Nul n’ est Excellence …

…en son pays.
En effet, si « un ambassadeur a droit au prédicat (qualification) d’Excellence (Son Excellence étant abrégé en S.E.),  en revanche, les ambassadeurs français n’ont en principe pas droit au prédicat d’Excellence dans leur pays d’origine, ni de la part des citoyens français, où qu’ils se trouvent, qui leur donnent simplement du Monsieur l’Ambassadeur. »

Ambassadeur est le mot du jour. 

Un chef d’ œuvre de belle taille, illustre le mot du jour,
« les ambassadeurs » d’ Holbein, de 1533, exposé à la National Gallery à Londres.
Il s’ agit d’ une peinture à clés, politique, religieuse par la présence d’ objets qui sont autant de symboles, et c’ est aussi une vanité par la présence d’ une anamorphose au bas du tableau, déchiffrable quand le visiteur se déplace et découvre alors la présence d’ un crâne expressif qui nous rappelle l’ ultime, le néant.

image

image

image

image

Publicités

94 réflexions sur “Nul n’ est Excellence …

  1. Un bonjour de soleil et de gelée blanche, merci à Dominique pour cette page, j’admire les peintures, les détails et symboles, ce que les personnages étaient austères…. et comme à l’ordinaire je suis mal à l’aise quand je vois un crâne, le néant, car c’est là qu’on se ressemble tous, pauvre tête sans mémoire et sans âme…. je n’aime pas les crânes !! …..alors voici un petit extrait d’un long poème d’une poétesse que nous avions évoquée dans d’autres lieux, c’est Anaïs Ségalas (1811-1895) elle eut une vie passionnante pour qui s’intéresse encore à cette époque révolue mais comme en ce temps-là, on disait les choses joliment, même les plus sérieuses ! Ici c’est un poème pour enfant, et il y a le mot du jour, les oiseaux sont les ambassadeurs :

    Les fées

    L’enfant dormait ; déjà, sous ses rideaux de soie,
    Gazouillaient doucement ces rêves pleins de joie,
    Qui font des contes d’or à nos petits amis,
    Qui voltigent légers sur leurs têtes vermeilles,
    Et, gais oiseaux des nuits, vont chanter aux oreilles
            Des enfants endormis.

    Tout à coup flamboya, devant l’alcôve noire
    Un palais d’escarboucle, aux fines tours d’ivoire,
    Comme Armide ou Merlin en bâtissaient jadis ;
    Un de ces beaux palais qui ne sont que mensonge,
    Mais dont l’enfant qui dort, le poète qui songe,
            Ont les clefs de rubis.

    Puis ce fut un jardin plein d’enfants, plein de rondes,
    D’oiseaux, ambassadeurs qui venaient des deux mondes :
    L’Asie envoyait là son bengali chéri,
    Un frais sénégali représentait l’Afrique,
    Un rossignol, l’Europe, et l’écrin d’Amérique
            Donnait un colibri……..

    on peut le lire en entier sur :

    http://www.biblisem.net/narratio/segalfee.htm

    • Bonjour chère Monique, pour moi ce n’ est qu’ une pièce d’ anatomie et Shakespeare a eu le génie de faire parler Hamlet au crâne de Iago dans la fameuse scène du cimetière, être ou ne pas être, dormir…
      Messager, ambassadeur, ou bien poète, nous portons la parole.

  2. Bonjour tous; pluie battante..
    Merci Dominique pour ce choix, et votre excellente (…) synthèse, préambule nécessaire pour découvrir toutes les significations du tableau; ces ambassadeurs, qui oeuvraient pour le mariage d’Henri VIII avec Anne Boleyn,, n’ont pu empêcher le schisme de l’Église anglicane avec Rome..
    La page Wk, et d’autres décortiquent tous les aspects du tableau; cette vidéo, un pei didactique fait bien découvrir l’anamorphose par un mouvement de caméra:

    • Merci Mareria , pour la video . Je vais « étudier » les neuf autres tableaux proposés .
      C´est très intéressant . J´aime beaucoup les anciennes mappemondes : )
      La Norvège et les côtes sont dessinées . La Scanie aussi , car elle est au Sud . Mais le reste de Svea ( ancien nom de la Suède ) , des forêts hostiles , des lacs , peu de routes défrichées ,
      n´est pas dessiné , car pas encore exploré à l´époque .

    • Bonjour mareria, cette œuvre d’ une exécution exceptionnellement aboutie est en soi une page d’ histoire, une chronique, un témoignage pour les siècles à venir.
      Merci pour ce lien.
      Les explications, non pas de texte, quoique, mais de la peinture sont passionnantes, une leçon d’ histoire en une image, mais pas pour enfant sage, il y est question de guerre et de paix, d’ influence, d’ invasion,
      d’ alliance et coup de pied… du peintre, qui nous dit en cette anamorphose que ces combats et fureurs sont vains, la terre les attend tous , riches ambassadeurs aussi, malgré leurs plans brillants, leurs étoffes si confortables et chaudes, leurs outils de mesure sophistiqués et leur extraordinaire vêture de fourrure.
      Cette œuvre m’ a semblé à différents égards être parfaite pour l’ actualité que nous observons tout en cultivant notre jardin.

  3. Bonjour sous un soleil lumineux , et avec la réverbération sur la neige , c´est éblouissant .
    Le JT d´A2 ( c´est celui que nous avons le soir ) parlait des énormes chutes de neige dans la
    région de Stockholm , mais nous avons eu le double ! C´est pas grave , nous ne sommes pas susceptibles dans not´ ville . On déblaye et on n´en parle plus . Ils ont là-bas le « syndrome du
    parisien et du reste du monde » . C´est le nouveau ( syndrome ) hi-hi .
    Qui dit ambassadeurs dit ambassade ( idée originale Dominique , hellÔ )
    Et près de chez nous, il y a une belle grande maison , avec deux colonnes sur le perron , et une allée giratoire , comme pour amener des invités en permanence devant les escaliers .
    Vous visualisez La Maison ? Eh bien , le quartier l´a surnommée  » l´ambassade de France » !
    TV5 monde nous a présentés une série d´ambassades à Paris . Je me souviens surtout de celle
    d´Allemagne ( ancien hôtel de Joséphine de Beauharnais ) , de Serbie et du Portugal .
    C´était très intéressant et magnifique … A visiter lors les Journées du Patrimoine .
    Bonne journée . Klaus a fait le pont , un long pont comme on aime en France (hi-hi : ))
    Il va revenir lézarder au soleil ( taquinerie dès qu´il revient : )

  4. Hier, Monique a aussi écrite le 200ème post sur la page!
    Petit détour par Vienne, pour être l’ambassadrice de Lorca, un des poètes préférés de L Cohen; c’est en effet un poème de Lorca, l’un des derniers du recueil « Poeta en Nueva York » ( 1929-1930), « . Pequeño vals Vienés », « Petite valse viennoise », qu’il transpose, assez librement, dans « Take This Waltz »; je le trouve superbe; on peut le lire ( et l’écouter chanté) sur https://jepleuresansraison.com/2014/12/10/silvia-perez-cruz-raul-fernandez-miro-pequeno-vals-vienes/
    Deux courts extraits:
    « À Vienne il y a dix jeunes filles,
    une épaule où sanglote la mort
    et un bois de colombes empaillées,
    Il y a un fragment de matin
    au musée du givre.
    Il y a un un salon à mille fenêtres.
    Ay, ay, ay, ay !
    Prends cette valse la bouche fermée.(…)

    À Vienne, je danserai avec toi
    dans un déguisement qui aura
    une tête de fleuve.
    Vois mes rives de jacinthes !(…)

  5. Je n´aime pas beaucoup les crânes non plus … Mais il est indéniable que , sur ce tableau ,
    si on ne veut pas le voir , on ne le voit pas . Avant de lire le texte de Dominique , en regardant le tableau , je croyais que c´était du bois flotté : )
    Les joailliers font des « vanités » avec des diamants , de l´or fin , des pierres précieuses ….
    Mais quel amoureux transi va donc offrir de tels bijoux à sa fiancée ??!
    Des djeunes qui se disent « gothiques » sans doute … Avec un topu sur l´épaule .

    • J´ai vu dans la rue une fille « gothique » , toute de noir vêtue et maquillée , qui avait un petit
      topu blanc sur l´épaule . Elle avait du succès , tout le monde les regardait ( fille et ratu )

  6. On parle aussi d’un os de seiche…Je suis bien contente qu’il fasse ce temps de cane, qui va donner le temps d’explorer et de trouver tous les détails cachés, comme les âges des ambassadeurs.

    • Mareria, ce tableau est comme un coffre à trésor, on soulève le couvercle, on est ébloui, on y plonge les mains et on est instruit…and all that !
      Un format pictural incroyablement talentueux qui est une expression de reader’ s Digest des télégrammes diplomatiques de ce temps, dont
      l’ artiste est le témoin, si agité et mouvant.

    • Hello Mareria, ce lien est formidable, on apprend tout, on comprend tout, on voit tout, bref…. et le texte est très instructif, voilà un beau blog, je ne sais pas qui, mais c’est très fouillé. Les personnages me paraissent petits, j’évalue leur taille à moins de 1,70m..

    • Mes amis, c’ est de saison, je me mets en mode téléfilms de Noël.
      Je vous explique, à partir de la mi- novembre, je regarde tous les téléfilms sur Noël, les plus nuls, niais, fins de série et grandes séries.
      Tout y passera, pour mon plaisir !
      Do not disturb, je commence aujourd’ hui.

  7. Pour Darie qui n’aime pas les crânes, on va s’aider mutuellement , voici venir Baudelaire :

    L’Amour est assis sur le crâne
    De l’Humanité,
    Et sur ce trône le profane,
    Au rire effronté,
    Souffle gaiement des bulles rondes
    Qui montent dans l’air,
    Comme pour rejoindre les mondes
    Au fond de l’éther.
    Le globe lumineux et frêle
    Prend un grand essor,
    Grève et crache son âme grêle
    Comme un songe d’or.
    J’entends le crâne à chaque bulle
    Prier et gémir:
    – « Ce jeu féroce et ridicule,
    Quand doit-il finir?
    Car ce que ta bouche cruelle
    Éparpille en l’air,
    Monstre assassin, c’est ma cervelle,
    Mon sang et ma chair ».

      • Hello Darie, apparemment je ne vois pas mes commentaires ou bien ils ne partent pas !!!!! chez ma tante, je ne connais pas mais il parait qu’il y a de chouettes bijoux anciens..à quoi bon, les diamants sont éternels mais pas nous…moi je suis bluffée quand je vois la science capable de reconstituer un visage d’après un crâne.

      • Mais si Monique , je parlais du Mont-de-Piété ,  » Ma tante » pour le duc de Joinville toujours à court d´argent . C´était vous qui m´avez appris cela , alors je disais « votre tante » .
        Lors d´une émission , qui se passait au Musée de l´Homme , on a vu toute une collection de crânes célèbres et de moulages. J´ai lu un curieux livre , Le dernier crâne du marquis de Sade ».
        Il parait qu´il y aurait une malédiction à posséder ce crâne … Je ne veux pas de cela dans ma maison . La malédiction , s´il y en a une , ne tombera pas sur moi : ))

  8. Je viens de regarder trois jeunes entrepreneurs qui font des papiers peints à la main . Tout
    est fait à la main . La pinceautière peint les motifs au pinceau ! Voilà les ambassadeurs du bon goût et du savoir-faire français .
    J´ai vu dans les luthiers ( une luthière exactement ) dans une émission précédente , et aussi une cordonnière ( cordonnier au féminin ) , faisant des chaussures à la main ! du sur mesure .
    Les artisans , dont l´étymologie est « l´art au service d´autrui  » . Magnifique !
    -Le luthier-
    Il est un artisan dont c’est le beau métier
    De donner à l’artiste dont l’art est un partage
    Un instrument de bois qui s’accorde à son jeu
    Et partout l’accompagne son tout et sa moitié

    Altos violons et violoncelles contrebasse Archiluth
    Possèdent un manche en bois long comme un col de cygne
    De même que la fumée s’enroule en volutes
    Il s’enroule comme une fleur qui penche sur sa tige

    Du travail du luthier va naître l’instrument
    A qui le musicien confèrera une âme
    En prenant le violon entre ses doigts virtuoses
    Les notes de musique danseront comme des flammes
    Comme un regard vivant nous charme et nous hypnose

    Il donne à l’instrument ses formes féminines
    Un ventre rebondit des hanches une poitrine
    Comme souvent chez les femmes le ventre avance un peu
    Il creuse la table en bois pour lui donner son galbe
    Ce ventre qu’elle défend trésor inestimable
    Est comme un nid douillet et enferme des œufs

    La table est de bois tendre toute en épicéa
    Elle donne à l’instrument sa belle sonorité
    L’entourage en érable ou bien de palissandre
    Combine avec bonheur force et légèreté
    L’instrument achevé prend la couleur du sang
    Celle d’un soulier verni ou encore celle du sable
    de Alain Hannecart .

  9. Monique, vous faites très fort….
    Avec cette page, Dominique peut regarder tranquillou les séries de Noël, car c’est une mine de « sujets »: cadrans solaires, sphères célestes, terrestres, instruments de musique du XVIème dont ce luth, mosaïques italiennes, tapis de l’époque, Ordre de Saint-Michel, Copernic, Luther etc etc
    Sans compter ambassadeurs et ambassades: on peut tenir jusqu’à Noël!
    Etre invité dans une ambassade française à l’étranger procure toujours une certaine « fierté »…
    Théophile Gautier, invité à l’ambassade anglaise, évoque les mondanités qui l’attendent avec quelques expressions bien senties:
     » La bonne soirée
    « Quel temps de chien ! — il pleut, il neige ;
    Les cochers, transis sur leur siège,
    Ont le nez bleu.
    Par ce vilain soir de décembre,
    Qu’il ferait bon garder la chambre,
    Devant son feu !

    À l’angle de la cheminée
    La chauffeuse capitonnée
    Vous tend les bras
    Et semble avec une caresse
    Vous dire comme une maîtresse,
    « Tu resteras ! »

    Un papier rose à découpures,
    Comme un sein blanc sous des guipures
    Voile à demi
    Le globe laiteux de la lampe
    Dont le reflet au plafond rampe,
    Tout endormi.

    On n’entend rien dans le silence
    Que le pendule qui balance
    Son disque d’or,
    Et que le vent qui pleure et rôde,
    Parcourant, pour entrer en fraude,
    Le corridor.

    C’est bal à l’ambassade anglaise ;
    Mon habit noir est sur la chaise,
    Les bras ballants ;
    Mon gilet bâille et ma chemise
    Semble dresser, pour être mise,
    Ses poignets blancs.

    Les brodequins à pointe étroite
    Montrent leur vernis qui miroite,
    Au feu placés ;
    À côté des minces cravates
    S’allongent comme des mains plates
    Les gants glacés.

    Il faut sortir ! — quelle corvée !
    Prendre la file à l’arrivée
    Et suivre au pas
    Les coupés des beautés altières
    Portant blasons sur leurs portières
    Et leurs appas.

    Rester debout contre une porte
    À voir se ruer la cohorte
    Des invités ;
    Les vieux museaux, les frais visages,
    Les fracs en cœur et les corsages
    Décolletés ;

    Les dos où fleurit la pustule,
    Couvrant leur peau rouge d’un tulle
    Aérien ;
    Les dandys et les diplomates,
    Sur leurs faces à teintes mates,
    Ne montrant rien.

    Et ne pouvoir franchir la haie
    Des douairières aux yeux d’orfraie
    Ou de vautour,
    Pour aller dire à son oreille
    Petite, nacrée et vermeille,
    Un mot d’amour !

    Je n’irai pas ! — et ferai mettre
    Dans son bouquet un bout de lettre,
    À l’Opéra.
    Par les violettes de Parme,
    La mauvaise humeur se désarme,
    Elle viendra !

    J’ai là l’Intermezzo de Heine,
    Le Thomas Grain-d’Orge de Taine,
    Les deux Goncourt,
    Le temps, jusqu’à l’heure où s’achève
    Sur l’oreiller l’idée en rêve,
    Me sera court. »

    • Mareria , je suis allée ( toute l´équipe MSF) à une petite réception à l´ambassade de France à
      Bangkok , et c´était magnifique . Nous étions tous dans nos petits souliers , et je n´ai pas assez
      regardé en détail les meubles et tout le décorum . Mais je me souviens d´un salon fastueux.
      On nous a servis des petits fours et des jus de fruits … Pas de Ferrero rochers je crois ….
      Ils ont été inventés plus tard … : )

      • Je me rappelle les invitations du 14 juillet à Dakar: ambassade et parc dominant la mer…
        Jean-Christophe Rufin, qui a occupé les lieux, a écrit quelques belles pages à son sujet.

    • Amusant , Mareria , ces deux-trois vers : )
      « Par les violettes de Parme,
      La mauvaise humeur se désarme,
      Elle viendra !  »
      Les violettes en bonbons sont un régal ( j´en ai mangées une seule fois ) .

      • Oui, Darie, c’est succulent ( c’était)..Et on ne trouve plus non plus les bouquets de violettes si faciles à acheter autrefois: quelle patience il fallait pour les composer!

      • Mararia , mon grand-père maternel offrait à ma grand-mère un bouquet de violettes à leur anniversaire de mariage . L´ainée de la famille avait pris le relais au dc de mon grand-père .
        J´étais un peu jeune , et ne les avais jamais vues, mais il parait que cela sentait très bon .
        Les violettes ( sauvages ?) dans mon jardin n´ont absolument aucune odeur !
        Rien ! Nada ! Nothing ! Ingenting. De plus, on les voit à peine. Je vais les remplacer, je crois : ))
        Merci pour le palais Farnèse , que je connais grâce aux reportages … J´y cours …

  10. Darie, Mareria, tout à l’heure j’ai fait un commentaire spontané qui n’avait pas d’autre but que de vous plonger dans l’hilarité… manque de bol, il a été avalé j’ai des problèmes avec la roulette (russe) de la souris. Bref, dépitée, comme assommée d’avoir ri toute seule, j’ai tenté alors le 2e commentaire, qui se voulait un jumeau disons un peut attardé.. j’ai donc repris les deux ou trois phrases prétendument hilarantes et là encore, pas de bol, avalé…. alors, d’après vous, comment pourrais-je recommencer une 3e version qui deviendrait d’un triste à périr ? pourtant je vous parlais d’Holbein, pour une fois que j’ai quelque chose à dire se rapportant au sujet ? ah ! ah ! je me demande si Alzy ne m’a pas visitée ! vous pensez bien que je vais saisir celui-là, mais vous me direz qu’il n’a rien de drôle, qu’il; sent l’édulcoration, je n’ose plus ouvrir deux fenêtres à la fois car l’ordi prend les courants d’air… chiche ? je recommence bien qu’on m’ait toujours dit que point trop n’en faut sinon c’est de l’entêtement !

  11. …le voilà qui apparaît, suspense ! cette fois-ci ça marche… alors voici le 3e volet d’une saga déco mais authentique, les faits sont réels ainsi que les personnages mais évidemment, je n’ai pas les costumes… bref, soyez cléments, la rigolade n’est pas assurée !
    Je disais donc tout à l’heure que je connaissais les Holbein, un jour je découpe dans une revue de peinture, « La famille » peinte par Holbein le Vieux, et « Le martyr de St-Sébastien » par Holbein le jeune… je vais donc dans le grenier, j’arrache deux inconnus à leurs cadres dorés, ils stagnaient dans deux cm de poussière, pour y mettre les deux (petites) gravures… tout était dans le cadre évidemment. J’accroche le tout avec un crochet X et voilà ma salle à manger avec un petit air renaissance ! Il faut préciser que mes doubles rideaux étaient en velours, à rayures vert, rouge séparées d’un liséré doré (vous savez ces tentures comme au Louvre quand on s’attend à ce que des sbires avec des poignards jaillissent de derrière les rideaux) et que la cantonnière crénelée ressemblait à celle de la tour de garde d’un chateau fort ou bien d’un pont levis. Les enfants sont arrivées, le père aussi et là le concert « mais qu’est-ce que c’est que cette horreur, c’est d’une tristesse à pleurer ! » je leur avais déjà donné des sueurs froides le jour où je suis tombée sous le charme d’un siège style élisabéthain, une banquette tout en bois sculpté, le chef me dit « mais c’est un siège à se faire des bleus au fessier et à user l’Arnica de l’armoire à pharmacie »…il était bien trop cher pour ma bourse j’ai donc abandonné. Bref, j’ai donc décroché les deux martyrs, car les visages de la famille en étaient un ! voilà comment ils ont traité mon Holbein….. depuis, je suis revenue à un style tout à fait ordinaire, seules les mouches se planquent dans les doubles rideaux. Bonne fin de soirée à tous.

  12. Darie, j’ai planté de vraies violettes qui m’avaient été offertes en pot, elles se sont multipliées au point de former un parterre et elles sentent bon, il suffit de quelques pieds et puis c’est d’un effet très joli, les violettes…. les sauvages sont décoratives mais envahissantes, là j’arrache.

  13. J´ai regardé moult liens sur l´Italie , quel régal . Puis des débats orageux aussi , mais je suis
    arrivée à saturation . Je ne plus rien entendre avant plusieurs jours ou même semaines . Monique , je vais faire un bon triage au printemps prochain . Les chevreuils évitent les rosiers , à`cause des épines . Ces bêtes sont insupportables , et goûtent à tout .
    Mareria , vous devez avoir de bons souvenirs ( Dakar) . Des soirées à l´ambassade , cela a
    un côté glamour qui doivent rester en mémoire . Jolies robes , musique , les jardins avec les parfums des fleurs qui exhalent leurs parfums la nuit ( jasmin par exemple ) .
    Je ne connais que « La salamandre » de J-Ch Rufin , qui était pas mal, il me souvient , qui se passe au Brésil . Bonne soirée tout le monde .
    J´ai les oreilles qui bourdonnent avec ces écouteurs au casque : (

  14. Bonjour , encore un peu frais , mais dans deux jours , ce sera le déluge . Le faisan mâle passe rarement , et en ce moment , c´est la faisanne qui picore les graines tombées au sol .
    Nous les nourrirons tout l´hiver , et au printemps , ce sera dans l´ordre des choses de la vie , une joyeuse couvée fera son apparition . Gare à toi , gatu !
    Monique , votre triste ( pas si triste quand on imagine les réactions familiales , puis votre mine déconfite : )) m´a rappelée le coup pendable que m´a fait fils1 , vers 5-6 ans ! Je lui avais mis quatre belles petites gravures , de quatre fleurs différentes , encadrées, sur son mur de chambre. Et un jour , j´ai vu avec stupéfaction ( le mot est faible) , que deux gravures avaient disparues , et étaient remplacées par deux images de coca-cola !!!
    Pas moyen de retrouver ces gravures , j´ai fouillé, j´ai demandé , presque menacé , mais je n´ai jamais revu mes deux gravures . Mon fiston , beau comme un ange avec ses bouclettes , ses immenses yeux bleus et son sourire d´ange , je l´aurais … tapé !
    Elles avaient de la valeur en plus !! Elles sont parties à la poubelle , c´est certain .
    Conclusion : il faut se méfier des autres quand on impose ses goûts … Rire jaune : )
    C´est pénible d´ailleurs , car quand je regarde les deux restantes ( sur Mon mur ) , je me souviens immanquablement des deux absentes …
    Bonne journée . Klaus s´apprête à décoller , il va nous parler de … la pluie et du beau temps : )) Taquinerie pile pour l´arrivée , hi-hi …

  15. Comment dire, gris, doux, humide et tristounet, voilà pour la couleur du matin…. je comprends la déception de Darie mais le fils préférait l’image de son coca cola, après tout c’était son décor alors il a voulu « meubler » comme il l’entendait…je me souviens avoir laissé une libre décoration à mes deux filles, l’aînée avait des goûts très spéciaux, rien que des pierrots souvent tristes, linge de lit, de toilette, sac à dos, pochettes, petits tableaux, que des pierrots plus ou moins la larme à l’œil, le plus joli était celui avec un croissant de lune sur fond d’étoiles, je me souviens m’être vraiment inquiétée et puis soudainement, tout est parti comme un rêve ! j’ai même eu un chien qui détestait le papier au dessus de sa corbeille, à chaque fois il léchait et grattait le papier, on a refait plusieurs fois et il a recommencé alors on abandonné !

  16. Bonjour Vos Ecellences! Darie, votre ptit gars affirmait ses goûts,, et je l’approuve, mais sa méthode a été un peu expéditive.
    J’ai à affronter dans la cuisine des mouches sicaires, que je zigouille sans état d’âme et sans difficulté: qu’elles respectent les saisons!
    Une chanson de Georges Moustaki:
    « L’ambassadeur
    Je suis l’ambassadeur du temps et de l’espace
    Mon pays c’est un peu toute la galaxie
    Je ne suis pas d’ailleurs je ne suis pas d’ici
    Je suis contemporain de chaque instant qui passe
    Je viens de l’infini et de l’intemporel
    Je hante les bas-fonds et fréquente les cours
    Mes lettres de créance sont des mots d’amour
    Dans toutes les langues de la Tour de Babel

    J’ai les clefs du futur et de la nostalgie
    Ma carte de visite est une mappemonde
    Exilé de partout mes chemins vagabondent
    À travers tous les signes de l’astrologie

    Demain lorsque le vent effacera mes traces
    Demain lorsque l’hiver étouffera ma voix
    Demain lorsque la mort aura raison de moi
    Lorsque viendra le temps de rejoindre l’espace
    Le ciel d’Alexandrie sera mon dernier toit

    Lorsque viendra le temps de rejoindre l’espace
    Le ciel d’Alexandrie sera mon dernier toit. »

  17. bonjour a toutes ….
    un froid de goéland argenté brillant dans le ciel gris portant sur son sac de voyage le tampon d’heiligendahen , un cousin touriste emplumé d’allemagne venus parler du bec , menfin c’est fin de venir ou sa caille pas chaud , pourtant je n’aperçois point du bord de l’eau salée , la-bas au loin de l’horizon , le pointu chapeau pointu , le pic du lizieux , ce beau sommet qui brille a l’est du massif du meygal, le testavoyre , qui se trouve entre le puy-en-velay a parler avec les ponots, et finir potos , et saint-etienne et chnater ensemble a la tienne étienne , a boire un calva de lisieux avec un ou deux normands lexoviens du calvados ,mafois de bretagne me voila en normandie , les vaches rousses, blanches et noires sur lesquelles tombe la pluie , car elles n’ont pas de parapluie , je divague cela doit venir de la cause du froid qui affaiblit mon esprit si fragile , vite le 112 , un mes deux seins a mon secours , sur cette île sainte , qui répond au prénom de thérèse , docteur d’une église , qui voudrais donner de la lumière a mon âme disparue , mafois voire arriver un débarquement sur la côte sud , trente six docteurs de l’église , dont quatre femmes en bikini rikiki , voila sainte thérèse d’avila en pancho crème , sainte catherine de sienne avec les seins , sainte thérèse de bingen coiffée d’un bigouden, et la sainte thérèse de lisieux et ces beaux zieux , mafois ces docs et leurs petites voies qui veulent me faire aimer le bon dieu , non de dieu d’une pipe en nacre , plus jolie quand bois hein! , mafois vla la thérèse de lisieux vers moi , elle me fixe des zieux et me dit d’une voix douce , ces mots a l’encontre de moi le parvenu , je sens mon enfant que ma mission , va commencer , de te faire aimer le bon dieu , comme je l’aime , de te donner ma petite voie pour ton âme, je veux te passer mon ciel , et faire du bien sur cette terre , mafois elle me dit a moi ces derniers mots , pourquoi pas me dire , ce qui offense jésus , ce qui blesse au coeur , c’est par manque de confiance , hola! la thérèse , je suis pas bretonne , non plus conne , j’ai pas besoins d’avoir un doctorat pour guerrir, mon chemin n’est pas un sanctuaire mais plus un cimetière , mes dames je parle de cela , l’épouse de mon camarade qui est chrétrienne , m’a fait cadeau d’un ouvrage de la sainte thérèse de lisieux pour que je trouve une âme au fond du jardin ou derrière une dune fait par le vent , elle est bretonne pas mon camarade , elle a héritée de cette maison comme une religion , pas moi , je suis non croyant mais curieux , je vais lire ce gros livre de doctrine entre deux cantines , pour mourir un jour sous une lune triste , un moins con …..bises …a demain ……si j’ai pas les doigts amputer, par un oiseau mort de faim et de froid ……bises a toutes ….GO!GO!

    Nul n’ est Excellence …?????….qui sait un vieux non croyant ……encore verdoyant ????

  18. Ecraser une mouche ??! horreur …. Sur la nappe ? sur les murs ? sur les rideaux ??!
    Un bon truc , qui marche au premier , deuxième ou troisième coup . Mais pas plus , ou alors ,
    passez la main . Il faut prendre un chiffon et attraper rapidement l´objet volant identifié .
    Toujours sur une vitre ( peu d´échappatoire possible ) . Et on secoue le chiffon dehors , pour
    le plaisir des insectivores qui n´en feront qu´une bouchée ( pas plus : ))
    Aujourd´hui , Fête des Pères suédois . Grande fille 2 a amené un immense plat de lasagnes !
    Cadeau original : ) J´espère qu´elle viendra près son travail . Surtout que je prévois un gâteau au chocolat avec une boule de glace aux cookies ( inédite ) .

    • Darie, moi je suis équipée d’ un Irviiiiin qui est un extraordinaire gobeur de mouches et il fait plaisir à voir parce qu’ il semble
      s’ en régaler.
      Plus fort que les maîtres King Fu qui les attrapent avec des baguettes, au vol, lui c’ est à la gueule sans instrument !

    • Coucou Darie, comment ? la fête des pères au mois de novembre,, ça alors mais y-a-t-il une raison car ce n’est pas proche de la fête des mères ? les lasagnes j’adore ! c’est un plat complet ! bonne fête à tous, miam, miam !

      • J´ai mis du temps à m´en souvenir Monique . J´oubliais toujours la date , et c´était souvent grâce à quelques papiers publicitaires , que je m´en souvenais ( pour prévoir le gâteau ) .
        J´écoute le chanteur lyrique Philippe Jaroussky , que j´aime beaucoup . Les artistes sont des
        « ambassadeurs » en quelque sorte . De leur art et de leur pays aussi .
        L´origine de son nom est amusante ; son grand-père fuyant la Révolution russe a dit :
         » Ja , russky  » qui signifie : « moi , russe  » . Cela a donné Jarroussky . On ne connait pas
        le nom d´origine , c´est dommage .

        « Farinelli » , mon film préféré ( avec Stefano Dionisi ) que j´ai eu la chance de voir en Suède ,
        en baratinant le ciné-club privé . Je l´ai eu à l´usure au bout d´une demie heure , en suppliant ,
        en disant que je n´allais plus jamais en France : )

  19. Hello, pour les mouches, vous avez aussi ce merveilleux ruban collant que l’on pend au lustre, ah, quel bonheur quand on voit la mouche hésiter, d’abord elle se pose en bas sur la partie cartonnée, puis ensuite elle se lance, alléchée par ce qu’elle prend pour du miel et hop, la voilà collée, elle tente de se débattre, elle gigote des pattes (des pattes de mouches !!) puis elle doit se résigner … dans le fond c’est une vraie cruauté, il vaut mieux un bon coup de tapette, c’est plus rapide… mais une mouche souffre-t-elle ? il n’y a pas d’études sur la mouche ? je pars à la raclette de midi, le plat qui sent mauvais par excellence et qui fait grossir de un kg le lendemain.

    • Monique, avez-vous lu « Sa Majesté des Mouches » de William Golding ?
      Pour en revenir aux méthodes assassines, je serais plutôt « bretelle et ceinture » ie papier collant qui fait très festif avec ce joli petit mouvement tournant et tapette VLAN
      ET si vraiment vous ne vous en sortez pas, toutes, je prête gracieusement Irviiin qui sera ravi de déguster des extras.

      • Dominique je n’ai pas lu ce livre, mais j’ai vu le film La Mouche en faisant un effort et tout ce qui porte le nom de « mouche » est banni…… encore que j’ai lu « Les fourmis » de Werber et pourtant je les déteste. Je récapitule, mouches, guêpes et fourmis, l’erreur de ce pauvre Noê qui a voulu sauver toutes les espèces ! le papier collant a un défaut majeur, si on se prend les cheveux dedans c’est la tonte assurée. Irviin gobeur de mouches, c’est intéressant mais il en gobe combien à l’heure ?

  20. C´est grâce aux cours de « cuisine et santé » que les enfants savent se débrouiller devant les fourneaux . Il y eût même des TP à la maison , rangement et vaisselle compris . Et trois fois par enfant , menus différents . Les parents étaient d´ailleurs priés de noter le repas : )
    Bien entendu , mes commentaires étaient sympas , et je recommandais de ranger et de bien faire la vaisselle utilisée , pour que je puisse bien noter . Chantage bienveillant …
    Donc , ces lasagnes ont eu tous nos suffrages , et pas truqués , je vous le garantis : )
    Ba-ta-clan est un petit opéra d´Offenbach , mais je pense que je ne vous apprends rien .
    Vous savez tout : ) Alors un court extrait de Ba-ta-clan :

    • Heureusement que vous êtes tous là pour m’ apprendre tant et avec tellement de gentillesse et d’ humour !
      Vive les échanges de savoir, le troc des connaissances.
      Quant aux lasagnes, c’ est vachement bon !

    • Darie, encore un commentaire avalé en cours ! cette musique a été reprise dans un film dont j’ai oublié le nom, elle est très connue ! j’ai fait un commentaire dans le journal (ne sais si ça passera) mais j’ai connu le Bataclan quand il n’était qu’un minable petit cinéma de quartier…. nous y allions souvent et j’ai vu pour la première fois le film culte tiré d’un roman de J. Steinbeck « Les raisins de la colère » avec Henry Fonda, un petit chef d’oeuvre. On doit pouvoir le regarder gratuitement sur ytbe.

    • Mareria, je ne connais pas cet opéra mais la mélodie est très connue et je cherche désespérément dans quel film connu lui aussi, on peut l’entendre ???? c’est léger comme le film mais voilà ……….

  21. Darie, j’ai vu deux fois « Farinelli » un film à la fois fastueux et sordide….hélas cette voix divine est une voix synthétique ! comme je l’ai déjà dit (je me répète et c’est vilain !!) j’aime les voix de haute contre, celle des castrats, des voix que nous ne connaîtrons jamais. Je me souviens de Klaus Nomi, de Thierry Mutin, je crois que le livre de Dominique Fernandez « Porporino ou les mystères de Naples » paru chez Grasset en 1974, vous plairait…les castrats étaient choisis ou vendus tout enfant.

  22. Je suis tombée sur cet opéra d´Offenbach complètement par hasard , il y a une semaine .
    Et j´en gardais la primeur , comme une Première , pour aujourd´hui .
    C´est dur pour les familles endeuillées , les blessés ( mutilés) . La musique est , espérons-le , une consolation pour eux/elles , ainsi que leur entourage .
    « Le troc des connaissances » , c´est une belle idée : ) et c´est tout à fait cela .

    • Darie, peut être toutes ces personnes touchées plus ou moins avaient elles besoin de se retrouver, de se souvenir, de revoir les lieux qui avaient brisé leur vie, d’écouter ensemble une musique comme une communion…. mais je continue de penser que cela ne suffit pas et qu’il faut une justice. Beaucoup n’étaient pas là parce qu’ils ont déposé une plainte auprès des associations, une plainte qui vise l’état.

  23. J’en reviens à nos deux jeunots du tableau d’Holbein, pour vous faire un laïus d’étymologie;, Jean de Dinteville, ambassadeur de France en Angleterre , a 29 ans comme le montre le fourreau de la dague, « ÆT. SVÆ 29 », abréviation de « ætatis suæ 29 », Georges de Selve , son collègue ambassadeur, a, lui, 2 5 ans, comme l’atteste l’inscription sur la tranche du livre sur lequel il est accoudé : « ÆTATIS SVÆ 25 » : Deux jeunesses!
    Le mot ambassadeur dérive de l’italien ambasciatore,( d’une racine latine ambactus, esclave rapproché du gaulois ambacto.) .Mais cela ne nous regarde pas, si je peux me permettre.
    Pour une fois, le sens du mot grec qui signifiait « ambassadeur » en grec ancien, et qui est resté intact en grec moderne, c’est sidérant, s’est spécialisé dans un secteur particulier: il s’agit des termes πρέσβης, presvys et πρεσβευτής, ( presvytès); dérivés de πρέσβυς( presvys), et, avec la prononciation ancienne: presbys); ce mot signifiait:  » vieux, âgé, expérimenté, d’où la presbytie, signe de l’âge, presbyacousie etc.
    Vous commencez à voir? Eh non , les presbytes ne sont pas tous ambassadeurs, et vice versa, mais c’eût pu!!
    Et le presbytère n’est pas le lieu où l’on soigne les presbytes le mot grec πρεσβυτέριον, presbyterion désignait le « conseil des anciens »( <de πρεσβύτερος, presbuteros,comparatif de presbys, donc plus vieux.
    Et ce presbúteros est devenu, via le latin presbyter, le mot prêtre.

    • Mareria, non, je ne vois rien, ni venir ni à venir… euh….j’ai bien lu sur wiki la vie du sieur de Dinteville…. ils sont jeunes et on dirait des vieux ! comme je suis la spécialiste en liquide, je connais le vin cuit l’Ambassadeur (c’est mon côté culturel qui prend le dessus !!) mais je n’en ai jamais bu ! … pour le reste, Mareria, c’est de l’hébreu ! de la presbytie au presbytère, il n’y a peut être qu’un pas que je ne saurais franchir ! mon correcteur me souligne rouge tous les noms propres, ça commence à chauffer dur !

      • Pour faire court, les mots grecs qui signifient  » ambassadeur »,viennent de l’adjectif grec « presbys » = vieux,xpérimenté.
        Ce qui a donné en français presbytie etc; le mot presbytère existait , signifiant « conseil des anciens »; ce même mot est devenu, au fil des siècles, le mot « prêtre », et, bien sûr a donné aussi presbytère…CQFD

  24. Diminous… euh, pardon Dominique, hurlement de rire avec votre commentaire sur le calvaire… euh, je veux dire le calva de papy …. pourtant, un petit canon dans Lisieux, c’était le top de la rebellion ! quelle rigolade !

  25. C´est bien et inévitable de faire des commémorations , surtout pour un évènement aussi considérable (par le nombre et les circonstances).Mais j´aimerais mieux qu´il y ait d´énergiques coups de pied dans les fourmilières terroristes. Les armes sont présentes , et des ballons qui
    s´envolent , les bougies allumées ne servent qu´à servir l´émotion . La sécurité demande beaucoup plus . Le monde de la communication est le monde actuel .

  26. Votre Altesse,
    Votre Béatitude
    Votre Éminence
    Votre Grâce
    Votre Honneur
    Votre Majesté
    Votre Sainteté
    Votre Seigneurie….

    Je les ai tous en ligne, je pense que votre honneur est le plus prononcé de nos jours, ensuite c’est votre altesse, pour votre Béatitude j’ai cherché : « Titre d’honneur donné à certains patriarches des églises orientales »…. votre altesse « pour les princesses et les princes »,… votre sainteté (qui parfois n’est pas en odeur) c’est pour le pape, trois paters pour Bruno Le Maire qui a émaillé son discours de campagne avec l’expression « ça tombe comme la vérole sur le bas clergé »…. bonne fin de soirée à tous, c’était votre humble serviteur car la servante ne figure que dans le sens de servir dieu. Un court extrait d’un poème :

    « Le sénateur » de Pierre-Jean de Béranger (1780-1857)
    Toutes les chansons de Béranger (1843).

    Mon épouse fait ma gloire :
    Rose a de si jolis yeux !
    Je lui dois, l’on peut m’en croire,
    Un ami bien précieux.
    Le jour où j’obtins sa foi,
    Un sénateur vint chez moi !
    Quel honneur !
    Quel bonheur !
    Ah ! monsieur le sénateur,
    Je suis votre humble serviteur.

    De ses faits je tiens registre :
    C’est un homme sans égal.
    L’autre hiver, chez un ministre,
    Il mena ma femme au bal.
    S’il me trouve en son chemin,
    Il me frappe dans la main.
    Quel honneur !
    Quel bonheur !
    Ah ! monsieur le sénateur,
    Je suis votre humble serviteur.

    Près de Rose il n’est point fade,
    Et n’a rien d’un freluquet.
    Lorsque ma femme est malade,
    Il fait mon cent de piquet.
    Il m’embrasse au jour de l’an ;
    Il me fête à la Saint-Jean.
    Quel honneur !
    Quel bonheur !
    Ah ! monsieur le sénateur,
    Je suis votre humble serviteur.

    Chez moi qu’un temps effroyable
    Me retienne après dîner,
    Il me dit, d’un air aimable :
    « Allez donc vous promener ;
    Mon cher, ne vous gênez pas,
    Mon équipage est là-bas. »
    Quel honneur !
    Quel bonheur !
    Ah ! monsieur le sénateur,
    Je suis votre humble serviteur. »

    • Il y a même des Altesses Sérénissimes , Monique , un degré encore au dessus !
      « Il mena ma femme au bal » .. oh-la-la … serait-un mari trop complaisant ? sourire . C´est du vaudeville avant l´heure . Bonne soirée aussi , tutti .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s