Énigme 

image(copyright)

On peut batifoler dans ce lieu qui coûta une babiole à construire , au son d’ une musique , dans la senteur des roses, rien de bien sérieux.

Quel est le mot du jour dans cette phrase où figurent quatre de ses acceptions ?

Publicités

117 réflexions sur “Énigme 

  1. Bonjour les astucieux détectives de Dame Dominique; après brimborion, j’ai pensé à BAGATELLE… serait-ce le mot-mystère, et les petites cellules grises ont-elles bien fonctionné?

    • PAN ! dans le 1 000 .  » Le plus que je me réveille , le plus que je me le dis  » : ))
      C´est Delon Junior qui m´a fait rire l´autre jour en parlant ainsi … C´est pas bien gentil de se moquer , mais il n´avait qu´à suivre ses cours de français plus attentivement .

  2. Je propose  » Farandole  » , en tirant un peu par les cheveux .
    Bonjour Dominique , Mareria … Mes neurones sont un peu engourdis par le froid ( quand je regarde par la fenêtre ) .  » -8° !  » nous crient les oiseaux … Alors le viking se précipite pour leur servir la graine .

  3. Bonjour la troupe, pas mieux que le Bagatelle de Mareria, une bagatelle c’ est un petit rien, mais s’il s’agit des Jardins de Bagatelle, ce n’est plus un petit rien, mais c’est un endroit où il y a des roses réputées et aussi de la musique.

    • J’ai trouvé le site de référence de Dominique :

      « Le Dictionnaire Trésor de la Langue française (TLF) nous enseigne que le mot « bagatelle » vient de l’italien, et recense trois acceptions :
      -ce mot est attesté dès 1548 pour signifier au sens figuré «chose frivole, de peu d’importance »;
      -en 1611, sens au propre, « chose de peu de prix et peu nécessaire ». Si on emploie effectivement le mot « bagatelle » pour désigner une babiole, il désigne aussi par antiphrase, souvent par ironie, parfois par euphémisme, quelque chose de très coûteux, ou une somme fabuleuse ;
      -en 1691 « amusement galant ».
      Nous allons voir que Bagatelle, dans la première partie de son histoire, porte bien son nom, dans les trois sens du mot.

  4. Oui, un homme porté sur la bagatelle, c’est pas intéressant, il y a un petit côté Vert Galant nom qui colle encore à Henri IV. Je viens de découvrir une poétesse, Marie Le Franc (1878-1964) des poèmes très beaux et lyriques, elle utilise ce mot de bagatelle mais c’est extrait d’un livre et l’imprimerie est toute petite d’où fatigue des yeux pour chercher dans ses trois recueils et on ne peut pas faire de copier-coller ! je reviendrai plus tard !

  5. Et il appert que bagatelle vient de l’italien bagatella, »chose de peu d’importance », mot qui est le diminutif du latin baca,« baie, petit fruit ».
    Beethoven ( et bien d’autres ) ont inséré des bagatelles dans leurs oeuvres; voici Glenn Gould:

  6. Un charmant poème de Desnos:
    « BAGATELLE
    Vous reviendrez me voir, dit-elle,
    Quand vous serez riche à millions,
    Quand les roses de Bagatelle
    Sous la neige s’épanouiront.

    Lavant le sable des rivières,
    Brisant la quartz, ouvrant le tronc
    Des caoutchoucs à la lisière
    D’un enfer d’arbres aux fûts ronds,

    Libérant des nids de pétrole,
    Ou labourant des Alaskas,
    Quatre-vingt ans, la terre molle
    Cacha le trésor des Incas.

    Quand il revint, elle était morte,
    Il était bête, il était vieux,
    Mais les amants de cette sorte
    Ne sont pas tellement nombreux.

    Que fleurissent à Bagatelle
    Les roses de poudre et frimas
    Mais que fleurissent surtout celles
    Que l’on aime jusqu’au trépas »

    • Mareria , les roses éternelles , ce sont les roses des sables . J´en ai offert un petit bloc , qui me
      vient de ??? je n´en ai aucune idée … à mon fils 1 , qui a une jolie petite collection de pierres .
      Leurs formes et leur composition diffèrent selon leur origine , donc du sol ; les miennes viennent de l´Atlas , je pense . Pas très grandes , mais bien formées , et rose pâle .
      Il est beau , mais un peu triste le poème de Desnos . On peut aussi dire vice-versa : il est triste mais très beau . Le français est plein de surprises et de subtilités …

  7. bonjour les dames ….

    batifoler ..hola! une leçon d’orthographe en caleçon accroché a un hameçon enrouler en colimaçon a moi , batifoler comme un follet avec une leprechaune en bourgeois gentilhomme les chaussons de ballerine pour faire la comédie -ballet de molière simplement vêtu d’une feuille de lierre au son d’une musique a senteur de pétale de rose , je suis point un fortiche en énigme j’ai pas la science infuse d’un sherlock holmes d’une marple ou d’un poirot belge , loin d’être un archétype en philosophie ou en métaphysique pour vous donner l’a difinition de la grande énigme sur la cause de l’existence d’une chose ou d’un être , ce que je sais c’e’st juste comment la marmotte emballe le chocolat milka dans du papier d’aluminium…je dois retourner au travail , il fait un vent léger avec un soleil lourd de chaleur ….bises a plus ..GO!GO!

  8. Voilà, j’ai retrouvé ma poétesse elle mérite qu’on s’y attarde, pour ceux qui ont de bons yeux, il y a trois recueils à lire grâce à ses amis d’aujourd’hui :

    Petite Joie

    Une toute petite joie
    Sur la pointe des pieds m’est venue
    Une joie en robe menue
    Chaussée de soie

    Elle a secoué le loquet de ma porte
    J’étais en dedans, maussade
    Elle m’a dit : « Vois donc, je t’apporte quelque chose, ma camarade »

    Je dus ouvrir : elle vint
    Sans remarquer, l’innocente,
    Que j’attendais une visite plus importante
    Celle que l’on attend en vain

    Sa voix la précédait comme un ruisseau d’argent
    Sur ses petits pieds diligents,
    Elle fit le tour de ma chambre
    Sous ses penderies de décembre

    Je m’assis par terre auprès d’elle
    Car elle avait dans son panier
    Mille enfantines bagatelles
    Dont il fallut m’émerveiller.

    Toute petite joie
    Elle m’étourdissait de son rire ingénu
    Si bien qu’à la fin, un troupeau menu
    Vêtu de bleu, chaussé de soie

    Sembla m’entrainer dans sa ronde
    Je dus nouer mes mains à ses mains sous les roses
    Nous dansions gaiment sur le monde
    Et la petite joie écrasait quelque chose… »

  9. Je ne sais pas s´il y a un boulingrin au Jardin de Bagatelle , mais s´il n´y en a pas , c´est dommage . C´est pour jouer aux boules , soit le  » bowling-green  » . Marrant !
    -LE BOULINGRIN-
    Là-bas peut-être les manèges
    Peut-être les chevaux de bois
    Volent , duvet , flocons de neige
    Tombe l´hiver , vide de toi

    Enraidis sous le champ de foire
    Le boulingrin , la terre ont froid ;

    Rien n´y ravive la mémoire
    Des lieux de notre unique émoi

    Le cirque assombrit ses lumières ;
    Au ciel , l´Hercule ôte ses poids ;

    Les bons ours ont clos la paupière
    Dans leur carton sur d´autres fois ,

    Où scintilleront dans la gloire
    Des cintres dansants d´autrefois
    Les mots des aimés et l´histoire
    Qui vécut entre toi et moi .
    de Evrard Charbonnel ( 1903-1971 ) , encore un poète oublié … La nouvelle ministre de la Culture a du pain sur la planche . Avec la précédente ministre , Patrick Modiano ( qu´on apprécie ou pas ; chacun ses goûts littéraires ) aurait pu finir aux oubliettes …

      • Darie, à propos de « boulingrin »

        « En amont de l’Effroc-Stone, au coude de la Tamise, presque vis-à-vis le palais de Saint-James, derrière Lambeth-House, non loin de la promenade appelée alors Foxhall (vaux-hall probablement), il y avait, entre une poterie où l’on faisait de la porcelaine et une verrerie où l’on faisait des bouteilles peintes, un de ces vastes terrains vagues où l’herbe pousse, appelés autrefois en France cultures et mails, et en Angleterre bowling-greens. De bowling-green, tapis vert à rouler une boule, nous avons fait boulingrin. On a aujourd’hui ce pré-là dans sa maison ; seulement on le met sur une table, il est en drap au lieu d’être en gazon, et on l’appelle billard.

        Du reste, on ne voit pas pourquoi, ayant boulevard (boule-vert[3]), qui est le même mot que bowling-green, nous nous sommes donné boulingrin. Il est surprenant qu’un personnage grave comme le dictionnaire ait de ces luxes inutiles. »

        Victor Hugo, L’Homme qui rit

      • L´homme qui rit … Souris aussi , Dominique . Merci : )
         » Ilz firent ung boulevert de boys et de terre…. » [Commines, I, 9]
         » Incontinent que le roy fut dedans [Arras], il feist faire des boullevers de terre contre la porte, » [Commines, V, 15]
        Philippe de Commines ( 1447-1511 ) , qui était Seigneur de sa région du Nord de la France .
        Comines était la plus importante ville de l´époque , placée de part et d´autre de la Lys .
        Mais à force de se faire raser régulièrement ( et pour commencer , ses deux châteaux … ) ,
        elle est devenue insignifiante … Je la connais bien : )
        Vous avez vu comme l´orthographe était aléatoire à cette époque ?
         » boulevert  » puis  » boullever  » . ( Le S était donc déjà le signe du pluriel . )
        ( j´ai trouvé tout cela sur l´étymologie du mot  » boulevard  » )

  10. Klaus nous parle de Molière; le mot bagatelle était très utilisé au XVIIème; et ses pièces sont même qualifiées de « bagatelles », par opposition aux pièces sérieuse, et il reprend le terme: « Il y a une grande différence de toutes ces bagatelles à la beauté des pièces sérieuses. » (La Critique de L’Ecole des femmes, sc. VI).
    Il dédie ainsi une de ses comédies: « J’ai donc osé, Monseigneur, dédier une bagatelle à Votre Altesse Royale… »
    Par ailleurs, le mot se trouve à maintes reprises dans les dialogues; voici un passage d’une scène du Malade Imaginaire:( Toinette explique à Argan qu’il ne pourra résister aux arguments de sa fille concernant son mariage):
    « TOINETTE: Une petite larme ou deux, des bras jetés au cou, un: « Mon petit papa mignon », prononcé tendrement, sera assez pour vous toucher.
    ARGAN:Tout cela ne fera rien.
    TOINETTE: Oui, oui.
    ARGAN: Je vous dis que je n’en démordrai point.
    TOINETTE: Bagatelles!
    ARGAN: Il ne faut point dire: « Bagatelles »!
    TOINETTE: Mon Dieu, je vous connais, vous êtes bon naturellement.
    ARGAN, avec emportement.: Je ne suis point bon, et je suis méchant quand je veux! »

  11. En voici les paroles:
     » Sale petit bonhomme, il ne portait plus d’ailes,
    Plus de bandeau sur l’œil et d’un huissier modèle,
    Arborait les sombres habits
    Dès qu’il avait connu le krach, la banqueroute
    De nos affaires de cœur, il s’était mis en route
    Pour recouvrer tout son fourbi.

    Pas plus tôt descendu de sa noire calèche,
    Il nous a dit : « je viens récupérer mes flèches
    Maintenant pour vous superflu’s.  »
    Sans une ombre de peine ou de mélancolie,
    On l’a vu remballer la vaine panoplie
    Des amoureux qui ne jouent plus.

    Avisant, oublié’, la pauvre marguerite
    Qu’on avait effeuillé’, jadis, selon le rite,
    Quand on s’aimait un peu, beaucoup,
    L’un après l’autre, en place, il remit les pétales;
    La veille encore, on aurait crié au scandale,
    On lui aurait tordu le cou.

    Il brûla nos trophé’s, il brûla nos reliques,
    Nos gages, nos portraits, nos lettres idylliques,
    Bien belle fut la part du feu.
    Et je n’ai pas bronché, pas eu la mort dans l’âme,
    Quand, avec tout le reste, il passa par les flammes
    Une boucle de vos cheveux.

    Enfin, pour bien montrer qu’il faisait table rase,
    Il effaça du mur l’indélébile phrase :
    « Paul est épris de Virginie.  »
    De Virgini’, d’Hortense ou bien de Caroline,
    J’oubli’ presque toujours le nom de l’héroïne
    Quand la comédie est finie.

    « Faut voir à pas confondre amour et bagatelle,
    A pas trop mélanger la rose et l’immortelle,
    Qu’il nous a dit en se sauvant,
    A pas traiter comme une affaire capitale
    Une petite fantaisie sentimentale
    Plus de crédit dorénavant.  »

    Ma mi’, ne prenez pas ma complainte au tragique.
    Les raisons qui, ce soir, m’ont rendu nostalgique,
    Sont les moins nobles des raisons,
    Et j’aurais sans nul doute enterré cette histoire
    Si, pour renouveler un peu mon répertoire
    Je n’avais besoin de chansons. »

    • Bonjour les amis, oui il s’ agit bien de
      Bagatelle, et il semblerait que la folie construite en peu de temps fut qualifiée de « bagatelle » pour son faible coût, aux abords de Paris, là où se trouve la célèbre roseraie ; le reste, pièce musicale, fadaise, et libertinage …

  12. Pour ne pas encombrer trop vite cette page, voici « La chanson de Bagatelle » par Germaine Montero, seulement les paroles de la chanson, elle est facile à trouver :

    C’est la chanson du mois du gai muguet
    Le renouveau de Javel et Marie
    Le long du bord de l’eau et n’importe où
    Entre le merle insouciant et la pie.
    Voici le chant des roses du dimanche
    Du vieux soleil, du plaisir de Ninon
    Dur aux enfants du blanc et des pervenches
    Et du printemps bien sûr, à la saison
    Dur aux enfants du blanc et des pervenches
    Et du printemps bien sûr, à la saison.
    Voici les pleurs d’un jeune accordéon
    Le long des quais de la Java fleurie
    Pour les loisirs des chalands de Paris
    C’est un des ponts de la mélancolie
    Tendre chanson des merles de Grenelle
    Ceux de la rue des Beaux-Petits-Pieds-Nus
    C’est Bagatelle et ses filles mortelles
    C’est Billancourt et ses Chinois inclus
    C’est Bagatelle et ses filles mortelles
    C’est Billancourt et ses Chinois inclus.

    Voici le mai du muguet blanc annuel
    Qui refleurit de fenêtre en fenêtre
    Probablement jusqu’aux portes du ciel
    Qu’il vaut bien mieux ne pas trop méconnaître
    C’est la chanson des morts de la semaine
    Celle de ceux qu’il est vain d’évoquer
    C’est la chanson des pinsons de Grenelle
    Un foulard rose à leur cou déplumé
    C’est la chanson des pinsons de Grenelle
    Un foulard rose à leur cou déplumé.

    Bonne chanson de la jeunesse ingrate
    Loin des bistrots de la Belle de Mai
    Quand je dansais dans l’Ile de la Grande Jatte
    J’étais fillette aujourd’hui sans regrets.
    Mais le temps passe et se tire des pattes
    Autant penser que ce n’est que chanson
    Las d’écouter le coeur qui se dilate
    Qu’en reste-t-il ? Un refrain sans façon
    Et quelques mots sitôt dits qu’on oublie
    Dans la chanson des amants sans soucis
    Dans la chanson des amants sans soucis.  »

    Soucis avec l’ordinateur, surtout depuis que j’ai ce clavier sans fil… !!

  13. Les amis, bonne journée dans les Jardins de Bagatelle, une promenade au milieu des roses, mais il y a aussi toutes sorte de fleurs dont les pivoines, un enchantement éphémère ! ici soleil ☼

    • Cela donne envie de s´y promener , Monique . Ah… si un ordinateur pouvait envoyer aussi le parfum des fleurs …. J´aime beaucoup les roses orange . Je ne sais pas ce qu´elles symbolisent , mais ce sont celles que je préfère .

      • Je vous ai déjà dit , je crois, que j’ ai depuis des décennies des hallucinations olfactives et souvent, je peux sentir ce que je lis ou regarde sur l’ ordi !
        Pratique.

      • Darie, et qui connait le château de Bagatelle ? c’ est un château du XVIIIe siècle situé à Abbeville dans la Somme. Un petit tour, c’est magnifique….. J’adore les roses oranges, j’en ai trois gros pieds, elles s’appellent France Libre c’est chouette comme nom ? je file à plus tard !

      • Et moi , Dominique , j´essaye souvent , mais n´y arrive point : (( Vous avez des connexions mémorielles extraordinaires . Y a-t-il des exercices à faire ? J´aimerais tant me souvenir
        du parfum du mimosa …

      • Vous me faites rire Darie, hélas ce n’ est pas un talent qui se travaille.
        Je suppose que j’ ai effectivement des connexions spéciale et je suis aussi affectée de pre connaissance particulièrement exacerbée quand je supprime les glucides radicalement de mon alimentation.
        Il y a une relation évidente mais je n ai jamais rien lu à ce sujet.

      • J´espère que ce sont des  » visions  » agréables , et non pas des images funestes . Ce pourrait
        être problématique , de deviner des évènements tragiques , pour soi ou pour autrui .
        On pourrait vous appeler Madame Irma … C´est pour rire !!! Je ne vous imagine pas dans une roulotte , avec un chat noir sur la table , et un foulard multicolore sur la tête , mais non : ))))

      • Darie, dans la majorité des cas, cela n’ est ni agréable ni désagréable parce que cela ne s’ accompagne d’ aucune émotion ou implication, il n’ y a aucune forme
        d’ énergie et par ailleurs cela ne me concerne pas toujours forcément.
        J’ ai ainsi reçu l’ information de
        l’ assassinat du président Kennedy ,
        la veille.
        J’ ai eu ma première fulgurances à 5 ans.
        J’ ai ainsi vécu la mort de mon père en direct et en sachant même le pourquoi précisément et là c’ était dans mon sommeil et ce sont mes cris « mais donnez-lui de l’ oygène! » qui m’ ont réveillée.
        Comme mon père a vécu en temps réel la mort de typhus de sa jeune sœur le jour de Noël au camp d’ Auschwitz, lui-même étant à Paris.
        Il n’ y a rien de magique, je pense que l’ on a plus ou moins de capteurs et un jour on connaîtra l’ explication de cela .

      • C´est impressionnant Dominique . Il faut de la force de caractère dans des situations aussi tragiques . Le cas de votre père et de sa sœur , c´est terrible . Peut-être que l´ »inverse » s´est produit aussi . En imaginant que son frère pensait à lui , la soutenait moralement , cela a éventuellement adouci ses souffrances … on ne sait pas … peut-être …
        J´ai lu l´été dernier  » Les russes sont à Lemberg  » de Renée Louria . J´étais obligée de faire une pause après 1 ou 2 chapitres . C´était son histoire et celles des personnes avec elle , mais
        convertie en un « roman » . J´ai lu cela sur google ( Le Courrier Picard ) .
        J´aurais pensé que c´était angoissant ou fatigant , mais si cela ne vous perturbe pas le moral ,
        c´est important . Avez-vous pas noté tous ces moments ?

      • Chère Darie, cela fait partie de ma constitution, et cela ne m’ apporte rien.
        Je ne note rien parce que je n’ y attache pas
        d’ importance.
        Je suis faite ainsi, voilà tout.

  14. N´est-ce point ma petite  » folie de Bagatelle  » et son boulingrin que j´ai montrés kl : 10h53 ?
    Elle a des allures de petit château , et j´ai envie de l´acheter … si-si …

  15. J´ai trois petits pieds de roses orage pâle , à la prochaine floraison , je vais dire à la famille ,
    que leur nom est  » France Libre  » : Merci Monique , je vais épater la galerie : ))

    • J’ aime beaucoup cette expression  » épater la galerie » c’ est terriblement « Les enfants du paradis ».
      Vous avez écrit  » des roses ORAGE pâle »
      C’ est poétique et vous avez avec bonheur
      braver le correcteur.

  16. ??????… énigme percertive…

    du haut de la tour de babel qui de sa hauteur grattouille le bas du ciel , l’hostélité est déclaré sans hésitation avec le dieu vernaculus, pourquoi me diriez-vous de la tour de babel et pas du haut d’un hlm qui par son image me donnerait une façon positive d’un revers négatif , de toute manière sans besoin d’approfondir que cela soit le dos au mur dans un espace réduit ou en plein centre de la cour des miracles c’est le premier pas vers la sagesse qui est d’oser douter de son savoir sans aucune pensée équivoque , comme se dit parfois le belzébuth a un novice diablotin que ce n’est pas le besoin d’avoir de grandes cornes pour ressembler a un bouc sans devenir chèvre pour en déduire , je suis l’ombre d’un homme énigmatique dans un sens comme dans l’autre , c’est pour cela que par raison j’ai passer le portique pour gravir le chemin qui conduit non loin de la demeure de la divinité qui laisse couler sa divine essence avec le pouvoir qu’on peut avoir sur les mots qui émergent par excellence loin du silence mystique énigmatique de tout sens , ou pourquoi pas tout simplement et selon ses envies et l’humeur du moment….je suis légèrement fatiguer , j’ai travailler le nez face a la nature et le vent soufflant en est autant fatiguant qu’énervant …je vous dis donc a demain matin quand j’aurais les idées plus clairs et des phrases plus sages …bises GO!GO!

  17. Hello, la télépathie existe mais ce sont des moments rarissimes, je dirais tant mieux car ce n’est pas souvent drôle. Maintenant, « anticiper » une chose que l’on connait parfaitement pour l’avoir « sentie » et pressentie », peut se dérouler comme un film que l’on voit réellement, je ne sais pas le terme, et puis il y a la sonnerie ou la sonnette, qui alarme. Une nuit que je dormais comme une masse, j’ai « entendu » un sifflement, un bruit, une alerte, je ne sais pas mais je me suis levée d’un bond et je me suis ruée (pourquoi ?) dans la chambre de ma fille, elle était bébé et la sangle (marque Bébé confort) qui devait l’empêcher de dormir sur le dos pour ne pas s’étouffer, s’était enroulée à son cou et l’étranglait, elle ne pleurait même pas, elle ne pouvait plus. Horreur, je me suis ruée sur les ciseaux et j’ai coupé la sangle et jamais, jamais plus je n’ai utilisé cette sangle. Qui m’a avertie ? la maison était dans le calme complet et il devait être deux heures du matin. Cela m’a tellement perturbée que j’en ai perdu le sommeil, je me relevais constamment pour aller la voir dans son berceau, me condamnant à un demi sommeil permanent. Il y a beaucoup de récits qui attestent de ce phénomène qui doit avoir un terme technique…. le 6e sens c’ est encore autre chose, je l’ai aussi de temps en temps, pas toujours.

      • Dominique, entre intuition, préscience et pressentiment, que de confusions. Le cerveau est difficile à explorer c’est pourquoi la science ne fait pas de grand progrès sur la dégénérescence des neurones, Alzheimer par exemple, ou dans des différents états comateux car il n’y en a pas qu’un. Tout ce qui touche le cerveau m’effraie !
        Pour billard : « Le but est un cœur fier ; la bille, un pauvre amant ; La passe et les billards, c’est ce que l’on pratique Pour toucher au plus tôt l’objet de son amour, [La Fontaine, à Mme de la Fayette, en lui envoyant un petit billard]
        Très fort vous avez combattu, Et j’ay mon billard bien tenu, [Orléans, Rond.]
        Et un billard de quoi on crosse, [Villon, Petit testament.]
        -Terme de chasse : morceau de bois se terminant en pointe d’un bout et recourbé de l’autre, dont se servent les oiseleurs.
        -Terme de marine : barre de fer ronde dont le gros bout ressemble à une masse de billard.

    • Monique , cette invention des sangles , pour garder les lits bien bordés , était une stupidité .
      Ma sœur a failli s´étouffer ainsi . Ma mère l´a trouvée , coincée et se débattant désespérément pour chercher de l´air . On disait souvent autrefois qu´il fallait laisser les enfants pleurer un peu ,
      pour ne pas faire leurs caprices . Mais cette histoire m´était restée en tête . J´allais aussi jeter des coups d´œil , comme une souris .

      • Oui Darie, ces sangles n’étaient pas au point…. longtemps j’ai stressé en me disant l’ai-je mise convenablement, tout cela pour en arriver là. Aujourd’hui on ferait un procès au fabricant ! c’est vrai qu’il faut laisser pleurer les bébés, c’est leur façon de s’exprimer mais il ne faut pas les quitter des yeux. Quel souci, les petits, car justement ils ne parlent pas !!!

  18. Dominique, c’est vrai que c’est passionnant mais cela effraie un peu, peut être quand on n’est pas un spécialiste, j’ai écouté pas mal d’émissions et la conclusion est que le cerveau est très complexe et compliqué, même Freud est mis en difficulté par ses héritiers de la psychanalyse. Pour en revenir à l’expérience de votre père, je crois qu’il « savait » dans le sens instinctif et peut être avait eu des échos par ceux qui ont été les témoins directs, dans les tous débuts, bien avant la mise en marche de cette industrialisation de la mort, quelques-uns sont revenus pour témoigner de ce qu’ils avaient vu mais personne ne les a crus.

  19. En fait le mot d’aujourd’hui était peut être « énigme » , voici Charles Cotin, dit l’abbé Cotin (1604-1682) était un homme d’église et poète français, ce qui ne parait pas incompatible, il était aussi Conseiller et aumônier du roi…… Les jeux les charades, les devinettes étaient des amusement littéraires très prisés. Ces jeux d’esprit eurent une telle vogue au XVIIe siècle, qu’on publia un « Recueil des énigmes de ce temps » (Paris, 1646 ; Lyon, 1648) , l’abbé Cotin avait mérité le surnom de Père de l’Enigme. Voici un de ses poème énigme, il faut trouver le mot :

    Je ressemble au torrent dont la course rapide
    Se dérobe à soi-même et s’enfuit loin de soi.
    Je suis de l’univers le tyran et le roi
    Et de tous les humains le père et l’homicide.

    Les forces de Milon et les forces d’Alcide
    Ont tenté vainement de s’opposer à moi.
    Les superbes Césars ont fléchi sous ma loi,
    Et je n’entreprends rien que le ciel ne me guide.

    Tout cède à mon pouvoir par force ou par amour ;
    La lune et le soleil font la nuit et le jour,
    Afin d’entretenir ma puissance suprême.

    Fils aîné de nature, et ministre du sort,
    Je conduis dans le monde et la vie et la mort,
    Et, comme le Phénix, je renais de moi-même. »

  20. Je reviens sur le sujet premier de la bagatelle . En voici six d´un seul coup .
    C´est particulier , mais on voit des commentaires très enthousiastes ., dans les commentaires au-dessous . Moi , un peu moins . Mais elle/ils jouent très bien .

  21. Darie, le mot bagatelle dans le sens fripon était très usité chez nos anciens avec une connotation moraliste. La bagatelle c’était un manque de sérieux et au ton employé on comprenait que les suites étaient irrémédiables, le tout suivi de « il fallait réfléchir avant ».

      • Darie, la baguenauderie ? cela me rappelle la chanson de Montand « le soleil se baguenaude, y a des valses qui rôdent, sur des airs d’amoureux »…. je ne sais plus laquelle …. mais baguenauder, muser, flâner… c’est dans le sens de promenade.

  22. Cette petite énigme court sur internet, elle est attribuée à Jean-Jacques Rousseau :

    « Enfant de l’Art, enfant de la Nature,
    Sans prolonger les jours j’empêche de mourir :
    Plus je suis vrai, plus je fais d’imposture,
    Et je deviens trop jeune à force de vieillir »

    Il s’agit du PORTRAIT. Bonne fin de soirée à tous.

      • Dominique, il me semble que l’on dit facilement « le temps est un grand maître » ou bien « il faut laisser du temps au temps » dans le cas où nous ne trouvons pas les mots adéquats dans une situation précise et donnée comme embarrassante ! j’aime bien la citation de quelqu’un dont j’ai oublié le nom  » on court après le temps mais c’est lui qui nous enterre »… j’avais trouvé cela tellement juste, nous passons notre journée à gagner du temps mais ce qu’on est bien dans la contemplation et la station immobile.

  23. Une dernière bagatelle, pour terminer la soirée en poésie, voici une lettre en forme de virelai écrite par Jean Jacques Rousseau à Mme la baronne de Warens… et on y trouve le mot du jour :

    « Madame, apprenez la nouvelle
    De la prise de quatre rats;
    Quatre rats n’est pas bagatelle,
    Aussi n’en badiné-je pas:
    Et je vous mande avec grand zêle
    Ces vers qui vous diront tout bas,
    Madame, apprenez la nouvelle
    De la prise de quatre rats.
    A l’odeur d’un friand appas,
    Rats sont sortis de leur caselle;
    Mais ma trappe arrêtant leurs pas,
    Les a, par une mort cruelle,
    Fait passer de vie à trépas.

    Madame, apprenez la nouvelle
    De la mort de quatre rats.
    Mieux que moi savez qu’ici-bas
    N’a pas qui veut fortune telle;
    C’est triomphe qu’un pareil cas.
    Le fait n’est pas d’une allumelle;
    Ainsi donc avec grand soulas,
    Madame, apprenez la nouvelle
    De la prise de quatre rats. »

    • Très drôle , mais à la place de madame de Warens , j´aurais préféré  » quatre roses  » …
      Je lis que « caselle » est une cabane de jardin , une remise pour nains de jardin , en somme …
      Le soulas , le soulagement . Et l´allumelle , une lame de couteau . Pourquoi tout ce vocabulaire
      a-t-il disparu ? C´est dommage . Bonne fin de soirée , tutti .

  24. Ne rien faire…. comment est-ce possible à part de petits moment dispersés ça et là pour ne pas dire égarés, et pas tous les jours ? ne rien faire est un art ! il me semble que dans la vie tout nous oblige ou nous empêche (aphorisme) !

    • Darie, oui que de salamalecs pour quatre rats ! dans le fond, eux aussi ont eu droit à leur réforme de l’orthographe, et pour nous ce n’est qu’une suite ! des mots usuels n’existent plus sauf chez nos académiciens, la littérature du XXe siècle était plus florissante que la nôtre et puis l’arrivée des nouvelles technologies ont brisé ces lettres qu’on envoyait aux personnes éloignées, il n’y avait rien d’autre. Les lettres de Mme de sévigné, bien avant, sont des modèles de français mais tout de même avoir skype et pouvoir discuter en direct c’est mieux !

  25. Bonjour , -10° …. Les coqs n´ont pas chanté ce matin , il est dans ses plumes , bien au chaud dans sa caselle . Je réhabilite le vocabulaire . Sus aux sms !
    -PREMIÈRE GELÉE-
    Voici venir l’Hiver, tueur des pauvres gens.

    Ainsi qu’un dur baron précédé de sergents,
    Il fait, pour l’annoncer, courir le long des rues
    La gelée aux doigts blancs et les bises bourrues.
    On entend haleter le souffle des gamins
    Qui se sauvent, collant leurs lèvres à leurs mains,
    Et tapent fortement du pied la terre sèche.
    Le chien, sans rien flairer, file ainsi qu’une flèche.
    Les messieurs en chapeau, raides et boutonnés,
    Font le dos rond, et dans leur col plongent leur nez.
    Les femmes, comme des coureurs dans la carrière,
    Ont la gorge en avant, les coudes en arrière,
    Les reins cambrés. Leur pas, d’un mouvement coquin,
    Fait onduler sur leur croupe leur troussequin.

    ……. à suivre …je ´arrive pas à mettre les autres strophes ?!…
    de Jean Richepin (1849-1926 ) .
    Klaus n´a pas entendu la diane ce matin … je sonne encore une fois . Après , ce sera pain sec et brouet clair : ) Bonne journée .

  26. Bonjour ….il fait 16° dans ma chambre grande ouverte vers la nature , le soleil commence a lécher les murs , le coq a bien chanté chez nous une patte dans le nez il est toujours au chaud dans ces plumes , je ne vais pas réhabilite le vocabulaire en cela je vous laisse vous intérroger sur l’énigmes qui patine la matine , j’ai repris le commentaire de Darie sauf que chez moi il n’y a pas de pauvre gens qui arrive avec l’hiver , non qu’un camarade se nomme Œdipe et a libéré thèbes après avoir résolut l’énigme du sphinx sur le monstre qui dévorait les gens qui passent , l’énigme qui chacun interprète au gré de ses désirs et de ses espérances devant ce gâteau au café doux et crème saint honoré dans une patisserie dans une petite commune du sud-ouest de la france qui porte en son nom le grand balzac ..GO!GO!

  27. Bonjour d’un matin ensoleillé, – 2°, blanche est la pelouse, mais les jonquilles d’or sont arrivées et se moquent de la gelée

    Gelée blanche de Jean Aicard (1848-1921)

    Les Poèmes de Provence (1874).

    Février. Le blé monte aux tiédeurs hivernales.
    En hiver nos midis sont des matins d’été ;
    Mais parfois méchamment, aux heures matinales,
    Un souffle d’hiver glace Avril épouvanté.

    Il sent alors que tout s’est trop hâté d’éclore,
    Que tout s’est revêtu de trop claires couleurs,
    Et, dans les champs déserts, en attendant l’aurore,
    Avril frileux et blanc frissonne sous les fleurs. »

    Mon village a son lavoir ancien, toujours restauré, mais on n’entend plus les lavandières chanter ni bateler (faire des bouffonneries) près des grands saules, les rats d’eau sans radeau viennent s’y promener, quel beau matin d’hiver :

    Campanile d’Hiver
    Francis Etienne Sicard

    La vigne endolorie sous le poids des nuages,
    Pareille au clapotis des barques enchainées,
    Gémit, pleure et s’éteint comme un brasier mouillé
    Par la rage du ciel et son gravier d’outrages.

    Les lavoirs de soleil et leurs lourds sarcophages
    Ruissellent de tumeurs aux couleurs bigarrées,
    Comme si leur destin se tissait sous les dès
    De gouttes détachées d’un suaire sauvage.

    Seule, morne et feutrée, une cloche d’airain
    Sonne un glas parfumé d’une douce beauté
    Dont le silence boit la mélodie sans fin.

    Or la vigne endurcie, comme un oratorio,
    Fugue le long de mots brillants de nouveauté,
    Que ce poème joue sur un pas d’adagio.

    Francis Etienne Sicard, Odalisques, 1975″

  28. …suite …
    Oh ! comme c’est joli, la première gelée !
    La vitre, par le froid du dehors flagellée,
    Étincelle, au dedans, de cristaux délicats,
    Et papillotte sous la nacre des micas
    Dont le dessin fleurit en volutes d’acanthe.
    Les arbres sont vêtus d’une faille craquante.
    Le ciel a la pâleur fine des vieux argents.

    Voici venir l’Hiver, tueur des pauvres gens.

    Voici venir l’Hiver dans son manteau de glace.
    Place au Roi qui s’avance en grondant, place, place !
    Et la bise, à grands coups de fouet sur les mollets,
    Fait courir le gamin. Le vent dans les collets
    Des messieurs boutonnés fourre des cents d’épingles.
    Les chiens au bout du dos semblent traîner des tringles.
    Et les femmes, sentant des petits doigts fripons
    Grimper sournoisement sous leurs derniers jupons,
    Se cognent les genoux pour mieux serrer les cuisses.
    Les maisons dans le ciel fument comme des Suisses.
    Près des chenets joyeux les messieurs en chapeau
    Vont s’asseoir ; la chaleur leur détendra la peau.
    Les femmes, relevant leurs jupes à mi-jambe,
    Pour garantir leur teint de la bûche qui flambe
    Étendront leurs deux mains longues aux doigts rosés,
    Qu’un tendre amant fera mollir sous les baisers.
    Heureux ceux-là qu’attend la bonne chambre chaude !
    Mais le gamin qui court, mais le vieux chien qui rôde,
    Mais les gueux, les petits, le tas des indigents…

    Voici venir l´Hiver , tueur des pauvres gens .
    de Jean Richepin .
    Il arrive presque chaque hiver en Suède , que quelqu´un meurt de froid , mais c´est toujours
    par accident . Des gens perdus en forêt , accidentés sur la route , des inconscients …
    Vite , Telefon …

  29. pour bien réfléchir a toutes situations , la réflexion en flexion les yeux sur l’horizon , construire une babiole un habitat en pleine nature pour une vie en hermite , construire par la force de mes bras une cabane au bord de l’étang pour vivre en robinson crusoé aussi heureux que le pinson poinçonneur des lilas en pleine fougère , un petite cabane fait de bois d’arbre de forêt simple mais conviviale , avec une petite terrasse pour le prelasse confortable entre quatre oliviers millénaires de la plaine d’athènes qui athénir ici on ne sait comment , une cuisine extérieur attenant a la bâtissse pente par matisse qui portera comme nom l’atelier gourmand , on dit toujours que le peintre montre le caractère de la toile entre le figuratif et l’abstrait , matise lui disait aussi qu’il faut prendre en compte la valeur de l’espace entre les feuilles dans le dessin , ma cabane au bord de l’eau peinte par matisse , comme si l’étang porterais comme prénom varengeville sur mer , ma cabane , la pareille que celle des douaniers du petit ailly pour monter la garde au fil des remous de l’eau , un peu comme le douanier rousseau je serais l’avant-gardiste du petit matisse , une maisonnette en bois tout confort avec les deux larges fenêtres plein sud pour la vue de l’étang pour garder un peu l’esprit de richesse et largesse , une double porte-fenêtre pour que de large plat de cuisson passe sans aucuns embarras ,la double porte-fenêtre finissant sur une large terrasse sur pilotis pour vivre mon séjour atypique en plein coeur de notre forêt , et pourquoi pas une troisième terrasse , une flottante amovible selon le niveau de l’eau pour être toujours au niveau , le soir sous le clair de lune avec une mandoline fait d’un coeur de noisetier chanter aux étoiles qui passent …ma cabane au fond du jardin moi j’y vais quand j’ai besoin…et je mis sent si bien …bises a toutes a plus …le travail dit mon prénom non de non ..GO!GO!

  30. Bonjour tout le monde: les toits sont encore blancs…Je file à la découverte de Varengeville-sur-Mer, et pour l’instant au Bois des Moutiers, dont les rhododendrons me font penser à ceux de Darie:

    • Quelles belles vues , pour nous faire patienter jusqu´au printemps … Vous avez vu juste sur nos rhododendrons , Mareria . Ils sont très hauts aussi , mais tous mauves , sauf un : rose foncé ,
      qu´on a trouvé , jeté à la lisière de la forêt !… J´aime beaucoup les blancs à cœur rouge que
      l´on a vus . Cette maison me plait beaucoup , je rêvais d´habiter un château quand j´étais jeune.
      J´avais une amie de classe qui m´avait invitée , dans une petite maison de campagne , et nous étions allées voir sa grand-mère dans son château , juste à côté . C´était superbe , les pièces , les meubles , le parc , l´étang …. Des gens achètent parfois une bâtisse qui tombe en ruines , et passent leur vie à la restaurer . C´est prévu pour une de mes six prochaines vies : )

      • Darie,le problème des châteaux, manoirs etc ( où je n’ai jamais vécu), c’est leur chauffage,…
        Il existe aussi un jardin des hortensias à Varengeville, dont on peut trouver une vidéo: magnifiques!

  31. me voila de retour de ma promenade a coup de bras de la forêt enchantée , nous avons fait une cabane en bois pour que les animaux sauvages ont un toit ici pas de SCF nous avons du coeur nous les anciens , pas de sans cabane fixe au domaine non plus dans notre bois , nous avions repérer un couple de biche et un petit , je ne vais pas écrire comme dumas qu’une biche avait conduit attila a travers les palus méotides, et il descendait vers l’allemagne, précédé par la terreur qu’inspirait son nom .. et patati patata , une cabane pour trois ou plus vite fait avec du foin et des graines et un point d’eau , on verra bien si il vont poser leurs valises , un camarade m’a dit qu’il viens de voir la famille approcher de la cabane …donc cela est bien ….une cabane c’est vite fait a 15 hommes avec le matériel adéquat, nous avons mis une fenètre avec des vitres en plastique pour la lumière , pas de porte …bon je me suis bien amusé et pris plein de poussière de bois dans les cheveux donc la douche …..bises a toutes ….GO!GO!

  32. Darie … J´ai raté déjà la saison du mimosa , et les perce-neige et les crocus ont disparu dessous les rhododendrons ( mystère non élucidé ) …une énigme ??????

    • Klaus , je ne vois plus de crocus , ni de perce-neiges . Je ne sais pas pourquoi . Mais au printemps , il y a en lieu et place , des petites anémones sauvages blanches .
      Bonne soirée , ( c´est l´heure des petites quiches ? )

  33. Une belle promenade dans la vidéo de Mareria…… alors nous sommes toujours dans la bagatelle, dans l’amusoire, le fifrelin, dans le brimborion, la superfluité, bref dans ce peu de rien, un tout petit rien qui nous tient depuis deux jours ? côté poème, il n’y a plus personne ?

    « Jacqueline du Bueil a été une conquête de Henri IV… élevée dans la famille de Condé sous la coupe de la princesse Charlotte, elle est alors âgée d’à peine 16 ans, très jolie et bien faite, et d’un caractère accommodant. Le roi l’avait rencontrée alors que le deuxième complot se tramait et il avait tout de suite été séduit par sa taille de nymphe qui lui rappelait Henriette. Il confia à Sully :

    – Je viens d’acheter Melle du Bueil.
    – plait-il, sire ?
    – vous avez bien entendu, cela m’a coûté une bagatelle, trente mille écus !
    – une bagatelle, vraiment, où allez-vous trouver cette somme ?
    – c’est vous que je charge de la trouver…. »

    Ainsi vont les rois, mais les gouvernements ne valent pas mieux….

      • Hello Dominique, la demoiselle une fois favorite officielle en a profité pour le tromper avec le prince de Joinville, duc de Chevreuse très laid, malingre, chétif tout en pointe qui ne laissa pas de trace. Les footballeurs sont richissimes et se croient tout permis, voilà ce qu’est devenu le sport populaire des Français d’antan, l’empire du fric avec les affaires que l’on connait.

    • Une bagatelle pour la bagatelle….
      Voici un poème de Jacques Roubaud:
      « Rien
      ce morceau de ciel
      désormais
      t’est dévolu
      où la face aveugle

      de l’église

      s’incurve

      compliquée

      d’un marronnier

      le soleil, là
      hésite
      laisse

      du rouge

      encore,

      avant que la terre

      émette

      tant d’absence

      que tes yeux
      s’approchent
      de rien « 

      • Mareria, nous allons de découverte en découverte, « Les Onze bagatelles, opus 119 sont un ensemble de pièces pour piano composées par Ludwig van Beethoven à plusieurs époques. » (‘wkpdia)…………nous savons tout sur la bagatelle, vues et images, poèmes et littérature, histoire et musique !!!!

  34. Et un poème satirique contre LouisXIV– toute ressemblance avec …, on connaît la chanson.–
    Je vous le livre avec les notes
    « Les exploits de Louis XIV .
    Violer la nature aux dépens d’une armée 2,
    Transporter sur les monts la Seine courroucée 3,
    Forcer l’homme timide à devenir soldat 4,
    Donner droit aux traitants d’élire un magistrat 5,
    Abolir la noblesse, en faire de nouvelle 6,
    Traiter le droit des gens de pure bagatelle,
    Enfreindre les traités sans honneur et sans foi,
    Croire que l’univers n’est créé que pour soi,
    Morguer avec mépris tous les rois de la terre 7,
    D’un long règne passer plus des deux tiers en guerre,
    De ministres cruels ignorer les fureurs 8,
    Se livrer tout entier aux traîtres loyolistes,
    Pis que de mécroyants traiter les rigoristes,
    A mille honnêtes gens ravir la liberté,
    Réduire tout son peuple à la mendicité,
    Des bras d’un tendre époux enlever une femme 9,
    Confondre dans son sang le fruit de cette flamme,
    De métaux recherchés se dresser un autel,
    Enchaîner les humains aux pieds de l’Immortel,
    Au milieu de la paix faire aux homme la guerre,
    Par le fer et le feu en dépeupler la terre,
    Accabler sous le poids du rang et de l’honneur
    Des monstres d’un amour dont frémit la pudeur,
    Avilir tout pour eux, dignités et naissance,
    Voilà tout ce qu’a fait le héros de la France . »
    Notes:2.Le camp de Maintenon (Sautreau) (R)
    3. L’eau manquait à Versailles : Louis XIV fit établir à grands frais la machine de Marly, due au génie du mécanicien liégeois Rennequin Swalm, pour élever l’eau de la Seine. Comme elle semblait insuffisante, il songea à détourner l’Eure et à l’amener à Versailles, au moyen d’un aqueduc, par‑dessus les vallons et les montagnes. Cette entreprise gigantesque, à laquelle dix mille soldats travaillèrent durant plusieurs années, fut interrompue par les maladies pestilentielles et surtout par les guerres de la fin du règne. Il en subsiste encore des débris, immenses autant qu’inutiles. (R)
    4. Forcer le laboureur.
    5. Desmarets avait créé en 1712 des charges d’inspecteurs des finances pour contrôler les opérations des fermiers généraux ; mais les comptables, qui trouvaient cette institution incommode, obtinrent le droit d’acheter eux-mêmes ces charges et se mirent ainsi à l’abri de toute surveillance. (R)[
    6. « Le contrôleur général, Pontchartrain, vendit des lettres de noblesse pour deux mille écus en 1696 : cinq cents particuliers en achetèrent, mais la ressource fut passagère, et la honte durable. On obligea tous les nobles anciens et nouveaux de faire enregistrer leurs armoiries, et de payer la permission de cacheter leurs lettres avec leurs armes. » (Voltaire.) (R)
    7. Au milieu de la paix faire aux amis la guerre.
    8. Allusion à Louvois, qui imagina contre les protestants les dragonnades, et incendia le Palatinat. (R)
    9. Madame de Montespan (Sautreau) (R)

  35. Mareria, il nous manquait le parfum, le voici « Les Jardins de Bagatelle » de Guerlain création 1983 !
    J’ai lu un livre d’histoire sur ces fameuses dragonnades, inimaginable et très éprouvant à lire ! Louis XIV est certainement le soleil qui a brûlé le plus et consumé le petit peuple. Louis XV a eu un moment de grâce et Louis XVI a payé le prix fort.

    • Monique, je suis allée  » voir » sans sentir ( ce que Dominique peut peut-être faire!) « Les Jardins de Bagatelle »: »Ce parfum raconte une histoire de fleurs blanches.
      Son nom et son flacon sont un clin d’œil au pari que firent le comte d’Artois, frère de Louis XVI, et la reine Marie-Antoinette, de construire en moins de dix semaines un château dans le Bois de Boulogne à la place d’une chaumière en ruine.
      Le flacon sculpture à l’épaule drapée reprend l’allure d’une cariatide du château des Jardins de Bagatelle ». Apparemment, le flacon a changé d’allure.
      Notes olfactives: note de tête : bergamote /notes de coeur : jasmin, gardenia, tubéreuse, néroli /
      notes de fond : notes boisées.

      • Mareria, j’ai beau imaginer, je ne sens rien mais je viens de visionner l’eau de toilette « les jardins de bagatelle » dans le flacon Abeilles Blanches, à 460 euros mais les 500 ml ! « Le flacon dit « aux abeilles » a été réalisé en 1853 par le verrier Pochet & du Courval pour L’Eau de Cologne Impériale destinée à l’Impératrice Eugénie. Ses « tuiles », inspirées du dôme de la colonne Vendôme, sont ornées de 69 abeilles, symboles de l’empire. Le flacon fête aujourd’hui ses 160 ans et continue de cultiver sa singularité ; il peut abriter la fragrance de votre choix et être personnalisé d’initiales à la demande.
        La couleur du parfum ainsi que la signature de l’étiquette varient en fonction de la fragrance choisie. » Ah, bon ! quand même :))))) d’après la composition, le sillage doit être un pur ravissement. Quand même, c’est beau le luxe !

  36. « Babiole » ( « Cabinet des fées » ) c’est le titre d’un conte Mme d’Aulnoy c’est très mignon, à lire sur « Les contes pour enfants du monde »

    http://www.contes.biz/conte-161-Babiole.html

    … et le mot « broutille », il y a celle de Maïakovski « je sais la force des mots » aujourd’hui on dit plus facilement une bricole ou encore trois fois rien, beaucoup moins romantiques.
    Gentes dames et damoiseaux demain il fera froid dans les masures, je ne sais le mot qui nous attend sur les 100.000 mots (?) du dictionnaire et justement je vais les compter car compter les moutons c’est trop lassant, avec les mots, on s’amuse. Bonne fin de soirée à tous.

    • Monique , on nous a dit aux informations suédoises qu´il y avait eu une aurore boréale , à une soixantaine de kms de chez nous , la nuit dernière . Mais le chef croit que c´était un fake ( une farce en langage antique : )) Il n´empêche que je vais surveiller ce soir . Bonne soirée aussi .

      • Darie, et si c’était vrai ? une aurore boréale mais que ne donnerais-je pour en voir une seule ! heureux celui qui contemple ce phénomène une fois dans sa vie. Vite, la longue vue ou la lorgnette ! bonne surveillance et ne prenez pas froid.

      • Bonjour Monique , j´ai jeté deux fois un coup d´œil par la fenêtre , cette nuit . Rien : (
        Une aurore boréale envahit tout le ciel , comme des draperies multicolores qui bougent .
        Mais il faut beaucoup de chance pour en voir . Même le viking de la maison , qui est allé plusieurs fois au nord du nord , Groenland compris , n´en a jamais vue . Je cours sur la page nouvelle , concoctée par Dominique …. j´essaye de deviner . La venue du printemps ?…
        Non … il fait -6° . Un gage pour moi : )

      • Oui Dominique , souvent le début de la page suit à la virgule près , le titre du jour , et puis cela
        s´éparpille joyeusement au fur et à mesure de la journée . Mais Klaus fait comme il veut , il
        l´a dit assez souvent : )

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s