O Boi no Telhado

imageDe retour du Brésil en 1919, où il était le secrétaire de Claudel alors ministre plénipotentiaire, Darius Milhaud fit connaître à ses amis artistes une chanson, littéralement  » Le bœuf sur le toit »

(O Boi no Telhado )

Cocteau et Milhaud donnèrent ce titre à leur nouvelle composition, un ballet.
Les frères Fratellini faisaient partie de la distribution et Raoul Dufy contribua aux décors.
image

Et ce fut aussi le nom donné en 1921 au bar parisien où toute une bande de créateurs dans tous les domaines de l’ art, venaient se retrouver.

Ainsi naquit le célèbre établissement 
« Le bœuf sur le toit » qui fut le lieu géométrique pendant les années folles, de la plus fameuse population d’ artistes.
image
« Faire un bœuf » : les musiciens de jazz qui se produisaient dans les cabarets parisiens venaient finir la nuit pour leur plaisir au Bœuf sur le toit et faisaient de la musique ensemble.

Ainsi naquit l’ expression « faire un bœuf ».

Vous vous en doutiez, le 16 octobre est le jour du Bœuf dans le calendrier républicain.

Publicités

20 réflexions sur “ O Boi no Telhado

  1. Hello tous, bonjour sous le crachin et la brume ! Le Bœuf sur le toit, c’est aussi un fameux restaurant des Champs Elysées et nous voici de retour aux années folles, en pays conquis. C’est tout un milieu d’artistes comme on n’en connaîtra jamais plus ! les amis, j’étais venue avec mon pot-au-feu et ma fable « la grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœuf » ! oui, Dominique a tout dit, la page est brillante, alors en désespoir de cause je suis allée dans la galerie de Raoul Dufy, un enchantement de couleurs, bonheur et gaité assurés. Je reviens tout à l’heure, comme dirait ma concierge, si j’en avais une.

  2. Bonjour , le bœuf ne m´inspire énormément , je l´avoue … Je connais bien de nom , le bœuf mironton , le bœuf-mode , le bœuf-carottes . euh…. là je crois que nous sommes  » 36 , quai des orfèvres  » . Je suis moins compétente que Monique et Dominique ( bonjour à toutes les deux ) ,
    en matière de cinéma , et moins au courant de la fonction , que Topinette et son Papa …
    J´ai essayé de retrouver la photo d´un bœuf sur un toit , ( j´ai vu cela il y a longtemps à la TV ) ,
    mais je n´y arrive pas . Le Net a ses limites ( ou plutôt moi : ))
     » 36 , quai des orfèvres  » , ce sont quand même de bons souvenirs , Ventura entre autres …
    Des dialogues enlevés , les mots mais surtout le ton et les regards . Les films policiers au jour
    d´aujoud´hui , on ne court pas après .
    Déjà midi moins trois ?!! ma roulette tourne , tourne en rond : ( Comment arrêter cela ??!

    • Bonjour Darie, vous êtes parfaitement compétente, Monique et moi-même avons connu un Paris qui n’ est plus et qui a fondé une bonne part de notre caractère et culture.
      C’ est purement circonstanciel et de mon côté, j’ apprends beaucoup de vos expériences.

    • Hello Darie, la différence entre nous c’est que nous ne sommes pas de la même génération … rire !!!! le 36 quai des Orfèvres me passionne aussi, films, livres et tous les grands criminels, notamment les grandes affaires comme Petiot, Jules Bonnot, joaillier Charles Mestorino dont l’affaire a inspiré Simenon, Guy Georges, celle de Thierry Paulin (le tueur des vielles dames) ou bien encore le gang des postiches….. bien au delà du 36 de Jouvet ou de Clouzot, aujourd’hui c’est Olivier Marchal qui nous en parle, autre époque .

  3. L’intelligentsia parisienne de l’entre deux-guerres s’amusait beaucoup, à l’ouverture du cabaret le Bœuf sur le toit étaient présents Picasso, Diaghilev, René Clair et Maurice Chevalier.
    Wikipedia donne une liste fabuleuse des artistes qui l’ont fréquenté, un lieu où il fallait être vu : « Louis Aragon ; Georges Auric ; Marcel Aymé ; Joséphine Baker ; Jane Bathori ; Tristan Bernard ; Paul Bourget ; Constantin Brâncuși ; Georges Braque ; André Breton ; Albert Camus ; Georges Carpentier ; Blaise Cendrars ; Coco Chanel ; Charlie Chaplin ; Maurice Chevalier ; René Clair ; Paul Claudel ; Jean Cocteau ; Henri Collet ; André Derain ; Serge de Diaghilev ; Christian Dior11 ; Clément Doucet ; Louis Durey ; Léon-Paul Fargue ; André Gide ; Youra Guller ; Ernest Hemingway ; Arthur Honegger ; Agnès Capri ; Max Jacob ; Marcel Jouhandeau ; Marie Laurencin ; Darius Milhaud ; Paul Morand ; Mistinguett ; Marianne Oswald ; Francis Picabia ; Pablo Picasso ; Francis Poulenc ; Jacques Prévert ; Yvonne Printemps ; Raymond Radiguet ; Maurice Ravel ; Pierre Reverdy ; Alfonso Reyes ; Arthur Rubinstein ; Erik Satie ; Catherine Sauvage ; Igor Stravinsky ; Germaine Tailleferre ; Tristan Tzara ; José Berghmans ; Jean Wiener ; Yves Saint Laurent avec Karl Lagerfeld et Victoire Doutreleau.
    Victoire Doutreleau est un mannequin français, née en 1935, muse du couturier Christian Dior au milieu des années 1950 puis d’Yves Saint Laurent, à son mariage elle portera la robe de mariée de la collection. Un petit tour dans sa biographie, elle a eut une vie de rêve, elle a aujourd’hui 80 ans !
    Marianne Oswald est une chanteuse réaliste, pendant l’été 1934, un fait-divers scandalise Jacques Prévert : une trentaine d’enfants s’étant évadés du bagne de Belle-Île-en-Mer en réponse aux violences des surveillants du réfectoire, l’administration propose une prime de vingt francs pour chaque enfant capturé ; les badauds et les touristes se joignent au personnel du bagne pour leur donner la chasse. Prévert réagit en écrivant d’une traite le poème « Chasse à l’enfant », mis en musique par Joseph Kosma et enregistré par Marianne Oswald le 20 octobre 1936, elle a une voix de drame voilà qu’elle ma flanque de cafard !!!!!

    • Chasse à l’enfant

      Jacques Prévert (1934)

      Bandit ! Voyou ! Voleur ! Chenapan !

      Au-dessus de l’île, on voit des oiseaux

      Tout autour de l’île il y a de l’eau

      Bandit ! Voyou ! Voleur ! Chenapan !

      Qu’est-ce que c’est que ces hurlements

      Bandit ! Voyou ! Voleur ! Chenapan !

      C’est la meute des honnêtes gens

      Qui fait la chasse à l’enfant

      Il avait dit « J’en ai assez de la maison de redressement »

      Et les gardiens à coup de clefs lui avaient brisé les dents

      Et puis ils l’avaient laissé étendu sur le ciment

      Bandit ! Voyou ! Voleur ! Chenapan !

      Maintenant il s’est sauvé
      Et comme une bête traquée
      Il galope dans la nuit
      Et tous galopent après lui
      Les gendarmes, les touristes, les rentiers, les artistes

      Bandit ! Voyou ! Voleur ! Chenapan !

      C’est la meute des honnêtes gens

      Qui fait la chasse à l’enfant

      Pour chasser l’enfant, pas besoin de permis

      Tous le braves gens s’y sont mis

      Qu’est ce qui nage dans la nuit

      Quels sont ces éclairs ces bruits

      C’est un enfant qui s’enfuit

      On tire sur lui à coups de fusil

      Bandit ! Voyou ! Voleur ! Chenapan !

      Tous ces messieurs sur le rivage

      Sont bredouilles et verts de rage

      Bandit ! Voyou ! Voleur ! Chenapan !

      Rejoindras-tu le continent rejoindras-tu le continent !

      Au-dessus de l’île on voit des oiseaux

      Tout autour de l’île il y a de l’eau. »

    • Que de talents à cette époque et d’ énergie !
      Je me souviens de Marianne Oswald, du mannequin Victoire.
      Les artistes avaient de la personnalité,
      de l’ originalité , régnait la liberté artistique , et on s’ amusait.
      Merci Monique pour ces noms qui loin
      d’ être une litanie sont la réminiscence
      d’ une époque brève et sensationnelle .

      • Dominique, mais il faudrait une page pour chacun de ces personnages dont certains ont vécu très longtemps comme Jane Bathori mezzo-soprano morte à 93 ans mais qui se souvient d’elle. Coco Channel a fréquenté aussi ce cabaret, mais qui sait qu’elle a poussé la chansonnette à ses début « qui qu’a vu coco », elle se produit devant des officiers, les paroles sont étonnantes dans la carrière de celle qui allait devenir une grande et illustre dame, aujourd’hui elle recevrait des œufs et pas des diamants :

        J’ai perdu mon pauvr’ Coco,
        Coco mon chien que j’adore,
        tout près du Trocadéro
        Il est loin s’il court encore.
        Je l’avoue, mon plus grand r’gret
        Dans ma perte si cruelle,
        C’est qu’plus mon homme me trompait…
        Plus Coco m’etait fidèle!

        Vous n’auriez pas vu Coco?
        Coco dans l’Trocadero
        Co dans l’Tro
        Co dans l’Tro
        Coco dans l’Trocadero
        Qui qu’a qui qu’a vu Coco?
        Eh! Coco!
        Eh! Coco!
        Qui qu’a qui qu’a vu Coco?
        Eh! Coco!

        Pauvr’ Coco que j’aimais tant
        Il était victime d’un crime
        Messieurs plaignez mon tourment
        Car il est bien légitime
        J’ai beau crier, le chercher
        D’la Bastille à l’hyppodrome
        J’lai partout fait afficher
        Je n’fais pas ça pour mon âme

        Vous n’auriez pas vu Coco?
        Coco dans l’Trocadero
        Co dans l’Tro
        Co dans l’Tro
        Coco dans l’Trocadero
        Qui qu’a qui qu’a vu Coco?
        Eh! Coco!
        Eh! Coco!
        Qui qu’a qui qu’a vu Coco?
        Eh! Coco »….

        http://www.youtube.com/watch?v=nVC9lemOjJM

  4. Le bagne de Belle-île-en-mer , ce n est pas à l´honneur de la République . J´ai cherché un moment ( décidément , je ne trouve rien aujourd´hui ! ) , le nom d´une petite île bretonne , qui avait gardé des prisonniers dans de tristes conditions ( la seconde guerre , je crois ) . Je ne retrouve plus le nom . Alors de fil en aiguille , j´ai relu toute l´Affaire Seznec du début , jusqu´au dernier procès et le dernier film .
    Pussel vient d´arriver , elle est toujours aussi drôle . Quand sa maitresse l´a déposée , elle se cachait derrière un vélo pour repartir aussitôt . Chipie . Nous allons nous promener . Ciao .

    • Darie, Denis Seznec le petit fils se bat toujours pour la réhabilitation de son grand père, refusée plusieurs fois ! mon ordi me joue des tours, je ne peux plus naviguer !!

      • On nous mène en bateau , Monique ! Le mien aussi navigue à vue : ))
        J´ai remis  » Coco qui a disparu au Trocadéro  » , spécialement pour Pussel . Elle n´écoute que
        d´une oreille . « Ce serait au cas où tu te se sauverais » , j´ai dit .
        Elle m´a répondu :  » Je m´sauve pas , j´suis ici !  »
        J´ai découvert que l´Affaire Seznec s´était compliquée d´une seconde affaire Seznec , avec la fille Jeanne Seznec qui avait tué son mari , lequel a été mis en cause avec l´affaire Guillaume Seznec . Le petit-fils Denis est le fils de Jeanne et de son mari François Le Her ( tué par sa femme ) . Il a changé son nom Le Her en Seznec . Il y avait de mauvaises ondes dans cette famille , pour attirer ainsi les histoires sordides … On dit aussi que le malheureux Guillaume aurait été poussé sous la camionnette qui l´a tué . C est comme pour l´Affaire Dominici , on ne saura jamais le fin mot de tout cela .

  5. Darie, je ne comprends pas ce qui se passe…. dernièrement j’avais une affichette de ggle me demandant d’accepter les nouvelles règles de confidentialité et protection des données, j’ai cliqué sur j’accepte et depuis, rien ne va plus. Voilà qui est inquiétant !
    Il y a des affaires qui resteront sans réponse, comme celle du petit Grégory, ou bien l’affaire de Bruay en Artois, la tuerie de Chevaline imputée à un légionnaire sous prétexte qu’il s’est suicidé, Dominici évidemment (quel film !!) Marie Besnard et d’autres si on remonte dans le temps. Aujourd’hui nous avons l’ADN, une magnifique découverte utile à la police. Je ne savais pas pour les Seznec, étrange quand même, le crime serait-il héréditaire ou bien l’affaire du grand père Seznec a-t-elle eu une influence néfaste sur un autre cerveau de la famille ?

      • Deux histoires affreuses . Quelqu´un a acheté la maison du crime ( Dupont de L ) récemment !
        Imaginons qu´il ré-apparaisse et réclame sa maison ! aïe….

    • L´Affaire de Bruay-en-Artois a été un peu scandaleuse , je crois . Quelqu´un de ma famille habitait dans la région , et il y avait eu 2 ou 3 jeunes filles qui avaient été agressées . On a fait une affaire de classe ( le notable contre la population ) , sans vraiment approfondir les faits . Une personne de ma famille , psychiatre , avait fait une des expertises sur le notaire ( cela a été publié ) et c´était un monsieur tout à fait normal . On a voulu le salir . Je crois qu´un criminel en série est resté impuni …
      J´ai vu en France Marie Besnard , le film était bien fait , je trouve ( la scène dans le cimetière était terrible ! : )) , et Muriel Robin , très à l´aise dans son rôle .

  6. Bonsoir, sur une page un peu plombée par les affaires sordides! des occupations imprévues, mais je ne mis pas la charrue avant les boeufs! Je vus et lus attentivement tout ce qui concerne O Boi no Telhado, et adresse mes félicitations à Dominique pour cette présentation… Parmi tous les noms cités par Monique, j’au pu chercher seulement celui de Germaine Tailleferre, musicienne classique émérite..

  7. « Si j’aurais su j’aurais pas venu » (c’est très courant !), c’est ce que j’ai écrit sur l’article « je vus » rejetée votre honneur, on n’est pas là pour faire de l’humour ! je vais leur servir un commentaire sur un certain sujet, rejeté deux fois, j’avais fait une comparaison tout ce qu’il y a de soft sur la GPA : « si l’on veut de la lumière, il faut une prise mâle et une prise femelle, sinon le courant ne passe pas »…. rejetée. Hier, sur l’article de Robert Paxton à propos de Pétain, j’ai servi la plaidoirie du défenseur de Pétain, maître Isorni (il explique l’histoire des juifs français qui ont été mieux « traités » que les Polonais !) rejetée ! c’est incroyable ! le journal n’a plus la liberté de ses forums, mais où va-t-on…. le journal Le Point : « Diffamation ou liberté d’expression? L’hebdomadaire le Point a été condamné jeudi à verser 6.000 euros de dommages et intérêts à l’ancien commissaire à la diversité et à l’égalité des chances etc…. »

  8. Finalement quand un sujet est trop vaste, il nous intimide ! le bœuf nous a intimidés, nous n’avons pas évoqué Cocteau ni Milhaud et sa rencontre avec André Gide et Francis Jammes, des personnages totalement opposés je crois. Je me suis aussi documentée sur ce fameux » Groupe des six réunissant les compositeurs entre 1916 et 1923 :
    Georges Auric (1899-1983)
    Louis Durey (1888-1979)
    Arthur Honegger (1892-1955)
    Darius Milhaud (1892-1974)
    Francis Poulenc (1899-1963)
    Germaine Tailleferre (1892-1983), la seule femme du groupe.
    Darius Milhaud : sa production reste prolifique jusqu’au début de la Seconde Guerre mondiale, date à laquelle il doit fuir la France occupée, cumulant l’« inscription sur deux listes de proscription : comme juif et comme compositeur d’art dégénéré ».
    Il avait été membre du Comité de direction de l’Association du Foyer de l’Abbaye de Royaumont. Je me souviens d’un jour béni, extraordinaire où je suis allée visiter cet abbaye, il y avait six personnes à peu près, nous étions les seuls visiteurs très matinaux et là notre guide très « racé » s’est installé à l’orgue et a joué l’Hymne au soleil de Louis Vierne tandis que le soleil entrait à flots à travers les vitraux, un moment d’intense émotion. Bonne fin de soirée à tous.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s