La Gentiane

image

J’ ALLAIS DANS LE VERGER

J’allais dans le verger où les framboises au soleil

chantent sous l’azur à cause des mouches à miel.

C’est d’un âge très jeune que je vous parle.

Près des montagnes je suis né, prés des montagnes.

Et je sens bien maintenant que dans mon âme

il y a de la neige, des torrents couleur de givre

et de grands pics cassés où il y a des oiseaux

de proie qui planent dans un air qui rend ivre,

dans un vent qui fouette les neiges et les eaux.

Oui, je sens bien que je suis comme les montagnes.

Ma tristesse a la couleur des gentianes qui y croissent.

Je dus avoir, dans ma famille, des herborisateurs

naïfs, avec des boîtes couleur d’insecte vert,

qui, par les après-midi d’horrible chaleur,

s’enfonçaient, dans l’ombre glacée des forêts,

à la recherche d’échantillons précieux

qu’ils n’eussent point échangés pour les vieux

trésors des magiciens des Bagdads merveilleuses

où les jets d’eau ont des fraîcheurs endormeuses.

Mon amour a la tendresse d’un arc-en-ciel

après une pluie d’avril où chante le soleil.

Pourquoi ai-je l’existence que j’ai ?… N’étais-je fait

pour vivre sur les sommets, dans l’éparpillement

de neige des troupeaux, avec un haut bâton,

à l’heure où on est grandi par la paix du jour qui tombe ?

FRANCIS JAMMES

Publicités

45 réflexions sur “La Gentiane

  1. Gente compagnie, bonjour! Merci Dominique d’avoir choisi la gentiane bleue des sommets , et ce poème de FJammes rempli de souvenirs montagnards, de sensations, de couleurs..Voici de Marie Noël, extrait de Notes intimes chez STOCK – 1959, un texte qui était dans les manuels scolaires, et redécouvert :
    « Si j’étais plante, je ne voudrais pas être de ces plantes qui ont trop affaire à l’homme. Ni avoine, ni blé, ni orge parqués, sans pouvoir en sortir, dans un champ en règle – et on ne laisse même pas aux blés leurs bleuets pour se distraire – ni surtout ces légumes soumis et rangés, ces carottes alignées, ces haricots qu’on dirige à la baguette, ces salades qu’on force à pâlir en leur serrant le coeur quand il fait si beau alentour et qu’elles voudraient bien être grandes ouvertes.

    J’accepterais encore d’être herbe à tisane, serpolet ou mauve, ou sauge, pourvu que ce fût dans un de ces hauts battus des vents où ne vont les cueillir que les bergers. Mais j’aimerais mieux être bruyère, gentiane bleue, ajonc, chardon au besoin, sur une lande abandonnée, ou même un champignon pas vénéneux, mais pas non plus trop comestible, qui naît dans la mousse, un matin, au creux le plus noir du bois, qui devient rose sans qu’on le voie et meurt tout seul le lendemain sans que personne s’en mêle. »
    Et aussi ces quelques lignes de Rilke, ( Neuvième élégie):
    « Lle voyageur ne ramène-t-il pas non plus du versant de la crête,
    non point, dans la vallée, une poignée de terre, qui pour tous est l’indicible,
    mais un mot glané, un mot pur, la gentiane bleue, la gentiane jaune. ».
    La gentiane bleue est une de mes préférées fleurs, à cause de son bleu « lapis lazzuli ».

    • Bonjour mareria, encore de beaux textes aujourd’hui, merci.
      Je fais un grand ménage et j’ ai retrouvé mon cahier de poésies de l’ école primaire…
      Je prends conscience de l’ excellence de
      l’ enseignement d’ alors , de la qualité des auteurs et de leurs œuvres apprises par cœur et illustrées au crayon de couleur. Marie Noël en était.

  2. Bonjour les amis, merci à Mareria d’avoir sorti Marie Noel de « lieu commun » si j’ose dire, ce site est une mine d’or mais je crois que la bloggeuse (qui doit être picarde) ne le tient plus à jour en dehors des dates des vide greniers, dommage. La gentiane, c’est la Suze, boisson exécrable, mais quel joli bleu !
    Il y a 70 ans aujourd’hui, c’était Hiroshima, je voulais juste faire un petit arrêt historique au détriment de cette pauvre gentiane . Un très beau site historique avec photos pour mieux comprendre, mais il y en a beaucoup qui commémorent cet anniversaire :

    nezumi.dumousseau.free.fr/japon/hiroshima.htm

    Un poème de Michel Nicolas :

    Hiroshima mon amour
    Le sperme de mort s’est lové dans tes reins
    Le temps d’entendre encore vrombir dans l’air serein
    La forteresse U.S.
    Et ton sein éclatait
    Atroces contractions
    Flots de sang répandus à la surface nue
    Où Geyger en personne a perdu la boussole
    Radiée de la carte
    Irradiée à jamais
    Secousse tellurique dont les ondes de choc
    Dans Washington elle-même répercutent l’écho
    Oh combien de marines des forces américaines
    Piétineront demain cette terre lointaine
    Banzaï et haut les coeurs
    Montjoie Hara Kiri
    S’il le faut dès demain
    Sautera Nagasaki
    Imprimé à jamais dans un mur écroulé
    Un enfant de béton
    Une ombre pétrifiée
    Dans le temps aboli et l’espace annulé
    Garde dans le regard rivé sur les déserts
    Un éclatant éclat de mer et de lumière ».

    • Bonjour Monique et tout le monde, ce qui me frappe en cette commémoration, ce sont les commentaires contextuels qui « refont » l’ Histoire.
      Tout se passe comme si on refaisait le passé
      à l’ aulne de la géopolitique actuelle.

      • A relire aussi l’ Editorial de Combat , écrit par Camus, paru le 8 août 1945.( encore un texte qui était dans les manuels, de 3ème celui-là): http://www.matisse.lettres.free.fr/artdeblamer/tcombat.htm. Il commence ainsi:
         » Le monde est ce qu’il est, c’est-à-dire peu de chose. C’est ce que chacun sait depuis hier grâce au formidable concert que la radio, les journaux et les agences d’information viennent de déclencher au sujet de la bombe atomique. On nous apprend, en effet, au milieu d’une foule de commentaires enthousiastes que n’importe quelle ville d’importance moyenne peut être totalement rasée par une bombe de la grosseur d’un ballon de football. Des journaux américains, anglais et français se répandent en dissertations élégantes sur l’avenir, le passé, les inventeurs, le coût, la vocation pacifique et les effets guerriers, les conséquences politiques et même le caractère indépendant de la bombe atomique. Nous nous résumerons en une phrase : la civilisation mécanique vient de parvenir à son dernier degré de sauvagerie. Il va falloir choisir, dans un avenir plus ou moins proche, entre le suicide collectif ou l’utilisation intelligente des conquêtes scientifiques. » (…)

  3. Bleu gentiane , magnifique teinte . C´est ma couleur préférée , tous les bleus .
    J´ai bataillé sur le journal , ce n´est pas facile de faire passer ce qu´on veut .
    Ce n´est pas grave car d´autres disent aussi ce que je pense .
    Ma grande fille 2 , après avoir voyagé et travaillé tous azimuts , étudié aussi entre 2 jobs , commence de vraies études . Il ne faut jamais désespérer . Mes nuits seront plus paisibles , car on finit pas se contrarier à leur place ! Ces djeuns insouciants , rebelles , c´est un souci .
    J´admire depuis longtemps A topinette ( qui a le même âge ) et qui s´est engagée , dans un métier difficile et avec succès . Si je vois son Papa , je vais lui dire …
    Triste anniversaire aujourd´hui ( Hiroshima et Nagasaki ) , merci pour le texte Mareria . C´est
    le néant pur que cette horreur . Espérons que le vrai bon sens reste chez les dirigeants , en qui il faut bien faire confiance . Mais les voisins …

    • coucou Darie, Hiroshima c’est la réponse à Pearl Harbor , Hérodote.net nous dit dans son article : « l’amiral Yamamoto a voulu détruire préventivement la flotte américaine pour permettre au Japon de poursuivre la conquête de l’Asie. Ses pilotes ont été entraînés en secret et leurs avions équipés de torpilles spéciales capables de plonger dans les eaux très peu profondes de la rade américaine.
      Les navires en rang dans la rade de Pearl Harbor….Le jour venu, la flotte nippone, forte de 6 porte-avions, 423 avions et 27 sous-marins, s’approche à 500 km de l’archipel sans être repérée par les radars. Le code de déclenchement de l’attaque est «Tora, Tora, Tora» (Tigre en japonais).
      À 7h 40, une première vague d’assaut pique vers les navires rangés dans la rade (90 au total!).
      Une deuxième vague frappe la base à 9h 45. En deux heures, les Japonais détruisent ou endommagent huit cuirassés ainsi que 3 croiseurs, 3 destroyers et 4 navires auxiliaires…les pertes américaines furent importantes : 2 403 morts et 1 178 blessés. »….. Ensuite Nagasaki ; « ainsi l’occupation de la Manchourie, l’invasion de la Chine, Pearl Harbor, les sévices subis par les prisonniers américains et anglais et les milliers de femmes coréennes soumises aux divertissements des militaires japonais ont été vengés… Une logique qui ne peut mener qu’à une escalade dans l’horreur et l’apocalypse. »
      … ce n’est pas pour excuser Hiroshima ni Nagasaki mais simplement l’Amérique n’avait apparemment plus d’espoir d’emporter cette guerre contre le Japon lequel se montra héroïque et implacable….je crois que l’histoire a occulté cette occupation japonaise qui a martyrisé les populations chinoises, notamment et dont les récits font frémir.

      • Monique, j’ ai entendu ce matin à la radio une version fausse de la raison pour laquelle les USA ont décidé de bombarder H, on refait l’ histoire ou on l’ ignore mais on raconte n’ importe quoi dans certains médias.

  4. C´est avec la gentiane qu´on fabrique la Suze , d´où l´appellation  » crêpe Suzette  » , quand on
    arrose la crêpe de Suze . C´était la définition cachée de la crêpe Suzette . Il n´est pas interdit
    de la saupoudrer de sucre .

    • Darie, je ne crois pas qu’ il y ait de Suze dans la crêpe suzette, beurre suzette ( beurre fondu, arômes citron et orange, sucre et Grand Marnier)
      Le nom vient d’ une actrice Suzanne Reichenberg.

      • Je voulais donner une explication facile à retenir . Vous avez cassé mes effets . Rires .
        Je ne connaissais pas la vraie raison du nom  » crêpe Suzette  » . Je sais que vous êtes
        experte . Je croyais que la crêpe Suzette était seulement un saupoudrage de sucre .

      • Darie, j’ avais bien compris et cela m’ a fait sourire !
        Rassurez-vous, je ne casse rien.
        En revanche pour en avoir vu préparer devant les clients au restaurant, je connaissais la recette mais je viens d’ apprendre que cela venait du petit nom d’ une actrice, comme la pêche Melba du nom
        d’ une cantatrice.

  5. Dominique, ceux qui ont été les témoins directs et il en reste quelques-uns ne refont pas l’histoire, ils témoignent, se méfier des historiens de la dernière heure frais émoulus de l’amphithéâtre, encore plus des journaleux de service qui doivent écrire un papier parce que c’est aujourd’hui une triste date anniversaire. Quant aux motivations de l’Amérique elles ont été politiques évidemment mais pas seulement, il fallait laver l’affront de Pearl Harbor comme elle l’a fait contre Ben Laden après l’attentat du 11 septembre. Se méfier aussi de la tendance de certaines informations dictées par une certaine idéologie ambiante, on voit ce que cela a donné lors du dernier conflit en Afrique du Nord.

  6. Horreur, pas de Suze dans les crêpes, pauvre Suzette ! rire !!!!!!!!!!!! la Suze est un vieil apéritif au même titre que Vabé, Dubonnet, Amer Picon, le Grenache, Doré, Bartissol, le Byrrh toujours à la mode, St-Raphael Quinquina…..et le Martini. Les grands parents ne buvaient pas d’apéritif, juste un digestif lors des grandes fêtes. Nous sommes dans une société qui boit, il y a l’alcoolisme mondain comme l’alcoolisme d’affaires ! ce que je lis sur les jeunes me terrifie, certains commencent à boire à douze ans, et on veut nous faire croire qu’ils seront centenaires ? mais jamais de la vie, nous n’avons pas le recul pour l’affirmer !

    • Et bien Monique, nous n’ avons qu’ à attendre et nous verrons bien s’ ils deviennent centenaires !-:)))
      Au lycée on nous faisait reproduire en dessin une bouteille VAT 69, je n’ en ai jamais vue ailleurs qu’ en salle de classe.

      • Rire, Dominique ! car comment déterminer à l’avance qu’une génération sera centenaire ? les centenaires d’aujourd’hui sont de l’ancienne génération, celle qui bossait le plus près de dix heures par jour, celle qui a traversé au moins deux guerres, celle qui n’avait pas besoin de sport pour ses loisirs et qui se soignait par les plantes, sans pesticides dans le potager ni d’hormones dans la viande ! les vieux apéritifs n’ont plus la cote, aujourd’hui c’est le Ricard ou le whisky, les vins cuits sont considérés comme étant de gentils sirops pour dames ! pourtant, un bon vieux Porto, c’est pas mal…. il y a aussi le Banyuls, le Muscat, le Pineau des Charentes, le Malaga… bon ! restons bien entendu modérés en tout. … je crois avoir vu du VAT 69 et voici ce que je lis :
        « TVA 69 est une célèbre ancienne marque de whisky mélangé, choisi par Sir Ernest Shackleton de l’accompagner sur son Imperial Trans-Antarctic Expedition de 1914 ‘à des fins médicinales et de célébration », et aussi célèbre le whisky préféré du capitaine Lewis Nixon de la 506ème Parachute Régiment d’Infanterie, immortalisée dans le livre et la série TV Band of Brothers. »

      • Et bien, Monique, vous m’ en direz tant !
        Donc, VAT69 cela ne semble plus exister.
        Merci pour vos informations !
        L’ allongement de la durée de vie est un
        phénomène constaté de siècle en siècle, on dit que la programmation humaine raisonnable est 120 ans.
        Même constat chez les chiens et chats qui vivent plus longtemps ; les oiseaux, faudrait demander à la femme de l’ ornithologue.
        PS : un bon Porto dans un joli verre en bonne compagnie par une soirée d’ hiver, c’ est délicieux et délicat.
        Mon goût irait vers le rouge.

      • Une bouteille de Whisky à dessiner en classe ? Incredible … Dans mon pensionnat de jeunes
        filles , le couvent des oiseaux …. , on nous a fait dessiner une publicité sur des bas : )))))))

      • Oui Darie, on ne pensait pas à mal, la bouteille par sa forme, la couleur du verre, le graphisme de l’ étiquette était intéressante à reproduire et après, exercice suivant, la peindre à la gouache et croyez-moi, c’ était une autre paire de manches ( ou de bas en ce qui vous concerne ^^).

      • Je ne sais où répondre pour les sujets futiles, comme cette Suzette; oui, Darie on danse toujours le rock ( encore heureux); et je trouve D Brillant agréablement rétro ( j’ai mis du temps à « avouer » à mes enfants que je l’aimais bien, mais je n’ai pas de CD..)

    • Monique , vous aussi vous me coupez l´herbe sous le pied : )))) Suzette , au secours !
      J´ai travaillé dans un service de médecine , et j´ai eu l´occasion de voir des cas d´alcoolisme mondain . C´est insidieux , car la consommation , régulière et fréquente , semble presque naturelle . La cause peut être aussi , parfois , l´oisiveté chez certaines femmes . J´ai vu cela . Et aussi un prêtre qui abusait du vin de messe ! La solitude des vieux prêtres sans doute .
      Mais des enfants qui commencent jeunes , là , c´est dramatique . Le foie ne peut pas résister très longtemps . Une cirrhose du foie , c´est mortel . Il ne fonctionne plus . J´ai été contente de quitter ce service , c´est démoralisant à la longue . Je préférais la chirurgie ou la maternité ,
      qui sont beaucoup plus motivant . On les voit repartir en pleine forme .

      • Darie, seriez-vous tentée de nous qualifier de « raseuses « ? Riiiiiire
        Je ne sais si cela existe encore mais il y avait des gens qui faisaient des bains de bouche au parfum pensant masquer l’ haleine et aussi des gens qui buvaient du parfum pour son alcool et même absorbaient des bains de bouche qui contenaient de l’ alcool.
        Ceux-là étaient les plus fortiches, ils masquaient l’ odeur d’ alcool en en buvant !

      • Revanche de Suzette !!! Est-ce qu´on danse encore le rock ? Dans les soirées dans le Nord ,
        c´était impératif autrefois . J´espère que c´est encore comme cela , je ne le sais pas .
        Cela mettait une ambiance extraordinaire . Les fêtes démarraient sur les chapeaux de roue !

      • Darie, pas de panique !!!!!!!! les victimes de l’alcoolisme mondain comme celui d’affaires sont des alcooliques qui s’ignorent puisque boire n’est qu’un élément d’une panoplie « obligatoire ». Vous allez rire, il y a deux sortes d’individus qui me terrifient, l’alcoolique et le fou ! un jour, je bavardais avec une voisine de l’époque, instruite, cultivée, intéressante, on se rencontrait souvent pour aller chercher les enfants. Elle avait pris un congé pour élever les siens et devait reprendre son métier de prof incessamment. De fil en aiguille, j’ai compris qu’elle souffrait de démence ne sachant pas exactement quelle était l’exacte pathologie…. j’ai su ensuite qu’elle avait tenté de se suicider plusieurs fois, qu’elle s’auto mutilait, et qu’elle était sous traitement constant, notamment les sels de lithium et qu’elle ne pourrait jamais retravailler. Je sais qu’elle a été internée mais je l’ai perdue de vue….. infirmière doit être un métier TRES difficile, voilà un métier que je n’aurais jamais pu exercer

      • Pauvre femme ! Et la famille devait beaucoup en souffrir aussi.
        Avant , le traitement au lithium faisait terriblement grossir, je crois que cela est corrigé.

      • Et la Comtesse de Ségur donne à boire aux petits un petit verre de porto, quand ils ont été surpris par l’orage etc…

      • Coucou mareria, mais quelle rigolade ! le Martini en décapant ça décoiffe ! j’avoue bien aimer ce Martini avec glaçons, de temps en temps, à défaut de kir au cidre ! le coca est réputé excellent contre la « tourista », surtout en voyage, il décape aussi les bijoux en argent .

  7. Monique , c´est pour cela qu´il faut avoir de très bonnes relations avec tout le personnel , sans exclure le personnel subalterne . Nous nous entendions parfaitement , des infirmières , aux aides-soignantes et femmes de ménage ( très gentilles et même dévouées pour nous appeler si nécessaire ) . C´est un travail d´équipe , et c´est à la major de souder l´équipe .
    Et quand on sort du service , il faut complètement oublier les malades . C´est un métier , pas un sacerdoce . Pour rester équilibré , il faut avoir du recul , et vivre sa vie privée sans plus penser aux malades . L´affaire de Christine Malévre était éloquente . Elle était au ban de l´équipe , déprimée elle-même . La chef de service n´a rien vu , et elle aurait du percevoir que cette personne n´était pas à sa place , avec des malades en phase terminale de maladie ou de vie .
    J´ai trouvé que la major avait une grande part de responsabilité dans cette histoire .

    • Darie, je ne sais si les cas de « burn out » augmentent chez les infirmières comme chez les médecins, mais c’est impressionnant, et compréhensible..Le livre dont j’avais déjà parlé « Alors voilà, les 1001 vies des urgences », de Baptiste Beaulieu ( qui a eu un grand succès) est paru en poche; et il continue à tenir son blog régulièrement « http://www.alorsvoila.com/ »: on comprend mieux toutes ces réalités que vous évoquez, Darie.

    • Dans le fond Darie, il faut observer un certain détachement mais cela doit être difficile dans les services où il y a des enfants malades, quelquefois l’infirmière doit consoler sans faire la maman mais quand même un peu ! je me souviens de l’affaire Malèvre, je lis que condamnée à 12 ans de prison elle est sortie au bout de 5 ans. Ce qui est effarant, c’est que dans son esprit, elle a tué ces malades pour leur bien, pour qu’ils cessent de souffrir. A quel moment on devient justicier devant la souffrance humaine ? certains médecins l’ont fait aussi.

      • Soigner les enfants , Monique , je pense que cela demande des compétences supplémentaires.
        Je ne connais pas les services de pédiatrie . Les clowns hospitaliers , c´est une idée géniale , je trouve . Ils existent aussi en Suède , mais c´est moins fréquent .

  8. Restons dans le milieu médical avant de se dire bonsoir, tant pis pour la gentiane :

    « Docteur, ça ne va pas du tout. Lorsque j’appuie sur mon coeur, ça me fait mal. Quand je tâte mon foie, la douleur est intense, et quand je touche mon ventre, ça me fait très mal aussi. Vous avez une idée de ce que j’ai ?
    – Oui, monsieur, le doigt cassé. »

    … et puis on connait maintenant les bienfaits de l’acupuncture, on n’a jamais vu un hérisson malade. Bonne fin de soirée à tous.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s