Arsène pour les dames

IMG_0493Le 15 août, le 28 de thermidor, est le jour du Lupin.

  

Publicités

39 réflexions sur “Arsène pour les dames

  1. Bonjour, bonjour : les lupins sont de belles fleurs, surnommées « herbes aux loups », car le mot vient de lupus, loup…Les graines étaient une nourriture de pauvre; Pierre, martyr, s’en nourrissait, dit Grégoire: ( je ne sais s’il s’agit du grand Saint Pierre).
    Encore un poème de Hérédia:Le lupin ne foisonne pas en poésie!
    Villula (Gallus)

    Oui, c’est au vieux Gallus qu’appartient l’héritage
    Que tu vois au penchant du coteau cisalpin ;
    La maison tout entière est à l’abri d’un pin
    Et le chaume du toit couvre à peine un étage.

    Il suffit pour qu’un hôte avec lui le partage.
    Il a sa vigne, un four à cuire plus d’un pain,
    Et dans son potager foisonne le lupin.
    C’est peu ? Gallus n’a pas désiré davantage.

    Son bois donne un fagot ou deux tous les hivers,
    Et de l’ombre, l’été, sous les feuillages verts ;
    A l’automne on y prend quelque grive au passage.

    C’est là que, satisfait de son destin borné,
    Gallus finit de vivre où jadis il est né.
    Va, tu sais à présent que Gallus est un sage.

    • Bonjour mareria, une année j’ ai planté deux lupins dans un massif, ils ont fait la joie d’ une bande de pucerons noirs hooligans qui les ont liquidés et les plantes ont disparu de l’ écran radar.
      Il fait bon, nous avons eu orage et pluie en abondance, c’ est du repos pour les organismes qui peinent à la chaleur.
      Cette année , thermidor a mérité son nom.
      Bise.

  2. Bonjour d’un matin gris mais d’une herbe qui reverdit avec deux jours d’une pluie bénie qu’on n’attendait plus ….pour moi, Lupin c’est Arsène, et par ce personnage fictif de roman, c’est le bien aimé Georges Descrières que j’ai toujours admiré comme un idéal de charme, de séduction, de gentillesse, d’élégance, un excellent comédien discret, c’est le haut de forme, les gants et la rose, c’est un Paris qui ressemble étrangement à celui qui est dans mes souvenirs…. pour celui qui veut retrouver l’atmosphère du Paris de ces années, on peut lire aussi les romans policiers de Claude Izner, un seul auteur pour deux mains, les sœurs Liliane et Laurence Korb. On y retrouve intact, l’esprit des romans de Maurice Leblanc, le père d’Arsène, mais aussi ceux de Maurice Leroux et son héros Rouletabille.
    Ce merveilleux voleur a fait les beaux jours de la TV, je ne saurais dire le nombre d’épisodes de la série, mais je sais que nous n’en rations jamais un. Sans Georges Descrières et d’autres de son talent, la comédie française n’aurait pas eu ces belles heures qu’on lui doit… avec mon autre « béguin », un autre séducteur discret, Jean Piat toujours parmi nous.
    La fleur de lupin a une feuille superbe, comme je l’avais dit, une goutte de rosée au cœur d’une de ces feuilles et on admire un pur diamant dans son écrin.
    Merci à Dominique qui a su nous laisser le choix entre deux lupins….. Bonne journée à tous.

    • Bonjour Monique, la première fois que j’ ai vu jouer Georges Descrières, c’ était à la Comédie française en 1955, c’ était dans  » Les fâcheux  »
      J’ étais une toute petite fille et il m’ avait fait belle impression. -:)))
      Jean Piat fut un acteur phare de ce même théâtre avec la bande de Hirsch, Jacques Charon et d’ autres, un âge d’ or !
      C’ était alors une chance d’ habiter Paris pour aller les voir jouer souvent en prenant des billets pas chers…
      Le lupin me fait penser à des confiseries de toutes les couleurs.
      Il fait gris et frais, un délice.

      • Quel plaisir c´était que de regarder cette série des Arsène Lupin . Les femmes étaient aussi très chics et glamourous ! La chanson par Jacques Dutronc avait aussi beaucoup de charme .
        Dans ces TV-films , je me demandais toujours ce qu´Arsène Lupin faisait de tous ces bijoux .
        Il les rendait ? Les donnait à qui ? Il les vendait pour les convertir en monnaie ? Il donnait les sous comme Robin-des-bois , aux pauvres des faubourgs ? Il y a une énigme non résolue …

      • Dominique , c´était une époque où les hommes ne portaient pas de diamants aux oreilles .
        Ils s´accordaient une chevalière , une belle montre à gousset , un monocle ( ultra chic , mais pas pratique : )) , le reste était porté par ces dames .
        euh… moi aussi je le trouvais très séduisant … Jean-Claude Drouot aussi . Belle Epoque !…

      • Oui Darie, c’ est vrai, pas de tiare, sautoirs, bracelets à breloques et autres pour les messieurs d’ alors. ^^
        Je me souviens que vous avez un petit faible pour le Jean-Claude Drouot en collant ÉCLAT DE RIRE mais tout passant, le monsieur ,depuis quelques années, n’ a plus grand chose à voir avec Thierry la fronde.

      • C´est vrai , Dominique . Il a une belle voix basse que j´aimais beaucoup . Il est très vieux maintenant . J´ai eu un choc en le revoyant dans le téléfilm La rivière Espérance !
        J´ai lu les 3 livres ensuite . On est plongé en plein Périgord , le vert , le noir . J´ai dévoré ces trois livres . Signol ne parle pas des maisons troglodytes , c´est dommage . Cela m´a toujours intriguée la vie dans des  » grottes  » …

  3. Bonjour Mareria , je me doutais que le loup rôdait dans l´étymologie du lupin , mais je ne savais pas de quel côté . On en voit des parterres entiers le long des autoroutes allemandes . C´est décoratif . Nous en voyons aussi chez nous , mais pas à ce point . Je voulais planter quelques graines de lupin orange ou jaunes , mais on m´a dit :  » Ce sont des mauvaises herbes ….  »
    Je vais goûter une graine de lupin , cela m´intrigue . Autrefois , ces graines ont peut-être été un substitut au blé , en attendant la fin de l´hiver ?…
    Bonne journée , il faut que j´arrose mes aromates , il fait sec , sec , archi-sec !

    • Bonjour Darie, le loup rôde, il faut prévenir la chèvre de monsieur Seguin.
      Les pucerons se sont goinfrés de mes lupins, je n’ ai pas recommencé l’ expérience.
      Il fait agréablement gris et frais, les petits gars faut que j’ y retourne.
      Andiamo !

      • Une anecdote : j’ ai envoyé un mail dont le sujet était « Proust ».
        Je n’ ai pas prêté attention et l’ iPhone
        a écrit  » Prostitution  » et mon mail est part ainsi ^^.

      • Il faut espérer , Dominique , que le ou la destinataire ne soit trop pas à cheval sur les formules de politesse : ))) Pour un renouvellement de vos papiers administratifs , relisez attentivement ! Rire !

  4. A propos de Proust, la télé a repassé l’adaptation réalisée par Nina Campanez: beaux costumes, beaux décors, et pas si mal pour cette tâche impossible…
    J’ai eu plusieurs années des lupins bleus dans le jardin, et du jour où les pucerons  » hooligans  » les ont remarqués, cela a été fini ( mais d’où venaient-ils donc, Dominique??).
    Belle fête du 15 août à l’ église St Sulpice: parmi celles que je connais, c’est ma préférée ( architecture, « mobilier », proportions); je me rappelle en avoir parlé à propos de Mélusine, car un chapiteau extérieur la représente en train de se coiffer, le miroir à la main…
    Les cloches ont sonné à toute volée.
    Pour en revenir à la bande du Français, j’en étais fan à distance, comme de celle de Jean-Louis Barrault, et du TNP, même sans Gérard Philipe; dés la 4ème, je crois, j’écoutais tous les dimanche  » Le Masque et la Plume », qui, à cette époque-là, offrait des discussions vraiment passionnantes ( surtout pour le cinéma avec Bory-Charensol).

    • Pensez-vous mareria que les pucerons hooligans avaient établi un pont aérien entre chez vous et chez moi, se refilant les adresses des bonnes maisons !? Moi, j’ y crois.
      C’ est vrai, le TNP était animé, immense scène, spectaculaire.
      Dans mon enfance, le Théâtre français était composé de la salle Richelieu, au Palais-Royal et la salle Odéon, à côté du jardin du Luxembourg, devenue le théâtre Renaud-Barrault par la suite.
      Oui, « Le Masque et la Plume » émission qui a aussi connu son âge d’ or avec sa musique
      d’ ouverture familière.
      Je ne m’ étais jamais demandé pourquoi le masque et la plume, cela sonnait comme un seul mot…le masque faisant sans doute allusion au théâtre.

  5. Eh bien Dominique , je ne saurais affirmer avec certitude l’origine de ces pucerons, mais why not??
    Le masque est sûrement une référence au théâtre antique; je crois qu’on peut retrouver d’anciennes émissions de cet âge d’or..C’est de l’Odéon que Barrault s’est fait chasser comme un malpropre par Malraux en 68; il s’était laissé déborder en faisant entrer tous ceux qui le voulaient dans le théâtre..tous les costumes ont été saccagés…
    Je file regarder un court reportage sur « la côte amalfitaine à pieds »…

  6. Il nous manque deux gentlemen ici c’est Yannick et Klaus, même s’ils ne sont pas des voleurs de charme mais des charmeurs de mots ! je me souviens de cet âge d’or de la Comédie française, je ne saurais dire combien j’ai vu de pièces diverses et variées, et je regrette ces émissions comme « au théâtre ce soir » que nous devons en grande partie à Robert Manuel, amoureux de Molière, un homme orchestre, hors du commun, qui a fait beaucoup pour que le théâtre soit à la portée du grand public. Qui se souvient de Bernard Dhéran, François Chaumette, Françoise Christophe, Jean-Pierre Darras… la liste est trop longue mais que de bons moments. C’était formidable quand l’ORTF nous diffusait une vraie culture, de très bonnes séries, de belles émissions comme « la caméra explore le temps », « cinq colonnes à la une », « en votre âme et conscience » et depuis aucune rediffusion des ces émissions, par contre on peut les acheter en CD évidemment ! mais où sont passés les comédiens d’antan qui sacrifiaient tout au théâtre ?
    Rien à voir, mais on censure dur sur le journal, c’est inexplicable ou alors il n’y a personne à la trappe elle est automatique.

    • Monique, je me rappelle tous les noms que vous citez et bien d’autres: je ne les ai pas tous vu jouer, mais suivais leur actualité. Récemment j’ai lu lrs Mémoires dr Jacques Charon ..que d’anecdotes souvent très drôles…J’ai vu que vous zvez repris l’avatar adapté à la situation dans le journal….

      • Coucou mareria, voilà des noms prestigieux qui chantent ! Jacques Charon était un grand comédien avec des facéties, je me souviens surtout du théâtre de boulevard où il excellait car il savait aussi improviser, il y eut des « pannes » de la part d’autres comédiens sur la scène, vite escamotées par son esprit d’à-propos.
        Les nouvelles ne sont pas bonnes, je dirais même qu’elles sont alarmantes mais personne ne bouge…. je me souviens de Reggiani quand il chantait « les loups sont entrés dans Paris », ah, la charmante Elvire….. voilà qu’elle devient la pauvre Martha de Serge Lama comme il dit « c’est pas de la haine mais ça viendra ! je suis effrayée. J’ai repris les haillons de la contestation car on ne peut plus rien dire, heureusement que nous avons encore des chroniqueurs qui ne pratiquent pas la langue de bois mais il est évident qu’il y a des consignes, nous ne pouvons plus réagir sur de simples faits, il y a les mots « clé » !!!

    • C´est aussi ce que je pense , Monique , sur maud . Elle dort , bronze , papote , et une partie
      des commentaires passe en pertes et profits …
      C´est très dommage de ne plus enregistrer les pièces de théâtre . Même avec des mois de retard , on aurait plaisir à les regarder . C´est comme restituer le travail de toute la troupe .
      C´est même injuste pour eux . Au lieu de mettre des séries policières , on devrait programmer des pièces de théâtre . Je le regrette aussi . Bonne soirée .

      • Darie, nous sommes saturés de séries policières de second ordre, les séries françaises ne sont pas meilleures, la violence est présente mais on a supprimé toute scène avec une cigarette, par exemple ce qui est totalement idiot…. on ne se souvient de la pipe de Jacques Tati interdite, idem pour Maigret, on censure tout …. ces comédiens sont en voie d’être oubliés alors qu’ils ont tant donné. C’est vrai que le théâtre manque à la télé mais il faudrait en demander les raisons aux directeurs de chaîne où la course pour l’audimat détermine les programmes…. et puis la télé réalité répond aux nouvelles exigences de la mode quand ce ne sont pas les scènes de famille et les confessions intimes ! je ne regarde plus la télé ou c’est très rare. Bonne soirée à vous aussi.

  7. bonjour les dames …

    avez-vous déjà vu ….l’as-tu vu, l’as-tu vu le petit bonhomme, le petit bonhomme. l’as-tu vu, l’home rapide comme le lapin aux oreilles de lièvre au nom d’arsène , il porte costard a rayure et chapeau blanc de toile , par pression sur l’arcade il entrave son monocle qui ne rit pas jaune , il n’est pas mûre pour fleurire a sa guise le nom de meurisse , sur l’ile cette nuit une fine pluie c’est échouée sur les terres , cette eau mouillée rend l’herbe plus verte et fait épanouire les fleurs a la dérive qui m’inspire de marcher au-dela avec les gamins sur un chemin , je sais , je sais l’hirondelle ne fait pas le printemp mais le chameau fait le désert , je suis point une hirondelle et non plus un chameau mais faut bien trouver les mots de fin …GO!GO!

  8. une voisine qui vie a plus de tros cent mètres m’a donner l’envie d’écrire un poème de Pierre Dupuis , non sur un régiment de cavalerie ou les souvenirs d’une gueule cassée , mais de lunes contreverties que caresse des mains de nains sous des grognements de géant , jeune j’écoutais ceux qui savait parler francais disait une fille facile une qui se couche , d’autres plus malin voir plus coquin disait une marie couche toi la , une pour ceux qui pisse debouit , tout cela pour vous dires que cette jeune dame au balcon effronté ma courtiser que j’ai envoyer balader vite fait , une dame qui vie au jour le jour a croire a la coure aux miracles qui soulève son jupon pour ne pas vivre de disette elle ouvre sa musette , un homme a l’allure étrange et une vision d’un homme des tranchées vue sa gueule cassée , de fil en aiguille l’apparance de l’homme et de la dame m’a donner l’envie de vous écrire le poème de Pierre Dupuis con comme la lune ….

    con comme la lune

    il lui avait promis la lune,de beaux bijoux et la fortune
    un grand château entouré d’eau ,et des milliers d’autres cadeaux
    naïve au point d’en être bête,le laissant faire à la bébête
    qui monte et qui, guili-guili,conduit sans faille au creux du lit
    elle lui avait donné sa lune et récolté comme fortune,
    un joli ventre au look tonneau,bien rond devant et pas dans le dos
    sur le frigo, un pense-bête , j’ai oublié mes cigarettes,
    tu peux préparer l’apéro Ils ont moisi, tous les gâteaux
    elle ignorait le mot rancune mais tu es con comme la lune
    lui disaient ses meilleurs amis tout en tentant : guili-guili
    légère comme libellule,elle acquiesçait mais la pilule
    lui évitait le gros cadeau :la bosse à l’opposé du dos
    elle ne fit jamais fortune toujours gratis jamais de tunes
    petit service petit cadeau a ses amis à ses poteaux
    elle aimait ça – il faut le dire c’était tout en éclats de rire
    et tant pis si son infortune la faisait con comme la lune

    bises a plus ..GO!GO!…

  9. Bonjour Klaus, et tout le monde! Ton île est diversement habitée, à ce que je vois….mais les râteaux sont efficaces…Par ici, on sent les premières attaques de l’automne: fraîcheur des nuits, grosse rosée…
    En ce jour du coton, je pense aux champs de coton des esclaves noirs, et à tous les negro-spirituals, gospels les plus connus, je voudrais mettre des liens vers tous; mais voici Paul Robeson: https://www.youtube.com/watch?v=KiJx1Hbn_KM Sometimes I feel like a motherless child

    • Coucou mareria, nous pourrions écrire des pages et des pages sur les gospels et tous ces chants magiques des noirs américains de la Louisiane. J’ai quelques disques de Paul Robeson et de John Williams, voici une version instrumentale avec photos de la légende du vieux Joe (old black Joe)

  10. Hello bonjour mareria, papy, voici l’automne, ce matin quelle fraîcheur, tout cela sent bon les vendanges elles sont d’ailleurs précoces cette année, les raisins sont gorgés de soleil mais ce n’est pas le jour du raisin, c’est celui du coton… les noces de coton (fragiles) c’est un an de mariage… le coton symbole de la douceur et c’est dans les champs de coton que sont nés les très beaux negro-spirituals origine des gospels, voici le chant des cotonniers :

    « Le jour se lève
    Il faut travailler
    Si tu rêves
    Ils viennent te chercher
    Cueille les graines
    Sur les cotonniers
    Sur la plaine
    Toute la journée
    Rythme la récolte
    Au son de ta voix
    La révolte
    Est un chant pour toi
    Retrouve l’âme
    Des chants africains
    Cette flamme
    Qui brûle dans tes mains
    A Congo Square
    Au son des tambours
    Qui libèrent
    Nos peines pour un jour
    Le jour se lève
    Tu vas travailler
    Sur la plaine
    Toute la journée
    Le jour se lève
    Tu vas travailler »

    … pour connaître la route des plantations, un beau site à consulter avec les maisons coloniales , en avant pour la visite.

    usa.myplanetexperience.com/louisiane/route_des_plantations.html

    pensées à tous les absents.

  11. Bonjour , en ce jour du coton ! On ne peut que penser , c´est vrai Monique , aux champs de coton en Louisiane . Je vais regarder toutes les villas coloniales au fur et à mesure de la journée . Il faut les préserver bien sûr , mais surtout ne pas oublier les conditions de vie des esclaves derrière cela . Mon frère a une anthologie des premiers enregistrements des chants des esclaves , avec les ustensiles qui accompagnent les chants . C´est émouvant , et aussi impressionnant , à écouter . Ils ont une valeur incroyable , car c´est pris sur le vif , le soir après les travaux , dans les champs de coton ou de cannes à sucre .
    Bonjour Klaus , mais c´est très macho , ce que vous nous chantez là ? La grande naïveté des filles va de paire avec le pouvoir de baratinage des hommes , savez-vous ?… rire .
    Bon …. rien de neuf sous le soleil !… Il est là et bien là , le soleil , alors soyons vigilantes … : )
    Celui qui compte fleurette dans mon quartier , c´est le coq d´en face . L´autre coq n´a aucune chance , il est enroué comme un catarrheux … mais il me fait rire par sa persévérance : ))

      • Bonsoir Dominique, nous avons entretenu la flamme du calendrier avec le coton et c’était coton. « Pour rythmer le travail pénible dans les champs où Pick a bale o’cotton était chanté par les esclaves lors de la cueillette du coton au sud des Etats Unis (Texas, Louisiane et Mississipi) au 19ème et au 20ème siècle.
        Les esclaves noirs pratiquaient les Work Songs (chants de travail). Il leur était interdit de parler, alors ils usaient de chants simples sans accompagnement musical, constitués de phrases courtes et percutantes.
        Il était impossible à un esclave de ramasser une « balle » de coton par jour ( 1500 lbs). Au maximum pouvait-il espérer en ramasser un tiers, c’est pourquoi l’aide de quelqu’un lui est nécéssaire.. » tout cela a été donné à des élèves pour commémorer l’abolition de l’esclavage. Mais nous n’avons pas épuisé toutes les ressources, il y a le coton hydrophile et notre infirmière Darie l’a occulté (il me semble)…rire!!!!!!

      • Rire ! Monique . Vous me faites penser à mon premier stage d´infirmière , où une copine et moi étions obligées de faire des  » pansements américains  » . Une grande compresse de gaze , sur laquelle on posait un large morceau de coton hydrophile ( 10×10 ) , puis la même chose en coton cardé ( non hydrophile ) . On emballait le tout et hop ! dans un carton . C´est pour les
        plaies qui saignent beaucoup . Heureusement , on pouvait papoter ! ( on ne chantait pas )

      • Ah oui , la grande paresseuse en négligé de soie : ) Elle a eu du succès avec sa chanson .
        Les filles s´y retrouvaient sans doute . Sourire .
        Bonne soirée , tutti . J´ai les jambes en coton …. Ce n´est pas une blague . Depuis qu´il a fallu courir sur l´île , jeudi , pour attraper le ferry , et courir deux fois pour cause de mauvaise information sur le quai ( deux quais ! ) , j´ai des courbatures . La plus à plaindre était la belle-sœur avec sa cheville tordue et ses béquilles ! Je dois prendre de ses nouvelles demain ….

  12. Hello Dominique! Nous avons la tête pleine de ces negro-spirituals..Et de tout cela est née aussi une littérature très riche. Hommage au sénégalais Senghor,avec la seconde strophe de « A New York « , poème « pour un orchestre de jazz : solo de trompette », extrait du recueil « Ethiopiques »:

    « – II –
    Voici le temps des signes et des comptes
    New York ! or voici le temps de la manne et de l’hysope.
    Il n’est que d’écouter les trombones de Dieu, ton cœur battre au rythme du sang ton sang.
    J’ai vu dans Harlem bourdonnant de bruits de couleurs solennelles et d’odeurs flamboyantes
    – C’est l’heure du thé chez le livreur-en-produits-pharmaceutiques
    J’ai vu se préparer la fête de la Nuit à la fuite du jour.
    C’est l’heure pure où dans les rues, Dieu fait germer la vie d’avant mémoire
    Tous les éléments amphibies rayonnants comme des soleils.
    Harlem Harlem ! voici ce que j’ai vu Harlem Harlem !
    Une brise verte de blés sourdre des pavés labourés par les
    pieds nus de danseurs Dans
    Croupes de soie et seins de fers de lance, ballets de nénuphars et de masques fabuleux
    Aux pieds des chevaux de police, les mangues de l’amour rouler des maisons basses.
    Et j’ai vu le long des trottoirs, des ruisseaux de rhum blanc des ruisseaux de lait noir dans le brouillard bleu des cigares.
    J’ai vu le ciel neiger au soir des fleurs de coton et des ailes de séraphins et des panaches de sorciers.
    Écoute New York ! ô écoute ta voix mâle de cuivre ta voix vibrante de hautbois, l’angoisse bouchée de tes larmes tomber en gros caillots de sang
    Écoute au loin battre ton cœur nocturne, rythme et sang du tam-tam, tam-tam sang et tam-tam. »

  13. Le brouillard est souvent comparé à la purée de pois ( dans le Nord , près de rivières , comme dans la vallée de la Lys , c´est terrible ! ) , mais aussi , au coton . Brouillard léger , alors .
    -LE BROUILLARD-
    Le brouillard a tout mis
    Dans son sac de coton ;
    Le brouillard a tout pris
    Autour de ma maison
    Plus de fleurs au jardin,
    Plus d’arbres dans l’allée ;
    La serre des voisins
    Semble s’être envolée.
    Et je ne sais vraiment
    Où peut s’être posé
    Le moineau que j’entends
    Si tristement crier.
    de Maurice Carême . ( 1899-1978 ) , il était belge , il savait donc de quoi il s´agissait …

    • Darie, ce que j’aime Maurice Carême, tout coule de source avec tant de joie et de lumière. Le coton n’a pas inspiré notre monument, Victor Hugo ? si, il s’insurge contre l’esclavage des enfants machines et des conditions de travail très difficiles pour ces enfants de quatre à seize ans pouvant travailler douze à quinze heures par jour pour des salaires misérables, notamment dans les filatures, il le dit dans un beau poème « Melancholia ».

  14. Elevé dans le coton, avoir les jambes en coton (comme Darie après un marathon) filer un mauvais coton, « c’est coton » dans le sens de difficultueux alors « expressio » nous précise

    « Cette signification argotique de ‘coton’ date de la deuxième moitié du XIXe siècle.
    Elle viendrait à la fois du fait que le tissage de ce matériau nécessitait une attention très soutenue pour empêcher l’apparition de bourres de coton néfastes à la qualité de la production, et du fait que les poussières de coton qui flottaient dans l’air provoquaient des problèmes respiratoires et oculaires.
    L’expression serait née de ces tâches pénibles dans les filatures avant de s’étendre à toute tâche ou activité difficile.

    Exemple
    « Le duraille, c’est d’actionner les pédales, mes enfants. Sans siège, dites, c’est coton. Vous avez déjà essayé de conduire votre chignole sans être assis, vous autres ? »
    San-Antonio – Béru-Béru.

    Sans oublier le film « Cotton club » ….le Cotton Club est une ancienne salle de concert, club de jazz et dancing de New York, dans le quartier de Harlem….bonne fin de soirée à tous.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s