Albotin, pétélin, festuc ou vera 

Jour de la Pistache !
image

Fruit sec du pistachier, le pistacia vera .
image

Il existe un autre pistachier, arbre commun de Méditerranée, le térébenthe, dit aussi pétélin, albotin , festuc, qui s’il donne des fruits de qualité aigrelette et de petite taille, fut longtemps exploité pour sa résine,la térébenthine, fournie maintenant par les pins et mélèzes.
image

Publicités

61 réflexions sur “Albotin, pétélin, festuc ou vera 

  1. Bonjour les croqueurs, encore une page à croquer… oui la pistache est un délice à croquer mais ne pas trop en abuser. « Ce sont les cotylédons de cette graine, vert clair, couverts d’une mince pellicule rougeâtre, qui sont comestibles. » Cotylédons ? Lucie Delarue-Mardrus et ses poèmes terrestres :

    « Incantation

    Symbolique Cybèle, en quels temps crieras-tu

    Plus haut que le discours des villes encombrées,

    Que les religions sournoises et dorées,

    Que le vice impuissant et la molle vertu ?

    Nous attendons, remplis d’espoir et l’âme ouverte,

    Que la nature, dont, royale, tu te vêts,

    Pousse sur ce qui fut étouffant et mauvais,

    Comme sur un décombre une ombelle entr’ouverte.

    Car nous ne voulons plus qu’enseignent les Jésus

    L’esprit plein de nouveaux sermons sur la montagne,

    Mais bien qu’à haute voix, dans la bonne campagne,

    La montagne elle-même enseigne ses élus,

    Par ses foins, ses sainfoins, ses flores fontinales,

    Tout ce dont elle empreint l’air odoriférant,

    Par le cotylédon menu, l’arbre géant

    Et le rebroussement au vent des céréales,

    Afin qu’âmes et corps reviennent se nourrir

    Au repas naturel qu’aucun poison n’altère

    Des moissons de la terre et des eaux de la terre,

    Jusqu’au jour de croiser les mains et de mourir. »…..

    A plus tard les amis.

      • La Bible: Deuxième Livre de Samuel – 18.
        5 Le roi ordonne à Ioab, Abishaï et Itaï pour dire : « Doucement avec l’adolescent, avec Abshalôm »! Tout le peuple entend le roi quand il donne des ordres aux chefs à propos d’Abshalôm.
        6 Le peuple sort aux champs à l’abord d’Israël. Et c’est la guerre dans la forêt d’Èphraîm.
        7 Le peuple d’Israël est battu là en face des serviteurs de David. Et c’est la grande défaite, ce jour-là : vingt mille.
        8 Et c’est la guerre, dispersée sur les faces de toute la terre. La forêt combat et mange plus de peuple que l’épée n’en mangeait ce jour-là. Abshalôm meurt
        9 Abshalôm survient en face des serviteurs de David. Abshalôm chevauche un mulet. Le mulet vient sous le branchage du grand pistachier; et sa tête s’accroche au pistachier. Donné entre ciels et terre, le mulet passe sous lui.
        10 Un homme voit, le rapporte à Ioab et dit : « Voici, j’ai vu Abshalôm suspendu au pistachier ».

      • Bonjour Dominique, moi aussi je l’ignorais comme quoi nous avons beaucoup à découvrir sur un seul mot de notre calendrier. Je lis aussi que les « nénuphars » sont de cotylédons comme les châtaignes d’eau (cotylédon : le sac indivis est le cotylédon entièrement semblable à celui des Nénuphars, … la radicule offre deux appendices latéraux …) c’est bien obscur ! mais les nymphéas, que de beaux textes et encore Michèle Corti qui a pu être déjà donné ???

        Nymphéas

        O doux frémissement de ta fleur qui se donne
        Doigts nacrés et charnus qui sous ma main frissonnent
        Je hume le parfum de ta peau de velours
        Tu berces sur les eaux ton palanquin d’amour.

        Nacelles de satin vertes sur l’eau marine
        Senteur d’algues froissées qui monte à la narine
        Balancement léger de ces barques, venues
        Effleurer par amour les peaux blanches et nues…

        Satin de mariée qui flotte avec candeur
        La lumière s’y joue , prélude à la douceur
        Du soir où le rayon d’un clair de lune bleu
        Posera sur les fleurs un baiser langoureux.

        O doux enchantement de la tendre hyménée
        Le vent passe, léger, bruissant dans la ramée
        Sous l’eau sombre palpite un rayon attardé
        Qui reflète le corps de la nymphe ployée.

        MARCEK 9 AOÜT 2003
        (Poème inspiré par le tableau de Cécile Verhaever)

      • Joli aussi !
        Monique, j’ apprends aussi en même temps en botanique grâce au mot du jour, vous avez eu une riche idée , l’ amie.
        Nous en sommes à 300 pages ici depuis que nous avons quitté le journal et le rythme est régulier.

  2. Bonjour en ce jour de pistache, prometteuse de desserts délectables: glaces, loukoums etc…
    Pistache < du vénitien pistacio, en italien pistaccio, du latin pistacium, lui-même issu du grec ancien πιστάκιον, pistakion mot venu d'Orient. Cf." persan pista, selon le dictionnaire étymologique du grec de Pierre Chantraine. "
    Selon le site http://pistaches.eu/fr/histoire/, "Le premier à décrire le pistachier en Grec est Theophraste d’Eressos (371-287 AV.JC.). Dans son ouvrage « Histoire des plantes » Il décrit comme ceci le pistachier: « On dit aussi qu’il croît un térébinthe aux indes, qui est un arbre ressemblant à notre térébinthe aux feuilles, aux branches, et en tout autre chose, à part le fruit qui est semblable aux amandes. Car ce térébinthe croît aussi dans la région des bactriens, et porte des fruits de la grosseur des amandes, de pareille figure, mais de meilleur goût, et pour cette cause , les habitants de ce pays là en mangent plus volontiers que des amandes » .
    D’après ce que l’on sait, Théophraste n’est jamais allé en Asie. Il reprend donc la description qu’en ont faite les historiens qui accompagnèrent Alexandre le grand dans sa campagne en Asie."
    De nos jours, les pistachiers sont très nombreux en Grèce, spécialement sur l'île d'Egine: "En 1994 la «pistache d’Egine» obtient le label européen AOP (appellation d’origine protégée) et en 2009 est créé le festival de la pistache – fistikifest – qui a lieu chaque année autour du 20 septembre." Bon appétit!

  3. C’est le pistachier qui a permis une découverte majeure sur la sexualité des plantes: Au début du XVIIIème s « Sébastien Vaillant remarqua que le pistachier esseulé du Jardin des Plantes fleurissait tous les ans sans fructifier comme un autre spécimen aux fleurs différentes situé dans un autre quartier de Paris. Il apporta une branche fleurie du Jardin du roi et la secoua près de l’autre pistachier en fleurs. Des fruits apparurent pour la première fois. Cette expérience démontra la sexualité des plantes et la pollinisation. »

      • C´est très intéressant , Mareria , cette observation . Vivent les pistachiers .
        Cela rappelle le but des petits bals organisés dans les villages , pour que les jeunes gens et les jeunes filles fassent connaissance . Et hop , mariage et puis couffins . La vie , quoi !

  4. Bonjour , les nouvelles familiales ont été escamotées , pour refaire toute la politique du gouvernement … Je crois que cela s´est passé ainsi ces deux derniers jours , dans chaque foyer français .
    Jour de la pistache , c´est mon jour ! Les glaces vert d´eau sont un bon souvenir , et cela
    d´autant plus , que nous n´avions droit à une glace que très exceptionnellement . C´était comme cela autrefois … C´est sans doute la raison pour laquelle le souvenir est beau et impérissable . Mais depuis , j´ai goûté les loukoums à la pistache . J´attends mon pass offert par la ville , pour aller à Göteborg , chez le marchand de loukoums .
    J´apprends tout aussi sur la térébenthe , appelée aussi « pétélin  » . Quand je pense qu´une petite fille s´appelle Térébenthine … , elle l´a échappée belle : ) cela aurait pu être pire !
    Merci pour cette belle page , ces poèmes , tout cela est plaisant , en attendant d´y goûter !

    • Oui, Monique; France musique, et France inter ont diffusé, après la mn de silence, en direct la marche funèbre de la 3e symphonie de Beethoven, interprétée spécialement par l’Orchestre national de France; mais je suis scandalisée que France culture ne l’ait pas fait; après la minute de silence ( assez pénible, car meublée par un bruit de fond), aussitôt a commencé la logorrhée de la journaliste;:inconcevable.

      • Mareria extraordinaire ce mariage entre « deux pistachiers » :))) vous savez, il y a une marche funèbre que je ne peux toujours entendre sans pleurer, c’est plus fort que moi et je ne comprends pas, c’est celle de Chopin, elle est lourde comme un char qui écraserait notre espérance entravant tout envol céleste !
        Oui, nous avons affaire aux nouveaux journalistes babillards, postillonneurs plutôt qu’informateurs, c’est à qui occupera l’antenne le plus longtemps, visiblement sur un plateau on n’écoute pas celui ou celle qui parle, mais son papier et le moment où l’on pourra débiter sa note, souvent en tronçons parce qu’ interrompue. Je ne vais pas sombrer dans la nostalgie mais enfin, nous avons connu une autre école du journalisme où l’on ne faisait pas de politique ouvertement, qui se souvient de Joseph Pasteur, Jacques Sallebert et ceux que nous avons souvent évoqués ici, Desgraupes, Dumayet, Barrère, Sabbagh et même plus près de nous Ulysse Gosset viré de France24 en 2008 grâce à la « reine Christine » dont le mari était alors ministre de l’ouverture !! aujourd’hui, les minutes de silence sont pleines d’écho, une vrai montagne…. que dire des éternuements intempestifs ?

      • Monique, Ulysse Gosset est actuellement éditorialiste international sur BFM TV, et sa présence est appréciable en ce moment; je ne connaissais pas ce caprice de la reine C!

  5. 7 ans I/2 Dominique ? je suis petite, je mange un cochon en pain d’épices qu’un singe veut absolument partager avec moi au zoo….il me fait des mimiques que je juge offensantes et là, je lui tire la langue plusieurs fois…. une dame passe et me dit « oh ! c’est vilain pour une petite fille de tirer sa langue », la dame est très bien habillée, c’est elle que je revois et c’est pour cela que je me souviens de cette petite anecdote.

  6. Les amis, connaissez-vous tous les verts ? à avoir le vertige !! les voici :
    Absinthe, amande, anglais, anis, asperge, avocat, bleu vert, bouteille, céladon, chartreuse, vert de chrome, citron vert, vert d’eau, émeraude, épinard, gazon, glauque, vert de Hooker, impérial, jade, lichen, lime, malachite, menthe, militaire, mousse, olive, perroquet, pin, pistache, poireau, pomme, prairie, prasin, printemps, sapin, sauge, smaragdin, tilleul, véronèse, vert, vert de gris, vert-jaune, vert de vessie, viride (Le viride (du latin viridis, vert), ou viridien, ou vert Guignet est une couleur pour artistes d’un vert bleuté et transparent)…. on peut en faire un poème !!!

  7. Voici un poème très beau d’un Pakistan perdu, le texte est trop long pour être donné en entier, je ne veux pas encombrer la page, mais comme il pèse lourd aujourd’hui :

    Charles-Marie LECONTE DE LISLE (1818-1894)

    Nurmahal

    À l’ombre des rosiers de sa fraîche terrasse,
    Sous l’ample mousseline aux filigranes d’or,
    Djihan-Guîr, fils d’Akbar, et le chef de sa race,
    Est assis sur la tour qui regarde Lahor.

    Deux Umrahs sont debout et muets, en arrière.
    Chacun d’eux, immobile en ses flottants habits,
    L’oeil fixe et le front haut, tient d’une main guerrière
    Le sabre d’acier mat au pommeau de rubis.

    Djihan-Guîr est assis, rêveur et les yeux graves.
    Le soleil le revêt d’éclatantes couleurs ;
    Et le souffle du soir chargé d’odeurs suaves,
    Soulève jusqu’à lui l’âme errante des fleurs.

    Il caresse sa barbe, et contemple en silence
    Le sol des Aryas conquis par ses aïeux,
    Sa ville impériale, et l’horizon immense,
    Et le profil des monts sur la pourpre des cieux.

    La terre merveilleuse où germe l’émeraude
    Et qui s’épanouit sous un dais de saphir,
    Dans sa sérénité resplendissante et chaude,
    Pour saluer son maître exhale un long soupir.

    Un tourbillon léger de cavaliers Mahrattes
    Roule sous les figuiers rougis par les fruits mûrs ;
    Des éléphants, vêtus de housses écarlates,
    Viennent de boire au fleuve, et rentrent dans les murs.

    Aux carrefours où l’oeil de Djihan-Guîr s’égare,
    Passe, auprès des Çudrâs au haillon indigent,
    Le Brahmane traîné par les boeufs de Nagare,
    Dont le poil est de neige et la corne d’argent.

    En leurs chariots bas viennent les courtisanes,
    Les cils teints de çurma, la main sous le menton ;
    Et les fakirs, chantant les légendes persanes
    Sur la citrouille sèche aux trois fils de laiton.

    Là, les riches Babous, assis sous les varangues,
    Fument des hûkas pleins d’épices et d’odeurs,
    Ou mangent le raisin, la pistache et les mangues
    Tandis que les Çaïs veillent les chiens rôdeurs.

    Et de noirs cavaliers aux blanches draperies
    Escortent, au travers de la foule, à pas lents,
    Sous le cône du dais brodé de pierreries,
    Le palankin doré des Radjahs indolents.

    Bercé des mille bruits que la nuit proche apaise,
    De son peuple innombrable et du monde oublieux,
    Djihan-Guîr reste morne, et sa gloire lui pèse ;
    Une larme furtive erre au bord de ses yeux.

    Des djungles du Pendj-Ab aux sables du Karnate,
    Il a pris dans son ombre un empire soumis
    Et gravé le Koran sur le marbre et l’agate ;
    Mais son âme est en proie aux songes ennemis.

    Il n’aime plus l’éclair de la lance et du sabre,
    Ni, d’une ardente écume inondant l’or du frein,
    Sa cavale à l’oeil bleu qui hennit et se cabre
    Au cliquetis vibrant des cymbales d’airain ;

    Il n’aime plus le rire harmonieux des femmes ;
    La perle de Lanka charge son front lassé ;
    Que le soleil éteigne ou rallume ses flammes,
    Le Roi du monde est triste, un désir l’a blessé.

    Une vision luit dans son coeur, et le brûle ;
    Mais du mal qu’il endure il ne craint que l’oubli :
    Tous les biens qu’à ses pieds le destin accumule
    Ne valent plus pour lui ce songe inaccompli.

    Les constellations éclatent aux nuées ;
    Le fleuve, entre ses bords que hérissent les joncs,
    Réfléchit dans ses eaux lentement remuées
    La pagode aux toits lourds et les minarets longs.

    Mais voici que, du sein des massifs pleins d’arome
    Et de l’ombre où déjà le regard plonge en vain,
    Une voix de cristal monte de dôme en dôme
    Comme un chant des hûris du Chamelier divin.

    Jeune, éclatante et pure, elle emplit l’air nocturne,
    Elle coule à flots d’or, retombe et s’amollit,
    Comme l’eau des bassins qui, jaillissant de l’urne,
    Grandit, plane, et s’égrène en perles dans son lit.

    Et Djihan-Guîr écoute. Un charme l’enveloppe.
    Son coeur tressaille et bat, et son oeil sombre a lui :
    Le tigre népâlais qui flaire l’antilope
    Sent de même un frisson d’aise courir en lui.

    Jamais, sous les berceaux que le jasmin parfume,
    Aux roucoulements doux et lents des verts ramiers,
    Quand le hûka royal en pétillant s’allume
    Et suspend sa vapeur aux branches des palmiers ;

    Quand l’essaim tournoyant des Lall-Bibis s’enlace
    Comme un souple python aux anneaux constellés ;
    Quand la plus belle enfin, voluptueuse et lasse,
    Vient tomber à ses pieds, pâle et les yeux troublés :

    Jamais, au bercement des chants et des caresses,
    Baigné d’ardents parfums, d’amour et de langueur,
    Djihan-Guîr n’a senti de plus riches ivresses
    Telles qu’un flot de pourpre inonder tout son coeur.

    Qui chante ainsi ? La nuit a calmé les feuillages,
    La tourterelle dort en son nid de çantal,
    Et la Péri rayonne aux franges des nuages…
    Cette voix est la tienne, ô blanche Nurmahal !…… »

  8. Je viens de tomber sur un site très intéressant http://projetbabel.org/forum/viewtopic.php?t=17710. Voici le début de la discussion :
     » La térébenthine est une résine provenant d’un arbre, le térébinthe, un pistachier (voir sur Wikipédia) .C’est un arbre que l’on rencontre en Israël.
    Cette résine porte en particulier le nom de térébenthine de Chio (île grecque proche de la Turquie)
    Du grec τερέβινθος (latin : terebinthum). On rencontre ce terme dans le livre de la Genèse (35,4).
    Ce terme traduit l’hébreu אלה (‘elah) » ( etc).

  9. J´ai la tête un peu à l´en-vert , piètre jeu de mot du jour : ) mais j´oublie tout , je suis à Paris par la pensée . Je cours mettre mon disque de P , que j´avais déjà mis . Deux allers et retours , un pour rien donc , pour retourner chercher mes Express à rendre . Les bibliothécaires m´ont toutes abordée gentiment pour me parler de tout ça . Une caissière de la supérette aussi .
    C´est sympa , et cela montre que la France / les français sont aimés à l´étranger .
    Pourtant les grèves des transports les ont agacés souvent . Ils ne sont pas rancuniers …
    La mer a toutes les nuances du bleu , mais aussi de vert !
    -LA MER-
    La mer brille
    Comme une coquille
    On a envie de la pêcher ;
    La mer est verte ,
    La mer est grise ,
    Elle est d´azur ,
    Elle est d´argent et de dentelle .
    de Paul Fort .
    Une petite poésie récitée par mes petites filles . Ah , que j´aimais cela …

      • Oui, Dominique, une étoile du cinéma français vient de s’éteindre, quelle vie longue et bien remplie, elle fut la femme de Raymond Pellegrin (qui s’en souvient) il était souvent flic ou voyou quant à elle les messieurs disaient « mais quel châssis » ! un sex- symbole au grand cœur qui transpirait dans ses films. Oui, une personne généreuse qui avait su rester simple et authentique.

      • J´ai vu , Dominique , que Dora Doll avait été mariée avec Francois Deguelt , qui chantait  » Il y a le ciel , le soleil et la mer  » , une belle chanson qu´on oublie jamais … Je n´avais pas remarqué la nouvelle de son décès , au milieu des informations sur les tragiques évènements à Paris .

      • Dominique , je ne regarde pas les infos , car j´écoute DPDA , mais sur wiki , j´ai vu qu´elle était dcd hier , le 15 . Je croyais avoir raté la nouvelle hier .
        J´ai Suzy Solidor à Saint-Paul de Vence , quand j´avais 12 ans je crois , mais pas Dora Doll : )
        Dora Doll , jeune , avait un petit air de ressemblance avec Lauren Bacall , je trouve .

    • Darie, oui c’est léger c’est le L qui est barré, mais c’est ggle qui a fait mieux et plus visible. Sur les 90 blessés très graves, 10 vont mieux mais il reste 80 blessés toujours entre la vie et la mort. Nous avons vu des visages de quelques victimes, des jeunes qui ont posé pour un dernier éclat de rire, c’est terrible. Il faudrait démolir le Bataclan et dresser à la place une haute pierre, un lieu de mémoire, avec tous les noms et une photo en face de chaque nom. Un homme cherche sa femme, il a demandé si elle avait été emmenée par le dernier convoi de blessés et on lui a répondu que non…. il ne sait pas où elle est !
      Jolie la poésie de Paul Fort et dit par un enfant quoi de plus beau ?

      • Effectivement , Monique , c´est le L et non pas le F . Le bataclan pourrait être converti en salles de cinéma peut-être , ou en théâtre , mais je dis cela sans savoir s´il manque de salles …

  10. Dominique, il me semble aussi que ces lieux porteront toujours les ombres de ces personnes lâchement assassinées, il n’est plus possible de faire du spectacle mais, avec un peu de chance pour ceux qui restent, ils auront peut être des idées, un mot à dire, ce qu’ils aimeraient y voir… si j’étais ministre de la culture, c’est une démarche que j’oserais, leur demander à eux ce qu’ils souhaitent, les consulter d’abord.

    • Mais Monique … elle a eu une vie bien remplie . 93 ans est un âge honorable comme celui de ses amis acteurs et actrices …. Mais je trouve aussi que les têtes très connues du showbizzz
      qui prennent de l´âge , c´est un peu démoralisant . On se dit que nous aussi : ((

      • Bien sûr, Darie, c’est un bel âge et elle aussi les a vus partir !!! les actrices d’aujourd’hui n’acceptent pas de vieillir, c’est drôle de miser sur son seul physique et pas sur son talent qui, lui, dure plus longtemps… jeanne Moreau a su se transformer et jouer autre chose que les femmes fatales ou les minettes……  » on se dit que nous aussi » :)))))))))))))))))) quelle rigolade, je vais pouvoir m’endormir le sourire dans les yeux. Je pense à Queneau, tapi dans un coin se cache  » la ride véloce, la pesante graisse, le menton triplé, le muscle avachi « … ah, Juliette de mes rêves, reviens !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s