On laisse tomber…

…ou plutôt on simplifie ; en effet l’ aphérèse définit la perte d’ un morceau de mot par commodité.

Ainsi, Klaus pour Niklaus, Bastien pour Sébastien.

Mais aussi « tudieu »pour vertu de Dieu.

Chandail est aussi une aphérèse mais c’ est un peu plus compliqué.

On appelait aux Halles de Paris au XIXème siècle, « marchand d’ ail » les marchands de légumes.

Cela devint « chandail  » qui désignait aussi le vêtement qu’ ils portaient.

Et pour finir en beauté, voici « tondo »,  aphérèse de « rotondo  » qui veut dire rond, en italien.
image

Un tondo est un tableau rond, ainsi le fameux « Tondo Doni  » de Michel-Ange, peint en 1504 qui doit son nom au sieur Angelo Doni qui le commanda pour son mariage à Florence.

Cette œuvre représente la sainte Famille.

Publicités

La viande et la chair

La chair est faible, la viande est chère.

Mais au fond, viande et chair n’ est-ce pas la même chose ?

Prenez le mot JARRET par exemple, le mot du jour.

image

En boucherie, c’ est la viande qui entoure le tibia des bêtes.
(En anatomie humaine, c’ est le creux derrière le genou.)

Et pourtant, de ce mot vient jarretière, dont L’ Ordre de la Jarretière britannique, les jarretelles et les porte-jarretelles, « les dessous chics » qui valorisent la douce chair.

image

Ce sont des éléments vestimentaires féminins
pas du tout bourrins.

(copyright)

Un pas vers le jardin

Et voilà, tout nous dit le printemps, les intempéries, giboulées, coups de vent, la lumière qui nous apporte une énergie nouvelle, et la couleur qui s’ éveille  parmi le gazon et les buissons, premières fleurs et gros bourgeons.
image

Le mot du jour est véranda, dont l’ étymologie est un mot indien.

En effet, c’ est une construction banale en Inde, dans les pays chauds, sorte de balcon avec toit qui court le long de la maison.

Selon la forme, les matériaux, on parle de serre, de jardin d’ hiver, de véranda à la française, avec ou sans fenêtre, porte vers l’ intérieur ou l’ extérieur.

image(Bombay Sapphire)

Avec les pluies, on évite d’ aller au jardin mais on se tient longuement dans la véranda à observer avec bonheur la nature qui s’ étire après un sommeil hivernal.
C’ est le premier pas vers le jardin.

(copyright)

Sol fa

Le mot du jour est solfège.

De solfeggio en italien, sol-fa les notes de musique.

 C’ est Guido d’ Arezzo qui au XIème siècle a inventé la dénomination des notes et les portées, afin que toutes les communautés religieuses chantent à partir d’ œuvres écrites et non plus par apprentissage et transmission seulement orales.

D’ Arezzo choisit la première syllabe de chaque demi vers d’ un chant à saint- Jean, de Paul Diacre.

Ut queant laxis / resonare fibris / mira gestorum / famuli tuorum / solve polluti / labii reatum / Sancte Iohannes. 

Ut difficile à prononcer en chantant devint « do » d’ après « dominus ».

image(Copyright)

Certains pays comme le Royaume Uni, utilisent les premières lettres de l’ alphabet.

Chrestomathie 

Pas d’ affolement, ce n’ est pas le mot du jour mais son équivalent fleuri puisqu’ il s’ agit de florilège (de flos la fleur, en latin) dont le synonyme , de racine grecque, est le mot anthologie (anthos, la fleur, en grec).

Voilà donc trois mots d’ un coup, qui annoncent un recueil de jolies fleurs, que dis-je, de belles lettres utiles au savoir, des extraits de textes ayant des points communs, qui autorisent à les grouper ensemble.

Une sorte de bouquet ou bien de pot-pourri dont on tournerait les feuilles une à une comme si on s’imprégnait de leur essence…

image(Pot-pourri, Herbert James Draper)

Acquazzone

C’ est le mot de ce jour, 1er mars, en italien.

Le vocable est pétillant, tourbillonnant d’ eau , on dirait le nom d’ un soda sans alcool.

Et c’ est par la grâce d’ un acquazzone qu’ un escalier de la ville italienne de Macerata, peut devenir cascade !
image(copyright)

Ce même mot en français quant à lui, est rond, évoque la boule de neige mouillée.

C’ est la giboulée.

On associe le mois de mars aux giboulées.
De l’ air qui se réchauffe, c’ est le début du printemps météorologique, remonte et rencontre dans l’ atmosphère,
de l’ air froid ; se forment alors des grêlons, flocons, mêlés à de la pluie,  balayés par les vents et voici l’ averse brutale et brève.

C’est amusant , vivant, et de saison.

image(copyright)