Faut pas pousser

Cette délicate expression,  connue aussi dans sa version « Tu pousses le bouchon un peu trop loin, Maurice », désigne une situation d’ abus.

Un abus est un mauvais usage de quelque chose, un excès.

Abus de position dominante, de faiblesse, de confiance.

En cette période en France, d’ élection présidentielle, on scrute les abus possibles des candidats avec les finances publiques, ce  qui serait alors susceptible de les disqualifier .

Abus est le mot du jour.

Publicités

323 réflexions sur “Faut pas pousser

  1. Hello Mareria, dans la jardinerie où j’ai commandé le rosier, on m’a dit que l’on pouvait attendre trois semaines pour le planter, il ne craint rien du moment qu’il est dans son pot. Je vois que ça souffle chez vous, pas de jardinage possible, vous avez raison il faut attendre…. j’ai hâte de voir la première rose et il parait qu’il sent bon. Il y a aussi un autre rosier buisson à fleurs groupées le « sensation » dans les tons orangés, de toute beauté.*
    L’urticaire, c’est comme l’allergie, elle arrive de partout !!! il y a beaucoup de produits, il faut trouver le bon.

  2. Hello, la page s’est tournée toute seule ? et paf le commentaire est parti entre deux pages !!! en plus je me suis trompée, c’est Darie qui fait de l’urticaire, mais c’est pareil, moi j’ai de l’urticaire aussi à cause des félons, des fuyards, des revanchards, des déserteurs, des traîtres et des félons… voilà, voilà ….et vous avez vu la vilaine blondasse qui obéit au renard des sables ?
    Elève Darie, qu’est-ce que je lis dans ce poème , « il foutit la raclée » mais c’est pas un langage de Molière ? je lis que l’auteur s’est bien marié à 102 ans quelques mois avant sa mort et qu’il a épousé Brigitte une jeune fille de 101 ans. Ils n’ont pas eu beaucoup de temps pour roucouler ! à mon avis, c’est suspect mais c’est vrai qu’en ce moment on voit des complots partout.

      • Darie, ce serait plutôt un retour d’âge….c’est quand même à classer dans le domaine des anecdotes insolites en espérant, pour les héritiers, qu’ils n’avaient pas de biens en dehors de leur amour !!! Bonne fin de soirée à tous.

  3. Bonjour ..a vous tous..
    j’ai pris le travail le jour n’était pas levé , j’ai beaucoup a faire que voulez vous , un camarade me dit vers les 5h30 du matin , klaus , c’est a toi c’est deux malles , oui celle la tu peux la mettre dans les combles dans le puits sans fond , elle reste la , l’autre tu peux la descendre elle partira avec moi ??? ( cela dépend des élections ) de la fin et de la parade du gagnant , j’ai pas envie de vivre dans un pays avec lui et elle a sa tête, mais cela serait comme si on pourrait faire entrer un océan tout entier dans une baraque a frites pour saler les pommes de terre avec la sueur d’une baleine , j’ai demandais par mesure de sécurité , j’ai toujours pris mes devant , cela montre que je suis toujours vivant , pour un lit et une couverture sur les îles de la frise du nord , on m’a répondu cela , klaus toute la famille t’attend , ta chambre est faite , tu est ici chez toi..dans ton pays , bon cela serait un miracle …que cela arrive , mais par mesure de sécurité ..j’ai préparer mes cartouches …….bises ..je vais casser la graine ….juste a peine ..GO!GO!

  4. Bonjour , fait frisquet dehors …. -5° . Une nouvelle boule de graines pour passereaux est accrochée à la maison pour oiseaux , de quoi subsister jusqu´à la saison nouvelle , comme dirait la fourmi . J´ai relu tous les commentaires comme je fais d´habitude . Comme j´avais omis
    de visionner hier les chroniques de Frédéric Pottecher dont parlait Monique , je l´ai fait tout
    de suite . Et j´ai écouté celle , très célèbre , de l´affaire Dominici . C´était donc un simple malentendu sur un fond …. d´artichauts ! petite plaisanterie au passage . Mais c´est quand même épouvantable ! Trois personnes , dont une fillette de huit ans .
    Je vais visionner les autres histoires . Tous mes Historia(s) me parlaient d´espionnage et contre-espionnage sur cette terrible affaire Dominici …
    Bonne journée , et Klaus , bon courage avec vos archives (prenez l´air de temps en temps : )

  5. Bonjour ! Klaus, tu ne vas pas te faire déraciner par des politiques?
    Je voua ai cherché un des multiples passages d’Aristophane, qui se livre à une attaque en règle de la vie politique; j’aurais pu choisir celle contre les juges dnas sa pièce  » Les Guêpes »; voici donc, un passage de sa comédie  » Les Cavaliers »( 424 avt JC): « Les Cavaliers » sont dirigés contre le démagogue Cléon , homme politique athénien de premier plan après la mort de Périclès,( personnage réel) qui, à la suite d’un succès militaire, était devenu l’idole du peuple, personnifié dans la pièce par le vieux Démos. Démos, circonvenu à la fois par Cléon, transformé en corroyeur, et par le marchand d’andouilles Agoracritos, finit par voir clair dans leur jeu. Cléon est chassé.
    « LE CHŒUR. Frappe, frappe ce vaurien, ce trouble-rang des Cavaliers, ce concussionnaire, ce gouffre, cette Charybde de rapines, ce vaurien, cet archivaurien! Je me plais à le dire plusieurs fois; car il est vaurien plusieurs fois par jour. Oui, frappe, poursuis, mets-le aux abois, extermine. Hais-le comme nous le haïssons ; crie à ses trousses! Prends-garde qu’il ne t’échappe, vu qu’il connaît les passes par lesquelles Eucrate s’est sauvé droit dans du son.
    CLÉON. Vieillards héliastes, confrères du triobole, vous que je nourris de mes criailleries, en mêlant le juste et l’injuste, venez à mon aide, je suis battu par des conspirateurs.
    LE CHŒUR. Et c’est justice, puisque tu dévores les fonds publics, avant le partage, que tu tâtes les accusés comme on tâte un figuier, pour voir ceux qui sont encore verts, ou plus ou moins mûrs, et que, si tu en sais un insouciant et bonasse, tu le fais venir de la Chersonèse, tu le saisis par le milieu du corps, tu lui prends le cou sous ton bras, puis, lui renversant l’épaule en arrière, tu le fais tomber et tu l’avales. Tu guettes aussi, parmi les citoyens, quiconque est d’humeur moutonnière, riche, pas méchant et tremblant devant les affaires.
    CLÉON. Vous vous coalisez ? Et moi, citoyens, c’est à cause de vous que je suis battu, parce que j’allais proposer, comme un acte de justice, d’élever dans la ville un monument à votre bravoure.
    LE CHŒUR. Qu’il est donc hâbleur, et souple comme un cuir ! Voyez, il rampe auprès de nous autres vieillards, pour nous friponner ; mais, s’il réussit d’un côté, il échouera de l’autre; et, s’il se tourne par ici, il s’y cassera la jambe.
    CLÉON, battu. Ô ville, ô peuple, voyez par quelles bêtes féroces je suis éventré !
    LE CHŒUR. Tu cries à ton tour, toi qui ne cesses de bouleverser la ville ?
    LE MARCHAND D’ANDOUILLES, reparaissant. Oh ! Moi, par mes cris, je l’aurai bientôt mis en fuite.
    LE CHŒUR. Ah ! si tu cries plus fort que lui, tu es digne de l’hymne triomphal ; mais, si tu le surpasses en impudence, à nous le gâteau au miel.
    CLÉON. Je te dénonce cet homme, et je dis qu’il exporte ses sauces pour les trières des Péloponnésiens.
    LE MARCHAND D’ANDOUILLES. Et. moi, par Zeus ! je te dénonce cet homme, qui court au Prytanée le ventre vide, et qui en revient le ventre plein.
    DÉMOSTHÈNE. Et, par Zeus ! il en rapporte des mets interdits, pain, viande, poisson ; ce à quoi Périclès n’a jamais été autorisé.
    CLÉON. A mort, tout de suite !
    LE MARCHAND D’ANDOUILLES. Je crierai trois fois plus fort que toi.
    CLÉON. Mes cris domineront tes cris.
    LE MARCHAND D’ANDOUILLES. Mes beuglements tes beuglements.
    CLÉON. Je te dénoncerai, si tu deviens stratège.
    LE MARCHAND D’ANDOUILLES. Je te résisterai comme un chien.
    CLÉON. Je rabattrai tes vanteries.
    LE MARCHAND D’ANDOUILLES. Je déjouerai tes ruses.
    CLÉON. Ose donc me regarder en face.
    LE MARCHAND D’ANDOUILLES. Et moi aussi j’ai été élevé sur l’Agora.
    CLÉON. Je te mettrai en pièces, si tu grognes.
    LE MARCHAND D’ANDOUILLES. Je te couvrirai de merde, si tu parles.
    CLÉON. Je conviens que je suis un voleur. Et toi ?(…)
    LE CHŒUR. Infâme, scélérat, braillard, tout le pays est plein de ton impudence, l’assemblée entière, les finances, les greffes, les tribunaux. Agitateur brouillon, tu as rempli toute la cité de désordre, et tu as assourdi notre Athènes de tes cris ; d’une roche élevée tu as l’œil sur les revenus, comme un pêcheur sur des thons. »
    * héliastes: juges.
    http://remacle.org/bloodwolf/comediens/Aristophane/cavaliers.htm

    • bonjour mareria , si je quitte la france , le lendemain des élections ( si ??) , non par peur , que cela soit henri ou paul ou josianne cela change rien pour moi , pour ma retraite , ma vie , je ne suis pas a la CPAM ni autres , je m’en vais ….j’ai de l’honneur ….juste de l’honneur , quand je regarde un monument aux morts érigé pour commémorer et honorer les soldats..j’ai du respect …..a plus …GO!GO!

  6. Darie , je suis assis sur une chaise ( balcon de la bibliothèque) , j’ai mis le cahier classeur des compte d’inventaire , j’ai une canette de bière et des biscuits , pas de chocolat il fait un très beau soleil , je suis en maillot F1 d’été , j’ai chaud en plein soleil , je vais mettre un parasol ( pastis ) , je marque ce que l’on me dit , moi pas instruit mais moi savoir écrire , bon je vais travailler un peu , j’ai le pc …vive le wifi , que je sois ici ou plus loin sa marche nous avons des bornes pour l’extérieur hi!hi!….a 500 mètres de la batisse d’ordonnance voir plus nous avons internet …..c’est pour les fées et lutins …ils vont sur les sites d’habit de petite taille …bises ..GO!GO!

  7. C’est bon le soleil de Provence!
    Darie, j’aimais beaucoup l’émission  » La Tribune de l’histoire »: notre prof d’histoire de 5ème( une « pointure ») nous avait recommandé de l’écouter, et c’était le rituel de chaque samedi soir…
    Bon, comme c’est la journée de la femme, une chanson-rébétiko d’Antonis Dalgas, surnom d’Antonis Diamantidis (1934): « Où trouver une femme qui te ressemble ? », interprétée récemment par Yannis Kotsiras ( cela s’anime au bout d’une mn à peu près):

  8. Bonjour la troupe, que de jolies choses ce matin à regarder et à écouter ! je le ferai tout à l’heure car pour l’heure je vaque et divague, j’entreprends plusieurs choses à la fois et je ne sais plus où j’en suis… mais qu’entends-je derechef ? c’est la journée de la femme alors faut pas abuser mais je ne vais pas me tuer eu travail. On ne peut pas louper l’ami Hugo et ses tirades, la femme l’a beaucoup inspiré, peut être pas toujours dans le sens de la moralité, voici un petit texte qui n’est pas de son meilleur cru, comme quoi même Hugo pouvait écrire des fadaises insipides, le grand Hugo avait-il la gueule de bois ce jour là… je n’aurais jamais décelé la plume de Hugo dans ce texte d’une banalité à pleurer…un crayon qui avait mauvaise mine sans doute. Je suis de bibliothèque, je vais ramener « L’axe du loup » de Sylvain Tesson . A plus tard

    Les femmes sont sur la terre
    Victor Hugo (1802-1885)
    Recueil : Les contemplations (1856).

    Les femmes sont sur la terre
    Pour tout idéaliser ;
    L’univers est un mystère
    Que commente leur baiser.

    C’est l’amour qui, pour ceinture,
    A l’onde et le firmament,
    Et dont toute la nature,
    N’est, au fond, que l’ornement.

    Tout ce qui brille, offre à l’âme
    Son parfum ou sa couleur ;
    Si Dieu n’avait fait la femme,
    Il n’aurait pas fait la fleur.

    A quoi bon vos étincelles,
    Bleus saphirs, sans les yeux doux ?
    Les diamants, sans les belles,
    Ne sont plus que des cailloux ;

    Et, dans les charmilles vertes,
    Les roses dorment debout,
    Et sont des bouches ouvertes
    Pour ne rien dire du tout.

    Tout objet qui charme ou rêve
    Tient des femmes sa clarté ;
    La perle blanche, sans Eve,
    Sans toi, ma fière beauté,

    Ressemblant, tout enlaidie,
    A mon amour qui te fuit,
    N’est plus que la maladie
    D’une bête dans la nuit. »

    • Mareria, j’aime beaucoup Michael Lonsdale, un comédien pas comme les autres, c’est un homme bien et de valeur. C’est lui la pépite :))))

  9. Il a fallu que j´arrive en Suède pour apprendre qu´il existait une « Journée de la Femme » .
    Je n´en avais jamais entendue parler auparavant . C´est vrai que je ne lisais pas les journaux , ni n´écoutais la TV , ou très rarement …C´est la belle-sœur qui m´avait dit : »Double félicitation .
    C´est bien d´avoir son premier enfant la Journée de la Femme » . J´en avais fait une tête !
    Avec une petite pirouette , cela colle avec ce poème « féminin » .
    -Enceinte-
    Je suis enceinte de prés verts…
    Je porte en moi des pâturages…
    Que mon humeur soit drôle ou sage,
    je suis enceinte de prés verts…

    Belle est l’image !
    Doux le langage…
    « Je porte en moi des pâturages… »

    Et tout à la fois, mais qu’y faire ?
    je suis enceinte de déserts.
    Et de mirages.
    Et de chimères
    De grands orages.
    De regrets à tort à travers.
    De rires à ne savoir qu’en faire.

    Et mes grossesses cohabitent.
    En tout mon être. Sans limite.
    de Esther Granek (1927-2016) . Selon sa biographie , je pense qu´elle n´a pas eu d´enfant.
    Mais l´essentiel est de bien mener sa vie , et les exemples sont nombreux .

  10. A chacun sa journée de la femme…. mais quand elle est récupérée par certaines féministes, j’en ai honte, des caricatures ! tout à l’heure, un reportage sur deux femmes pas comme les autres, une maréchal ferrant et l’autre chauffagiste. Leur essentiel c’est de faire un métier qu’elles aiment, c’est la moitié du bonheur.
    Pour la poésie qui rend la femme si belle, le meilleur c’est Aragon mais tout le monde n’est pas Elsa :

    « Tandis que je parlais le langage des vers
    Elle s’est doucement tendrement endormie
    Comme une maison d’ombre au creux de notre vie
    Une lampe baissée au coeur des myrrhes verts
    Sa joue a retrouvé le printemps du repos
    Ô corps sans poids posé dans un songe de toile
    Ciel formé de ses yeux à l’heure des étoiles
    Un jeune sang l’habite au couvert de sa peau
    La voila qui reprend le versant de ses fables
    Dieu sait obéissant à quels lointains signaux
    Et c’est toujours le bal la neige les traîneaux
    Elle a rejoint la nuit dans ses bras adorables
    Je vois sa main bouger Sa bouche Et je me dis
    Qu’elle reste pareille aux marches du silence
    Qui m’échappe pourtant de toute son enfance
    Dans ce pays secret à mes pas interdit
    Je te supplie amour au nom de nous ensemble
    De ma suppliciante et folle jalousie
    Ne t’en va pas trop loin sur la pente choisie
    Je suis auprès de toi comme un saule qui tremble
    J’ai peur éperdument du sommeil de tes yeux
    Je me ronge le coeur de ce coeur que j’écoute
    Amour arrête-toi dans ton rêve et ta route
    Rends-moi ta conscience et mon mal merveilleux »
    (Louis Aragon)

    Mais voici celui que je préfère, c’est Apollinaire :

    Les femmes

    Dans la maison du vigneron les femmes cousent
    Lenchen remplis le poêle et mets l’eau du café
    Dessus – Le chat s ‘étire après s ‘être chauffé
    – Gertrude et son voisin Martin enfin s s’épousent
    Le rossignol aveugle essaya de chanter
    Mais l’effraie ululant il trembla dans sa cage
    Ce cyprès là-bas a l’air du pape en voyage
    Sous la neige – Le facteur vient de s ‘arrêter
    Pour causer avec le nouveau maître d’école
    – Cet hiver est très froid le vin sera très bon
    – Le sacristain sourd et boiteux est moribond
    – La fille du vieux bourgmestre brode une étole
    Pour la fête du curé La forêt là-bas
    Grâce au vent chantait à voix grave de grand orgue
    Le songe Herr Traum survint avec Sa soeur Frau Sorge
    Kaethi tu n ‘as pas bien raccommodé ces bas
    – Apporte le café le beurre et les tartines
    La marmelade le saindoux un pot de lait
    – Encore un peu de café Lenchen s’il te plaît
    – On dirait que le vent dit des phrases latines
    – Encore un peu de café Lenchen s’il te plaît
    – Lotte es-tu trille O petit coeur – Je crois qu’elle aime
    – Dieu garde – Pour ma part je n ‘aime que moi-même
    – Chut A présent grand-mère dit son chapelet
    – Il me faut du sucre candi Leni je tousse
    – Pierre mène son furet chasser les lapins
    Le vent faisait danser en rond tous les sapins
    Lotte l’amour rend triste – Ilse la vie est douce
    La nuit tombait Les vignobles aux ceps tordus
    Devenaient dans l’obscurité des ossuaires
    En neige repliés et gisaient là des suaires
    Et des chiens aboyaient aux passants morfondus
    Il est mort écoutez La cloche de l’église
    Sonnait tout doucement la mort du sacristain
    Lise il faut attiser le poêle qui s’éteint
    Les femmes se signaient dans la nuit indécise »
    (Septembre 1901-Mai 1902.)
    (Guillaume Apollinaire – Alcools )

  11. Puisqu´il est bien établi que Maurice est le poisson rouge , (le petit garçon aussi peut-être , on ne le sait pas : ) , voici la chanson Le poisson rouge , de Bourvil . Je n´aime pas vraiment ses
    intonations un peu « niaises » dans cette chanson . Celle qui suit , Le Maitre d´école , est plus agréable à écouter ( les photos aussi ) .

  12. Darie quand je regarde le ciel …..avec mes yeux ….les nuages me disent ….Så svarar himlen med ett brak , på barnens alltför dumma frågor.

    • Klaus , les enfants posent de curieuses questions parfois . Ils/elles m´ont beaucoup amusée ,
      et fait enrager aussi . Mais peut-être que les parents donnent aussi des réponses bêtes à leurs questions : ) Je n´ai pas été à  » L´école des parents » . Hier , au journal TV , on a montré
      l´école des pères ! ah-ah . C´était un peu bizarre de leur apprendre des berceuses . Il faut
      laisser les hommes chanter leurs chansons préférées , sans les rendre gagas .
      Youtoupou chantait une chanson de Légionnaire à sa petite fille , Gai Légionnaire .
      Il parait qu´elle était toute contente . C´est très bien, un Papa viril qui chante avec sa grosse voix d´homme .

    • Papy, parce que les vieux ne comptent plus pour beaucoup de gens et que cela se lit sur leurs visages… écoute le grand Jacques Brel

      « Les vieux ne parlent plus ou alors seulement parfois du bout des yeux,
      Même riches ils sont pauvres, ils n’ont plus d’illusions et n’ont qu’un cœur pour deux,
      Chez eux ça sent le thym, le propre, la lavande et le verbe d’antan,
      Que l’on vive à Paris on vit tous en province quand on vit trop longtemps,
      Est-ce d’avoir trop ri que leur voix se lézarde quand ils parlent d’hier
      Et d’avoir trop pleuré que des larmes encore leur perlent aux paupières
      Et s’ils tremblent un peu est-ce de voir vieillir la pendule d’argent
      Qui ronronne au salon, qui dit oui qui dit non, qui dit : je vous attends !

      Les vieux ne rêvent plus, leurs livres s’ensommeillent, leurs pianos sont fermés
      Le petit chat est mort, le muscat du dimanche ne les fait plus chanter,
      Les vieux ne bougent plus leurs gestes ont trop de rides leur monde est trop petit,
      Du lit à la fenêtre, puis du lit au fauteuil et puis du lit au lit
      Et s’ils sortent encore bras dessus bras dessous tout habillés de raide
      C’est pour suivre au soleil l’enterrement d’un plus vieux, l’enterrement d’une plus laide;
      Et le temps d’un sanglot, oublier toute une heure la pendule d’argent
      Qui ronronne au salon, qui dit oui qui dit non, et puis qui les attend !

      Les vieux ne meurent pas, ils s’endorment un jour et dorment trop longtemps,
      Ils se tiennent par la main, ils ont peur de se perdre et se perdent pourtant;
      Et l’autre reste là, le meilleur ou le pire, le doux ou le sévère
      Cela n’importe pas, celui des deux qui reste se retrouve en enfer;
      Vous le verrez peut-être, vous la verrez parfois en pluie et en chagrin
      Traverser le présent en s’excusant déjà de n’être pas plus loin,
      Et fuir devant vous une dernière fois la pendule d’argent
      Qui ronronne au salon, qui dit oui qui dit non, qui leur dit : je t’attends
      Qui ronronne au salon, qui dit oui qui dit non et puis qui nous attend . »

      …. tu vois, c’est cette fichue pendule qui nous pourrit la vie !

      • Monique ….pourtant j’ai jeté la clé , cela est vrai que l’adrénaline du saut me manque , le bruit , et le toutim , mais tu sais , il suffit de regarder une vidéo , ou un documentaire sur le parachutage …avec le bruit et la vision ..il arrive que l’on sent le kérosène et le coeur se met a battre plus vite , mais la vie tourne vite , trop vite , c’était hier ma vie , et regarde demain matin qui sait ..si je serais clampin …..je rigole un peu ..mais bon , un camarade c’est couché vivant hier , ce matin ……il sait réveillé vivant …sans pouvoir mettre un pied devant l’autre , la nuit il avait épousé linbingot…..un bon apéritif , se soir j’ai envie de vodka avec un peu de citron ( je met du citron pour poisson ) c’est en plastique en forme de citron jaune , cela vaut 25 cts au foyer …et du pur citron ( nous avons le jaune et le vert ) , bises a demain matin ….GO!GO!.

  13. un jour tu te dis je suis une étoile , une étoile de nuit qui brille sur une larme d’océan de la vie , quel que soit le poids de ton destin, d’un léger ou lourd chagrin , tu suivra ton chemin , il ne faut jamais attendre une consolation de tes semblables , ceux qui te ressemble et ne s’assemble , tu dois la garder , la porter , cette peine est tienne, il faut se dire que le destin ne me peinera pas , que chaque volonté peut choisir entre mille chemins, le meilleur destin tout au loin et sans fin , car nul ne peut savoir avant de l’avoir vécu , comme un passe-temps..GO!GO!

    • Tu vois moi, papy, ce soir j’avais juste besoin d’un baba au rhum mais comment dire, cette fichue pompe au sous-sol m’a lâchée, l’inondation avec la machine à laver ! alors le chef a appelé le gentil plombier, il a embarqué la pompe, l’a réparée et puis est revenu, plein d’usage et raison… euh…. là je m’égare, je veux dire qu’il a remis la pompe à flot et ça marche !…. quand tu dis 25 cents, tu veux dire qu’une vodka chez toi coûte 25 centimes ? bon, je crois que j’ai raté une station avec le citron en plastique ! d’ailleurs je me demande si Maurice dans son bocal ne l’est pas aussi, en plastique ! ….. j’ai fait un pari fou, lire un livre entier en une journée, évidemment je l’ai choisi petit et imprimé en très gros caractères, quoi, il faut mettre toutes les chances de son côté.
      Aujourd’hui, six refusés, les kapos sont de retour… bonne nuit et surtout reste avec nous.

  14. c’est bien ainsi , que toute vie insipide, sur son lit de mort, attend le passage des vivants , certain vont dire , il a finit comme il a vécu au lit , d’autres cela est vrai que c’était un fénéant , d’autre il dors encore, te souviens-tu comme les instants présent avait l’air fuyant , certain vont te taper la joue et te dire , oh! marcel ton sentiment refroidit ta les jambes froides ,une ou deux femmes de passage , vont te presser la main,pleurer un bon coup et te serrer contre leur coeur , comme si elle connaissait ce geste par coeur , la seule chose qui est certaine , que sur ton lit tu restera , ainsi est la mort , c’est comme un ressort qui ne rebondit que dan sun sens , un sens d’ou l’on ne revient pas …c’est un peu noir …mais bon j’écrit ce qui me passe par la tête ..GO!GO!

    • Papy, mais qu’est-ce qui te rends si noir ? si j’ose dire ! tu imagines combien de pulsations ce muscle qu’est le cœur est capable de donner sur toute la vie ?

      • non je vais bien Monique , j’écrit ce qui arrive voila tout , je vais toujours bien , je souffre comme tout le monde , mais un légionnaire ne dit mot , j’ai eu chaud qui sait..ou les petites quiches qui cuisent ….je vais aller en manger une ou deux …GO!GO!

  15. je savais depuis longtemps que je partirais , je garde l’esprit léger , je suis comme toujours aussi heureux , sans doute aussi un peu mieux , qui sait , j’ai encore la force de voler avec mes ailes de liberté , j’ai envie de jouir des hauteurs du ciel, de jeter un dernier coup d’œil a l’aventure , c’est peut-être la dernière fois, que je pourrais voire la belle lumière qui colore la terre,de au dessus des nuages comme un oiseau blanc , dans cette immense arc-en-ciel qui sourit en plein ciel , la belle errance n’est jamais une apparence , ce n’est qu’un fatal et brutal changement bruyant et fuyant comme l’orage …GO!GO!

  16. maintenant je suis devenu vieux,nul besoin d’en dire plus,me voila bien plus proche du tonnerre de l’enfer dans la mort et mon dernier jugement, condamné pour toujours , de voir la vie disparue, partie,pour toujours , je ne suis pas en colère , car la vie me sourit c’est plus la fatigue qui brouille mon esprit …il suffit de se dire .tu es jeune de nouveau…juste qui sait peut-être trop fatiguée….Go!GO!

  17. je serais mélancolique je vous dirais ceci , a travers moi , je vois un paradis perdu
    avant que n’advienne ma chute, c’est beau mais c’est con , je vais pas me dire que dans le désert de tes yeux , je vois que du vide insipide , une vision de la vie,plus pure encore que la beauté , c’est beau mais con aussi , pourquoi pas me dire , que sous ce ciel couronné d’étoiles, je sent les pivoines et le jasmin ,qui mêle leur parfum si pur, que ma tendresse en frémisse comme un dernier supplice , mafois c’est la fin de journée , j’ai du prendre un coup de soleil , un trop plein de chaleur …..bon a demain matin , une bonne douche pour me remettre la tronche a l’endroit ou le contraire je sais plus ….bises ….GO!GO!

    • Vivement le printemps , Klaus , pour vous mettre du baume au cœur . Et puis à nous aussi .
      Il neige encore , mais à 0° , cela va faire de la flotte et de la gadoue ( slask )
      Vous pouvez dire à Jonas-le-Suédois , que c´est l´époque des semlor ( en semla est une grosse brioche à la cardamome , avec un gros morceau de pâte d´amandes au milieu et un énorme paquet de crème chantilly . On remet le chapeau . Et voilà , c´est 20kr , et cel coûte chaque année plus cher ! Un vrai scandale .
      Il y a un roi glouton suédois , Adolf Fredrik , qui est mort après avoir englouti quatorze semlor. http://www.so-rummet.se/aret-runt/adolf-fredrik-kungen-som-ihjal-sig
      On fait beaucoup d´embarras avec cette brioche , mais cela ne vaut pas un baba-au-rhum !

      • Darie, le baba au rhum surtout accompagné de sa tasse de rhum tiède ? il y a des moments où je me demande si je n’ai pas quelque chose de la Martiniquaise ! et puis le Martiniquais est un délicieux gâteau, c’est un mille feuille mais la crème est au rhum et le glaçis l’est aussi ! ah, c’est divin.

      • Il neige encore ….ptin tintin ….qaund je pense que j’ai passer la journée en balcon en marcel , les bras a l’air histoire de prendre le soleil …un vrai temps de renne chez toi , a porter le pantalon en peau de phoque , il neige , je commence a mettre les lunettes de soleil , il neige , tu va te refaire un épouvantail de neige , tu devrais te lever la nuit , sortir ta tronçonneuse et te faire une belle sculpture de glace , en buvant un chocolat chaud , ou alors prendre un bain de froid la nuit dehors en buvant un lait de poule , allez passe du papier de vert sur les lames de ton traîneau ….surtout , Darie , surtout Darie , ne porte pas de rouge , non qu’on peut te prendre pour le petit chaperon rouge avec une demie douzaine de gamins ….mais plus pour la mère noël sortant toute souriante du sauna …hi!hi!…..je file ..GO!GO!

      • Monique , j´ai regardé « gateaux martiniquais » et ils ont l´air fameux …
        Je ne connais ni La Martinique ni la Guadeloupe , mais j´ai été piquée du virus de La Réunion…
        Et ils ont aussi aussi du bon rhum : ) , surtout quand il est « arrangé » .
        Les gateaux à la liqueur qui se trouvent chez nous en magasin , sont faits avec des liqueurs
        synthétiques . Quand on a goûté cela , on n´en veut plus : ))
        Je parle pour les gourmets , les gens qui connaissent / reconnaissent les bonnes choses …

    • Darie, je ne trouve plus de martiniquais ici, A la campagne, c’est traditionnel, on trouve le millefeuille ordinaire… un jour je demande à la boulangère pâtissière si elle connaît le martiniquais et elle me dit : « de qui parlez-vous ? je ne vois pas qui c’est »…. cela a fait le tour du village (d’ailleurs le village ne connaissait pas non plus le martiniquais) heureusement, un bellâtre l’a draguée (la pâtissière) et elle a quitté la boutique, laissant le mari tout seul dans le pétrin ! désemparé, il a vendu…..nous avons donc un nouveau boulanger pâtissier qui a repris la ronde des mêmes gâteaux sauf les millefeuilles, uniquement le dimanche, car il n’y a pas de demande !!! je ne reverrais jamais mon martiniquais mais ma fille m’a promis d’en ramener un dans les sacoches de son scooter… oui, elle n’aime pas la voiture. Un jour, elle me dit « maman, on vient à deux dimanche, tu ne fais rien, j’amène le repas et la voilà qui sort de ses sacoches de moto, des sacs en plastique pleins de victuailles, des crudités, de l’émincé de poulet au curry, des pommes dauphines surgelées et une forêt noire. Ce qu’on a pu rire !
      Darie, des gâteaux à la liqueur « synthétique » … avec des colorants ?????

      • : ))) Monique , vous avez une fille comique ! les plats n´étaient pas sens dessus dessous ??!
        J´imagine la forêt noire toute blackboulée , à champ dans la sacoche !
        Avec une p´tite crème par-dessus et la cerise au beau milieu , c´est très présentable .
        Les petites pâtisseries à la liqueur , et même certaines liqueurs que j´ai humées chez la belle-sœur , ne me disent rien qui vaille . Il y a une odeur de liqueur pas naturelle : ( Je ne suis pas une connaisseuse , mais je sais reconnaitre ce qui est de qualité . D´où mon expression
        d´ailleurs plus haut , « connaitre /reconnaitre les bonnes choses » .
        Votre malheureux boulanger a vécu l´histoire de Raimu , mais la fin est moins gaie pour le
        boulanger . Espérons qu´il ait retrouvé une autre boulangère moins frivole …
        Bonne soirée , à tous .

  18. Ah mais Klaus , que vous êtes taquin ! Je n´ai pas une âme de Viking chevillée au corps .
    Je suis devenue une poule mouillée : ) Mais je ne l´étais pas du tout . J´ai pris des douches froides , moâ môssieur , glacées même : ))
    J´ai appris une expression basque aujourd´hui . « Manger la demoiselle » , c´est manger la carcasse du canard roti , avec de l´ail et du persil . Il ne faut pas être trop affamé , car c´est
    comme un os à ronger , pas beaucoup plus .
    Vite , Klaus , au mess , j´ai entendu la diane qui sonnait .
    Je vous laisse , je dois aller à la pêche si nous voulons manger … hi-hi … https://www.youtube.com/watch?v=a20Jy4lnT4E

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s