Papillotes 

Comme des papillons aux ailes à franges, les papillotes des fêtes sont prêtes.
image

Papiers brillants extrados , une blague imprimée intrados, ils enveloppent une friandise , le plaisir est complet.image

On dit que c’ est une spécialié lyonnaise.
Allons au Royaume -Uni où les papillotes sont appelées « crackers « .
image

Ce sont des cylindres de carton qui contiennent un chapeau de fin papier, un petit cadeau et une blague, le tout enveloppé d’ un brillant papier noué à chaque extrémité.

imageIl contient aussi une bande avec pétard qui explose quand on ouvre le cracker en le tirant à chaque extrémité.

On le pose dans l’ assiette en début de repas et cela met déjà la bonne humeur.

Publicités

38 réflexions sur “Papillotes 

  1. Bonjour depuis le solstice d’hiver, sous un petit soleil mais un grand vent qui emportera les papillotes avant la corbeille à papier ! quoi, c’est encore une autre forme de bolduc ! attention, j’ai aussi mes papillotes qui se souvient de celles qui servaient à friser les chevelures ? il y a plein de papillotes, c’est le titre d’un recueil de poèmes de Saint-Beuve, appelé méchamment Sainte-Bave par le grand Victor Hugo qui a tant papilloté et papillonné ! je suis Brel « je t’ai apporté des bonbons », voici la poète enfant Sabine Sicaud et le Cytise :

    « Non, pas une glycine. Au lieu de grappes mauves,
    Ce sont des grappes d’’or…
    On dirait des pendants d’’oreille de jadis, en bel or fauve…
    Ou des pastilles d’’ambre, ou les confettis d’’or
    Qui joncheraient, pour un grand mariage,
    Le tout petit sentier… C’’est le décor
    Oů des torches s’’allument. Vois flamber le paysage!

    Survient le vent.
    Et c’’est une cascade lumineuse de topazes,
    Un long feu d’’artifice, un jet d’’eau qui s’’embrase,
    Un quatorze Juillet de mai ! Vois, dans le vent,
    La joie ardente du printemps!

    Pas de canons, d’’ailleurs, ni de Bastilles prises.
    C’’est la fête rustique du Cytise.

    En cheveux de soleil,
    -Papillotes. Jeune perruque ébouriffée-
    Le Cytise s’’éveille. Il est pareil
    Ŕ quelque page blond sortant d’’un magique sommeil.

    Il fut un arbre mort et le voici pareil
    Au Printemps même, secouant sa tête ébouriffée…
    Lancés par la main d’’un Génie, ou par les fées,
    C’’est l’’éparpillement de petits sabots jaunes, si légers,
    Si menus et vernis, qu’’ils émerveillent
    Le vieux cyprès bourru, chaussé de brun. Et les abeilles
    Vont et viennent, avec ce bruit que l’’on entend dans les vergers.
    Et moi, comme toi, vieux cyprès, je m’’émerveille
    Longtemps, devant cela, que nul ne semble voir,
    -Sauf nous deux – le jeune cytise en fleurs, au bord du soir « 

  2. Sans oublier nos poétesses qui nous accompagnent chemin faisant, voici Rosemonde Gérard, elle n’est plus à présenter, voilà le bonheur de Noël :

    RÊVE DE NOËL

    Ainsi qu’ils le font chaque année,
    En papillotes, les pieds nus,
    Devant la grande cheminée
    Les bébés roses sont venus.

    Derrière une bûche, ils ont même,
    Tandis qu’on ne les voyait pas, mis, par précaution suprême,
    Leurs petits chaussons et leurs bas.

    Puis leurs paupières se sont closes
    A l’ombre des rideaux amis…
    Les bébés blonds, les bébés roses,
    En riant se sont endormis.

    Et jusqu’à l’heure où l’aube enlève
    Les étoiles du firmament,
    Ils ont fait un si joli rêve,
    Qu’ils riaient encore en dormant.

    Ils rêvaient d’un pays magique,
    Où l’alphabet fut interdit.
    Les arbres étaient d’angélique,
    Les maisons de sucre candi.

    Et sur les trottoirs de réglisse,
    On rencontrait, c’était charmant !
    Des bonshommes de pain d’épice
    Qui vous saluaient gravement.

    Dans ce doux pays de féerie,
    A guignol on va chaque jour,
    Et l’on voit, sur l’herbe fleurie ,
    Des lapins jouer du tambour.

    Sur de hautes escarpolettes,
    Bercés par les anges, on dort.
    Là, Tous les chiens ont des roulettes,
    Tous les moutons des cornes d’or.

    Mais comme venait d’apparaître
    En personne, le chat botté,
    Le jour, entrant par la fenêtre,
    A mis fin au monde enchanté…

    Alors, en d’adorables poses,
    S’étirant sur leurs oreillers,
    Les bébés blonds, les bébés roses,
    En riant se sont éveillés. »

  3. Une petite nouvelle dans la ronde, Marie Krysinska (1864-1908), elle figure dans les anthologies de la poésie féminine :

    Ronde de printemps

    Dans le Parc, dans le Parc, les glycines frissonnent.
    Etirant leurs frêles bras —
    Ainsi que de jeunes filles
    Qui se réveillent d’un court sommeil
    Après la nuit dansée au bal,
    Les boucles de leurs cheveux
    Tout en papillotes
    Pour de prochaines fêtes —
    Dans le Parc.

    Dans les Prés, dans les Prés les marguerites blanches
    S’endimanchent, et les coquelicots
    Se pavanent dans leurs jupes
    Savamment fripées,
    Mais les oiseaux, un peu outrés,
    Rient et se moquent des coquettes
    Dans les Prés.

    Dans les Bois, dans les Bois les ramures s’enlacent :
    Voûte de Cathédrale aux silences
    Où le pas des Visions se fait pieux et furtif.
    Parmi les poses odorantes des Hêtres
    Et les blancs surplis des Bouleaux -r~
    Sous les vitraux d’émeraude qui font
    Cette lumière extatique —
    Dans les Bois.

    Dans l’Eau, dans l’Eau, près des joncs somnolents
    Tremblent les étoiles pluies du soleil
    Dans l’Eau,
    Et la Belle tout en pleurs
    Tombe parmi les joncs somnolents.
    Et la Belle
    Meurt parmi la torpeur lumineuse des flots :
    La Belle Espérance
    S’est noyée, et cela fait des ronds
    Dans l’Eau. »

    A plus !

      • Dominique, c’est là la polémique, pour les chrétiens Noël est assimilé à la naissance de Jésus bien que l’on sache que ce n’est pas sa vraie date de naissance, alors que Noël c’est la tradition du père Noël, sa hotte pleine de joujoux et du traineau tirés par des rennes. Voilà qui échauffe les esprits sur les forums, on a vu pour les pauvres crèches plus traditionnelles que religieuses et très artistiques, de vraies créations, un travail qu’il faudrait admirer au lieu de condamner les santons…. Chacun donne son esprit de Noël, il n’est pas le même chez tous.

  4. bonjour …la papillote est un chocolat ou pâte de fruit enrober d’un papier doré ou argenté parfois portant une blague ou un pétard ,j’aime bien les papillotes , j’en met dans mes poches pour donner au lutin pour ne pas prendre un marron glacé dans le froid de l’hiver dans le coin de l’oeil , les papillotes rend soit disant le foie malade ce qui n’est pas vrai , faut avoir une tête de veau ou une autre de la ferme pour croire a cela …donc vive le foie de veau en papillote….bises ..GO!GO!

  5. enfant je me souvient de noël, entre 1933 a 1945 les fêtes de noël avec un sapin et des boules et guirlandes multicolors et des bougies , dans le creux du sabot au pied du sapin dans les années maigres une pomme ou une orange une pomme depins argentée avec un chocolat et un cadeau maison ( cause restriction ) , après la guerre les cadeaux et les repas copieux sont revenus avec les soirées populaires , pour mon dernier noël j’ai eu par mes parents de l’argent et un livre de johann wolfgang von goethe , de ma fiancée une chaine en argent ( une moitié de colombe avec une seule aile elle avait l’aure moitié ) , je l’ai toujours la colombe pas la chaine je l’ai perdu dans les années 1950 car nous avions pas le droit de porter donc , elle est avec la photo de ma petite fiancée et un de ses rubans de cheveux ( je me demande comment cela fait que je l’avais sur moi ce dit ruban des années lointaines ), si si loin …..GO!GO!

    • Papy, la symbolique du sabot a, hélas, disparu.
      A l’ école maternelle, on nous avait fait dessiner sur deux feuilles
      de carton-chemise, un grand sabot à découper.
      Puis, on avait cousu avec un fil de laine les deux sabots pour réaliser une pochette à cadeau. Fierté !

  6. Bonjour , et même bon après-midi . J´arrive en retard , mais le coup de telefon a duré si longtemps et commencé si tôt que je n´ai pas pris le petit-déjeuner ! Mes parents sont si révoltés sur l´état du pays que la conversation s´est emballée … Je me demande comment les
    « vœux du président  » seront encore crédibles . Les humoristes auront du grain à moudre .
    Euh… Dominique … je pratiquerai le lancer des meilleurs vœux : )) et je surveillerai surtout le
    déssert contre le piratage avant l´heure . Il y a eu un regrettable précédent …
    Je lirai les textes après les rangements , c´est un capharnaüm partout ici .
    Restons calmes , et je branche bientôt les chants de Noël en continu . C´est notre tradition immuable , et j´aime beaucoup cela ( les Xmas songs de Presley , Lennon & bien d´autres . )
    Je reviens dès qu´il y a une accalmie . Heureusement , il fait doux , très ( trop ? ) doux .

      • Dominique bonjour , je cherche désespérément ma mini crèche . L´autre crèche plus grande , est partie à la poubelle , après qu´une famille topi au complet , s´était installée dans la paille et les bouts de guirlandes …. Et oui , il y a des histoires rigolotes dans la famille autour de Noël . Le grenier est là-haut , bien fermé , et pourtant , elles arrivent à entrer dans les combles . C´est le comble ! J´étais si dégoûtée que j´ai brulé la crèche . Il y avait des petites saletés de souris et des grignotages des parois qui ne trompent pas …
        La page est jolie Dominique , festive à point . Avec les filles , petites , nous avons fait deux petits mobiles de Noël ( je les ai encore ) , avec des minuscules paquets cadeaux , des papillotes , le tout en papier argenté et doré . C´est très mignon . Et ma couronne avec le tressage en osier , a le même ruban que le votre . Je viens de l´accrocher à la porte .
        On fait beaucoup de décorations soi-même en Suède ( j´espère que la tradition perdure ) , et ma belle-sœur faisait même de tout petits lutins en pâte spéciale et vernissés ( 2 cms de haut ) ,
        éparpillés sur un miroir . C´était digne de la vitrine d´une grande boutique !
        J´ai un petit sapin à  » habiller  » , comme on dit ici , il est tout nu … : ))

    • Hello Darie, je vais dire comme ma grand-mère « ses vœux, il peut les mettre dans sa poche et son mouchoir par dessus »… ce qui me rendait hilare. La nature est folle et ce n’est pas une bonne nouvelle pour l’été prochain car nous n’aurons pas de fruits, tout démarre trop tôt et sans repos. J’ai des fleurs sur les poiriers !

      • Monique , ma mère aussi est déroutée de voir ses roses en bouton ?! Les pommiers du voisin ont aussi des fleurs . Cela ne coïncide pas avec le calendrier du jardinier … Les magasins
        d´horticulture vont devoir refaire leurs prospectus !

  7. les carottes en papillotes pionnières de la popotte des légionnaires les nuits de fête…avec le chant

    voici pour vous ..un chant de noël en allemand chnater dans les anéées 1950 par votre serviteur et ces camarades le soir de noël loin de chez nous , on arrivait a voir des larmes brillées sous la lueur des étoiles ….cela fait longtemps que je l’ai pas chanter….c’était le sergent hinker hirsülm qui commencer a le chanter …il doit sourire en lisant mon commentaire au paradis du tonkin ….

    Legionssoldaten gestern und von morgen seit 1831 feiern wir Noël, für jeden Legionssoldaten, das ist das Fest seiner Kindheit derjenige seiner Familie derjenige der gekommenen Hoffnung, der Legionssoldat Sie, die, unter den grünen und roten Wimpel zu gehen, auf die Kraft ihrer Herzen und auf ihre Arme, den Legionssoldaten jeder stolz, sind oder alle unter uns werden im Weg fallen, das ist unser Schicksal und unser Ende, ein Legionssoldat Ehre, Treue auf unseren Fahnen wir die weißen Schirmmützen oder die Hoffnung von nächstem Tag spannt die Hand, den Abschied meine Eltern meine Freunde, der Abschied mein Liebling, ich werde mit einer Träne durch die Finger sehen, die dein Gesicht fegen wird, allein zwischen dem Tod und mir diese einzigen für Ewigkeit eingeschriebenen Wörter erleben wird, ich habe ehrlich und treu von einem gegebenen Wort bedient..

    traduction pour vous

    légionnaires d’hier et de demain depuis 1831 nous fêtons noël, pour chaque légionnaire c’est la fête de son enfance celle de sa famille celle de l’espérance venue , légionnaire vous qui marcher sous le fanion vert et rouge soyez fière de la force de vos cœurs et de vos bras, légionnaire chacun ou tous d’entre nous tomberons en route c’est notre destin et notre fin , légionnaire Honneur, Fidélité sur nos drapeaux nous les képis blancs ou l’espoir d’un lendemain tend la main , adieu mes parents mes amis, adieu ma chérie je fermerai les yeux avec une larme qui balayera ton visage , seul vivra entre la mort et moi ces seuls mots inscrits pour l’éternité j’ai servi honnête et fidèle par une parole donnée ..

    voici les papillotes de carottes ..
    cuisson environ 25 minutes pour 4 personnes ..
    12 carottes moyennes de différentes couleurs pour l’arc en ciel dans l’assiètte
    2 cuillère a soupe de vinaigre de riz
    2 cuillère a soupe d’huile d’olive
    du poivre et du sel de l’origan et du thym
    4 glaçons pas chaud
    couper les carottes
    dans un grand bol mélanger l’huile le vinaigre.thym et origan et saler et poivrer
    dans chaque papillote y mettre trois carottes de couleur différente au milieu d’une grande feuille de papier d’aluminium fort épaisse
    avec le quart du mélange du bol ( sauce ) puis y ajouter un glaçon. et fermer la papillote hermétiquement.
    faire cuire sur un bon feu de bois environ 25 minutes il faut que cela soit al dente comme les nouilles , manger vos papillotes avec des bonnes côtes de veau marinées aux herbes et fromage de chèvre …fermer les yeux laisser vous guider après la première bouchée qui sait si vous entendrez l’air chaud humide de la brousse et le rire des camarades a l’ombre du képi blanc …GO!GO!

  8. Darie a une mini crèche . Darie prend le bus tient c’est noel elle sort sa mini crèche de son sac a main , elle part faire une course en villa vite la mini crèche sur la potence du vélo , Darie a une mini crèche sur un mini matelas gonflable pour le bain , qui sait sous le casque viking une mini crèche en barrette , remarquez une mini crèche pour une mini femme hi!hi! , Darie elel a aussi une mini crèche en porte-clés pour ne pas perdre les clés de l’antivol , certains mettent un chien qui bouge la tète dans une voiture sur la plage arrière , Darie elle une mini crèche , Darie tu devrai t’acheter un mini vélo hi!hi! , une mini crèche …Darie achéte ces crèches et le petit jésus et la marie et le joseph et le mustapha dans un magasin lilliputien , un sapin de nain quoi hi!hi! …sa maison doit se nommer la casa de gulliver, menfin Darie une mini crèche de chez Playsam ou Ikéa .. une mini crèche en kit avec notice de montage , en suède on aime le mini …mini pain mini cuisine mini sapin …mini jupe hi!hi! …je taquine la mini suèdoise …HI!HI!

    • Au secours ! A moi ! Klaus s´en prend à une pauvre varègue ( fausse varègue : ))
      On fait la trêve de Noël de taquineries , Klaus ? Comment , non ?! Je viens d´aller chercher la dinde , elle est énoooorme , 3,5 kgs plumée et vidée . La petite famille va arriver de tous côtés . Il n´y aura plus qu´une belles salade et les légumes , et la sauce . Une glace et salade de fruits , et ça suffit . On ne mange pas plus qu´on ne peut .
      La musique est en route . Avec les Chrismas songs . B B King avec sa voix suave et virile .
      J´ai vu un français en ville qui a pris une sens interdit ! Hum…. il a cru que dans la nuit noire ,
      c´était OK . Ah ! ces franzözich…. hi-hi . 27 , minéralogiquement .
      Mon petit sapin , fraichement coupé dans la forêt , est arrivé aussi , sans écureuil et sans martre ( il y en a beaucoup en Suède ) .

      • 3,5 kgs plumée et vidée …met un couvert de plus hi!hi! …bises a demain je vais écouter le truc la ……l’attentat échouer …je trouve que beaucoup sont d’origine du maroc et dire que l’on donne des millions d’euros par an a ce pays …depuis la nuit des temps …..par un mot du seigneur du pays le roi …

      • Je trouve aussi , Klaus , et j´ai un jour voulu le dire , mais je n´ai pas pu …
        Je vais mettre une bonne farce dans la grosse dinde , avec des pommes . Qu´en dites-vous ?
        Je dois mettre ma casquette de taxi-woman , elle me va très bien : ))

  9. Bonjour tardif; Voici une modeste contribution si l’on veut penser aux délectables papillotes offertes par Dominique:
    « Le Père Noël est mécontent de Pierre Chêne
    Le père Noël est mécontent
    Ça fait bientôt plus de mille ans
    Que nul jamais près de ses bottes
    N’a mis la moindre papillote.
    Depuis que Noël est Noël
    On n’offre rien au père Noël.

    Une souris dans son placard
    Voyant qu’il avait le cafard
    Téléphona en Amérique
    Au Président d’la République :

    « Depuis que Noël est Noël
    On n’offre rien au père Noël »

    « La question est trop délicate
    Faut consulter mes diplomates.
    En me grattant derrière la tête
    La solution viendra peut-être.
    Depuis que Noël est Noël
    On n’offre rien au père Noël »

    Pris d’une inspiration subite
    Le président soudain s’agite
    Et dans un tout petit paquet
    Met la colombe de la paix
    Depuis que Noël est Noël
    On n’offre rien au père Noël.

    Voyant le cadeau fabuleux
    Le père Noël dit :
    « Je suis vieux,
    Pour jouer avec cette colombe
    Portons la aux enfants du monde ».

    Et depuis ce fameux Noël
    Qu’il est heureux le père Noël !

  10. Et en jouant sur ce mot, un extrait du Lys dans la Vallée: «  »Au-dessus, voyez les fibrilles déliées, fleuries, sans cesse agitées de l’amourette purpurine qui verse à flots ses anthères presque jaunes ; les pyramides neigeuses du paturin des champs et des eaux, la verte chevelure des bromes stériles, les panaches effilés de ces agrostis nommés les épis du vent ; violâtres espérances dont se couronnent les premiers rêves et qui se détachent sur le fond gris de lin où la lumière rayonne autour de ces herbes en fleurs. Mais déjà plus haut, quelques roses du Bengale clairsemées parmi les folles dentelles du daucus, les plumes de la linaigrette, les marabous de la reine des prés, les ombellules du cerfeuil sauvage, les blonds cheveux de la clématite en fruits, les mignons sautoirs de la croisette au blanc de lait, les corymbes des millefeuilles, les tiges diffuses de la fumeterre aux fleurs roses et noires, les vrilles de la vigne, les brins tortueux des chèvrefeuilles ; enfin tout ce que ces naïves créatures ont de plus échevelé, de plus déchiré, des flammes et de triples dards, des feuilles lancéolées, déchiquetées, des tiges tourmentées comme les désirs entortillés au fond de l’âme. Du sein de ce prolixe torrent d’amour qui déborde, s’élance un magnifique double pavot rouge accompagné de ses glands prêts à s’ouvrir, déployant les flammèches de son incendie au- dessus des jasmins étoilés et dominant la pluie incessante du pollen, beau nuage qui papillote dans l’air en reflétant le jour dans ses mille parcelles luisantes ! »

  11. Personne n’a pensé au poisson en papillote ? oui, ce n’est pas Pâques mais si on veut cuisiner light, ce sont les papillotes. C’est très simple, pendre du bolduc large en alu, y mettre n’importe quel poisson, ajouter tout ce qui vous tombe sous la main comme herbes, épices, baies, citron, avec un filet d’huile d’olive (facultatif) et même un dé à coudre de vin blanc, légumes en rondelles (carottes, courgettes, tomates, poireau) on referme la papillote et hop au four c’est bon pour la papilles mais attention, la papillote doit être totalement étanche sinon ça brûle. Il y a même un site avec des recettes culinaires humoristiques, voici les herbes de Provence pour le poisson :

    « Herbes de Provence
    Il arrive qu’on s’égratigne
    Quand on navigue
    Dans la garrigue ;
    Les ronces, les sarments de vigne
    Et les arbustes
    Nous tarabustent.
    Quelquefois même aussi les pignes
    De pin nous plombent
    Quand elles tombent.
    Mais même si on a la guigne,
    C’est un plaisir
    De revenir
    En ramenant de la cueillette
    Un tas d’herbettes
    Pour la cuisigne ».

    Et pour aller avec le poisson, le succulent riz cantonais :

    « Le riz cantonais
    Vers le Levant
    On est gluant,
    Chez l’Empereur
    On a ses vapeurs,
    En Thaïlande
    On parfume la lande.
    Chez les Indiens
    On allonge son grain,
    En Italie
    On l’arrondit,
    On le colore
    Chez les Conquistadors.
    On se complaît
    Chez les branchés,
    Se met au lait
    Chez les sucrés.
    Pour les peaux-rouges
    On fait peau rouge.
    Ou reste sauvage
    Pour être à la page.
    Dieu quelle vie,
    Quand on est riz !  »

    La prochaine recette ce sera le civet de lièvre, le plus dur étant de l’attraper !.. avec l’aimable concours du site « La poésie dans la cuisine »

  12. bon je viens faire un mini passage pour le mini bonsoir , je vai prendre une douche avant le mini apréritif et les mini cóctel comme a l’hotel , la nuit tombe doucement le noir s’instale , je vais fermer mes fenêtres, dans ma chambre sans chauffage il fait un mini 19 degré , j’ai un carton de papillote moi comme toujours j’achète on m’offre et je me sert au pied du sapin comme un vilain , la nuit avec une lueur de lune elles brilles on dirait une guirlande chocolatine en vrac , je devais me rendre en ville acheter des cigarettes mais mon chauffeur arrive avec la pleine air la méhari , je lui ai dit attend je revient avec les grosses chaleur d’hiver je vais me mettre torse nu avec un chapeau de paille et mes lunettes de soleil pour offrir un brin de nudité aux étoiles qui arrivent , mafois pas con lui pourquoi pas en vélo je monte sur le porte-bagage ou je rentre dans une sacoche , la méhari le par brise abaisser pas de toit ni de porte ni de chauffage , il est un peu fou je crois ce norvégien heureusement que la neige est pas présente il aurait atteler jujus a un traineau , bon j’ai une boite de cigare de cuba ( des vrais de cuba ) c’est le compagnon de ma belle factrice qui se repose a GDF se rend a cuba dans leur centre de vacances du CE a cuba , c’est bien de regler sa facture de gaz pour que ces fonctionnaires fort fatigué se repose 245 jours par années avec des saveurs tropicales , une danse cubaine avec castro et finir castra ….c’est Guantanamo GDF/EDF voila pourquoi j’ai des cigares rouler a la main de cuba , bon a demain …ma douche m’attend et je file avant le retour de la mni Darie …GO!GO!

  13. C est le jour des papillotes au caramel , le jour des friandises .
    -Le poème est une friandise-
    Un poème est la friandise
    Qui vous nourrit puis vous détend.
    J’en suis devenu dépendant
    Car je le lis par gourmandise.

    Lorsque l’amour l’aromatise,
    Sucré, salé, ferme ou fondant,
    Un poème est la friandise
    Qui vous nourrit puis vous détend.

    Laissez parler la convoitise
    Quand tout votre être consentant
    A mérité ce remontant.
    Faut-il que je vous le redise ?
    Un poème est « LA » friandise !
    de Maurice Floch .
    Cela se laisse déguster comme un petit bonbon : )

    • Darie, je crois que les bonbons anglais sont meilleurs que les nôtres, d’ailleurs qui a connu le bonbon anglais d’antan, il était fondant. Je trouve amusant de trouver des blagues dans les papillotes, nous avons chez nous les petits fromages apéritif (je ne cite pas la marque) avec des questions à l’intérieur du petit papier, on s’amuse à y répondre et on mange beaucoup de fromages, c’est le but.

  14. Les amis, selon le calendrier républicain dont nous avons fait le tour, demain c’est le jour du bitume, trop drôle au moment où Mme Claude nous quitte. Verlaine réussi à nous en faire quelque vers bien tournés :

    Le bruit des cabarets, la fange du trottoir,
    Les platanes déchus s’effeuillant dans l’air noir,
    L’omnibus, ouragan de ferraille et de boues,
    Qui grince, mal assis entre ses quatre roues,
    Et roule ses yeux verts et rouges lentement,
    Les ouvriers allant au club, tout en fumant
    Leur brûle-gueule au nez des agents de police,
    Toits qui dégouttent, murs suintants, pavé qui glisse,
    Bitume défoncé, ruisseaux comblant l’égout,
    Voilà ma route – avec le paradis au bout »

    ….tandis que Rimbaud, dans ses « Illuminations », nous emmène dans des transports mais en commun pour un tour du monde :

    Métropolitain

    Du détroit d’indigo aux mers d’Ossian, sur le sable rose et orange qu’a lavé le ciel vineux, viennent de monter et de se croiser des boulevards de cristal habités incontinent par de jeunes familles pauvres qui s’alimentent chez les fruitiers. Rien de riche. – La ville !
    Du désert de bitume fuient droit, en déroute avec les nappes de brumes échelonnées en bandes affreuses au ciel qui se recourbe, se recule et descend, formé de la plus sinistre fumée noire que puisse faire l’Océan en deuil, les casques, les roues, les barques, les croupes. – La bataille !
    Lève la tête : ce pont de bois, arqué ; les derniers potagers de Samarie ; ces masques enluminés sous la lanterne fouettée par la nuit froide ; l’ondine niaise à la robe bruyante, au bas de la rivière ; ces crânes lumineux dans les plants de pois, – et les autres fantasmagories – La campagne.
    Des routes bordées de grilles et de murs, contenant à peine leurs bosquets, et les atroces fleurs qu’on appellerait coeurs et soeurs, Damas damnant de langueur, – possessions de féeriques aristocraties ultra-Rhénanes, Japonaises, Guaranies, propres encore à recevoir la musique des anciens, – et il y a des auberges qui pour toujours n’ouvrent déjà plus – il y a des princesses, et si tu n’es pas trop accablé, l’étude des astres. – Le ciel.
    Le matin où, avec Elle, vous vous débattîtes parmi ces éclats de neige, les lèvres vertes, les glaces, les drapeaux noirs et les rayons bleus, et les parfums pourpres du soleil des pôles, – ta force. »…

    et R.M. Rilke dans Lettre à un jeune poète, :

    « Pour nous qui sommes nés dans un environnement moderne, cette forme d’effroi est incompréhensible. Nous qui avons grandi en jouant sur le bitume, nous qui contemplons en rêvant les géométries blanches qui se dessinent dans le ciel- parallèles, sécantes, tangeantes- au passage des avions, ou les reflets mauves ou oranges des nuages la nuit au-dessus des grandes villes, nous ne pouvons que découvrir avec stupéfaction la terreur qui saisit les humains, et singulièrement les poètes, au début du XXe siècle.
    On pensait alors qu’avec l’avènement des machines et l’urbanisation du cadre de vie, la beauté serait progressivement amenée à perdre sa place dans le monde moderne. Que la grâce, le charme, l’élégance abandonnaient la partie, défaits par les avancée d’une technique dont les machines envahissaient le paysage et structurait le quotidien, modifiant au passage, aveuglément, les relations humaines. Et que pour cette raison, les poètes allaient irrémédiablement perdre leur voix faute d’objets contemporains susceptibles d’être proprement « chantés »…
    Bonne soirée à tous, j’ai pris un peu de liberté avec les papillotes mais je me souviens du distributeur de bonbons dans le métropolitain et que penserait Rilke avec nos éoliennes qui ont massacré la poésie d’un simple champ de blé et de coquelicots.

  15. Monique , je me souviens d´avoir donné la recette du gigot-bitume , qui est le repas des ouvriers du bâtiment , à la fin du chantier . Il faut soigneusement emballer le gigot , bien sûr .
    Voici un lien désopilant . J´avais trouvé mieux , pour aider les enfants à décorer la maison .
    J´ai eu un gros fou-rire . Mes filles s´étaient données beaucoup plus de mal , pour les mobiles , les santons en plâtre , les étoiles , les couronnes , et autres guirlandes ! Jugez sur pièces : )) https://www.youtube.com/watch?v=7tBbXS_zp4Q

    • Darie, je me souviens de ce gigot au barbecue du bitume, quelle rigolade, mais pourquoi pas, c’est le système de beaucoup de pays, cuire sous la terre, des aliments dans des feuilles de bananiers par exemple !
      Je viens de visionner le lien, d’abord j’ai eu peur que le gamin ne coupe la manche de son pull bleu, il a une façon originale de faire des confettis avec les ciseaux mais ensuite je plains la femme de ménage, même l’aspirateur va s’époumoner. Les enfants sont inventifs et créatifs, avec de l’imagination tout se recycle et c’est moins cher que d’acheter la bombe de confettis brillants. Je connais une dame qui fait de la récupération, y compris les bouts de ficelle jusqu’aux boîtes de conserves, chez elle c’est très déco sans dépenser beaucoup d’argent, elle retaille, repeint, fabrique même un lampadaire avec les boîtes de conserves ! elle a beaucoup de goût et est très habile. Avec de vieilles ventouses du grand-père, elle a fait des godets lumineux de toutes les couleurs, ça fait style ambiance feutrée bleue, jaune, rouge, verte…

      • Bonsoir Monique , en Nouvelle-Zélande , autour de Rotorua , où il y a des geysers , sources chaudes , les gens cuisent leur poulet au fond du jardin ! Ils ont des sources chaudes à domiciles , mettent des roches plus ou moins grosses pour faire support . On met la cocotte
        là-dessus , une grande couverture . Et on revient dans une heure . c´est prêt . Bonne soirée .

  16. Darie ce doit être un pays extraordinaire la Nouvelle-Zélande, je ne connais pas, le temps de vol m’a effrayée, 24 h. d’avion je crois ! c’est bien de se servir de l’environnement pour vivre finalement comme le faisaient nos paysans d’antan, on cuisait sur la pierre, rien à voir avec nos « pierrades » électriques de table.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s