CES DAMES…

…AUX CHAPEAUX VERTS, ce célèbre roman de 1921, écrit par Germaine Acremant est d’ actualité en ce jour de la Sainte-Catherine.

image(Copyright)

En effet, le 25 novembre, dans les ateliers de couture, les catherinettes , jeunes personnes non mariées de plus de 25 ans « coiffaient Sainte-Catherine ».

Elles se confectionnaient des chapeaux originaux qu’ elles portaient pour cette unique occasion.
Chapeau est le mot du jour.

image(Copyright)

Publicités

66 réflexions sur “CES DAMES…

  1. mes dames ….beaucoup de travail ……de ce jour a lundi …..le vin et autres ….
    mes dames , au chapeau vert passer au noir a pointe depuis des lustres , une dame filicophyte de bretagne , qui vie dans les ruines d’un château sans rire a rieux , elle est présente sur le journal tenant toujours a main son baton magique noueux, pour frapper ceux qui la contredit , elle a de nombreux pouvoirs comme la haine et la jalousie , elle se croit immortelle et d’un don d’ubiquité, elle veut faire croire qu’elle apente les bibliothèques , pour tout savoir sur les écrivains , mais en vain , elle a mplemnt pris les fiches sur la composition du venin du najas , pour se sentir comme le cobra royal la reine du journal , son nom en bretagne est fort connus , nïa, la sorcière de rchefort en terre ….elle a une devise qu’elle dit au monde en sortant de l’église , son baton noueux lever vers le ciel , elle s’exclame par ces mots …..j’ai la puissance et gnâmi est plus fort que la mort , gnâmi est celui qui peut, celui qui veut, celui qu’on ne voit pas….il faudrait que je rajoute (on la voit elle me fait bien rire ….car elle ne veut que peut car son pouvoir n’est qu’éphémère, son papa n’est pas bélial démon de la perfidie , mais la magie wikipédia…bon j’en parle , car j’ai dut travail …et pas le temps de faire de doux commentaire ….on m’attend ….en fin de journée toutes …bises …GO!GO!

  2. Chapeau bas Dominique ! ( facile , mais ….forcément : )
    On a ou on a pas une « tête à chapeau » , c´est archi-faux . Le tout est de trouver celui qui va à son port de tête . Ma capeline de toile , achetée à contre-cœur pour surveiller les baignades à Anglet , m´en a convaincue.
    La GB est le pays du chapeau melon , isn´t ? Et mon premier souvenir de notre visite en GB
    est d´avoir compté avec ma sœur (14 et 12 ans ), l´une les casques des Bobbys (policiers),
    l´autre , les chapeaux melon . Quelle rigolade de voir ces couvre-chefs complètement inconnus en France . L´exostime à l´état pur . J´ai adoré ce voyage . Il suffisait de traverser le Channel pour arriver dans un autre monde !
    mais nous avions le chapeau claque ! Un truc inexplicable ….
    -Le chapeau claque-
    « La première portait un chapeau claque, habit noir et gilet blanc, la seconde manches à gigot et col Médicis et la troisième une chemisette de soie noire décolletée en ovale qui, glissant continuellement de gauche à droite et de droite à gauche, découvrait tour à tour jusqu´à la naissance du sein ses deux épaules d´un blanc un peu bistré.  » de Robert Desnos (1900-1945)
    Bonne journée , dans le calme après la tempête. ( elle est passée loin au large chez nous ) .

  3. Bonjour à tous, un sujet magnifique, le chapeau, sauf quand on le porte dans une mauvaise affaire !!! le chapeau, l’élégance de la femme d’autrefois, même la cousette portait un bibi. Sainte Catherine, je n’ai pas eu l’occasion de la coiffer mais j’avais rêvé du chapeau… j’ai une obligation urgente ce matin, mais je reviendrai plus tard pour le chapeau. Et voici Jean Antoine de Baïf

    D’un chapeau qui fleuronne
    D’un chapeau qui fleuronne
    La rose on ne couronne,
    Tes atours en ce point
    Ne te reparent point :
    Mais ce sont les parures
    De tes belles vetures
    Les luysantes beautez
    En toy de tous costez :
    Les pierres precieuses,
    Les robes somptueuses,
    En tes acoustrements
    Perdent leurs ornements.
    Aucun coral n’aprouche
    Du naïf de ta bouche,
    Couvrant sous sa fraicheur
    De tes dents la blancheur.
    Prés tes dents compassées,
    Les perles amassées
    Sur le bord Indien
    On ne priseroit rien.
    De tes claires prunelles
    Les flâmettes jumelles
    Obscurcissent l’éclat,
    Qui sous elles s’abat,
    Des emeraudes fines.
    Tes onglettes rosines
    Eblouissent le teint
    De l’onyce deteint.

    Est-ce donques merveille,
    Si sa bouche vermeille,
    Ains Ceste de Cypris,
    M’a tellement surpris ?
    Et si ces gemmes rares
    Peurent mes yeux avares
    Et mon ame saisir
    D’un honneste desir
    De m’en faire un jour riche,
    Si sa grace non chiche
    Fait l’amoureuse mer
    Sous mes rames calmer ?
    Est-il qui s’ébaïsse,
    S’une telle avarice
    Me fit voguer soudain
    Vers un si riche gain ?

    La nef Portugaloise
    Et la Normande voise
    Sous le lit jaunissant
    Où l’Aube, eclersissant
    Nostre demeure sombre
    De la nuit et de l’ombre,
    Abandonne endormy
    Son ja vieillard amy.
    Jusque aux bouts de la terre
    Un autre aille, et là serre
    Les joyaux étrangers
    Achettez par dangers
    De perilleux orages.
    Aux plus lointains rivages
    Du gemmeux oriant,
    Un autre aille triant,
    Par les greves pierreuses,
    Les pierres precieuses :
    Moy, tant que je vivray
    Icy je poursuivray
    Mon heureuse fortune,
    Nageant en l’amour d’une,
    Qui, riche de joyaux
    Plus riches et plus beaux,
    Apauvrist les rivages
    Des Indiens sauvages. »

  4. Rebonjour: je me suis trompée de page, mais je fais porter le chapeau à ma boîte mail qui ne m’annonça pas la nouvelle!
    Dans la célèbre « Canzone di Marinella » de Fabrizio De Andrè, on trouve ces vers
    « Bianco come la luna il suo cappello/ come l’amore rosso il suo mantello/ tu lo seguisti senza una ragione/come un ragazzo segue un aquilone… »Son chapeau blanc comme la lune, son manteau rouge comme l’amour, tu l’as suivie sans raison, comme un enfant suit un cerf-volant »

  5. Catherine …Cataline… C´est une variante avec une prononciation plus douce , grasseyée , je crois. Voici une video désuète à souhait ; voir surtout la petite madame à accroche-cœur : ))

    • Merci Mareria , je connaissais pas cette chanson de Barbara . J´aime bien aussi lire du vieil
      françois , comme l´a donné Monique . On doit faire un effort de compréhension, et c´est très pédagogique . Sourire .
      -La revue des chapeaux-
      Si l’habit ne fait pas le moine
      Et n’est pas l’attribut idoine
      Pour celui qui l’a endossé,
      Le chapeau campe le bonhomme
      Et impose le respect comme
      Le moindre ornement haut placé.

      Avec sa canne et sa moustache,
      Chaplin est, sous son air potache,
      Indissociable du melon
      Tout comme, dans ses aventures
      Aux souvent scabreuses tournures,
      La paire d’empotés Dupontd.

      Le gibus ou le haut-de-forme
      Ne sont peut-être plus de norme
      Mais ont l’appui cérémonial
      Qui est d’un usage propice
      Pour le chapelier fou d’Alice
      Ou le pimpant monsieur Loyal.

      Le canotier bien sûr évoque
      Les guinguettes, la belle époque,
      Un fameux tableau de Renoir,
      Ou le nautonier de gondole
      Dont le chant lyrique s’envole
      Sur le canal au vent du soir.

      Label d’Amérique Latine,
      Tissé dans une paille andine,
      Le panama est raffiné,
      Plus que du sombrero, la coupe,
      Que Pancho Villa et sa troupe
      Portaient pour s’ombrager le nez.

      Jadis les caïds de la pègre
      Au code de l’honneur intègre
      Goûtaient fort le borsalino ;
      Je leur préfère sans semonce
      Le fedora d’Indiana Jones
      Ou le feutre de Cyrano.

      Le stetson reste l’apanage
      Des vachers du far west sauvage
      Qui jouent du colt et du lasso
      Mais également des vedettes
      De la country dont quelques têtes
      Sont virtuoses du banjo.

      Quant à moi, prenant la tangente,
      Le seul couvre-chef qui me tente
      Est mon fidèle galurin
      Afin de reprendre la route
      Dont je suis toujours à l’écoute
      Comme un honnête pèlerin.
      de Renaud Bosc . C´était le magasin du chapelier , voici maintenant , la boutique de la modiste .
      La chanson est un peu…. connue,mais colle avec le sujet : ) mais les cartes anciennes sont vraiment très belles et à admirer ! https://www.youtube.com/watch?v=HerJ2RI788I

  6. Bonjour Dominique, oui, cela caille froid! J’ai vraiment « adoré » « Ces Dames au chapeau vert », l’ai relu voici un an ou deux; il paraît que la ville de Saint-Omer, où se déroule l’histoire , et d’où est native Germaine Acremant, écrivain qui a beaucoup écrit, organise une « fête des chapeaux verts » annuelle…

  7. On peut lire le texte sur wikisource: début du chapitre II, avec une référence littéraire au poète belge Rodenbach..
     » Un éteignoir… deux éteignoirs… trois éteignoirs…
    Par une porte basse, ouverte dans un des côtés de la cathédrale, trois ombres, en forme d’éteignoirs, sortent. Ce sont Telcide, Rosalie et Jeanne Davernis, qui, vêtues de leurs houppelandes, modèle cloche, sont coiffées de capotes à brides.
    Il est six heures et demie du matin. La première messe est finie. Le temps est gris. La journée sera mauvaise. Une brume agaçante flotte dans l’air qu’elle rend trouble, s’accroche aux pierres qu’elle noircit et se colle aux pavés, qui deviennent gluants.
    Dans cette atmosphère, tout ce qui est bas est amoindri et tout ce qui se dresse prend des formes gigantesques et menaçantes. Les pauvres arbres semblent rabougris. La cathédrale paraît formidable. Le sommet de ses tours se perd dans le brouillard.
    Comme Rodenbach eût aimé vivre dans cet enclos ! »

  8. Hello, le froid s’annonce, mis il y a encore plein de légumes (d’été) sur le marché et les clémentines de Corse sont arrivées. Avez-vous vu le nouveau chapeau de Zozo, c’est un chapeau vraiment très rigolo… c’était le bon temps de Maurice Chevalier, homme de music hall, toujours élégant avec un chapeau… mais il y a aussi ce poème (vous allez rire) de notre brave Hugo, archi appris, répété, redit :

    « Après la bataille

    Mon père, ce héros au sourire si doux,
    Suivi d’un seul housard qu’il aimait entre tous
    Pour sa grande bravoure et pour sa haute taille,
    Parcourait à cheval, le soir d’une bataille,
    Le champ couvert de morts sur qui tombait la nuit.
    Il lui sembla dans l’ombre entendre un faible bruit.
    C’était un Espagnol de l’armée en déroute
    Qui se traînait sanglant sur le bord de la route,
    Râlant, brisé, livide, et mort plus qu’à moitié.
    Et qui disait:  » A boire! à boire par pitié !  »
    Mon père, ému, tendit à son housard fidèle
    Une gourde de rhum qui pendait à sa selle,
    Et dit: « Tiens, donne à boire à ce pauvre blessé.  »
    Tout à coup, au moment où le housard baissé
    Se penchait vers lui, l’homme, une espèce de maure,
    Saisit un pistolet qu’il étreignait encore,
    Et vise au front mon père en criant: « Caramba!  »
    Le coup passa si près que le chapeau tomba
    Et que le cheval fit un écart en arrière.
    « Donne-lui tout de même à boire », dit mon père. »

    Vous souvenez-vous des paroles que nous avions tous transformées,

    « mon père ce zéro au sourire si fou
    suivi d’un seul froussard qu’il aimait entre tous… etc..

    … et un jour arriva ce qui devait arriver, une élève s’est trompée et la classe s’est gondolée !!

      • Dominique Hugo avait un poème, souvent fleuve, pour chaque mot du dictionnaire, peut on dire aujourd’hui que c’est le plus grand écrivain de tous les temps ?
        J’ai souvent consulté un site sur l’évolution de la chanson française, les chansons anciennes et leurs interprètes tombés dans l’oubli :

        http://www.dutempsdescerisesauxfeuillesmortes.net/paroles/chapeau_claque_le.htm

        … et voici « Le chapeau claque » crée à la Scala par Réval

        Avec ma future en famille,
        Je m’étais rendu ce soir-là ;
        En habit noir et gants jonquille
        Au théâtre de l’opéra
        Je m’étais pour la circonstance
        Acheté chez mon chapelier
        Un chapeau rempli d’élégance
        Je n’voulais plus l’quitter.
        C’était un superb’ chapeau-claque,
        D’ceux qu’on tient fermés sous son bras ;
        Oh ! y’a pas d’danger qu’ça s’détraque
        On peut s’asseoir d’ssus, ça n’bouge pas !
        Dans notr’ log’ pendant l’ premier acte,
        Tout marcha bien, je fus charmant.
        Malheureus’ment pendant l’entr’acte
        J’fus pris d’un besoin pressant !
        J’allais vit’ trouver une ouvreuse…
        Et j’la pri’ d’ m’indiquer l’endroit,
        Ell’ m’répond d’un’ voix langoureuse :
        – C’est la p’tite porte du côté droit.
        Enfin j’ vois écrit sur un’ plaque
        « C’est ici ! »… J’y ‘entre à petits pas,
        J’dépos’ d’abord mon chapeau-claque,
        Puis mes gants, puis… n’insistons pas.
        Quand je r’vins au bout d’un quart-d’heure,
        Ma futur’ me dit : – D’où v’nez -vous ?
        J’réponds : – J’suis allé r’garder l’heure,
        Et vous chercher quéqu’ chos’ de doux.
        La d’ssus j’tire une boit’ de pralines
        Qu’j’avais eu soin de prendre en ch’min,
        Lorsque je vois les joues divines
        De ma futur’ rougir soudain.
        Puis s’penchant du côté d’sa mère
        Ell’ lui dit quelques mots douc’ment,
        Puis la mèr’ se pench’vers le père
        Qui s’met à rire en m’regardant.
        – Y’a quéqu’ chos’ d’extraordinaire,
        Me dis-je en l’ voyant rigoler,
        Aurais-je une cass’role au derrière ?
        En c’ cas on devrait bien m’ l’ôter.
        Je r’gard’ par dessus mon épaule,
        Y avait rien… donc, ça n’est pas l’cas ;
        Quand j’vois qu’ma futur’ d’un air drôle
        Contemplait c’ que j’avais sous l’ bras.
        Du mêm’ côté mon œil se braque
        Et j’ m’aperçois… nom d’un panais !
        Qu’au lieu d’avoir mon chapeau-claque
        J’avais l’ couvercl’ des cabinets ! »

  9. Ha-ha , cela ne nous explique pas néanmoins pourquoi et comment le chapeau s´écrase
    en une galette ! Je me le suis demandée souvent , puis ai oublié de me le demander , mais voilà le sujet à nouveau d´actualité ! Comment ça marche ? Oui , comment ?!

    • Ah, mais comme ceci, Darie:
      « Le chapeau claque ou gibus est un chapeau issu d’une invention française, qui reprend l’idée des « chapeaux-bras » du xviiie siècle, que l’on peut porter sous le bras, tel le bicorne. Le chapeau claque est un haut-de-forme qui s’aplatit et se relève à l’aide de ressorts mécaniques. Lorsque le chapeau est plié, un coup de pouce suffit pour qu’il reprenne sa forme.
      Les premiers essais de haut-de-forme repliable eurent lieu en 1824 à Londres. C’est Antoine Gibus, chapelier place des Victoires à Paris, qui déposa le premier brevet, le 23 juillet 1834, suivi par toute sa famille, frère, fils, neveux. « 

      • J´imagine un peu le système , Mareria . Des ressorts plats sur les côtés , sans doute .
        Est-ce sainte Gudule que je vois si dessous ? J´avais une collègue infirmière qui avait appelé sa petite fille Gudule ?! comment peut-on ?…. : ))

      • Darie, avec Gudule, on reste en musique:  » Ah Gudule Viens m’embrasser Et je te donnerai. Un frigidaire Un joli scooter Un atomixer Et du dunlopillo .. »( Boris Vian  » La complainte du progrès )

      • Mareria , je rentre de mes rapides emplettes et viens d´écouter « Bruxelles » de Jacques Brel.
        C´est l´église Sainte-Catherine ai-je vu ( fêtée présentement , 25novembre : ) .
        On voit Sainte-Gudule à la minute 2:30 de la promenade .
        Je n´avais jamais fait attention au début de la chanson de Boris Vian . C´était pourtant
        l´indicatif d´une ancienne émission, Parole d´expert, avec Valérie Expert .
        Je la suivais chaque midi . Le décor était affreux , moderne ou kitsch , je ne sais pas , vif vert pomme à nous faire mal aux yeux . Mais l´émission m´intéressait . Ah…. c´est lointain …

  10. mes dames je me doute que ma bretonne va me dicter des commentaires sur le meurtre dans une maison de retraite , j’ai écouter que le dit suspect en fuite a été identifié , ils disent un ancien militaire parachutiste , négatif , l’homme âgé de 47 ans, a servi dans les troupes parachutistes mais n’est pas un militaire de carrière, juste un PDL , qui a fait son service militaire a 20 ans comme beaucoup avant , on dit toujours ancien para ou de légion mais jamais ancien boucher ou laitier , je dis pas que les militaires sont des anges , mais le service militaire ne fait pas d’un homme un militaire a vie , rappelez vous le film la haine , aux informations on disait un ancien légionnaire ( il avait été refouler a la légion au bout de trois jours a aubagne pour inaptitude ) , un homme qui travaille deux jours a balayer dans une pharmacie ne fait pas de lui un pharmacien ….bon a la douche je suis un peu crevé , a plat ….GO!GO!

  11. je marche sur cette terre , portant un chapeau de brousse pour la ville , il me fait de l’ombre comme un toit ou l’enfer y brise ces ailes , il me laisse regarder les fleurs et les jambes de jolies brin de fille , a pas de géant j’avance , mes sens prennent une senteur d’encens, mes envies me conduisent très loin , comme mon esprit ou tout est bleu , parfois je lève les yeux au ciel, un nuage se dessine en elle , qui se perd a la nuit tombée, je pense a elle parfois , en fin de journée quand la fatigue me tiens la main , j’ai bon faire signe a la lune , aux étoiles éclairées , son visage disparait avec les années , que le temps emporte avec lui , ma vie n’est pas un mystère c’est celle d’un solitaire , avide mais livide d’aucun vide ,….car je sais qu’un jour ….mon coeur endormi sera dans les étoiles auprès d’elle , a l’entrée du paradis ses souliers vernis ..c’est mots de sa voix douce et légère ………………c’est a cette heure-ci que tu rentres ….a demain matin …bises …GO!GO!

  12. je suis alerté par une inconnue connus , et le journal ma envoyer deux messages ….une personne se plein de mes commentaires non conformes au respect ….hi!hi!…père pardonnez moi …bises a demain toutes ..GO!GO!

    • Je vous donnerais bien quelques Pater Noster à réciter pour votre pénitence Klaus : )
      Mais je ne crois pas que vous sachiez le réciter . Ah si ! Vous parlez latin quand vous voulez .
      Je vous envoie une brosse en soies ( soies de sanglier. Ce sont les poils du sanglier ) pour vous frotter le dos . Deuxième blague du vendredi , hi-hi .
      Allez , GO-GO à la douche , y´a presque plus d´eau . A sec , le brossage est inefficace , faudra frotter plus fort : ))

      • Darie, vous connaissez l’expression manger son chapeau ? c’est tiré par les cheveux :  »
        Cette expression d’origine anglaise est assez récente en France. Il s’agit d’une métaphore entre quelqu’un qui avouerait s’être trompé, mais reconnaîtrait difficilement son erreur et quelqu’un qui essayerait d’avaler son chapeau, c’est tout aussi dur dans les deux cas !. » je me demande comment on peut manger un chapeau mais j’ai vu des exhibitionnistes qui mangeaient de tout, y compris de la laine et des lames de rasoir…ensuite il ressortaient les lames enroulées dans les fils de laine…. ah, mais c’est magique !

      • Darie ..je suis athée ….mais point un imbécile ..je peux dire en latin ….les prières ….je connais ….j’ai des livres moi aussi ….bises ..GO!GO!

  13. X a écrit a Darie cela ( Vous vous adressez à moi, Colibrine, mais votre avis ne m’intéresse pas) …de sacré mot pour une dame qui a écrit cela aussi ( qu’elle a lu les romans de william trevor qui m’évoque certains des livres implacables de françois mauriac) mafois elle a trouver ces noms sur wikipédia , elle réside pas en bretagne cette dame , ils n’ont pas le courant électriques en bretagne toutes les heures , a moi que son ami curé fait du vélo et avec la dynamo pour qu’elle soit au courant …je file a demain matin ..Darie ne répond pas tu sera alerté comme moi et des messages du journal de plainte d’elle …GO!GO!

    • attention papy, elle a l’habitude des procédures, elle fait des procès pour rien apparemment, ne te laisse pas embringuer dans cette querelle car tu serais définitivement radié du journal, c’est exactement ce qu’elle recherche, un petit plaisir personnel…. on peut expliquer tout mais pas la méchanceté…. laisse tomber, ce qu’elle pense on s’en fout ! il faut l’ignorer, tu sais je connais des personnes qui lisent beaucoup ici et qui ne sont pas intelligentes, la bonne éducation, c’est de se mettre à la portée de tout le monde et de tenter de comprendre. Il n’y a pas d’ennemi sur le journal, rien que des internautes qui partagent et réagissent. Bonne fin de soirée.

  14. je reviens ( Dominique ) tu as raison ( lâcheté et mesquinerie complètent la description de cette personne) franchement elle la un pet de travers , un bouchon au trou de bal , je crois que c’est une femme sans enfant qui a dépassé l’âge du mariage, une vieille fille, qui vie entre sa demeure et l’église a coté de chez elle , quand le curé est absent ou qu’il ne la point invité a manger les crêpes.et boire le cidre , elle crache son venin sur le journal , par mépris , hola! le curé n’est pas le coq d’un seul poulailler, Darie lui avait parler avec courtoisie , c’est pour cela que l’on dit souvent ceux qui sont de bretagne …j’ai compris depuis deux ou plus de jours …nous avons vus les fous aux bonnets rouge a la télévision ils bavait comme des pestiférés..tiens cela me rappelle le roman de marcel pagnol …..laissez tomber …vous avez beaucoup plus d’intelligence et d’instruction et du savoir vivre que cette dame ….c’est pour cela que je vous admire ……bises …..a demain matin ce coup-ci ….GO!GO!

  15. En ce moment , c´est très à la mode de s´appeler François ( monsieur Albert n´en dirait pas moins : ) . Nous avons eu Francois 1er , puis Francois II, dit Çavamieux, et nous aurons François le troisième.

  16. Rire !!! Boumerdès et la bourrelle !!! c’est un coq qui est très cultivé, côté orthographe il ne passe rien, fond et forme, et moi aussi je me demande comment il peut passer entre les griffes de maud……un sacré guide pour Montcuq dans le Quercy Blanc !! c’est un baron blanc

  17. Un chapeau de paille d’Italie, je me demande, d’après cet extrait et malgré le grand talent du pianiste, si Labiche amuserait encore le nouveau public ! Geneviève Casile, une carrière époustouflante, nous avons des comédiennes et des comédiens qui ont voué leur vie toute entière au théâtre.

  18. « Au théâtre ce soir « , le vendredi, il me semble . J´ai pu voir quelques pièces . Dommage ,
    qu´on ne passe pas de temps en temps d´anciennes pièces . Les amateurs ne manqueraient pas . Les programmateurs préfèrent des séries ou des films insipides !
    par exemple : chaque mardi soir sur TV5monde, nous avons depuis des mois , des séries canadiennes de femmes en prison . Les annonces en disent long sur cette violence carcérale stérile. C´est affligeant … Bonne soirée à tous.

    • Je rentre du concert Thomas Dutronc et « son orchestre »; 1 autre guitare, 1 Banjo, 1 contrebasse, et une violoniste: tous époustouflants…des chansons, une reprise d’un poème d’Aragon, et beaucoup de morceaux « jazz manouche »…Une ambiance d’enfer!
      Bonne nuit, les petites!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s