La Oie

Les ocaludophiles sont contents, le 26 octobre est le jour de l’ Oie.

Ce sont les amateurs du jeu de l’ Oie, joueurs ou collectionneurs , qui existe depuis la fin du XVI ème siècle.

image

Publicités

160 réflexions sur “La Oie

      • Bonjour l’amie Dominique, ce « vieux » jeu m’a occupée des heures quand j’étais petite, surtout avec les oreillons !
        « c’est à la fin du XVIème siècle que l’existence de ce jeu est mentionnée pour la première fois. On est à Florence, à la cour des Médicis, et il semble que le jeu, sous des formes un peu différentes, ait des origines encore plus lointaines puisque l’on s’y réfère alors sous le vocable de « nouveau jeu noble des Grecs ». L’origine géographique exacte du jeu est cependant difficile à attester de façon certaine et il semble qu’il soit apparu presque simultanément en plusieurs régions d’Europe. On trouve par exemple à Madrid, dès 1587, la notice d’un jeu utilisant un plateau de 63 cases disposées en spirale, dont les règles sont celles du Jeu de l’Oie actuel. A peine plus tard, on trouve encore des récits ou des traces du Jeu de l’Oie dans des endroits aussi distants les uns des autres que l’Autriche, l’Angleterre et la France. Le plateau de jeu le plus ancien qui nous soit parvenu provient d’ailleurs de ce dernier pays, plus précisément de Lyon… » il y a des jeux très anciens et des collectionneurs !

      • Une variante méconnue de ce jeu d’ enfant …
        Ouah ouah ouah, elle est à poil et donc toute nue,
        mais là, nous nous égarons, elles sont où les croquettes ?

  1. Bonjour toutes et tous, ocaludophiles ou ocaphiles. Le lien vers la vidéo de Devos, nous oriente vers une pub, et nous ne pouvons ni le voir ni l’ouïr. Elle se trouve aussi sur ytube.
    On apprécie aussi tout le sel de ses jeux de mots à la lecture,
    « OUÏ DIRE …
    Il y a des verbes qui se conjuguent très irrégulièrement.
    Par exemple le verbe OUÏR
    Le verbe ouïr, au présent, ça fait :
    J’ois …J’ois …
    Si, au lieu de dire  » j’entends « , je dis  » j’ois « ,
    les gens vont penser que ce que je dis est joyeux;
    alors que ce que j’entend peut être triste.
    Il faut préciser :
     » Dieu ! que ce que j’ois est triste !  »
    J’ois …
    Tu ois …
    Tu ois mon chien qui aboie le soir au fond des bois ?
    Il oit …
    Oyons-nous ?
    Vous oyez !
    Ils oient.
    C’est bête !
    L’oie oit ? Elle oit, l’oie !
    Ce que nous oyons, l’oie l’oit-elle ?
    Si au lieu de dire « l’oreille », on dit « l’ouie », alors :
    L’ouie de l’oie a ouï.
    Pour peu que l’oie appartienne à Louis :
     » L’ouie de l’oie de Louis a ouï  »
     » Ah oui ?  »
     » Et qu’a ouï l’ouïe de l’oie de Louis ?  »
     » Elle a ouï ce que toute oie oit …  »
     » Et qu’oit toute oie ?  »
     » Toute oie oit, quand mon chien aboie le soir au fond des bois, toute oie oit : Ouah ! Ouah !  »
    Qu’elle oit, l’oie ! … »
    Au passé ça fait : J’ouis …
    J’ouis !
    Il n’y vraiment pas de quoi ! »

  2. Et les oies sauvages ? un bonheur de les voir haut dans le ciel, on a envie de voyager avec elles

    Les oies sauvages

    Tout est muet, l’oiseau ne jette plus ses cris.
    La morne plaine est blanche au loin sous le ciel gris.
    Seuls, les grands corbeaux noirs, qui vont cherchant leurs proies,
    Fouillent du bec la neige et tachent sa pâleur.

    Voilà qu’à l’horizon s’élève une clameur ;
    Elle approche, elle vient, c’est la tribu des oies.
    Ainsi qu’un trait lancé, toutes, le cou tendu,
    Allant toujours plus vite, en leur vol éperdu,
    Passent, fouettant le vent de leur aile sifflante.

    Le guide qui conduit ces pèlerins des airs
    Delà les océans, les bois et les déserts,
    Comme pour exciter leur allure trop lente,
    De moment en moment jette son cri perçant.

    Comme un double ruban la caravane ondoie,
    Bruit étrangement, et par le ciel déploie
    Son grand triangle ailé qui va s’élargissant.

    Mais leurs frères captifs répandus dans la plaine,
    Engourdis par le froid, cheminent gravement.
    Un enfant en haillons en sifflant les promène,
    Comme de lourds vaisseaux balancés lentement.
    Ils entendent le cri de la tribu qui passe,
    Ils érigent leur tête ; et regardant s’enfuir
    Les libres voyageurs au travers de l’espace,
    Les captifs tout à coup se lèvent pour partir.
    Ils agitent en vain leurs ailes impuissantes,
    Et, dressés sur leurs pieds, sentent confusément,
    A cet appel errant se lever grandissantes
    La liberté première au fond du coeur dormant,
    La fièvre de l’espace et des tièdes rivages.
    Dans les champs pleins de neige ils courent effarés,
    Et jetant par le ciel des cris désespérés
    Ils répondent longtemps à leurs frères sauvages.

    Guy de Maupassant, Des vers

    • Quel beau texte , Monique . C´est exactement ce qu´on ressent quand on les voit au-dessus de nos têtes . Ce beau vol que j´ai vu il y a 15 jours était superbe .
      Et cela dans un ciel rose , mauve , un vrai spectacle . Heureusement , ma fille que je devais conduire était arrivée en retard . Je n´aurais pas voulu rater cela . Et de plus , il y avait à la radio une balade d´un chanteur américain , tout était là pour sublimer l´instant !

      • Bonjour Darie, de la gaieté dans ce matin gris, un vol d’oies sauvages, je m’arrête je prends les jumelles que j’ai souvent avec moi et je regarde, et comme le dit la chanson, « la terre peut bien s’effondrer, je suis avec les oies, où vont-elles, c’est un mystère ! ce qui manque à l’homme, ce sont des ailes. Il y a des instants bénis qui nous sont offerts gratuitement !
        Nous avons aussi les contes de Ma mère l’Oie par Ravel, les oies aiment la musique !

  3. Voici une oie immortalisée par une sculpture antique » L’Enfant à l’oie « , conservée au Louvre: http://cartelen.louvre.fr/cartelen/visite?srv=car_not_frame&idNotice=900, et, en changeant de continent, ce court poème chinois,( à titre de curiosité), qui serait connu de tous les enfants là-bas:
    , 鹅,鹅,鹅,
    曲项向天歌。
    白毛浮绿水,
    红掌拨青波。Luo Bingwang (~640~684~)
    Oies, oies, oies, /Lèvent le cou en chantant vers le ciel,/Leurs blanches plumes flottant sur l’eau claire,/Leurs pieds palmés, séparant la vague limpide. »

  4. Je vous recommande ce site suédois, ( en tous les cas, qui nous parle de la Suède), plein de textes variés, dont le poème de Maupassant, qui a donc franchi les frontières, et de photos:
    http://oie-des-moissons.over-blog.com/article-poeme-sur-le-printemps-47010645.html site suédois; ( la pub squatte aussi!) on y trouve cette précision:  » L’oie des moissons est une espèce d’oie sauvage à laquelle appartiennent les oies de Selma Lagerlöf dans Le Merveilleux Voyage de Nils Holgersson à travers la Suède. Elle ne s’approche que rarement de la mer et monte l’été jusqu’en Laponie pour nicher. Elle passe l’hiver en Europe centrale ou méridionale.
    Une espèce proche est l’oie cendrée, qui s’arrête dans le sud de la Suède mais ne monte jamais en Laponie. » Attendons Darie!..
    Voici un exemple d’extrait de texte ( imaginons les oies dans le ciel):
    « Calme et silence de tous côtés. Je reste couché toute la soirée et regarde par la fenêtre. A cette heure, un éclat féerique revêtait les champs et la forêt, le soleil s’était couché et teignait l’horizon d’une lumière rouge, onctueuse, qui s’étalait comme de l’huile. Le ciel était de toutes parts ouvert et pur, je regardais fixement dans cette mer de clarté, et c’était comme si je me trouvais face à face avec le fond du monde et comme si mon coeur s’y sentait chez lui et battait à l’unisson. » Knut Hamsun, « Pan », 1894.

    Knut Hamsun, « Pan », 1894.

    • Mareria , god morgon , c´est vrai que ce livre est intéressant . J´avais même pensé en le lisant , qu´un écrivain français devrait faire la même chose avec la France : ))
      Merci pour le lien . J´ai offert à la bibliothèque n livre de A. Stringberg très bien traduit en français ,  » Au bord de la vaste mer  » , et même s´il n´est pas gai ( Auguste Stringberg était dépressif ) , c´est aussi un livre intéressant , avec du recul , car on comprend mieux la Suède , et la vie difficile des suédois autrefois . Et on parcourt toute la faune et la flore . Pour moi ,
      c´était génial ! La dame de la bibliothèque m´aurait embrassée quand je l´ai donné ! sourire .

      • Coucou Darie, ce site offre des extraits d’autres textes, mais on y navigue lentement.
        On connaît surtout « Mademoiselle Julie » de Strindberg ( dont l’oeuvre a beaucoup inspiré Ingmar Bergman). Liv Ullmann en a tiré un autre film en 2014..
        Ce poème sur le printemps est d’un ton optimiste.

    • Merci pour le site , Mareria , vous avez vu la taille de l´élan ? C´est plus haut qu´un cheval .
      Une femelle peut être très violente quand elle a des jeunes . Et en automne , les élans peuvent
      s´enivrer en mangeant des pommes . Celles-ci fermentent dans leur estomac , et ils sont ivres .
      Et là , ils foncent sur tout ce qui bouge , à moins qu´ils trouvent un réverbère , pour se tenir : )))

  5. Bonjour , vous avez mis vos pendules à l´heure ? Ce qu´on a gagné le matin , on l´a perdu le soir … Raisonnement oie-seux (hi-hi) , puisque la journée fait toujours 24 heures ….
    Un plateau de desserte avec un jeu de l´oie , cela a été mon premier achat quand je m´étais installée à Lille , après mes pérégrinations . Je l´ai toujours , pâlichon à force d´être utilisé , mais je l´aime bien . Il a amusé mes 2 filles , petites . Elles avançaient avec leur doigt , le long des cases . On s´amuse comme on veut , c´est le but des jeux .
     » La oie  » n´est pas un animal gentil , ça pince méchamment ! Surtout un jars en colère .
    La légende dit que monsieur de Fontenelle , enfant , a été pincé sur ses petits attributs par un jars en colère . Je ne retrouve pas la confirmation de l´anecdote sur wiki- ni sur ratoupedia ,
    c´est donc peut-être un autre écrivain . Mais c´est bien arrivé , car j´ai eu mal pour lui en lisant cela un jour …
    Pour le moment , les oies volent à plus de 200 mètres , on ne craint rien .
    Connaissez-vous  » Le merveilleux voyage de Nils Holgersson  » , par Selma Lagerlöf ?
    On découvre toute la Suède vu du ciel . J´ai lu ce livre longtemps avant de savoir que j´y habiterais ! Cela vaut la peine de le lire , ce n´est pas destiné spécialement aux enfants .
    Je regarde maintenant  » Le pomelo corse  » .
    Quelle belle couleur rosée ! J´attends de savoir s´il est bon …

  6. Un pas de l’ oie était fort célèbre en France, il y a de ça quelques années,
    mais ceux qui marchaient ainsi, ne se préoccupaient que fort peu du code
    de la route, ni d’ autres choses d’ ailleurs …

  7. Les oies, elles ont sauvées le Capitole à une époque lointaine,
    alors que Rome était envahie par les gaulois, c’ est qu’ elles
    sont plus efficaces que chiens, pour la garde, preuve en étant,
    Yvan Colonna, en avait autour de son refuge dans le maquis .

  8. L’ oie sauvage était le Nom du Yacht de John Ford, à bord duquel,
    il s’ en est pris bien des décisions concernant sa filmographie et
    ses amis, son Clan presque, irlandais surtout, y était accueilli et
    c’ était considéré comme un honneur que d’ y être, en ce temps
    là, celui des westerns et autres fictions de guerre .

    • Hello Yannick je ne savais pas cela, mais l’histoire de l’Oie nous emmène en mer c’est formidable. John Ford, une grande référence du cinéma américain, je ne saurais même pas dire combien j’ai vu de films de ce metteur en scène.

      • De sacrés classiques, il nous a laissé, cet homme et dans ses films,
        même les seconds rôles y étaient éblouissants, criants de vérité,
        comme les décors, les objets, même les sentiments y étaient humains,
        tout simplement, nul besoin d’ effets spéciaux , il y avait là une histoire
        et de la suivre suffisait à nous émouvoir, délicate projection en
        cinémascope …

  9. bonjour tous ..
    le grand jeu de société de l’oie un jeu folklorique humoristique tout en couleur qui donne de l’éclat aux soirées d’hiver devant le feu ardant de la haute cheminée le jeu de l’oie est un jeu bien confit pour s’amuser entre amis devant une tisane bien bouillante de laurier de thym et une tartifflette de saindoux , faut pas faire le canard pour jouer a ce jeu sinon ont finit en confit maison dans la cocotte avec les gnoumes des sous bois les champignons avec leurs tunique bien doreés , jeune je jouer a ce jeu ( il y avait de différente verssion de ce jeu ) les normales déssinées sur carton ou du nazisme ou les déssins était de la propagande nazie du Reich et d’hitler , tout était mis en place par l’état nazi et son ministère de l’Information , Ein furher était bien un vilain petit canard pire que picsou car il a voler des millions de vie , je pourrais en parler car j’ai connus ces années a berlin et vue ce petit homme droit dans sa mercedes décapotable défilé dans l’avenue ou je résidais , obligation de sortit avec chemise blanche et drapeau nazi , je sais pas si vous le savez l’armée allemande ( leurs pas se nomme le pas de l’oie ) , ils leurs manquer juste des plumes car leur chef se prenait pour un aigle ……GO!GO!

  10. La rue aux Ours, Paris IIIe arrondissement : « Notice écrite en 1864 : La rue aux Ours n’englobait pas encore l’ancienne rue Monconseil entre la rue Saint-Denis et la rue Montorgueil. Elle existait au XIIIe siècle entre les rues Saint-martin et Saint-Denis. La partie qui était comprise entre le boulevard de Sébastopol et la rue Saint-Denis est devenue en 1881 un tronçon de la rue Etienne Marcel. La rue aux Ours s’est appelée rue As Oues, aux Oues ou aux Oës. Origine du nom : Corruption du mot Oues (oies en vieux français) : des rôtisseries se trouvaient en grand nombre dans cette voie !………. « Les oies, à Rome, ont sauvé le Capitole ; à Paris, leurs états de service jettent moins d’éclat, beaucoup moins. N’ont-ils pas inspiré en masse les historiographes parisiens, qui nient généralement le droit direct et légitime des ours à la dédicacé d’une rue s’honorant de leur patronage ? La recherche de la paternité donne ainsi lieu à des subtilités qui, en droit, la font interdire. Que les oies aient été des oues, dans le langage du moyen-âge, quelle corruption innocente !

    Seulement nos pères, s’ils avaient confondu avec des quadrupèdes carnassiers d’utiles oiseaux de basse-cour, dont ils trouvaient la chair si savoureuse, faute de dindons et de poulardes ; nos pères auraient eu l’estomac plus cruellement ingrat que les uns et plus de simplicité que les autres : En vérité, les aïeux ont bon dos ! C’est sur eux-mêmes qu’on ose tirer à l’oie, afin de dire : « Prenez mon ours. » A notre tour, essayons d’expliquer, sans recourir au moyen extrême du quiproquo, comment la rue aux Oies passa aux Ours.

    Des rôtisseurs, des oiers (aucarii), peuplent originairement cette rue où-l’encuit-les-oes (vicus ubi coquuntur anseres), et c’est alors un lieu de rendez-vous hors de la ville pour les citadins, comme seront plus tard les Porcherons. Mais, dès le règne de Philippe-Auguste, pendant que Paris s’agrandit, embrassé d’une clôture nouvelle, les pelletiers commencent à dominer dans la même rue, et leurs enseignes ou leurs étalages modifient tout naturellement sa dénomination gastronomique, quand la dernière broche va faire plus loin ses évolutions appétissantes. »(Petite France pittoresque, Rue et Place)

    • Super !
      Et cela me rappelle l’ histoire de ce pauvre qui se régalait de pain au parfum de la volaille rôtie, assis contre une rôtisserie.
      Le commerçant lui fit un procès pour grivellerie.
      Le pauvre gagna en faisant tinter de la monnaie, « je me nourris des odeurs de la volaille, je vous paierai donc en bruit de pièces. »

  11. J´ai vu ce matin ma courte émission , PANAME , une des dernières intéressantes qu´ll reste sur mon « TV5 europe-monde » désormais ( réduit de moitié , et très mince aussi . Des séries en tous genres … misère ! comme dirait Monique … ) Bref , je regardais PANAME , sur les éditeurs du quartier Saint-Sulpice . Et que vois-je ? A détour d´une ruelle , une oie en pavés rouges , dessinée au milieu des pavés gris . Funny ! Isn´t ? Si vous déambulez dans ce quartier , il y a un jeu de l´oie pour piétons flâneurs …

  12. Dominique, à propos de monnaie, on va voir qu’il y a un lien entre ce mot et les oies! Yannick nous a rappelé ces braves oies du Capitole, qui, affectées à la garde du temple de Junon, ont fait peur aux Gaulois, en avertissant les gardes.
    Dès lors son temple s’appela « Juno Moneta » . Le verbe « monere », qui a une forme monitum », signifie avertir, conseiller ( d’où moniteur); c’est dans les dépendances du temple de Juno Moneta se trouvaient les ateliers de fabrication de la « monnaie », mot qui vient directement du qualificatif de Junon!,

  13. je n’y suis jamais aller mais j’ai déja entendu parler de la ville de l’oie en vendée , les gens se nomme les oyennes et oyens , oyé! oyé! brave gens de l’oie ne rester pas confits en vos demeures en anatidés venez faire un cygne en ce froid de canard , il faut faire attention a la saint-jean pour sauter par le feu il ne daut pas finir en oie cendrée il vaut mieux parfois faire la tête de l’oie barrée et aller voir ailleurs , il y a de belles légendes sur l’oie , les oies aphrodites d’égypte ( les oies de meïdoum) au fil des années péplum , a tiré comme des forcenées un char , les romains eux la belel oie était du culte de minerve de la religion romaine. par jupiter que fait minerve en haut de l’arbre devant le temple du mont coelius au nom de minerva capta. qui dit jupiter dit cuisse confite avec des pommes de terre avec du sel de guérande pour ne pas se faire enguirlander pour un plat cuisiné , par toutatis il faut pas oublier astérix sur un escargot alix qui fait la course avec belisama chevauchant une oie , ils sont fous ces gaulois , mafois en gaule avant le sanglier une bonne soupe aux pointes d’orties sauvages et escargots et une limace pour faire jolie , je suis pas du siècle d’auguste mais j’ai fait lecture des écritures sur l’oie gauloise et la tortue romaine ….avé césar ..je n’ai pas la clé du savoir juste de la mémoire , j’ai pas dans le profond de ma poche la clé de saint-pierre pour prendre en toute espoir un verssé portant le symbole du pouivoir spirituel en instant par un pouvoir temporel , mafois vous me voyez portant une tunique blanche avec une corde au bas du ventre a genoux devant un hotel tout la haut sur un nuage blanc a chanter a haute voix un non nobis dominé ….per il sole che c’infiamma, per la pioggia che ci sferza , per la lotta senza macchia e con prodezza , noi ti lodiamo , per la fame che tormenta, per la sete che dissecca , quando ci opprime le membra la stanchezza…..ti ringraziamo.. non de diou de non de diou vaut mieux finir au centre d’une arene a combatre un centaure que finir en croyant …nan! nan ! nan !…..a plus je file au foyer …bises ..GO!GO!

    ps…un peu de latin …c’est juste pour doner faim …c’est fin ..hein!!!!!

  14. On l’a bien vu avec l’anecdote de la Rue aux Ours et le mot ocaludophile, oie vient de l’ancien français oe, oue, issu du latin tardif auca, de même sens, dérivé du latin classique avis, oiseau.
     » Auca serait une contraction de *avica, dérivé de avis, « oiseau ». La forme oie est régionale, la forme normale en ancien français étant oue. Cette origine se retrouve également dans l’italien et le catalan Oca ainsi qu’en gascon auca alors que l’ensemble des dénominations des langues indo-européennes dont le latin classique, anser dérive d’un terme indo-européen originel spécifique *ghans (que l’on retrouve dans le sanskrit Hamsa) » cf die Gans, goose etc.

  15. On ne doit pas tuer la poule aux œufs d´or ,
    -L´OIE AUX ŒUFS D´OR – non plus !
    Hermès avait un adorateur zélé, qu’il gratifia d’une oie aux œufs d’or. Mais l’homme ne sut se contenter de cette rente trop modeste ; croyant que son oie avait des entrailles toutes d’or, il n’hésita pas à l’immoler. C’est ainsi qu’il ne fut pas seulement trompé dans son attente, mais privé de ses œufs – car dans son oie, il ne trouva que de la chair.
    De même, il arrive souvent que les gens cupides, à vouloir toujours plus, perdent même ce qu’ils possèdent.
    Fable d´Esope , dont Jean de la Fontaine s´est inspiré ( ou a plagié ?… )
    Maintenant , place aux artistes ….

    Ils se sont inspirés du grand Fabergé . Ah la la … mon royaume ( de Suède : ) pour un œuf !

      • Ou un petit œuf de caille ? hi-hi … C´est pas la fable de Basile , qui change un œuf d´oie ,
        contre un œuf de poule , puis de caille , et qui se retrouve sans rien ?… rire .
        Pov´Basile … Quand j´avais envisagé d´appeler mon fils 2 , Basile , ma mère m´a racontée
        l´histoire de Basile , pas malin , qui perd son bien à force de donner plus qu´il ne doit : ))
        Pas de Basile dans la famille !

      • Je devais sans doute aimer les prénoms russes , et les 3/4 de la famille en portent . Je m´en suis rendue compte après coup : )) Basile est d´ailleurs très Rrrussse !

      • Darie, Basile, c’est le roi ( prénom issu du grec ancien Basileus (Βασιλεύς), qui signifie roi), et on avait déjà évoqué Cyrille, d’origine grecque; il provient de Kyrillos, dérivé de Kyrios, « seigneur»; Kyrie est à la fois du grec ancien Κύριε, Seigneur ( quand on s’adresse à lui), et du grec moderne ( même cas de figure): Monsieur!
        A la messe, Κύριε ἐλέησον, Kyrie eleison, est du grec anciensignifiant  » Seigneur, prends pitié ».
        Bonjour, monsieur se dit: Καλημέρα,Κύριε,

      • L’histoire raconte que six Giovannali, membres d’une secte qui avait été déclarée
        hérétique en Corse, du temps des Cathares en France y furent brulés vifs en 1353,
        sur ordre du Pape .
        Au cours du supplice, les Giovannali implorèrent le seigneur en invoquant :
         » Christe Eleison, Kyrie Eleison  »
        Les montagnes qui en répercutèrent l’écho en ont gardé le nom .
        Le village de Ghisoni en a hérité .

  16. Et qui connait l’ oiseau, sinon le viking, hein ?
    D’ ailleurs en ces Pays, ils font même des couettes en plumes d’ oie,
    m’ a certifié Darie et elles tiennent chaud même aux doigts !

  17. Certo, de même que les doudounes!
    A propos du foie gras, sujet qui peut fâcher, il paraît que le gavage est pratiqué depuis l’antiquité par les Egyptiens. Le poète grec Cratinos l’évoque au Ve siècle av. J.-C.
    « La pratique s’est poursuivie sous l’Empire romain. Pline l’Ancien évoque le gavage d’oies à l’aide de figues séchées. Au IVe siècle, le » De re coquinaria » d’Apicius donne sa première recette. Le foie produit s’appelait « Jecur ficatum »,  » foie aux figues ». Les anciens ne conservèrent que le terme ficatum ou figue pour sa dénomination, ce qui donna la forme figido au VIIIe siècle, puis fedie, feie au XIIe et finalement « foie ». Toutefois, cette racine ne se retrouve qu’en français, italien, portugais, espagnol et roumain. »
    Donc en résumé, foie < figue, fruit qui servait au gavage des oies.
    Ce site est détaillé: http://www.aeud.fr/L-origine-africaine-du-foie-gras.html

  18. Yannick , quand je dors , je rentre aussi les doigts sous la couette ! Vous êtes dans la confidence , et gardez cela pour vous : ))
    Vous avez toujours les 2 pieds dans la peau de feu la marmotte de la série IV ?

    • Hééééééé … les fifilles, savez pas ??????????????
      Darie, si si, même les menottes elle rentre sous la couuuueeeetttteeeee !
      CHTUP, cela reste entre nous, OOOOKKKKKKK ?
      Et figurez vous, la marmotte, elle siffle toujours, mais depuis elle est à la maison,
      car elle s’ était enrhumé devant le volant !

      • C´est la marmotte qui conduit ? Bonne idée … Cela va faire rire la maréchaussée au prochain contrôle . Mais cooollll , de nos jours , on fait un peu ce que l´on veut .
        A condition de ne pas dépasser la vitesse autorisée . Là-dessus , on ne transige pas :
        70 km/h , c´est 70 km/h . Pas 71 ! Sinon , boommm !

      • Jamais elle n’ a conduit, même si le papier alu dans le chocolat,
        elle sait le glisser, elle se prélassait, se laissant bercer par les
        petits bruits inérant à la Série IV, de ceux qui m’ empêchent de
        lui mettre un auto radio et puis un jour, elle s’ est enrhumée,
        vous disais et a voulu retourner à la maison, c’ est qu’ elle a
        un drôle de caractère elle aussi, savez vous Darie ?

  19. Parlons festivités, bientôt les fêtes de fin d’année et la grande bouffe ! d’abord les petits toasts briochés, le bon vieux Sauternes, un peu d’airelles, quelques figues violettes le sel, le poivre et le foie gras mais, et c’est là que je plombe, avez-vous vu le gavage d’une oie…. je vous fais grâce des gavage à la chaîne, je vous donne celle en douceur presque maternelle, imaginez un sort pareil ? voici une minute d’absolue culpabilité :

  20. L’oie a une mauvaise réputation, elle serait bête et en plus elle se dandine, mais les oies sont intelligentes, la preuve.

    « Le renard et les oies Jacob et Wilhelm (frères) Grimm

    Un jour qu’il rôdait selon sa coutume, maître renard arriva dans une prairie où une troupe de belles oies bien grasses se prélassait au soleil.
    A cette vue, notre chercheur d’aventures poussa un éclat de rire effrayant, et s’écria :
    – En vérité, je ne pouvais venir plus à propos ! vous voilà alignées d’une façon si commode, que je n’aurai guère besoin de me déranger pour vous croquer l’une après l’autre.
    A ces mots, les oies épouvantées poussèrent des cris lamentables et supplièrent le renard de vouloir bien se laisser toucher et de ne point leur ôter la vie.
    Elles eurent beau dire et beau faire, maître renard resta inébranlable.
    – Il n’y a pas de grâce possible, répondit-il, votre dernière heure a sonné.
    Cet arrêt cruel donna de l’esprit à l’une des oies qui, prenant la parole au nom de la troupe :
    – Puisqu’il nous faut, dit-elle, renoncer aux douces voluptés des prés et des eaux, soyez assez généreux pour nous accorder la dernière faveur qu’on ne refuse jamais à ceux qui doivent mourir ; promettez de ne nous ôter la vie que lorsque nous aurons achevé notre prière ; ce devoir accompli, nous nous mettrons sur une ligne, de façon à ce que vous puissiez dévorer successivement les plus grasses d’entre nous.
    – J’y consens, répondit le renard; votre demande est trop juste pour n’être point accueillie : commencez donc votre prière ; j’attendrai qu’elle soit finie.
    Aussitôt, une des oies entonna une interminable prière, un peu monotone à la vérité, car elle ne cessait de dire : caa-caa-caa. Et comme, dans son zèle, la pauvre bête ne s’interrompait jamais, la seconde oie entonna le même refrain, puis la troisième, puis la quatrième, puis enfin toute la troupe, de sorte qu’il n’y eut bientôt plus qu’un concert de caa-caa-caa !
    Et maître renard qui avait donné sa parole, dut attendre qu’elles eussent fini leur caquetage.
    Nous devrons faire comme lui pour connaître la suite de ce conte. Par malheur, les oies caquettent encore toujours, d’où je conclus qu’elles ne sont pas aussi bêtes qu’on veut bien le dire. « 

  21. Les potes, la nouvelle heure ne me sied pas, voilà que cette heure en plus m’agresse vers 14h30 et j’ai une irrépressible envie de dormir. Je vais donc me secouer, pas question de couette ni de duvet d’oie, je vais ratisser les feuilles mortes. A plus.

  22. Dominique, euh… de la merde de crabe je ne connais pas mais je connais celle du tourteau, quand on gratte la tête et qu’on arrive avec une purée jaune écoeurante, juste à côté de la purée orange, le tourteau un tourment de la mer ! le poupard, plus connu des gastronomes sous le nom de tourteau et parfois aussi appelé crabe-de-lune ou poing-clos ou clos-poing, ou encore ouvet, a pour nom scientifique Cancer pagurus » comment avoir de l’appétit après tout cela ?

    • Simple, délicate dégustation, en se faisant une langouste cap corsine,
      ou un homard breton à queue bleue, c’ est tout propre et surtout,
      c’ est tout bon, la première grillée avec son corail en fine sauce,
      le second avec une mayonnaise maison !
      Pour le dessert, un sorbet mandarine agrémenté de son impériale .
      Quant au vin, pour l’ insulaire, un Clos Nicrosi frais, pour le breton
      un petit Sancerre de derrière les fagots !
      Miiinncceee, j’ ai la dalle à la sortie de la sieste !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  23. Et on dit que le latin est une langue morte … qu´il empêche les jeunes de se consacrer à autre matière plus actuelle … Mareria , vous me voyez coite de tout ce que vous nous apprenez .
    J´abuse de votre temps peut-être ( sourire ) , mais l´arbuste ficus , est-il apparenté au figuier ?

    • Darie, je suis toute ouïe, et viens d’aller regarder: le ficus < du latin ficus, figuier , ( et comme tous les noms d'arbres, féminin, donc on dit par exemple Ficus microcarpa, Ficus benjamina).
      La raison de ce nom: " Plante du genre Ficus de la famille des Moraceae, représenté par des arbres, des arbustes ou des lianes, plantes tropicales, dont les inflorescences et infrutescences sont des sycones ou figues."
      Ficus lui-même < l’indo-européen commun *bʰeikos qui a également donné σῦκον, sûkon en grec ancien. En grec moderne, figuier se dit συϰια, sykia.
      Et, scoop, je découvre que la figue n'est pas un fruit:." Pour être plus précis, la figue n'est pas un fruit au sens botanique du terme. Il s'agit en fait d'un réceptacle charnu, le synconium, qui contient les fleurs et, à maturité, une infrutescence d'akènes éparpillés dans une pulpe comestible." Mais c'est quand même bien bon, n'est-il pas?

      • Whouah ( oie phonétiquement ) , c´est bien un scoop . On la mange quand même , et avec plaisir . Et le sycomore est donc un arbre donc les  » feuilles ressemblent aux feuilles de figuier « ,
        me souffle wiki à l´oreille .

      • Je ne me rappelais plus à quoi ressemble le sycomore; il me fait un peu penser au tulipier de Virginie.
        Mais en corse, il est appelé capificu , sciaràbulu : est-ce vrai, Yannick??

  24. euh… pas très ragoutant ces descriptions multicolores … D´ailleurs , quand on les mélange toutes ( les enfants ont tous fait cela ) , cela donne une couleur indéfinissable , ou plutôt , une couleur qui n´ose pas dire son nom , et pour cause : ))

  25. Mon dieu, mais cette belle page finit dans la m…. cette pauvre oie si blanche finit en pattes d’oie ! personne pour parler des rillettes ? ah, les rillettes d’oie enfin toutes les rillettes et vous avez lu, un certain journal veut nous empêcher de consommer des charcuteries, du porc et même de la viande rouge ? à quand les tickets de rationnement, pas plus de 100gr de viande par personne et par semaine ? mais c’est le bagne dans ce b… d… de pays ! j’ai déjà fort à faire avec certains membres de la famille qui sont végétariens mais ils bavent devant une terrine, un pâté de canard, bref des carnassiers contrariés ! et ils nous traitent d’anthropophages, moi je les traite de croque racines, de pissenlits avant l »heure… « mais vous reprendrez bien un petit trognon » !!! depuis, motus et bouche cousue, foi d’oie, on n’aborde plus le sujet.
    Le verbe « merdoyer » a sa conjugaison… populairement cela veut dire s’empêtrer dans ses réponses, « merdoyer dans son devoir » ….bien sûr, l’imparfait du subjonctif devient difficile alors que nous merdoyassions ensemble !

  26. les oies n’ont pas d’oreilles et pourtant elle entend très bien , c’est de bon soldat pour monter la garde , j’ai souvant vue jeune des oies au camp xa Trái đất (terre lointaine ) au Laos comme sentinelle de nuit , personne ne s’approche sans qu’elel cries et réveille tout le camp , les oies ne sont pas comme les anciens siffleur du mékong aucuns dérèglements chroniques comme chez les personnes âgées avec toujours la même phrase , il a dit quoi? , souvent a la suite d’une demande c’est pas de la palilalie comme dans certain mode poétique hein ! hein ! hein , hein ! , l’oie entend mieux que l’homme c’est le chien chein oiseaux a plumes , il lui manque jsute la trivariance visuelle comme chez l’humain de la terre , vous savez bien comme moi que l’humain de la planete terre c’est juste a partir de 3 couleurs de base le rouge le vert le bleu que les yeux et le cerveau reconstitue toutes les couleurs du spectre visible par nois les gnoumes , toutes coulmeurs lumineuse qui arrive a notre oeil se résume a 3 couleurs nos nerfs sont de vrai plaettes de couleurs a la picasso , ce sont des visions polychromatiques a trois proportions différentes de nuances de spectre visible par nous humains , vous savez comme moi que l’oeil,ne possède qu’un petit nombre fort limité de capteurs , cela se nomme des bâtonnets,ils sont très sensibles a toute différente intensité lumineuse qui nous donnent une image seulement en noir et blanc, nous possédons des cônes peintre de la vision pour les couleurs , nous avons dans les yeux que trois types de cônes différents , chaque cône a un pic de sensibilité de couleur , le premier le bleu-violet , le second le vert et le toisième le jaune-vert , bâtonnets s’informe d’une intensité de couleur de trois paramètres différencié par nos trois cônes qui perçoivent différament la lumière , vous aimez les spectres houuu ! houuuu! qui vois tout d’une même couleur qui renvois dans le toutim dans ,os trois types de cônes, pour vous faires simple , nos trois couleurs de base bleu, rouge et vert que nos bâtonnets bien informés renvois a nos cônes en vrac a la queue leu-leu , nos cônes malin comme des singes avec des feutres colors notre vision ( pour f aire simple ) en proportions dites variables , la gamme des réactions de couleur que nos trois types de cônes par la lumière reçue comme le bleu d’intensité( IB )plus le rouge d’intensité (IR ) plus le vert d’intensité (IV) réagis par la lumière et transforme votre vision en couleur différentes ,les couleurs IB, IR et IV mélangès dans nos cônes nous donnes la vision et les couleurs d’un arc en ciel ; c’est comme une machine qui mélange trois sortes de couleurs pour en sortir a l’nfinit selon les lumières des spectres , c’est assez simple en somme , bon rien a voir avec l’ouïe de l’oie et encore mopins avec le jeu de l’oie , mais comme le canard je sais fort bien nager et marcher au pas de l’oie aussi , et surtout n’oublier jamais non jamais , qui comme l’enfant j’ai un sens de développement de mes sens qui me font naître a chaque matin et grandir dans le savoir dans la vue , le toucher , l’odorat et surtout le dernier le goût , je sais , je sais je suis un casse-bonbon avec mes postes qui traînent en longueur , mais je connais sur l’oie surtout quand elle ne bat plus du bec avec des pommes de terre et des champignons et un verre de vin rouge …..bises a tout le monde .. douche et une partie de dames pas d’oie … l’hiver au coin du feu quand il fait un froid de canard …GO!GO!

  27. Pas la moindre rillette à se mettre sous la dent, pas la moindre terrine, pas le moindre pâté, rien ! c’est pas le tout d’affamer les populations et de nous mettre l’eau à la bouche mais il faudrait assurer le service.. voyons, des pâtes au (faux) beurre, un filet de limande, foi d’oie on ne va pa festoyer avec un repas d’hôpital….en plus vous avez vu, il fait nuit à 18 heure ! non, de quoi déprimer !
    Darie, que vois-je en l’air, un immense nuage noir qui se déplace à la verticale, très très haut dans le ciel, impossible encore une fois de savoir quelles espèces de migrateurs . Ce sont les armadas du ciel, on ne les reverra que dans cinq mois….

      • On ne peut parler d’étourneaux sans que je ne revive un souvenir très précis à la gare de Rome.. Lors de la phase retour de l’échange scolaire avec « notre » ville Castellammare di Stabia: changement de train à Rome pour prendre le Palatino, Rome- Paris, à 19h 23; 34 élèves, 4 adultes: sur le quai,un petit panneau annonçait: « sciopero », grève ( un des 1ers mots appris au cours d’italien, d’où un fou rire qui n’a pas duré)….Et, après une soirée de démarches, l’IMA ( assurance) nous a trouvé un hôtel hors de Rome( l’auberge a eu des places le lendemain) et a fait venir des taxis..A une heure du matin, des nuées noires d’étourneaux survolaient les abords de la stazione Termini…L’écrivain Pierre- Jean Rémy en parle souvent, en particulier dans « Aria di Roma ».. (Les élèves avaient eu le droit à ce texte en dictée !).
        La grève a duré 2 jours et 2 nuits, sans qu’on puisse le savoir vraiment; les aventures ne faisaient que commencer….

  28. Oui, il y a les pattes d’oie de la joie, on peut aussi botoxer la joie, c’est-à-dire la réprimer, la joie doit être discrète ! connaissez-vous les oies de Meïdoum elles sont magnifiques, de vraies stars. Tiens papy, les oies n’ont pas d’oreilles ? ça alors mais alors elles entendent par où ? voilà que j’ai des doutes !

  29. Voici l’extrait d’Aria di Roma: je l’ai recopié, car il y a la main…P_J Rémy arrivait à Rome pour prendre ses fonctions à la Villa Medicis:
    « Une belle soirée en vérité. Le soleil était déjà presque couché et le ciel était traversé de longues lueurs orangées, fluides et rougeoyantes, qui jaunissaient pour frôler un vert étrangement pâle à mesure que l’on se rapprochait de l’horizon. Là, en une seule ligne, se découpaient des coupoles. Au-dessus, les derniers vols d’étourneaux. J’ai pensé: les étourneaux, c’est vrai ! Je savais que je les suivrais à nouveau dans le ciel, ces nuages vivants qui deviennent hélices, courbes, ces lentes formes ondulantes, qui, de si loin, ressemblaient à des fumées peu à peu diluées dans l’air. Les larmes aux yeux: ce n’étaient point ces coupoles et ces campaniles ni même une première cloche dans le soir et ces nuées d’oiseaux fous et si lents qui me bouleversaient, mais la certitude si fortement ancrée en moi que, pendant des semaines , pendant des mois, je pourrais désormais les contempler chaque soir: j’étais arrivé, et c’était cette fois pour de bon, et j’allais vivre à Rome »

  30. Non, pas l’héliotrope ! on va jouer à l’oie des petits papiers, chacun dit son thème et si deux thèmes sont identiques, c’est la majorité qui l’emporte … euh, oui, on n’est pas assez nombreux en plus certains sont déjà couchés alors !! il reste les fruits exotiques dont on n’a jamais entendu parler, le Ramboutan, le Durian, le Concombre africain ou Melon à cornes, le Aké ou Aki, la Main de Bouddha, le Fruit délicieux ou Monstera deliciosa, le ou la Chayote, le Chérimole, le Salak, le Fruit du dragon ou Pitaya, rien que de les admirer et on est transporté ailleurs.
    C’est l’anniversaire de la naissance de James Cook, papy c’est à toi, tu le cites souvent. Demain je me lève aux aurores !! Bonne fin de soirée à tous.

  31. Je regarde sur arte ( télé à la demande) la série des dernières émissions « GOÛTS ET SAVEURS D’ISRAËL » Une étape dans un kiboutz producteur de dattes dans le désert du Néguev; puis les monts de Judée avec un ancien scientifique reconverti depuis plus de 40 ans en production de fromages de ses chèvres; il en conserve certains plusieurs années;plus loin, le village de Nataf avec un restaurant gastronomique ouvert voici 20 ans par une ancienne danseuse adepte du yoga, Rama. Son mari a fabriqué la vaisselle et le mobilier en bois. La gastronomie du chef associe rusticité et sophistication, en utilisant les herbes du jardin. Au menu des produits locaux et de saison. Ce jour, du poisson de Jaffa, mariné au pesto, cuit sur un lit d’herbes, avec des oignons caramélisés. Le restaurant sert aussi des « plats palestiniens ». Au pressoir, la propriétaire presse ses fruits, les olives… » Tout est résumé sur ce site http://www.veroniquechemla.info/2015/10/gout-et-saveurs-disrael-par-mica.html
    Peut-être que Dominique va trouver le mot de demain?
    J’y retourne!

  32. Que penser de cette campagne qui est faite, subitement, y compris sur les chaînes TV, autour de la viande à proscrire, à bannir de notre alimentation. Qu’est-ce qui se cache derrière cette campagne d’interdits, et que penser quand on lit « il y de la viande au menu de toutes les cantines », par déduction, il ne faudrait pas qu’il y en ait à la cantine. Un autre article accusateur « qui mange « encore » de la viande aujourd’hui » ?
    Il y a des moments, et c’est valable dans tous les domaines, où en faire trop parait suspect ! il y a une raison politique à l’évidence, car on se fout pas mal de nos santés, comme le dit un internaute « il faut bien mourir de quelque chose ». Je n’ai rien contre les végétariens ou alors c’est pour rire, mais de grâce qu’on ne culpabilise pas ceux qui aiment la viande, l’homme est un carnivore par nature, pour survivre il tuait des animaux il ne plantait pas des carottes. Nous sommes entourés d’interdits censés nuire à notre santé et d’un autre côté on ouvre des salles de shoot, allez donc comprendre. Bon, ça va mieux et bonne nuit.

  33. Monique , le ramboutan ne m´a pas laissée un bon souvenir , mais le mangoustan est un délice.
    On dirait une mandarine blanche dans une épaisse bogue . Cela vaut la peine de le goûter .
    Bonne soirée , toujours pas d´aurore boréale en vue . Je vais consulter les augures , et voir si les oies arrivent de dextre ou de senestre , pour connaitre l´avenir . L´aurore boréale est la photo du générique de notre chaine 2 , une consolation … Buena notte .

      • Peut-être que les boutiques spécialisées  » exotiques  » . Le cherimole ( je dis cherimoya )
        vaut la peine d´être goûté , mais surtout les mangoustans ( éviter de toucher la bogue très amère ) . Les ramboutans ressemblent aux litchis d´aspect , mais beaucoup moins bons .
        Chaque soir , je regarde le ciel , en vain …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s