Une Narcisse fille ou 4 trompettes ?

«  »24 Vendémiaire (15 octobre)
imageDans le calendrier républicain de 1793, le 24 vendémiaire portait le nom d’Amaryllis, la fleur, non la bergère de Virgile.

Amaryllis devient donc ici un prénom en tant que nom de fleur, et non pas comme nom de l’antiquité.

Cependant, tous les emplois littéraires ultérieurs du prénom font référence à Virgile, non à la fleur.

L’Amaryllis du calendrier républicain était en fait Amaryllis sarniensis (aujourd’hui Nerine sarniensis) appelée aussi Grenésienne.
On s’en persuade en lisant les commentaires du calendrier :  » Quartidi 24, Amaryllis. Plante de la famille des liliacées ; on l’appelle aussi Grenesienne. Sa fleur est rouge et brillante ; mais elle est rare. On ne la cultive que pour l’ornement. Ses cayeux se plantent au printemps et en automne.  »
De plus, certaines versions du calendriers mentionnaient Grenésienne à la place d’Amaryllis. » »

Ainsi, comme sur la page  » Bulbes » nous retrouvons le nom de Nérine.

On peut ajouter que cette plante offerte à un sens particulier, dans le langage des fleurs elle décrit une personne coquette, narcissique, qui trouble et encourage.

Publicités

80 réflexions sur “Une Narcisse fille ou 4 trompettes ?

  1. Un bonjour matinal et gris, l’amaryllis est une superbe fleur, elle dure au moins quatre semaine et le plaisir, elle pousse à la manière d’une jacinthe. Elle a ses noms de coquetterie. Elle n’ a pas beaucoup inspiré Desnos :

    Lis, l’amaryllis, le volubilis, la mélisse

    Monsieur de la Palice,
    Dégourdi sans malice,
    Cultive avec délices
    Les lis, les amaryllis
    Et les volubilis,
    La réglisse pour Alice :
    Méli, mélilot, mélisse.

    Robert DESNOS in Chantefleurs.

    Un beau site à consulter : Amaryllis de Théocrite à Virgile

    « Chevrier ou Amaryllis

    Je chante pour Amaryllis, alors que mes chèvres paissent sur la montagne sous la conduite de Tytire. Tytire, ami de mon cœur, fais paître mes chèvres et conduis-les à la fontaine. Prends garde au bouc blanc de Libye, qu’il ne te frappe de ses cornes.

    Ô charmante Amaryllis, pourquoi, penchée pour regarder, à l’entrée de cette grotte, ne m’appelles-tu plus vers toi en me nommant ton doux ami ? Tu me hais peut-être, tu prends en mépris mon nez trop court et ma barbe trop longue ? je me pendrai de désespoir, ô nymphe, et c’est toi qui me fera mourir.

    Tiens, voilà dix pommes que je t’apporte : je les ai cueillies là où tu m’avait dit de les cueillir. Demain je t’en apporterai d’autres. Donne du moins un regard à ma souffrance ; oh ! que je voudrais être l’abeille bourdonnante ! Je traverserais le lierre et la fougère qui te dérobent à mes regards, je pénétrerais dans la grotte où tu te caches.

    Maintenant, je connais l’Amour ! c’est un dieu redoutable ; sans doute a t-il sucé le lait d’une lionne et sa mère l’a nourri dans les forêts ; il me brûle et verse la douleur jusque dans la moelle de mes os. Malheureux que je suis ! Hélas ! que vais-je devenir ? M’entends-tu seulement ?

    Je vais ôter mes vêtements, je monterai sur ce rocher d’où le pêcheur Olpis guette les thons, et de là je me précipiterai dans les flots ; si je meurs, ma mort du moins sera un bonheur pour toi.

    Je sais mon malheur, va ! Il n’y a pas longtemps encore que j’ai demandé à une feuille de pavot le secret de ton cœur, et la feuille pressée en vain sur mon coude s’est flétrie en restant muette.

    Agréo, la devineresse au crible, m’a dit aussi la vérité, lorsque, l’autre jour, elle marchais à coté de moi, en ramassant les épis ; elle m’a bien dit que je t’ai donné mon âme toute entière, et que je ne suis rien pour toi.

    Pourtant je te garde une chèvre blanche, mère de deux petits, que la servante de Mermnon, cette fille à la peau brune, me demande. Eh bien ! je la lui donnerai, puisque tu fais fi de mon amour.

    Mais j’ai senti un tressaillement à l’œil droit. Est-ce que je vais la voir ? je vais me coucher ici, près de ce pin, je chanterai, et peut-être me regardera t-elle : car après tous, elle n’est pas d’acier.

    Lorsque Hippomène voulut épouser la belle jeune fille, il courut avec des pommes dans les mains : Atalante vit ces fruits précieux, elle devint comme folle, elle ressentit un profond amour.

    Le devin Mélampus amena un troupeau de bœufs de l’Othrys à Pylos, et la charmante mère de la prudente Alphésibée se coucha dans les bras de Bias.

    Et Adonis le berger, n’inspira t-il pas à la belle Cythérée un si violent amour, que, cadavre inanimé, elle le pressait encore sur son sein ?

    Je porte envie à Endymion, celui qui dort d’un sommeil éternel. Je porte envie aussi, ô femme adorée, à Jasion, qui eut un bonheur que vous ne connaitrez jamais, ô profanes !

    J’ai mal dans la tête ; mais que t’importe, à toi ? Je ne chanterai plus. Je vais me coucher là, je resterai gisant et les loups me dévoreront. Que cela soit à ton cœur comme du miel à ta bouche ! (Théocrite)

    • Bonjour Monique, en préparant cette page que je croyais peu dense, j’ ai découvert des informations nombreuses sur le personnage d’ Amaryllis à travers les siècles, en des récits et pièces de musique, dont Rameau et les « Guirlandes ».
      Merci pour ce texte de Théocrite.

  2. Les amis, un poème de Louis XIII

    L’amaryllis

    O , que le ciel est gai,
    Durant ce joli mois de mai.
    Mais le printemps pâlit
    Auprès d’Amaryllis !…
    Mais que sont les lys
    Auprès d’Amaryllis ?

    Mais que vaut leur beauté,
    En mon coeur attristé,
    Quand des pleurs je lis
    Aux yeux d’Amaryllis ?…
    Mais que sont les lys
    Auprès d’Amaryllis ?

    De ces nouvelles fleurs,
    L’aube va ranimer les pleurs
    Mais que fait leur beauté
    A mon coeur attristé,
    Quand des pleurs je lis
    Aux yeux d’Amaryllis ?

    LOUIS XIII en musique :

      • Dominique , cela m´a donnée l´occasion de découvrir quelques chansons des Inconnus , et je ne savais pas qu´ils chantaient ! J´opte pour Vice et versa . Quelle bande de clowns ! rire .
        Je ne comprends jamais , comment certains arrivent à garder leur sérieux , en faisant tant de
        pitreries . J´avais une copine infirmière qui excellait dans cet art ! Elle téléphonait à une autre copine pour vanter un produit de lessive , attendait la commande , la pressait de se décider , et la fille s´énervait , s´énervait … Je mourais de rire , et elle , elle continuait : ))))

  3. Bonjour! Je vous propose un retour aux sources avec cet extrait du  » Cantique des cantiques « , dans la traduction d’André Chouraqui ;
    Chapitre 2.- Lotus des vallées
    « Moi, l’amaryllis du Sharôn, le lotus des vallées.
    Comme un lotus parmi les vinettiers, telle est ma compagne parmi les filles.
    Comme un pommier parmi les arbres de la forêt, tel est mon amant parmi les fils.
    Je désirais son ombre, j’y habite; son fruit est doux à mon palais.
    Il m’a fait venir à la maison du vin; son étendard sur moi, c’est l’amour.
    Soutenez-moi d’éclairs, tapissez-moi de pommes: oui, je suis malade d’amour.
    Sa gauche dessous ma tête, sa droite m’étreint.
    Je vous adjure, filles de Ieroushalaîm, par les gazelles ou par les biches du champ, n’éveillez pas, ne réveillez pas l’amour avant qu’il le désire !
    Va vers toi-même
    La voix de mon amant ! Le voici, il vient !
    Il bondit sur les monts, il saute sur les collines.
    Il ressemble, mon amant, à la gazelle ou au faon des chevreuils…
    Le voici, il se dresse derrière notre muraille !
    Il guette aux fenêtres, il épie aux treillages !
    Il répond, mon amant, et me dit: Lève-toi vers toi-même, ma compagne, ma belle, et va vers toi-même !
    Oui, voici, l’hiver est passé, la pluie a cessé, elle s’en est allée.

    Les bourgeons se voient sur terre, le temps du rossignol est arrivé, la voix de la tourterelle s’entend sur notre terre.

    Le figuier embaume ses sycones, les vignes en pousse donnent leur parfum.
    Lève-toi vers toi-même, ma compagne, ma belle, et va vers toi-même !
    Ma palombe aux fentes du rocher, au secret de la marche, fais-moi voir ta vue, fais-moi entendre ta voix !
    Oui, ta voix est suave, ta vue harmonieuse.
    Saisissez pour nous les renards, les petits renards, saboteurs de vignobles ! Nos vignobles sont en pousse.

    Mon amant à moi, et moi à lui, le pâtre aux lotus.

    Jusqu’à ce que le jour se gonfle, s’enfuient les ombres,
    fais volte-face, ressemble pour toi, mon amant,
    à la gazelle ou au faon des chevreuils, sur les monts de la rupture. »
    L’intégrale se trouve sur le siteandrechouraqui.com/100206
    D’autres traductions proposent  » Je suis le narcisse de Saron,/ le lis des vallées. »( j’ai même vu « « Je suis la rose de Saron, le muguet de vallées »). Celle de Chouraqui est plus flamboyante. Alain Bashung l’a d’ailleurs reprise; on trouve la vidéo sur ytbe .
    Il existe une interprétation en grec du Cantique des cantiques, par Irène Papas.
    cf http://francoiseruban.blogspot.fr/2015_03_15_archive.html On peut en écouter 10mn.

  4. Bonjour Dominique , Monique , le soleil est chez nous , et se reflète sur les feuilles colorées de
    l´automne , c est très bau . Le soleil en Scandinavie est très éblouissant ( peu de pollution , sans doute …) et il faut baisser les stores sous peine d´être aveuglés !
    Conduire avec le soleil dans les yeux , est impossible pour moi . Dans le quartier , je me suis souvent arrêtée en plein milieu de la route ! Ce n´est pas une impression , ma mère s´en souvient aussi . C´est peut-être cela qui a donné des yeux bleus . Même les chiens huskys ont
    des yeux bleus : ))
    Quel beau texte , Monique , c´est le chantage à l´amour … La traduction m´a fait rire parfois .
     » Tiens , voilà dix pommes que je t´apporte …  »
     » Je sais mon malheur , va …  »
    Le  » tiens  » et le  » va  » semblent plus contemporains que le texte . ( à mon avis )
    Le texte est très vivant en tous cas , il faut le lire à voix haute , comme déclamé au theatre .
    La roulette de l´ordi tourne folle , c´est assommant . C´est nouveau .
    Je copie au cas zou…. je me méfie ….

    • Bonjour Darie, quelle chance vous avez en ce moment profitez bien de cette luminosité qui incendie ces magnifiques couleurs d’automne, c’est un enchantement chaque année.
      J’ai aussi des soucis avec l’ordi, lenteur et déconnexion… quand le commentaire n’est pas avalé !!
      Je crois que nous sommes tous gênés par ce soleil descendant sur la route, l’aveuglement est le pire de tout, il y a des pare-brise qui évitent un peu cet éblouissement propre à causer des accidents.

  5. Amaryllis vient du latin lui-même emprunté au grec Ἀμ α ρ υ λ λ ι ́ ς, issu du verbe grec « ἀμαρύσσω », « amaryssô, » briller, lancer des éclairs.
    Le site http://www.amaryllidaceae.org/ethno/amaryllis.htm recense beaucoup d’oeuvres littéraires, picturales et musicales ( très nombreuses) qui mettent en scène la nymphe Amaryllis.
    J’avais déjà cité cet amer constat d’Ovide:
     » Envoie-lui ou des raisins ou de ces châtaignes qu’aimait Amaryllis;
    mais les Amaryllis de nos jours aiment peu les châtaignes. »…
    Voici une version de la légende d’Amaryllis:  » Selon la mythologie grecque Amaryllis était une jeune nymphe timide. Amaryllis était tombée profondément amoureuse d’Altéo, un prétentieux berger à la force herculéenne et avec la beauté d’Apollon. Toutes les jeunes filles du village étaient attirées par les charmes du berger. Altéo n’était pas intéressé par ces jeunes filles. Il était seulement passionné par les fleurs. Il disait à chacune des jeunes filles de lui apporter une nouvelle fleur qu’il n’avait jamais vue auparavant. Et alors seulement, il donnerait son coeur. Amaryllis voulant gagner le coeur d’Altéo plus que toute autre chose au monde. Elle alla demander un conseil à la Pythie, l’oracle de Delphes. La prêtresse lui dit de prendre une flèche d’or et de percer son cœur avec celle-ci. Puis, elle devait aller chez le jeune berger tous les jours et elle devait prendre le même chemin jusqu’à ce que le berger la remarque. Pendant 29 nuits, Amaryllis habillée de blanc perçait son cœur avec une flèche d’or versant son sang jusqu’à la porte d’Altéo. La trentième journée, Altéo ouvrit finalement sa porte, il avait devant lui une belle fleur rouge éclatante, matérialisée à partir du sang du cœur d’Amaryllis. C’étaient les deux plus beaux êtres qu’il n’avait jamais vus. Altéo tomba en amour avec Amaryllis et réalisa sa splendide beauté. Ils vécurent heureux pour toujours. » Mais curieusement, je ne la trouve pas dans le « Dictionnaire de la mythologie » de Pierre Grimal…Peut-être est seulement un conte plus récent.

  6. Les poétesses et l’amaryllis :

    Anne-Marie Barbier(1664-1745)

    Les tragédies et autres poésies (1919)

    Eglogue Amaryllis, Sylvi(Extrait)

    De mes triste amours écoute donc l’histoire.

    A peine je sortais de l’heureuse saison,

    Où l’on ne voit briller qu’une faible raison,

    Age d’or de la vie, enfance fortunée,

    D’un espace trop court ta durée est bornée;

    Ah! que l’on connaît mal le prix de tes plaisirs,

    Ils préviennent les soins, et même les désirs.

    Vains regrets! ma raison ne faisait que de naître,

    A peine je pouvais moi-même me connaître;

    Un jour… Tout a changé depuis ce triste jour,

    Un jour me fit connaître et Thyrsis et l’amour.

    Vers cet orme fatal, où mon troupeau perfide

    Veut à mes pas errants encor servir de guide,

    Je ne sais quel destin m’avait fait égarer;

    Sous un feuillage épais j’entendis soupirer.

    C’était Thyrsis; mon âme aussitôt fut émue,

    Pour la première fois il s’offrit à ma vue,

    Couché sur le gazon qu’il arrosait de pleurs,

    Entouré d’un troupeau témoin de ses douleurs.

    « Quoi! brûler d’une ardeur que rien ne peut éteindre,

    Disait-il, il faut donc expirer sans me plaindre!

    La Bergère que j’aime ignore mon tourment,

    Elle tremble au seul nom d’amour et d’Amant,

    Et je ne sais que trop qu’aux filles de son âge

    On en fait tous les jours une effroyable image:

    S’il m’échappe un seul mot, quel sera son courroux?

    Un troupeau frémit moins à l’approche des loups;

    Ah! j’aime mieux mourir, que vivre avec sa haine.

    Mais aussi, plus longtemps si je cache ma peine,

    Ma langueur me conduit aux portes du trépas,

    Et je meurs de parler et de ne parler pas:

    Nécessité cruelle où ma flamme est réduite! »

    Ses soupirs de ces mots interrompant la suite,

    Il gémit; malgré moi je me sens attendrir,

    Je voudrais d’un conseil au moins le secourir,

    Et me joignant à lui contre l’objet qu’il aime

    Lui donner pour l’amour l’horreur que j’ai moi-même. »

  7. A découvrir la poétesse Doëtte Angliviel (1898-1948) j’ai la chance d’avoir un petit recueil mais grâce à internet, on peut la lire ici,

    Le jeu du bouquet

    Alice vous serez le lis,

    Ghislaine sera la glycine

    Et Maryse l’amaryllis:

    Et pour nouer la gerbe fine,

    Petite Rose aux yeux baissés,

    Vous serez cette faveur blanche

    Qui, sur les blonds cheveux tressés,

    Flotte les matins du Dimanche.

    Et l’Ephèbe aux yeux ingénus,

    Cueillant les fleurs l’une après l’une,

    Mettra les lis sur les pieds nus

    Des danseuses des clairs de lune.

    La glycine au léger balcon

    De sa chambre de clair de poète,

    L’amaryllis sur le gazon

    Parmi du beau printemps en fête.

    Et, se doutant bien de la chose,

    Devant votre tendre rougeur,

    La faveur, ô petite Rose,

    Il la placera sur son coeur. ».

    ….A plus tard !!!!!

  8. J’avais oublié les Inconnus, ce que j’ai ri avec eux, on se souvient d’Auteuil, Neuilly, Passy, tel est notre ghetto….. Y en a marre du Fauchon, Du Hédiard, du saumon, du caviar « …je retourne faire un tour dans la poésie burlesque mais il n’y a pas notre mot du jour.

    • Je connaissais la chanson d´Isabelle aux yeux bleus ( une parodie du groupe Téléphone , il me semble ) , mais pas les autres . Je vais me mettre à jour !
      J´ai ramassé toutes les feuilles mortes à la pelle …. ,tra-la-la , des milliers d´autres sont à
      venir … Je n´ai pas fini de chanter !

  9. Nettoyage du jardin, ratissage, binage, arrachage de ma pauvre aubépine qui était âgée de 12 ans (snif !!) elle s’est affaissée d’une pichenette ! …. vous avez vu ce qui reste du forum sur l’article de Paxton ? pratiquement rien, un grand coup de balai !…. vous avez vu les fautes d’orthographe dans les manuels scolaires destinés à la 4e ? le passé simple ne l’est pas…l’article donne en exemple deux lignes d’A. Allais et sa complainte amoureuse, on la connait, mais la voici pour celle ou celui qui ne la connait pas, c’est un morceau d’anthologie :

    Alphonse ALLAIS (1854-1905)

    Complainte amoureuse

    Oui, dès l’instant où je vous vis,
    Beauté farouche, vous me plûtes;
    De l’amour qu’en vos yeux je pris,
    Sur-le-champ, vous aperçûtes.
    Mais de quel air froid vous reçûtes,
    Tous les soins que je vous offris!
    Combien de soupirs je rendis?
    De quelle cruauté vous fûtes?
    Et quel profond dédain vous eûtes
    Des gros tourments que je souffris!
    En vain je priai, je gémis.
    Dans votre dureté vous sûtes,
    Mépriser tout ce que je fis;
    Mais un jour je vous écrivis
    Un billet tendre que vous lûtes
    Et je ne sais comment vous pûtes
    De sang-froid voir ce que j’y mis.
    Ah fallait-il que je vous visse,
    Fallait-il que vous me plussiez
    Qu’ingénument je vous le dise,
    Qu’avec orgueil vous vous tussiez;
    Fallait-il que je vous aimasse,
    Que vous me désespérassiez
    Et qu’en vain je m’opiniâtrasse,
    Qu’à vos pieds je me prosternasse
    Pour que vous m’assassinassiez ! »

    Ce texte était destiné à Jane Avril, mais d’autres auteurs s’en réclamèrent comme Gautier-Villars et Courteline ! il est attribué à Allais à tort (parait-il) car il est plus ancien que cela, il avait déjà été publié avant 1875 dans le Journal de Genève sous le titre :« Épître amoureuse d’un puriste ». Puisque nous sommes dans le passé simple, une petite chanson dans la même veine :

    Romance subjonctive
    {Parlé:}
    J’eus jadis une folle maîtresse très forte sur les subjonctifs.
    Comme le sort voulût que nos amours se brisassent,
    Il fallait que je composasse cette romance
    Pour que mes larmes se séchassent et que mes sanglots s’étouffassent.

    Avant que je ne commençasse,
    Je demanderais que vous écoutassiez cette complainte
    Qui est la plus triste de toutes celles que vous ouîtes.

    De mes caresses vous rougîtes,
    Puis ensuite vous les subîtes
    Pourquoi faut-il que d’notr’ passion
    À présent nous ricanassions ?

    Tout d’abord vous m’idolâtrâtes,
    Puis avec un autr’ vous m’trompâtes
    J’ n’aurais pas cru que vous l’pussiez.
    Et qu’mon rival vous l’aimassiez.

    Amer, amer destin du cœur
    Femme légère que vous fûtes
    Vous fîtes hélas pour mon malheur
    Toutes les peines que vous pûtes.

    Il fallait que j’vous écrivisse,
    Ou que chaque jour je vous visse
    Pour que vous me soupirassiez
    Les mots dont vous m’baptisassiez.

    Fallait que je m’agenouillasse
    Sans que jamais je reculasse,
    Pour que nous nous adorassions
    Et puis qu’nous nous dégoûtassions,
    Et puis que nous nous plaquassions.

    Amer, amer destin du cœur
    Dans l’amour que vous suscitâtes
    Vous fîtes germer la douleur
    Et ce jour-là, vous m’épatâtes !

    Sans que jamais je marchandasse
    Il fallait que je roucoulasse
    Les vœux que vous incarnassiez
    Et que vous accumulassiez.

    En échange d’vos ch’veux qu’vous m’offrîtes,
    C’est avec joie que vous me prîtes
    Les mèches que vous désirassiez
    Car j’voulus bien que vous m’éméchiez.

    Amer, amer destin du cœur
    Quand un beau jour nous constatâmes
    Qu’nos ch’veux lâchaient nos crânes vainqueurs,
    Dès lors nous nous déplumardâmes

    Vous n’m’aimiez plus, fallait que j’eusse
    Bien des forces pour que je pusse
    Prendre mon cœur sans qu’vous l’retinssiez
    Pour ne pas qu’vous l’abîmassiez.

    Combien de cruautés vous eûtes
    Que de noirs projets vous conçûtes
    Pour que vous m’ensorcelassiez
    Et que vous me poignardassiez.

    Amer, amer destin hélas
    Il fallait que j’ vous oubliasse
    Car votre nom, trop m’écervelât
    Pour que jamais vous l’répétasse.

    Paroles: P. Briolet, L. Lelièvre. Musique: G. Maquis 1905
    Interprètes : Dranem, …

    • Bravo Darie, je passe sur un certain imparfait du subjonctif du verbe savoir où là, c’est n’anarchie totale ! voilà qui nous aura diverti un moment mais l’amaryllis ne nous en voudra pas !

      • Les fautes d’orthographe ici sont semées exprès, si, si !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! c’est pour le cours de français ….. voyons voir « qui nous aura divertis » aura diverti qui, « nous », placé avant, accord ! vous me ferez cent lignes gavroche ! pas d’inquiétude, je me parle à moi-même et je joue à la maîtresse ! amis du français bonne fin de soirée, je vais réviser sec.

  10. Coucou les p’ tits potes, des nouvelles de Klaus ???
    Sinon pour Darie, le canon de 155 n’ est pas un appareil photo de marque Canon,
    mais plutôt la pièce d’ Artillerie lourde de l’ Armée Française … Rires !!!

    • Yannick , le virtuel , c est du gâteau parfois . Éclat de RIRE .
      J´avais maltraité la ponctuation , la photo du Canon m´avait sautée aux yeux , on aurait dit un dialogues de sourds ! J´avais recommandé votre post pour vous montrer que j´avais compris .
      J´ai bien ri , j´espère que  » vigilo  » aussi .
      Nous faisons le pied de grue devant le château de la Légion . On dirait que Klaus fait une convalescence extra longue , nous attendons son camarade Légionnaire pour les nouvelles ,
      c´est long !

    • Hello Yannick mais c’est Lys’…… ouah je ne m’en souvenais plus mais c’est en suivant Darie que je suis tombée sur l’article. Aux dernières nouvelles, le copain de Klaus a dit que tout allait bien et qu’il devrait rentrer dans sa carrée incessamment sous peu, le rétablissement suit son cours, le Papy fait tourner bourricot une petite infirmière…. bref, en un mot il n’obéit qu’à lui-même, selon son crédo connu de nous tous. Pour le canon, je croyais que c’était un chant à la chorale !!! oui, chanter en canon ! à un de ces jours !!!!!!!!

  11. Merci les fifilles de vos informations, de mon côté en pleine routine,
    la Corse en vue en Décembre, déjà dans le collimateur, la retraite
    à 62 ans, je me suis renseigné à la CNAV, dur dur, ce n’ est pas du
    caramel, la gamine a repris, déception évincée, le Canard n’ a jamais
    aussi bien fonctionné, tout passe, la vie suit son cours et de temps
    à autre comme avec Darie, on rigole bien, bonne continuation à toutes,
    quant à l’ Actualité, elle nous en réserve de bonnes encore !

    • Hej Yannick , ne partez pas si vite . Topinette est repartie au turf sur les chapeaux de roues . Elle a du tempérament et ne se laisse pas démoraliser . C´est ce qu´il faut . Ne serait-ce pas son jeune âge qui l´aurait desservie ? Elle doit prendre de la bouteille . Cela prend du temps .
      Comme disait Mimi ,  » Il faut laisser du temps au temps  » . Cela parait subtil de dire cela , mais
      c´est une vraie lapalissade ! Korsika et retraite en vue …. Plus belle la vie ! hi-hi …

      • Des Etudes elle commence à en avoir assez, d’ autant que tous les responsables
        qu elle croise, Police et Gendarmerie, lui affirment et sans ambages qu’ elle a le
        profil et qu’ ils aimeraient l’ avoir dans leurs effectifs, mais le nombre de places
        toujours, est ridicule, infime même, mais contre mauvaise fortune, elle fait bon
        coeur et admiratif je suis, figurez vous qu’ en sa nouvelle Promo. à Sciences Po.
        ils sont cette année quelques 150 contre 50 l’ année passée, plein de concurrents
        en plus donc et non des moindres !
        Et toujours 33 places disponibles en Officier de Police, 22 en Officier de Gendarmerie
        et 17 en Commissaire de Police, tout cela en externe, là où entre 1000 et 3000,
        voir plus, ils se présentent et avec le niveau scolaire adéquate, Master 2 .
        Des copains à elle, ont même préféré avec Bac +5, devenir Gardien de la Paix ou
        Sous Officier de Gendarmerie pour mettre le pied à l’ étrier et progresser en interne,
        je vous rappelle que celui de Sous Officier, elle avait décroché et que bien entendu,
        cette année, elle repassera encore en désespoir de cause …
        Dites Darie, quand est ce que je pourrai partir en retraite en Corse, moi, d’ autant
        qu’ après un éventuel succés à un Concours, il y a entre 1 an et 2 ans d’ Ecole
        derrière !!!
        En France être flic ou pandore, de nos jours relève de l’ abnégation, c’ est qu’ ils
        sont intelligents ce qui nous collent des PV lorsque l’ on dépasse les limites
        autorisées, vous savez et même moi, dans ma méhari, la plus rapide de la Côte
        Ouest, je me dois de faire gaffe !!!!!!!!!!!!!!!!

    • Yannick, la retraite sera forcément repoussée à 62 ans, les caisses sont en faillite, les vieux travailleurs, ceux qui ont bossé 40 heures par semaine, n’auront bientôt plus que leur liquette, intéressant de se documenter sur la question : « qui pille les caisses de retraite »…. allez-y tous et sortez vos mouchoirs.

      • De savoir que de 60 ce serait 62, j’ en ai pleuré tan,t que l’ on a fait une piscine !!!
        Je plaisante, Monique, pour lors, la plus belle des étendues liquides que je connaisse,
        la Mer Méditerranée, son bleu profond et ses eaux cristallines, pas de marée, toujours
        là et bonne en plus et comme je le disais bien souvent, au moins, lorsque l’ on y
        tremps un pied, on en voit les orteils, pas comme dans … la Manche … par exemple !

  12. Hello, un vrai pote est celui qui n’oublie pas qu’il a une place ici même aux côté des copines qui se soucient de ce rat rose évanescent, un fugitif corse appelé youtopou… non mais !! sa patte est mise à prix ! je placarde la photo, toute personne qui le rencontrerait est priée de le ramener sain et sauf. Oui, je sais, je pense à Steve Mc Queen et son Colt Frontier 1873, celui qu’il avait donné à Alain Delon qui lui même l’a vendu récemment !

    • Vous savez, il n’ est pas dit que je ne me raccrocherai pas, c’ est toujours un plaisir
      que d’ échanger avec mes p’ tits potes que d’ ailleurs, je n’ oublie pas, mais il est vrai
      qu’ en m’ étant détaché du Blog, je revis un peu plus à côté et de cela, ça me manquait
      aussi beaucoup .
      Le ratounet il va bien, se prélasse en Corse et de temps à temps il lui arrive de faire
      des cartons dans le maquis, mais lui, avec les armes de la famille, pour les maintenir
      à niveau, sinon oui, j’ ai entendu parler de cette histoire, personnellement, jamais je
      ne l’ aurai vendue cette arme là, qui je crois était une carabine Winchester à canon
      et crosse coupée, plutôt qu’ un Colt Frontier 1873, si je ne me trompe .

      • Yannick, les cartons vous allez rire !!! le breton a acheté une carabine avec lunette, vente légale sans permis, elle n’est pas dangereuse, c’est juste pour faire des cartons, et bien il les rate tous !! la lunette se dérègle, mais que ne vend on pas comme cochonnerie !! au moins avec la carabine du grand père, ça c’est du précis. Je n’y connais rien en arme, je ne repère qu’une chose, celle qui tire juste et dans le centre de la cible !
        C’est vrai que le réseau est prenant et prend du temps, Klaus est comme une âme en peine sans vous, il reviendra bientôt. La Corse en vue ? c’est bientôt Noël (avant on fait hurler les urnes !!!) avec fifille peut être à qui je souhaite réussite, elle est très jeune, elle y arrivera j’en suis certaine, elle trouvera sa voie. Amitiés à ratounet.

  13. Oui aux urnes, il faut voter pour M. Hollande, le seul qui fera avancer la France,
    au fait, elle en est où, ben euuuhhhh … là je crois, au bord du gouffre et il y a
    Les Républicains qui sont tombés au fond je crois, ils se sont écrasés sur le
    PS m’ a t’ on dit, Nom d’ un rat, chez nous il va falloir que je me renseigne,
    car on ne vote pas pour un Parti, vous savez Monique, mais pour un homme,
    un famille, une tendance, qui peut fort bien officiellement ne pas être la vôtre,
    c’ est ainsi, mais c’ est aussi cela la Corse …

    • Yannick , mon frère était complètement démoralisé hier . Il disait que tout ce qui avait été construit au fil des décennies , était en train de s´effilocher .
      Il parlait même de quitter la France !…
      J´ai demandé pour quel pays , mais en y réfléchissant , nous n´avions rien à suggérer .
      La France a tellement d´atouts d un point de vue culturel , et il y a la langue aussi qu´il et elle veulent conserver , alors que faire ?… J´aurais dû parler de la Corse qu´il et elle aiment énormément . Mais est-ce que c´est aussi la France ?… dilemme … : )

      • Darie, j’en ai deux de partis, une aux USA et l’autre au Canada….un 3e réfléchit, c’est tentant ! je suis très « patriote » (mot à la mode) je ne veux pas laisser ma place, gagnée par nos ancêtres durement, pour des gens qui renverseront tout un système de valeurs qui furent les nôtres et notre civilisation. La Corse ? mais il n’y a pas de boulot par contre des milliers en ont trouvé et ont bien l’intention de la repeupler. La Corse est à part et pas seulement géographiquement.

      • Française depuis 1768 militairement, administrativement assimilée en 1850,
        elle a commencé vraiment à découvrir la Grande Patrie après 1918, quant à
        ce jour en 2015, disons que différente elle est encore, curieuse même aux
        dires des 3 millions de touristes qui la découvre 4 mois par an .
        22O OOO insulaires, 60 000 continentaux, 15 000 maghrébins, marocains
        pour la plupart, 15 000 italiens, espagnols, portugais ou autres européens,
        un rat rose endémique .
        On peut y venir, s’ y intégrer même, j’ en connais, à la condition toutefois de
        la respecter en ses us et coutumes, de ne pas la ramener et de ne pas prendre
        partie, dans les affaires des autres, si insulaires ils sont .

    • Comment Yannick, mais je préférerais me casser les deux jambes plutôt que de voter pour celui-là… où en sommes-nous mais dans la m… où allons-nous mais dans la m… (c’était la chanson « le porte bonheur » de Guy Béart, j’ai été censurée sur ce coup_là !) l Les Républicains vont refaire surface si la blonde vénitienne ferme un peu sa bouche en oubliant qu’elle ressemble à un modèle de Véronèse, ainsi que la blonde du marché rayon poissonnerie !!!!
      Yannick, voter pour une famille mais si elle n’est pas dans votre ligne politique et qu’elle va contre vos convictions, il n’y a plus de famille ! la Corse n’est pas rouge, quand même et puis il n’y a pas encore le nom de l’électeur sur le bulletin de vote !!!

      • Lorsque j’ ai l’ occasion de voter en Corse, je constate que fort peu
        d’ électeurs passent par l’ isoloir, devenant inutile, puisque chacun
        sait à l’ avance pour qui va voter l’ autre, c’ est ainsi et pas autrement .
        En Corse, il y a et toujours un Clan, une Famille, un Nom pour qui
        vous devez voter, si vos parents le font, c’ est un peu bizarre, je le
        reconnais, mais depuis toujours c’ est ainsi .
        A titre de détail nous avons eu dans la famille côté maman, un Député
        de la Corse, qui au retour d’ exil de Pasquale Paoli, avait voter la reprise
        de la Guerre contre la France en 1794 et de cela, on ne l’ oublie pas .

  14. YEP, la délicate infusion a voulu reprendre son pseudo d’antan et bien on lui dit qu’il existe déjà et HOP j’ai inscrit à côté n°2 et TOC refusé « existe déjà » ! Yannick, à propos du jouet, même les merles en rigolent, ils sifflent !

    • Ne l’ accablez pas, il se distrait et là est l’ essentiel, moi même je tire de temps en temps
      en pleine montagne avec certaines armes qu’ ont rapporté de leurs campagnes, les
      quelques militaires qu’ a compté cette famille, histoire de les entretenir, comme
      d’ autres aussi le font, même s’ ils ne chassent pas, c’ est aussi cela la Corse,
      un véritable arsenal, selon les villages, n’ ayant pas grand chose à envier
      aux Etats Unis d’ Amérique .

      • Depuis qu’il a attrapé ses 80 il a descendu des joints de briques que les fourmis avaient déjà bien attaquées. Je lui ai demandé si c’est les fourmis, une par une, qu’il tentait de dégommer !!!! ce que j’ai pu rire.
        Yannick, les 15.000 auront triplé d’ici quelques années…. je lis aussi que la villa d’un marocain a été plastiquée, je ne savais pas que cela pouvait arriver en Corse.
        Chez nous, il y a une autre façon de voter car il y a les mouchards de poubelles (vous me suivez ?) alors nous arrivons avec le bulletin déjà plié dans notre poche, puis nous prenons toutes les listes y compris les tocards, nous entrons dans l’isoloir et tirons le rideau… ensuite nous jetons tous les bulletins dans la corbeille, et nous mettons notre bulletin perso dans l’enveloppe ! ce qui fait que les résultats sont hilarants car personne ici ne saurait afficher son appartenance politique, (sauf des militants connus) ici, c’est encore la paysannerie, tout est secret.

      • Vous remarquerez Monique que c’ est la seule région de France,
        d’ où ils partent … et oui … plus foufous qu’ eux ils ont trouvé
        là-bas, enfin, disons plus unis, ce qui fait bien défaut dans
        la France d’ aujourd’ hui où l’ individualisme forcené règne en
        maître incontesté, dans les villes ou les gens s’ entassent et
        sont déracinés, soumis à la société de consommation,
        entre mirages et faiblesses …

      • Yannick , bonghjornu , je viens de regarder un programme sur le miel corse , fabriqué par les
        abeilles corses , endémiques . Mais l´apiculteur disait que le parasite du châtaignier avait fait baisser la production d´un quart au moins ! C´est une grosse perte . J´ai entendu qu´il y avait du vol de ruches aussi en Corse . Ça , cela m´a étonnée .
        Vu que le miel corse ne vient pas jusqu´à nous , le mien est bulgare . Je cache mon pot ( 1kg ! ) pour qu´il ne disparaisse pas en 8 jours . Il y a des gens chez moi qui n´ont pas de mesure …

      • Dominique, elle n’ aime pas le miel, c’ est réglé pour elle, sa préférence va à la réglisse,
        je sais, pas terrible, mais enfin, il en faut pour tous les goûts, moi, je serai comme vous,
        celui de mandarinier et de Corse, bien sûr, j’ affectionne et j’ en ramène, point besoin de
        le faire venir de Bulgarie, par contre, pas de loukoums chez nous, je les trouve dans une
        rue proche de Montparnasse, ils sont extras et sont confectionnés par des turcs, façon
        artisanale, mais de Grèce ils sont fameux aussi, lorsque bons, bien entendu, car s’ ils
        sont mauvais, ils le demeurent .

    • Je pensais ressortir … U topu … et son avatar tout rose,
      mais je pense que c’ est trop tôt encore, c’ est qu’ il a bien
      sévit le garnement, comme votre portrait tristounet de
      cette peintre a Nom composé dont je ne parviens pas
      à retenir le Nom, Monique .

      • Trop tôt ? mais je ne crois pas, il y a des mois voire deux ans que le rat rose a disparu, par contre on ne peut pas retrouver le pseudo initial puisque déjà utilisé. J’ai pensé aussi que l’avatar était l’objet de foudres, vite repéré, ensuite j’ai essayé de changer et l’avatar et le pseudo, ça marche un temps. J’ai même vu le terme « abonné » s’afficher, ce que je ne suis plus depuis longtemps.
        Voyons, ma pauvre révolutionnaire sur la charrette, mais c’est l’autoportrait du peintre Mme Vigée Lebrun pour laquelle j’ai une admiration particulière. J’aimais beaucoup cette dame à la robe grise ! les coquelicots sont repérables aussi je change souvent l’avatar.

  15. Et bien voilà, il y a tout ce que vous voulez savoir dans Ratoupédia !!!
    Ce qu’on a pu rire avec le rat rose, mais quelles joutes, quels croisements de fer, dans chaque camps, quand je pense que cela a été possible sur un journal national !

    • En virtuel, Monique, en virtuel et qui n’ en était là, qu’ à ses balbutiments,
      on a du arriver au bon moment, c’ est tout et il y a de ça 6 ans, voire
      davantage, une chose est sûre, on a vachement bien rigolé avec
      quelques autres, hi hi hi, faisait alors le raton rose !

  16. Dominique , Winnie l´ourson a un nom un peu cocasse ici , c´est Nalle Puh . D´un pays à
    l´autre , les noms changent . Fifi Brindacier normalement s´appelle Pippi Långstrump ( Pippi les  » longues chaussettes  » ) , et Tintin se prononce Tinetine .
    Je vais ressortir mon gros pot de miel quand il en restera un quart , là je sais qu´il sera fini en trois jours . Je fais la même chose avec les biscuits et le chocolat . J´ai été trop bien élevée ,
    j´ai dû y remédier . Mon frère avait le même problème , sa femme l´a rééduqué . Rire .

  17. Dominique , un peu de miel liquide dans le yaourt , ou dans la soupe-au-lait ( semoule très fluide ) , c´est très bon . Je prends cela pour continuer à prendre des grammes . Un à la fois …
    Yannick , j´ai plein de bout´d´zen dans une boite , mais je ne suis pas très fan .
    Je n´aime pas le miel sur le pain , c´est trop sucré . Mais mélangé , bien dosé , j´aime bien .
    Ça y est , mauvaise ambiance en Suède , on discute âprement politique …
    On vient de brûler une école toute neuve ! parce qu´elle devait changer de fonction ( ! ) et loger les nouveaux arrivants qui se pressent au portillon . Les loyers ou achats de logements devient faramineux . Exemple récent : 1,2 M KR , avec 2000 KR pour les charges , pour …. 25 m2 .
    Ce n´est pas tolérable . Pour certains , tout va bien , c´est ( vraiment ) l´état qui paye …

      • Dominique , je vous conseille un miel doux d´acacia , dans le yaourt ou dans un infusion de
        d´ortie ( ce n´est pas délicieux , mais je la bois pour ne pas contrarier ma mère . J´suis bonne fille ) . Je préfère les 2 doigts de Chartreuse de mon père ( je la bois aussi pour l´accompagner et lui faire plaisir : ))

      • Sur la viande bouillie , on met de la sauce à la menthe . Ça , c´était OK . Cela s´est gâté quand
        Mummy´s penfriend a servi du thé . Tout convenait à ma mère , les enfants aussi , car nous avions du c-c ( je ne fais jamais de pub pour c-c : )) , mais pour mon père , c´était la
        galère . Viande bouillie , sauce à la menthe et du thé là-dessus , il n´a pas oublié . Il a fini par trouver dans une boutique , un tonneau de cidre de 5 litres .
        Un tonneau vert pâle en plastique , je le vois encore ( j´avais 11 ans ) . Des vacances super !

    • En dehors du homard breton à la queue bleue et des croquettes pour cleps,
      la gamine en termes culinaires, elle est un peu limitée, vous savez Darie,
      les méfaits du réglisse à forte dose, très probablement, mais pour sa
      connaissance des bons restaurants, elle est au TOP, comme quoi
      la Nature est étrange, étrange, vous avez dis bizarre ???

      • Mais je n´ai rien dit du tout ! ni bizarre , ni étrange : )) Je trouve assez logique , de ne pas aimer beaucoup faire la cuisine , mais d´aimer aller au restaurant .
        Vous cuisinez aussi , un peu obligé , vous avez dit , et vous aimez aussi les guinguettes au bord de la Marne , don´t you-youtoupou ?

      • Je me moque, comme dirait l’ ancien de la Légion !!!
        Remarquez qu’ entre homard et croquettes, vous avez de la marge et
        pour vous imposer,, mais je tremble à l’ idée que la  » cuisine  » d’ en face,
        n’ est fait chez vous, bien des dégâts …

      • Pardon Dominique ! J´ai trop trainé pour envoyer le commentaire . Je vous crois .
        J´aime beaucoup le welsh rabbit , un plat anglais , n´est-ce pas ? Je faisais souvent ce plat en France ( je ne savais pas faire grand-chose en cuisine à l´époque … )

      • Euh, je dirais plutôt « welsh  » (gallois) que anglais.
        C’ est un plat agréable à consommer quand je suis sur la côte, dans une brasserie, à la sortie d’ une bonne séance de cinéma, en novembre avec amis ; un verre de vin blanc ou bien une bière et on est heureux !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s