Moulin

Le 17 août fait tourner la tête, c’ est le jour du Moulin.

Don Quichotte, le meunier qui dort. Le vent, l’ eau, le café à moudre, Montmartre, celui de la Galette, le Rouge, en Crète ou en Hollande, si l’ on dit « moulin » on répond …

Voici le texte d’ Eddy Marnay sur une des plus belles mélodies de Michel Legrand, oscarisée, pour le film
 » L’ affaire Thomas Crown » (1968)
image
LES MOULINS DE MON CŒUR

Comme une pierre que l’on jette dans l’eau vive d’un ruisseau
Et qui laisse derrière elle des milliers de ronds dans l’eau

Comme un manège de lune avec ses chevaux d’étoiles

Comme un anneau de Saturne, un ballon de carnaval,

Comme le chemin de ronde que font sans cesse les heures

Le voyage autour du monde d’un tournesol dans sa fleur

Tu fais tourner de ton nom tous les moulins de mon coeur
Comme un écheveau de laine entre les mains d’un enfant

Ou les mots d’une rengaine pris dans les harpes du vent

Comme un tourbillon de neige, comme un vol de goélands,

Sur des forêts de Norvège, sur des moutons d’océan,

Comme le chemin de ronde que font sans cesse les heures

Le voyage autour du monde d’un tournesol dans sa fleur

Tu fais tourner de ton nom tous les moulins de mon coeur
Ce jour-là près de la source Dieu sait ce que tu m’as dit

Mais l’été finit sa course, l’oiseau tomba de son nid

Et voilà que sur le sable nos pas s’effacent déjà

Et je suis seul à la table qui résonne sous mes doigts

Comme un tambourin qui pleure sous les gouttes de la pluie

Comme les chansons qui meurent aussitôt qu’on les oublie

Et les feuilles de l’automne rencontrent des ciels moins bleus

Et ton absence leur donne la couleur de tes cheveux
Comme une pierre que l’on jette dans l’eau vive d’un ruisseau

Et qui laisse derrière elle des milliers de ronds dans l’eau

Aux vents des quatre saisons, tu fais tourner de ton nom

Tous les moulins de mon coeur

 

Publicités

35 réflexions sur “Moulin

  1. Bonjour à tous, voilà que ma chanson est prise, les moulins de mon cœur un très beau texte qui va rejoindre les grandes chansons.
    Voici Emile Verhaeren :

    « Le moulin

    Le moulin tourne au fond du soir, très lentement,
    Sur un ciel de tristesse et de mélancolie,
    Il tourne et tourne, et sa voile, couleur de lie,
    Est triste et faible et lourde et lasse, infiniment.

    Depuis l’aube, ses bras, comme des bras de plainte,
    Se sont tendus et sont tombés ; et les voici
    Qui retombent encor, là-bas, dans l’air noirci
    Et le silence entier de la nature éteinte.

    Un jour souffrant d’hiver sur les hameaux s’endort,
    Les nuages sont las de leurs voyages sombres,
    Et le long des taillis qui ramassent leurs ombres,
    Les ornières s’en vont vers un horizon mort.

    Autour d’un vieil étang, quelques huttes de hêtre
    Très misérablement sont assises en rond ;
    Une lampe de cuivre éclaire leur plafond
    Et glisse une lueur aux coins de leur fenêtre.

    Et dans la plaine immense, au bord du flot dormeur,
    Ces torpides maisons, sous le ciel bas, regardent,
    Avec les yeux fendus de leurs vitres hagardes,
    Le vieux moulin qui tourne et, las, qui tourne et meurt.. »

    On entre comme dans un moulin, une expression que l’on dit très souvent encore aujourd’hui, mais les moulins disparaissent et avec eux toute leur poésie.
    On est bien il fait beau et frais !

  2. Gaston Couté, descendant d’une famille de meuniers, passe son enfance au moulin de Clan à Meung-sur-Loire. Né en 1880 il meurt en 1911 à 30 ans. Blouse bleue, sabots, large feutre noir, il se fait connaître à Montmartre par ses poèmes qui disent la dure condition humaine beauceronne. Ce poème a été mis en chanson. Il a écrit beaucoup de poème sur le moulin. Nous connaissons déjà ce poète de la belle époque.

     » Les moulins morts
    On vient d’arrêter le moulin
    Qui chanta, tout le jour
    Son refrain tout blanc, tout câlin,
    En faisant son oeuvre d’amour ;
    Et je suis là ce soir, mon Dieu !
    Gisant quelque part, au milieu
    Du moulin où plus rien ne bruit
    Avec mon coeur… pareil à lui !…

    Refrain
    L’odeur du buis, le son du glas,
    Un temps de neige, un soir d’ivresse
    M’attristent moins que la tristesse
    Des moulins qui ne tournent pas !

    Les meules ont l’air d’écraser
    Du silence sous leur torpeur
    Et le blutoir ankylosé
    Crible de la nuit sur mon coeur,
    Mon coeur déjà si plein de nuit
    Et que le silence poursuit
    Toujours, toujours, depuis le jour
    Où finit mon dernier amour…

    Refrain
    L’odeur du buis, le son du glas,
    Un temps de neige, un soir d’ivresse
    M’attristent moins que la tristesse
    Des moulins qui ne tournent pas !

    L’eau coule, pleurant de langueur,
    Sous la vanne aux abords vermoulus,
    Comme l’inutile douceur
    D’un coeur aimant qui n’aime plus ;
    Et ce coeur là, mon coeur à moi,
    Sentant sa peine avec effroi
    En la douleur morne de l’eau,
    Vient crever d’un gros sanglot…

    Refrain
    L’odeur du buis, le son du glas,
    Un temps de neige, un soir d’ivresse
    M’attristent moins que la tristesse
    Des moulins qui ne tournent pas !

    Holà ! clair meunier de l’espoir
    Qui remet en marche le jour
    Le moulin qui s’arrête le soir
    Comme un pauvre coeur sans amour,
    Holà ! déjà l’aube éclaircit
    Le moulin et mon coeur aussi.
    Holà ! Holà ! meunier qui dors,
    Ressuscite les moulins morts !…

    Refrain
    L’odeur du buis, le son du glas,
    Un temps de neige, un soir d’ivresse
    M’attristent moins que la tristesse
    Des moulins qui ne tournent pas !

    Gaston COUTÉ (1880-1911)

    • La roue du Vieux moulin de Gaston Couté :

      « C’est un vieux moulin
      Au bout du chemin…
      Parfois quand la roue tourne
      L’eau se met à chanter.
      Elle danse, elle éclabousse,
      Rien ne peut l’arrêter.

      Refrain
      Tourne la roue du vieux moulin,
      Chante l’eau claire dans le matin.
      Danse la paille avec le grain,
      Vive la table et vive le pain.

      C’est un vieux moulin
      Au bout du chemin…
      Pour moudre la farine,
      Il faut beaucoup de grains.
      On voit qu’elle est bien fine,
      Quand on y met la main.

      Refrain
      Tourne la roue du vieux moulin,
      Chante l’eau claire dans le matin.
      Danse la paille avec le grain,
      Vive la table et vive le pain.

      C’est un vieux moulin
      Au bout du chemin…
      Un vieil âne tranquille,
      Fait la joie des enfants.
      Au milieu des jonquilles
      Ça sent bon le printemps !

      Refrain
      Tourne la roue du vieux moulin,
      Chante l’eau claire dans le matin.
      Danse la paille avec le grain,
      Vive la table et vive le pain. »

      • Hélas pour les jolis moulins d’antan et ces bonnets que l’on jetait par dessus les moulins, les éoliennes les ont remplacés, on peut les voir de très loin dans la Beauce, elles font offense à Notre Dame de Chartres, si belle et si chantée, c’est un bien laid paysage, comme des fantômes au milieu des champs de blés. Meunier, tu peux dormir longtemps !

  3. Bonjour , belle journée sans un souffle de vent . Ce n´est pas bon pour les moulins ….
    Si j´avais une petite maison de campagne , ce serait surement un moulin . C´est exotique , esthétique , un peu inédit . Evidemment , pour coller les meubles contre les murs , c´est déroutant … La route de la côte vers Cancale ( Saint-Benoit-des-ondes , etc ) est bordée de moulins , parfois rénovés et habités , parfois un peu en ruines . C´est dommage de les laisser se détériorer , car la rénovation devient alors de plus en plus chère .
    L´île de Öland sur la Baltique est aussi truffée de moulins . Ils sont en bon état , et habités comme des maisons d´été . J´aime beaucoup les moulins , cela donne du relief aux paysages , ce sont des points de repère , les ailes tournent parfois . Cela doit me venir des ancêtres hollandais … ( d´ailleurs , j´aime bien aussi les tulipes : ))
    On va m´amener des myrtilles , il n´y pas de moulin pour trier les myrtilles … pas de chance .
    Telefon d´abord , j´attends ….

    • Bonjour Darie, j’aurais aimé aussi habiter un moulin, comme d’autres ont acheté une petite chapelle pour en faire une superbe maison, à deux pas d’ici. Le moulin c’est comme le vieux colombier, un patrimoine de notre passé qu’il faut entretenir (c’est cher) !! les moulins du Nord Pas de Calais sont les plus nombreux, il y a un site où l’on peut les admirer. Je ne manque jamais la photo d’un moulin à vent ou à eau, oui, des repères au même titre que les clochers. Bon courage pour les myrtilles et vivement les pots, c’est la récompense pour la cuillère.

      • Bonjour amis et amises, un temps gris et doux et comme chez Darie, pas de vent pour faire tourner les ailes d’ un moulin non motorisé.
        A peu de kilomètres de la côte dans les terres, ainsi que le dit Monique, on peut voir encore des vestiges de moulin dans le Pas-de-Calais.
        Le grand-père d’ une amie d’ enfance de là-bas était du reste minotier , décédé paraît-il en avalant une guêpe.
        Le moulin est un sujet pour poètes et aussi pour peintres.
        Et « Les lettres de mon moulin  » de Daudet, titre génial pour un recueil d’ histoires.
        Non loin de Trebeurden, on peut encore visiter un moulin sur un pont , qui se servait de la force marémotrice, la taille des meules est impressionnante.

      • Mon ordi fait des siennes…Je garde un souvenir inoubliable de la Valle dei Mulini à Amalfi. Autrefois plusieurs moulins à papier. L’un d’eux subsiste et on continue à fabriquer du papier à l’ancienne, qui fourni t même le Vatican. ..son site permet de voir fes vidéos variées et le travail du papier. http://
        http://www.amatruda.it/en/amatruda-paper-mill

  4. Dominique , nous ne connaissons pas le moulin de Trebeurden , mais celui du Briot près de Roscoff . On ne l´a pas vu fonctionner , il fallait attendre que la mer mooonnnttte …. Mais il parait qu´il est en état de marche . Nous avons cherché des grains de café ( comme des petits cauris) il y en a beaucoup sur les plages .
    Et le moulin à papier , Mareria , celui de Richard de Bas , je l´ai vu à la TV , et autrefois , il
    imprimait les diplomes des Prix Nobel ! J´avais sursauté en entendant cela .
    Les nouveaux diplômes sont désormais tapés à l´imprimante ?…. grandeur et décadence ….

    • Erratum , le Moulin de Birlot . Il est sur l´île de Bréhat , je croyais qu´il était sur  » le continent  » ,
      mais je le reconnais bien . Bréhat , l´île aux fleurs , magnifique . Erik Orsenna a écrit un livre sur ses vacances ( et celles des autres ) sur l´île de Bréhat ,  » Deux étés  » , on reconnait bien les lieux et l´ambiance .

      • Coucou Dominique,en fait il y a le choix entre le grand et le petit Traouïero dans cette Vallée des Traouïero, « composée de deux vallées encaissées où serpente le cours d’eau du Kérougant se séparant avant de rejoindre le port naturel de Ploumanac’h pour alimenter les deux moulins à marée. Ce ruisseau est la limite naturelle entre les deux communes de Perros-Guirec et Trégastel. Le Petit-Traouïero arrive au moulin à glace de Ploumanac’h (Milin Ru), le Grand-Traouïero au moulin à blé de Trégastel (Milin Glaz). »: vous avez raison, c’est le Grand qui se visite.
        Tout ce coin est magnifique, à marée haute, ou à marée basse…

      • Merci Mareria pour ces précisions !
        Nous avions visité ce coin de Bretagne avec une dame érudite habitant sur place, qui nous avait guidés, début octobre ; il faisait chaud , un soleil d’ automne émouvant et je garde un souvenir visuel de ces moments parfaits.

    • Bonjour Darie, j’ai écrit mon post trop vite sur mon smartphone; l’ordi a repris ses esprits; je ne connais pas dut tout ce moulin Richard de Bas, avec son musée historique du papier.
      ; je viens d’aller voir ce coin d’Auvergne.
      Je parle de celui qui reste à Amalfi, sur la côte amalfitaine, donc (ville classée au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1997.); il fonctionne à eau, avec celle du torrent qui dévale la montagne, et utilise sans doute la même technique à l’ancienne que l’auvergnat. On arrive dans le cadre hypertouristique de la place avec la volée de marches qui grimpe vers la superbe cathédrale: elle date en partie de la période de la République maritime indépendante d’Amalfi ( où elle devançait Venise): les Tables amalfitaines, qui furent le premier code maritime, servirent à régler la navigation dans toute la Méditerranée jusqu’en 1570…0n commence à remonter la rue principale, qui vend un artisanat superbe: céramique, carterie etc,( j’ai quelques carreaux de salle de bain qui viennent de là!); et en 5 à 10mn, on commence à entendre l’eau du torrent: le moulin est là, qui fonctionne encore, fait aussi musée..On continue un peu, et on arrive au marché, sans trace de touristes; il y a un restaurant tout simple avec une treille. Et si l’on continue encore ( ce que j’ai vu dans le reportage de l’autre jour sur la côte amalfitaine à pieds), on accède par des sentiers escarpés vers des cascades etc, comme le montrent les vidéos. Il y avait plusieurs moulins de ce type dans cette vallée, valle dei mulini.

      • Moi aussi , Mareria , j´ai écrit trop vite , emportée par  » mon moulin du Bas  » . Rire . J´ai lu votre commentaire sur la côte amalfitaine et j´ai vu de belles images , ainsi que votre lien aussi sur le papier Amatruda . Ces jolis papiers , écritoires , livres d´or me font rêver .
        A Locronan , la ville moyenâgeuse ,( Où on a tourné  » La fille de d´Artagnan  » , il y a un marchand de tout ce qu´il faut pour l´Ecriture , la Calligraphie . Je n´avais pas assez d´yeux …. Et à Luçon aussi , par hasard , j´ai trouvé de très beaux livres à remplir de poèmes , de
        dessins , de souvenirs de voyage . Ils ne sont toujours pas remplis ( 3 ! ) . J´attends le déclic : ))

      • Darie, vous avez écrit sur ces pages quelques jolis haïkus, ce me semble! il faut déjà les recopier ( avec la plume de la oie, of course!)

      • C´est vrai que je m´étais appliquée Mareria , je devrais les retrouver et les écrire d´une belle écriture . Faute de plume d´oie , je connais un coq qui me pourrait me faire don d´une plume : )
        Je vais y réfléchir car mes beaux livres dorment dans un tiroir depuis une dizaine d´années .

      • Si vous m´encouragez aussi Dominique , je vais me lancer . Je voudrais que ce soit parfait , quasiment artistique avec des dessins ( je suis trop exigeante : )) Mes arrières-petits-enfants vont lire et regarder cela avec émotion . Oh-la-la …. je me monte le bourrichon ! Rire .

      • Et Darie, vous vous rendez compte fe tous ces souvenirs de voyage que vous avez, tout ce que vous avez découvert? Que de choses à transmettre et à vous remémorer en même temps!

      • C´est gentil , Dominique , et je vous renvoie le compliment , à toute l´assemblée d´ailleurs , absents compris . Bonne soirée à ladite assemblée .

  5. J´ai regardé , Dominique , de belles photos sur la Bretagne , le Moulin du Grand Traouïero , la Bretagne éternelle . Par contre , l´estran m´a toujours agacée : )) Il fallait attendre des heures de revoir la mer , et en attendant , on avait les pieds dans la vase , les cailloux , les crabes …
    Les touristes sont incorrigibles , on veut que tout soit à notre convenance : ))
    J´ai trouvé le lien sur la fabrication du papier malgache Antaimoro . J´avais ramené plusieurs feuilles , mais elles se sont détériorées avec les années . Il ne m´en reste qu´une , avec des feuilles toutes délavées , mais c´est un souvenir du Zoma ( le célèbre marché de Tananarive .
    C´est un beau pays , mais qui est très abimé . Les français qui vivaient là-bas , ont la même nostalgie que ceux qui ont connu l´ancienne Algérie , ou le Liban d´autrefois .
    Tout cela , c´était avant …
    https://www.youtube.com/watch?v=SU3qUsqWBr8 J´avais toujours cru que c´était fabriqué à base de feuilles de bananier , mais non , ce sont des feuilles de havoha .
    PS : je viens de voir sur wiki que le zoma a été supprimé en 1997 ! Ça alors … C´est comme si on interdisait le marché aux Puces de Saint-Ouen !

    • Les réalisations sont belles; cela me rappelle que ces papiers avec des fleurs finement incorporées ont fait fureur dans les années 70; mais je ne savais pas que Madagascar avait eu cette spécialité.

    • Comme vous avez bien fait de voyager, c’ est une richesse pour la vie.
      Et de plus, nous en parler nous donne aussi à réfléchir, imaginer et sourire.
      Ainsi, il est bon de ne pas garder ses voyages pour soi tout seul, cela se partage aussi !

  6. Je crois avoir traîné mes ailes sur tous les moulins que j’ai pu rencontrer en France et en Hollande…. je ne les connais pas tous malheureusement et certains sont tombés en ruines, il nous reste de vieilles cartes postales car il y a les passionnés de moulins en tout genre..Je connais très bien ceux de Bretagne et de Vendée, ainsi que quelques-uns dans le Nord. Un souvenir qui me revient en mémoire, c’est la réflexion d’une petite fille sur une aire d’autoroute et voyant pas très loin un moulin demande à ses parents d’y aller, et la mère a répondu « ce n’est qu’un moulin et on ne va pas perdre de temps, on va directement à la mer. »
    Je reviens de la ville, une ville déserte, toutes les boutiques fermées comme un lundi, des cars de touristes parfaitement mal élevés parce que, apparemment, on se conduit moins bien à l’étranger que chez soi !….. mais la queue devant le musée de la tapisserie, c’est bon signe.
    Le commentaire de Darie est très amusant, car je suis allée une fois au Crotoy mais je n’y ai jamais vu la mer car elle se retire à des km, ce qu’on a pu marcher dans le sable sans voir l’ombre d’un trou d’eau ! quand la mer est revenue, nous étions bien loin sur le chemin du retour, quelle journée !

    • Et quand la mer se retire dans cette région , Monique , on compte en plusieurs centaines de mètres . Mais parfois , il y a des phoques , et ça , c´est un cadeau de la nature .
      Je repasse les commentaires à la moulinette ! hi-hi , et j´ai écouté à l´instant la chanson de
      Gaston Couté ,  » Les moulins morts  » , je n´avais pas réalisé qu´elle était encore chantée .
      Elle est bien balancée , et même moderne .

  7. Darie, il y a des chansons qui traversent les époques, comme « le moulin de la galette » par des chanteuses comme Lucienne Delyle qui passait régulièrement sur les ondes dans les années cinquante. D’ailleurs quelques chanteurs de notre époque ont repris des anciennes chansons comme « mon amant de St-Jean » ou « deux petites notes de musique » du film l’été meurtrier. Je suis en retard dans la lecture des commentaires, je suis occupée par les infos que je qualifierai d’inquiétantes si elles n’étaient pas terrifiantes !
    La baie de Somme est magnifique et réputée, elle devient très fréquentée, combien de temps restera-t-elle encore sauvage ?

    • J´ai vu le film  » Moulin Rouge  » , avec Nicole Kidman , et c´est drôle , mais je n´en ai pas gardé
      un bon souvenir , je ne sais pas pourquoi . Pas assez de danses emplumées sans doute .
      Le film dont vous parliez hier ,  » Cotton Club  » , je me souviens qu´il était violent , mais que les
      danses étaient superbes . Pourtant , il y a plus de 30 ans que je l´ai vu !

      • Darie, moi non plus je n’ai pas aimé cette version de Moulin rouge avec Kidman, au point que j’ai eu quelque mal à rester jusqu’à la fin. Rien à voir avec le film français « French cancan » avec Gabin, une pléiade d’acteurs et d’actrices et l’inoubliable « Complainte de la butte » chantée par Cora Vaucaire. Elle était mariée à son parolier Michel Vaucaire qui a préféré donné une chanson à Edith Piaf !! Cora Vaucaire nous a quittés récemment, à 93 ans.

  8. Bonsoir Dominique, cette chanson a fait le tour du monde, celle qu’on appelait « la dame blanche » l’a rendue intemporelle…. French Cancan, film de Jean Renoir, le fils du peintre Renoir et là c’est Gabin, la belle Maria Félix, Françoise Arnoul, Philippe Clay dans Valentin le désossé associé à La Goulue peint par Toulouse Lautrec. Il ne faut pas oublier Lautrec. Et puis le Moulin rouge à la station de métro Blanche, ça ne s’improvise pas, d’ailleurs une chanson « entre Pigalle et Blanche » chantée par Patachou, tout un passé que nous avions évoqué ensemble « ailleurs » sur le thème de la Belle époque qui était noire en fait, que de misères derrière les lumières et la danse endiablée. Bonne nuit et bises.

    • Chère Monique, vous en parlez bien.
      A l’ époque, nous avions déjà rédigé 300 commentaires sur ce thème passionnant.
      « Encore un souvenir »aurait dit Jean Carmet .-:)))
      Bises de bonne nuit à vous et aux amis qui nous lisent.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s