Et si je dis muguet, vous dites…?

Et si je dis muguet, vous dites… bonheur retrouvé.
En effet dans le langage des fleurs, c’ est un porte-bonheur.
Le mot du jour est bonheur, naturellement.

En plus du traditionnel brin du 1er mai, on peut offrir ou bien s’ offrir, un flacon de parfum Diorissimo, aux senteurs de muguet.
Dior avait adopté cette plante comme un fétiche, il avait même sorti une collection
Haute-Couture « Muguet » en 1954.
Et le célèbre Diorissimo fut commercialisé en 1956.

Et un hommage à Francis Lemarque.


©

Publicités

24 réflexions sur “Et si je dis muguet, vous dites…?

  1. On allait faire de la barque sur le lac de St-Mandé, on y allait à pied et on revenait en bus, on emmenait partout avec nous un trésor tout petit, payé en plusieurs fois, c’était un transistor et on rêvait de Vespa quand on serait riche….on n’avait rien et on était heureux avec un rien…. A cette époque, on entendait souvent Yves Montand, Edith Piaf et surtout Francis Lemarque, le maître des petits bals, des guinguettes à deux sous, le balajo et la rue de Lappe. et sa mauvaise réputation… je pense connaître toutes ses chansons, deux ou trois m’ont peut être échappé…. il y en a deux qui ont marqué ma mémoire, « quand un soldat » chanson qui a été censurée évidemment (comme quelques-unes de Jean Ferrat), elle tient une place particulière… et puis « Marjolaine »……. Merci infiniment chère Dominique et bises.

    Fleur au fusil tambour battant il va
    Il a vingt ans un coeur d’amant qui bat
    Un adjudant pour surveiller ses pas
    Et son barda contre son flanc qui bat
    Quand un soldat s’en va t-en guerre il a
    Dans sa musette son baton d’maréchal
    Quand un soldat revient de guerre il a
    Dans sa musette un peu de linge sale
    Partir pour mourir un peu
    A la guerre à la guerre
    C’est un drôle de petit jeu
    Qui n’va guère aux amoureux
    Pourtant c’est presque toujours
    Quand revient l’été qu’il faut s’en aller
    Le ciel regarde partir ceux qui vont mourir
    Au pas cadencé
    Des hommes il en faut toujours
    Car la guerre car la guerre
    Se fout des serments d’amour
    Elle n’aime que l’son du tambour
    Quand un soldat s’en va-t-en guerre il a
    Des tas d’chansons et des fleurs sous ses pas
    Quand un soldat revient de guerre il a
    Simplement eu d’la veine et puis voilà
    Simplement eu d’la veine et puis voilà
    Simplement eu d’la veine et puis voilà »

    Cette chanson est de 1958, mauvais temps pour les soldats, mais Klaus saura en parler bien mieux que moi. Bonne fin de soirée à tous.

  2. Sans oublier nos poétesses, il ne reste rien de Jeanne Guillet 20e siècle , juste une année : 1917. « Offrande »

    « Des fleurs, des fleurs, 
    toutes les fleurs écloses,
    mes soeurs,
    cueillez les roses,
    les jasmins, les violettes, cueillez
    la verveine et l’oeillet,
    et le genêts des collines.
    Cueillez les grappes opalines
    des robiniers et des glycines,
    et ces papillons violets
    qui décorent de chapelets
    fleuris les murs de nos villas;
    n’oubliez pas
    le fenouil bavard et la sauge triste,
    et, dans le bois, le ciste,
    dont le parfum persiste
    au coeur, comme un regret…
    Cueillez la grâce virginale
    et les mille chansons coquettes du muguet,
    l’émail glacé des pétales
    du bégonia,
    et le vertige exquis des fleurs de magnolia.
    Cueillez ces daturas de sommeil et de rêve,
    ces calices profonds où les insectes bleus
    s’en vont mourir au soir de leurs courses trop brèves
    dans un dernier frisson voluptueux. »

  3. Bonjour, et des brins de muguet à chacune, et à Klaus quand il reviendra.
    Si vous dites muguet, Dominique, je dis mois de mai et Maia, à l’origine du mot mai ( pas de liaison intempestive, mais cela sonne mal!); bref, Maia déesse romaine de la fertilité et du printemps, une des divinités primitives de Rome.
    Ce nom se réfère à la croissance des végétaux; le latin maius = « plus grand » ( cf dans un autre domaine, maior, major.) Elle était l’ épouse du dieu du feu Vulcain.
    Elle n’a rien à voir avec sa consoeur grecque Maia, une des sept Pléiades.
    Elle était sûrement en très bons termes avec Flore!

  4. J’aime bien le poème fleuri de Jeanne Guillet; voici Boris Pasternak:
    L’orchis des bois
    La pluie vient de passer dans ce coin de forêt,
    Et comme un arpenteur a laissé ses repères.
    Une cuiller d’argent pend au bout du muguet,
    L’eau s’est glissée dans les oreilles des molènes.

    L’ombre fraîche des pins les dorlote à l’écart,
    Et leurs lobes s’étirent, chargés de rosée,
    Le jour ne leur plaît pas, chacune pousse à part,
    Et même leur odeur une à une est versée.

    Quand c’est l’heure du thé au jardin, il est tard,
    Que chaque mouche enfle de brume sa voilure,
    Et que la nuit, semant des accords de guitare
    En un brouillard laiteux s’accroche aux mélampyres,

    La violette assoupie donne à tout son odeur, –
    Aux êtres, aux années. Aux pensées. Aux instants
    Qu’on a pu préserver de la vie antérieure,
    Et aux dons à venir que le destin nous tend.

    Boris Pasternak (1927, traduction française : Alain Thévenard, édition Gallimard)

    • Maeria, quelle plume aussi que Boris Pasternak immortalisé par ce film magnifique « Docteur Jivago » j’ai dû voir quatre fois ce film avec ce tandem mythique Julie Christie et Omar Sharif. Ce premier est venteux et pluvieux, les clochettes seront agitées !

  5. Bonjour Mareria, et la petite troupe, joyeux premier mai, que les 13 clochettes d’une pureté virginale vous porte bonheur en faisant un vœu par clochette mais attention, ça ne marche pas à tous les coups.
    Je consulte souvent un site que j’ai mis dans mes favoris depuis longtemps, il s’agit de La France pittoresque (on peut s’abonner et il y a une excellente librairie !) les anciennes cartes postales, articles, agendas, almanachs, sont des trouvailles sorties droit des greniers de nos anciens, une mémoire de brocante où on aime fouiller.
    « En Alsace, notamment, on allumait de grands feux de joie la nuit du 30 avril au 1er mai, et l’on donnait la représentation de la lutte entre deux personnages figurant l’Hiver et l’Eté. L’Hiver, tout naturellement, succombait ; et on l’enterrait comme on enterre quelquefois Carnaval, tandis que l’Eté, couronné de roses, était porté en triomphe.
    En Lorraine, c’était un jour de joie populaire consacré surtout à fêter la jeunesse et la grâce. On chantait des trimazos, sorte de poèmes de circonstance tour à tour pieux ou badins. Ces trimazos devaient leur nom à ce fait qu’ils étaient chantés par trois jeunes filles vêtues de robes blanches, qui allaient de maison en maison chanter et danser pour célébrer la fête du printemps. On leur donnait, en retour, des œufs ou de l’argent. Certains de ces trimazos ont une bien jolie saveur naïve et poétique ; mais ils sont sortis de la mémoire du peuple : on ne les trouve plus que dans les livres.
    Mais le premier jour du cinquième mois de l’année ramenait jadis dans nos campagnes une coutume que l’on pratiquait à peu près dans toutes les régions : il s’agit de la plantation du mai. Le mai consistait en un petit arbre sans racine que l’on plantait d’ordinaire le premier jour de ce mois, soit devant la porte, soit sur le toit de la maison habitée par une personne à laquelle on voulait faire honneur. Les amoureux timides trouvaient là l’occasion d’exprimer leurs sentiments à celles qu’ils aimaient…… l’article est long , à feuilleter.

    muguet – la France pittoresque
    http://www.france-pittoresque.com › Coutumes, Traditions

    …. deux trimazos du Nord :

    Thionville:
    Nous avons passé parmi ces champs
    Nous avons trouvé les blés si grands
    Les avoin’s en avenant
    Les aubépin’s en fleurissant,
    Ô Trimazo
    Ce n’est pas pour nous que nous quêtons
    C’est pour la Sainte Trinité
    Nous la prierons, qu’elle vous rende en Paradis
    Encor’ bien mieux, qu’elle vous rende dans les cieux
    Madame nous vous remercions
    De vos bienfaits et de vos dons
    Vivez contents, Vivez longtemps
    Aussi joyeusement
    C’est le, mai, mois de mai
    C’est le joli mois de mai.

    Vannecourt :
    C’est aujourd’hui le premier mai
    Avril étant venu, étant allé de méchanc’té
    Au Trimaiza
    Ça le maye, lo joli mayen lo joli Trimaiza
    J’ané tu drého les champs
    J’an trouvé les blié si grands
    Les ahhes, les arvènes, les aubépines fieurées
    C’nam por nos que je quétant
    C’a po lé bonn Vierge et son afan
    Pos’y échté des bès ribans
    Triméza a su l’senia
    Faites-nous un beau présent
    Un œuf de votre jolie (poule)
    Un pain de votre farine
    Ô Trimazo »

  6. …. midi et si on buvait un vin de mai ?  » le Maitrank ou Maiwein est un vin aromatisé saisonnier, spécialité de la région du Pays d’Arlon en Belgique, obtenue par la macération dans du vin blanc de Moselle luxembourgeoise, d’inflorescences d’aspérule odorante — qu’on appelle encore « reine des bois » ou « faux muguet » et qui fleurit au mois de mai, d’où le nom — auxquelles on ajoute du sucre, des oranges en tranches et du cognac »…vin de mai, punch de mai, boisson de mai, Au bal du muguet les jeunes filles étaient vêtues de blanc et on disait qu’il suffisait de tremper ses lèvres dans ce nectar pour être heureux tout au long de l’année »
    Pour le parfum hélas le muguet ne donne pas d’extrait naturel par distillation ou extraction, le rendement est … synthétique comme notamment l’hydroxycitronnellal, découvert en 1908″… à votre bonheur à tous et bises.

  7. Chère Monique, il est vrai que cette plante ressemble à du muguet taille XXL.
    Sans transition, le prétendant à la couronne a découvert hier « l’ horreur des camps » et qu’ on déportait aussi des enfants, à l’ occasion de son déplacement commemorationnel.
    Il allait donc rendre hommage aux victimes de la Shoah sans savoir du tout de quoi il était question.

    • Dominique, c’est un être méprisable, il ferait n’importe quoi pour arriver, il marcherait sur sa mère s’il le fallait, j’en ai la nausée de savoir que nous serons entre les mains d’un être pareil ! jusqu’où ira-t-il dans l’abjection tant son orgueil est démesuré.

  8. Cette ignorance est monstrueuse et incompréhensible, Dominique: mais, bon sang, les professeurs d’histoire et, s’ils sont normaux, de français en parlent, et au collège et au lycée.

  9. Oui mareria et de plus, cela appartient à la géopolitique avec la création et la reconnaissance
    d’ Israël, le conflit palestinien, et plus généralement
    l’ antisemitisme-antisionisme.
    L’ hyperkasher, les enfants de l’ école juive de Toulouse en 2012…
    Cela montre que cet individu qui représenterait la France est démuni, et ne comprend rien à la politique internationale.
    Beaucoup des comportements de Merkel sont fondés sur le souci de se déculpabiliser du nazisme, accueil des migrants et autres…
    Comment ce personnage peut-il être raccord et comprendre les arcanes de la politique, la vraie, pas les coups bas et les petites gueguerres d’ une campagne électorale.

    • On ne le dit pas, mais Toulouse est devenue un lieu de pèlerinage, il y a quelqu’un qui est considéré comme l’exemple des martyrs entre tous. D’ailleurs, la population a beaucoup changé depuis 2012, certains sont partis remplacés par d’autres!!!!!
      Il y a une volonté d’épurer l’histoire, il y a des faits qui en sont sortis par la seule volonté d’une censure idéologique mortifère et on sait laquelle (que de dégâts en cinq ans). Et pourtant, tout cela n’a pas fait reculer les félons, les traitres de la droite qui vont contribuer à faire élire junior, Alors tous pourris, comme on dit ? probablement, les purs ne représentent qu’une poignée, c’est accablant.

  10. Une oreille par pur hasard sur le meeting du junior et j’entends, ô miracle, que la France a une histoire, une culture et une identité… ciel, il a passé la nuit à lire ou bien on le lui a soufflé ? par moment il a un regard vide et je m’interroge. La bataille sera âpre même s’il est déjà donné comme étant largement en tête…. je n’en suis pas si sûre !

  11. Un pantin….
    Un poème triste, mais…Une des « Epitaphe » de Yannis Ritsos: « III. Un jour de mai tu m’as abandonné », chanté par Maria Fantouri, sur une musique de Theodorakis.  » En mai 1936, une grève des ouvriers du tabac à Thessalonique se termine dans le sang : un jeune ouvrier est tué par les forces de l’ordre.(…)Yannis Ritsos, touché par cet événement, écrit un recueil de poèmes, Epitaphe . Le dictateur Metaxas fera brûler l’ouvrage en place publique. »

  12. Merci à cette page du blog de Dornac, où l’on a aussi diverses traductions et interprétations dont celle de Nana Mouskouri:
    Un jour en mai
    Un jour en mai tu es parti, et je te perds,
    mon fils, qui aimais tant monter, après l’hiver

    sur la terrasse et tout voir à la ronde,
    trayant des yeux sans fin la lumière du monde

    et me conter de ta voix douce, chaude et fière
    plus d’histoires qu’il n’est de galets dans la mer.

    Tu disais, ces trésors un jour seront à nous,
    mais sans toi j’ai perdu feu et lumière et tout ( Trad: Michel Volkovitch)
    http://dornac.eklablog.com/yannis-ritsos-epitaphe-extrait-a83691118

  13. Pour finir sur une note gaie et puisque c’est le premier mai, jour de lutte générale, et de revendications diverses et variées, voici Mélina Mercouri dans  » le soleil dans nos cœurs » évidemment il s’agit de la liberté retrouvée « nous oublierons qu’elle est partie qu’il faisait nuit, elle est le soleil dans nos cœurs » bonne fin de soirée à tous

  14. Un premier bonjour ici , car j´attends encore le muguet , figurez-vous ! Il éclora seulement
    en juin : ) Un arpent de pieds de muguet , découvert lors de mes promenades avec ma petite copine Pussel , m´attend près de chez moi . Ils sont sauvages , donc le nombre de clochettes ne sera pas règlementaire , mais il sent très bon . C´est ce qu´on attend du muguet .
    Je suis tombée à la renverse en lisant que le nouveau président était un tel ignare en Histoire !
    Seuls les sous lui importent ?!? Quelle honte . Nous zappions dès qu´il apparaissait ou parlait á
    la TV , déjà écœurés . Il adaptait ( on lui adaptait plutôt ) ses discours selon les réactions
    précédentes . C´était évident après le pavé ,  » il n´y a pas d´Histoire française , mais une Histoire en France « … Bourdes ou tests des réactions ? C´est lamentable dans les deux cas.
    Embarquement immédiat sur un second pédalo, pour cinq ans …

    • Hello Darie, quelle fameuse page que celle-ci… cette année plein de muguet bien avant l »heure, odorant mais pas les 13 clochettes souhaitées par les fleuristes. Pendant votre absence, nous en avons piqué des colères politiques, ce jeunot investi a commencé par insulter la France » les crimes contre l’humanité » tout comme la repentance sont restés au travers de la gorge, ce fut un déferlement de protestations sur les forums, nous en aurons des retombées…. quelle claque pour notre armée et nos soldats. Je pense que celui-ci sera pire parce qu’il est jeune et « exalté » bientôt juin et son « appel », ensuite les grandes vacances mais la rentrée sera douloureuse, le paysage va changer !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s