On le bat avec les pieds

Et lui-même a remplacé la terre battue.

Une citation de Victor Hugo m’ a suggéré le mot
du jour , le pavé.

« Le plus excellent symbole du peuple, c’est le pavé. On marche dessus jusqu’à ce qu’il vous tombe sur la tête. » 

Victor Hugo, Les Misérables.

image(Giovanni Boldini)

Publicités

101 réflexions sur “On le bat avec les pieds

  1. Bonjour les fleurs du pavé, car elles ont existé, nos poètes les ont tant aimées du côté du Chat Noir et à Montmartre, le soir ! battre le pavé ou taper de la semelle, pour moi c’est attendre quelqu’un qui est en retard… oui, dans mon cas cela ne peut pas être autre chose. J’aime la carte ancienne mise par Dominique, c’est le pavé de 1900, nous voilà propulsés à la Belle époque qui ne le fut pas, Cespoètes et peintres malades, fiévreux, affamés, ils ne savaient pas que deux siècles après ils seraient milliardaires et que l’on s’arracherait leurs toiles !
    Les Misérables, un chef d’œuvre, et la chanson des Gueux de Richepin qui a été condamné pour outrages aux bonnes mœurs. !
    Pour nos poétesses et le »pavé », c’est Hélène Picard que j’aime beaucoup, j’ai la chance d’avoir déniché un jour, entre deux casiers poussiéreux dans une petite librairie artisanale du 11e arrdt, quand dormait encore dans ces quartiers populaires, l’esprit de Paris, un fascicule des poésies de cette poétesse de grand talent.

    La Vie

    Je crus à la fierté d’un certain déshonneur,
    Aux ferveurs de vermouth, aux rêves des lanternes
    A ce rouge as d’amour, à ce riche as de cœur
    Beau comme l’incendie, l’échafaud, les casernes…

    J’ai chéri les printemps peints sur les murs des bars
    Entre les miroirs purs et le bruit de fontaine
    Aimé par les soirs doux, humectés de brouillard
    L’absinthe au filtre vert qui secouait Verlaine.

    Hélas, il fallait bien, dans d’étranges quartiers,
    Confondre le couchant, les clairons, les oranges
    La lueur des quinquets et la peine des Anges
    Les cerfs-volants déchus et les clowns dédorés.

    Il fallait bien vouloir ce désordre de la foule
    D’affiches au cœur jaune et de louches clartés
    Et la flûte dont l’âme inconsolable coule
    Sur le seuil pluvieux des cirques désertés.

    Je crus au tendre accueil des pauvres crémeries
    A l’abjecte bonté des chansons de coiffeurs
    A la pitié de l’aube et de ma rêverie
    Quand l’assassin traqué rencontre un char de fleurs.

    Je crus vraiment à l’héroïsme des bastringues
    Aux batailles d’azur des punchs et des ballons
    A la séduction foraine des meringues
    Aux acides amours, frais comme des citrons.

    A l’orgue errant du soir qui, dans les faubourgs sales,
    Délivre un rossignol pour l’âme des bistrots,
    Au vin qui fait chanter ses méchantes cigales
    Dans un cœur vagabond plein de coquelicots.

    « Hé là ! » Je commandais le gros pot de verveine,
    La guitare, l’ombrage, un roman à neuf sous,
    Et je laissais danser mon âme suburbaine
    Sur la sévérité pompeuse des voyous.

    Mon lyrisme ? Ah ! Garçon chéri, mais, pour te plaire,
    Je lui tranchai la tête avec le couteau fin
    Dont je te menaçais, dans mes jours de colère,
    Quand le vent des fortifs avait mordu ma main.

    Ma candeur suspendait, en guirlande, aux tonnelles,
    Son âcre odeur de feuille et son papier vermeil,
    Mon gosier de colombe était plein de querelles,
    J’avais les griffes d’or des chattes au soleil.

    Mes cheveux me coiffant d’un casque de bassesse,
    Comme je sus, d’un double battement des cils,
    Accorder à ton poing, défendre à ta caresse
    Ma gorge où l’œillet blanc fait trembler ses pistils !

    J’étais fière d’avoir pris l’infâme défroque
    Afin de t’étonner, ô mon mauvais garçon,
    Et d’avoir surpassé la bravade équivoque
    Qui luit de ton œil jaune à ta jeune chanson.

    Ah ! murmurait Avril, les tirs sont noirs et roses,
    Des bosquets, on entend mon tambour de forain…
    « Hé là ! » Nous commandions la bouteille de vin :
    On la servait entre tes vices et mes roses.

    Eh ! Que veux-tu ? Je t’ai payé argent comptant.
    Que tu me coûtas cher, mon rare et beau complice !
    J’ai cru que c’était vrai, dans ton œil éclatant,
    L’assassinat, l’or faux et le feu d’artifice.

    Si tu savais combien j’ai cru que c’était vrai !
    Alors, j’ai renchéri puisque je suis mauvaise,
    Et je t’ai combattu avec le rire gai
    De deux couteaux en croix et du numéro 13 !

    J’ai renversé le sel, un soir, un vendredi,
    Sur le miroir brisé d’où s’en allait ta chance
    Comme il a prodigué sa coupable innocence,
    Mon cœur de repasseuse insolent et fleuri !

    Parce que j’adorais les naïves pancartes,
    La roulotte à la Fête et Madame Flora,
    J’ai cru que c’était vrai la colère des cartes
    Entre le basilic, la cage et la polka.

    Parce que j’adorais les serments et l’injure,
    Les peignes étoilés et le punch orageux,
    J’ai cru que c’était vrai cette bohème impure,
    Ces tragiques bouquets dont je frappais tes yeux.

    Parce que j’adorais les cache-nez vert aigre,
    La giboulée en fleur dans des quartiers sournois,
    J’ai cru que c’était vrai le printemps de la Pègre,
    Et ses durs chevaliers et leurs chevaux de bois.

    Crois-tu ? Quel romanesque ! Et j’étais si sincère…
    J’ai cru que c’était vrai, bien vrai, toi, moi et nous,
    Les hottes de lilas au dos de la misère,
    Les astres du manège au fond des yeux jaloux…

    La double poésie abominable et fine
    Qui mettait, dans ton âme, en un charme sans nom,
    Les larmes, l’impudeur, le crime, l’aubépine,
    Et l’écho affaibli des Stances à Manon.

    Il pleut. Ma porte est close et… Madame et servie.
    Que tu es loin ! Je peux ne jamais te revoir.
    J’entends les pas des bons bourgeois, sur le trottoir.
    Une Ombre sans éclat me dit : « Je suis la Vie… »

    D’humbles, de tristes voix crient les journaux du soir.

    (Dans Pour un mauvais garçon, 1927)

    Qui se souvient de la chanson « Julie la rousse » de René Louis Laforgue, la chanson a tenté de battre ce pavé, ce fut un grand succès de l’époque…..il s’ est tué en voiture sur la route en 1967, à l’âge de 39 ans. A plus tard.

  2. Chaque mot a son exception, ainsi le haut du pavé est tout le contraire :

    « Bien avant l’apparition du tout-à-l’égout et des trottoirs, les rues et ruelles qui étaient pavées, n’étaient pas plates. Elles avaient une forme en creux, le haut du pavé contre la facade des habitations et le creux, au centre de la rue, servant d’égout à l’air libre pour évacuer les eaux de pluies mais aussi toutes les eaux usées qu’y déversaient les habitants.

    En l’absence de trottoir, les piétons marchaient le plus près possible des maisons pour éviter de s’approcher du cloaque situé au milieu.
    Lorsque des nobles ou aristocrates, ou des gens respectables, ne seraient-ce que par leur âge, croisaient des gens du peuple (mais c’était souvent simplement l’apparence ou la richesse des vêtements qui servait de repère), ces derniers devaient se décaler vers le centre et laisser le haut du pavé aux gens supposés être de la haute société.

    C’est ainsi que les gens qui tiennent le haut du pavé sont des personnes qui ont une situation sociale élevée ou qui en dominent d’autres. » (expressio)

  3. Bonjour la compagnie!  » Sous les pavés, la plage! »..A l’été 68, on vendait à Paris des pavés en plastique, dont je ne sais s’ils couinaient quand on appuyait dessus..
    J’ai laissé « Chant d’automne » de Baudelaire,, lugubre, et propose du poète polonais Edward Stachura (1937-1979:
    L E TEMPS S’ÉCOULE ET TUE LES BLESSURES
    « Ecoute, abandonnée par lui,
    L’inconnu ami :
    dans ta détresse
    sur le balcon, ne sors pas,
    ne sors pas !
    Sur le pavé élevé ne va pas,
    ne va pas !
    Sur le trait de l’ombre ne cours pas !
    Attends, seulement attends un peu ! Ecoute, abandonné par lui
    l’inconnue amie :
    dans ta détresse
    sur le balcon, ne sors pas,
    ne sors pas !
    Sur le pavé élevé ne va pas,
    ne va pas !
    Sur le trait de l’ombre ne cours pas !
    Attends, seulement attends un peu ! Je vous jure que le temps coule !
    Qu’il s’écoule et tue les blessures !
    Je vous jure.
    Je vous jure.
    Je vous jure qu’il passe !
    Qu’il soigne les blessures, je vous jure ! Donnez le temps au temps,
    (Laissez le passage aux noirs nuages :
    sur vous, à travers vous et entre vos lèvres
    Ils sont déjà loin, derrière les montagnes.
    Et voici, le jour arrive, le jour nouveau !)
    Seulement laissez-lui le temps. Donnez le temps au temps.
    Sinon quel, quel,
    Oh ! quel dommage
    Ce serait pour nous ! « 

  4. Pour l’étymologie de « paver, pavé », on va faire du chemin: < : pavīre, 1. Battre (la terre), aplanir, niveler.2. Battre, frapper.
    < radical indo-européen commun *pēu-« frapper » qui donne aussi depuvire, putare, puteus « puits, trou, tranchée », – pudere « être frappé de honte », pro-pudium« honte » ou encore pavere« être frappé de crainte ». La parenté avec le grec ancien παίω, paíô« frapper » est probable. De paíô dérive Παιάν, Paián( un des surnoms d'Apollon)
    (selon une autre source,from PIE *pau- "to cut, strike, stamp" (cognates: Latin putare "to prune;" Greek paiein "to strike;" Lithuanian piauju "to cut," piuklas "saw")
    Je vais "décortiquer" putare:1.Rendre pur, nettoyer, battre le linge, fouler la laine il fallait battre le linge et fouler la laine pour en extraire la saleté.
    2. Couper, émonder, élaguer. 3. Mettre au net, apurer
    4. Compter, calculer, examiner, peser, réfléchir à, songer à.
    5. Supposer, estimer, évaluer,
    6.Penser, croire,
    D'où, en français, putatif, supputer, supputation,député, disputer, imputer, réputation, etc… et computer , le verbe peu utilisé et notre ordinateur anglais, mot repris par les Italiens..
    On voit clairement ce que les mots latins cités au début sont devenus en français.

  5. Paul VERLAINE < : La bonne chanson)
    "Le bruit des cabarets, la fange du trottoir,
    Les platanes déchus s’effeuillant dans l’air noir,
    L’omnibus, ouragan de ferraille et de boues,
    Qui grince, mal assis entre ses quatre roues,
    Et roule ses yeux verts et rouges lentement,
    Les ouvriers allant au club, tout en fumant
    Leur brûle-gueule au nez des agents de police,
    Toits qui dégouttent, murs suintants, pavé qui glisse,
    Bitume défoncé, ruisseaux comblant l’égout,
    Voilà ma route – avec le paradis au bout."

    L'impression que laisse le tableau de Giovanni Boldini est nettement plus gaie!

  6. Bonjour , commérages sur le pavé du marché ! Beau et intéressant sujet , Dominique , on le voit aux poèmes donnés dès les premiers bavardages , par-dessus les étals des marchands : )
    Mais attention ,  » pavé  » pour moi signifie galère . L´enfer du Nord … les trajets en vélo , et pas seulement pour les champions e la petite reine , je l´ ai aperçu devant le chez-nous de ma jeunesse . On roulait sur les côtés , flaques d´eau comprises , gadoue aussi . Mais les pavés sont sous l´asphalte maintenant . Tant pis pour les monuments historiques …
    -LES PAVÉS DE PARIS-ROUBAIX-
    Les pavés du diable de l’enfer du nord,
    Sentiers battus qu’acheminent en farandole,
    Des hommes blindés épris d’aventures folles,
    Souvent inondés à l’approche de leur port…

    Foncent en héros, dans la boue ou la poussière !
    Pralinant les visages de surnaturel…
    Ne laissant apparaître que les yeux au ciel ! ;
    Pour cadeaux, pieusement, la douleur en trière…

    Les chutes, fractures, glissades, sont du jour…
    Pleurent ! bien mal en pis renfourchent leurs machines ! ;
    Quand crevaisons, bris quelconques, les éliminent…

    Seul, deux, en petits groupes, sautillent toujours !
    Ces grognards en campagne, aux ailes méritoires,
    Se feront du premier au dernier, leur victoire !
    de Jean-Claude Collas .
    Qu´est.ce qu´une trière ? C´est une galère de combat antique , me dit wiki . La plus célèbre , que nous connaissions sans le savoir , est sur quoi est posée La Victoire de Samothrace ,
    la plus belle statue que je connaisse . Quel élan !
    Bonne journée ( à 0° pour nous , avant la reprise des hostilités de Kung Bore . Il revient à la charge dès demain …. )

  7. bonjour ..

    une journée misérable ….en météo bien sur non en esprit ..

    victor hugo …les misérables , un bon livre que j’ai dévoré plusieurs fois , pas en film trop souvent mal interprété, battre la pavé de gavroche au soixante-huitard , je ne suis pas un miséreux non plus un ancien marcheur de mai 68 , je me rappelle bien de ces années qui m’avait donner un peu de réconfort par ce grand soulèvement des français sur la très mauvaise gestion de la France et la démission du président une année après cette événement , je lui est pas dit une main sur le coeur qu’il est un peu merdeux l’adieu remplie de mensonge sans soucis de souffrance et du reste , faire volte face sans détour après le dernier tour , l’arriver des premiers émigrés d’un pays qui venait d’avoir depuis peu l’indépendance, des adieux j’en connais pas d’heureux , c’st comme la mort je connais pas d’homme qui l’attende avec impatience , battre le pavé , avant il y avait des pavés a jeter au nez de figure de police , de nos jours ce’st plus nique la France ou le jet de bouteille de coca remplis de vide , on bat lus de nos jours les landes et plaines que les rues de grande ville , ce qui ne change pas c’est les gens comme au larzac , défendre un site sans savoir parler la langue du pays ou venir en coupé sport ou en combi w c’est toujours de pratique ce qui et toujours d’actualité c’est l’herbe qui porte le nom de marijuana … ceux qui me fait rire ( vue a la télé il y a des semaines ) ces opposants de la grande écologies bio , contre le béton et autres font bruler des millier de pneus usagés pour se réchauffer dans les champs …..bien!bien! camarade fait tourner le joint …..hi!hi!…a plus je travaille ..GO!GO!

  8. Les pavés en musique, Lys Gauty mais aussi Cora Vaucaire et bien d’autres, des messieurs l’ont chantée aussi, comme Claude Nougaro : Les petits pavés

    « Las de t’attendre dans la rue
    J’ai lancé deux petits pavés
    Sur tes carreaux que j’ai crevés
    Mais tu ne m’es pas apparue
    Tu te moques de tout je crois
    Demain je t’en lancerai trois

    Par devant ta porte cochère
    Pour faire tomber tes amis
    Trois et quatre pavés j’ai mis
    J’exècre tes amis ma chère
    Demain je recommencerai
    Et tes amis je les tuerai

    Si tu ne changes pas d’allure
    J’écraserai tes yeux ton front
    Entre deux pavés qui feront
    A ton crâne quelques fêlures
    Je t’aime t’aime bien pourtant
    Mais tu m’en as fait tant et tant

    Les gendarmes en cavalcade
    Me poursuivront après ce coup
    Pour m’attacher la corde au cou
    Je me bâtis ma barricade
    Et sur les pavés je mettrai
    Mon cœur durci par le regret

    Autant de pavés par le monde
    De grands et de petits pavés
    Que de chagrins encavés
    Dans ma pauvre âme vagabonde
    Je meurs je meurs de tout cela
    Et ma chanson s’arrête là. »

  9. Les pavés, c’est la rue, j’avais donné ce petit texte populaire je ne sais où, certainement sur les 39marches, ou bien sur gavroche… mais je le redonne ici :

    La rue

    La rue s’éveille dans un juron,
    au loin on entend le crieur de journaux
    le marché installe ses premiers tréteaux
    la rue embaume les quatre saisons.

    Eh ! la commère de ta bouche édentée
    quel potin cries-tu de si bon matin
    ta miche de pain sous ton bras calée
    chignon en bataille et regard malin.

    Le métro engouffre un flot d’ouvriers
    en bleus, casquettes et musettes
    a tant se serrer, à tant se ressembler
    on dirait une armée battant retraite.

    Couché sur un banc le pochard
    tout en baillant, sort de son brouillard
    embrumé de nuit, serrant sa bouteille
    prêt à renouveler les joies de la treille.

    La rue intrépide, haute en couleurs
    grouillante et populeuse, ronronne de rumeurs
    dans l’air léger un vent discret
    amène aux narines l’odeur du café frais.

    La taille moulée sous un jupon qui danse
    l’insolence aux dents, l’œil plein de hardiesse
    Fleur de Pavé t’es la providence
    des gars du hasard en mal de tendresse.

    Midinette de quat’sous sur tes talons juchée
    quel est ce rendez-vous qui te rend si pressée
    l’amour qui n’attend pas s’en va conter fleurette
    et demain verra se faner tes violettes.

    Poil de Carotte, sac au dos et tout ébouriffé
    d’un pas nonchaland suit son vagabondage
    c’est la rue qui lui lance sa première dictée
    quand il pique une pomme au bord d’un étalage.

    Petit diablotin dans ta sacoche
    Y a moins de cahiers que de taloches
    dans ta frimousse piquée de rousseur
    c’est la rue qui dévale dans tes yeux rieurs.

    Le chanteur des rues pousse sa goualante
    éternel refrain des amoureux d’un jour
    image de la rue des années cinquante
    chaude et familière, rue des mes amoures »

    ML
    (copyright)

    Il y a tous les clichés dans cette rue, mais j’ai oublié Mme Irma !!!! si mes parents avaient su un jour que j’écrirais un tel pamphlet, ils m’auraient envoyée en pension ! aï, aïe.

    • C´est bien Monique , et même très bien , il manque madame Irma , et le rémouleur , les bougnats , les rosières , mais on les imagine . Les Halles aussi du pavillon Baltard , il n´en reste plus qu´un , et heureusement qu´il a été sauvé , par un américain d´ailleurs . Les français ne
      se sont pas interposés pour les autres , quel dommage !

      • Bonjour Darie, mais j’ai connu le petit rémouleur, il passait dans les cours des immeubles, comme le vitrier ambulant et le marchand de peaux de lapins… il y avait aussi le chanteur de cour, la matelassière, la rempailleuse et d’autres ! j’ai adoré me promener le nez au vent dans le faubourg St-Antoine du temps des petits métiers et des petites échoppes… que c’est loin tout cela. Superbe le pavillon Baltard, j’y allais souvent ! j’ai assisté à la démolition des Halles de Paris et à la construction de « l’usine » Pompidou…. vous me direz à cela, qu’il est loin où au delà de la montagne Ste Geneviève, le faubourg de Lutèce, c’était la rase campagne et l’on voyait venir de loin les envahisseurs ! Paris n’a rien gardé de son charme populaire à part quelques petites rues lépreuses qui tomberont un jour ou l’autre sous les pelleteuses.

  10. On retrouve cette atmosphère du vieux Paris dans les romans de Robert Sabatier, avec Olivier.. ces petits métiers dont vous parlez, Monique, animaient aussi les rues des villes de province, qui étaient le royaume des enfants: les trottoirs, parfois la rue même, étaient de vaste cours de récréation où l’on faisait connaissance avec les petits voisins pour les jeux après le travail…
    Je viens de voir qu’il a existé des pavés en bois, qui subsistent apparemment passage Saint-Maur à Paris:  » À Paris, en 1882, les Champs-Élysées furent pavés en bois et beaucoup de voies de la capitale suivirent. S’ils furent progressivement remplacés par des pavés en pierre moins glissant et moins coûteux à partir de 19054, ils perdurèrent néanmoins car ils évitaient aussi les inconvénients de la pierre – les bruits de roulement – et ceux de l’asphalte – le ramollissement lors des saisons chaudes et les nids-de-poule après les gelées (référence : La Science et la Vie no 2 de mai 1913). Ainsi en 1913, environ 25% des rues de Paris étaient recouvertes de pavés de bois de pin des Landes et plus rarement de mélèze des Alpes ; ils seront définitivement abandonnés à partir de 1930; »
    L’aricle ( Wk) parle aussi des rues du centre ville de Sofia pavées de céramique jaune….

  11. Sans aucun doute, les villes antiques romaines, et singulièrement Pompéi ou Herculanum, n’auraient pas pu offrir de pavés à barricades; pourtant les « pavés » y sont toujours visibles: » les rues sont pavées de gros blocs de lave de forme polygonale, enchâssés les uns dans les autres et consolidés par des coins de fer des cailloux ou des morceaux de marbre ou de granit introduits entre les joints à coups de masse ».;
    Les piétons les traversaient sur des moellons surélevés et le passage répété des chars y a laissé des ornières parfois profondes: ces passages piétons et ces ornières laissées par les chars sont une des caractéristiques de Pompéi, visibles sur nombre de photos.

    • Bonjour Mareria, les pavés de mai 68, je m’en souviens, un mois de panique folle, des grèves, pas de ravitaillement, le lait et les pommes de terre n’arrivaient pas sur les étals, une mini révolution qui n’a durée que le temps des cerises, mais qui a détruit toutes les bases fondamentales qui faisaient notre société…. que dire de l’éclatement famille et de l’éducation nationale d’aujourd’hui ! je préfère de loin les pavés de Pompéi et ceux de la Grèce antique ! …. en Novembre 2015, dépose et repose des pavés du château de Chantilly, il faut les admirer de nuit et sous la pluie à la seule lumière des réverbères, c’est surréaliste.

  12. Quel bonheur de se promener chez Giovanni Boldini, il a magnifié la grâce des femmes, le tableau « la toilette » est superbe, jusqu’aux détails, quelle féminité ! et la princesse Radzwill et le portrait de Lina Cavalieri somptueux…. ne pas manquer « Omnibus in Place Pigalle » comme si on y était, détails des chevaux et des pavés, quel coup de pinceau.
    je lis qu’il a travaillé à Paris et à Londres, je ne le connaissais pas.

    • Monique , je suis si occupée à lire le journal , que j´ai oublié ce peintre talentueux .
      Il a peint magnifiquement les femmes , j´ai regardé plusieurs tableaux attentivement .
      Dominique connait une mine de peintres extraordinaires . Il faut dire que vivre à un jet de pierres des plus grandes galeries du monde , est un privilège ! Moi je pleure de ne pas en avoir autant : (( Je ´étonnais qu´un italien ait pu peindre des femmes sur le pavé parisien , mais
      il est parti assez tôt à Paris . Mais j´ai sur wiki , qu´il ne résidait pas à La Ruche : )

    • Et je suis très séduite par le portrait de Verdi!;;Sa page entraîne à la découverte d’autres peintres, dont le groupe des Macchiaioli , anti-académiques à l’origine ( Le musée de l’Orangerie à Paris leur a consacré une exposition en 2013)

  13. on le bat avec les pieds !!!! le pavé , l’ancien ne bat pas le pavé que celui-ci soit moux ou bien affiner , je ne suis pas un saint mais je le bat pas a coup de pieds ni marquer par le cuit d’un martinet , il est comme un dieux sortit d’un chemin pour finir le festin le pavé d’afinois , comment marcher sur sa croûte fleurie double-crème à pâte molle en criant ah ! ça ira, ça ira, ça ira , je suis un ancien soldat mais non chanteur des rues du nom de lardé a larder le pavé avec une lame déconvenue mal aiguisée , sans oublier que pour écrire des paroles de contredanse populaire assis sur un violon en contrebas (se) du théâtre des beaujolais un soir de beuverie de vinasse , m’enfin en plein milieu d’une rue le klaus jouant le tocsin sur un clavecin cela serait fort mal-saint surtout en compagnie du diable , mafois l’ancien la bouche ouverte en braillard a sonner les cloches avec effroi la tête contre un beffroi , pour finir mon commentaire comme je suis un peu bête , partit fouler le pavé c’est comme le foulage des grains de raisain en l’écrasant avec les pieds pour en faire sortir la pulpe et son jus , fouler le pavé un certain 14 juillet 1790 c’est avoir écraser les aristos pour en faire sortir le jus qui a peint les pavés des rues en rouge , moi en tant qu’étranger ce que je retient de la révolution française c’est surtout la séparation de l’église et de l’état……nous serions comme ceux de l’orient ……a demain matin……….GO!GO!

    • Klaus , à propos de beffrois , je croyais qu´ils n´existaient que dans le Nord . Mais non ! Il y en
      a aussi en Provence . Et quand j´ai su cela , j´ai été très surprise . Vous avez des beffrois
      dans votre région ? Dans le Nord , ils sonnent le carillon . Mais dans le sud , je ne sais pas .
      Bonne soirée .

      • en provence nous sommes des cendrillons en jupons dansant sous un air de carillon habillé en grillon et cigale pour les dames .sauf que chez nous les beffrois ont l’accent de marseille …bises

      • Vous m´en voyez surprise Mareria . Nous avons assisté à un beau concert dans le jardin du château de Fougères , mais je ne me souviens pas du beffroi . Nous avons trop fréquenté les plages , mais avec des jeunes enfants , des ados , parfois on privilégie les loisirs , au dépens de la Culture : ( J´ai lu qu´il carillonne aussi , et ce depuis 600 ans ! Extraordinaire …

  14. comme vous savez je ne tape plus le pavé devant la télé par des petites colères , je regarde un peu sur le net et fait lecture en homme libre de ce qui me fait plaisir , je laisse les almagames dans leurs gammes , sur la radio ( ondes militaire gendarmerie ) , j’ai mis en route mon yaesu FTdx9000 D , non pour aligner sur le 160m a 10m ou sur les ondes 50mhz, 144mhz ; non plus sur les ondes 432mhz, je n’écoute pas ni trafic en phonie ( blu ou fm) , j’écoute la gendarmeie l’armée l’aviation les martiens et les chats du quartier les téléphonnes si je veux hi!hi! , j’ai écouter une convers entre deux gardes bleu de carrefour que deux églises ont était incendiées , une a fontainebleau et l’autre a veneux-les-sablons, j’écoute surtout les avions de ligne car les bateaux c’est rare ici au domaine , je parle parfois a un gaulois qui vit en australie et un autre au japon , ce n’est plus ma passion surtout que j’ai jamais été radio , mais comme j’aime les mathématiques linéaires des ondes et des mètres multiples des scope PSK-ARQ et les alpha SSTV, bon voila je sais juste cela , a demain toutes ..GO!GO!

  15. Papy, je t’ai vu passer sur le journal…. que des mauvaises nouvelles et l’inertie des pays européens me glace le sang…. mais d’où viendra le sursaut qui va mettre fin à tout cela ? on s’enfonce dans l’intolérable en pensant que notre bonté est sans limite. Mais où sont les hommes d’antan ?

    • Monique , notre JT vient à -l´instant- de parler de ce qu´il s´est aussi passé à Stockholm …. onze jours après … A Kalmar , 30 secondes rapides , sans précisions , il y a 2 jours . Mais à Stockholm , seulement à l´instant . Si ce n´est pas scandaleux , c´est que je ne connais plus le sens des mots … Où sont les hommes d´honneur ? j´espère qu´il y en a encore , mais qu´ils
      n´auront pas peur . Défendre une fille peut être dangereux .

      • Darie, en cherchant, j’ai trouvé un article de ce jour de 20mn et sur.rtl.be où il est dit « Dans le cas suédois, les agressions ont été commises pendant les éditions 2014 et 2015 de We Are Sthlm, » Cela n’est pas plus rassurant!

  16. On voit sur le tableau de Giovanni Boldini , que les pavés sont luisants de pluie , d´eaux usées ; et « les pavés glissants » est une expression connue . Un voisin de mes parents est dcd d´un accident vraiment inattendu . Il avait un cheval , et celui-ci a dérapé sur les pavés de son entrée alors qu´il rentrait de balade . La chute brutale , et le poids de l´animal lui ont été fatals .
     » Sous les pavés , la plage !  » , c´était le slogan connu , et Mareria essaye de nous fourguer des faux pavés en plastoche : )) qui couinent en les pressant .
    Maintenant , la plage est sur l´asphalte des bords de Seine . Du sable qui coûte cher aux parisiens , parait-il .

    • Mais je les ai vus, de mes yeux vus, ces faux pavés! ( et le service d’ordre des cars de police dans le quartier latin en juillet, impressionnant.
      A propos de mort « stupide », un des peintres  » Macchiaioli « ,le Napolitain Giuseppe Abbati, est mort à 32 ans de la rage , des suites d’une morsure de son chien…

      • Mareria , j´ai relu ce qu´on dit sur la maladie de la rage . Elle doit provoquer de grandes souffrances , et autrefois , c´était la mort inéluctable . Les gens qui achètent des chiots clandestinement sont fous ( souvent des pays de l´est ) , car il n´y a pas de contrôle sanitaire .
        On en a déjà parlé , mais je ne sais plus si c´est en Suède ou en France .
        Je n´ai jamais vu les faux pavés . C´est kitch à souhait : ))

  17. Toutes les villes ont maintenant leur « Paris-Plage » l’été le sable et l’hiver la glace ! ce que cela coûte au contribuable, avec des employés municipaux pour surveiller que les SDF ne viennent pas polluer le sable avec leurs liquides !
    J’aime bien la rubrique des morts stupides ou insolites :

    -540 av. J-C Milon de Crotone, athlète grec connu pour sa force prodigieuse, veut tester sa force en achevant de fendre un arbre ouvert en deux. Mais il présume de ses forces et ses mains restent coincées dans le tronc de l’arbre. Immobilisé, incapable de se défendre, il est dévoré par des loups.
    – 207 av. J-C, Chrysippe de Soles, philosophe stoïcien, meurt au cours d’un banquet auquel il est invité : voyant un âne qui mange des figues disposées pour les invités, il est pris d’un fou rire inextinguible, et finit par s’étouffer. Autrement dit, il meurt littéralement de rire.

    – 1131 Philippe de France est tué par un cochon.

    – 1911 Jack Daniel, fondateur de la distillerie Jack Daniel’s, mort d’un empoisonnement sanguin résultant de complications dues à une blessure à l’orteil qu’il s’était infligée en donnant un coup de pied à son coffre-fort, dont il ne se souvenait pas de la combinaison… six ans auparavant !

    – 1923 Frank Hayes, jockey américain, meurt d’un infarctus du myocarde durant une course hippique. Le cheval, Sweet Kiss, gagne la compétition, faisant de Hayes le premier jockey mort à remporter une course.

    – 1941 L’écrivain américain Sherwood Anderson avala un cure-dent à une fête et mourut d’une péritonite.

    – 1978 Georgi Markov, dissident bulgare, meurt assassiné par empoisonnement à Londres. Un inconnu lui injecte dans la jambe une petite bille métallique contenant de la ricine, un poison violent, à l’aide d’un parapluie bulgare. ……………. on se souvient tous du coup de parapluie !

    – 1999 Betty Stobbs, une femme de 67 ans originaire de Durham, en Angleterre, est tuée quand un troupeau de moutons attaque son vélo. Elle tombe d’une falaise de 30 m. Elle survit à l’accident, avant d’être écrasée par la chute de son vélo.

    – Tué par une vitre pas très solide : un notaire de 39 ans, Garry Hoy, est tombé du 24e étage de l’immeuble Bank Tower à Toronto en démontrant la solidité des vitres à des étudiants. Son coup d’épaule sortit la vitre de son cadre et il s’écrasa 24 étages plus bas. »

    Et notre poète Emile Verhaeren, le 27 novembre 1916, prononça une conférence antiallemande tellement appréciée, à Rouen, que ses auditeurs lui firent une ovation et l’accompagnèrent jusqu’à la gare : sur le quai de la gare, la foule était si enthousiaste et nombreuse qu’elle poussa l’auteur adulé sur les rails, où il fut haché menu par le train qui devait le ramener à Paris… »

    Il y en a bien d’autres, c’était histoire de sourire un peu !

    • Et Félix Faure , Monique , d´une crise cardiaque dans les bras d´une dame … : ))
      Et Charles VIII , époux de Anne de Bretagne , est mort après s´être tapé si brutalement le front sur le chambranle de pierre d´une porte , au château d´Amboise , qu´il en mourut …
      Est-ce que ce roi était très grand , ou que la porte était basse ? je ne sais pas mais c´est ballot .

      • Darie, et monseigneur Daniélou ??? un scandale que l’église a voulu à défaut d’étouffer, minimiser, on a même dit qu’il voulait sauver cette âme perdue. Pour le président Faure, on a tous retenu la question du médecin au valet de chambre : « monsieur a-t-il toute sa connaissance ? »… réponse du valet de chambre :  » – non, monsieur elle est sortie par la porte de derrière ! » …. mais le plus increvable de tous, ce fut Raspoutine, j’ai lu quelques livres sur le personnage le moins que l’on puisse dire c’est qu’il a résisté à tout, au cyanure, aux balles pour finir noyé, puisque qu’après avoir été tiré mort des eaux glacées, il y avait de l’eau dans ses poumons, c’est donc qu’il respirait encore !
        Les refusés pleuvent, je viens d’avoir encore un avertissement dans ma boîte mail !

      • Ce raspoutine , Monique , le mauvais génie de la tsarine … Mais elle était sous son influence pour sauver son fils hémophile , je pense . Un gourou , un manipulateur hors pair .
        Je ne savais pas qu´on avait tout fait pour le supprimer .
        Gérard Depardieu a joué ce personnage , et je suis tentée de voir le film .
        Il y a eu aussi un évêque de Lille qui frayait avec une dame pas très nette ; c´est resté secret , mais pas pour moi . La dame résidait dans la même rue qu´une amie : ))
        Je ne sais plus le nom de l´évêque , mais si vous insistez , je chercherai . rire .
        Heureusement que nous pouvons rire sur ce blog si plaisant de Dominique , parce qu´en ce moment , je suis d´humeur sombre .
        Je me doutais qu´il y avait un gâteau qui s´appelait un  » pavé  » , et je vois à l´instant que c´était
        « le pavé de Venise  » , pâte feuillée , avec entre feuilles , de la crème pâtissière , des amandes ,
        du Grand Marnier … c´est somptueux . Bonne soirée , tutti .

  18. Darie, nous avons des précédents avec le clergé ainsi L’abbé Prévost (1697-1763) auteur de Manon Lescault, retrouvé inanimé en pleine cambrousse. On pratique une autopsie pour connaître la cause de la mort, et l’abbé se met à hurler… trop tard, il venait de mourir d’un coup de bistouri »….. avouez quand même que c’est affolant, j’imagine la même chose car il parait qu’ici, notre service de thanatopraxie avait commencé la toilette du mort lorsque celui-ci s’est réveillé… il a été transporté d’urgence à l’hôpital où il est mort vraiment le lendemain.
    Je viens de supprimer dix de mes commentaires refusés, maintenant on le peut… je suis modérée pour rien, c’est de la discrimination pure. Depuis que j’ai repris mon pseudo initial, c’est la débâcle et j’ai constaté que finalement les internautes ne m’avaient pas reconnue sous fortalarmant ! je ne connais pas ce gâteau en question mais ne ressemblerait-il pas au Pithiviers ? ce doit être succulent mais comment le trouver !!!
    Je me suis énervée aussi sur le journal, surtout quand j’ai dit que la chancelière pourrait avoir à faire face à terme à un 2e Nuremberg, c’est la fossoyeuse de l’Europe….. bonne fin de soirée

  19. Bonjour a toutes…

    une journée a poser le plat du pied a ce qui va venir hi!hi! …le travail ….

    comme a écrit Monique que de mauvaise nouvelle comme si cela serait devenue un bien-fait pour la france , cela glace le sang et fait tomber le moral , l’intolérable est dépasser depuis longtemps , les hommes et femmes sont devenus des moutons sous les joutes des associations.et d’une politique prédéfinie , quand je pense que certains vieux mangent de la soupe par manque d’argent pour acheter des dents sur ratellier et voila les nouvelles cabanes tout confort, climatisé réversible avec écran plat télévisuel et internet , tarzan va se perdre dans cette jungle , je suis sûr que ces gens et d’autres qui arrivent gagnent plus d’argent dans le mois que moi , je suis pas idiot je sais combien touche un réfugiè et je sais combien touche une personne qui n’a jamais cotisé en france pour la retraite et qui touche le minimum social ( environ 850 euros ) , voila cela est vrai je vais sur le net sur le journal , je choisis mes articles je ne veux pas me retrouver avec un esprit imposer a une diction pour que je me trouve une responsabilité a ceci ou cela , moi je me trouve pas responsable de ceux qui ne mange pas je ne suis pas syrien ni un religieux encore moins du hezbollah libanais qui entourent la ville , les photos en boucle pour nous donner une larme non pour une responsabilité , qui a vu une guerre sans ces éxactions , une guerre c’est des meurtres des viols des vols et un manque de tout la nourriture en fait partie comme la pitié , une guerre c’est une guerre , c’est pas un jeux de dames et on finit la partie avec une bière c’est la mort et plus ya de morts moins sa dure car ya plus de monde ou le monde courbe , la faute la responsabilité est le monde moderne ( il faut tous envoyer des hommes et arreter ce massacre ) mais une guerre c’est une économie pour d’autres pays , vente d’armes et autres , embauche de journaliste et patati , des articles en plus des livres et documentaires …la guerre est un business …meme pour les religions ( plus de croyants plus d’argent ) , plus d’images sensibles plus de gens qui regardent donc l’audimat au plafond , donc plus de pub et patati et patata , après les guerres des écrivains journaleux vont écrire des livres comme si ils était présent et a tout savoir les vérités et souvenirs se perdent dans le mensonge , car les livres sont souvent dicté par les moments politiques …ainsi va le monde ….Bonne journée a toutes …je file …GO!GO!

    • Bonjour Papy et tous !
      Je viens de vous lire d’ hier, les fleurs sont sorties d’ entre les pavés ; on dit que
      l’ enfer est pavé de bonnes intentions, pas faux…
      Mareria a écrit un post étymologique formidable.
      On parle aussi du pavé de l’ été, le gros livre qu’ on emporte à la plage.
      Bises.

  20. Bonjour Dominique! Je ne sais plus si on a parlé du « pavé dans la mare »; mais on voit que Monique en jette pas mal dans celle du fig…Le tableau de Boldini met de bonne humeur
    Comme c’est paraît-il un anniversaire de Charles Perrault et de Mesdames les fées, voici de Stéphane Mallarmé un poème peu  » jeune »::
    « Apparition
    La lune s’attristait. Des séraphins en pleurs
    Rêvant, l’archet aux doigts, dans le calme des fleurs
    Vaporeuses, tiraient de mourantes violes
    De blancs sanglots glissant sur l’azur des corolles.
    — C’était le jour béni de ton premier baiser.
    Ma songerie aimant à me martyriser
    S’enivrait savamment du parfum de tristesse
    Que même sans regret et sans déboire laisse
    La cueillaison d’un Rêve au coeur qui l’a cueilli.
    J’errais donc, l’oeil rivé sur le pavé vieilli
    Quand avec du soleil aux cheveux, dans la rue
    Et dans le soir, tu m’es en riant apparue
    Et j’ai cru voir la fée au chapeau de clarté
    Qui jadis sur mes beaux sommeils d’enfant gâté
    Passait, laissant toujours de ses mains mal fermées
    Neiger de blancs bouquets d’étoiles parfumées »

  21. Bonjour Dominique , Klaus & Cie .
    Une dame insistait auprès de Sacha Guitry pour l’inviter à une réception.
    Elle lui dit :  » Vous savez, mon salon sera pavé de jolies femmes !  »
    Il répondit :  » Dans ce cas, madame, j’arrive ventre à terre !  »
    Ça , c´est finement répondu … Un peu osé , mais subtil : )

  22. Hello Darie, et tous..Ce trait d’esprit de Guitry est vraiment drôle!
    Je reste dans la bonne humeur avec Albert Samain:
    « Le Marché
    Sur la petite place, au lever de l’aurore,
    Le marché rit joyeux, bruyant, multicolore,
    Pêle-mêle étalant sur ses tréteaux boiteux
    Ses fromages, ses fruits, son miel, ses paniers d’oeufs,
    Et, sur la dalle où coule une eau toujours nouvelle,
    Ses poissons d’argent clair, qu’une âpre odeur révèle.
    Mylène, sa petite Alidé par la main,
    Dans la foule se fraie avec peine un chemin,
    S’attarde à chaque étal, va, vient, revient, s’arrête,
    Aux appels trop pressants parfois tourne la tête,
    Soupèse quelque fruit, marchande les primeurs
    Ou s’éloigne au milieu d’insolentes clameurs.
    L’enfant la suit, heureuse ; elle adore la foule,
    Les cris, les grognements, le vent frais, l’eau qui coule,
    L’auberge au seuil bruyant, les petits ânes gris,
    Et le pavé jonché partout de verts débris.
    Mylène a fait son choix de fruits et de légumes ;
    Elle ajoute un canard vivant aux belles plumes !
    Alidé bat des mains, quand, pour la contenter,
    La mère donne enfin son panier à porter.
    La charge fait plier son bras, mais déjà fière,
    L’enfant part sans rien dire et se cambre en arrière,
    Pendant que le canard, discordant prisonnier,
    Crie et passe un bec jaune aux treilles du panier. »

    • On voit encore des marchés , Mareria , avec des poules et des canards vivants en Bretagne .
      Le marché de Dol-de-Bretagne nous a beaucoup amusés il y a quelques années , et le papa restait devant les volailles , les lapins avec les enfants , tandis que je me fournissais en fruits et légumes variés . Et les fromages aussi . Puis on terminait avec le gros poulet fermier rôti et ses petites p-d-t , dorées à point . Tout cela bien chaud pour être mangé dès que nous rentrions .
      Je le contenais dans un tissu-éponge pour conserver la chaleur , le temps de faire la route .
      Le poème de Samain me rappelle le marché de la rue Cadet à Paris . J´espère qu´il existe encore . Une amie avait sa sœur ainée qui y habitait , et parfois , elle me proposait d´aller à Paris chez sa sœur . Ce brouhaha joyeux dans la rue , les croissants qu´on allait chercher , et tout cela dans l´air de Paris , c´était merveilleux . Et pourtant , je crois que les souvenirs parisiens de Monique et Dominique avaient un degré supérieur dans le  » Paris d´autrefois  » …

      • C’ est vrai Darie que le Paris de Monique est le même que le mien.
        1960 a daté une transformation de la capitale , le grand ravalement décidé par Malraux, démolition des petits immeubles de deux étages et disparition consécutivement de la population des gens âgés qui y habitaient et des classes sociales populaires, les parigots.
        Disparition des petits métiers de rue, des « cris de la rue » et aussi de cette gouaille.
        Les enfants jouaient sur les trottoirs après la classe, sans crainte des mauvaises rencontres ou du danger des voitures.
        Les cinémas de quartier à fréquentation familiale, les bancs dans la rues où les vieilles dames se retrouvaient pourtant papoter…

      • Ici aussi, il y avait au marché , dans une rue parallèle,volatiles, lapins et même des petits à élever:; d’où de longues stations à converser avec eux quand les enfants étaient petits ; mais c’est terminé..Le marché existe toujours près du Beffroi, dans une rue à courants d’air, et j’ai un peu perdu « le feu sacré »!

  23. C´est fatigant de faire le pied de grue près du telefon .
    Je reviens vous donner un poème de Baudelaire , l´homme au regard sombre et aux pensées
    noires . On l´imagine assis devant son verre et suivant du regard la dame qui passe .
    -A une passante-
    La rue assourdissante autour de moi hurlait.
    Longue, mince, en grand deuil, douleur majestueuse,
    Une femme passa, d’une main fastueuse
    Soulevant, balançant le feston et l’ourlet ;
    Agile et noble, avec sa jambe de statue.
    Moi, je buvais, crispé comme un extravagant,
    Dans son oeil, ciel livide où germe l’ouragan,
    La douceur qui fascine et le plaisir qui tue.

    Un éclair… puis la nuit ! – Fugitive beauté
    Dont le regard m’a fait soudainement renaître,
    Ne te verrai-je plus que dans l’éternité ?

    Ailleurs, bien loin d’ici ! trop tard ! jamais peut-être !
    Car j’ignore où tu fuis, tu ne sais où je vais,
    Ô toi que j’eusse aimée, ô toi qui le savais !
    de Charles Baudelaire ( 1821-1867 ) Les Fleurs du mal, 1857 .
    Sa mère était née  » Dufaÿs  » , un nom qui ressemble au vrai nom de famille de Pierre Richard , qui est  » Defaÿs  » ( on a oublié le tréma sur son nom , sur wiki ) . J´aime bien la généalogie ,
    et l´histoire des patronymes . C´est de l´Histoire aussi .

  24. J´ai trouvé de belles voies pavées , qui vont vous émerveiller …. https://fr.wikipedia.org/wiki/Orgues_basaltiques#/media/File:Giant%27s_Causeway_(14).JPG
    ( à Causeway en Irlande )
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Orgues_basaltiques#/media/File:Los_Organos_La_Gomera.JPGhttp
    ( à Los Organos , La Gomera , aus îles Canaries )
    s://fr.wikipedia.org/wiki/Kirkjugólf#/media/File:KirkjubaejarklausturFloor.jpg
    ( à Kirkjugolf , en Islande . )
    Et pour finir , mais il y en a encore beaucoup : https://fr.wikipedia.org/wiki/Staffa#/media/File:Staffa_beside_14624.JPG
    ( à Staffa en Ecosse )

  25. Mais on voit bien les photos, Darie, et ces orgues basaltiques veulent nous garder prisonniers….
    Je parlais plus haut des rues de Pompéi, etc; je vais remonter plus loin avec les vois sacrées qui mènent à l’Acropole d’Athènes, qui montent au sanctuaire de Delphes; j’ai de belles photos personnelles des rues de..Paestum, aux « pavés » géants ( sur internet, on voit surtout les temples). Un tout petit exemple à Delphes , car cette voie est très longue http://www.linternaute.com/voyage/europe/photo/delphes-un-merveilleux-souvenir/la-voie-sacree.shtml

  26. J´ai cherché la fameuse voix romaine où Néron exposait les malheureux crucifiés . Je croyais que c´était sur la Voix Apienne , mais je ne trouve pas . C´était peut-être un hoax : )
    Mareria doit connaitre la vérité . Dominique et Monique aussi ? Klaus , ce sont les lois romaines , ça , j´en suis sûre ! Et youtoupou qui est i Bellissima … , lui sait aussi .

      • ??https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_de_lois_romaines
        Certaines sont remarquables ou rigolotes: 357( av JC) Lex Manlia Cnaeus Manlius Capitolinus Impôt d’un-vingtième sur le prix des esclaves affranchis.: déjà!!
        218( av JC) Lex Claudia Plébiscite interdisant aux sénateurs et à leurs fils de posséder des navires de plus de 300 amphores (80 hectolitres), leur interdisant le grand commerce.
        52 ( av JC) Lex Pompeia Contre la vénalité du corps électoral (loi sur la brigue)
        .96; Lex Cocceia Nerva Empereur Interdit la castration.
        Petites et grandes lois comme le Code justinien.

      • Et j´ai lu aussi , qu´on interdisait  » la brigue  » … , c´est-à-dire les manipulations , pour gagner frauduleusement les élections . Pas de signe distinctif ajouté sur les toges .
        J´ajouterais aussi : pas de bulletins cachés dans les chaussettes , lors des élections !

  27. Bon exemple de voirie romaine que cette via Appia ( qui a aussi servi de cadre à beaucoup de scènes de films) . » C’est la première route à avoir été pavée. Construite par le censeur Appius Claudius Caecus en 312 av. J.-C. elle joignait alors Rome à Capoue, puis fut allongée pour rejoindre Brindes (Brundisium), càd Brindisi.
    En 71 av. J.-C., Crassus fera crucifier le long de la Voie Appienne 6 000 esclaves capturés lors de sa victoire sur la rébellion de Spartacus. »
    Elle fait 4,10 mètres de large et était pavée de grandes dalles de basalte, bombées et bordée par des chemins de terre pour les piétons ; les gros pavés de basalte gardent encore les traces des roues des chars romains: on voit ces marques sur vos photos, Darie et ailleurs.
    « C’est aussi sur la via Appia que saint Pierre, cherchant à échapper aux persécutions infligées par l’empereur Néron aux chrétiens après l’incendie de Rome, aurait eu cette apparition du Christ lui demandant : Quo vadis ? , avant de rebrousser chemin pour subir son martyre. « .
    Le long de la voie Appienne proche de Rome s’alignent de nombreuses tombes et les catacombes des premières communautés chrétiennes. C’est sur cette voie qu’apparurent les premières bornes milliaires.
    Vu l’intérêt historique et les nombreux sites archéologiques présents le long de la voie, on a créé Parc Régional de L’Appia Antica, en 1988, qui abrite une aire d’environ 3 500 hectares autour des villes de Rome, Ciampino et Marino.

  28. C’est c’est cette via Appia qui permettait de descendre vers Pompéi..
    Plus tard au I er siècle, l’empereur Domitien a fait construire la Via Domitiana: elle permettait un accès plus direct à la baie de Naples, et en particulier à Pouzzoles et au port militaire de Misène, et au littoral.
    De nos jours, la route qu’on doit utiliser pour aller de Pouzzoles à Cumes en emprunte quelques kms, en passant sous l’Arco felice: elle est résistante! http://cir.campania.beniculturali.it/archeocuma/itinerari-tematici/schede/cuma-arco-felice: la photo arrive après qqes secondes de charge ( et il y a aussi d’autres photos, des temples grecs de Cumes, et du fameux antre de la Sibylle, romain…

  29. nulle envie de jeter un pavé dans la mare , ohé! les voies romaines , le réseau routier fait par les romains de rome dont les grand ingénieurs des ponts et pavés routus pavétus et chemintus autoroutus via munita a pompéi et pigalle au bois de boulogne pour acheminer les brésiliennes , ce transport a chnager de nomination ce n’est plus la transhumance mais le transsexuelle , bé! je sais que la transhumance vient du gratin latin trans veut dire de l’autre côté et humus la terre, le pays, l’océan a rame ),cela est une migration périodique pour toujours sur les voies romaines des bovidés, cervidés, équidés et ovins , tunisiens algériens cyriens et autres , avant sur ces voies la légion romaine fort réputée pour ses conquêtes sur tout le continent européen , de nos jours ce ne snt plus des romains non plus des martiens mais des réfugiès de guerre , grâce a la célèbre légion que rome a pu prendre le contrôle de la méditerranée en galère , de nos jours c’est en zodiaque a rame et bateau de pèche sans capitaine que ce fait la conquête des eaux bleus , savez vous que els légions parfois constituées par des volontaires enrolés de force été levés pour des campagnes spécifiques et ensuite dissoutes , les romains ont donc inventés le licenciement sans préavis , les légions rmaine du principat qui le petit auguste a dissout plus de la moitié des légions environ 30 légions , les légions restantes devinrent le cœur de l’armée impériale de rome , les légions devenirent des unités dites permanentes avec une courte carrrière de 25 années , mafois 25 piges si tu rester vivant et pas de retraite , la légion étrangère c’est 15 années pour la retraite ( on dit 15 ans si une balle ne t’arrete pas avant ) , j’ai fait 27 années mafois j’aurais pu continuer encore et encore et arreter a 65 ans et non a 44 , mais j’avais surement plus l’esprit d’un aventurier guerrier que prof de section , bon j’ai fouler les vies romaines et marcher avec les lois romaines , j’aime bien tout ce qui touche a la légion romaine et au nom de légion sauf la légion du christ fait de prêtres catholiques sous le droit pontifical, elle fut fondée en 1941 au mexique par le père marcial maciel degollado. pour rire ces légionnaires font vœux de pauvreté, d’humilité , de charité mais surtout de chasteté , bon pour l’humilité et l »obéissance cela et ok mais pour la chasteté négatif trop de soeur de couvant hi!hi! , bon a demain a plus ..GO!GO!

    petite Darie fait attention au groupe de grisounet chez toi …je voulais taquiner avec le mot ceinture et les légionnaires de degollado mais bon hi!hi!

  30. En fait , elles sont terribles , ces voies romaines . Je me vois mal marcher sur ces pavés bombés et disjoints . Avec de gros godillots , à bouts renforcés , c´est possible . Mais je ne suis pas légionnaire … Les légionnaires romains ( on le voit dans Astérix ) avaient des sandales à
    lacets . Et quand on cogne ses orteils sur un pavé , cela doit faire maaaal… Mais un légionnaire ne connait pas la douleur . C´est Klaus qui nous l´a dit .

    • Dominique de sacrée poupée ..jeune très jeune juste 17 ans , a l’instruction la première marche ( très très longue sur trois jours ) , le soir quand j’ai enlever mes cabouches , j’avais l’EDF sur mes pieds , des ampoules énormes , un camarade m’a dit petit remet tes chaussures vite pour dormir sinon demain tu pourras plus les reméttres et amrcher sans chaussures dans le sable brûlant impossible , les crevées avec le poignard c’est facile mais c’est pareil le lendemain , le mieux rien faire garder les cabouches et serrer les dents la nuits , au petit matin …les premiers kilomètres c’est plus du sable mes des oeufs et c’est plus la marche des canards qu’autres , j’ai vue mon propre sang sortir de mes cabouches en marchant , a l’arrêt le sable devenait rouge autour des cabouches ( chaussures haute en toile et cuir ) , vous savez a par d’avoir les pieds brûler par le froid il n’y a rien de pire , j’ai eu le froid aussi en montagne ,mafois j’ai encore les cicatrices des ampoules des années 50 ….a demain toutes ..bises ..GO!GO!

  31. Bonsoir à tous les amis, je n’ai plus de pavé à amener ici, mais je peux vous parler du pavé de saumon à la sauce hollandaise ? non ? tant pis.! … pour Darie et si ce n’est pas déjà fait, les terribles pavés du vieux Lille, voilà un article formidable de la Voix du Nord « Avez-vous déjà essayé de marcher avec des talons ou de faire du vélo dans le Vieux-Lille ? Bon courage ! Les pavés font le charme du quartier mais causent bien des troubles : entorses, chutes, talons cassés, vibrations dans les maisons… » les pavés seront toujours les pavés de la colère. Et les pavés de Lisbonne innovent : « Les trottoirs en mosaïques de Lisbonne s’ornent désormais du portrait de la diva du fado, Amalia Rodrigues, conçu par l’artiste urbain Vhils. Attirant touristes et Lisboètes, l’œuvre de street art se veut un double hommage au fado et aux artisans paveurs.
    Des pierres noires, marron, roses et blanches partent du sol jusqu’au mur pour composer le visage de la fadiste Amalia Rodrigues, cheveux au vent. L’œuvre est visible sur la petite place de la rue de Sao Tomé dans le quartier populaire de l’Alfama, depuis son inauguration début juillet. » ah, quelle voix, ce que j’ai aimé cette grande diva du fado.

      • Mais c´est vrai ! J´avais oublié aussi le Maroilles , le pavé d´Affinois , le pavé du Mont-des Cats et bien d´autres . Chaque lieu-dit aime à se distinguer . Quant à la Boulette d´Avesnes (petites natures , s´abstenir …) , elle a une forme conique . Le nom est une énigme .
        Le Munster est aussi un bon pavé , plus doux que la Boulette d´Avesnes , c´est dire si elle
        a du …. caractère , cette Boulette .

      • Oui , du vrai bon pain croustillant et craquant ( il chante , disent les boulangers ) , et du bon vin .
        C´est l´authentique façon de déguster le fromage . Mais les anglais ne sont pas béotiens en matière de fromages . Non-non , ils connaissent le Stilton , de chez Tuxford&Terbutt , et là ,
        je dis « chapeau » . c´est du bon . Un bleu raffiné qui n´apparait qu´à Noël . Et il est vendu en petits pot de grès noir , avec un couvercle .

      • Le Stilton avec du porto ? Tiens-tiens… J´avais pensé à un honnête rouge , ou à un blanc sec .
        Je serais une triste sommelière . Mais quand c´est bon , je le reconnais vite : ))

      • Hello Dominique, nos frontières du Nord étaient (et sont) des gruyères alors il était normal d’essayer de stopper les envahisseurs en les faisant glisser sur les pavés, quoi c’est une tactique comme une autre, il fallait juste y penser mais les vikings étaient des as, ils arrivaient en bateaux même sur les pavés. Ca c’est l’esprit gaulois !

    • Monique , je ne connais pas les trottoirs en mosaïques de Lisbonne , mais j´ai vu dans une émission les  » azulejos  » , sur les murs , et c´était splendide . D´un bleu doux , avec aussi quelques teintes différentes harmonieuses , des motifs variés . En tapant lisbonne azulejos ,
      on en voit quelques exemples . De beaux pavés !

  32. Darie, superbes les azulejos qui ornent les façades des maisons, habillent les patios, les fontaines ! de vrais tableaux, des scènes avec des galions, toute une épopée de cette marine portugaise racontée sur les murs ! des œuvres d’art !
    Les pavés de fromage, nous sommes les meilleurs, je sais je suis chauvine ! mais nos pavés sont succulents, le pavé d’affinois, connaissez-vous le pavé du Nord, oui un Roubaix en frometon, appelé galette de Morsled , genre de Mimolette, c’est consistant, ça tient au corps on en met dans toute la cuisine et les salades… mais je préfère les fromages coulants, mous, moelleux, le Munster est de loin mon préféré, avec du beurre et une salade verte sans oublier le verre de blanc d’Alsace, un pain spécial à graines et là, je suis plus heureuse qu’une reine ! nous avons aussi le pavé toulousain, et que dire du Vieux pané, pas tout à fait un pavé mais presque ! le pavé d’Auge, le pavé de la Ginestarie que je ne connais pas…. et les fromages en forme de cône ? ah ! allez une descente sur la rivière fromagère du Nord, les voilà :

    Le Bergues , Trappe de Bailleul ou Monts des Cats ou Trappe de Sainte Marie du Mont , Le Pas de L’Ayau , Le vieux gris ou gris de Lille, puant macéré ou encore fromage fort de Béthune (attention, ça décolle), Le Dauphin (avec herbes et condiments), La Boulette d’Avesnes , Le crayeux de Roncq ,Le Maroilles , Le Saint Winoc 😦 Fromage de l’abbaye de Saint-Winoc (région d’Esquelbecq) affiné à la bière, Le Vieux Boulogne , La mimolette dite boule de Lille ou Vieux Lille , La Boulette de Fontenelle en Thiérache , Le Coeur dit d’Arras (à pâte molle comme le Maroilles), Le Belval (fait dans un monastère et on peut leur faire confiance !!) La Boulette de Cambrai , Le Sorbais ou Monceau (un carré dérivé du Maroilles) La Baguette Laonnaise ou Baguette de Thiérache (en forme de parallélépipède !), Le Clovis (fromage ovale du côté de Soissons), Le St Paulin (le fromage préféré de mes toutous) Le Rollot 😦 Le souvenir de Louis XIV)… bien entendu c’était avec l’aimable concours de la crémière de wkpd. Bon, j’ai un petit creux, je vais dire bonjour à la boulangère !

    • C’est très dur de faire un tel commentaire alors qu’on a juste une compote aux abricots dans l’estomac, digestion du soir oblige …..bon, je ne sais pas pourquoi j’ai des émoticônes qui s’affichent et en apparence, elles ne sont pas contentes, pourtant j’ai mis de la bonne volonté !!

      • Dominique, oui ne pas oublier les chèvres, les cendrés, les crémeux, les fondants,en bûche, sur brique ou sur paille, et le petit crottin de Chavignol, notre berrichon, chaud avec de la salade….et les chèvres de Provence avec des épices ou des fruits secs….pourtant, il parait que le fromage n’est pas bon à la santé, un provocateur de cholestérol.

  33. Les émiticones , Monique , j´ai remarqué qu´ils apparaissent quant on met ceci : avec la parenthèse ( ou ) , selon que l´on aime ou pas . Mais , en mettant un espace entre les deux ,
    l´émoticone n´apparait pas . C´était ma leçon informatique : ))
    Les bons fromages français que nous avons , sont le Saint-Agur , le Roquefort , et parfois un bon Brie . Les autres sont ordinaires ( Boursin , camembert quelconque ) . Beaucoup de fromages danois , que je n´aime pas ; leurs charcuteries non plus .
    Et en ce moment ,du Rondelé Président au noix , que je mange avec des crackers , Dominique .
    J´espère que quelques pots de Stilton seront bradés , car c´est au prix fort aussi . Je guette …

    • Merci Darie, je n’ai jamais eu ce problème, mais c’est amusant cette affaire d’émoticônes !
      Le Saint-Agur il a beaucoup de matières grasses mais que c’est bon ! il y a de bons camemberts de Normandie bien sûr, certaines marques sont meilleures que d’autres insipides, chez le fromager ils sont bons mais très chers… j’achète des fromages au lait de chèvre car ils sont meilleurs à la santé que les fromages au lait de vache, mais ce n’est pas comparable. En général, je n’aime pas les pâtes molles, ni les fromages compacts comme le Comté, le Cantal, ni le Morbier, ni le fromage des Pyrénées, mais en Auvergne j’ai fait une cure de St-Nectaire ! je ne connais pas le Stilton !

  34. Dominique, ce fromage de Haute Savoie a l’air serré, il doit être sec et consistant ? je pense le connaître mais pas plus. Dans la famille on s’amuse car ils aiment tous un fromage différent, j’ai un petit fils qui, lui, se démarque, c’est le Comté mais attention, il lui faut de l’âge ! un autre aime le St-Félicien, un autre le Brillat-Savarin, c’est impossible de contenter tout le monde. En fait, dans le quotidien, on se tient souvent aux mêmes fromages, la facilité sans doute.

  35. Un bon Munster et quelques graines de cumin et c’est le paradis dans le gosier….le problème c’est qu’on ne trouve pas partout tous ces fromages….je connais une sorte de camembert très épais fermenté au cognac et un autre au calvados, mes aïeux c’est divin. Après de telles ripailles hélas virtuelles, je vais tenter un vrai sommeil de quatre petites heures et si elles peuvent s’enchaîner, ce sera une bonne nuit. Des bises.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s