Picardesque

Le mot du jour est vertillant.

Il est picard et signifie alerte, en pleine forme.

Par extension, je l’ utilise pour qualifier ainsi mon hortensia dont je prends soin depuis trois mois.

Il me fut offert blanc à petites fleurs et le voici devenu vert à larges pétales.

Mon hortensia vert est vertillant.

image(Copyright)

Publicités

130 réflexions sur “Picardesque

  1. bonjour,
    notre belle plaine nous poses entre deux touffe d’herbe vertillante des larmes non désuètes , c’est pas les vacances , je ferais pas de château de sable d’oré , je ne bronzerai pas sous un beau parasol coloré sous les rayons de soleil , je ne serai pas un humain roulé dans la crème autobronzante a l’huile de vidange , je ne jouerai pas avec deux coquillage et une étoile de mer bougeant sur les vagues mourantes de bord de mer , vêtu d’un maillot de bain une pièce couleur praline comme une starlette de dune de la marque paté de sable avec fermeture pattes de calamar , c’est un jour normal dans une semaine ordinaire , le travail marque le pas , il nous rend solidaire , nous marchons gaiement a jamais l’allure débonnaire …bises a plus ..GO!GO!

    • Bonjour papy, quoi, ta belle plaine, mais je te croyais à la Ste Victoire qui n’est pas plate ! ton commentaire sent bon la brise marine…. je me tourne vers ma pancarte, c’est écrit « bord de mer à 130 km » un mensonge, une route à deux voies, tu ne peux jamais doubler et tu te traînes à travers les vergers normands, derrière les tracteurs entre deux camions et il faut trois heures pour l’atteindre…. un fiasco ! bon courage et à plus

  2. Bonjour! Vertillons en choeur picard.
    Voici quelques lignes auxquelles je ne comprends ren! De Michel Fouquet (1912 – 1995):
    « Il est né à Tchérieun (Sonme) . Ch’est un poéte picard. »
     » Un morwinne avulé minjouit un limanyé
    Qu’cherchouit à rapini un vré wépe ed mardgé
    El lutron’ vertillant allouit à karkaillous
    Pis l’oupeu fin bénése juit avu un kaflou. »
    Et ce passage, point picard: « A propos de sentiments, ce matin, X est allé me promener avec son os de buffle dans le museau.
    Il est rentré à la maison, sans son joujou fétiche.
    Fou d’ anxiété, il l’ a cherché partout, déboulant, geignant, fouillant, broussaillant, alors, sur les ailes de l’ amour pour ce bon gars, j’ ai remis mes bottes qu’ il a ruinées…
    et nous avons fait le chemin à l’ envers.
    Il a retrouvé son os, heureux et nous sommes rentrés à la maison, lui vertillant et moi légère de voir ce bon bonheur tout simple. « 

  3. Bonjour les p’tites têtes d’hortensia, j’adore ces fleurs, les miens sont verts, avec les têtes roses et vertes, mais bientôt ce sera un enchantement rose ! je n’ai pas trouvé le mot vertillant, mais j’ai beaucoup de poètes picards et devinez…. tout est « copyright », interdit de copier, bigre ! les picards s’achètent ou se vendent mais ils ne sont pas prêteurs, ce qui a le don de me mettre en colère dès le matin.
    Pauvres de nous, nous ne sommes pas des monuments de la poésie, juste une plume qui volète de temps en temps, alors il n’y a pas de quoi cacher quelques lignes qui finiront dans la grande armoire de l’oubli. J’essaierai de trouver cet AM quelques picards sur mes étagères ! à plus tard

      • Bonjour Dominique, pour le soleil et la chaleur et bien, c’est picard !!!! c’est vrai que le picard n’est ni mélodieux, ni chantant, ni élégant…. ce sont les poètes récemment disparus qu’on ne peut pas saisir, c’est l’obstruction cimentée de la famille qui espère en tirer quelques sous, bien sûr c’est un peu vu du côté d’Arpagon mais j’ai des doutes !
        Encore un texte insaisissable mais je vais le taper :

        « Aux marges du Royaume, violences justice et société en Picardie sous François Premier »

        « Jehan Coreau, laboureur âgé de 60 ans, prend au collet le jeune gaillard qui l’attaque alors qu’il chemine en compagnie d’un autre viel homme « combien que je soys un viele homme, lui dit-il, je suis encore vertueux et vertillant (gaillard) pour te bien tenir. Tu ne nous feras rien… » le reste est parfaitement inintéressant mais on comprend que ce mot « vertillant » date de la renaissance, c’est donc du vieux français. …… Mais je vois « vertillant » dans les Epitres d’Horace en latin et en franois ! ciel ! impossible d’atteindre la page, encore un coup de W.10. ! à plus tard

  4. Bonjour la troupe , tout le monde frais comme des gardons frétillants et vertillants dans le marigot d´eau à température ambiante ? Eh oui , sommes toujours à la fraiche … Et , sans pessimisme de façade , je vois bien que ce ne sont ces quelques pâles rayons qui vont nous réchauffer . Voilà déjà sept journées de juillet de perdues ! Il en reste encore : )
    Pas de morosité , et voici un hymne à la vie , qui va faire plaisir à Klaus particulièrement : )
    -Eau d´en vie-
    Rions, chantons, aimons, buvons :
    En quatre points c’est ma morale.
    Rions tant que nous le pouvons,
    Afin d’avoir l’humeur égale.

    L’esprit sombre, que tout aigrit,
    Tourmente ce qui l’environne ;
    Mais l’homme heureux qui toujours rit
    Ne fait jamais pleurer personne.

    Quand Dieu noya le genre humain
    II sauva Noé du naufrage,
    Et dit en lui donnant du vin :
    « Voilà ce que doit boire un sage. »

    Buvons-en donc jusqu’au tombeau :
    Car, d’après l’arrêt d’un tel juge,
    Tous les méchants sont buveurs d’eau ;
    C’est bien prouvé par le déluge.

    Un cœur froid qui jamais n’aima
    Du ciel déshonore l’ouvrage ;
    Et pour aimer Dieu nous forma,
    Puisqu’il fit l’homme à son image.

    II faut aimer ; c’est le vrai bien ;
    Suivons, amis, ces lois divines ;
    Aimons toujours notre prochain,
    En commençant par nos voisines.
    de Louis-Philippe de Ségur (1753-1830) grand-père de la comtesse de Ségur , née Sophie Rostopchine ( comme nous le précisait toujours la bibliothèque rose : )
    Comme disait le menuisier chez mon grand-père ,  »L´eau , c´est pour les canards et pour laver les roues de voiture » . C´est pas faux ….
    J´aime bien les deux derniers vers , voilà un homme qui avait un vrai sens de l´humour !

      • Bonjour Dominique , la Picardie de Monique et Monique de Picardie sont à l´honneur .
        Je file au marché . Pas d´hortillonnage chez nous , tout vient d´ailleurs ou presque .
        Et d´ailleurs ( c´est amusant , deux sens très différents pour ce mot . Ah le français …) , il
        n´y a ni fruit ni légumes sur le marché . Que du matériel . A la prochaine ! sourire .

    • Bonjour Darie, il est corsé le mot du jour, alors je vais le contourner subrepticement, il veut dire « fringant », alors vive Anna de Noailles, je savais bien que je finirais par en coincer (de poème)

      Quand mon esprit fringant, et pourtant aux abois,
      A tout le jour souffert de sa force prodigue,
      L’heure lasse du soir vient m’imposer son poids ;
      Merci pour la fatigue !

      Peut-être que la peur, l’orgueil, l’ambition
      Peuvent, par leur angoisse aride et hors d’haleine,
      Recouvrir un instant ma triste passion ;
      Merci pour l’autre peine !

      Rétrécissant sur toi le confus infini,
      Je ne situais plus que ton cœur dans l’espace ;
      Le sombre oubli des nuits te rend ta juste place;
      Le sommeil soit béni !

      Parfois, abandonnée à ma hantise unique,
      J’ignore que le corps a ses humbles malheurs,
      Mais la souffrance alors m’aborde, ample et tragique ;
      Merci pour la douleur !

      N’octroyant plus au temps ses bornes reposantes,
      Tant le désir rêveur m’offre ses océans,
      Tu me désapprenais la mort ; elle est présente ;
      Merci pour le néant… »

      Anna de Noailles m’a bien dépannée mais je chercherai à une date ultérieure, oui je sais, ça fait un peu commercial mais avec les Picards de durs gaillards….. euh…. enfin je n’en sais rien puisque j’ai épousé un breton !

  5. Dans le Dictionnaire du Moyen Français, « vertiller » , qui était beaucoup utilisé, signifie « tourner », version, avertir, convertir, pervertir, divertir, etc etc, et vertige.
    Et si l’on est capable de tourner, c’est qu’on est fringant, alerte, plein de vie..
    Alors une valse poétique:
    « Harmonie du soir
    Voici venir les temps où vibrant sur sa tige
    Chaque fleur s’évapore ainsi qu’un encensoir ;
    Les sons et les parfums tournent dans l’air du soir ;
    Valse mélancolique et langoureux vertige !

    Chaque fleur s’évapore ainsi qu’un encensoir ;
    Le violon frémit comme un coeur qu’on afflige ;
    Valse mélancolique et langoureux vertige !
    Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir.

    Le violon frémit comme un coeur qu’on afflige,
    Un coeur tendre, qui hait le néant vaste et noir !
    Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir ;
    Le soleil s’est noyé dans son sang qui se fige.

    Un coeur tendre, qui hait le néant vaste et noir,
    Du passé lumineux recueille tout vestige !
    Le soleil s’est noyé dans son sang qui se fige…
    Ton souvenir en moi luit comme un ostensoir ! » Baudelaire

  6. Et honneur aux hortensias! Mais ce poème ne fait pas allusion au vert vertillant de Dominique..
    « Les hortensias
    Les fleurs semblables aux ailes ouvertes d’un papillon
    Se rassemblent en essaim pour former une sphère
    A l’image du volcan qui entre en éruption
    Ou d’une société mise en ébullition
    Les fleurs gonflées de sève explosent avec panache
    Allant du rose pâle au rouge vermillon
    Et du bleu délavé jusqu’au bleu outre mer » Alain HANNECART

  7. J’aime le vert, certains verts, pas tous, c’est une couleur mystérieuse et noueuse, le vert cache une île, un colibri, un lagon ou alors les singes araignées. Une autre façon de se mettre au vert !
    Voici le picard pur jus, celui des mineurs :

    L’câble est tindu. L’cage elle arpose
    Au d’sus du tro d’mill’ pieds parfond.
    Les mineurs vont desquindre à l’fosse,
    L’corage au coeur, l’audace au front.

    (Jules Mousseron, Poête-Mineur)

    « Le chevalet de la fosse 6 d’Haines

    Complainte pour une fosse oubliée. J’n’ira point fêter l’Unesco,
    J’peux point crier cocorico !
    Rien qu’à vir t’n’air misérape,
    J’iros…je m’sintiros coupape.

    D’pis mil neuf chint vingt qu’t’es debout
    T’in a bien vu des hommes d’about,
    Des mineurs et des galibots,
    Et des trieuses…eh bin , té vos… »

  8. De l’esprit en vert et contre tout!
    Les daltoniens vont devoir faire des efforts avec le vert tigineux.! J’aime beaucoup cette couleur de fleur; j’ai eu des tulipes qui m’ont aussi fait le coup du vert.

      • Oui, Dominique, j’ai des tulipes vertes et roses ! enfin au printemps ! que diriez-vous d’un vert titillant ? mais si !
        « Emblème du mal au Moyen Age, le vert est désormais symbole de nature et de liberté. Selon l’historien Michel Pastoureau, plus qu’un pigment, toute couleur est d’abord une idée……Le vert est une couleur très riche, ambiguë, une matière rêvée pour l’historien – et, à titre personnel, ma couleur préférée depuis l’enfance ! Ce qui n’est pas forcément partagé. Sa cote n’a cessé d’osciller d’une époque à l’autre. A la différence de celle du bleu, qui, dans les sociétés occidentales, enregistre une promotion continue ; les Grecs et les Romains n’aimaient pas le bleu, qui est maintenant la couleur préférée de 50 % de la population.
        Dans le cas du vert, cela monte et descend tout le temps ; certaines époques l’adorent, d’autres le haïssent. Selon les enquêtes d’opinion, aujourd’hui, presque autant de personnes ont le vert pour couleur préférée (15 %) que pour couleur détestée, censée porter malheur. Les comédiens refusent toujours de la porter sur scène. Une vieille superstition : au Moyen Age, le vert-de-gris, pigment utilisé par les peintres, était aussi un poison… » (sur un article de Télérama).
        Affreux, les amis, un vertillant peut aussi désigner un vermifuge !q

      • J´y pense , puis j´oublie … Dominique , j´ai une orchidée verte en ce moment . Vert pâle .
        Elle est à l´ombre , je ne sais pas trop quoi faire pour la soigner , j´attends qu´elle me fasse signe … Je n´ai jamais vu de tulipe verte , mais pourquoi se priver de couleur ( rouge , rose ,
        jaune , etc. ) quand il y a déjà des feuilles vertes ? logique : )

  9. J’ai oublié de dire que France 5 va rediffuser demain soir « Empreintes », consacrée à Elie Wiesel; ( 22:35 à 23:30) déjà diffusé hier soir, et je n’ai vu que les 20 dernières minutes…


  10. J´ai oublié le lien de la chanson pour Monique et pour la Picardie . Distraite je suis , distraite je resterais . Mais la souvenance me revient toujours au bout d´un … certain temps : )
    Le Viking admire la France vue du ciel , et a des propos très élogieux ( c´est le début de la Dordogne présentement )

  11. Voici un lien vers le « vert Pélion », montagne de Grèce dont j’ai déjà parlé, pour y avoir séjourné dans une petit village, Miliès, ( dans une maison , ancien moulin à huile), que je retrouve sur les photos, de même que la plage…Région très verte, pays des Centaures, et point de départ de Jason et des Argonautes.
    L’article comporte même des cartes.
    Arte a aussi diffusé hier un reportage inédit sur cette zone.
    http://dornac.eklablog.com/vert-pelion-a115123918

    • Très belles vues , merci Mareria . ( J´ai toujours ce site dans mes signets )
      Quelle tristesse quand on a vu le Péloponèse bruler comme une torche . J´espère qu´il existe des surveillances . Il n´y a rien de plus désolant que ces terres en cendres .

      • J’ai vu un petit incendie sur la route côtière dans ce coin; le camion de pompiers ne pouvait pas avancer très vite: route sinueuse, étroite, un peu comme la côte amalfitaine; mais il y a toujours de l’eau dans ce coin, comme en Epire , au NO de la Grèce; on n’y voit pas de vrais ravages du feu.

  12. une journée très chaude sous une chaleur de plomb , chaque seconde lourde comme une enclume , les hommes forgés comme des métaux rougissants , des heures en étaux et des secondes sur des billots sous un soleil de forge , mafois finir en fin de travail le visage en fer a cheval , moi qui suit pas de cavalerie non plus de maréchalerie, hola ! si j’aurais su que cette journée soit si torride , j’aurais pris un chapeau double bigorne plus légers qu’une enclume , menfin l’air fin avec une tête d’enclume avec un chapeau double bigorne a refouleur , bon tout cela pour dire j’ai point vu un lutin forgeron en costume vertillant me souffler face au vent , tu fais quoi l’ancien , un lutin c’est petit si je prend son chapeau pointu vertillant et je lui donne mon double bigorne , ce n’est plus un petit homme lutin mais un petit homme vertillant enfoncé dans la terre en vers de terre , j’ai parler de l’enclume double bigorne , c’est une enclume a deux bouts comme le chapeau de napoléon , le refouleur c’est le trou carré sur le coté gauche de l’enclume en face d’un trou rond ….je le sais moi et c’est en forgeant que l’in devient forgeron , sans oublier que le napoléon , petit lutin aussi avait un manteau vertillant …vous voyez je suis point un picard mais malgré d’avoir travailler toute la journée sous le soleil ….je reste en pleine forme….bises a toutes ..GO!GO!

    • Un bicorne ou une bigorne , Klaus ? Vous avez raison , la bigorne est une enclume !
      Je croyais que c´était comme une sorte de bigorneau , un petit escargot trouvé dans votre salade verte vertillante . La mâche est ma préférée , la ruccola aussi . Mais je n´en ai pas !
      La ruccola n´est plus sur mes étals , quel dommage , c´est délicieux . Une salade qui a du goût .
      Nous n´avons que la salade iceberg ( pourquoi iceberg , on se le demande : )) .
      Elle a un goût et une consistance de papier , elle est dure sous la dent . Il faut bien s´en contenter , sinon on a le chou chinois à la place : (( Ça , c´est bon à cuire éventuellement .
      Bonne pause-bière fraiche , et semi-finale de foot , il parait . Mais je ne sais pas qui .
      Vous serez drôle quand ce sera la finale France-Allemagne . Un petit drapeau dans chaque coin de votre bigorne ou de votre bicorne : )) Bonne soirée .

      • mafois Monique dégusté des enclumes au persils …..cela doit rester sur l’estomac …et surout on prend du poids après une bonne douzaine ..GO!GO!

      • je me suis trompé c’est Darie et non Monique …je me disais Monique se trompe entre un escargot et une enclume …….elle devrait arrèter r le lait de poule la picarde ..hi!hi!

  13. Ah, la ruccola prend ses aises dans le jardin cette année; ce n’est bon qu’en petite quantité!
    Je viens de trouver un petit texte de Virginia Woolf:
     » Vert..
    Les doigts de verre dardent leurs pointes vers le sol. La lumière coule sur le verre, s’étale en flaque verte. Et tout au long du jour les dix doigts du lustre lâchent des gouttes vertes sur le marbre. Plumes de perroquets – leurs cris rauques – feuilles acérées des palmes – vertes aussi ; vertes aiguilles scintillant au soleil. Mais le verre trempé sur le marbre s’égoutte, sur les sables du désert les flaques s’alanguissent, traversées par le pas incertain des chameaux ; sur le marbre, les flaques s’installent, cernées de joncs, semées de blanches floraisons, traversées par le bond des grenouilles ; et la nuit, les étoiles s’y logent, intactes. Le crépuscule balaie d’ombres vertes la cheminée ; l’océan s’ébouriffe. Pas une embarcation ; sous le ciel vide, le vain clapotis des vagues. La nuit, les aiguilles distillent du bleu ; le vert s’est estompé. »
    < « La Mort de la Phalène et autres nouvelles » traduction : Hélène Bokanowski).
    Pour le bleu, qui suit, http://www.poesie-fertile.fr/?p=3968

  14. Dominique , vous avez écrit un poème sur les hortensias , les hydrangeas (juillet 2012) .
    C´est un arbuste que je n´aimais pas beaucoup , je le comparais toujours au rhododendron que je trouvais plus chic , une idée comme ça , sans raison aucune : )
    J´espère que votre hortensia hydrangea va retrouver ses fleurettes blanches . La couleur habituelle est rose , ou aussi bleue ( quand on met des morceaux d´ardoise dans le sol , dit-on , mais c´est peut-être une légende ? Le blanc pour les fleurs, c´est distingué , virginal , lumineux !

  15. Des belles photos, de beaux textes, mais voilà que l’on ne vertille plus mais on verdit carrément !
    La nature est verte, comme la chlorophylle, le vert facilite la respiration, tout est dans le cerveau, le rouge excite, le bleu repose, je n’ai rien pour le jaune à dire vrai c’est une couleur que je ne porte pas. Après une permanence, du bruit, de la poussière, le ballon et les cris des enfants, j’ai la migraine. Alors, j’ai tondu la pelouse en rentrant histoire de me vertiller l’esprit !
    Il m’arrive une histoire étrange que je ne comprends pas…. il y a deux jours, je vois sous un gros marronnier une tache d’herbe brûlée de la largeur d’une petite assiette à dessert…. je pense à l’urine d’un chat, c’est le plus simple…. alors je mets deux piquets pour faire comprendre à l’animal d’aller plus loin…. et puis tout à l’heure que vois-je dans le soleil ? une goutte qui tombe régulièrement de l’arbre (impossible de voir d’où cela vient il est trop touffu ! j’ai donc mis un récipient, et la goutte continue de tomber, on dirait de l’eau brune, rouillée, cela n’a pas d’odeur apparente mais ce qui est certain c’est que la goutte tombe exactement au même endroit avec la régularité d’un métronome…. le chef s’interroge aussi, il pense à un nid abandonné ou un oiseau qui serait mort dans l’arbre….. impossible, car il y aurait une odeur et des mouches. De picarde je suis passée pétoche ….qu’est-ce que cela peut être ? il y a quelque chose qui goutte d’une branche ou d’un tronc (l’arbre a plus de cent ans, un vrai pachiderme) ! le chef a dit qu’il allait monter dans l’arbre demain mais c’est impossible, il va tomber et les branches sont serrées ! consulté, le voisin pense à E.T, impossible de discuter avec ce beauf ! en tondant, je suis passée dessous et j’ai senti une goutte dans mes cheveux, j’espère que je n’aurai pas la pelade cette nuit ! J’ai horreur des choses inexpliquées…… ce soir, pas de bol non plus avec la ciboulette dans les tomates, je l’avais rasée (la ciboulette) pour qu’elle rajeunisse et ait plus de goût et moralité, ce soir, le chef a dit : « il faut s’habituer à manger de l’herbe » !
    Demain, journée d’observation et d’action avec la goutte…. il faut que je comprenne coûte que coûte (ou goutte que goutte, au choix). Tout le monde est devant le match, moi je vais suivre les conseils de Mareria et revoir Elie Wiesel. Bonne fin de soirée à tous.

  16. Ce qui est vert n´est pas toujours vertillant , mais vertillant peut vouloir dire vert , tel le Vert-Galant , entreprenant et plein de vigueur … hé-hé …
    Pirouette , et hommage à Rimbaud , avec le poème  »Au Cabaret vert , qui a bien existé ,
    et qui , malheureusement n´est plus . La Belgique a démoli beaucoup de ses belles maisons Art Déco de Bruxelles ( ce qu´on a appelé d´ailleurs la  »bruxellisation » ) , jusqu´au jour où certains se sont émus de voir d´immenses buildings les remplacer . Trop tard , le mal était fait en grande partie . Ils ont rénové et entretenu de nombreux châteaux , abbayes , églises , fermes anciennes , mais ils ont parfois oublié les maisons , modestes , mais qui ont aussi du charme .
    Et pas de chance ! A Charleroi le Cabaret Vert , qui avait son petit cachet est tombé aussi sous les coups de boutoir ! http://rimbaudivre.blogspot.se/2013/11/m.html
    -Le Cabaret Vert-
    Depuis huit jours, j’avais déchiré mes bottines
    Aux cailloux des chemins. J’entrais à Charleroi.
    – Au Cabaret-Vert : je demandai des tartines
    De beurre et du jambon qui fût à moitié froid.

    Bienheureux, j’allongeai les jambes sous la table
    Verte : je contemplai les sujets très naïfs
    De la tapisserie. – Et ce fut adorable,
    Quand la fille aux tétons énormes, aux yeux vifs,

    – Celle-là, ce n’est pas un baiser qui l’épeure ! –
    Rieuse, m’apporta des tartines de beurre,
    Du jambon tiède, dans un plat colorié,

    Du jambon rose et blanc parfumé d’une gousse
    D’ail, – et m’emplit la chope immense, avec sa mousse
    Que dorait un rayon de soleil arriéré.
    de Arthur Rimbaud (1854-1891)
    Appétissant , ce jambon-beurre … Ah… c´est vrai , pique-nique à préparer pour père et fils , qui
    vont traquer l´oiseau rare , demain à l´aube …

  17. Monique , Dominique , j´ai soumis le problème du goutte à goutte , au Viking , et il pense que
    c´est la sève qui s´écoule par une blessure de l´écorce ( une branche cassée durant une tempête peut-être ) . Ne tombez pas de l´échelle Monique , en allant examiner l´arbre !
    Envoyez un chat , équipé d´une caméra , c´est plus pratique …
    Vous m´avez fait rire avec la  »pelade » , mais cela m´a rappelé une camarade de classe qui avait
    attrapé cela , et c´était impressionnant ! Ses cheveux tombaient par plaques . Un voisin aussi , mais à 60 ans , c´est le lot de beaucoup d´hommes . Il luit comme un œuf maintenant , mais
    c´est la mode .
    J´ai coupé aussi mon persil à ras , pour qu il repousse , eh bien … j´attends toujours …. : ((
    Bonne soirée , tout le monde .

    • Bonjour Darie et merci, je crois que le viking a raison, ce ne peut être que de la sève, mais s’il faut sauver une branche et la cicatriser avec du goudron de Norvège ou alors du mastic, on ne pourra pas agir avant qu’il ait perdu ses feuilles et d’ici là les champignons et parasites peuvent détruire l’arbre…. c’est cornélien ! le chef vient de dire « qu’il va monter voir »…. je sors l’infirmerie ! Darie, moi aussi j’avais rabattu le persil pour qu’il repousse et depuis plus rien ! décidément, du persil pousse n’importe où et se multiplie, sauf dans mon jardin !!! le chef avait planté une vingtaine de graines de soucis nains orange, pas un n’est sorti, rien ! de colère, il a jeté les graines au hasard des plates-bandes…..on verra !

  18. Il y a l’expression se mettre au vert, à ne pas confondre avec l’amour est dans le pré mais il y a aussi les yeux verts, voici Théophile Gautier qui sera pour un soir chlorophylle Gautier, je crois qu’il sera d’accord:

    « A de beaux yeux verts

    Vous avez un regard singulier et charmant ;
    Comme la lune au fond du lac qui la reflète,
    Votre prunelle, où brille une humide paillette,
    Au coin de vos doux yeux roule languissamment ;

    Ils semblent avoir pris ses feux au diamant ;
    Ils sont de plus belle eau qu’une perle parfaite,
    Et vos grands cils émus, de leur aile inquiète,
    Ne voilent qu’à demi leur vif rayonnement.

    Mille petits amours, à leur miroir de flamme,
    Se viennent regarder et s’y trouvent plus beaux,
    Et les désirs y vont rallumer leurs flambeaux.

    Ils sont si transparents, qu’ils laissent voir votre âme,
    Comme une fleur céleste au calice idéal
    Que l’on apercevrait à travers un cristal.

    (Recueil La Comédie de la mort)

  19. bonjour…
    un panneau solaire de claire de lune indique a l’entrée du domaine son doux nom , en mohave la langue des indiens mojave , c’est écrit en gaulois aussi pour les érudiques , pas beaucoups d’ancien parle le yumane , la vallée de la mort , mafois notre plaine c’est transformé désert des mojaves , voila après un coup d’un dieu ou d’un diable notre sud a l’ouest des états-unis dans le sud de la californie, j’ai donc fait signe du matin a mes nouveaux voisins du nevada et de l’arizona , notre belle montagne a chnagé de nom la voila devenu la tehachapi des mohaves , hola! il faut que je fasse pipi sur mon gazon le voila locataire d’un bout de terre du desert de sonora , il fait un fort soleil et san gabriel et san fernandon et san tourne-dos ne fait aucune ombre a mon herbe verte , je vais devoir faire une irrigation pour mon gazon vertillant qui va devenir plus cauchemardesque que picardesque, je vais détourné la rivière mojave pour mon herbe a vache , l’eau ne manque pas dans la mojave river elle s’allimante dans le fleuve du colorado , comme j’ai pas envie d’avoir trop de chaleur dans ma chambre qui est plein sud et qui porte comme nom grillon et non furnace creek , et je suis un ancien légionnaire parachutiste de plusieurs guerre et non le davy crockett du fort alamo ….comme vous voyez du matin j’ai bien la vue et de l’esprit ..qui veut dire de la langue algonquin en gaulois , l’esprit de l’esprit, ohé! me voila le grand manitou ..et oui mesdames le manitou avec kiloutou ..vous saurez tout …au travail…un peu de géo du matin …bises ..GO!GO!

  20. Bonjour d’un très beau matin ensoleillé, la journée sera chaude ! tous à l’ombre des arbres verts, farniente et lecture dans la chaise longue, rêverie et sieste peut être car ce soir il faut être dispos, la France va cesser de respirer et si on gagne ce sera l’hystérie collective avec un discours de qui vous savez, il parait que des députés ne voteront pas la motion de censure pour regarder le match…. mais nous le savons, la France est un pays sérieux, toujours à la tâche, au travail…. demandez donc aux touristes de la Tour Eiffel, ils sont contents de pouvoir la regarder d’en bas sous le soleil quand il ne fait pas grève lui aussi !
    Hardis compagnons, je file dans ce matin lumineux, la goutte continue, et j’ai vu, vers 6h du mat. deux gros pigeons s’envoler de la place….. serait-ce alors une vespasienne pour ramiers ? il reste la mesure extrême, le tromblon va parler, en tirant plusieurs fois dans l’arbre qui a déjà fait 14 et 40, c’est du diable si les ramiers ne comprennent pas que le moment de l’exode est venu !

    LES ARBRES de Jean-Claude Brinette

    Arbres de ma jeunesse, fidèles et vieux amis,
    Vous êtes toujours présents malgré le temps qui passe
    Rappelez-vous l’enfant qui à vos pieds a grandi
    Et jouait dans vos bras ses parties de cache-cache.

    Arbres de nos vergers, si nobles et généreux
    Dont les branches se plient sous le poids de vos fruits
    Vous aimez les enfants et les rendez heureux
    Lorsqu’ils viennent croquer vos fruits tendres et mûris

    Arbres couverts d’ombrages aux feuilles de velours
    Arbres centenaires qui verdissez chaque année
    Immobiles géants ! Quand le temps est trop lourd
    Vous ouvrez vos grands bras, juste pour nous protéger.

    Forsythias étoilés, magnolias princiers,
    Cerisiers de l’Orient aux pétales éclatants,
    Fleurs blanches de merisiers pour couronne de mariée,
    Quel défilé de mode quand arrive le Printemps !

    Arbres, refuges élevés, où nichent les oiseaux,
    Dont le doux chant célèbre : l’éveil de la nature.
    Abri de pastoureaux qui veillent sur leur troupeau,
    Adossés à vos troncs, vous inspirez leur muse…

    Beaux chênes centenaires, rois des forêts par la taille,
    Aux belles feuilles écarlates, quand arrive l’automne,
    Immenses chênes chevelus aux glands sertis d’écailles,
    Tilleuls argentés dont le duvet blanc frisonne…

    Hêtres rouge foncés aux nervures à poils soyeux
    Beaux sapins argentés aux cônes mouchetés de blanc,
    Douglas sapins si doux, mémoires d’instants heureux,
    Charmes aux branches tordues, à la stature si grande,

    Saules pleureurs aux chatons garnis de cils dorés
    Vous vous baissez à terre pour nous cacher vos larmes,
    Peupliers grisards aux mille reflets argentés,
    Larges pins parasols qui chantent dans le Mistral,

    Cèdres d’Himalaya aux belles branches étagées,
    Antiques Séquoia aux anneaux millénaires,
    Catalpas aux fleurs tigrées comme les orchidées…
    Frères silencieux, vous êtes l’ombre de nous-mêmes !  »

    Jean-Claude Brinette est poète contemporain né en 1941.

  21. Bonjour , plus chaud qu´hier et moins que demain ( parait-il ) . La saison des robes et des jupes est courte . J´en profite , comme dit la pub .
    Beau poème sur les arbres ,Monique , l´auteur a oublié le tremble , que j´aime beaucoup , mais j´ai complété .
     » Ces feuilles frémissantes
    Sont comme de petits signes ,
    Comme pour nous rappeler
    Qu´il Tremble qu´on l´oublie  »
    C´est bien ? Les rimes ne sont pas conformes , mais c´est difficile .
    Koukou Claus ! Ne vous esquintez pas au labeur , faites-vous aider par Vert-Baudet , le
    beau Juju aux belles oreilles . Vert-Baudet est une marque de vêtements très connu dans le Nord , Roubaix , le fief de l´industrie textile ( qui a souffert par la suite … )

  22. il fait trop chaud dans le desert de sonora, aucune señora vient puisé l’eau d’une source pour nous désaltérés , nous sommes obligés de suspendre nos tâches a moins de tombés comme des mouches , mafois moi je stop point j’ai commencé je finit quitte a tombé a genoux le nez dans la poussière , je renonce jamais , je vient de boire de la bière avec du pain et ce qui va avec , et je retourne finir , après je me reposerai devant le vélo au frais a 14 h50 , j’ai pris deux litres de bière dans un saut avec de la glace …non de dieu …le soleil ne va pas changer ma destiné de ma journée …..non plus un indien lutin ..a moins qu’il arrive avec le calumet de la paix …GO!GO!

    • Bonjour papy, ce soir le match avec les canettes, alors doucement la blonde…… ici température idéale comme je l’aime, ni trop ni trop peu…. on est bien, les parasols sont en fête….. et peut être aussi les paras ! on doit être bien à faire de la voltige dans le ciel, se promener dans la voûte bleue…. j’attends le voyage pour Jupiter, cette planète ressemble à un oeuf de Fabergé, ce que c’est beau ! bonne journée

  23. Bonjour; sublime beau temps, et pique-nique avec les enfants etc dans un parc de la grand ville. Il faudra trouver un bon arbre pour se mettre au vert…

    • Bon pique-nique Mareria, il faut en profiter, une journée idyllique attention aux volants, que de mouches !!!!! la grand ville s’est calmée après les casseurs, la torpeur des vacances a agi et tant mieux ! finalement pour en arriver au 49.3 !!!

    • Hi-hi , c´est Ma chanson ! Et Mon arbre s´appelle  »hêtre pourpre » .
      Merci Mareria , merci Georges .
      Avec ce beau temps , les pique-niques sont de rigueur . J´ai préparé les ciabattas pour père et fils . Il restera des miettes pour les oiseaux .
      La vision du goéland de Knokke , approchant l´air de rien , puis sautant d´un bond sur le sandwich , fils (5-6 ans) reculant toujours plus son casse-croûte en fronçant les sourcils , est hilarante . La scène a été immortalisée par trois clichés consécutifs . Un vrai sketch !
      Ces oiseaux sont voraces et pique-assiette ! Attention Mareria , les corbeaux aussi : )

  24. Je suis parfois le journal TV belge , (jamais suisse ni canadien ) , et je viens d´entendre une information ubuesque , comme il en existe parfois . La ville de Binche sort d´une période
    d´inondations , qui n´a pas fait les pires dégâts , mais la  »zone inondable » s´est révélée largement inondée ( CQFD ) . Eh bien , les autorités ont donné leur feu vert pour construire un lotissement , pile sur la  »zone inondable » , maintenant que l´eau est …partie …
    Il faut que ce soit les habitants , les riverains de ladite zone , les contribuables ( beaucoup plus malins qu´on ne le prétend , ce qui est normal puisque ce sont eux qui paient ! : )) qui crient
     »AU FOU !  » L´Administration est un concept dépassé . L´administration au bon sens paysan comme on dit , devrait être réhabilitée .
    Maurice Rollinat le dit mieux que moi .
    -L’île verte-
    Des ruisseaux un déluge a fait de lourds torrents
    Qui roulent, pêle-mêle, écumeux, dévorant
    L’étendue, au travers des landes, des pacages,
    Et changeant en lacs fous les stagnants marécages.

    Mais l’eau dort plate autour d’un grand tertre escarpé,
    Tout hérissé de bois. Lent, le soir est tombé.
    Dans l’air mort, où s’ébauche un soupçon de tonnerre,
    Rôde, vitreux, magique, un jour de luminaire.

    Et, lorsqu’au plus épais d’une torpeur d’extase
    Un crapaud, goutte à goutte, épand son fin solo,
    C’est du rêve de voir à cette unique phrase

    Surgir une île verte en des profondeurs brunes,
    Entre le blanc du ciel et le jaune de l’eau,
    Sous le diamanté rose et bleu de la lune !
    de Maurice Rollinat ( 1846-1903) , devant qui le public s´évanouissait de fascination pour son regard . Voir les gens s´évanouir à ses pieds , cela doit être … fascinant aussi !

  25. Monique ( cela est long mais je suis bavard ) ….

    tu as raison , les parasols sont en fête, c’est la danse des baleines hi!hi!, ici température idéale pour les lézards et scorpions , tiens une chose que j’ai en commun avec ton époux , les scorpions , en algérie avant de mettre ses godillots il fallait bien regarder si un scorpion n’avait pas élu domicile , donc les scorpions aiment le camembert, une anecdote en mauritanie un petit scorpion de 10 cm m’a fait une douceur sous le pied , nous étions au fort gouraud , je crois en 1963 ou 64 après la guerre d’algérie , les scorpions s’enterrent souvent , nous campions dans le desert de l’adrar, la nuit il cherche tout les endroits chauds , le scorpion n’aime pas le froid , devant la tente au petit matin sans mes godillots …ey=uh! un beau cadeau d ela nature , cela fait assez mal , mais je suis point douillet , j’ai pas crié ni rien , juste dit merde , la piqûre est très très très douloureuse( autant q’un serpent j’ai goutté aussi ) mais moins qu’une morssure de singe hi!hi!, c’est souvent mortelle , cela dépend de la résistance de l’homme , en premier il faut garder son sang-froid, une piqure de morphine et un coup de lame sur la piqure et comme neuf , et boire deux bouteilles d’eau de vie pour vivre hi!hi! , j’ai vue des scorpions de 10 cm de long , en brochette un délice , pas en gateau bon cela se mange aussi , voila mon souvenir de sbkha d’idjil , ah! oui tu le sais pas moi oui , j’y suis retourné deux autres fois en mauritannie , la dernière fois en 1965 ,juste avant que la france donne a l’armée mauritanienne le fort ,bon allez je te dis tout dans ce fort en vacances en mauritannie j’ai connu le mess , la cuisine , le dortoir et aussi la prison ( pour une raison d’un croisement d’un mauritanien militaire et mon ombre ) , Monique et vous autres , vous le savez pas moi oui , les piqures qui font le plus mal ce ne sont celles des scorpions les plus dangereux , rigolez pas , vous prenez du venin de scorpion dans un bol , approcher une cigarette le venin a peur il se barre il se met en boule , car son venin est thermolabile il se détruit sous la chaleur, mais bon il faut pas mettre son pied dans le feu après une piqure , dans le desert rare en picardie hi!hi! ,il ne faut jamais marcher pieds nus la nuit ou le matin avec la gueule de bois , bon je parle je parle , ah! oui je vais vous dire le code du desert ( TRV ) toujours secouer ses vêtements avant de les enfiler, retourner ses chaussures avant de les mettre, vérifier sa literie avant de s’y glisser….bon a demain matin je viens de finir donc je vais voir la fin du vélo …je suis mort de chez mort par la chaleur …bises ..GO!GO!

    • Klaus , vous avez oublié le rouleau de …. water-closet . En Thaïlande , un copain avait eu la visite d´un scorpion au petit endroit , comme on dit …
      Il y a de quoi ne plus vouloir y retourner : ))) Et moi , j´ai trouvé un Bernard-l´Ermite dans une chaussure . C´est désagréable de trouver un mollusque poisseux dans sa sandale !

    • Hello papy, ne me parle pas des baleines de parasol, il faut monter sur une chaise pour les atteindre, plus ça va plus les parasols sont immenses, il faut quatre blocs de fonte pour équilibrer le pied du parasol « déporté », on devrait dire excentrer ! en plus, la manivelle est dure, et si tu as des cordes, c’est pire, on joue à Barberousse, c’est une gym digne d’un abordage ! une fois, je me suis pincée dans le système inclinable, un pinçon énorme comme jamais je n’avais eu, quel marasme…. obligé de mettre des glaçons dessus mais ils les avaient utilisés pour mettre dans le pastis ! le temps que des glaçons se reforment, j’avais déjà le doigt déguisé en poupée russe !
      Oui le mari apprivoisait les scorpions à coup de botte, il savait aussi attraper les petits serpents, le problème c’est quand tu es pieds nus ! heureusement, l’armée est nantie des antidotes pour les accidents de parcours, on ne va pas laisser un soldat sur le carreau à cause d’un scorpion ni d’un serpent (le jaune est terrible !) comment, le venin est thermolabile ? ah ! j’avais lu thermolactyl ! remarque nous aussi nous sommes thermolabiles, pas un humain ne résiste au lance flammes… oui, je lis des thrillers et à la fin ça fait décalcomanie ! …… ici aussi, avant d’enfiler des sabots de jardin vérifier s’il n’y a pas une araignée venimeuse, avant de passer le long d’une haie avec la tondeuse, inspirer profondément et sentir s’il n’y a pas les punaises de jardin (une horreur), lorsque tu cueilles une poire, vérifier si dedans il n’y a pas une dizaine de guêpes, et puis en cas de sieste bucolique couché dans les verts pâturages, bien regarder s’il n’y a pas un nid de fourmis rouges ! c’est chouette les bois, mais bien écouter les volants, personne ne connaît le bruit d’ un essaim de frelons qui arrive, il faut faire vite…. qui finalement, on vit tous dangereusement. Bises et à demain

  26. On a trouvé la fuite de la sève de l’arbre mais on ne peut pas monter en plus il fait une chaleur accablante, 29° c’est picardiesque ! la goutte continue de tomber, le gentil jardinier est en vacances, et il faut cicatriser cela tout de suite. Armé de la grande échelle et moi du pot de goudron norvégien et un pinceau, nous allons tenter de badigeonner le pachiderme, tout de même je suis inquiète, je connais des arbres en forêt vierge qui ont englouti des humains, si.. à plus tard, du dieu le veut, je vais tenir l’échelle et surtout il faut des lunettes de protection !

    • J´ai lu , Monique , ce qu´était le goudron norvégien ( ou goudron de Stockholm aussi ) .
      Bonne chance au marronnier centenaire . N´avez-vous pas un gendre sous la main pour escalader la grande échelle avec le pot ? Ils sont partis en vacances ?! C´est bien le moment
      quand vous avez besoin d´eux ! : ) Attention aux vols de ramiers intempestifs , et aux moustiques . Un marronnier , c´est plein de moustiques : )

  27. Hello Darie, le chef a réussi à grimper dans l’arbre au premier niveau juste à l’endroit où il y a une fuite de la sève, il a repéré un trou dans le tronc, profond d’une vingtaine de centimètres, il a gratté un peu et a ramené une sorte de bouillie brune…. je pense qu’il faut traiter l’arbre avant de boucher ce trou au ciment, et ne pas mettre de goudron norvégien tout de suite, car on ne verrait plus rien, le goudron étant noir et très gluant ! demain, un petit jardinier doit nous téléphoner, peut être viendra-t-il mais le patron spécialiste est en vacances, il ne revient que le 12 juillet. C’est pas de chance…… pour l’arbre !! étant donné qu’il est très âgé, j’ai des craintes et je vois déjà une énorme place vide. Dans cet arbre nous avons une cohabitation digne de nos plus grandes tours, des tourterelles, des ramiers, les chardonnerets, les rouges-queues, les pinsons, les mésanges et d’autres petits oiseaux de blé, il est possible qu’il y ait des parasites. S’il disparaît, plus de petites maisons pour les oiseaux, plus de mangeoire, plus de balançoire en bois, les mésanges s’amusaient tout l’hiver. Bref, c’est la tuile !

    • Monique , cinq-six jours pour le spécialiste , heureusement ce n´est pas trop long . Le danger , c´est une attaque de champignon . Mais le Viking dit que les arbres ont souvent une bonne reprise quand on les traite avec les bons moyens . Toute la volière compte sur vous , alors bonne chance au marronnier .
      Klaus est devant la TV , et je me demande quel est la couleur de son maquillage-foot : )
      Ah , c´est vrai , le principal , c´est de participer , pas de gagner !

      • Darie, la soirée s’annonce d’ores et déjà arrosée, il parait que le premier but a été « donné » aux bleus, l’arbitre a été « gentil »….. l’équipe allemande joue très bien ! j’espère qu’ils vont marquer un but quand même. Le plus marrant sur le terrain, c’est Didier Deschamps et ses mimiques !
        Bonne fin de soirée loin du bruit.

      • Je n´ai pas suivi le match , Monique , et je vois déjà deux buts ! Je viens de voir Didier Deschamps faire des signes cabalistiques : )) Bonne soirée .

  28. bonjour …je sais nous ne sommes plus en main mais moi quand je nne suis pas en mai je fais ce qui me plait …alors un beau poème de goethe..
    fête de mai
    comme resplendit
    a mes yeux la nature
    comme le soleil brille
    comme rit la campagne
    les fleurs jaillissent
    de chaque rameau
    et mille voix
    hors des buissons
    et joie et délices
    de tous les cœurs.
    o terre, o soleil,
    o bonheur, ô plaisir
    o amour, amour,
    splendeur dorée
    comme la-haut, sur ces collines
    les nuages au matin,
    tu bénis magnifique
    le champ verdissant
    dans la brume de fleurs
    le monde gonflé de sève
    o jeune fille, jeune fille
    combien je t’aime
    comme ton regard luit
    comme tu m’aimes
    comme l’alouette aime
    l’air et les champs,
    et les fleurs du matin
    la rosée du ciel,
    ainsi je t’aime
    d’un sang plein de vie,
    toi qui me donnes
    jeunesse et joie, et le désir
    de chants nouveaux
    et de danses nouvelles
    eternellement sois heureuse
    comme tu m’aimes…

    ohé! mon camarade goethe est plus théoricien que moi , il avait des mains chef en botanique , mais moi j’ai la pratique d’écrire des mots de son beau poème ( le champ verdissant ) le mot cousin de vertillant hi!hi!…..en plus d’être théoricien dans l’art du rire me voila en balade façon escapade …en ce jour estivale …GO!GO!

  29. Bonjour Klaus , nous avons pensé à vous hier . J´espère que vous avez passé une bonne soirée quand même , une p´tite mousse fraiche à la main . Il y aura des matchs-retour , comme on dit . C´est un beau poème de Goethe , bien traduit . C´était un grand romantique …
    Le soleil arrive pour sécher la terrasse , cela s´annonce bien pour le WE . Il n´y a pas un souffle de vent , et je ne distingue plus la place des deux trembles , les feuilles sont immobiles !
    Le symbole de l´été pour moi , c´est l´alouette , ou comme dit Pierre de Ronsard ,  »l´aloüette » .
    C´est dommage d´avoir enlevé le tréma , a-lo-ü-ette , c´était amusant .
    -Ode à l´aloüette-
    T’oseroit bien quelque poëte
    Nyer des vers, douce aloüette ?
    Quant à moy je ne l’oserois,
    Je veux celebrer ton ramage
    Sur tous oyseaus qui sont en cage,
    Et sur tous ceus qui sont es bois.

    Qu’il te fait bon ouyr ! à l’heure
    Que le bouvier les champs labeure
    Quand la terre le printems sent,
    Qui plus de ta chanson est gaye,
    Que couroussée de la playe
    Du soc, qui l’estomac lui fend.

    Si tost que tu es arrosée
    Au point du jour, de la rosée,
    Tu fais en l’air mile discours
    En l’air des ailes tu fretilles,
    Et pendue au ciel, tu babilles,
    Et contes aus vens tes amours.

    Puis du ciel tu te laisses fondre
    Dans un sillon vert, soit pour pondre,
    Soit pour esclorre, ou pour couver,
    Soit pour aporter la bechée
    A tes petis, ou d’une Achée
    Ou d’une chenille, ou d’un ver.

    Lors moi couché dessus l’herbette
    D’une part j’oy ta chansonnette ;
    De l’autre, sus du poliot,
    A l’abry de quelque fougere
    J’ecoute la jeune bergere
    Qui degoise son lerelot.

    Puis je di, tu es bien-heureuse,
    Gentille Alouette amoureuse,
    Qui n’as peur ny soucy de riens,
    Qui jamais au coeur n’as sentie
    Les dedains d’une fiere amie,
    Ny le soin d’amasser des biens.

    Ou si quelque souci te touche,
    C’est, lors que le Soleil se couche,
    De dormir, et de reveiller
    De tes chansons avec l’Aurore
    Et bergers et passans encore,
    Pour les envoyer travailler.

    Mais je vis toujours en tristesse,
    Pour les fiertez d’une maistresse
    Qui paye ma foi de travaus,
    Et d’une plesante mensonge,
    Qui jour et nuit tous-jours alonge
    La longue trame de mes maus.
    de Pierre de Ronsard (1524-1585) .
    Les linguistes doivent apprécier d´avoir des textes aussi anciens pour étudier l´évolution du langage . Et à la cinquième strophe , on lit  » Qui dégoise son lerelot  » .
    Je croyais que  »dégoiser » était de l´argot , mais c´est du vieil françois .
    Je préfère L´ode à l´aloüette que Alouette , je te plumerai . J´ai horrifié quelques suédoises en traduisant les paroles : ))

  30. bonjour jeune dame , négatif je n’ai point regardé le foot ,j’aime pas ce sport , j’ai passer ma soirée (au lit a minuit ) sur un banc a coté de la stèle de la légion , sous un beau olivier et a coté de centaines de fleurs de toutes les couleurs ( surtout rouge verte et jaune ) , un beau livre de poésie africaine , j’ai l’esprit poètique mais pas ballon , le pourquoi …cela fait longtemps les et compagnie m’ont dégoûté a vie de se sport , je veux gardé le sourire moi , et j’aime le chant de la marseillaise …Darie sur du vert verdissant c’est pas le noir qui me fait de l’ombre a mon sourire mais le gris , je suis comme cela ….je mélange pas les couleurs …je parle pas des gris blancs de 1954 a 1962 , ce que de gaulle a lâchement abandonné a leurs sorts , déja cela est une bonne raison pour moi ….ce n’est pas la guerre qui m’a fait porté comme parfum la mort aux rats mais ce que je t’ai écrits plus haut , la nuit parfois quand je suis avec les songes ….certains me parlent de 1950 a 1962 me disent …..laisse-moi pas ici, cache moi dans ton sac et met moi dans ce bateau ou cet avion ou ce hélicoptère mon camarade , le général a dit non et non …si l’un deux veut grimper jeté le a la mer ou par la porte de l’avion alourdit avec du plomb ..et pourtant entre 1935 a 1962 combien sont morts pour cette france ….tout cela pour faire plaisir a ceux comme macias….donnez, donnez, dodo-onnez, donnez, donnez moi,
    donnez, donnez, dodo-onnez, dieu vous le rendra… le général c’est pris pour dieu sans connaitre la difinition du mot amour des siens ….voila et j’ai point honte de ce que j’ai écrit Darie ….moi j’y étais ….leurs larmes se sont noyés dans leurs cris quand les autres les ont massacrés devant nous sans que nous puissions rien y faire ….les ordres …..bises petite ..je file au travail….mais j’aime etre clair sur mes positions …..

    • Bonjour Klaus , moi non plus je n´aime pas trop ces matchs , cela n´en finit jamais , et c´est toujours pareil . Par contre , j´aime bien regarder les beaux athlètes élancés qui nagent la nage papillon . On dirait des dauphins . Et un petit peu le hockey sur glace ( pas longtemps ) quand le palet file à 100kms/h , et que les patineurs font des pirouettes pour l´attraper : ))
      C´est le véritable sport national des scandinaves . Aucune place à la chance .
      Bonne journée et bon courage Klaus , et n´oubliez pas la pause , l´heure tourne vite .

  31. Bonjour jeunes gens!
    J’ai regardé le match avec junior et voici une photo de circonstance de Joachim Löw, l’entraîneur allemand…je la trouve tordante!

    • Bonjour Mareria , j´avais entr´aperçu sa tête consternée , juste avant de plier l´ordi .
      Ces malheureux entraineurs prennent le déshonneur de la défaite sur leur tête , alors que ce sont les joueurs qui jouent . Quelle injustice ! Ce n´est qu´un jeu . ( sourire )
      Les internautes ont une imagination extraordinaire , et la photo est troublante de réalisme : )

      • Noon …. , Dominique , vraiment ? hi-hi .
        En ce moment , je m´inflige un feuilletong ( feuilleton en français ) , Le Commissaire Magellan , car une amie est figurante dans quelques épisodes , mais je ne sais pas lesquels . Alors , comme je voudrais savoir si elle a des dispositions pour le cinéma , je regarde : )) , un œil sur la TV , un œil sur mon livre . Le troisième œil sur l´ordi …
        De plus , je lis quatre livres en même temps !
         »Enregistrements pirates » (Delerm ) , un chapitre par-ci par-là .
         »Les Dossiers d´interpol » , un crime à la fois …
         »Oradour » ( de J-J Fouché ) mais c´est ardu .
         »Un étranger dans la maison » (Pat Mc Donald ) un roman très prenant .
        Je ne sais pas si j´ai battu Monique ( à la loyale ! : ))

  32. Bonjour les amis, non, ce n’est pas possible, les joueurs Allemands n’ont pas marqué un seul but ? c’est incroyable quand même, je comprends la consternation de l’entraîneur allemand ! ce n’est qu’un jeu mais les paris sont chers, il y a beaucoup d’argent qui circule, des intérêts aussi, c’est le problème du sport d’aujourd’hui…… La France a quasiment gagné l’Euro, ce sera le délire partout et grâce à qui ???? mais si, mais si, son ombre est partout, il récupère tout !
    Ici grand vent, ce qui atténue la chaleur on est bien avec 25°. Je file vers le vert des légumes !

      • Bonjour Dominique, je ne voudrais pas faire comme les « vrais » vétérans et dire « de mon temps », il n’y a rien qui énerve autant MAIS je le pense vraiment , si, si de mon temps le sport était digne de ce nom, les athlètes des vrais sportifs, pas de magouilles, pas de fric, rien que la gloire et les supporters ne buvaient pas, ne se battaient pas et ne pariaient pas., les fans étaient des vrais mordus de pour la beauté du sport… une époque merveilleuse, je ne le dirai jamais assez. En ce moment, c’est le cyclisme et nous en sommes arrivés à détecter des moteurs miniatures planqués dans les vélos, évidemment ils montent une côte plus vite qu’une personne ordinaire ne la descend ! quelle débâcle, tout est tricherie et finance ! je vais survoler les nouvelles, en fait avec la torpeur de juillet, elles m’intéressent moins ! Bises.

  33. J´ai été doublée sans m´en apercevoir . J´attendais ( sur la route du Tour ) la ville de Limoges et ses environs , et je vois qu´ils ont passé ( en trombe !) le château de Gaston Phébus dans
    le Béarn !?! Mais à quelle vitesse roulent-ils ? D´ailleurs , a-t-on vérifié qu´il n´y avait pas des petits moteurs électriques dans le pignon arrière des vélos ? Mouais….
    Je n´ai pas vu la copine actrice , je vais donc devoir regarder les autres épisodes . Je reconnais en tous cas les bâtisses du Nord . Cela ne me trompe jamais …

  34. je sais j’ai le culte de l’ hérésie , ma doctrine est souvent ma devise , mais je me pardonne moi le dieu saint des saints , le tout puissant et ma grandeur ….hola! mesdames je parle de mon petit esprit , qui est en fin de journée plus vierge que la madone avec le sourire de monna lisa , la gioconda provencal , qui a mon âge après une dure journée d etravail aurait comme la sainte-thérèse de lisieux un coeur bardé de roses blanches , tiens me voila affublé comme père un fils d edieu , je suis après un coup de rayon de lune de jour un saint de l’enfant-jésus , je me regarde en face pour admirer de profil mon auréole cousue d’or de la sainte-face , demain c en’est pas un chapeau que je dois porté sous le soleil mais un parasol , un pin parasol pour rire jaune , un ginkgo pour la richesse en écus d’or , de toute manière un arbre a ombrage pourquoi pas un arbre a lutin géant au nom d’albizia , un petit arbre en haut de tronche pour arder mon cerveau a l’ombre attaché avec un bandeau rose , un petiot arbre de 7 m de haut pour gratter les nuages , sans oublier qu’avec 6 m de feuillage en largeur mes bouts de pieds seront au frais …voila le nom de ces arbres ne sont pas d’un songe …j’ai appris cela aujourd’hui après une conversation avec un touriste hollandais ….alors je fais le mec connaisseur alors que je connais aucun de ces arbres …du moins de nom sauf le pin parasol ….on en vois pour aller au grau du roi ou en camargue ….bises a toutes a demain matin ….GO!GO!

      • Klaus a raison . C´est le ton qui fait la chanson !
        C´est la méthode asiatique , qui est de ne jamais perdre la face . Klaus doit connaitre ce trait de caractère , pour avoir croisé longtemps les Vietnamiens , Laotiens , etc.
        Quand on demande sa route à un thaïlandais , par exemple , mieux vaut avoir une petite idée quand même de la direction . Si l´homme ne sait pas , pour ne pas perdre la face ( et pour avoir le plaisir de vous renseigner ) , il donnera des indications très précises , quitte à vous envoyer carrément à l´opposé . Le principal pour eux , c´est d´être aimable , pas de vous mener là où vous voulez aller ! Rire .

      • Euh… nous sommes ainsi fait(e)s , qu´il est préférable passer le relais à celui qui sait : ))
        Je le savais ( en Thaïlande ) et donc étais sur mes gardes . Et un jeune homme bien mis , qui
        sortait d´un bureau sans doute , m´avait expliquée avec force détails , la route de …je-ne-sais-plus-quoi . Mais j´allais dans le bon sens . Il ne savait pas visiblement , et je finissais par le regarder faire ses gestes , je l´écoutais tel un acteur qui joue une scène ! Incroyable .
        Il était charmant et souriant , heureux de me rendre service : ))) Ah …il faut du flair parfois !

  35. Darie, je ne lis plus quatre livres à la fois car c’est trop long, maintenant je n’en lis qu’un seul, oui, mais je m’y tiens et ensuite au suivant. En ce moment je lis un thriller, « Une putain d’histoire » c’est le titre du 4e livre de Bernard Minier, un des plus lus avec Grangé et Chattam les maîtres du suspense contemporain mais il faut s’accrocher, on ne peut pas lire deux histoires de ce genre en même temps.
    Darie, je vous ai doublée aussi, vous avez pensé au « vélo électrique »…. un coureur était tombé et voila que son vélo continue de tourner….. quelle rigolade…. plus fort que le canard qui court encore, même sans tête !……. quand on dit que le meilleur gagne, on devrait dire que le plus honnête gagne et souvent celui-là il est bon dernier !…. à quand le moteur directement greffé dans le mollet du coureur ? ah ! j’en ai des idées et dommage que je ne puisse pas les mettre à profit !!!!!!

  36. hola! ..je sort de la douche , je vais dehors pour dire au soleil , tu vois j’ai aucune marque hi!hi!, un car deutschland ,devant moi avec des touristes vert de gris , le guide de voyage jeune environ 30 ans , vient me parler en gaulois hachuré , je regarde le nom inscrit sur un truc rectangle sur sa poitrine ( Wolfgang Müller) , je lui dit en gaulois j’ai pas trop compris ce que tu m’a dis petit , un petit homme de 1,80 environ et jeune donc un petiot quoi pour moi , donc il me parle en langue germanique c’est plus pratique , il m’a demandais si il y avait une autre route pour rejoindre aix , je lui est dit tu est le guide pas moi alors hi!hi!, après comme il a rigolé je lui est dit négatif petit c’est la seul jusqu’a la grande route d’ou vous étes venus , après je demande vous venez d’ou , il me dit berlin , il me dit vous devez bien connaitre Monsieur , je dis de nom , je suis de montagne hi!hi!…. il y a plus d’un âne qui s’appelle martin comme müller …mais ce n’est pas a un vieux singe qu’on apprend a faire la grimace …..cela est qui sait juste ceci ou cela ….mais parfois prendre le devant est mieux que de se trouver grand oncle ….ou autres ……bonne soirée je file au foyer boire une mousse …ou plus ..GO!GO!

  37. Demain , promenade de santé jusqu´à Bagnères-de Bigorre , cela va faire mal …
    Monique , il reste encore les chaussures , pour une impulsion électrique connectée .
    Ni vu ni connu , l´embrouille est indétectable . On va voir cela un beau jour … On n´arrête pas
    le progrès . Mais cette fois-ci , les coureurs semblent tous clean . C´est bien .

    • Darie, avec l’avancée de la science, nous allons devenir des humains infatigables et indestructibles, on changera les pièce^s….. on a déjà inventé la machine qui permet, pas à pas, à un paralysé de marcher quelques mètres, j’ai bon espoir. Le problème restera le cerveau, impossible de remplacer les cases de vides…. mais comme l’esprit, c’est comme du vent -:)))))

  38. Les amis, j’aime bien l’article sur les communes française qui ont des noms burlesques, ainsi Poil (58), les habitants sont les Pictiens et les Pictiennes…….rien à voir avec les poilus comme on aurait pu le supposer…..qu’y-a-t-il à voir à Poil ? il y a des fouilles protohistoriques et des vestiges gallo-romains, par exemple des « pierres druidiques »…Quant au record du nombre d’habitants, c’est Rochefourchat qui détient le record avec un seul habitant en 2013 mais il y a un maire ! bonne fin de soirée à tous

    • Près de chez mes parents , Monique , un lieu-dit s´appelle  »le petit enfer » , mais ce n´est pas
      l´enfer que nous croyons , c´est le terme ancien pour le maréchal-ferrant qui ferrait les chevaux.
      En tous cas , on ne l´oublie pas : ) Bonne soirée , à tous .

  39. Bonjour, on n’a pas encore parlé du jeu de mot de Dominique entre picardesque, picard et picaresque; le roman picaresque est un pícaro (mot espagnol signifiant « misérable », « futé »).
     » Miséreux, orphelins, « irréguliers » vivant en marge de la société et à ses dépens, gens des basses classes, ordinairement, ou déclassés, filous de toute espèce, voyous des rues, bandits de grand chemin, bohémiens, capitaines de compagnie, les pícaros sont des antihéros dont le personnage constitue un contrepoint à l’idéal chevaleresque. » L’article  » roman picaresque » sur wk est de qualité: parmi les oeuvres de ce genre les plus célèbres, « Gil Blas de Santillane « de Lesage, « Le Paysan parvenu » de Marivaux au XVIIIème, les  » Mémoires de Barry Lyndon « (1844), de William Makepeace Thackeray etc
    Et voici une musique extraite du film Barry Lyndon,

  40. bonjour , d’un rêve plus aérien que hawaiien , de moi l’ homme endormi car n’Ivoirien du tout , j’ai attendu ce matin au levé les doigts de pieds bien aérés , une vision c’est offerte a moi en bonne raison de bonne saison , un petit paradis de reste de vestige enseveli de rêverie , j’ai aperçu sans imagination mon splendide horizon en vibrant en diapason, un songe noctambule qui se coince la bulle a la lumière du jour , une errance merveilleuse comme un hymme radieux pour un bien-heureux vivant au pays sans dieu , un jarden d’eden de plein air en plaine colorié par des fleurs plus ou moins exotiques a foison a leurs façons , je vous parles mesdames de ma terre de provence magique au senteurs bèatifiques de jolie danseuses en robe de fée venant d’un extase envol des cieux , que voulez vous mesdames sous une chaleur qui avoisinera les 40° a l’ombre de l’olivier je vous offrs une merveilleuse errance dans mon milieu propice a des délicieuses nuits qui s’ abandonnent en bon esprits au plus beaux rêve de nuit , de ma chambrée un son emporté par les cigales et des arômes évanescents nimbés d’encens me rende poètique , un rêve n’est pas toujours effervescent qui s’évanouie au petit matin emporté dans les bulles d’un invisible vent de la forêt et ses milles secrets …voila ce que je peut juste vous dires mesdames c’est que ce matin ma nuit m’a donné de la tchatche d’un court passé a peine voilé ….bon j’écrit ce que je peut du matin c’est déja le mexique dans ma chambre …tient que fait ce zeste de cité préhispanique de teotihuacan ici , une structure pyramidale chez soi c’est un peu comme une hernie inguinale , c’est assez bête et con-génitale avec un risque d’engouement sur la chaussée des morts d’une amérique précolombienne a glissé sur un pastèque devant un aztèque …je démire déja hi!hi!….GO!GO!

      • bonjour Dominique …oui ce matin il fait un bon 29 …sous l’arbre devant ma porte …je suis venu chercher ma glacière …car j’ai pas envie de prendre un seau t avec de l’eau du puits …nous avons de la glace a pas quoi savoir en faire …j’ai pris 10 bières (blonde et brune ) avec un fromage de chèvre du jambon du saucisson deux tomates et trois feuilles de salade , comme cela je reviens plus …j’ai casser la graine celui de 10h mais il fait trop chaud pour les aller et retour …donc je revient pour le repas de midi ….mais a 11h00 j’aurais l’estomac dans les talons …alors je prévois ….et pris mon sombrero ( mauve et jaune et rose ) ….cucaracha ! cucaracha ! la!la!la! GO!GO!

  41. Bonjour sous une légère brise , ni chaude ni fraiche . Un entre-deux .
    Je ne savais pas ce qu´était un roman -picaresque- …Fûtée , Dominique : )
    Voilà un film que fils 2 va me trouver dans son trésor usb , après Johnny Cash . C´est une époque que j´aime beaucoup voir au cinéma , même si parfois les batailles sont effrayantes !
    Petit détour par l´Espagne , et Don Quichotte , qui nous a fait rire et fait un peu pitié aussi …
    -À Don Quichotte-
    Ô Don Quichotte, vieux paladin, grand Bohème,
    En vain la foule absurde et vile rit de toi :
    Ta mort fut un martyre et ta vie un poème,
    Et les moulins à vent avaient tort, ô mon roi !

    Va toujours, va toujours, protégé par ta foi,
    Monté sur ton coursier fantastique que j’aime.
    Glaneur sublime, va ! ― les oublis de la loi
    Sont plus nombreux, plus grands qu’au temps jadis lui-même.

    Hurrah ! nous te suivons, nous, les poètes saints
    Aux cheveux de folie et de verveine ceints.
    Conduis-nous à l’assaut des hautes fantaisies,

    Et bientôt, en dépit de toute trahison,
    Flottera l’étendard ailé des Poésies
    Sur le crâne chenu de l’inepte raison !
    de Paul Verlaine (1844-1896) .
    Merci à Mareria de nous avoir mis sur la voie : ) Haro sur les moulins à vent , il y en a beaucoup de nos jours , et qui ne sont pas tous des éoliennes , laides , mais utiles dit-on …

  42. C´est vrai Dominique , vous nous avez fait jouer au jeu  » Ça brûle … c´est froid … » plusieurs fois . Sourire . Et avec sa truffe chercheuse , Irvin doit se dire  » Si on me disait de quoi il s´agit ,
    je pourrais les aider … »
    Tandis que les deux p´tiots s´en fichent complètement : ))
    Suite funeste du malheureux Don Quijotte ( orthographe exacte je crois ) .
    -La mort de Don Quichotte- (extrait)
    … Le choeur disait la mort des heures éphémères
    Et la fin du voyage épique de Jason
    Vers l’île où resplendit l’éternelle toison,
    Et la fuite éperdue et sombre des chimères.

    Le choeur disait le mal profond, l’esprit rendu,
    Le doute moissonnant le blé blanc des pensées,
    Les flambeaux consumés, les coupes renversées
    Et le vin merveilleux dans l’herbe répandu.

    Et le cortège allait vers la nuit. – Ô mon âme,
    Don Quichotte a vécu, le poème est fini,
    Disparais dans le deuil du désir infini ;
    Au banquet de l’oubli, voici qu’on te réclame.

    Les coeurs sont clos, le ciel est sourd, les temps sont durs,
    Ô mon âme, fuyons les hommes et les choses ;
    Les doigts lents de l’épreuve ont effeuillé les roses
    Et dispersé l’espoir promis aux jours futurs.
    de Louis Duchosal ( 1862-1901 ) écrivain suisse , paralysé , c´est sans doute pourquoi ses écrits sont plutôt sombres . Vive le soleil , catapulté de derrière les nuages !

  43. Hello bonjour la petite compagnie, ici canicule avec 29°, pas de vent, pas de mer, pas de montagne pour l’air pur, non, juste les champs dorés à perte de vue et les coquelicots, ça moissonne ferme avec un seul engin avec clim et musique…..j’ai croisé un jeune renard il a fui dans les maïs, ce qu’il était beau ! c’est le concert des tondeuses, à cette heure sous la chaleur il faut être fou !
    Après le marché, l’épluchage en regardant les paysages grandioses du tour, le somptueux Tourmalet, j’en oublie la corvée des haricots verts à équeuter ! quelle barbe !
    Un peu de poésie qui pourrait être picaresque et on y trouve le vagabond cher à l’auteur :

    Jean RICHEPIN (1849-1926)

    Le chemin creux

    Le long d’un chemin creux que nul arbre n’égaie,
    Un grand champ de blé mûr, plein de soleil, s’endort,
    Et le haut du talus, couronné d’une haie,
    Est comme un ruban vert qui tient des cheveux d’or.

    De la haie au chemin tombe une pente herbeuse
    Que la taupe soulève en sommet inégaux,
    Et que les grillons noirs à la chanson verbeuse
    Font pétiller de leurs monotones échos.

    Passe un insecte bleu vibrant dans la lumière,
    Et le lézard s’éveille et file, étincelant,
    Et près des flaques d’eau qui luisent dans l’ornière
    La grenouille coasse un chant rauque en râlant.

    Ce chemin est très loin du bourg et des grand’routes.
    Comme il est mal commode, on ne s’y risque pas.
    Et du matin au soir les heures passent toutes
    Sans qu’on voie un visage ou qu’on entende un pas.

    C’est là, le front couvert par une épine blanche,
    Au murmure endormeur des champs silencieux,
    Sous cette urne de paix dont la liqueur s’épanche
    Comme un vin de soleil dans le saphir des cieux,

    C’est là que vient le gueux, en bête poursuivie,
    Parmi l’âcre senteur des herbes et des blés,
    Baigner son corps poudreux et rajeunir sa vie
    Dans le repos brûlant de ses sens accablés.

    Et quand il dort, le noir vagabond, le maroufle
    Aux souliers éculés, aux haillons dégoûtants,
    Comme une mère émue et qui retient son souffle
    La nature se tait pour qu’il dorme longtemps »

  44. comme a écrit si bien (pour une fois ) hi!hi! , notre Darie , notre gamla kvinnan inte en viss ålder, hi!hi! une belle journée sous une légère brise , ni chaude ni fraiche , un entre-deux , mi-figue mi-raisin , Darie , dans son commentaire ces variations de mot en sens opposé , voila notre Darie proche de don quichotte, on peut dire que Darie en a dans sa manche hi!hi! , hola! darie j’apporte de l’eau a ton moulin hin!hin ! , je me suis point forcé a motié mais plus moitié consentant en cette instance , sans aller en coquin a saint-thomas d’aquin adjuré des catholiques au nom du pape , je vais pas faire un prout comme proust en recherchant mon temps perdu a écrire mes mots pour une autre altération plus populaire a ton vocabulaire , ce la veut rien dire mais j’aime bien , donc Darie en pirate suèdoise en varègue quoi , qui fait son clapping sur son drakkar a la conquête d’un trésor usb enfoui au fond de la mer baltique en criant son fort Hu ! clap! Hu ! clap ! , bon Darie va vous dires il a pris un coup de chaleur l’ancien , c’est vrai je vais aller manger une tentacule de calamar de kalmar , un poêlon de calamars au pomme de terre hi! hi! , comme il fait trop chaud un verre d’eau de la rivière dalälven et des cubes de glace Jukkasjärvi ,….bon je sais je suis un peu fou mais il fait encore a cette heure 40°….donc ..Darie je taquine ..oublie pas les lois romaine et surtout cela ( au sens étymologique ) , qui revient sans hasard a la surface ..tiens sa sent la jonquille …qui sait qui frappe a ma porte avec un bouquet de jonquille , c’est point mon anniversaire , happy days, happy days me dit en souriant wordsworth ..a demain ..GO!GO!

      • Oui Dominique , sinon cela fait un poids sur l´estomac : ) Klaus avait un estomac d´autruche ,
        mais cela lui a passé . Maintenant , c´est  »en gourmet » ( prononcer gourmette : )
        Il ne mange plus tout ce qu´il trouve , il ferait presque le difficile . Mais c´est bien , car  » Quand
        l´appétit va , tout va  » , parole de feue ma grand-mère , qui a été centenaire , et qui donnait ses menus jusqu´aux derniers jours de sa vie ! Et la cuisinière devait suivre toutes les consignes .
        Un peu … casse-pied ( la grand-mère : ))

    • Ha-ha.. me voici … Un gros coup de chaleur , Klaus ? hi-hi . Un peu d´eau du puits à partager avec Juju , une paille pour chacun . Il a fait frisquet dans le jardin , c´est bien pour bricoler dans les parterres . Les feuilles de sauge et les feuilles de menthe sont géantes cette année .
      Au moins 10cms de longueur ! Le romarin noircit au bout des feuilles et le persil refuse de repousser ! Et l´origan pousse comme du chiendent . Et j´ai mangé 1/2 kg de fraises des bois
      ces jours-ci . Les fourmis n´ont pas réussi à grimper sur les tiges .
      Et au château ? La vigne va-t-elle donner un bon cru 2016 ? Je suis curieuse de voir comment cela se passe , et puis le goûter aussi . Un jour , je vais rôder au Systembolaget pour demander si La Légion les a livré . Taquinerie . Je sais que l´eau du puits ne suffit pas , il faut de l´eau-de-vigne aussi , et pas pour Juju ! Bonne soirée , et bon repos . ( Faut reposer les genoux )

  45. « Pendant la canicule, nombre de personnes s’écrient: «c’est effrayant, il y a 35° à l’ombre…mais qui les oblige à rester à l’ombre ? Pierre DAC. »… qu’on se le dise, le mieux c’est de rester au soleil. Demain ce sera pire, Total Canicule, rien à voir avec Total Recall, mais il y a le match du siècle ! ……. deux kg de nectarines, deux kg de pêches, un kg d’abricots, oui tout cela à mûrir à la fenêtre, des boules de pétanque, du vrai béton, désolant ! on n’est pas prêt de manger un fruit ! ils font murir les fruits dans une chambre froide ? j’ai jeté un œil sur mon mirabellier, l’unique prune va bien……. j’ai trouvé la cachette du hérisson, juste derrière un gros massif de laurier et il s’est fait une maison géante avec un amas de feuilles mortes du marronnier, j’ai bien fait de ne pas ratisser dessous … l’autre marronnier pleure toujours de la sève, encore 5 jours mais ensuite je ne sais pas, c’est l’inconnu…. quoi, plus de cent ans pour mourir sous mon règne ? j’ai transformé la maison en un guatanamo de la tapette, oui, je suis envahie par toutes sortes de volants, et pas des petits, le soir à la fraîche c’est la course avec la tapette à mouches qui abat aussi tout ce qui vole, dans la mesure où l’on sait calculer la force du coup de main. Je ne vous redirai pas que je déteste la chaleur et que je n’aime pas l’été mais chut, certains pourraient y prendre ombrage ou alors faire semblant d’être durs de la feuille ! j’entends « il fait beau enfin » ou alors « le moral remonte, il y a du soleil », hop, je fais table rase et je sais que dès lundi, nous redescendons à 20°, la voilà la bonne nouvelle.
    Le maire travaille à notre (futur) bassin pour retenir les eaux pluviales mais ce sera pour la postérité et en attendant, nous verrons d’autres orages….tout de même, il propose de la main d’oeuvre pour aider les sinistrés au nettoyage c’est déjà sympa. Bonne fin de soirée à tous

    • Monique , vous allez salir vos papiers peints et vos rideaux en écrasant toutes ces bestioles !
      J´attrape tous ces animaux dans un chiffon , et hop , bon retour dans les buissons .
      Je ris aussi comme Dominique , j´ai eu peur pour vos mains sans gants , qui s´apprêtaient à ramasser les feuilles du hérisson . Vous mettez des gants cette année , j´espère ?…
      Bonne soirée , à tous .

      • Darie, maintenant je mets des gants pour jardiner, à la main gauche seulement puisque je suis droitière ! rire ! les mites attaquent et ce qu’il faut savoir c’est qu’une mite écrasée fait comme de la cendre grise, difficile à nettoyer ! Donc il faut choisir l’emplacement qui ne craint rien pour écraser cette bestiole blanche et trompeuse, et le plus difficile, c’est de la faire voler jusqu’au carrelage de la salle de bain ou de la cuisine (la baignoire, elle n’y va pas !). La mite n’en fait qu’à ses ailes et ses aises, surtout pensez bien à fermer les portes de vos armoires même bourrées de naphtaline ! et puis il y a toujours joséphine, l’abeille charpentière, je vois de la sciure de ci de là ! tout à l’heure, j’ai suivi l’ami (c’est le hérisson) il va droit aux fraises, il n’a pas de panier mais le matin, il n’y en a plus une… heureusement, cette année elles sont petites et dégénérées à cause des intempéries du printemps, ce n’est pas demain que je vais faire une charlotte ! bonne fin de soirée.

      • Incroyable hasard , Darie. J’ai regardé une autre des émissions sur la Grèce en replay. Etape à Naupacte ex-Lépante: la ville a érigé une statue de Cervantès pour rappeler sa participation à la bataille!
        Bonne nuit tous. Calmos les mouches picardes. …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s