Des hauts et des bas

Le front , partie anatomique , que l’on peut avoir haut ou bas , est défini par l’espace entre la ligne d’ implantation des cheveux et les sourcils.

Être « effronté » ne signifie pas manquer de front mais au contraire « tenir tête ».

Mais en ce temps de commémoration du centenaire du début des affrontements de Verdun, le mot  » front » retient notre attention dans son acception militaire, ligne des troupes face à l’ennemi.

image

« Vous avez peut-être croisé l’affiche de l’exposition Vu du Front au détour d’une gare, d’une station de métro ou d’une page de journal.

Cette oeuvre de Félix Vallotton est un détail de son tableau intitulé Verdun, tableau de guerre interprété, projections colorées noires bleues et rouges terrains dévastés, nuées de gaz, produit en 1917. 

Sylvie Leray-Burimi, conservateur en chef en charge du département des peintures, dessins, estampes et photographies au musée de l’Armée nous livre son analyse : 

“Le 29 février 1916, Vallotton imagine Verdun : « Ce lieu de mort doit avoir quelque chose d’effroyable et en même temps de brillant. » Après une mission sur le front en juin 1917, il constate l’incapacité de ses prises de note hâtives à rendre compte de la guerre : « D’ores et déjà je ne crois plus aux croquis saignants, à la peinture véridique, aux choses vues ni même vécues », écrit-il tout en peignant, en décembre, son œuvre de guerre la plus composée. Paysage mental, vue de l’esprit, Verdun tente de s’abstraire de toute expérience et de toute anecdote : « Je termine mon Verdun, essai d’expression par des droites, ce qui ne veut pas dire cubisme, mais représenter des forces n’est pas commode et la droite s’indique elle-même pour ces tentatives», note l’artiste avant de réaffirmer : « Dessiner ou peindre des “forces” serait bien plus profondément vrai qu’en reproduire les effets matériels mais ces “forces” n’ont pas de forme et de couleur encore moins.” »

Publicités

148 réflexions sur “Des hauts et des bas

  1. mes biens chers frères, mes biens chères sœurs,reprenez avec moi tous en cœur , reprendre tous en cœur c’est bien mais reprendre quoi et pourquoi et comment et pour qui …on, bin, voilà, j’ai plus qu’a reprendre tout seul ….le pape a dit que l’acte d’amour
    sans être marié, est un péché , un péché un péché faire l’amour c’est pas un fruit a moins de le faire dans une corbeille en osier avec une banane et lui dire salade de fruit salade fruit qu’elel jolie nom , cette nouvelle il me faut l’annoncer c’est exactement ce que je suis en train de faire , a ma paroisse je sis curé , curé curé faut pas oublier que l’habit fait pas le moine …surtout que moi je me méfie du pape du curé et du moine car j’ai la méfiance qui est mère de sûreté et je met pas les bars en l’air en disant aide-toi le ciel t’aidera , alors on fait quoi présentement ,mon dieu que je suis bête il ne faut jamais vendre la peau de l’ours qu’on ne l’ait mis par terre il me reste a vous dire ceci ..pas de boogie woogie avant de faire vos prières du soir , boogie woogie, pas de boogie woogie , faire ces prières du soir , est ce que j’ai une tête a faire des prières a coté du saint-père d’un curé et d’un moine pourquoi pas sur les genoux d’une bonne-soeur enveloppé comme un nouveau-né en plein allaitement avec entre les deux seins un crucifix et deux belles tétines , croyait vous que c’est facile de fixer une croix et de pratiquer un allaitement ecclésiastique avec des gémissements et des cliquetis de sentiment de satisfication en langue latine , je ne crucifigere pas moi je ne fait pas de signe de croix sur le pain je reste un homme content et non mécontent surtout que l’on viens de m’apporter une grosse boite de chocolat suisse cailler est une émorme fort grosse boite de toblerone , je vais installer deux gigantesques canons derrière ma porte de chambre et poser une bassine devant avec un écriteau l’île de navarone et rebaptiser ma chambre mandrakos et me vétir de l’habit de mandrake, bon Darie va dire c’est qui ce mandrak ..tu n’a donc jamais lu un livre de comic de mandrak le magicien hi!hi!…bon je crois que plus je prend de l’âge je deviens fada ou fafiot j’ai deja un fort grandissement de mes oreilles on dirait un âne , bon j’ai donc du chocolat ha!ha! …c’est se soir devant mon armoire ou j’ai manger tout mon chocolat que l’ange de ma maman apparrait …je lui dis ma chére maman, je peux avoir du chocolat …..elle me répond de sa voix douce et légère …il y en a dans le placard, va donc te servir….mais maman, je peux pas, tu sais bien que je n’ai pas de bras….pas de bras, pas de chocolat……non de diou de non de diou …c’est balot pour un barjot et pas rigolo …de pas avoir de choco …..je file a demain …..hi!hi!…je vais aler faire une prière au foyer …avec un verre de vin …buvez mes freres c’est le sang du christ …GO!GO!

  2. voyons petite Darie …je connais cela depuis toujours ….et je connais la seconde guerre mondiale ….je suis de 33 , c’est une ligne des toblerones qui est une ligne fortifiée de la promenthouse, qui viens d »une ancienne ligne de fortifications suisse qui commence au pied du jura dans le canton de vaud qui date de la seconde guerre mondiale. ….n’oublie pas que nous avons des archives ici et j’ai deja fait lecture de beaucoup d’archive …et ma mémoire les suisse ne disent pas c’est du gruyère ( gruyère et toblerone à fait le rapprochement …..tu auras un reste de chocolat ….bises petite et a toutes c’est l’heure de la soupe …GO!GO!

    • Ahhh , j´aurais dû me douter que vous le saviez . Mon fiston 2 , quand il avait 6-7 ans , a gagné à une tombola , un toblerone de 1 mètre de long . Il y avait des dizaines de petites barres de toblerone dedans : ) Et pendant ce temps , j´avais gagné une grande thermos en métal .
      Et ce n´est pas fini ! La grande fille 2 , toujours à la fête de l´école , avait gagné une grande serviette de bain . J´ai grondé fille1 et fils1 qui n´avaient rien gagné . Non mais : )))
      Je n´osais plus aller à la fête de l´école les prochaines années …

  3. Monique a évoqué les mots fronton , frontispice: aussitôt, je pars en rêve vers…et je viens de découvrir ce beau poème « COURAGE », d’ Odysseas Elytis, extrait du recueil « O hélios o héliatoras », interprété par Angélique Ionatos: Textes de l’album «Reste la lumière – ΜΕΝΕΙ ΤΟ ΦΩΣ»Ici, D’Ailleurs… automne 2015
    « Courage mes colombes, mes anémones
    Mes belles compagnes esseulées

    Là où les ténèbres tissent et se tapissent
    Devenez petits soleils qui se hissent

    Parfois la ruelle sombre mène à une place fleurie
    Parfois même le malheur s’ouvre sur l’embellie

    Et c’est dans la désolation et dans le noir
    Qu’embaume et s’enracine la mémoire

    Prenez une parole d’or un désir ardent
    Prenez un petit luth, prenez un baglama

    Que monte le chagrin commence la chanson
    Et que la fête emporte la tête et la raison

    Racine amère racine et source secrète
    Donne-nous la fierté emporte la colère

    Et fais-nous oublier les injustices de ce monde »

    Voici le lien, car les autres poèmes sont aussi beaux…http://www.accesconcert.com/medias/File/Presse/Textes_Ang%C3%A9liqueIonatos_ResteLaLumi%C3%A8re-%CE%9C%CE%95%CE%9D%CE%95%CE%99-%CE%A4%CE%9F-%CE%A6%CE%A9%CE%A3.pdf

  4. Hello Mareria, qu’est-ce que c’est beau ! merci pour le lien, une poésie à écouter doucement comme une musique ! deux vers superbes, pleins d’espérance : « Parfois la ruelle sombre mène à une place fleurie; parfois même le malheur s’ouvre sur l’embellie »….. nous avons tant besoin d’espoir !

  5. Quelques pas avec Rosa Ausländer (1901-1988) sur Esprits nomades.
    « L’enfance de Rose Ausländer est peuplée d’anges, de lutins. La nature – rivière, feuillages, rosée, blés, vaches, tonnelle, raisins – est un berceau dans lequel tout est douceur, don, chant. Les hommes – des juifs d’Europe de l’Est : les hassidim – forment une joyeuse communauté  » extrait d’un article qui lui a été consacré.

    « Ils vinrent
    avec des drapeaux aiguisés et des pistolets
    ils abattirent toutes les étoiles et la lune
    aussi aucune lumière ne nous est restée
    aussi aucune lumière ne nous a aimés
    Ici nous avons enterré le soleil
    une éternelle ténèbre de soleil est venue. »

    Daniel Lesueur, pseudonyme de Jeanne Loiseau (1862-1920)

    « Poésies et… romans à l’eau de rose »

    L’île aux mouettes

    Sur l’eau du lac, — trop bleue, — un géranium rose
    Jaillissant de la vasque en marbre, d’un blanc pur.
    S’érige… Et, rose aussi, le laurier, dans l’azur,
    Jette ses vifs bouquets où l’abeille se pose.

    Trop de beauté !… trop de couleurs !… Les monts moroses,
    Eux-mêmes, de vapeurs drapant leur fronton dur,
    Vibrent, fluide écharpe aux plis d’un mauve obscur.
    Un lumineux silence enveloppe les choses.

    Pourtant voici passer dans l’air un doux sanglot.
    Une aile tremble… une autre… sur le lapis du flot.
    Une neige vivante et brûlante floconne.

    Les mouettes, pâmant d’amour, vont se griser
    De l’éternelle joie. Et sur mon cœur rayonne
    Le splendide matin, tendre comme un baiser.  »

    C’est là que Théophile Gautier revient au galop avec quelques vers un peu pompeux mais restons classique !!! j’ai coupé le texte, si j’ose dire, pour éviter la gaudriole inutile :))) mais Théo me pardonnera……… et on échappe à Victor !

    Théophile GAUTIER (1811-1872)

    Affinités secrètes

    Madrigal panthéiste

    Dans le fronton d’un temple antique,
    Deux blocs de marbre ont, trois mille ans,
    Sur le fond bleu du ciel attique
    Juxtaposé leurs rêves blancs ;

    Dans la même nacre figées,
    Larmes des flots pleurant Vénus,
    Deux perles au gouffre plongées
    Se sont dit des mots inconnus ;

    Au frais Généralife écloses,
    Sous le jet d’eau toujours en pleurs,
    Du temps de Boabdil, deux roses
    Ensemble ont fait jaser leurs fleurs ;

    Sur les coupoles de Venise
    Deux ramiers blancs aux pieds rosés,
    Au nid où l’amour s’éternise
    Un soir de mai se sont posés.

    Marbre, perle, rose, colombe,
    Tout se dissout, tout se détruit ;
    La perle fond, le marbre tombe,
    La fleur se fane et l’oiseau fuit.

    En se quittant, chaque parcelle
    S’en va dans le creuset profond
    Grossir la pâte universelle
    Faite des formes que Dieu fond.

    Par de lentes métamorphoses,
    Les marbres blancs en blanches chairs,
    Les fleurs roses en lèvres roses
    Se refont dans des corps divers. »

    J’espère qu’aucun de ces textes n’a déjà été donné ?

    Bonne fin de soirée à tous, j’ai des livres sur la planche !

  6. bonjour…

    elle n’est que fait de larmes salées les journée d’hiver vivant entre glace et blancheur , un jeune garçon triste reste assis sur un glaçon géant a regarder les remous des vagues de la mer du nord a attendre un opéra-ballet de phoques tachetés et une sirène d’andersen belle comme personne éclairé par un rayon de lune,d’un coup sortant comme un poisson femme du crachin chevauchant un phoque immense la belle cheveux au vent s’éloigne au loin , qui sait si peut-être s’envolera-t-elle sans aucune peur loin dans l’univers des glaciers , si j’avais un drakkar a la tête de dragon qui apporte la protection du voyageur pour suivre mermaid la femme de la mer , sans aucun doute en ce jour je partirais pour pouvoir au plus vite ne lus jamais revenir ici ,me sentir être porter dériver flotter au dessus des vagues sur l’éternité de la mer car moi jeune garçon triste pas encore devenu homme je ne pourrais jamais vivre dans la mer et la sirène ne pourra pas vivre sur la terre……..GO!GO!

  7. rebonjour..voici pour vous ce matin un peu de mon blabla….il faut parfois que j’ouvre la soupape et que je vide un peu le trop plein de ma petite cafetière cela en expresso…..

    on écoute souvent ces mots …que le monde n’est plus agréable a mes yeux.
    telles sont tes sucreries perfide beauté trompeuse. le monde est donc comme un grand mammifère d’espèce éléphant qui trompe énormément , la terre tourne rond mais c’est les gens de ce monde qui ne tourne pas rond , nous avons jamais écouté dire dans ce monde que j’ai pardonné des erreurs presque impardonnables,j’ai essayé de remplacer des personnes irremplaçables car j’ai agi par impulsion et que j’ai été déçu par des gens que j’en croyais incapables,ainsi vas le monde avec ces hauts et ces bas et ces faces cachées ou brillent la médiocritée a poing levé , parfois il suffit d’attendre et d’apercevoir une petite lueur qui s’est remise a briller et qui redonne a la vie de nouvelles couleurs , la vie n’est pas comme les contes de fée remplie que d’histoires illustrées fait de belles promesses de tendresse , la vie n’est pas une illusion a senteur de rose perlée , la vie est fluide elle peut glisser entre les doigts comme s’endormire les pétales ouvertes au sourire de la lune et se réveiller au petit matin comme une fleur fanée , la vie dans ce monde n’est pas éternel pour certain le zeus pour d’autres la science mais dans les deux cas le monde est fait de douleur et de doute marchant sur un seul chemin le dedain, car la terre a un visage caché…GO!GO!

  8. voila je vais me rendre un peu au travail , il fait un soleil radieux , sa couleur or fait briller le dehors , ce matin j’ai la pèche ou la frite ou la patate , je vais aller couper deux ou plus de branches qui dépassent et font ombrages au carré et le plus que parfait , il n’est que neuf heures du matin et je sort en tee-shirt vert a manche courte juste histoire de sentir le lèche des rayons de soleil sur ma peau , je suis obliger de tout laisser ouvert dans ma chambre pour pas avoir trop chaud le soir , la chaleur entre ainsi q’une petite fraîcheur et les deux réunies je me sent bien pour y passer la nuit ….bon a plus …..je file ..GO!GO!

  9. Bonjour tout blanc, soleil radieux, un long commentaire avec deux poèmes, et HOP, un clic et c’est avalé…. il y a quelque chose qui ne va pas dans mon clavier neuf sans fil, cela devient préoccupant. Je disais qu’une nué de ramiers s’est abattue sur la campagne blanche en même temps que Frisquet (c’est le froid) le patron n’aime pas les ramiers nuisibles responsables de dégradations sur le matériel de jardin, notamment les parasols et les salons de jardin, il faut les dégommer avant l’arrivée des feuilles car ensuite on ne peut plus rien, ils sont rusés et silencieux. Ah, les sales bêtes et c’est pas Georges Boutelleau qui nous les fera aimer :

    LES RAMIERS

    Par les ciels gris ou les ciels roses,
    Rasant la cime des palmiers
    Ou frôlant les buissons de roses,
    Passent les sauvages ramiers.

    Ils s’en vont, les ailes tendues,
    Sous l’aube ou le couchant vermeil,
    Attirés par les étendues
    Et les infinis de soleil.

    Sous les changeantes latitudes,
    Ils demandent à l’horizon
    On ne sait quelles altitudes
    Ou quelle introuvable saison.

    Traversant ainsi les années,
    A vols impuissants, mais hardis,
    Nous cherchons, pour nos destinées,
    Les impossibles paradis. »

    …….PAN ! à plus tard.

    • Bonjour Monique . La colère est mauvaise conseillère : )) Mettez donc un épouvantail à côté
      de chaque chaise , de chaque arbuste ! Je sais … mon frère a aussi des soucis de ramiers , dans son jardin . Son épouse et lui le bichonnent soigneusement .
      En rentrant de WE , il y a une dizaine d´années , ils l´ont trouvé complètement saccagé ,
      par une bande de djeuns imbéciles !… Plusieurs voisins ont eu la même « surprise » . Tout repousse , bien sûr , mais quelle inutile « distraction » !…

      • Bonjour Darie, chaque année les ramiers ou palombes reviennent aux mêmes endroits, ils colonisent les arbres, ils n’ont peur de rien, nous avons mis des disques dans les arbres mais rien n’y fait. Ne pas se tromper, ils sont instinctivement intelligents. Le fait que ma voisine ait un poulailler n’arrange pas les choses, car ils trouvent pitance toute l’année. Les premières arrivées ce sont les tourterelles, elles se posent et quand les ramiers arrivent elles sont chassées, à croire qu’il y a des lois chez les oiseaux. Nous n’avons pas encore de problèmes avec les djeuns, une fratrie blonde aux yeux bleus de 7 a fait quelques bêtises et hop, le maire les a mis en TIG, ils tondent, nettoient les caniveaux, ramassent les bouteilles de despérados dans les champs, les emballages McDo, font de petits travaux pour la commune ! cela les a fait réfléchir…… via l’apprentissage pour les aînés.

      • C´est une bonne idée , Monique . Les TIG existent aussi en Suède . Un copain de ma fille 2 ,
        ( c´est ainsi que nous l´avons su ) , un peu éméché , avait traité un policier de noms d´oiseaux ,
        il a eu quelques jours de TIG , très gêné de ses frasques , et la leçon a bien porté : ))
        Il est très sympathique en fait , très aimable et poli .

  10. Bonjour vraiment très froid ce matin ( -8° ) , ce n´est pas grave , le soleil brille , les oiseaux ont leurs graines , et ce midi , nous allons au restaurant . La Compagnie d´électricité nous a envoyés une invitation dans le restaurant de notre choix . Ça , c´est du marketing !
    Le Viking n´est pas mondain , et il me parle d´oiseaux du côté d´un lac inconnu …
    Nom d´un chien ! ( pardon Pussel ) , samedi est le dernier jour . Je vois le gag arriver à
    grands pas …. C´est maintenant ou jamais . J´emmène le fils et passerai dans toute la ville
    pour une cougar , il l´aura voulu ….
    Le cougar est un félin , belle bête , comme tous les félins . Mais je préfère le tempérament des chiens ( suivez mon regard … )
    -Poème du chat-
    Quand on est chat on n’est pas vache
    on ne regarde pas passer les trains
    en mâchant les pâquerettes avec entrain
    on reste derrière ses moustaches
    (quand on est chat, on est chat)

    Quand on est chat on n’est pas chien
    On ne lèche pas les vilains moches
    parce qu’ils ont du sucre plein les poches
    on ne brûle pas d’amour pour son prochain
    (quand on est chat, on n’est pas chien )

    On passe l’hiver sur le radiateur
    à se chauffer doucement la fourrure

    Au printemps on monte sur les toits
    pour faire taire les sales oiseaux

    On est celui qui s’en va tout seul
    et pour qui tous les chemins se valent
    (quand on est chat, on est chat)
    de Jacques Roubaud .
    Bonne journée , ensoleillée !

  11. alors la je rigole …chez les varègues tu as une invitation au restaurant par la ompagnie d’électricité suèdoise , ce matin ( -8° ) , ce n´est pas grave , le soleil brille , les oiseaux ont leurs graines et Darie et son varègue bouffe gratos au restos , des pommes de terre avec des harengs et sauce suèdoise , du pâté en croûte a la viande de renne , et pour finir du lait de poule en grande quantité a boire dans une corne de vache …je sais pas si Darie avec son pantalon en peau de renne sa fourrure d’ours sur le corps va marcher sur les boucliers que les guerriers varègues vont tenir en l’air tout le tour de la table ….allez hop j’ai faim moi …et aps de renne mafois nous avons du pâté de chevreuil ..au restaurant elle nous a mis vite fait au courant …hi!hi!…..GO!GO!

    • P-d-t et harengs ? Négatif ! J´ai choisi le « tapas restaurang » ( avec un g , et non pas un t ) . Maintenant , je dois convaincre le Viking , qui fait la fine bouche …
      Et fils2 ne veut pas aller avec sa Maman au restaurant : ))
      Pussel ? tu veux toujours ta pâtée et des croquettes , ou des tapas ? Pppfff , elle hésite ….
      Je vais manger pour deux , tant pis … Je suis très décidée , moi .
      -L´âne entre les deux seaux d´avoine-
      Alors j’y vas ou j’y viens
      si j’y viens alors j’y vas pas
      et si j’y vas alors j’y viens pas
      mais si j’y viens alors j’y viens

      et si j’y vas alors j’y vas
      peut-être que si j’y vas et viens
      ou viens et vas peut-être bien
      (peut-être) qu’alors ça ira

      autrefois d’abord j’y allais
      d’abord, et ensuite j’y venais
      mais maintenant je n’ose plus

      j’ai peur qu’un des seaux disparaisse
      et ça me jette dans la détresse
      alors je vas plus et je viens plus.
      de Jacques Roubaud aussi ( extrait de Les animaux de tout le monde ) .

      • Bonjour Mareria , oui , volontiers : ) D´ailleurs j´emmènerais volontiers toute la troupe !
        C´est la bonne adresse , et le Grand Soir , c´est pour ce soir . Le chef a daigné regarder le menu , et s´est laissé tenter . Il est un peu « ours » , et les mondanités ne lui réussissent pas .
        L´école avait invité professeurs et élèves des classes supérieures à un opéra , il y a quelques années , et il est tombé dans les pâmes ( c´est le mot correct , mais je sais que vous le savez : )
        à l´entracte , à cause de la chaleur . Et l´an dernier , le professeur qui devait l´emmener à
        GBG pour l´opéra , n´est jamais arrivé ( pas réveillé de sa sieste … ) .
        J´étais malencontreusement partie faire des courses , alors pas d´auto . Je me serais mordue !
        Illustration avec  » Les animaux de tout le monde de Jacques Roubaud .
        Le tatou ayant cloué
        sur son dos sa carapace
        s’en va au bistro d’en face
        à la belote jouer

        à son cou, élégant, noué
        un foulard de soie dépasse
        jovial, sûr de lui, bonasse
        voilà ce que le tatou est

        le tatou tâte sa tatin
        on joue tati à la télé
        tatum au juke-box, o tatou

        t’as tout l’air d’un tatou, t’as tout :
        tétous, tutti, tout ! t’as ton teint
        t’es tatoué, mais, tatou, que t’es laid !
        de Jacques Roubaud .
        Il ne joue pas à la belote , ne va pas au bistrot , s´amuse jamais sur un juke-box …. Il est
        « ours » , vous dis-je : ))

  12. Darie, ce poème est très drôle! Mon père faisait partie des « ursidés », si je peux oser, le plus souvent absorbé par son travail ou la lecture; mais avec les petits-enfants, on a compris que le fond de son caractère laissait la place aux fous rires …

  13. Je vais poser une colle à l´ornithologue : pourquoi l´ornithorynque pond-t-il des œufs ?
    C´est un croisement , de canard ( bec ) , de loutre ( pattes ) , de castor ( queue ) , de scorpion
    ( dard venimeux ) . On se demande pourquoi il n´a rien du kangourou ( espèce endémique
    d´Australie ) .
    -L´ornithorynque-
    L’ornithorynque, un animal timide
    que les Anglais appellent platypus,
    pour se connaître va sur le campus
    il veut s’inscrire en biologie hybride

    « Où vivez-vous ? Dans un milieu humide ?
    qu’on lui demande, ou bien dessus l’humus ? »
    « Et ces palmes, c’est quoi ? du papyrus ? »
    « Que mangez-vous, du sel ou des acides ? »

    Tout chamboulé, le pauvre ornithorynque
    s’enfuit à Labastide-Esquarbairenque
    un tout petit village bien caché

    de l’Aude, recommencer sa vie à neuf.
    Et là, près du ruisseau, sous les pêchers
    tout blancs, réfléchit, et pond presque un œuf.
    de Jacques Roubaud , toujours . Il est amusant , ce monsieur , et très observateur !

  14. Darie ton mari fait la fine bouche …pour les tapas restaurang , maintenant , tu dois convaincre le Viking de venir ….donne a ton mari un bol de graine est une tasse d’eau pour qu’il se lave la bouche …tu sais pourquoi ton fils 2 veut pas venir au restaurant avec toi il veut pas que tu lui coupe sa viande ou que tu sorte de ton sac une carafe en argile pour y mettre le vin hi!hi!…tout se monde tiens dans la ford ou ton mari a fait faire une dérivation au chemin de fer ha!ha!, ds tapas suèdoise ..cela dois te changer de l’hareng , Darie c’est tu que la portion de la tapas s’appelle ración, moi oui moi je file manger une tortilla de patata au chorizo que mon cuistot d’anglais m’a fait pour moi ..c’est l’été, il fait beau, il fait chaud….non non c’est l’hiver ….ma faim elle connait pas les saisons ….je file pour de bon …GO!GO!

    • Pour vous , Klaus-le-provençal , une poème sur le lombric .
      Le merle et la merlette sont déjà arrivés . Je les ai entendus trottiner dans les rhododendrons .
      -Le lombric-
      Dans la nuit parfumée aux herbes de Provence
      le lombric se réveille et bâille sous le sol
      étirant ses anneaux au sein des mottes molles
      il les mâche, digère et fore avec conscience

      Il travaille, il laboure en vrai lombric de France
      comme, avant lui, ses père et grand-père ; son rôle,
      il le connaît. Il meurt. La terre prend l’obole
      de son corps. Aérée, elle reprend confiance.

      Le poète, vois-tu, est comme un ver de terre
      il laboure les mots, qui sont comme un grand champ
      où les hommes récoltent les denrées langagières ;

      mais la terre s’épuise à l’effort incessant !
      Sans le poête lombric et l’air qu’il lui apporte
      le monde étoufferait sous les paroles mortes.
      de Jacques Roubaud . Extrait de  » Les animaux de tout le monde  » .
      Je ne connais que lui , en ce moment .
      La masse animale la plus importante sur la Terre est la masse de lombrics .
      Je pensais que c´était la masse d´éléphants , mais non , c´est la masse de lombrics .
      Avec les pesticides , ils se raréfient . Et attention au lombric géant d´Australie , qui ressemble à un petit serpent . Un bourguignon jardinier en a trouvé un dans son jardin . Ces sales bêtes mangent tout ce qu´elles trouvent .

  15. Darie ce dit que mes enfants sont un bienfait ou un fléau du ciel suivant ce qu’ils deviennent, et ils deviennent ce que l’éducation les fait , ma force de vivre c’est mes enfants comme ma fatigue aussi , je ne vous dis jamais assez que je vous aime du fond de mon cœur , je suis la femme la plus riche du monde car je possède la richesse de mon coeur de maman , je pense a vous, toujours, en permanence, a chaque instant je tremble par le souci et la crainte , je vous protège encore et malgré votre âge grandissant , je sais parfois dans la vie il y a des questions sans réponses pour vos futur jours face a ce monde la , je vis dans deux mondes, un qui est fait de souvenirs de vos enfances et l’autre du présent avec vous devenus grand , nous avons tous des restes de rêves qui volent juste au dessus de nos têtes comme des oiseaux sur une balançoire qui va et vient , oui je ris aux éclats quand je vous regardes car vous avez de moi , vious avez l’amour d’une maman avec nous tous les jours et quand ça ne va pas je suis toujours près de vous pour vous réconforter , en maman c’est un sentiment incontrôlable dont je suis soumise sans limite , mais je sais une chose bien certaine j’ai en moi l’amour d’une mère …

    j’ai écris ce petit commentaire pour toutes les mamans …avec Darie car elle a parler de son fils 2 , heureusement qu’il vont pas au restaurant en famille faut un mini-bus ..bon j’ai travailler beaucoup , il me faut une douche bien chaude j’ai transpiré avec cette chaleur je vous dis a demain matin toutes …bises ..GO!GO!

  16. « des hauts et des bas »….. alors restez bien ici, car sur l’info je ne vois que des bas !
    Je le dis et le redis, le hareng doux à l’huile avec des pommes de terre tièdes en salade et un petit oignon rose de Roscoff finement coupé dedans et c’est le Pérou pour moi ! j’en mettrais sur la table tous les jours ! gloire au hareng et je veux bien être une harengère, ça dépend dans quel sens…. et quand on dit « le hareng sort », moi je veux qu’il reste !…. tous les ans à Dieppe, grande fête du hareng, quel parfum sur le front de mer, des grills partout dans les restos, et le petit blanc… et puis on vient de loin avec sa glacière pour emporter des kg de harengs qui seront congelés à la maison, ça fait partie du folklore. J’ai une belle sœur qui adore le hareng, elle n’en trouve jamais dans ses poissonneries, même en Bretagne, les harengs ne prisent que le Nord, ce sont des ch’tis harengs.
    Bon, les amis, moral dans les chaussettes, totalement révoltée et survoltée, ah, la scoumoune elle est pour nous !

  17. Monique, il est certain que nos branquignols n’ont rien de drôle , et qui pis est, ce sont des malfaisants.
    C’est sûr aussi que la hareng avec les chtites patates à l’huile sont extra!
    A propos de « scoumoune », je trouve au moins deux étymologies radicalement différentes…
    *– avoir la scoumoune : être malchanceux – le mot est d’origine algérienne ( daterait de la 1ère guerre)
    * Du latin excommunicare, excommunier, par l’intermédiaire de l’italien ou du corse. Argot des truands.

    • Oui, Mareria, s’ils n’étaient que mauvais mais ils mènent le pays au chaos, dans un an, où en serons-nous ? les choses vont à une allure folle, des situations qui nous échappent et tandis qu’on y réfléchit, qu’on parlemente, qu’on rencontre et qu’on discute, la situation devient ingérable.
      Je ne connaissais de la scoumoune que l’argot du milieu et peut être italien…..je me souviens du film du même nom avec Claudia Cardinale, Belmondo et Constantin. En un mot, et pour le dire en argot parisien c’est la poisse, terme que je n’entends plus. Intéressant les étymologies quand je pense qu’elles ne serviront plus à rien ?????

  18. La scoumoune est contagieuse …. Pas formidable du tout , ce tapas restaurang .
    Le viking a été aussi très déçu . Les suédois ne sont pas de grands restaurateurs .
    J´avais emmené , récemment , ma grande fille 2 au  » Pain Français  » à GBG , avec cuisinier et boulanger/patissier français , et nous avions été ravies de notre repas , salades et pain au levain à volonté , dans un beau cadre rococo . Un prix tout à fait raisonnable (30€ ) .
    Vive la culture française . Vous ne connaissez pas votre bonheur : )
    Je suis condamnée à cuisiner moi-même ….

    • Alors Darie, ce n’était pas le top au restaurant ? finalement le viking se plait mieux dans sa cuisine « maison » ils sont tous pareils je crois ! les tapas, euh…..c’est pas de la cuisine mais c’est amusant entre amis. J’ai souvenance d’une grande assiette suédoise (ou norvégienne ?) composée de toutes sortes de poissons (dont des harengs, du hadock, les deux saumons…) avec des petits pains, des petits pots de sauces variées au yaourt et fines herbes, accompagnée d’ une salade mesclun, un délice, c’était dans un resto d’Amiens. La France est réputée pour sa cuisine, je ne dis pas pour sa gastronomie c’est encore différent… mais la simple cuisine familiale est succulente et puis les recettes sont accessibles à tous grâce à internet, il faut juste les ingrédients.

      • Tant pis Monique … des portions congrues , avec rien de spécialement bon ni d´original .
        Et cela pour 500KR (50€ ) , une belle arnaque . Il y aura bien une occasion d´aller au  » Pain Français  » de GBG , abordable , et où le repas copieux et bon valait son prix . Il y avait même le dessert . Ce soir , pas de dessert et eau fraiche . Ma petite quiche était bonne , mais c´est tout .
        Je suis fâchée , et demain , ils auront ma visite . N´en parlons plus …
        La Scoumoune , une belle musique de film . Avec Belmondo et Claudia Cardinal …toute une époque …https://www.youtube.com/watch?v=tAl1Ovj8Rj0

  19. Darie, 50 euros, c’est déjà le prix d’ un bon menu dans un bon restaurant… mais c’est une arnaque qui ne se reproduira pas et puis il faut faire circuler l’info ! nous avons cela aussi en France malheureusement. Bonne fin de soirée quand même.

    • Bonjour Monique , cela nous servira de leçon : ) Mieux vaut un bon repas chez soi , que de rentrer frustré . Je file à la gare , et « reviens de suite » , comme dit votre concierge .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s