Liberté chérie

Aujourd’hui joker !

IMG_0509

Publicités

44 réflexions sur “Liberté chérie

  1. Bonjour la compagnie du dimanche, le joker c’est la carte que je préfère après l’as de cœur.. ah, l’as de cœur :

    « je cru à la fierté d’un certain déshonneur
    aux ferveurs du vermouth, aux rêves des lanternes
    a ce rouge as d’amour, à ce riche as de cœur
    beau comme l’incendie, l’échafaud, les casernes….(Hélène Picard)

    Je n’aime pas Batman mais revoici Alain Hannecart qui me sauve aujourd’hui du personnage !

    « Le joker

    Et voici l’as des as coiffé de ses grelots
    Admirez ce bouffon agitant son hochet
    Tel un diable de sa boîte il bondit hors du lot
    Comme un enfant s’amuse à faire des ricochets

    Mais pour qui se prend-il sous ses allures bizarres
    Derrière son masque hilare il se croit rigolo
    Nul ne sait qui il est instrument du hasard
    Il est sans doute capable de toucher le gros lot »

    Mais le vrai joker de la journée, c’est le sujet libre.

    A tout bientôt dirait Darie !

    • Bonjour la petite compagnie !
      Oui un joker quand le mot républicain du jour n’ est pas, en ce qui me concerne, inspirant ou bien s’ il y a répétition.

      Un beau soleil doré, une légère brume,
      Bonne journée et clin d’ œil à Klaus.

  2. Bonjour automnal , le joker , c´est la bonne idée . Attention … il n´en reste plus qu´un : )
    J´aimais bien jouer aux cartes autrefois , beaucoup de jeux d´ailleurs . Les enfants n´ont pas persévérer . Je dois attendre de rentrer en France pour faire des parties , de scrabble et de Dames avec ma mère . On ne s´encombre pas des points , on réfléchit aux mots , et de leur orthographe . Nous ne sommes pas de la génération sms : )) bien que je trouve cette technique géniale ! On s´apprend encore des mots mutuellement !
    La dernière fois , c´était  » anas  » , les déchets du lin . Je n´avais jamais entendu ce mot , alors que les camions de lin ont défilé par centaines vers le teillage , au fond du jardin de ma jeunesse . Nous l´avons vu en flammes deux fois , en pleine nuit . Spectaculaire !
    Maintenant , nouvelles du jour … Avec tous les refus , où on ne peut répondre , je vais faire comme vous , Dominique , je ne vais pas  » m´intoxiquer  » de mauvaises nouvelles , et lire en biais plus souvent . La lecture n´est pas faite pour les chiens . Quoique Pussel , bien calée
    dans le sofa , adore lire à mes côtés : )) Je lis  » Lettre d´une inconnue  » de S. Zweig , mais je trouve l´histoire ( je n´ai lu qu´1/3 du livre ) triste à pleurer ! Une passion incognito , que
    l´ » autre  » ne soupçonne même pas .
    Et puis koukou à Klaus aussi . On voudrait aussi un koukou , comme les pendules bavaroises .
    C´est kitch , mais c´est amusant : )

    • Bonjour Darie, joli commentaire !
      J’ ai lu ce roman de Zweig et je me félicite que la corde pour se pendre n’ ait pas été vendue avec …
      Je ne peux plus recommander ni rédiger des posts sur le fig (?) et au fond c’ est parfait.
      Je survole les infos, gain de temps et cela m’ évite de m’ impliquer émotionnellement, ce qui conduit nulle part.
      C’ est très agréable d’ apprendre de nouveaux mots, on les retient plus ou moins mais ce n’ est pas grave, c’ est comme un jeu.
      Se gaver d’ « informations » est à mes yeux une restriction de liberté de l’ esprit et un frein à la réflexion, d’ autant que ces « nouvelles » sont harcelantes et éphémères.
      On a un besoin vital de calme.
      Temps superbe.

      • Dominique, buon giorno, j’ai retrouvé par hasard hier soir un article du Fig sur « Lawrence Durrell, le magnifique »,de 2012, très intéressant, avec 1 commentaire le vôtre, mais impossible à recommander…

      • Mareria, je l’ ai vu ce matin et j’ ai cru que c’ était un article du jour, je l’ avais oublié !
        Et en y retournant, j’ ai effectivement découvert mon grain de sel (attique).

      • Dominique , je viens de terminer  » La confusion de sentiments  » , qui n´est pas fort gai non plus . C´était un vilain livre de poche , écrit en petits caractères , mais je me suis accrochée , car
        je trouvais l´histoire intéressante , et bien traduite .
        Je vais chercher mon taxi et ma casquette : ) , ma voiture ne saute pas sans raison , elle …

  3. Bonjour automnal ! je n’ai jamais bien su jouer aux cartes, à part, quand j’étais petite, à la bataille, et au mistigri! Le bridge, auquel j’ai joué une année, me mettait mal à l’aise; c’est un jeu d’intellos! j’oubliais que j’ai eu une période tarot. J’aime bien le scrabble, auquel je jouais avec mon père, ou fils aîné, surtout. A présent, je pratique le scrabble en ligne, qui a ses défauts, mais pratique; c’est un site québécois ( gratuit), qui voit le nombre de ses adhérents augmenter chaque semaine.
    Je viens de retrouver dans mes tablettes ce poème de saison Vénus Khoury Ghata:
    La surface d’un automne . .
    . « La surface d’un automne
    est inversement proportionnelle à la hauteur de sa tristesse
    le nuage interrogé multiplie sans difficulté le basilic par le safran.

    Répète après moi :
    la distance entre deux pluies se mesure par arpents de silence
    et le périmètre d’un mois est divisible par son rayon de lune.
    Cela va de soi. »

    • Bonjour mareria, il est bien ce poème arithmétique !
      J’ en suis à ma cinquième tentative
      d’ apprentissage du bridge, et ça coince.
      Je ne pense pas du tout que cela soit pour intellos , preuve en est les partenaires que l’ on rencontre aux tables.
      Les jeux de cartes m’ ennuient de façon générale.
      J’ aimais les étuis de Mikado parce qu’ il y avait un kaléidoscope à une extrémité.

  4. Ces petits sonnets sont plaisants ( j´aime bien les poèmes courts et concis ) .
    J´aimais bien le whist , qu´on appelle aussi « ascenseur  » je crois . Le mikado a eu une succès fou chez nous . Pour être patient et habile , c´est parfait .
    Mais mon préféré , c´était le Mastermind . Malheureusement , les partenaires de jeu n´ont pas
    persévéré , et maintenant , il parait que  » ce n´est plus de leur âge  » , disent-ils …
    Je dois quand même surveiller ces fichus mauvaises nouvelles . Le fils 2 a été prié de rentrer chez lui en vitesse , car une voiture a explosé près de son travail . Ça . c´est pas de chance !
    Le dimanche est payé double …. J´y retourne : ((

  5. On ne sait pas ce qu´il s´est passé … Le fils n´était pas content d´avoir fait l´aller-retour jusqu´à Göteborg pour revenir aussitôt . Nous lui avons dit :  » Il n´y a qu´à toi que c´est arrivé dans la famille !  » Rentrer chez soi pour une voiture qui saute ( on ne sait pas encore la cause )
    En attendant , voici un beau ( un peu long , mais beau ) sur les chevaux-vapeur , et le jockey .
    -LES JOCKEYS MÉCANIQUES-
    La nuit polaire
    A bord les hublots sont ouverts
    Les trappes bâillent
    Assis sur le balcon qui se détache
    Le voilà sur fond bleu
    Les nuages seront peut-être les gagnants de la course
    On ne voit plus que lui et eux
    Ils disparaissent un moment derrière la colline où quelqu’un se promène
    Ils meurent
    Les chevaux ne sont plus que des bruits de grelots
    En même temps que les feuilles tremblent
    En même temps que les étoiles regardent
    En même temps que le train passe en crachant des injures
    Et la fumée
    Un bout de cigare refroidi reste
    Et ce tronc d’arbre au bord de la forêt
    L’acre odeur de l’herbe roussie tout autour
    La main énorme qui s’avance.
    On ne voit pas le corps se pencher
    La bouche avide
    Il faudrait sauter la forêt comme une haie
    Comme le monde entier est un obstacle à franchir
    Il n’y a rien derrière pour se retenir ou leur casser les pattes
    Pas même de l’eau
    Pas même de l’air
    Le vide épais
    On entendait grincer les jointures d’acier
    Les cloisons étanches
    Un réverbère brûlait la crinière et la queue
    Fil de fer
    Toile d’araignée sur les yeux
    On passe
    La cavalcade roule sur les toits
    La terre à traverser dans un instant
    Les chevaux dirigeaient la vapeur de leurs naseaux contre les avions rencontrés au passage
    Le passage à niveau de Mars
    Il aurait fallu s’arrêter pour apprendre quelque chose
    Et la longue avenue des étoiles s’ouvrait
    Les trottoirs les maisons les rues avoisinantes s’écartaient
    La plus grande place du ciel illuminait ses phares
    Les fenêtres pâlissaient l’ombre de leur clarté
    Et les cavaliers levaient leurs lances
    Les chevaux battaient leur ventre des fers lunaires de leurs pieds
    Les croissants de leurs pieds gardaient la couleur de la lune où ils étaient passés
    En bas tout le monde levait la tête et regardait
    On ouvrait les portes de derrière avec fracas
    Les jardins se remplissaient d’enfants mal réveillés
    Et sur les fenêtres où les balcons manquaient des gens en chemise grelottaient
    Il y a des lueurs sur le fond noir du ciel
    Il y a des lumières qui courent entre les étoiles
    Il y a des yeux qui s’ouvrent à la lueur des étoiles
    Et son cœur battait plus fort à cause d’une main qui se posait près d’elle
    A ce moment tous les yeux se tournèrent vers l’ouest d’où venait le vent
    Il y avait aussi des hirondelles blanches qui venaient
    de la mer
    Il y avait encore des paroles qu’on n’entendait pas
    Elles venaient de plus loin que la mer
    Et les cavaliers lumineux dont les chevaux battaient le ciel de leurs sabots lunaires
    descendirent en bloc vers le poteau qui indiquait le but
    La dernière chute éclaboussa le mur où se posaient les taches claires de la nuit
    Tout le reste était dans l’ombre
    Et l’on ne vit plus rien en dehors de la tunique sombre du vainqueur
    On n’entendit plus rien que le grincement métallique qui accompagnait chaque
    mouvement du cheval gagnant et du jockey vainqueur
    de Pierre Reverdy (1889-1960 )

  6. Hello, le joker ne m’aura pas inspirée mais ce dernier soleil un peu frais m’a invitée à une petite promenade dans la campagne, je vois des sillons à perte de vue, on sème encore et les maïs donnent l’envie de jouer à cache cache.
    Une grève des infos aussi, mais je lis par pur hasard une bonne nouvelle si elle est confirmée et pour le moment, il faut en rester avec cet espoir.
    J’aime bien Stephan Sweig sans être une inconditionnelle, il a eu une vie très riche et passionnante, sa fin relève de sa liberté…. il avait compris que celui qui frapperait un jour à sa porte ne serait pas un poète et c’est toujours d’actualité.
    Les cartes, je n’aime que la belote où je tiens une place honorable mais il y a aussi le château de cartes :

    Jean-Pierre Claris de FLORIAN (1755-1794)

    Le château de cartes

    Un bon mari, sa femme et deux jolis enfants
    Coulaient en paix leurs jours dans le simple ermitage
    Où, paisibles comme eux, vécurent leurs parents.
    Ces époux, partageant les doux soins du ménage,
    Cultivaient leur jardin, recueillaient leurs moissons ;
    Et le soir, dans l’été, soupant sous le feuillage,
    Dans l’hiver, devant leurs tisons,
    Ils prêchaient à leurs fils la vertu, la sagesse,
    Leur parlaient du bonheur qu’ils procurent toujours.
    Le père par un conte égayait ses discours,
    La mère par une caresse.
    L’aîné de ces enfants, né grave, studieux,
    Lisait et méditait sans cesse ;
    Le cadet, vif, léger, mais plein de gentillesse,
    Sautait, riait toujours, ne se plaisait qu’aux jeux.
    Un soir, selon l’usage, à côté de leur père,
    Assis près d’une table où s’appuyait la mère,
    L’aîné lisait Rollin ; le cadet, peu soigneux
    D’apprendre les hauts faits des Romains ou des Parthes,
    Employait tout son art, toutes ses facultés,
    A joindre, à soutenir par les quatre côtés
    Un fragile château de cartes.
    Il n’en respirait pas d’attention, de peur.
    Tout à coup voici le lecteur
    Qui s’interrompt.  » Papa, dit-il, daigne m’instruire
    Pourquoi certains guerriers sont nommés conquérants,
    Et d’autres fondateurs d’empire ;
    Ces deux noms sont-ils différents ?  »
    Le père méditait une réponse sage,
    Lorsque son fils cadet, transporté de plaisir,
    Après tant de travail, d’avoir pu parvenir
    A placer son second étage,
    S’écrie :  » Il est fini !  » Son frère, murmurant,
    Se fâche, et d’un seul coup détruit son long ouvrage ;
    Et voilà le cadet pleurant.
     » Mon fils, répond alors le père,
    Le fondateur c’est votre frère,
    Et vous êtes le conquérant.  »

    Une pensée à Klaus qui doit être rentré dans sa carrée sous l’ ovation de tous les copains.

  7. Grâce à cette fable , Le château de cartes , j´ai regardé l´Histoire des cartes . Elle remonte très loin parfois ( celle de la Chine ), et celle qui concerne les cartes françaises est intéressante , surtout lorsque´elle traverse la Révolution . C´est alors le valet qui prend le dessus , à la belote ,
    n´est-ce pas Monique ? ( je ne sais pas jouer à la belote . Sauf dire « belote et re-belote  » : ))
    J´avais vu un élan récemment , et cet après-midi , j´en ai vus trois . Toujours près de la route à grande circulation . Ils vivent dangereusement , et nous aussi …. Ils peuvent bondir sur la voie sans réfléchir ( bien sur : )) , et s´il fait noir et boisé , on ne les voit pas sur les côtés .
    La maman de Pussel a un jour démoli sa voiture avec un élan . Parfois , c´est plus grave ….
    Il y a aussi des blaireaux et des martres qui surgissent , ( et des trolls : )

    • Darie, le valet est le plus grand atout, mais ne pas oublier qu’à la belote immédiatement derrière, c’est le petit neuf qui vaut 14 points à l’atout ! belote et re, donne 20 points, et le dernier pli est le dix de der, 10 points. Voilà, vous avez les cartes en mains, on commence !!! le plus amusant c’est entre amis, on ne joue pas d’argent évidemment mais on compte les points, le plus drôle ce sont les réflexions et pourtant la belote est un jeu très silencieux, on ne doit pas parler… l’histoire du « tu me fends le cœur » est bien connue.
      En ce moment, c’est la chasse, je vois des chevreuils, dans sangliers et des faisans, mais pour les trouver sur les étals, il faut attendre les fêtes de fin d’année. Beaucoup d’accidents avec le gibier, souvent c’est de la tôlerie mais ça chiffre, pour les deux roues, ils sont très dangereux, il faut se méfier. Les blaireaux et les renards, je ne les vois que morts, renversés la nuit sur les routes de campagne, c’est malheureux quand même. Une année ma voisine a dû s’arrêter pour laisser passer une laie et ses petits marcassins, la mère a chargé l’avant de la voiture, elle a arraché tout le pare choc et cassé les phares ! pour le constat d’assurance, c’est pas facile.

  8. Dominique, nous avons déjà traité le chanvre de tous les noms ;))) et ce n’est pas très ancien… je crois que nous avons épuisé tout le calendrier républicain !!! on avait parlé du chanvre indien, je me souviens en avoir vu un champs, il y a déjà quelques années, vers Houdan ! des voisins venaient au marché, subrepticement, le prof de français de ma fille notamment ! après demain, c’est la pêche, nous l’avons aussi traitée si j’ose dire et les pêches de vigne !!

      • Comment faire le joint avec le calendrier républicain??On peut sans doute trouver encore pas mal de choses, car c’est un sujet qui a bien inspiré…

      • Dominique, avec un mot dérivé on peut contourner un sujet par exemple les fibres du chanvre ont longtemps été utilisées pour fabriquer les billets de banque avant d’être remplacées par de la ramie ou Ortie de Chine, quand on va chez ggle, le chanvre envoie directement au cannabis ! pourtant l’histoire du billet de banque, c’est un sujet, les p’tits coupons, la p’tite coupure ! on peut ainsi faire une entrée triomphante (!!!) dans la culture tout azimut de la chanson « passez la monnaie » jusqu’au ciné comme 100.000 dollars au soleil. Ceci était un exemple pour ne pas rester canaliser sur un mot. Et puis nous avons toujours une anecdote en suspend !

    • Je n’arrive pas à retrouver la page en question, même en tapant lesvuesdelespritchanvre et n’ai aucun souvenir …
      A propos des cartes, voici ce que je viens de lire sur http://www.francopolis.net/langue/Hanafuda-janvier2010.html  » Un herbier poétique japonais, le hanafuda. Le hanafuda ou «jeu des fleurs» est un jeu de cartes japonais composé de douze séries de quatre cartes représentant chaque mois de l’année et un végétal. Une partie se joue généralement en douze manches, correspondant aux douze mois de l’année.
      Au travers le hanafuda l’on perçoit toute la culture japonaise car chaque carte rappelle un poème (tanka ou haïku), une légende, un peu comme Lewis Carroll qui s’amusa à détourner les comptines enfantines dans «Alice in Wonderland», où chaque anglais avait en tête la comptine originale. »

  9. J´allais proposer le houblon et la bière , à cause de la fête de la bière à Muniche ( je dis toujours Muniche , je profite que Klaus ne le voit pas . Koukou Klaus !!! ) Mais je vois que la fête est déjà finie ! Une amie y était allée autrefois , elle n´avait pas trop aimé : ))

    • Voilà Darie, c’est cela, nous avons vu le chanvre quand on a fait le houblon et l’orge, la bière etc….mais nous avions commencé ce calendrier sur les poulbots, ce n’est pas pareil et ce n’est pas le même lieu. La fête de la bière c’est comme les courses de vaches à Bayonne, effrayant, rien que de la viande saoule dirait-on en jargon populaire avec tous les accommodements !! il parait que les Allemands sont capables d’ingurgiter des pintes et des pintes de bière…. j’ai vu cela à Amsterdam et « les beaux marins du port »…. le rêve était brisé.

  10. Le 12 septembre, c’est comme toujours l’anniversaire de beaucoup de batailles , dont celle de Marathon.., celui de la naissance de Wolfgang Hannibal von Schrattenbach,, de Henri-Marie Ducrotay de Blainville..celui de la mort d’ Innocent VI, de Rameau, d’Anthony Perkins, de Claude Chabrol.. C’est la saint Athanase, Curonote, Apollinaire etc etc….

      • ‘ soir Dominique , tard , comme toujours . Pour quelques nuits encore , je suis en France et je viens faire un petit tour en République avant le départ. Les jeux , ce soir . J’ai été fana , il y a longtemps , n’ai pas pu accrocher au bridge , alors que c’est un jeu intelligent , mais pratiqué trop snob là où j’habitais ,ça m’en a dégoutée …
        Je suis un peu floue ce soir , un peu larguée , mais j’ai voulu venir quand même , auprès de vous Dominique , Monique , Mareria , Darie , les fidàles que j’aimais bien suivre sur le fig . Je sais Klaus empeché , mais j’ai loupé ce que devient le rat-rose .
        Bonsoir , douce nuit .

      • Bonjour Marie, je continue à vous lire sur le journal mais je ne peux plus techniquement recommander ni répondre (?).
        C’ est amical de venir nous faire un signe avant votre départ, cela fait plaisir.
        Prenez soin de vous , donnez -nous des nouvelles si vous le pouvez, vous resterez de toute façon dans nos pensées .
        Bises.

    • Faut pas vous excuser autant , Mareria , rire . Cela m´a donnée l´occasion de chercher cee que signifie  » curonote  » …. Etes-vous sûre que l´orthographe est à jour ? Je n´ai rien trouvé sur
      wiki- , ni sur ratoupédia .

      • Darie, j’ai trouvé ce saint orthodoxe au 12 septembre chez wk ( mais son nom est en rouge: la page est à créer : « Curonote († vers 258), ou Cournoutos ou Curomotus, évêque d’Iconium (aujourd’hui Konya), en Lycaonie (Asie mineure), décapité sous l’empereur Valérien. »…

  11. C’est formidable de ne plus se souvenir, on peut étirer ce calendrier et puis nous avons le calendrier romain : « Les Romains utilisèrent trois calendriers :
    D’abord, le calendrier dit romuléen, attribué à Romulus, cofondateur et premier des rois de Rome :
    Puis, le calendrier dit pompilien, attribué à Numa Pompilius, le deuxième roi de Rome ;
    Enfin, le calendrier julien, résultant des réformes introduites par Jules César « 

  12. Aujourd´hui , en ce jour de début octobre , c´était la finale du concours annuel d´échecs , pour les jeunes de 7 à 20 ans . Les 3 premiers de la famille y ont participé . Il/elles ne jouent plus ,
    c´est dommage . Les prix sont offerts par les magasins environnants qui sponsorisent . Bons
    d´achat , gants fourrés , T-shrt chic , et photo dans le journal , elles/il avaient été gâtés .
    Souvent , les iraniens sont en bonne place , c´est un jeu traditionnel chez eux .
    Je guette toujours le ciel , au cas où . Je crois que la promesse ne sera pas tenue : ((

  13. Les amis, l’autre jour, enfin récemment, je vous parlais d’un article sur le journal qui m’a interloquée (le mot est faible) mais je ne retrouvais plus cet article ni l’auteur de l’article en question. Il se trouve qu’il reparait à nouveau, je ne sais pourquoi ? si vous allez sur ma page, je l’ai recommandé, c’est un article de Pierre Manent philosophe et professeur de philosophie politique, directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales. Voilà pour les présentations. C’est volontairement que je ne cite pas le titre de l’article, il est sur ma page. Cette tentation de « soumission » est probablement la pire réalité qui nous guette et il semble qu’il ait des défenseurs.
    Je retourne au livre que l’on m’a prêté (dur, dur!!) de Pierre Hillard qui est un essayiste français, docteur en science politique. ancien professeur en relations internationales à l’École supérieure du commerce extérieur de Paris, spécialisé dans l’étude du « mondialisme » intitulé « la marche irrésistible du nouvel ordre mondial »…d’un autre avis éclairé.
    Commentaire à annuler après lecture, il n’a rien à voir avec le joker et pourtant on aimerait bien le sortir de temps en temps…………. Bonne fin de soirée à tous.

      • J´ai mis le lien en signet , Mareria , et l´écouterai demain .
        Monique , j´ai lu cela aussi ( Pierre Manent ) , on se sent bien impuissant . Et les chroniques de
        YR sont aussi instructives . J´étais très en colère après avoir lu ce que j´ai lu . Surtout de
        l´attitude complaisante des gens de Br. Les suédois rechignent . Avec ses collègues , l´expert discute , et ils ont tous les mêmes conclusions : Rien ne va plus , où va-t-on ?… Bona sera .

      • Merci Mareria, j’ai raté cela ! merci aussi pour le lien, je vais l’écouter… en espérant que j’ai mal compris le sens de l’article du journal. Bonne soirée à vous.

  14. Darie, nous sommes au moins quelques uns à avoir saisi !!! oui on est impuissant mais j’ai décidé de consacrer du temps pour comprendre les tenants et les aboutissants de toute cette soumission de toute l’Europe et d’autres pays préservés jusqu’ici… les lectures touchant ce domaine sont difficiles à comprendre (pour moi.) J’avais déjà lu un livre de R. Camus c’est plus abordable. Ici aussi, le brave péquin (sans mépris !) commence à s’insurger devant le fait accompli et s’inquiète du devenir. Impossible de commenter sur le canard, que des refusés, il y a de nouveaux mots clé interdits comme invasion, envahissement et autres du même genre. On ne peut même pas reprendre les termes cités dans un article….Bonne nuit à vous.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s