Cache les étoiles

imageLe réverbère, mot du jour,
s’ il éclaire les rues, nous empêche de voir les étoiles.

L’ allumeur de réverbères est remplacé par des panneaux solaires, économiques, et des capteurs de clarté ambiante.

image(copyright)

Seule la cinquième planète, toute petite, est habitée par l’ allumeur de réverbère et son réverbère.

Au fond, à huile, au gaz, électrique, solaire, les chiens en demeurent de fidèles clients.

Publicités

136 réflexions sur “Cache les étoiles

    • Darie, Venise en hiver c’est peut être la meilleure saison pour aller à Venise, le tourisme à outrance est un fléau d’aujourd’hui…. certaines visites sont « chronométrées », des groupes attendent qu’une visite soit terminée pour entrer, des cars entiers attendent…. ce phénomène n’est pas d’hier. Quand on lit les poètes du 19 ou 20e siècle, et quand on découvre les lieux qu’ils ont chantés, il y a un grand décalage entre leurs textes et une réalité souvent très décevante que l’on visite. Il y a des endroits qu’on ne verra jamais plus, comme Palmyre la perle antique du désert syrien et ce n’est qu’un exemple. Elle sera reconstruite selon les plans originaux mais ce n’est pas pareil.
      En son temps, Jeanne Moreau et Cardin avaient annoncé leur mariage qui ne s’est pas fait.

      • Monique , cela devait être idyllique de visiter Venise il y a 100-200 ans . Il existe , ce qu´on appelle Le syndrome de Stendhal , qui est un état de sidération devant la Beauté . Pour
        Stendhal , c´était à Florence . Mais sans doute avait-il déjà séjourné à Venise … : )

  1. Venise la superbe mais c’était quand ???? voici un extrait du 2e voyage de Chateaubriand à Venise :

    « Ce n’est plus même la cité que je traversai lorsque j’allais visiter les rivages témoins de sa gloire, mais grâce à ses brises voluptueuses et à ses flots amènes, elle garde un charme ; c’est surtout aux pays en décadence qu’un beau climat est nécessaire. Il y a assez de civilisation à Venise pour que l’existence y trouve ses délicatesses. La séduction du ciel empêche d’avoir besoin de plus de dignité humaine ; une vertu attractive s’exhale de ces vestiges de grandeur, de ces traces des arts dont on est environné. Les débris d’une ancienne société qui produisit de telles choses, en vous donnant du dégoût pour une société nouvelle, ne vous laissent aucun désir d’avenir. Vous aimez à vous sentir mourir avec tout ce qui meurt autour de vous ; vous n’avez d’autre soin que de parer les restes de votre vie à mesure qu’elle se dépouille. La nature, prompte à ramener de jeunes générations sur des ruines comme à les tapisser de fleurs, conserve aux races les plus affaiblies l’usage des passions et l’enchantement des plaisirs. […]
    A part de toutes les autres cités, fille aînée de la civilisation antique sans avoir été déshonorée par la conquête, Venise ne renferme ni décombres romains, ni monuments des Barbares. On n’y voit point non plus ce que l’on voit dans le nord et l’occident de l’Europe, au milieu des progrès de l’industrie ; je veux parler de ces constructions neuves, de ces rues entières élevées à la hâte, et dont les maisons demeurent ou non achevées, ou vides.

    Que pourrait-on bâtir ici ? de misérables bouges qui montreraient la pauvreté de conception des fils auprès de la magnificence du génie des pères ; des cahutes blanchies qui n’iraient pas au talon des gigantesques demeures des Foscari et des Pesaro. Quand on avise la truelle de mortier et la poignée de plâtre qu’une réparation urgente a forcé d’appliquer contre un chapiteau de marbre, on est choqué. Mieux valent les planches vermoulues barrant les fenêtres grecques ou moresques, les guenilles mises sécher sur d’élégants balcons, que l’empreinte de la chétive main de notre siècle.
    Que ne puis-je m’enfermer dans cette ville en harmonie avec ma destinée, dans cette ville des poètes, où Dante, Pétrarque, Byron, passèrent ! Que ne puis-je achever d’écrire mes Mémoires à la lueur du soleil qui tombe sur ces pages ! L’astre brûle encore dans ce moment mes savanes floridiennes et se couche ici à l’extrémité du grand canal. Je ne le vois plus ; mais à travers une clairière de cette solitude de palais, ses rayons frappent le globe de la Douane, les antennes des barques, les vergues des navires, et le portail du couvent de Saint-Georges-Majeur. La tour du monastère, changée en colonne de rose, se réfléchit dans les vagues ; la façade blanche de l’église est si fortement éclairée, que je distingue les plus petits détails du ciseau. Les enclôtures des magasins de la Giudecca sont peintes d’une lumière titienne ; les gondoles du canal et du port nagent dans la même lumière. Venise est là, assise sur le rivage de la mer, comme une belle femme qui va s’éteindre avec le jour : le vent du soir soulève ses cheveux embaumés ; elle meurt saluée par toutes les grâces et tous les sourires de la nature.

    Chateaubriand – Les Mémoires d’Outre-Tombe

  2. De très belles pages sur Venise avec Le Tasse et son poème épique « Jérusalem délivrée » et Venise c’est aussi la rencontre passionnée entre Musset et George Sand dans « Venise la rouge » 1828.)…Henri de Régnier a aussi aimé Venise de beaux textes dont on dit qu’ils ne sont plus en librairie, son lieu préféré à Venise était l’Altana de la Ca’ Dario dans le Dorsoduro.

    Frontispice

    « Sur l’eau verte, bleue ou grise
    Des canaux et du canal,
    Nous avons couru Venise
    De Saint-Marc à l’Arsenal.

    Au vent vif de la lagune,
    Qui l’oriente à son gré,
    J’ai vu tourner ta Fortune,
    O Dogana di Mare!

    Souffle de l’Adriatique,
    Brise molle ou sirocco,
    Tant pis, si ton doigt m’indique
    Fusine ou Malamocco !

    La gondole nous balance
    Sous le felze, et, de sa main,
    Le fer coupe le silence
    Qui dormait dans l’air marin.

    Le soleil chauffe les dalles
    Sur le quai des Esclavons;
    Tes détours et tes dédales,
    Venise, nous les savons !

    L’eau luit; le marbre s’ébréche;
    Les rames se font écho,
    Quand on passe à l’ombre fraîche
    Du Palais Rezzonico. »

    Le Parisien titre :  » Venise, Pinault doit remballer son « Garçon à la grenouille »….Venise est une ville-musée et entend le rester. La Pointe de la Douane, le musée vénitien abritant une des collections du milliardaire français François Pinault, a dû retirer mercredi «Le garçon à la grenouille», statue contemporaine en acier blanc exposée à l’entrée du Grand Canal, face à la basilique Saint-Marc.
    Le réverbère du XIXe siècle qui préexistait sera réinstallé, à la demande de la municipalité italienne. »………………. si seulement on avait fait pareil pour « l’utérus de la reine » dans les jardins de Versailles.

  3. Darie, Florence est un joyau aussi, l’Italie est un pays magnifique qui souffre et pas seulement d’un excès de touristes !! le circuit des « Villes d’art » avec le spécialiste voyagiste D….(je ne donne pas le nom) est très onéreux aujourd’hui, il y a trente ans c’était infiniment plus facile et ce n’était pas la même Italie.

    • Monique, D… a été « liquidé » il y a un an; j’ai gardé des catalogues où les photos étaient superbes, avec souvent des citations littéraires.

      • Mareria, je ne savais pas que D. avait été liquidé mais il y en a tant d’autres qui ont suivi le même chemin ! vous avez fait comme moi, j’ai gardé aussi les superbes photos des catalogues, un papier glacé et aussi quelques itinéraires choisis avec des descriptions très soignées des faits historiques. La dernière fois que j’ai pris ce voyagiste c’était il y a longtemps et déjà les prix étaient deux fois plus chers que les autres sur un même circuit mais ce n’était peut être pas le même.

    • Monique , je me souviens de l´inondation qui a abîmé de superbes maisons , peintures , etc.
      J´étais en pension , et je me précipitais avec 2-3 copines de classe , après le repas , pour voir les actualités , seul programme que nous pouvions regarder . C´était désolant à voir .

      • Darie, il semble que l’Italie soit un vieux pays qui n’a pas les moyens de restaurer son patrimoine ou je me trompe, sauf la Rome éternelle ! en Sicile, on restaure mais il parait que c’est avec les moyens de la mafia, mais on dit tant de choses !!!! remarquez que nous, nous vendons le nôtre aux nababs du pétrole et eux ont les moyens !!!

      • Cette inondation de Florence était en 66, je crois; j’avais failli m’inscrire aux chantiers internationaux qui ont permis de nettoyer plus rapidement la ville…
        Monique , c’est vrai que toute l’Italie, et singulièrement l’Italie du sud,renferme des trésors, pour beaucoup pas encore découverts; ce n’est qu’une petite partie de Pompéi qui a été exhumée….
        J’en profite pour mettre un lien récent vers Paestum, où le responsable veut installer des passerelles pour qu’on puisse circuler à l’intérieur des temples, chose que nous avons faite avant que ce ne soit plus permis; dommage que ce monsieur « gâche » une photo, mais on peut voir Gide in situ …
        http://corrieredelmezzogiorno.corriere.it/foto-gallery/campania/16_febbraio_01/paestum-meraviglie-parco-archeologico-4b7d69b4-c8c8-11e5-9dce-4080ee3d641f.shtml

  4. voyons les filles ….nous avons les mêmes assiettes de charcuterie et non de florence ( je connais cette ville ) , teddy tu me fais ce soir un bistecca alla fiorentina ..hi!hi! je file bises ..GO!GO!

  5. Mareria, je partage votre admiration (et amour) pour l’Italie….c’est un des pays les plus beaux d’Europe et quel passé historique. Merci pour le lien, je ne connais pas Pompéi hélas et j’imagine ce qu’elle fut à son époque, grandiose ! comment restaurer tout cela, comment sauvegarder un patrimoine unique mais qui doit coûter des milliards et des décennies de travail. Le Sud de l’Italie serait-il le parent pauvre des gouvernements italiens ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s