Cela n’ a pas de sens…

… C’ est comme un béret.

Cette galette ronde souvent dite basque est le mot du jour.

Il s’ agit d’ une coiffe de laine tricotée puis feutrée.
image

L’ appendice central est le souvenir des différents bouts de laine tricotée qui se rejoignaient.

Le noeud ornemental que l’ on peut voir en bordure interne, est le souvenir du ruban qui permettait de régler le tour de tête.
image

Dans le nord de la belle France, on appelle cela une faluche, pour sa ressemblance avec le pain régional, la faluche, fait de la même pâte que la baguette.
image

C’ est une coiffure civile et militaire, internationale, pour dames et messieurs.

Publicités

32 réflexions sur “Cela n’ a pas de sens…

  1. CADEAU….. merci chère Dominique pour ce merveilleux béret qui sied aux hommes comme aux femmes, appelé parfois bibi avec coquetterie ou bien celui des durs comme les militaire, le béret marin porte bonheur ou bien encore le béret des gavroches de l’école buissonnière, ( béret, cape et galoche, l’uniforme !)…j’ai anticipé demain pour vous faire ce petit cadeau, qu’il soit l’ouverture d’une page prometteuse et Darie et ses anecdotes vont nous manquer. Je vous envoie l’armée avec » le régiment qui passe »…. maître de cérémonie Fernand Raynaud :

  2. Pour Papy demain, il y a un livre intéressant sur « Les Bérets blancs de la Légion en Indochine »
    « Paul Simonin, ancien chef de maquis dans la Résistance, accomplit sa mission d’officier français dans les rizières et la jungle cochinchinoise en déjouant les ruses de l’adversaire, en inventant un nouveau modèle de poste militaire adapté au terrain, en protégeant les populations civiles. Il retrace dans cet ouvrage l’histoire inédite des  » Bérets blancs « , Vietnamiens d’origine khmère engagés volontaires dans la guerre d’Indochine. Mais l’aventure des  » Bérets blancs « , c’est aussi le combat d’un homme qui, loin des états-majors, applique l’esprit de la Résistance à un conflit dans lequel l’armée s’embourbe. Il répond à la guérilla du Vietminh par une autre guérilla qui respecte les droits de l’homme et pratique avant la lettre l’ingérence humanitaire. Un témoignage qui éclaire de manière nouvelle la présence française en Indochine et, au-delà de la défaite, lui apporte une justification, personnelle et collective : la défense des libertés »…. Bonne nuit à tous.

  3. 2000 ans avant le christ, un bas relief découvert en Sardaigne représente des hommes coiffés de berets. Au danemark on a trouvé un homme dans une tombe coiffé d’un beret 1000 ans avant le christ. Depuis 2000 ans à différentes époques, des documents nous rappellent que nos ancêtres portaient le béret . Les éclésiastiques à partir du moyen âge avaient compris tous les avantages qu’ils pouvaient en attendre.

    Plus astucieux les bergers béarnais, trés habiles aux aiguilles et aux diminutions, fabriquaient des guêtres pour se protéger des épineux et des morsures de serpent, ainsi que du legendaire béret. Ils avaient constaté les étonnantes qualités de la laine de leurs brebis, une fois feutrée par l’ usage et les intempéries. A en croire une légende béarnaise, Noë seul sur son bateau avec tous ses animaux , une fois le déluge passé, constata en inspectant ses cales, que la toison des moutons et autres laineux à force d’étre piétinée et humectée à température, formait un amalgame imperméable et souple LE FEUTRE ETAIT NE . La légende, charmante nous rappelle que de tout temps il n’exista que 2 facons de façonner le textile – la maille ( tricotage, tissage etc… et le compactage le feutre.

    les origines du béret basque

    On situe l’ancêtre du béret comme étant une sorte de pèlerine couvrant la tête et les épaules des soldats romains qui occupèrent la vallée d’Aspe, en Béarn. Les romains partis, l’idée fut conservée par les habitants, mais adaptée aux ressources locales et simplifiée pour ne conserver que l’essentiel : le couvre chef.
    Les bergers béarnais des vallées d’Aspe et d’Ossau se sont donc mis à tricoter des bérets, pour eux d’abord puis pour leurs voisins, Basques pour commencer, puis Gascons et Landais.
    C’est grâce aux colporteurs qu’il se répand. De laine non teinte à ses débuts, il acquiert des couleurs et des variations dans son diamètre et dans sa façon d’être porté, suivant la profession et la région d’origine de son propriétaire. On le retrouve également représenté de diverses manières comme à Bellocq, en Béarn, sa région d’origine, sculpté dans la pierre de l’église du XIIIème siècle où il coiffe trois statues du portail.
    Les marins Basques ont contribués à cette diffusion au point qu’à Saint Pierre et Miquelon, archipel français de Terre Neuve, on dit lorsqu’il neige à gros flocons, qu' »il pleut des bérets basques ».
    Le béret est donc béarnais, il doit son qualificatif de  » basque  » à des voisins du Béarn, voisins qui lui sont devenus très vite fidèles. Un autre exode a fait beaucoup pour faire connaître le beret, c’est celui des campagnes vers la ville, au XIXème siècle : bientôt, il protège du soleil et de la pluie les écoliers, les instituteurs, les ouvriers.
    A plusieurs reprises on le rencontre sur la tête de militaires et ce dès le début du XVIème siècle. Un béret bleu coiffe la garde personnelle de Napoléon 1er, en 1805, puis on le retrouve à diverses occasions au cours de conflits armés. C’est en 1891 qu’il va faire partie de la tenue réglementaire des Chasseurs Alpins, régiments créés deux ans plus tôt. Il a alors dans cet usage des mesures précises, 30 centimètres à plat, est orné à droite d’un cor de chasse et porte un surnom : la « tarte ».
    Au fil du temps et des conflits il est adopté par différentes nations et corps d’armées : parachutistes, tankistes, aviateurs, légionnaires, etc.
    Le béret s’est aussi posé sur des têtes sportives : golfeurs, alpinistes, joueurs de tennis cyclistes pour ne citer qu’eux, mais également joueurs de pelote basque. Il est utilisé par les sauteurs des courses de vaches landaises qui mettent leurs pieds joints dedans avant d’effectuer certains sauts ou certains écarts (les écarteurs ont un beret brodé assorti à leur boléro).

    Les enfants l’utilisent dans leurs jeux à la récréation. C’est de très haut qu’il domine les zones marécageuses des Landes, perché sur les têtes des bergers eux même juchés sur des échasses.

    La caractéristique essentielle du  » béret basque  » est qu’il est tricoté puis feutré ce qui lui confére douceur et résistance incomparable aux intempéries, contrairement aux bérets irlandais ou écossais qui eux, sont tricotés. » Savez-vous comment on range son béret, en le pliant en quatre dans la poche.

    Pour la culture, Pablo Neruda :

    Poeme 6

    Je me souviens de toi telle que tu étais en ce dernier automne:
    un simple béret gris avec le coeur en paix.
    Dans tes yeux combattaient les feux du crépuscule.
    Et les feuilles tombaient sur les eaux de ton âme.

    Enroulée à mes bras comme un volubilis,
    les feuilles recueillaient ta voix lente et paisible.
    Un bûcher de stupeur où ma soif se consume.
    Douce jacinthe bleue qui se tord sur mon âme.

    je sens tes yeux qui vont et l’automne est distant:
    béret gris, cris d’oiseau, coeur où l’on est chez soi
    et vers eux émigraient mes désirs si profonds
    et mes baisers tombaient joyeux comme des braises.

    Le ciel vu d’un bateau. Les champs vus des collines:
    lumière, étang de paix, fumée, ton souvenir.
    Au-delà de tes yeux brûlaient les crépuscules.
    Sur ton âme tournaient les feuilles de l’automne.  »

    A demain qui est déjà aujourd’hui.

  4. bonjour ….une colonne de bérêts verts….
    a travers pierres et dunes,s’en vont les képis blancs.sous le soleil, clair de lune…devenir légionnair…c’est le chant du 4 ……j’ai étais au 4 en 1950 en algérie pour faire mon instruction…le béret vert n’étais pas porter seulement le képi blanc , arrivée en indochine pour des vacances dans les rizières pour avoir la douceur du riz en matelas pour y dormir , j’ai porter le béret vert de la légion parachutiste qui nous seul le porter , d enos jours tous les régiments de la légion étrangère le porte seul l’insigne du béret change , j’ai eu comme béret dans toutes ma carrière un seul le vert , il m’est arriver de porter comme sur une photo un béret de légion du 13 Dble en indo beige marron clair , un béret leger pour la chaleur ( dit béret de légion de brousse ) , en vérité je porter ce que je trouver , parfois une chemise d’un autre régiment ou autres , la guerre ce n’est pas comme dans les films avec delon ou gabin , au bout de 10 mois en indo j’avais plus de pantalon ni rien a me mettre , c’étais les riches gaullistes d’indochine ( les cousins de ceux d’algérie qui sait) qui revender les fringues et autres a prix supérieure du marcher comme l’alcool et autres les comptoirs d’indochine , la pire espèces ces riches pirent que les viets ou mìn muỗ…le de gaullle en ces années avait de la force avec ces gens des colonies voilas pourquoi l’indo et l’algérie il voulait pas les perdres ,de gaulle a tout fait contre un seul petit accord entre Hồ Chí Minh et le Général Leclerc pour les grands accords Hô-Sainteny….il a préférait avec sa non intélligence militaire et celles des généraux de l’armée , il a fallut la création de la cuvette de de Diên Biên Phu qui pour eux un fort intérêt stratégique ( présence d’un aérodrome en son centre ) et la frontière du Laos entre le delta tonkinois et le mékong, la conception dite Navarre ( Général ) pour l’opération Atlante , Na Sam ( première pération de paix avait échouer a cause de de gaulle Atlante a finit pareil ) , le 20 novembre sous l’ordre de de gaulle le général Navarre déclenche l’opération aéroportée (Castor) qui s’empare de Diên Biên Phu…avec plus de 70 Dakotas ….vous connaissez la suite de Diên Biên Phu…un échec comme l’algérie …..cela a était plus facile de dire je vais prendre un régiment de cavalerie lourd en afrique conre l’Allemagne a bordeaux et de partir pour Londres a la place et de faire dérrière un micro un appel ( le seul acte de sa vie ) et de revenir en france au grand recul de srégiments allemand en grand libérateur …calme toi Klaus ….oui camarade …..pour l’algérie ( peuple d’algérie je vous ai compris ) ..non rien de rien non rien de rien je ne regrette rien …..en 1914 le seul soldat bléssé par un tir d’obus de 150 ( un fut de 200 litres ce eptit obus ) une bléssure a une jambe comme témoin son parrain le Général de corps Henri de Vaugrinieuse de Vignère ( il a fait son repos au chateau familliale en bord d’océan ) la seconde blessure ( témoin le Général de corps Henri de Vaugrinieuse de Vignère et le cousin du lieutenant de gaulle ( le colonel d’artillerie Charles de Mas ) …surtout que le régiment du dit lieut se trouver a 200 lieux de ces combats il était d’arrière garde ( la tenaille de la 7 compagnie hi!hi!) …la guerre n’est pas un film de cavalerie , ou le jeune officier pour un acte de bravoure monte sur un cheval prend le fanion du régiment fait 100 kilomètres pour affronter seul les lignes ….GO!GO!

  5. Bonjour les amis, mettons nos bérets, ils ne sont pas tous basques, mais toujours coquets ou coquins selon la manière de les porter. Le béret jusque là réservé aux hommes devient un attribut féminin dans les années 30 grâce à un rapprochement de la mode féminine et des éléments traditionnels des placards de ces messieurs. De nombreuses actrices de cinéma comme Michèle Morgan ou Greta Garbo portent le béret à l’écran comme à la vie et il devient un vrai accessoire de mode. Brigitte Bardot ose même le béret dans le clip de la chanson Bonnie and Clyde de Serge Gainsbourg, et d’autres célébrités internationales comme Faye Dunaway en font leur accessoire fétiche. Sans oublier Lauren Bacall qui le portait avec mystère il est aussi un accessoire très présent dans les défilés de mode…. un chic à la ville, c’est peut être le béret. Le béret, avec la baguette de pain et le vin, est un produit typiquement français, de fabrication française aussi.  » Oloron Ste-Marie est la capitale du béret, Le Béret Français développe des modèles pour enfants et adultes dans des formes et couleurs traditionnelles mais aussi avec des coloris et motifs modernes tout en gardant leur marque de fabrique : le cabillou rouge. Avec des doublures en satin et une confection artisanale, cette marque entend bien faire du béret un accessoire qui perdure ! alors français le béret ? pas sûr, la concurrence est grande ! un petit tour dans les bérets classiques, casquette plate ou gavroche dont la célèbre casquette Stetson Hatteras ! Papy choisira probablement le béret de Che Guevara ou alors celui des chasseurs alpins. Et voici l’heure de la colle : « combien de fois ai-je cité le mot béret » -:)))) ah, ah ! vive la galette sur la tête. Merci Dominique.

  6. Bonjour tous! j’ai « manqué » la ronde nocturne des bérets, et gardais le poème splendide de Neruda pour ce matin!
    J’ai déjà raconté ma mésaventure d’enfant avec un certain béret rouge, identique à celui de la photo de Dominique.
    .A plus tard.

  7. mesdames …le dit béret dit ( un couvre-chef) qui est circulaire sans aucune visière ni bord….une chose que vous ne savez pas vous les dames , je vais vous la redire une autre fois hi!hi! , sur le béret il y a l’insigne du régiment , a l’intérieur du béret l’aiguille fermer qui m’intiend l’insigne sur le béret ,( recouvert d’un cuir noir pour ne pas blesser le soldat au front ) , tous les militaires se servent de cette aiguille d’insignes , pour le ticket de repas , chaque compagnie ou escadrons ou autres ont une couleur de ticket ( midi et soir ) a chaque entrée du dépose ton ticket ( avec ton matricule sur le dit ticket ) , quand tu travaille pas et que tu veux manger en ville tu le signale avant ( avec un autre ticket d’absence ) , cela pour les comptes des repas …il arrive qu’un militaire a donner un ticket ( absence de repas ) et ne sort pas et dépose son ticket du soir ( cela se voit de suite ) ils savent qu’elle militaire ( dispute et punitions et tour de consignes qui veut dire travaille mais couche la nuit en prison ) , sans oublier que le chef de cuisine est toujours un grand gaillard fort solide ( avec des gants de boxe hi!hi!) ….voila pour le dit béret et la pitance ..GO!GO!

  8. nous partons tous aux mauvaises nouvèlles …hier un jeune soldat mort au Mali …en ce jour deux autres jeunes …..je me rend au foyer …..ici tout se sait …….radio bidasse ..GO!GO!

    • Papy, c’est un jour de tristesse, les deux soldats blessés sont morts cette nuit, victime de leur devoir. Fort l’honneur, on les aime tous les trois ! je pense à leurs familles endeuillées pour longtemps.

      • cela arrive ….Monique c’est ainsi …..mais il le faut car sinon …ce pays est un carrefour de tout les dangers pour nous comme pour le reste du monde …….bises ..GO!GO!

  9. Dominique …oui loin de la france …un maréchal des logis ( sergent ) un brigadier ( caporal ) et 1 soldat du rang de 1 classe …les mines l’arme du pauvre …depuis toujours la mine a fait des énormes quantités de mort …parfois des dizaines et dizaines années après le dit conflit …des mines grosses comme une grosse boite d’allumettes ( mine anti-personnels ) a la mine anti-char et autres types bondissantes …les pires des pires ( avant par un petit fil d’acier au sol de nos jours par laser ( pastille ) , la bondissante c’st la grenade DEF du riche …elle éclate deux fois..la première fois elle s’arme ( saute et monte a moins de deux mères du sol et éclate et sur un rayons de 20 mères plus rien de vivant ) , des bouts d’acier a l’intérieur et autres ….voila ..je vais pas faire un cour d’armement sur le blindage dit perforant ( comme un obus type grenade ( deux fois aussi ) il perce le blindage et explose a l’intérieur ou émet une très forte chaleur ( plusieurs types de missiles et autres ….) la liste est fort longue ….GO!GO!

    • Les informations que tu donnes sont très intéressantes Klaus, ne te censure surtout pas.
      On dit que Palmyre a été truffé de mines et que la ville va être déminée, comment fait- on ?

  10. Dominique ( ce que je sais ) l’armée du fada n’est pas capable d(enlever le mines …c’est les démineurs russe qui font ce travail tout les jours …en ce moment ( en Afrique et pays ou la France a intervenue c’est le 2 REG qui fait cela ) légion étrangère , c’est un travail qui dure … en France on en trouve dans les grandes villes chaque années et en bords de mer , si tu creuse dans les coins de Verdun gare a tes cheveux …tiens après la seconde guerre mondiale ( il y a eu un film sur cela avec le belmondo ) pour déminer l’armée avait appris a des bagnards des bagnes a déminer , pour une durée de trois ans…si il vivait il avait la grace présidentielle ..très peu l’ont eu je crois ..tous morts …en Afrique a déminer les mines allemandes ….ce n’est pas qu’un film cela est la vérité …de la viande voila tout …ceux du bagne …au liban , au tchad en afrique cela fait depuis les années 1976 que l’on démine ..et ce n’est pas finit …rappelle moi la fin de la guerre du Vietnam ….de nos jours des enfants y laisses leurs jambes comme au laos et autres …des paysans en France le dernier l’année dernière je crois ( il a sauter sur son tracteur dans son champ ( une mine de 1940 ou avant ) ….c’est pour cela que l’on dit a une personne ( pour sa mine ) de visage ..car on ne sait pas quand il va explosé …voila ..GO!GO!

  11. je ne veux pas vous coupés l’appétit , il n’y a rien de pire d’un camarade qui a sauter sur une mine ( petite mine ) les jambes en bouillies et encore ce qui reste , le ventre ( tout est dehors ) le pire trois fois sur quatre il reste vivant 10 minutes , c’est une chose horrible , comment faire quoi faire rien en vérité , lui parler et lui dire c’est rien tout va bien c’est OK , juste un petit trou , on attend que tu partes pour l’infirmerie (mensonge) , on en rentre un peu dans le trou , on lui donne une cigarette et on lui tiens la main …..après on prend la moitié de la plaque ….l’autre reste sur le fusil et son casque ….planté sur la terre en signe de croix …la mine c’est horrible …j’ai rarement vue un camarade s’en sortir …j’ai souvent dit c’est mots ..tiens fume …..c’est pas grave deux coups d’aiguille et demain tu reviens …voila ….pardonnez moi ….mais les mines …c’est cela …c’est pas les plus grosses les plus dangereuses mais les plus petites ( plus petites que’une boite d’allumettes ) enlève juste un pied ….ou le genoux …donc tu marches plus …..GO!GO!

  12. Dominique ( je suis pas démineur ) …il y a la poéle a frire , et des nouveaux systèmes plus modernes ( comme ceux pour chercher un tuyau au d’eau qui fuit dans le sol . on vois a travers la terre …le plus souvent (on n’enlève pas la charge explosif du moins le détonateur ) on l’a fait exploser avec une petite charge explosive …on les cherches avec un appareil de déminage ..de nos jours ces modernes …mais a chaque replits d’hommes ( le terrain est le plus souvent laisser avec des mines …avant en 1940 négatif plus pour faire passer des convois sur une route… pendant la seconde guerre mondiale pas de déminage de suite ( des panneaux terrain minés voila tout ) …bon a plus ..GO!GO!

  13. voila ..cet aprème j’ai du travail ….de toutes manière mes commentaires sur le dit journal ( un a disparu pour toujours et deux sur quatre alertés …….) c’est ainsi ….c’est la vie …….a plus …GO!GO!

  14. Esprits nomades » consacre une belle page sur la poétesse russe Bella Akhmadoulina (1937-2010), en 1954, elle épouse le poète Evgueni Evtouchenko.

    LEÇONS DE MUSIQUE
    Dédié à Marina Tsvetaïva

    J’aime ceci : comme à tout un chacun, Marina,
    comme à moi,
    d’un gosier frissonnant –
    je ne dis pas : comme à la lumière, à la neige -,
    cou tendu : on dirait que j’avale de la glace,
    j’essaye de prononcer : comme à tout un
    chacun,
    on t’enseignait la musique. (Apprentissage vain !
    faisant pleurer et rire Dieu,
    vouloir apprendre au cierge les lois de l’éclairage.)

    Deux obscurités égales ne s’entendaient pas :
    le piano et toi, deux cercles impeccables,
    dans le chagrin d’un sourd mutisme réciproque
    supportant le langage étranger l’un de l’autre.

    Deux sombres froncements unis
    dans une rencontre insoluble et hostile :
    le piano et toi : deux silences puissants,
    deux faibles gorges : musique et parole.

    Mais la prépondérance de ta solitude
    est décisive. Le piano et toi ? Un prisonnier
    de l’aphonie tant que dans le do dièse
    un allié ne trempe pas son petit doigt.

    Toi tu es seule. Personne pour t’aider.
    Pour la musique ta leçon est difficile :
    sans importuner d’objet blessant
    ouvrir en soi le saignement du son.

    Marina, prélude à l’enfance, au destin,
    do mi, avant l’or des paroles amies,
    ré, prélude à tout ce qui viendra après,
    inclinaison commune de nos fronts pianistiques,

    agrippée comme toi au tabouret,
    ô carrousel, inanité de Gedike !
    Faire tourner le rond qui siffle
    autour du crâne et qui arrache le béret.

    Marina, tout ça, c’est inventé pour faire joli,
    au petit bonheur, en comptant sur la chance
    de pouvoir crier pour une fois : je suis comme
    toi !
    Je crierais volontiers, mais voici que je pleure. »

  15. je ferais une lois sur l’obligation du port du béret pour les dames , cela serait fort beau et rigolo , les joues assortit avec de la poudre couleur a la couleur de la coiffe , avant le port du béret était de nature chez les hommes comme les femmes , je préférais mieux de voir revenir cette mode revenir que le port de la canne en main et le chapeau haute-forme avec la cape a la superman sans le slip de couleur assortit a la cape , ou pire les pantalons a pates d’éléphant avec les chaussures a talons très épais pour hommes et femmes , c’était dans les années 1970 je crois , avec les pantalons a jambes accordéons qui était de plusieurs couleurs éclatantes quand il été ouvert , un peu de la manière des hommes dans zorro ….qui se voit en costume rose (pantalon sérré avec l’accordéon en bas et le petit blouson avec le foulard autour du ventre …pire les femmes le port de la burqua écarlate ….les modes changent comme la connerie des créateurs de mode ….les anciens porter le béret et la vielle gabardine a colle de poil de lapin ( j’en est une moi mais elle est en cuir de vache des années 1970 comme neuve ) cela tenait chaud en hiver comme le caban ( type marin ) …une seule mode la ! oui ! oui! ……la mini-jupe hi!hi!….ou les pantalons a pinces …mafois ..pour ceux qui sont fort du féssier c’est bien non ..je parle pas de moi …hi!hi! ni de vous ….juste de la mode ….avec un foulard rose type boa pour aller au bar ..il manque le porte cigarette et le prénom alice …bises a demain toutes …..GO!GO!

  16. hola!!!!…..je n’avais ps vraiment vue ….le béret a un sens parfois ..Dominique prend une jupe a plis de couleur verte olive une veste militaire ….un sac a dos de 80 kilos …la je rigole ……non pour rire le béret a un sens pour le militaire , derrière il y a deux petites queues ( que l’on coupe ) un peu beaucoup et l’insigne ( voila comment tu te met le béret tu pose ta main ( le gros muscles du pouce sur ton oeil quand le bout de tes doigts touchent le milieu de ton insigne régimentaire ton béret et a la bonne position ni trop pencher ni trop en arrière …tu le savais pas hein!!! comme le reste de mes copines ( Darie on s’en fout elle est avec sa martine hi!hi!) je lui fait une bise ….le port de béret c’est sacré a l’armée ….il faut le mettre en forme ( comment ) tu le mouille sous l’eau tu le pique avec une aiguille tu le trempe dans de la bière et ta galette deviens un beau petit béret ….cela non plus tu le savais pas …..il faut le mouiller avec modération sinon c’est un timbre poste sur la tronche ……allez a demain ………bises a toutes ..GO!GO!

  17. au pas les camaradinettes ….
    j’aime l’oignon frît a l’huile, j’aime l’oignon quand il est bon,
    j’aime l’oignon frît à l’huile, j’aime l’oignon, j’aime l’oignon.
    au pas camaradinettes , au pas camaradinettes ,
    au pas, au pas, au pas. au pas abec des bas ,
    au pas camaradinettes , au pas camaradinetes ,
    au pas, au pas, au pas. au pas , au haut ls bas
    un seul oignon frît à l’huile, un seul oignon nous change en lion,
    un seul oignon frît à l’huile , un seul oignon nous change en lion.
    au pas camaradinettes , au pas camaradinettes ,
    au pas, au pas, au pas. au pas fière de vos bas …..

    a demain matine avant le long travail ..bises …a toutes ..GO!GO!

  18. Hola, mais c’est quoi cette affaire de béret qui ressemble à un timbre ? bon, je n’ai rien compris mais voilà mon béret, c’est une chanson intitulée

    L’azur de nos bérets

    Mécaniciens, pilotes, dans un semblable élan,
    Inspectent poussent et sortent, sur leurs emplacements,
    Les hélicos radieux et embarquent résolus,
    A remplir audacieux, la mission attendue.
    Refrain
    Secourir, appuyer, en toutes circonstances,
    Équipages de l’ALAT, au service de la France,
    Sur les têtes alignées, évoquant son appel,
    L’azur de nos bérets, nous dévoile le ciel.
    Ô Sainte Clotilde, du péril garde-nous,
    Demeure notre guide, du trépas défends-nous.
    II
    La turbine assoupie, lentement se réveille,
    Puis rugit vibre et crie, ébranlant l’appareil,
    Instruments et radios, savamment contrôlés,
    Un geste du mécano, il s’éloigne tout est prêt.
    III
    Les visières abaissées, corps sanglés aux machines,
    Tous les soldats sont prêts, et n’attendent qu’un signe,
    Contrôleurs et pompiers, attentifs et sereins,
    La piste est dégagée, de la tour l’ordre vient.
    IV
    La puissance est donnée, et s’arrachant du sol,
    La patrouille formée, prend fière son envol,
    Émergeant des nuées, dans un fracas strident,
    Équipages au complet, sillonnent le firmament.  »

    Ah ! c’est beau comme le débarquement ! non, je ne saute pas, c’est pour papy mais j’aurais bien aimé sauter en parachute de très haut, mais déjà dans le Grand huit j’avais le tournis ! bon, c’est jusqu’à quel âge le baptême de l’air ?
    Et si on essayait de tricoter un béret avec une aiguille circulaire, de la laine rouge, la bordure jaune et le fond bleu ! on peut rajouter un pompon vert ? avec une salopette et un t-shirt blanc avec le dessin de Snoopy, ce serait drôlement dans le vent.

  19. On a oublié Rostand et Cyrano de Bergerac, nous avons la réplique :

    « Écoutez, les Gascons… Ce n’est plus, sous ses doigts,
    Le fifre aigu des camps, c’est la flûte des bois !
    Ce n’est plus le sifflet du combat, sous ses lèvres,
    C’est le lent galoubet de nos meneurs de chèvres !…
    Écoutez… C’est le val, la lande, la forêt,
    Le petit pâtre brun sous son rouge béret,
    C’est la verte douceur des soirs sur la Dordogne,
    Écoutez, les Gascons : c’est toute la Gascogne  »

    Avez-vous vu le briquet de berger des Pyrénées ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s