    quand le ciel bleu pâlit ciré de glacis jaune
    je découvris la transparence du visage
    la liquide clarté des grains mûrs du raisin
    que la vendange appelle au pressoir de leur fin
    pour le commencement de la métamorphose.
    Une odeur jeune encensait les vieux feuillages
    un bouton d’or veillait une mourante rose
    L’abeille pardonnait à la corole close.
    Le pope était le cep d’un rassurant destin
    il s’agenouilla pour m’offrir le basilic
    L’instinct du don rythmait la hâte de ses mains
    Près de lui, prosterné, je mis genoux à terre
    comme lui, je cueillis le ciel en ses reliques
    chaque effort cadençait notre commune pose
    et le culte naissait de nos doubles égards
    Dieu, ne serait-ce pas deux hommes qu’un hasard
    ajuste dans les mêmes gestes de prières.
    L’un qui donne et se voue à l’autre lui donnant
    parce qu’ils aiment un peu plus que la même chose
    en même temps ? ».

    La question est posée mais ne nécessite pas de réponse, un bien joli texte.

  7. Monique, c’est un superbe poème avec des couleurs, une belle musique des mots, et qui offre un grand sujet de méditation.
    C’est R.Mallet qui est à l’origine du campus d’Amiens, et c’est la Société d’Émulation d’Abbeville qui commémore cette année le centenaire de sa naissance.

    • mareria j’aime beaucoup cet écrivain, il avait fait de la Picardie non pas une région de France mais un « état » à part, quant à Amiens qui lui doit beaucoup et qui n’est pas capitale, je pense qu’il l’aurait défendue jusqu’au bout…. reste-t-il encore des hommes avec une telle culture et un tel charisme ? ses lauriers : « Détenteur de plusieurs prix littéraires, dont le Prix de la critique, membre de divers jurys (Apollinaire, Renaudot), membre de l’Académie Mallarmé, collaborateur permanent de revues et de périodiques, Robert Mallet poursuit inlassablement son œuvre personnelle. À de nouveaux recueils de poèmes (Presqu’îles presqu’amours, Cette plume qui tournoie, L’Ombre chaude) s’ajoutent des romans (Ellynn, Les Rives incertaines) ainsi qu’un essai (Jardins et paradis), sans oublier un journal intime qu’il tient depuis près de quarante ans mais qui ne pourra être publié que cinquante ans après sa mort. Comme dans son enfance, il partage toujours ses activités entre l’agitation de la capitale française et la paix de sa maison picarde. » ….. » Il avait foi dans l’avenir de l’homme » comment pourrait-on le suivre aujourd’hui ? merci au basilic et à la page de Dominique qui peut ainsi lui rendre hommage !

      • Monique, il laisse une oeuvre impressionnante; je vois que sur youtube il y a plusieurs extraits de ses entretiens avec Paul Léautaud..

    • Merci mareria pour ce.beau lien !
      Figurez-vous que j’ avais hésité à présenter le tableau de William Holman Hunt « isabella et le pot de basilic » le jour de l’ arrosoir.
      En effet un superbe arrosoir en bas à droite
      de l’ œuvre me plaisait bien mais j’ avais trouvé le sens de l’ œuvre un peu trop chargé ( une tête dans un pot de fleurs ^^) .

      • Dominique , je suis allée voir  » Isabella et le pot de basilic  » , elle a une très jolie robe , et comme dit Mareria , le meuble est raffiné . La toile posée sur le meuble semble lourde de broderies , de fils d´or peut-être . Je n´avais pas distingué la tête de mort , mais en me le soufflant , c´est bien une tête de mort ( une « vanité » je crois ? ) J´ai horreur des têtes de mort : ) Il faudrait changer le cache-pot pour moi , si on me l´offrait …
        Et en cliquant deci-delà , j´ai vu un autre tableau  » Isabella and the pot of basil  » , par Joseph
        Severn (1793-1879 ), un peintre anglais . Ce sont de toutes petites feuilles , un même basilic très gros que j´avais ramené de Paris même ! Il avait fait la route avec succès , mais n´avait
        pas tenu longtemps en Suède .

      • Je ne pense pas qu’ on puisse appeler cette scène une « vanité  » parce que ce tableau évoque une histoire, celle d’ Isabella qui cache la tête de son fiancé décapité dans un pot de basilic.
        Mais il est vrai que la manière rappelle celle des vanités.
        Peut-être pense-t-elle que cette plante agit contre les maux de tête ?

      • Darie, cela me rappelle un retour de Grèce en auto avec en plus des occupants normaux et des bagages, le fameux bâtard grec et sa « cage à chat », et ..le pot de basilic acheté au début du séjour….

      • Mareria , nous avons aussi ramené un tulipier de Virginie qui faisait un peu plus de 2 mètres .
        Il n´a toujours pas donné de fleurs … Il a failli périr plusieurs fois sous des masses de neige , mais il renait toujours . Maintenant , on le garde en souvenir : ))

      • Vous nous donnez des indices, Dominique; le fiancé avait une petite tête, si j’en juge par la taille des pot et cache-pot!

      • Ah, vous trouvez ?
        Bon alors dans ce cas précis, disons que c’ est plus commode pour Isabella à mettre en pot .
        Mais quelle histoire, quelle histoire !!!

      • Le basilic a beaucoup de vertus médicinales; rien n’est dit pour les maux de tête; en revanche, il peut agir sur les maux de gorge; le cas présent est donc « limite »…

      • Oui, quelle histoire, quelle histoire ; je suis allée voir les détails; Lorenzo, le fiancé secret, est revenu voir Isabelle, alors qu’il est déjà mort et enterré ( tué par ses ex-futurs beaux-frères, des vilains qui veulent marier leur soeur à un riche prince): il lui demande de le pleurer; le petite obéit au spectre. Avec sa nounou, elle va déterrer son amoureux; à mon avis, on n’explique pas comment elle fait pour ne rapporter que la tête, entourée d’une écharpe de soie parfumée des plus belles roses; puis arrive l’épisode du pot de basilic qu’elle arrose commodément de ses larmes! Les méchants frères lui enlèvent le pot ( pour faire du pesto): Isabelle meurt.
        Il paraît que Keats a écrit le poème à la suite d’une gageure ( sujet emprunté au  » Décaméron »), et que Stendhal s’est inspiré du conte dans  » Le Rouge et le Noir »: cela m’a échappé…

      • Sensément, c’est le mot approprié, Dominique,..mais du basilic dans un pot-au-feu, ça n’existe pas; ça n’existe pas…

  8. Dominique, l’arrosoir de Théodore Stravinsky est beaucoup plus  » authentique »; celui-ci est un arrosoir de salon, et le basilic est un basilic de salon: il lui manque air et soleil…en plus, je vois une tête de mort sur la cache-pot! la jeune fille, dont j’ignore tout de son histoire avec ce basilic, a un beau visage, la marqueterie du meuble est digne de celle des artisans sorrentins..
    Le devoir m’appelle: je dois tondre.

  9. Quelle triste histoire que celle d´Isabella … J´ai compris pourquoi il y avait une tête de mort sur le pot de basilic et pourquoi elle l´embrasse , et tient un mouchoir brodé ( on le voit bien dans le tableau de Joseph Severn ) . Voici le lien sur l´histoire d´Isabella et Lorenzo , ce ne sont pas
     » Les amants de Vérone  » , mais les amants de Messine , en Italie . Je précise  » en Italie  » , car
    il y a aussi un Messine près de chez mes parents , mais en Belgique , près d´Ypres : )

  10. un peu d’humour aussi avec René de Obaldia (extrait de « Innocentines »

    Le plus beau vers de la langue française

    « Le geai gélatineux geignait dans le jasmin »
    Voici, mes zinfints
    Sans en avoir l’air
    Le plus beau vers
    De la langue française.
    Ai, eu, ai, in
    Le geai gélatineux geignait dans le jasmin…
    Le poite aurait pu dire
    Tout à son aise :
    « Le geai volumineux picorait des pois fins »
    Eh bien ! non, mes infints
    Le poite qui a du génie
    Jusque dans son délire
    D’une main moite
    A écrit :
    « C’était l’heure divine où, sous le ciel gamin,
    LE GEAI GÉLATINEUX GEIGNAIT DANS LE JASMIN. »
    Gé, gé, gé, les gé expirent dans le ji.
    Là, le geai est agi
    Par le génie du poite
    Du poite qui s’identifie
    À l’oiseau sorti de son nid
    Sorti de sa ouate.
    Quel galop !
    Quel train dans le soupir !
    Quel élan souterrain!
    Quand vous serez grinds
    Mes zinfints
    Et que vous aurez une petite amie anglaise
    Vous pourrez murmurer
    À son oreille dénaturée
    Ce vers, le plus beau de la langue française
    Et qui vient tout droit du gallo-romain:
    « Le geai gélatineux geignait dans le jasmin. »
    Admirez comme
    Voyelles et consonnes sont étroitement liées
    Les zunes zappuyant les zuns de leurs zailes.
    Admirez aussi, mes zinfints,
    Ces gé à vif,
    Ces gé sans fin »

    Le poète était sans doute d’humeur fantasque ce jour-là mais attention sa mère était picarde et cousine de Michèle Morgan, je lis que le grand Obaldia a été aussi parolier de Luis Mariano… vu le pauvre geai, heureusement qu’il n’a pas écrit les paroles de « rossignol, rossignol de mes amours.. » il lui collait un goitre !

  11. Les amis, bonne fin de soirée avec Marie-France Subra-Soutchkov, elle a écrit cinq vers sur chacun des douze mois de l’année, voici « août » nous y retrouvons les halliers et les baies sauvages que nous avons évoqués ces jours-ci :

    AOUT

    Buissons écueils de mûres rouges
    Champs, vagues de seigle et de blé
    Meules, digues de foin
    Le jour monte tendu
    Vers quelles équinoxe de pain ».

    • Bonsoir Monique , l´été est revenu avec le mois d´août . Le geai gélatineux qui geignait dans le
      jasmin , et le poite : )) m´a fait bien rire . J´ai dû relire attentivement !
      Bonne soirée , à tou(te)s .

      • Darie, à la télé, j’ai vu des images sur une pizzeria italienne où les pizzaïolos sont tous Italiens, où l’on ne parle que l’italien et j’ai vu la magnifique pâte avec la mozzarella, la tomate et le basilic, aux couleurs de l’Italie, tout à fait le sujet de notre page ! je pense que cette pizzeria est à Paris. Bonne fin de soirée à vous et à demain.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s