Mi Figue

…mi raisin , Luis Melendez Illustre  de son talent la vedette du jour, 28 octobre, la Figue.  

image

Publicités

68 réflexions sur “Mi Figue

  1. Bonjour, il pleut, ni mi figue ni mi raisin, il tombe vraiment de l’eau mais dans la douceur !

    Un petit poème d’une personne qui a un très joli blog , Vette de Fonclare :

    « C’est un très vieux figuier au fond de la garrigue,
    Tordu comme un sarment, torturé par le temps.
    Il a piètre figure, mais il y a ses figues :
    Piriformes et bleues, si tendres sous la dent,

    Des délices sucrées et molles croustillant
    De leurs petits pépins craquillant de soleil !
    De gros fruits délicieux que l’arbre agonisant
    Rend toujours plus exquis ; dont nul ne s’émerveille !

    Il sait qu’il va mourir ! Il est tellement vieux !
    Il naquit sur la lande il y a très longtemps,
    Quand les hommes croyaient en de multiples dieux
    Et que ce coin perdu était encor un champ.

    Ces fruits sont ses derniers ; bientôt ses grosses feuilles
    Vont tomber sur le sol une dernière fois.
    Son tronc tout biscornu et que septembre effeuille
    Ne sera bientôt plus qu’une sculpture en bois »

    Je n’ai pas le nom de l’auteur !… et dans l’éloge de l’arbre, voici celle du figuier :

    Le figuier

    Ce poème commence en été,

    les branches du figuier qui effleurent

    la terre m’avaient invité à m’allonger

    dans son ombre. En elle

    je me réfugiais comme au creux d’un fleuve.

    Ma mère se fâchait : l’ombre

    du figuier est funeste, disait-elle.

    Je n’en croyais rien, je savais bien

    comme leurs fruits luisaient mûrs

    et fendus offerts aux dents matinales.

    Là j’ai attendu toutes ces choses

    peuplant les rêves. Une flûte

    lointaine jouait dans une églogue

    tout juste lue. La poésie caressait

    mon corps en éveil jusqu’à l’os,

    elle me cherchait avec une telle évidence

    que je souffrais de ne pouvoir lui donner

    de forme : bras, jambes, yeux ou lèvres.

    Mais sous ce ciel vert du mois d’août

    elle me caressait seulement, et s’en allait.

    (Eugenio de Andrade)
    Les lieux du feu
    Traduit du portugais par Michel Chandeigne
    L’Escampette, 2001

    Il nous reste aussi « La figue » de Francis Ponge, mais je n’adhère pas. C’est l’heure du thé à plus.

    • Ĺ’ heure du thé, Hello Monique, un maçon vous aurait-il fait lever ?
      Ici, pluie humide, vous voyez ce que je veux dire.
      Je suis dingue de figues bien mûres, ne jamais me laisser seule à portée d’ un compotier.
      Merci pour ces textes à la figue.
      PS : je n’ ai jamais compris de quoi avait
      l’ air les fleurs dans la figue…

      • Bonjour l’amie Dominique, c’est effectivement le maçon qui me fait lever à une heure matinale, mais il est jeune et beau, alors je peux le regarder à travers les triples vitrages !! j’adore les figues, je ne sais pas m’arrêter, je les mange fraîches ou sèches, mais toute l’année. Par contre je trouve que les confitures de figue sont assez fades.. je ne connais pas non plus les fleurs de figues ??? la figue se présente d’abord comme un petit bourgeon puis elle grossit, je n’ai jamais vu de fleur mais je ne possède pas de figuier, impossible ici dans le Nord.
        Voici une poétesse qui n’est pas connue, Odette TRELELAT-LEGAY (1920-1940) une promenade avec elle pour respirer les parfums que nous n’avons pas :

        « Les odeurs de là-bas

        Sens-tu le frais parfum de la blanche anisette
        Dans le verre embué ? Et celui des brochettes
        Aux portes des cafés ? De là bas c’est l’odeur.
        Me voici transportée sous l’oranger en fleurs
        Des souvenirs, soudain, s’ouvre tout grand le livre
        Quand toutes ces senteurs se mettent à revivre,
        C’est un ciel éclatant d’azur et de vermeil
        Une mer d’émail bleu ondulant au soleil
        C’est la vigne naissant au sein des terres rouges
        C’est midi si brûlant que l’ombre seule bouge
        C’est l’ardente clarté courbant les floraisons
        C’est la chaleur, la plage; c’est notre maison.
        Respire à pleins poumons cette odeur généreuse
        Et vois le bourricot sur la route poudreuse
        Qui trotte résigné, chargé de lourds paniers
        Qui lui battent les flancs. Retrouve les palmiers
        Aux écailles brunies dont la houppe balance
        Dans les cieux en fusion la verte nonchalance
        Qui, respire bien fort les parfums de là bas
        Et tu verras alors, emplissant les cabas
        En tunique de sang, la tomate pulpeuse
        L’orange ensoleillée et la grappe juteuse
        Tu sentiras l’odeur des couscous épicés,
        Des paëllas fumantes, des piments grillés,
        Et l’arôme fruité de notre huile d’olive
        La fragrance salée du rouget, de la vive
        De la dorade rose au bout de l’hameçon
        Dont on se mijotait des soupes de poissons
        Vois les figues sucrées emplissant la corbeille
        Près desquelles tournoient les friandes abeilles
        Délaissant le jasmin langoureux, obsédant.
        Nous mordions dans la vie, ensemble, à pleines dents
        C’était la joie, le rire, c’était le bonheur !
        Le passé contenu dans ces fortes senteurs
        C’était les temps heureux, c’était notre richesse…
        Car l’odeur de là bas, c’était notre jeunesse ! »

      • Vous êtes sacrément calée sur les femmes poètes !
        Monique, ATTENTION, 100g de figues sèches font 250kcal !!!
        Les fraîches, la moitié, mais il est vrai
        qu’ elles sont excellentes pour la santé à de multiples égards. ( c’ est bien dit, hein)

      • Dominique, je viens de manger trois figues délicieuses, heureusement j’ai été prudente, je n’ai que acheté six figues! soleil et douceur

  2. Hello has all morning people….

    une journée mi figue – mi raisin rien de bon et de mauvais avec une pointe de grimace de diable et sourire d’ange sous un ciel bleu remplis de nuages gris que le vent du sud pousse vers le nord , j’ai pas la peau basanée d’un sarrazin qui déguste du matin des figues berbères du maghreb ou la peau blafarde du bon roi rené Ier d’anjou enjoué de naples a la sicile et au pied d’un moulin en provence pour montrer ma bouille ronde comme un raisin , me voila endormis voir mortifus a persister a rester mort en bon roi rené dans le frid glaciale de la cathédrale d’angers , je sais que le dit mot sarazain vient du mot sarrazain qui vient de la peau marron des mores , les dit mores ou maures du temps médièvale et leurs conquêtes arabo-musulmanes du viie siècle, sous le sordres d’une forte intélligence au combat le général berbère tariq ibn zyad a conquérit l’espagne sous le surnom de al andalus pour importer la prière a genoux sous l’aire de l’espagne musilmane , de nos jours la conquête arabo-musulmanes a commencer en 1964 après les accords sur l’indépendance de l’algérie et les accords d’évian signés le 18 mars 1962, les premiers grisounets arrivent en france pour travailler malgré leurs pays indépendant après un siècle d’occupation coloniale par la france … merci mon général pour cette exode de ces habitants d’origine d’algérie , pour ceux qui ne comprennent pas. je ne parle pas des francais d’algérie non plus des harkis servant dans les troupes françaises abandonnés a leurs sort par le mème général , la majorité de ces harkis était en indochine dans l’armée coloniale entre 1948 a 1954 , j’ai donc bien citer ceux qui ont la peau de figues d’oran venus comme un ouragan et depuis ne portes pas de gants ………GO!GO!

    • Bonjour papy, ceux qui sont partis, ceux qui ont tout quitté, qui ont tout perdu, ont écrit magnifiquement :

       » Rêverie à Oran

      Quand mon coeur est en peine, c’est là que je reviens,
      Blottie dans la senteur tiède du figuier,
      Je retrouve ta voix cristal dans les palmiers,
      Comète zigzagant au milieu des jasmins.

      L’étoile dans l’oreille, je baisse ma paupière
      Et vois tes yeux profonds, berceau de mon azur,
      Elixir de saphirs sur l’onde la plus pure ;
      Leurs grains de sable d’or sont ma dune où j’espère.

      Quand mon rêve est en peine, je vogue sur la mer,
      La cadence est magique, les vagues ne rient plus.
      Mes songes enfantins qui ne s’amusent plus,
      Sont à demi figés dans la vapeur amère.

      Suprême est mon émoi quand l’écume fait rage,
      Déchaînant ma mémoire en ses secrets recoins ;
      Il ressurgit alors, découvrant le rivage,
      Des écrits d’autrefois aux airs proches, et lointains.

      Tout mon sang est grisé sur la plage en ivresse,
      Il se gorge d’anis tout ambré de cannelle,
      S’enivre de vin doux muscat et citronnelle,
      Mes yeux sont suspendus sur leur songe en détresse.

      Je ne peux séparer la mer de mon breuvage,
      Onirique boisson qui fait danser l’enfance.
      D’une plage rêvée qui nourrit ma démence,
      Je ne peux oublier mon lancinant servage. »

      Nelly CHAMART est une contemporaine, elle écrit dans  » Oran, Mémoire du temps jadis ».

  3. Une autre poétesse, un autre registre avec la figue :

    « Sylvia Plath est une poétesse et écrivaine américaine née en 1932 et décédée en 1963. A travers son roman autobiographique « La cloche de détresse » nous explique sa descente aux enfers (voir sa biographie) un extrait :

    http://www.lecture-ecriture.com/5034-La-cloche-de-détresse-Sylvia-Plath

     » Je me sentais comme un cheval de course dans un monde dépourvu d’hippodromes, ou un champion de football universitaire parachuté à Wall Street dans un costume d’homme d’affaires, ses jours de gloire réduits à une petite coupe en or posée sur sa cheminée avec une date gravée dessus, comme sur une pierre tombale. Je voyais ma vie se ramifier devant mes yeux comme le figuier de l’histoire. Au bout de chaque branche, comme une grosse figue violacée, fleurissait un avenir merveilleux. Une figue représentait un mari, un foyer heureux avec des enfants, une autre figue était une poétesse célèbre, une autre un brillant professeur et encore une autre, la rédactrice en chef célèbre, toujours une autre l’Europe, l’Afrique, l’Amérique du Sud, une autre figue représentait Constantin, Socrate, Attila, un tas d’autres amants aux noms étranges et aux professions extraordinaires, il y avait encore une figue championne olympique et bien d’autres figues au-dessus que je ne distinguais même pas. Je me voyais assise sur la fourche d’un figuier, mourant de faim, simplement parce que je ne parvenais pas à choisir quelle figue j’allais manger. Je les voulais toutes, seulement en choisir une signifiait perdre toutes les autres, et assise là, incapable de me décider, les figues commençaient à pourrir, à noircir et une à une elles éclataient entre mes pieds sur le sol.» … dépressive, elle se suicide à 32 ans.

  4. Bonjour! je viens de relire les poèmes sur le figuier qui parsèment les vues de l’esprit…Nous avons aussi pratiqué l’art de la figue avant-hier, du moins pour l’origine du mot ( il existe tout un ouvrage qui établit un parallèle entre La Figue de Francis Ponge et l’Art de la fugue de Bach…)
    Le site de Rungisinternational est plein d’enseignements sur ce non-fruit! fruit biblique, gréco-romain etc http://www.rungisinternational.com/fr/bleu/produits_saison/fruits/figue.asp
    Voici des extraits d’ un texte d’ Octavio Paz, « Le Figuier » in Liberté sur parole (Gallimard):
    « A Mixcoac, ville aux lèvres brûlées, seul le figuier annonce les changements de saison. Le figuier, six mois vêtu de vert sonore, les six autres ravagé, carbonisé par le soleil d’été.
    Enfermé entre quatre murs (au nord, le cristal du non-savoir, paysage à inventer; au sud, la mémoire sillonnée; à l’est, le miroir; à l’ouest, la pierre et le chant du silence), j’écrivais des messages sans réponse, détruits à peine signés.(…)
    Les jours de calme, le figuier était une caravelle de jade pétrifiée, qui se balançait imperceptiblement, attachée à un mur noir qu’éclaboussait de vert la marée du printemps. Mais lorsque soufflait le vent de mars, elle se frayait, ses vertes voiles gonflées, un passage à travers la lumière et les nuages. Je grimpais à la cime, et ma tête émergeait d’entre les grandes feuilles, picorée par les oiseaux, couronnée de prophéties.

    Lire mon destin dans les lignes d’une feuille de figuier !

    Je te promets des luttes et un grand combat solitaire contre un être sans corps. Je te promets une course de taureaux et une blessure et une ovation. Je te promets le chœur des amis, la chute du tyran et l’écroulement de l’horizon. Je te promets l’exil et le désert, la soif et la foudre qui coupe en deux le rocher: je te promets le jet d’eau. Je te promets la plaie et les lèvres, un corps et une vision. Je te promets une flottille croisant sur un fleuve turquoise, des drapeaux et un peuple libre sur le rivage. Je te promets des yeux immenses sous la lumière desquels tu pourras t’étendre, arbre fatigué. Je te promets la hache et la charrue, l’épi et le chant, je te promets de grands nuages, des carrières pour l’œil et un monde à bâtir.

    Aujourd’hui le figuier frappe à ma porte et m’invite: dois-je saisir la hache ou entrer dans la danse ? »

  5. Et voici un panier de figues, vieux de 2000 ans qui orne, entre autres fresques , les murs de la Villa de Poppée à Oplontis ( détruite par le Vésuve); http://www.ladilettantelle.com/2015/02/la-villa-de-poppee-oplontis.html
    Pour avoir des couleurs meilleures (et d’autres fresques) , le mieux est de taper « figues villa de poppée »: on en voit vertes, des violettes, tellement mûres qu » on a envie de les manger, coucou Dominique!

    • J´ai regardé tout cela , Mareria , la villa en entier , quelle grâce dans les teintes et les motifs . Quand on voit que certains détruisent tout ce qui n´est pas .. ou qui est …( on ne sait pas comment le dire d´ailleurs !… ) , il est évident qu´il faut défendre nos cultures européennes . Il y a une telle richesse ! Et tout cela sera protégé et défendu , uniquement s´il y a des crédits . Et les crédits sont votés , il ne faut pas l´oublier .
      Le chanteur Cali ( Bruno Caliciuri ) a appelé sa fille Poppée . C´est mignon , mais cela fait penser à poppers , la drogue qui fait rire : ((

  6. Bonjour , humidité froide et grise ce matin . Kung Bore n´est plus très loin …
    Quelles belles grappes de raisins , Dominique , de Luis Melendez . Ils sont pointus ?! C´est une espèce espagnole peut-être . Et les figues ( des blanches portugaises ? ) s´accordent bien au raisin . J´en ai goûtées récemment , et elles sont très fades . Les figues violettes du jardin de mon père sont bien meilleures . Eh oui ! dans le Nord de la France , les figues poussent et sont très bonnes . Evidemment , sous le soleil du sud , elles sont sans doute encore plus sucrées .
    Mais moi , je choisirais toujours une poire dans une corbeille de fruits . C´est sentimental …
    Cela me rappelle ma mère qui nous en épluchait par dizaines . En j´entends encore :  » Ce sont des conférences  » ou bien  » Des doyennés du Comice  » . Je trouvais si gentil de les éplucher pour nous ! Rire . Cela l´amusait beaucoup quand je le lui ai rappelé .
    -LE RENARD ET LES RAISINS-
    Certain Renard Gascon, d’autres disent Normand,
    Mourant presque de faim, vit au haut d’une treille
    Des Raisins mûrs apparemment,
    Et couverts d’une peau vermeille.
    Le galand en eût fait volontiers un repas ;
    Mais comme il n’y pouvait atteindre :
    « Ils sont trop verts, dit-il, et bons pour des goujats.  »
    Fit-il pas mieux que de se plaindre ?
    de Jean de la Fontaine (1621-1695 ) .
    Cela me rappelle un après-midi en Provence avec ma sœur , toutes jeunes , installées dans une vigne de raisins muscat , et nous grappillons des raisins par-ci par-là . Nous n´avions rien mangé de meilleur que ces raisins …

    • Il est joli Darie, votre commentaire.
      Nous avons beaucoup de figuiers à Londres, il existe des espèces qui s’ accommodent effectivement de climats plus nordiques.
      Moi, ce qui me touche, c’ est que l’ on me beurre une tartine spontanément. -:)))

      • Hello Dominique , dans une interview , Véronique Sanson disait un jour , qu´elle avait apprécié
        la galanterie d´  » untel  » de ses amis , car il lui avait pris le couteau des mains , pour éplucher ses oignons . C´est vrai que c´est galant et sympa : )

      • J´ai un petit livre , Dominique , de Emmanuel Jaffelin ,  » La philosophie de la gentillesse  » .
        Et je vais surement y apprendre quelque chose .
        Je l´ai depuis 2-3 ans , et je vais maintenant le lire . Ma patience a des limites : ))
        Je vais essayer de me procurer  » La philosophie de la patience  » , car je suis très patiente … : )

  7. me voila un peu escagasser avec le nom de figue , j’ai pas l’accent du vieux port de marseille a ricanner auprés d’une poissonière en pescadou le regard doux les yeux en escartefigue sur les poissons venant de la grande bleue qui remuent leus queue en signe d’adieu a l’eau comme les cieux , j’ai pas été dans le petit café sssis autour d’une table a jouer aux cartes avec escartefigue césar et panisse et monsieur brun , surtout que l’on nomme un homme d’escartefigue quand son épouse a la cuisse légère et s’envole les jupons en l’air , tout simplement un homme cocu , a ne pas confondre l’escartefigue de marcel pagnol avec ll’homme politique marius sscartefigue est un homme politique français né a lmarseille qui a fait partis des militants anarchistes qui est mort dans les années 1957 ,l’escartefigue de marius ne repris plus la politique après la libération de la france après l’occupation par l’allemagne car ce dit homme avait voter et présider la remise des pleins pouvoirs au maréchal pétain , marius escartefigue fut démis de ces mandats politiques , je parle de ce monsieur ( vue que j’ai fait lecture et classer les ouvrages et archives militaires de la france ) en tant que bléssé et en repos , marius escartefigue entre 1914 a1918 ou 1939 a 1945 se fit porter pâle qui luidonna une solide réputation de déserteur, pourtant il porter des médailles qui sait des capsules de bouteilles de pinards sur un morceaux de jupons , il n’est pas le seul je veux pas redire les noms d’officiers qui fut décorés plusieurs fois entre 14/18 pour bléssure alors que leur régiment se trouvait en garnison ou loin des lignes citées lors des bléssures , cela aide d’avoir un parain d’ordonnance générale d’armée et après une bléssure loin des lignes de combat aller se reposer dans le vaste château familiale du parain et se balader sans être vue dans l’immense parc et revenir en héros les bras ouvert vers le ciel …ainsi de suite …j’ai la niaque ce matin a bouffer du gnac …GO!GO!

  8. Et cette fugue de Bach, merci Charles Dumont, une belle chanson :

    Paroles de Comme Une Fugue De Bach
    Comme une fugue de Bach
    Tu es entrée dans ma vie
    Comme une mélodie

    Qui vous hante et vous suit
    Dans vos rêves la nuit
    Et dans vos insomnies

    Comme une fugue de Bach
    Le début fut facile
    Je savais seulement
    Que tu étais docile
    Que tu avais de beaux yeux
    Qu’on était bien nous deux

    Comme une fugue de Bach
    Tu as grandi grandi
    Tu es devenue la mer
    Et tout mon univers
    Tu étais mon génie
    Tu étais ma symphonie

    Comme une fugue de Bach
    Tu m’emmenais très loin
    Tard dès le matin
    Là où meurt le chagrin
    Et moi je t’écoutais
    Et moi je te suivais

    Mais comme une fugue de Bach
    Soudain tu as changé
    Tu fuyais, tu fuyais
    Et puis tu revenais
    Je ne savais plus où
    Était ce qu’était nous

    Comme une fugue de Bach
    Plus tu te compliquais
    Plus te désembrouillais
    Plus tu me promenais
    Et plus je te croyais
    Et plus je t’adorais

    Comme une fugue de Bach
    Sur un dernier accord
    Nos lendemains sont morts
    Tu as quitté mon bord
    Et ce fut le silence
    Le vide de l’absence

    Mais comme une fugue de Bach
    Qui n’finira jamais
    Jamais je ne pourrai
    Jamais je ne voudrai
    Oublier un seul jour
    Du temps de notre amour

    Car ma mémoire
    Joue notre histoire. … »

    • Monique , je ne connaissais pas cette chanson , mais Bach a « inspiré » aussi Maurane , avec
       » Le prélude de Bach  » . En fait , elle n´a pas été très inspirée , je trouve . Les paroles qu´elle a mises sur ce très beau morceau de musique ne sont pas jolies . D´ailleurs , cette musique
      ne demande pas de paroles du tout . C´est si beau tel quel !

      • Darie, j’aime pas trop la chanson de Maurane sur le prélude n°1 du clavier bien tempéré de Bach c’est vrai que les paroles ne sont pas inspirées !!! c’est un prélude magnifique quand ma fille joue au piano, j’en ai des frissons !

      • C´est vrai Monique , cela ne demande que de très belles photos , mais rien de plus .
        Maurane a quand même eu le mérite , de faire rappeler au vulgum pecus que nous sommes , ce très beau morceau de musique . Il est très simple pourtant .
        Observez la « petite mascotte » quand votre fille le joue au piano , cela va peut-être l´émouvoir ?
        On voit une video sur le net d´un bébé ému aux larmes quand sa mère chante . Sourire .

  9. Björn notre camarade le plus jeune de tous arriver il y a pas beaucoups de lunes après une vilaine bléssure pendant mon interlude loin des bernudes chante dans le couloir en lisant sur le mur des prospectus d’une virée en martinique sans monique ni dominique , pourtant il n’est pas varègue de la garde varangienne , il porte pas l’étoffe du corps d’élite de l’armée byzantine , il se nomme pas augustin byzantin non plus machin juste Björn avec un nom de famille imprononçable , alors nopus l’appelons borg un sacré coup de raquette a son long patronyme fantaisiste du nord de la suède en peau de renne et corne d’elan , il n’est plus rapide mais aussi malin qu’un kaja il vient des îles du Bohuslän notre borg sans casque a cornes , il chante cette chanson que je connais pas , c’est une chanson en suèdois fait pars des suèdois que j’ai jamais entendu par mes oreilles de non sourd , la voici la vila en suèdois et traduites avec lui car moi la je nage en eau profonde car il parle auusi mal l’anglais le gaulois que le langage des signes …mycket kraftfull i strid, det har varken Gud eller herre det finns ingen gud eller e förlåtelse i hans plånbok, i alla fall han inte läsa vad den religiösa legionär han har inget behov av att vara effektiva i god legio inga besvärjelser från när och fjärran dessa fiender är bara runts jag tillbringar jute åtgärder som en lavin föra som utplånande namn….patati patata ……………. en gaulois ..très puissant au combat, ça n’a ni dieu ni maître on trouve pas d’e dieu ni de pardon dans sa besace , de toute façon il sait pas lire le religieux ce légionnaire il en a nul besoin pour être efficace , en bon légionnaire aucunes d’incantations de près ou de loin ces ennemis ne sont que des avortons je passe jute a l’action comme une avalanche qui porte comme prénom oblitération..patati patata .. un beau chant qui vaut sa couronne… (SEK) …pour finir ( öre je ne suis suèdois donc connais pas ce chant fait par des vikings sous la grenade a sept flammes…. a plus je file ….c’est un peu de la ptite Darie qui se dandine dans le couloir …il boite car il lui en manque les deux bouts …bises a plus …GO!GO!

    • God dag till Björn , j´espère qu´il ne souffre pas de ses blessures . C´est important . Mais s´il chante , c´est que cela va . Le Bohuslän , c´est tout près de Västsverige ! C´est tout près de
      Trollhättan , tristement célèbre désormais .
       » Des cornes d´élan ?…  » voyons Klaus , ce sont des cornes de vaches ! Sinon , le varègue moyen ne pourrait pas passer les portes . Björn n´est pas religieux ? Cela ne m´étonne pas .
      Les vikings ne connaissent que Thor , et son grand marteau Mölljnir .
      C´est l´heure du casse-croute , ne restez pas le dernier de la file si vous voulez votre part : ))
      Poussez pas non plus les plus petits ! Non mais … hi-hi . God aptit aux Légionnaires : )

  10. News de Pylos: vous vous rappelez le navet, Navarin, Pylos, baignoire de la reine:
    « La riche tombe d’un guerrier datant d’environ 3500 années a été découverte dans un ancien palais dans le sud de la Grèce, ont indiqué les autorités.
    Selon le ministère grec de la Culture, il s’agit de la plus spectaculaire découverte datant de l’ère mycénienne depuis plus de six décennies. La tombe contient environ 1400 objets, dont des bijoux en or et en argent, des vases de bronze, des coupes, des pierres précieuses et une épée en ivoire richement ornée.
    La tombe a échappé aux pillards qui avaient ravagé, il y a plusieurs décennies, une tholos — une construction monumentale de forme circulaire — située près du palais de Pylos, l’un des principaux centres administratifs mycéniens.
    La tombe a été découverte au cours de l’été par une équipe internationale dirigée par l’Université de Cincinnati, a indiqué le ministère.
    Le guerrier qui reposait dans la tombe serait mort entre l’âge de 30 et de 35 ans. Il devait être un membre influent de l’aristocratie de Pylos. »
    Quelques photos (6) à faire défiler sur: http://www.nationalgeographic.it/wallpaper/2015/10/27/foto/tomba_micenea_grecia_guerriero-2820750/1/#media

    • Mareria , merci pour le lien ; même si je ne comprends l´italien , je devine ce que représentent les photos . Sur la photo 4 , en haut de l´image , on voit un objet en or (?) , ciselé finement , mais je ne vois pas bien ce que cela peut être . Un récipient , croyez-vous ?

      • Bonsoir Darie;sur la photo 4, on a un collier, terminé par 2 pendentifs en or aussi, ornés de feuilles de lierre: il a été retrouvé près du cou du guerrier; sur la 2, un « vase » en or émerge de la terre.; sur la 5, un peigne ( et il paraît qu’il y a aussi un miroir). Les chercheurs disent qu’il n’y a pas eu de découverte de tombe mycénienne aussi importante depuis Schliemann…

      • Mareria , ce ne sont pas les mêmes que j´avais vues . Je viens de découvrir celles que vous décrivez . Je parlais de celle juste après les os des jambes et des bras . On voit la quatrième avec de très beaux objets en or . Je ne devine pas ce que cela peut être . ( la n°2 est une tête
        d´homme blessé ) . Le bijou avec une chaine est très beau ( l´attache ) .

      • Darie, j’ai cru qu’il y avait un troll dans mon ordi, et je me disais bien qu’on ne parlait pas des mêmes photos: vous avez cliqué sur  » La vraie tombe du père d’Alexandre le Grand », c à d Philippe II de Macédoine, titre un peu trompeur puisque les photos montrent ce qui a été retrouvé dans la tombe d’un autre de ses fils : cette tombe a fait l’objet de nouvelles découvertes en 2014; et pour la photo 4, cet objet en or semble être une cuirasse:  » la tombe contenait un riche mobilier funéraire, notamment une cuirasse, un casque et un bouclier ainsi que trois larnax (petits cercueils) en or contenant chacun des restes de crémation. »ll est dit que les jambières appartenaient sans doute à sa femme, guerrière émérite Euridyce, donc belle-soeur d’Alex….

      • Merci Mareria , je retourne regarder . Ces objets sont finement ciselés . Les anciens savaient travailler , et ils avaient vraiment le sens de l´esthétisme .

  11. Darie, merci pour cette vidéo tordante, le bébé est mélomane, il crève déjà l’écran ! on ne peut pas dire qu’il manque d’expression ! les bébés, nos meilleurs comédiens et on craque.

  12. Je viens d´avoir un gros fou-rire à cause de la dernière info du journal … Eh oui , les trolls au fond des bois , c´est pas drôle … Il faut avoir beaucoup de ressources en soi-même , pour trouver la Suède intéressante … Et avec l´hiver à la porte , c´est … euh… j´sais pas l´dire …
    A leur place , je repartirais chez moi pour reconquérir le pays , le reconstruire … vraiment .

  13. enfant je mangeais du raisins que ma famille nous apporter de leurs vignes de leurs campagnes profondes , je me souvient enfant de jouer entre les rangs de vignes chez ma tante avec ma cousine et le reste de ma famille , au moment des vendanges du jus de raisins qui grandit et un jour sera du vin couleur sang de la terre , l’allemagne est surtout un producteur de fameux vins blancs assez sucrés et fort , en campagne le raisin mûrit très lentement dans un climat assez doux , je suis pas un vigneron mais j’ai souvent le biberon entre les lèvres , comme la route des vins allemande , le vin de palatinat qui serpente la palatinat de schweigen-rechtenbach jusqu’a bockenheim au nord tout le long de la france , cela porte un nom ( la deutsches weintor qui veut dire la porte allemande du vin ) , voila pour le raisin , pour la figue j’ai connu cela en algérie pour la première fois , donc ce fruit et moi sa datte hi!hi! , je me souvient dans les casbah dans les petits mechta souvent accrocher au mur dans la salle commune un cadre dorée avec des inscriptions qui voulait dire ( Allah a mentionné la datte et son arbre plus de 20 fois dans le livre sacré, c’est qu’il s’agit d’un fruit exceptionnel par dieu ) , je parle de la datte bein sur et non la figue , je sais que la figue elel se cultive en allemagne comme en france et ailleurs mais jeune je ne connaissais pas ce genre de fruit comme la banane et d’autres , c’est en algérie que j’ai vue pour la première fois des fruits étranges et bon , a peine 17 ans a sidi-bel abbés pendant mon instruction début 1950 au premier régiment etranger nous mangons des fruits inconus pour beaucoups , dans les courssives nous faisions macérées des fruits pour avoir notre alcool , avec du raisin , de la figue des oranges du citron et des amandes amère et d’autre fruits que j’ai jamais su le nom , c’est si loin et en plus c’est un moment assez difficile de ma vie car la il faut marcher ou crever au soleil , après il a eu l’instruction a sétif pour devenir para et mers-el-kébirre pour rejoindre les combats en indochine avec le 2e bataillon étranger de parachutistes, c’est loin et proche a la fois , la marche de la misère euh!….vous ne l’avez pas faite c’est un bien pour vous …le soir dans le sable les ampoules comme des oeufs de pigeon brillent sous le croissant de lune , avec le poignard tu hi!hi!, pour remettre les godillos le lendemain sinon t’est foutu …. voila je file a demain …j’ai écouter le mot pizzas aux anchois ….donc …bises ..GO!GO!

    • Klaus , j´aime bien quand le prêtre à la messe dit « … fruit de la terre et du travail des hommes « .
      Cette phrase m´a toujours plue . On sent que le prêtre sait ce qui est bon et bien . Sans en abuser , bien sur . ( il faut toujours le dire maintenant : ))
      Je ne sais pas ce qu´on vous a mitonné en cuisine , mais c´est surement bon . Et avec le vin du château de la Légion , c´est encore meilleur . Gutt Aptit .

    • ….cerise… banane….pomme…mandarine corse…. citron corse…raisin … pastèque…otiron…..
      je passe..poire…. euh…figue blanche….
      tulipe…. marguerite… je passe… trèfle… souci…. myosotis . FFffffff . J´ai dit aussi .

  14. C’est quoi ce jeu, c’est le chant du cygne de la figue, le chemin de Damas des idées, sommes-nous à la cour du roi Pétaud ? j’ai fini les délices de Capoue, oui j’ai mangé toutes les figues succulentes un vrai festin de Balthazar… je suis trop sensible j’avais peur qu’elles se perdent.
    Si quelqu’un veut bien descendre de son Empyrée, et enfourcher Pégase pour le grain de sable de Pascal, sans pour autant faire le lit de Procuste ni appliquer la loi de Diomède, je propose de clore (non pas chlore !) cette figue en fugue et sans donner un soufflet à Ronsard, de faire un dernier petit tour de poésie avant de filer à l’anglaise et tomber dans les bras de Morphée !
    Nous sommes sur le charriot de Thespis, ratounet a-t-il quitté les carreaux de Jupiter depuis qu’il a ses icônes en couleur il est au balcon de Sirius !
    Avez-vous entendu les bruits de Landerneau, alors je vous donne cette référente lecture, tapez « liberté sur internet, la France épinglée »… non, tout ceci n’est pas un message codé mais rien que des expressions bien françaises. Amis c’est un coup de Jarnac pour nos conversations futures et futiles, mais nous ne pourrons plus faire comme au temps où la reine Berthe filait. Bonne fin de soirée, le lion d’Androcleste vous salue bien !

    Enfance de Guillaume Apollinaire

    Au jardin des cyprès je filais en rêvant,
    Suivant longtemps des yeux les flocons que le vent
    Prenait à ma quenouille, ou bien par les allées
    Jusqu’au bassin mourant que pleurent les saulaies
    Je marchais à pas lents, m’arrêtant aux jasmins,
    Me grisant du parfum des lys, tendant les mains
    Vers les iris fées gardés par les grenouilles.
    Et pour moi les cyprès n’étaient que des quenouilles,
    Et mon jardin, un monde où je vivais exprès
    Pour y filer un jour les éternels cyprès. »

    • Monique , ce qu´il s´est passé avec la chaine TV5 monde m´a fait penser que cela aurait bien pu être un coup monté en haut-lieu . Sur 2 chaines , il n´en reste qu´une . Et il y a énormément de programmes insignifiants . Je regarde la TV française à peine 3 à 4 heures par semaine .
      Le rayonnement de la France s´est bien réduit …
      Je vais aussi filer ma quenouille cet hiver : ) Bonne soirée .

      • Darie, oui c’est étrange de supprimer une chaîne française et ce n’est pas sans raison mais ces milieux sont très difficiles à comprendre, des raisons de gros sous d’abord, mais il peut y avoir une origine politique, des accords qui n’ont pas été respectés. Le rayonnement de la France, c’était la TV des années 60 à 90, avec des émissions de qualité, deux films le dimanche, du bon cinéma, rarement des rediffusions, du théâtre, des concerts…. que tout cela est loin ! Bonne fin de soirée.

  15. Voilà un post rondement mené, Monique, et un petit Apollinaire de derrière les fagots! J’ai dégusté les mêmes délices de Capoue que vous, cette fois venant d’un magasin bio: trrrès bonnes, ces figues. Ai revu avec grand plaisir  » Le Jardin des Finzi–Contini », en DVD, nimbé de nostalgie, comme ce poème, mais qui dénonce si bien les lois antisémites de Mussolini, et les déportations qui ont eu lieu: il n’y a pas de violence physique visible, et c’est d’autant plus fort.
    Bonne nuit.

    • Mareria j’ai adoré aussi ce film, je l’ai revu plusieurs fois, du bon cinéma. J’ai regardé un reportage sur Mussolini, ce fut un être ignoble, un tortionnaire à moitié fou….ce que l’Italie a pu souffrir, elle aussi ! Bonne nuit à vous aussi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s